Les premiers travaux d’Henri Labrouste à la Bibliothèque impériale

Succédant à l’architecte Louis Visconti, décédé le 29 décembre 1853, le 16 février 1854 Henri Labrouste est nommé architecte de la Bibliothèque impériale. Ses premiers chantiers concernent l’hôtel Tubeuf et la galerie Mansart : il démolit la galerie de Visconti, remplacée par une grille sur la rue Vivienne, crée le bassin central du jardin Vivienne, ce dont rend compte La revue générale de l’architecture en 1855, dans un article faisant la « revue des travaux de Paris ».

Bibliothèque impériale. Après s’être pendant longtemps préoccupée de la translation de la Bibliothèque impériale dans un édifice spécialement construit et aménagé pour ce but, l’administration semble avoir abandonné ce projet. On comprend du reste qu’on hésite devant les difficultés immenses, les périls même pour sa conservation, que présente le transport de ce grand dépôt littéraire ; d’ailleurs, il faut bien reconnaître que, si à l’extérieur, la Bibliothèque impériale manque non-seulement de tout effet architectural, mais même (les convenances décoratives les plus ordinaires, à l’intérieur elle présente des dispositions parfaitement appropriées à sa destination. De grandes galeries bien aérées, largement éclairées, communiquant pour la plupart entre elles de plain pied au premier étage et au rez-de-chaussée ; des salles commodes pour l’étude, gardant la chaleur l’hiver, suffisamment fraîches l’été ; des dégagements faciles, principalement desservis par deux beaux escaliers, des abords aisés, notamment pour les départements des manuscrits et des médailles, et une partie de celui des imprimés où le public peut arriver complètement à l’abri par la galerie qui aboutit au porche : ce sont là des distributions dont l’avantage pourrait être tout au plus égalé dans une construction nouvelle, et nous concevons que l’on se décide à laisser la Bibliothèque où elle est, et à lui conserver sa situation centrale particulièrement convenable à un établissement où s’accumulent toutes les richesses littéraires nécessaires aux diverses études.

Qu’on réalise les projets de dégagement sur la rue Vivienne et la rue Colbert par l’acquisition des propriétés particulières qui touchent à la Bibliothèque, et il nous semble que le monument sera dans des conditions excellentes, qui permettront de lui donner extérieurement un aspect en harmonie avec sa destination, sans déplacement dangereux.

Dans un temps où on accorde tant aux constructions d’intérêt public, nous nous étonnerions qu’on ne fit pas quelques sacrifices, très-utiles dans un intérêt intellectuel général.

Quoi qu’il en soit du sort que l’avenir lui réserve, la Bibliothèque impériale est actuellement l’objet de réparations nombreuses qui méritent ici une mention. Le dallage du vestibule de l’escalier qui conduit aux manuscrits a été refait, et l’escalier, obscurci de poussière, complètement nettoyé, aussi bien que la belle rampe dont il est orné. En outre, et c’est une amélioration plus importante, on a ouvert au rez-de-chaussée, à droite, dans le vestibule qui précède le grand escalier de la salle de lecture, une vaste galerie pour le département des estampes enfouies depuis si longtemps dans un entresol étroit, où on était obligé de marchander en quelque sorte la place aux travailleurs. Le département des cartes et plans s’est agrandi des salles abandonnées par les gravures, et celles-ci ont actuellement, sous la galerie Mazarin, un vaste espace éclairé, sur la cour adjacente à la rue Vivienne, par huit grandes fenêtres. La nouvelle galerie des estampes, précédée d’une grande salle carrée, est revêtue de boiseries auxquelles sont appendus les plus beaux spécimens de la gravure ancienne et moderne. Le plafond, dont la décoration est de la même date que celle des autres parties du palais Mazarin, est orné de moulures, de grisailles et de peintures ; l’extrémité de la salle est fermée par une porte de service, dont la décoration est d’un caractère très-pittoresque. En un mot, la remarquable collection de gravures de la Bibliothèque impériale a maintenant un emplacement convenable, bien disposé pour les besoins de son service.

Dans la cour qui donne sur la rue Vivienne et qui, depuis 1831, était restée encombrée d’un commencement de constructions qui avaient fini par ressembler à des ruines, on exécute en ce moment des travaux de restauration considérables. Toute la façade de l’ancien palais Mazarin, donnant sur la rue Vivienne, élevée dans le style des maisons de la place Royale, à fond de briques, avec encadrement de pierre de taille, est entièrement avivée, regrattée, réparée dans toutes les parties en mauvais état de conservation ; les ornements de sculpture, la corniche, d’un dessin assez riche, ont été nettoyés et ont repris la netteté de leur trait ; il en est de même, de l’aile qui fait retour, à droite, sur ce corps de bâtiment, et sur laquelle se détachent deux pavillons d’un style très-orné, auxquels on doit, pour compléter la disposition symétrique, en ajouter un troisième qui bordera de ce côté la rue Vivienne. En face de cette aile se trouve un bâtiment de service accolé d’un grand mur lisse, et il ne semble pas qu’on doive actuellement y toucher ; mais nous espérons qu’on y reviendra plus tard pour ne pas laisser une fâcheuse lacune dans la décoration de cette belle cour.

Le mur de clôture donnant directement sur la rue Vivienne, sera démoli et remplacé par une grille dans le goût du XVIIe siècle ; enfin, la cour sera gazonnée au milieu, et dallée dans son pourtour. Ainsi disposée, encadrée par ce bâtiment plein de caractère, elle présentera une belle façade sur la rue Vivienne. Nous espérons qu’après l’achèvement de ces travaux, on sentira plus vivement, par l’effet architectural, la nécessité de dégagements indispensables.

« Revue des travaux de Paris. Bibliothèque impériale », La revue générale de l’architecture, 1855, n° 3, col. 132-134. Disponible sur Internet, url : <https://portaildocumentaire.citedelarchitecture.fr/doc/IFD/FRAPN02_RA_1855_03_PDF/la-revue-generale-de-l-architecture-no-3-1855>.

La galerie construite en 1831 par Louis Visconti sur la rue Vivienne s’avère très peu représentée. Quelques dessins de l’architecte sur les élévations sur la rue Vivienne et sur la rue de Richelieu donnent à voir la galerie au trait et en couleurs :

[Elévations sur la rue Vivienne et sur la rue de Richelieu]
BIBLIOTHEQUE ROYALE. ETAT ACTUEL [Image fixe] : élévation sur la rue Vivienne : élévation sur la rue de Richelieu : [dessin, plan] / Louis Visconti
[Elévations sur la rue Vivienne et sur la rue de Richelieu]
BIBLIOTHEQUE ROYALE. ETAT ACTUEL [Image fixe] : élévation sur la rue Vivienne : élévation sur la rue de Richelieu : [dessin, plan] / Louis Visconti, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53000272r/f1.item
[Elévations sur la rue Vivienne et sur la rue de Richelieu]
Elévation existante sur la rue Vivienne [Image fixe] ; Elévation existante sur la rue de Richelieu : [dessin, plan] / Louis Visconti
 [Elévations sur la rue Vivienne et sur la rue de Richelieu]
Elévation existante sur la rue Vivienne [Image fixe] ; Elévation existante sur la rue de Richelieu : [dessin, plan] / Louis Visconti, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53000267k/f1.item

La grille qu’Henri Labrouste installe en lieu et place de la galerie de Visconti a fait l’objet d’un dessin préparatoire :

[Bibliothèque impériale, jardin Vivienne]. 2, BIBLIOTHÈQUE IMPÉRIALE // FAÇADE // de l'ancien Palais Mazarin // Sur la rue Vivienne : [dessin, plan] / [Henri Labrouste]
[Bibliothèque impériale, jardin Vivienne]. 2, BIBLIOTHÈQUE IMPÉRIALE // FAÇADE // de l’ancien Palais Mazarin // Sur la rue Vivienne : [dessin, plan] / [Henri Labrouste], url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53011225p>.

La grille d’Henri Labrouste est visible sur des gravures de 1856 et de 1867:

Une carte postale plus récente reprend le même point de vue :

A. K. R. Bibliothèque Nationale — Jardin de la Rue Vivienne.
A. K. R. Bibliothèque Nationale — Jardin de la Rue Vivienne.

La cour « gazonnée au milieu et dallée dans son pourtour » bénéficie de nombreuses illustrations, tout comme le bassin qui fait l’objet de plusieurs dessins préparatoires :

[Bibliothèque impériale, jardin Vivienne]. 1, [Projet pour le dessin des parterres (plan d'ensemble du jardin) et la distribution du bâtiment du Télégraphe (plans du rez-de-chaussée et de l'étage)] : [dessin, plan] / [Henri Labrouste]
[Bibliothèque impériale, jardin Vivienne]. 1, [Projet pour le dessin des parterres (plan d’ensemble du jardin) et la distribution du bâtiment du Télégraphe (plans du rez-de-chaussée et de l’étage)] : [dessin, plan] / [Henri Labrouste], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530112247/f1.item
[Bibliothèque impériale, jardin Vivienne (attachement de maçonnerie, 1860)]. 1, BIBLIOTHEQUE IMPERIALE // Jardin sur la Rue Vivienne. Bassin : Attachement // de Maçonnerie N° 20 // Dallemagne et Vernaud Entrepreneurs : Exercice 1860 // Monsieur Labrouste Architecte : [dessin, plan] / [Agence des travaux de la Bibliothèque Impériale]
[Bibliothèque impériale, jardin Vivienne (attachement de maçonnerie, 1860)]. 1, BIBLIOTHEQUE IMPERIALE // Jardin sur la Rue Vivienne. Bassin : Attachement // de Maçonnerie N° 20 // Dallemagne et Vernaud Entrepreneurs : Exercice 1860 // Monsieur Labrouste Architecte : [dessin, plan] / [Agence des travaux de la Bibliothèque Impériale], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53021946x/f1.item

Bien plus tard, des photographies d’Eugène Atget (1857-1927) donnent à voir le jardin, désormais arboré.

Bibliothèque Nationale sur la rue Vivienne : ancien Hôtel Mazarin : [photographie] / [Atget]
Bibliothèque Nationale sur la rue Vivienne : ancien Hôtel Mazarin : [photographie] / [Atget], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10516925w/f1.item


Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 18 juillet). Les premiers travaux d’Henri Labrouste à la Bibliothèque impériale. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3y1

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search