Le département des estampes de la Bibliothèque impériale selon ‘Le Magasin pittoresque’

Un an après l’ouverture de la nouvelle salle de lecture du Cabinet des estampes dans la galerie Mansart, la salle basse de la galerie Mazarine, Le Magasin pittoresque publiait un article décrivant le département, illustré d’un gravure faite d’après un dessin de l’illustrateur Édouard Renard (1802-1857)1. Loin de proposer un reportage sur les nouveaux locaux du département, Le Magasin pittoresque retrace l’histoire du Cabinet des estampes, mentionnant uniquement « la nouvelle galerie, vaste et parfaitement éclairée » dans le paragraphe final.

C’est cet article que nous transcrivons ci-après. Les coquilles sont signalés d’un [sic] ; les notes figurent dans l’original.


Bibliothèque de la rue Richelieu. — La nouvelle galerie des estampes. — Dessin d'Édouard Renard.
Bibliothèque de la rue Richelieu. — La nouvelle galerie des estampes. — Dessin d’Édouard Renard.

Le cabinet des estampes de Paris n’a pas une origine fort ancienne.

En 1666, Michel de Marolles, abbé de Villeloin, publiait le catalogue des estampes qu’il avait réunies jusqu’à cette époque, et disait dans sa préface : « … De toutes lesquelles choses, j’ay recueilly cent vingt-trois mille quatre cent pièces, de plus de six mille maistres, en quatre cents grands volumes, sans parler des petits, qui sont au nombre de plus de six-vingts, ce qui ne seroit pas indigne d’une bibliothèque royale, ou rien ne se doit négliger. » Cette phrase, adressée directement au roi, devait avoir quelque intention ; il est vraisemblable qu’elle était écrite en vue d’une acquisition possible. En effet, Colbert, qui aimait et protégeait les arts, proposa au roi l’acquisition de cette collection. Sa proposition fut acceptée, et la collection de l’abbé de Marolles servit de premier fonds au cabinet des estampes.

Marolles nous dit lui-même, à la suite de sa traduction de Virgile de 1673, à quel prix on lui acheta cette collection, qu’il tenait de Claude Maugis et de Charles Delorme, commis de Monnerot. Il s’exprime ainsi : « … Toutes lesquelles pièces furent mises dans la Bibliothèque royale en cette mesme année (1667), pour lesquelles il plust au roy de donner vingt-huit mille livres, et encore depuis deux mille quatre cents livres à deux fois par gratification, parce qu’il est certain que ces livres d’estampes si bien choisie revenoient à bien davantage, comme il est aisé de le juger à tous ceux qui s’y connoissent, vu la qualité des pièces, dont les principales sont rares et d’une beauté singulière. » Il nous apprend encore que l’on chargea de l’examen de ces pièces « MM. Félibien et Mignard, de qui les seuls noms marquent la grande suffisance. »

Cette première et inappréciable acquisition fut, à son arrivée, réunie au département des imprimés, et le cabinet des estampes ne se forma réellement que vers 1730. Jusque-là les estampes, avaient été réunies et gouvernées par le garde des livres imprimés.
La seconde collection qui entra an cabinet des estampes fut celle de M. de Gaignières, un des instituteurs de la maison de France. Ce riche amateur avait fait copier sur vélin par d’habiles artistes les monuments ou tableaux qu’il possédait ou qu’il rencontrait dans ses fréquents voyages. Il existe encore aujourd’hui un recueil de dix volumes in-folio reliés en maroquin rouge dans lesquels sont rassemblés les portraits et costumes des rois et reines de France et des personnages de toutes conditions qui se sont rendus célèbres depuis l’origine de la monarchie française jusque sous Louis XIV. Les autres volumes recueillis par ce célèbre amateur ont été disséminés et répartis dans différents recueils spéciaux.

Ce don fait en 1711 par M. de Gaignières fut bientôt suivi par d’autres acquisitions. M. le marquis de Beringhen avait acheté toute la collection formée par M. Lepremier, dont le catalogue, petit in-folio, venait d’être publié. A sa mort, cette collection passa entre les mains de Mgr l’évêque du Puy, qui la fit offrir, en 1731, au roi pour la somme que son père avait donnée ; elle contenait un grand nombre d’œuvres de maître de l’école française, et venait compléter heureusement la collection de l’abbé de Marolles. L’exemplaire du catalogue de M. Lepremier, que nous avons sous les yeux, a cela de curieux qu’une main du temps a ajouté le nombre de pièces que contenaient la plupart des volumes possédés par cet amateur. C’est ainsi que nous y voyons les œuvres de Sébastien Bourdon en cent quatre-vingt-huit pièces, de Vignon en deux cent six pièces, d’Abraham Bosse en mille quarante-neuf pièces, et de Mignard en cent quarante-deux pièces, etc. Cette collection était aussi curieuse par le grand nombre de livres imprimés ornés de figures qu’elle contenait.

Ce fut en 1753 que la collection qui, après avoir appartenu à M. le marquis d’Uxelles, avait passé entre les mains de M. Lallemant de Betz, fermier général, fut cédée au roi par échange, comme nous l’apprend Leprince dans son excellente notice sur la Bibliothèque du roi. Cette collection, nous dit-il, « est divisée sous deux points de vue : le premier est une suite de portraits d’hommes de toutes conditions, rangés chronologiquement ou à l’époque de leur mort, depuis les philosophes grecs et latins jusqu’au milieu du règne de Louis XIV ; la seconde partie contient des pièces géographiques, topographiques, et le costume de chaque royaume dans les quatre parties du monde. » Ces deux divisions sont restées intactes, et le recueil de portraits se fait remarquer par la beauté des épreuves et par la rareté du plus grand nombre d’entre elles.

On connaît la description que M. de Fontette donne, dans le quatrième volume de la Bibliothèque historique de la France, de sa collection d’estampes. Cette collection, composée de portraits de personnages français et de pièces relatives à l’histoire de France, fut achetée par le roi en 1770, pour le cabinet des estampes. M. de Fontette indique, dans le catalogue qu’il publia, un assez grand nombre de dessins de cette collection. Ces dessins sont ceux de la collection de M. de Gaignières, ou bien encore les trois volumes de dessins attribués aux Clouet, aux Dumonstier, ou aux Quesnel, qui se trouvent encore aujourd’hui au cabinet sous le titre de Portraicts dessinés. Dans la même année (1770), on acquit la collection de M. Michel Bégon, intendant de la marine du roi à Dunkerque. Cette collection très-remarquable contenait, entre autres raretés, un très-précieux recueil d’oiseaux peints à la gouache, que Lepremier attribue à [la] Virtuoes-Marie-Sibylle Mérian [sic].

En 1775, la mort du célèbre amateur d’estampes Pierre-Jean Mariette fournit encore à la Bibliothèque un moyen de s’enrichir. M. Joly père, garde à cette époque du cabinet des estampes, écrivit, avec l’approbation de M. Bignon, garde de la Bibliothèque royale, à M. de Lamoignon de Malesherbes, ministre et secrétaire d’État de la maison du roi, pour lui demander l’autorisation d’acquérir cette précieuse collection. Une copie de cette lettre a été conservée, et se trouve en tête de l’exemplaire du catalogue de Mariette par Basan, au cabinet des estampes. Elle commence ainsi : « Le cabinet de M. Mariette est composé de deux parties uniques qui ne doivent appartenir qu’à un grand roy. » M. Joly exprime ensuite le désir de P.-J. Mariette lui-même, qui avait souvent résisté aux offres des souverains étrangers2 : « Ma félicité serait achevée, disait souvent Mariette, si les trésors que mon aïeul, mon père et moi avons rassemblés à grands frais pouvaient passer dans le cabinet de mon roy. » Nous ignorons si M. de Malesherbes fit à M. Joly la même réponse que le cardinal de Fleury avait faite à la famille de M. Crozat, lorsque celle-ci lui offrait la collection de dessins de leur parent pour cent mille francs : « Le roy a déjà assez de fatras, répondit le cardinal, sans encore en augmenter le nombre. » Que la réponse de M. de Malesherbes fût la même ou non, il est certain que la collection ne fut pas acquise en entier et que la Bibliothèque perdit ainsi une belle occasion d’enrichir son merveilleux cabinet. Elle acheta heureusement pour plus de cinquante mille livres d’estampes, et se dédommagea ainsi de ce refus. On peut citer parmi ces acquisitions l’œuvre entier de Nicolas Poussin, qu’elle eut pour la somme de 676 livres 12 sols, et qui était certainement un des plus beaux connus à cette époque.

Depuis l’époque de la vente de P.-J. Mariette (1775), les ventes de Saint-Yves (1805), de Sylvestre (1810), de Rigal (1817), de Denon (1826), de Debois (1843), de Delbecq de Gand (1845), et de M. Verstolck de Sœlen (1851), apportèrent au cabinet de nouvelles richesses.

Pour trouver l’acquisition d’une collection entière, il faut cependant descendre jusqu’à nos jours, et citer la collection de. M. Debure, achetée l’année dernière (1854) pour la somme de 38000 francs. La collection de M. Debure ne contient absolument que des portraits : elle est formée de portraits français et étrangers gravés par les plus célèbres artistes de tous les pays, et elle est surtout précieuse par le nombre infini de pièces qu’elle contient et par leur superbe état de conservation. M. de Fontette s’était restreint aux portraits de personnages français, il avait exclu tous les portraits de personnages étrangers ; M. Debure, au contraire, a admis tout le monde et introduit dans sa collection les personnages de tous les pays, et est parvenu à réunir le nombre énorme de 65000 portraits.

Tant d’acquisitions et de dons successifs ont assuré au cabinet des estampes de Paris le premier rang parmi les cabinets d’estampes de l’Europe. Il n’existe d’ailleurs, que nous sachions, que quatre collections étrangères dignes d’être citées celles de Vienne, Dresde, Munich et Londres. On ne les connaît guère en France. La Bibliothèque de Vienne a eu longtemps pour conservateur le savant Adam Bartsch, qui dans son Peintre graveur, a décrit un grand nombre de pièces célèbres que possédait le cabinet dont il avait la garde. M. Frédéric Bartsch, son fils, a donné l’année dernière l’inventaire des plus belles pièces que renferme ce cabinet3. Dresde a aussi eu son historiographe : le baron de Heineken a publié à la fin du dernier siècle, dans son Dictionnaire des artistes, une partie du catalogue de la collection des estampes de Dresde ; malheureusement l’impression de ce curieux ouvrage a été interrompue par la mort de l’auteur, et la fin de ce travail est restée en manuscrit dans le cabinet même. La publication de cet ouvrage serait d’autant plus désirable que les premiers volumes donnent déjà de nombreux renseignements que l’on chercherait vainement ailleurs. Les cabinets d’estampes de Londres et de Munich n’ont été, que nous sachions, l’objet d’aucun travail spécial. Quant au cabinet d’estampes de Paris, il est lui-même loin d’être connu comme il mériterait de l’être ; le seul travail spécial dont il a été l’objet ne porte que sur quelques estampes exposées, et ce n’est là qu’une partie presque insignifiante des richesses qu’il renferme.

On ne saurait donner ici la liste de tous les œuvres magnifiques qu’il possède. Parmi les plus remarquables, on peut citer l’œuvre d’Albert Durer, que Marolles avait rassemblé avec grand soin, et dont il dit ce qui suit dans le catalogue de 1666, à la page 38 : « Un volume in-folio, relié de parchemin, collé sur de gros carton, contient douze portraits de cet autheur (Albert Durer) de divers maistres, quinze pièces de sa propre main, lesquelles sont singulières et n’ont point de prix, ses trois pièces en estaing par deux fois, ses six pièces en eau-forte par deux fois, et toutes ses pièces en taille-douce par deux fois, d’une beauté extresme, où le petit crucifix gravé sur le pomeau de l’espée de Maximilien se trouve par trois fois, avec les copies du mesme ; le tout ayant été recueilly par feu M. l’abbé de Saint-Ambroise, aumosnier de la reyne Marie de Médicis, qui avoit employé quarante ans à perfectionner cet ouvrage, depuis augmenté par les sieurs Kervel et de Lorme et par moy-mesme encore. Outre cela, les quarante-huit pièces de copies qu’on a gravées après luy, et finalement cent soixante-sept pièces de copies exquises ; toutes ces choses-là ensemble faisant quatre cent cinquante pièces. »

A côté de cet œuvre d’Albert Durer, on remarque ceux de Marc-Antoine, de Rembrandt, d’Ostade, de Maso Finiguerra, de Jean Drevet, de Claude Lorrain, et d’un grand nombre d’autres. Le cabinet possède la Paix de Florence de Maso Finiguerra, le Saint Christophe de 1423, et beaucoup d’autres pièces d’une grande beauté et d’une extrême rareté, gravées au quinzième et seizième siècle par des graveurs anonymes ou qui ne sont connus que par des monogrammes. On y conserve aussi le recueil de dessins que le comte de Caylus donna à la Bibliothèque après l’avoir fait graver avec P.-J. Mariette, et en avoir fait tirer seulement trente exemplaires destinés à être donnés ; le titre de ce livre est : « Recueil des peintures antiques imitées fidèlement pour les couleurs et pour le trait, d’après les dessins coloriés faits par Pierre Sante-Bartoli ; par MM. le comte de Caylus et Mariette. Paris, 1757. In-fol. » Leprince cite un passage dans lequel M. Debure dit à propos de ce livre, d’après une note qui se trouvait sur l’exemplaire possédé par P.-J. Mariette : « On ne sera pas sans doute fâché de savoir d’où sont venus les dessins originaux et coloriés dont on produit ici des copies exactes : ils ont été faits à Rome, et il n’y a certainement que Pierre Sante-Bartoli à qui l’on puisse raisonnablement les attribuer. Suivant toutes les apparences, ils ont été envoyés en France pour être présentés à Louis XIV, comme un essai d’ouvrages qui, s’ils plaisoient, pourroient être portés plus loin. »

Insister davantage sur l’énumération des richesses du cabinet des estampes, serait, nous le craignons, fatiguer le lecteur sans l’instruire ; nous ne pouvons lui conseiller qu’une seule chose, c’est d’aller visiter la galerie ; il pourra beaucoup mieux juger par lui-même de la richesse du cabinet de Paris que sur la foi d’une description.

Une bibliothèque spécialement composée de livres sur la gravure est annexée au cabinet comme un complément absolument indispensable de toute collection d’estampes. On apprend à connaître, dans ces sortes de livres, ce qui manque ou tout au moins ce qui existe, et en même temps à se former le jugement sur des œuvres dont le mérite éclaire sans doute, mais qui ont cependant besoin de quelques notions préliminaires pour être dignement appréciées.

Cette bibliothèque de livres spéciaux a été de tout temps désirée et souhaitée par les hommes qui se sont occupés d’art, et nous lisons dans la Réforme de la peinture de J. Restout, que cite M. Phil. de Chennevières dans le troisième volume de ses Peintres provinciaux : « … Outre la Bibliothèque commune, que chacun ait encore en son particulier quelques antiques et les livres de Vitruve, de Léonard de Vinci, l’Idée de la perfection de la peinture, les Conférences de l’Académie royale, Paul Lomasse, Albert Durer, A. Bosse, et à tout le moins un de chacune des susdites sciences, afin de les avoir toujours devant les yeux et s’en servir dans tous ses ouvrages. »

Ce n’est pas seulement Restout qui trouvait ces livres utiles aux études artistiques, c’est encore Hilaire Pader, Félibien, de Piles, Dupuy du Grez, et l’abbé Leblanc lui-même, qui nous apprend que « M. Coypel, aujourd’hui premier peintre du roy, et que son mérite, les suffrages du public et les vœux de l’Académie ont élevé à cette place, convaincu du besoin que les peintres ont d’être instruits, parce qu’il l’est lui-même plus que les autres, a cru que le premier de ses soins devait être de former à l’Académie de peinture une bibliothèque de tous les livres nécessaires pour la connaissance et la perfection de ce bel art….. » Cette bibliothèque existe presque toute faite au cabinet des estampes, et l’artiste peut, en regardant l’œuvre d’un grand maître, apprendre à connaître les jugements qu’en ont portés les historiens de l’art. Il peut, en regardant l’œuvre de Raphaël, chercher ce qu’en ont pensé MM. Quatremère de Quincy, Passavant et autres, et en même temps qu’il juge l’interprétation de la peinture par la gravure, il peut juger l’artiste au moyen de l’écrivain.

La nouvelle galerie, vaste et parfaitement éclairée, est un lieu d’étude agréable et paisible que l’on ne saurait assez recommander aux artistes qui veulent venir s’inspirer des maîtres qu’ils préfèrent, aux jeunes gens qui désirent se former le goût par la contemplation des belles choses ; aux amateurs qui cherchent à occuper utilement leurs loisirs ; personne aujourd’hui ne peut plus se plaindre du local qui, naguère encore, était réellement assez indigne des trésors qu’il contenait.


« Bibliothèque de la rue Richelieu. — La nouvelle galerie des estampes. — Dessin d’Édouard Renard. », 1855 © Bibliothèque nationale de France, H-23420

Notes



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 24 juillet). Le département des estampes de la Bibliothèque impériale selon ‘Le Magasin pittoresque’ Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3y4

  1. « Le département des estampes de la Bibliothèque impériale », Le Magasin pittoresque, 1855, septembre, t. XXIII, p. 297-299. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k31438m/f301>. []
  2. L’impératrice de Russie, le roi de Pologne, le roi de Prusse et le roi d’Angleterre, avaient fait des offres que Mariette avait toujours refusées, désirant que sa collection restât en France. []
  3. Die kupferstichsammlung der K. K. hofbibliothek in Wien. In einer auswahl ihrer merkwürdigsten Blœtter dargestellt von Friedrich tetter von Bartsch. Wien, 1854 ; Wilhelm Braumüller ; in-8 de 312 pages. []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search