La galerie du trésor de la Bibliothèque royale, sur la rue Vivienne

Le célèbre plan de Paris dit de Turgot1 sert souvent pour illustrer d’anciens édifices de Paris encore existants. C’est notamment le cas pour la Bibliothèque nationale de France, représentée au sein d’une planche donnant à voir le quartier sis entre la porte Saint-Denis au nord et le jardin du Palais-Royal au Sud, l’église Saint-Eustache à l’est et les jardins de l’Hôtel de Gramont à l’ouest :

Plan de Paris dessiné et gravé sous les ordres de Messire Michel-Etienne Turgot, prévôt des marchands, commencé en 1734, achevé de graver en 1739 ; levé et dessiné par Louis Bretez, gravé par Claude Lucas, et écrit par Aubin..., [S.l.] : [s.n.], [1739], 1 plan en 1 vol. : tableau d'assemblage, 20 coupures ; 59 cm

Si l’on zoome au sein de cette planche, pour ne se concentrer que sur ce l’on nomme de nos jours le « Quadrilatère Richelieu », pour désigner le quadrilatère limité par les rues de Richelieu, Colbert, Vivienne et des Petits-Champs, la vue de la « Bibliothèque du Roi » montre un état de la bibliothèque éloigné de celui que l’on connaît de nos jours.

[Paris, Bibliothèque nationale : vue aérienne du quadrilatère Richelieu] : [photographie], 1940,
[Paris, Bibliothèque nationale : vue aérienne du quadrilatère Richelieu] : [photographie], 1940, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530281306/f1.item

La gravure du plan de Turgot montre notamment sur la rue Vivienne un bâtiment qui clôt le quadrilatère existant, sachant que de nos jours une grille sépare la rue d’un jardin commandé au titre du 1% artistique en 2019 à l’agence Tout se transforme (architecte & paysagiste) et Gilles Clément (artiste-jardinier), l’Hortus papyrifer – le jardin papyrifère –2.

Détail du Plan de Paris dessiné et gravé sous les ordres de Messire Michel-Etienne Turgot, prévôt des marchands, commencé en 1734, achevé de graver en 1739 ; levé et dessiné par Louis Bretez, gravé par Claude Lucas, et écrit par Aubin...
Détail du Plan de Paris dessiné et gravé sous les ordres de Messire Michel-Etienne Turgot, prévôt des marchands, commencé en 1734, achevé de graver en 1739 ; levé et dessiné par Louis Bretez, gravé par Claude Lucas, et écrit par Aubin…

Le graveur Jean-François Janinet (1752-1814) nous a laissé une vue de cette galerie vers 1787, dessinée par Jean-Nicolas-Louis Durand (1760-1834) et intitulée « Entrée du Trésor public, / par la rue Vivienne » :

"Durand del." "Janinet sculp." "Entrée de la Bourse, / par la Rue Vivienne" "A Paris chez Esnauts et Rapilly, rue S. Jacques, à la Ville de Coutances, No. 259. Avec Privil. du Roi", G.3869, CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet – Histoire de Paris
“Durand del.” “Janinet sculp.” “Entrée de la Bourse, / par la Rue Vivienne” “A Paris chez Esnauts et Rapilly, rue S. Jacques, à la Ville de Coutances, No. 259. Avec Privil. du Roi”, G.3869, CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet – Histoire de Paris

Cette gravure était destinée à un recueil qui n’est pas paru, les Vues des plus beaux édifices publics et particuliers de la ville de Paris mais qui a servi pour un service d’assiettes de la manufacture de Creil représentant les édifices :

Manufacture de Creil, « Entrée du Trésor public / par la rue Vivienne », v. 1808-1818, au dos marque « Stone Coquerel le Gros » et marque en creux « Creil ».
Manufacture de Creil, « Entrée du Trésor public / par la rue Vivienne », v. 1808-1818, au dos marque « Stone Coquerel le Gros » et marque en creux « Creil ».

Contrairement au plan de Turgot, l’entrée comporte deux bâtiments d’un étage qui encadrent une colonnade grillagée, dans une symétrie parfaite alors que la galerie du plan de Turgot présente une asymétrie avec un seul bâtiment à un étage à gauche de la façade. Cette entrée du Trésor public fut dessinée par l’architecte Louis Visconti, peut-être avant sa destruction :

 [Elévations sur la rue Vivienne et sur la rue de Richelieu]
Elévation existante sur la rue Vivienne [Image fixe] ; Elévation existante sur la rue de Richelieu : [dessin, plan] / Louis Visconti
 [Elévations sur la rue Vivienne et sur la rue de Richelieu]
Elévation existante sur la rue Vivienne [Image fixe] ; Elévation existante sur la rue de Richelieu : [dessin, plan] / Louis Visconti, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53000267k/f1.item

En effet, à cet emplacement, Louis Visconti est réputé avoir construit une nouvelle galerie en 1831 qui fut détruite en 1855 par son successeur Henri Labrouste.

Cette deux galeries, celle du XVIIIe siècle comme celle de Louis Visconti restent très peu documentées. La galerie du XVIIIe siècle qui précédait celle de Louis Visconti est décrite dans l’Architecture françoise de Jacques-François Blondel3 : le préau de la Bourse est fermé sur la rue Vivienne par le « Magasin des Castors » de la Compagnie des Indes4 et un « péristyle ou portique couvert ».

Franklin, Alfred (1830-1917), Les anciennes bibliothèques de Paris : églises, monastères, colléges, etc.. T. 2, Paris : Imprimerie impériale, 1870, p. 195. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k208537t/f223.item>.

La Compagnie des Indes bénéficiait d’un monopole sur les exportations de peaux de castor de la Nouvelle-France, qui alimentait la chapellerie française, ce qui explique la légende attribuée au magasin adossé à l’Hôtel Tubeuf où logeait la Compagnie.

Ce plan de 1754 sème le doute puisque la galerie présente dans le plan de Turgot de 1739 n’apparaît pas ! La légende situe le Trésor dans l’Hôtel Tubeuf donnant sur le préau de la Bourse qui fut logée au palais Mazarin jusqu’en 1793.

La galerie suivante, celle qui abritait des boutiques sises entre les numéros 5, 5 bis, 5 ter et 7 de la rue Vivienne ne semblent avoir laissé que des souvenirs écrits mais non illustrés5.

Dans son étude sur les premiers travaux à la Bibliothèque nationale de l’architecte Jean-Louis Pascal, Anne Richard-Bazire décrit la galerie de Louis Visconti :

Il détruit sur la rue Vivienne la galerie de Visconti constituée de portiques en pierre surmontés d’un toit mansardé sous lesquels étaient installées des boutiques, la remplace par une haute grille sur un mur bahut de pierre et réaménage le jardin en créant le bassin central avec quatre parterres.

Richard-Bazire, Anne, « Dans le sillage d’Henri Labrouste, premiers travaux à la Bibliothèque nationale », Livraisons d’histoire de l’architecture, 2014, n° 28, p. 71-98. Disponible sur Internet, url : <https://doi.org/10.4000/lha.393>.

Dans une lettre à L. Lambeaux, secrétaire de la Commission du vieux Paris du 15 janvier 1906, Jean-Louis Pascal décrit les boutiques qu’abritaient les arcades de l’ancienne galerie du Trésor de la rue Vivienne :

À la même époque, en parisien que j’étais, et que je n’ai pas cessé d’être, je connaissais bien les boutiques […] de marchands d’oiseaux, de vendeurs de vieilles gravures qu’abritait le bâtiment à arcades analogue à celui que je vais prochainement démolir sur le bâtiment en retour sur le jardin de la Bibliothèque rue Vivienne. 

Archives administratives de la BnF, 2011/001/10021

Le bâtiment à arcades qu’il détruisit était l’ancienne galerie du Trésor qui abritait au moins de 1850 à 1878 des collections ethnographiques qui allaient à terme être prélevées par Paul Rivet pour alimenter le Musée de l’Homme.

« Plan de la bibliothèque royale de Paris »
« Plan de la bibliothèque royale de Paris »

Léon de Laborde, dans son ouvrage sur l’organisation des bibliothèques dans Paris, donne à voir le plan de la bibliothèque royale de Paris où l’on retrouve, sous la lettre « p », l’ « Ancienne galerie du trésor ; on y payait les rentes ; elle renferme aujourd’hui un commencement de collection ethnographique »6.

Notes

  1. Plan de Paris dessiné et gravé sous les ordres de Messire Michel-Etienne Turgot, prévôt des marchands, commencé en 1734, achevé de graver en 1739 ; levé et dessiné par Louis Bretez, gravé par Claude Lucas, et écrit par Aubin…, [S.l.] : [s.n.], [1739], 1 plan en 1 vol. : tableau d’assemblage, 20 coupures ; 59 cm. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b531364413>. []
  2. Voir : « Le jardin Vivienne », bnf.fr, [s. d.]. Disponible sur Internet, url : <https://www.bnf.fr/fr/le-jardin-vivienne> et Bibliothèque nationale de France, Hortus papyrifera : présentation aux riverains, 2021, [56 p.]. Disponible sur Internet, url : <https://cdn.paris.fr/paris/2021/11/18/a734cb2a08ef127665482d0b6431eba8.pdf>. []
  3. Blondel, Jacques-François (1705-1774), Architecture françoise, ou Recueil des plans, élévations, coupes et profils des églises, maisons royales, palais, hôtels & édifices les plus considérables de Paris…. T.3, A Paris : chez Charles-Antoine Jombert, 1752-1756, Livre V, n° XIII, planche Iere. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1080325/f138.item>. Repris par : Franklin, Alfred (1830-1917), Les anciennes bibliothèques de Paris : églises, monastères, colléges, etc.. T. 2, Paris : Imprimerie impériale, 1870, p. 195. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k208537t/f223.item>. []
  4. En 1732, le garde du magasin des castors de la Compagnie des Indes était Jacques Gosselin []
  5. Voir leur évocation dans : Jacquot, Olivier, « Restauration du palais Mazarin de la Bibliothèque impériale en 1854 », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, 20 juillet 2023. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/33443>. []
  6. Laborde, Léon de, « De l’organisation des bibliothèques dans Paris, 8e lettre », dans : Étude sur la construction des bibliothèques dans Paris, Paris : A. Franck, 1845, pl. III, p. 14. Disponible sur Internet, url : <https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/48787-de-l-organisation-des-bibliotheques-dans-paris-volume-1–premiere-lettre-la-bibliotheque-royale-occupe-le-centre-topographique-et-intellectuel-de-la-ville-de-paris-deuxieme-lettre-revue-critique-des-projets-presentes-pour-le-deplacement-de-la-bibliotheque-royale-huitieme-lettre-etude-sur-la-construction-des-bibliotheques.pdf>.
    Le plan fut également publié dans « Des bibliothèques publiques », Revue générale de l’architecture et des travaux publics, 1849, vol. 8, pl. 39. Disponible sur Internet, url : <https://portaildocumentaire.citedelarchitecture.fr/pdfjs/web/viewer.html?file=/Infodoc/ged/viewPortalPublished.ashx?eid%3DIFD_FICJOINT_FRAPN02_RA_1849_08_PDF_1>. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Olivier Jacquot (16 octobre 2023). La galerie du trésor de la Bibliothèque royale, sur la rue Vivienne. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/m40d


Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search