Le Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale : centre de documentation des couturières et des modistes

Rarissimes sont les illustrations — gravures, dessins, aquarelles, etc. — d’avant l’invention de la photographie donnant à voir les intérieurs de la Bibliothèque royale, nationale et impériale.

A la fin du XIXe et au début du XXe siècle, les importants travaux affectant la Bibliothèque impériale suscitent davantage d’illustrations notamment gravées, peut-être d’après photographie. Parmi ce corpus, nous avons la chance de bénéficier d’une gravure en couleurs de François Courboin (1865-1926), issue de l’ouvrage d’Octave Uzanne (1851-1931), Monument esthématique du XIXe siècle : les modes de Paris, variations du goût et de l’esthétique de la femme, 1797-1897. L’auteur se fixait pour objectif de produire un ouvrage sur les « modes successives, étranges, curieuses sous tant d’aspects différents » mais vues in situ :

en les faisant défiler dans les divers milieux de notre cher Paris où elles évoluèrent depuis cent ans. Pour retirer aux illustrations la marque banale de la composition de « genre costume », nous avons voulu que leur décor fit tableau d’ensemble, qu’il montrât les architectures de la vie parisienne sur lesquelles la Mode se silhouetta en des centres d’élégance et de plaisir, et notre illustrateur François Courboin a su répondre fidèlement à notre désir et réaliser, à notre entière satisfaction, la galerie d’estampes rétrospectives que nous réclamions de son talent et de son
érudition spéciale.

C’est ainsi qu’avec la gravure n° « 100. Au Cabinet des Estampes. A la Recherche des modes d’autrefois, 1897 », l’illustrateur nous donne à voir deux lectrices de la Bibliothèque nationale, venues au Cabinet des Estampes pour y feuilleter des albums :

Au Cabinet des Estampes. A la recherche des modes d'autrefois (1897)
Au Cabinet des Estampes. A la recherche des modes d’autrefois (1897)

François Courboin date et signe sa gravure sur le recueil que les lectrices consultent sur le lutrin. Avec cette mise en abyme, il s’amuse à faire entrer son œuvre gravé au sein du Cabinet1.

Le décor de la salle de lecture est celui de la Galerie Mansart, dite « galerie basse », soit le rez-de-chaussée de la Galerie Mazarine, où le Cabinet des estampes s’installe en octobre 1854, après des restaurations mises en œuvre par l’architecte attaché à la Bibliothèque Henri Labrouste2.

Dans son article relatif aux divers emplacements occupés par le Cabinet des estampes au cours de son histoire, François Courboin décrit la salle :

Courboin, François, « Les Emplacements successifs du Cabinet des estampes de 1667 à 1917 », Bulletin du bibliophile, 1918, 15 mars-15 avril, p. 104.

Il nous reste à donner quelques chiffres : en y comprenant la Galerie basse de Mazarin qui sert aujourd’hui de salle de travail, le Département des Estampes occupe onze pièces de la Bibliothèque Nationale et couvre une superficie de 1 106 mètres carrés.

Les rayons, superposés en cinq rangées dans la plupart des salles, mesurent en longueur 2 415 mètres, en surface 1 458 mètres carrés.

Sur ces 2 415 mètres de rayons, 60 sont aménagés pour des recueils conservés à plat et comportent 596 tablettes, les 2 355 autres sont garnis de recueils ou de volumes posés debout :

1 015 mètres sont affectés à des volumes mesurant 0 m. 45 au plus ;
1 300 mètres, à des volumes mesurant o m. 65 ;
4o mètres, à des volumes mesurant 1 m. et plus.

Ces chiffres dépassent de beaucoup ceux qu’avaient prévus Jean Duchesne et Henri Labrouste car on a garni de rayons toutes les parties de parquet ou de muraille qui pouvaient supporter un casier, tout est plein et l’affectation de nouvelles salles au Département des Estampes est une des mesures dont l’Administration supérieure a reconnu l’urgence.

Courboin, François, « Les Emplacements successifs du Cabinet des estampes de 1667 à 1917 », Bulletin du bibliophile, 1918, 15 mars-15 avril, p. 104. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4220946x/f116.item>.

Dans l’estampe, on reconnaît le buste de Mazarin qui figure dans sa niche en décor de stucs et peintures réalisé en 1649 par Le Tellier et Paolo Gismondi.

Le buste de Mazarin dans la Galerie Mansart, © Élie Ludwig / BnF
Le buste de Mazarin dans la Galerie Mansart, © Élie Ludwig / BnF

Pour produire sa lithographie, François Courboin a sans doute dessiné le modèle directement en salle de lecture alors qu’il y effectuait son service. En effet, en plus d’être graveur, il fut conservateur au Cabinet des Estampes où il était entré comme stagiaire le 31 octobre 1885, pour ensuite gravir les échelons jusqu’à devenir conservateur du département en décembre 1906 et le rester jusqu’en 19253. Or, il renouvela plusieurs fois le thème de l’élégante lectrice prise sur le vif dans la salle de lecture.

En 1902 déjà, François Courboin grava un panorama de la salle de lecture du Cabinet des estampes où se mêlent lecteurs et agents de la Bibliothèque :

François Courboin, 1902, dans : Alexandre, Arsène (1859-1937), Les reines de l’aiguille : modistes et couturières (étude parisienne), Paris : T. Belin, 1902, p. [53]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6378008n/f73.item>.

La gravure illustre Les reines de l’aiguille d’Arsène Alexandre4. Dans le texte, l’auteur souligne l’érudition des couturières qui ont su prendre le chemin de la Bibliothèque nationale pour nourrir leur inspiration.

Depuis quelques années, l’érudition des couturières et des modistes en matière de costumes anciens est devenue très variée et très exercée. Auparavant, on comptait sur les doigts les quelques hardies pionnières qui allaient dénicher dans les boîtes des quais des gravures de modes. démodées, et savaient en extraire des idées brillamment nouvelles. Aujourd’hui le Cabinet des Estampes est mis à contribution ; les grands couturiers collectionnent les estampes, les recueils spéciaux, français ou étrangers, et ils se créent ainsi une ample bibliothèque de prétextes, un répertoire d’embryons. Ils ont aussi leurs « dessinatrices » qui ont une intelligence spéciale pour relever un détail dans une gravure ancienne, et pour apercevoir les rapports utiles que l’on peut établir entre les modes défuntes et celles qui vont vivre.

C’est même un joli et amusant spectacle que de voir ces piocheuses aux tables de travail de la rue de Richelieu. Elles apportent une note jeune et fraîche qui contraste agréablement avec l’aspect plus ou moins moisi des iconographes. Ceux-ci louchent un peu vers elles, mais elles n’en ont cure ; elles
peuvent trouver mieux, et d’ailleurs, elles crayonnent avec acharnement, et elles ont hâte de rapporter à la ruche leur moisson de motifs. C’est la variété des abeilles croqueuses.

Alexandre, Arsène (1859-1937), Les reines de l’aiguille : modistes et couturières (étude parisienne), Paris : T. Belin, 1902, p. 70.

Plus loin, Arsène Alexandre salue le talent des couturières :

Depuis le Cabinet des Estampes où elles s’approvisionnent de styles, qu’elles transformeront d’ailleurs de la façon la plus fantaisiste et la plus imprégnée des idées et des nerfs du jour, depuis la rue et les fêtes où leur imagination s’excite, jusqu’aux ateliers où elles refondent et affinent, ces femmes
passent par les mêmes opérations d’esprit, les mêmes angoisses et les mêmes joies que les artistes, et elles sont d’autant plus artistes elles-mêmes que nulle convention d’école ne leur apporte d’entraves et que les plus hardies sont souvent celles qui ont le plus de succès.

Alexandre, Arsène (1859-1937), Les reines de l’aiguille : modistes et couturières (étude parisienne), Paris : T. Belin, 1902, p. 77.

Mais elles ne sont pas les seules artisanes de la mode à fréquenter le Cabinet des estampes puisqu’elles peuvent aussi y croiser les modistes :

Le point de départ est souvent très curieux. De même que les couturières, les modistes se documentent. Elles ne trouvent pas tout forcément dans leur rêve, et il leur est utile souvent de rencontrer un précédent à interpréter, c’est-à-dire à métamorphoser. Le travail de l’esprit se retrouve pareil à l’illusion de presque tout artiste : croyant innover, on recommence ; croyant s’inspirer d’une idée on en invente une autre, et recommencement ou transcription sont tous deux nouveaux, puisqu’ils émanent d’une créature qui n’avait pas encore dit cette même chose, avec son propre tempérament.

Or, au cabinet des Estampes, par exemple, ou dans les recueils de modes passées où elles s’approvisionnent de prétextes, elles ont une façon à elles d’interpréter les formes et les ornementations des temps écoulés. Elles les comprennent à travers leur chiffonnage et la conception technique qu’elles
se sont faite des grandes figures de l’histoire et des arts. Il est certain que Henri III, Henri IV, Louis XIII, Rubens, Mme Vigée-Lebrun, Gainsborough, Marie-Antoinette, ont leur particulière estime au point de vue de la mode. Par les chapeaux que les uns ont portés, que les autres ont inventés ou dépeints, ce sont presque des confrères.

Alexandre, Arsène (1859-1937), Les reines de l’aiguille : modistes et couturières (étude parisienne), Paris : T. Belin, 1902, p. 146.

Il existe une fabuleuse aquatinte en couleurs de la gravure de François Courboin des reines de l’aiguille, entrée par dépôt légal (DL 3294)5 :

« Le Cabinet des Estampes », 1896, dans le recueil EF-434 (1)-FOL © Bibliothèque nationale de France
« Le Cabinet des Estampes », 1896, dans le recueil EF-434 (1)-FOL © Bibliothèque nationale de France
Détail de : « Le Cabinet des Estampes », 1896, dans le recueil EF-434 (1)-FOL © Bibliothèque nationale de France
Détail de : « Le Cabinet des Estampes », 1896, dans le recueil EF-434 (1)-FOL © Bibliothèque nationale de France

Dans la revue L’Art : revue hebdomadaire illustrée, François Courboin fit une série du motif de la couturière à la recherche de modèles au Cabinet des estampes, parue sous la rubrique « Croquis de bibliothèque ».

Ainsi en 1903, la revue publie un premier croquis que Courboin fit au Cabinet, intitulé Couturières, croquis de Bibliothèque 19036.

Art : revue hebdomadaire illustrée, 1903, t. LXIII, p. [566].

F. Darchey nous livre l’explication de la présence de ces couturières « dans la galerie sombre où des maroquins de toutes les époques font aux murailles un revêtement de tons somptueux » du Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale, où l’on croise le conservateur Courboin qui « a été stagiaire » :

Les lecteurs de l’Art savent très suffisamment, par des publications toutes récentes, que l’on cultive plus que jamais au Cabinet des Estampes le goût des nobles études et le souci de mettre en valeur les richesses de notre art national ; peut-être sont-ils moins renseignés sur l’utilité de cette belle Collection au point de vue commercial, et sur certains côtés du rôle économique qu’elle joue dans la vie de Paris.
En dehors du monde des Curieux, comme on disait au grand siècle, une foule de gens viennent là dans un but tout à fait pratique, et il faut rendre à la direction actuelle cet hommage de constater d’après les statistiques que, depuis quatre ans, le nombre des demandes de communication s’est trouvé quintuplé. On ne songe pas à la somme de travail formidable que représente la mise au point d’une pareille collection, où le souci constant est de faciliter la recherche, c’est-à-dire d’économiser le temps et la peine de l’artiste et de l’ouvrier. Ce sont ceux-là qui constituent la grosse clientèle du Cabinet des Estampes, et l’on ne sait pas assez tout le parti qu’ils en tirent. Il y a là, en effet, une mine dont la librairie et les journaux extraient chaque année des milliers et des milliers de clichés. Les peintres, sculpteurs, architectes, graveurs, décorateurs, historiens, auteurs, acteurs, costumiers, couturières y recherchent constamment tantôt le document, tantôt l’idée, et la Mode, reine de Paris, reine du monde, part souvent de ce coin studieux. Un grave bibliothécaire est souvent l’auteur responsable d’un joli costume, et peu de gens ont soupçonné que certains collets, par exemple, qui récemment firent fureur, descendaient en ligne directe d’un croquis de Pisanello signalé à propos.
La couturière ou la modiste doit constituer un intermède gai au Cabinet des Estampes, on peut le supposer sans malveillance et sans témérité. Tout conservateur a été stagiaire, et après deux heures passées en tête-à-tête avec le Monogramnist-Lexicon, de Nagler, ou les Series episcoporum, de Gams, ce doit être une compensation appréciée que d’avoir à signaler quelque joli bout de costume à une couturière de la rue de la Paix. Parfois l’élégante personne place Louis XIV au XIVe siècle, Louis XV au XVe, Louis XVI au XVIe, et ainsi de suite ; cette archéologie spéciale importe peu au résultat, qui sera toujours, en fin de compte, une variation charmante sur un thème inconnu.
De temps en temps, on voit passer comme un rayon dans la galerie sombre où des maroquins de toutes les époques font aux murailles un revêtement de tons somptueux, quelque déesse de la couture ou de la mode, descendue de son Olympe soyeux. En une séance brève, elle jette sur l’amas des recueils de costumes un coup d’œil impérieux de tacticien et se trace un plan de campagne : ON PORTERA des chapeaux Second Empire cet hiver.
Le lendemain arrivent les pionniers sous forme de premières, flanquées de la jeune personne qui a des dispositions pour les arts et dont les dessins, parfois touchants, suffisent pourtant à donner la fièvre à des doigts de fées. La première dépouille en hâte le plus de recueils qu’elle peut et la petite crayonne avec une frénésie assez intelligente pour se ménager des séances ultérieures. Quelquefois une explosion d’enthousiasme fait partir un « chut » bénévole d’un bureau, qui n’est généralement pas le plus voisin, et ces dames aussitôt chuchottent avec tout le recueillement qui convient à cette salle, si grave, si noble, si religieuse, que la fillette de l’une d’elles cherchait pieusement à l’entrée un bénitier.
F. DARCHEY.

Darchey, F., « Croquis de bibliothèque. I. Couturières », L’Art : revue hebdomadaire illustrée, 1903, t. LXIII, p. [567].

L’année suivante, la même revue publie un autre croquis de François Courboin représentant des lectrices américaines venues assister à un cours d’histoire de l’art7 :

De nouveau, F. Darchey décrit la scène :

La scène se passe au Cabinet des Estampes, vers une heure et demie. Une petite dame maigre, assise sur le divan de la salle d’entrée, compulse activement un paquet de fiches ; elle a les lèvres pincées, le front tendu ; bref, l’attitude du candidat qui repasse un memento avant d’affronter la redoutable « colle ». Le costume évoque à la fois Burne-Jones et l’Armée du Salut dans une harmonie — ? — de vert et de violet un peu osée ; mais l’intelligence du regard et la ténacité qui se lit sur un masque volontaire, au front bombé, sauvent le tout du ridicule.
A mesure que l’heure marche, les fiches disparaissent, ensevelies dans un calepin mystérieux, qui bientôt repose lui-même au fond d’un réticule, sous la sauvegarde discrète du mouchoir, du vaporisateur et du face à main.
Deux heures… deux heures un quart…. La petite dame maigre doit connaître maintenant toutes les physionomies de peintres reproduites dans la gravure de l’Hémicycle. Tout à coup, une irruption de panaches, de fourrures et de cheveux blonds se produit dans un frou-frou de soie ; on entend des exclamations, des excuses dans un anglais « nasalisé », qui trahit immédiatement la nationalité des visiteuses, et trois miss américaines découvrent le Cabinet des Estampes. Les effervescences du début sont vite calmées, la salle est grave, et le petit cicerone maigre sait, par expérience, que les démonstrations à voix basse ne sont pas les plus mauvaises et qu’elles sont infiniment plus goûtées des gens à qui on ne les destine point. Les trois miss, après une rapide inspection de la galerie, se sont installées à une table ; celle qui a les plus jolis cheveux a enlevé son chapeau, cela paraît être à la Bibliothèque le privilège exclusif des étrangères, et comme, business is business, elles sont venues là pour entendre une petite conférence sur l’histoire de l’art, elles commencent immédiatement à prendre des notes sous la dictée de la dame verte et violette qui tourne les feuillets de recueils préalablement repérés. Cela dure deux heures, et tout se passe avec une discrétion exemplaire. A quatre heures moins cinq, une voix méridionale crie : « On ferme ! » et l’escouade des miss blondes quitte, avec des effusions de reconnaissance, le petit cicerone maigre, dont le front est comme éclairé d’un humble rayonnement.
Ces dames ont consulté les œuvres de Giotto, Botticelli, Goya et Rembrandt. « Pourquoi, disait un bibliothécaire, puisqu’il y a ici de si beaux Rembrandt, en demandent-elles toujours la photographie ? »
F. DARCHEY.

Darchey, F., « Croquis de bibliothèque8. II. Cicerone « for ladies » », L’Art : revue hebdomadaire illustrée, 1904, t. LXIII, p. [14].

Le troisième « Croquis de bibliothèque », consacré aux modistes, paraît dans le numéro 775 de l’Art :

Il existe un recueil de costumes béni par des générations de Bibliothécaires. Les figures n’en sont point merveilleuses et certains aperçus archéologiques du texte auraient fait tonitruer le savant Quicherat ; tel qu’il est pourtant ce modeste bouquin a calmé bien des âmes de couturières en mal de nouveauté et tiré d’affaire plus d’un conservateur qui ne savait où trouver le manteau renaissance ou le toquet Henri II rêvé par ces dames.
C’est l’ouvrage de Herbé, Les Costumes français (1837), dont la communication est généralement précédée d’un petit dialogue dans le goût suivant :
— Monsieur, nous voudrions (ces dames viennent généralement par deux) des chapeaux Louis XVI. Qu’est-ce que nous pourrions bien demander pour cela ?
— Madame, en dehors des recueils de costumes classés par époque, vous pouvez demander Le Monument du Costume, de Moreau le Jeune, et Le Cabinet des Modes, de Duhamel, je crois que vous trouverez là tout ce que vous pouvez désirer.
— Merci, Monsieur.
Au bout de vingt minutes, retour offensif de l’aimable personne qui a dévoré deux in-folio et cinq in-4°, plutôt documentés :
— Monsieur, il y a bien des chapeaux, mais ce n’est pas tout à fait ce que je voudrais ; pensez-vous que dans les costumes Louis XIII je trouverais quelque chose d’intéressant ?
— ???… Certainement, Madame, demandez donc les Portraits de Femme, de Van Dyck, ou les Estampes, d’Abraham Bosse.
— Abraham Bosse ? C’est bien Louis XIII, ça, Monsieur ?
— Oui, Madame, et c’est rempli de renseignements.
Cette petite scène se renouvelle cinq ou six fois sans que l’artiste arrive à découvrir le type rêvé par cette archéologie spéciale qui préside à la Nouveauté.
Les souverains les plus suggestifs, invoqués sans ordre apparent, ne rendent décidément rien : Louis XV, Henri IV, François Ier perdent beaucoup, pour une modiste, à être étudiés dans les images du temps, et tous les portraits de la cour des Valois seront toujours au-dessous de ce que s’imagine une couturière qui lit La Darne de Monsoreau.
Cependant, le gardien de service qui vient de transporter pour ces dames une bonne centaine de kilogrammes de papier commence à lancer au bibliothécaire un de ces regards qui implorent, et celui-ci d’impassible se fait insinuant :
— Permettez-moi, Madame, de vous signaler un recueil très intéressant, un recueil d’ensemble, qui nous donne l’histoire complète du costume en France, « depuis les Gaulois jusqu’à nos jours », en vous permettant de comparer les différentes époques ; demandez Les Costumes, de Herbé… tout simplement.
— Oh ! merci, Monsieur.
Et pendant les deux heures qui lui restent, l’artiste en chiffons compare, compare si bien qu’elle amalgame, débarrassée, grâce au bon Herbé, de toutes les rigueurs de style qui avaient si malencontreusement entravé le premier essor de son imagination.
F. DARCHEY.

Darchey, F., « Croquis de bibliothèque9. III. Modistes », L’Art, 1904, mais, t. LXIII |t. IV, n° 775, p. 201. Disponible sur Internet, url <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1066622b/f230.item>.

La gravure qui illustre le propos montre deux lectrices assises à une table, à mi-corps10 :

F. Courboin [Deux modistes assises, à mi-corps (Cabinet des Estampes)]
F. Courboin [Deux modistes assises, à mi-corps (Cabinet des Estampes)]

En 1906, F. Darchey poursuit le commentaire de la série des croquis de Courboin :

En face du bibliothécaire, une femme grande, élégante, vêtue d’une robe claire, prend fièvreusement des notes, et le coup-d’œil du gardien de service me fait comprendre que la belle personne a déjà consulté un bon nombre de volumes grand in-folio.
« Il n’est pas étonnant, dis-je en abordant mon ami que pour une telle femme, les « Troyens et les Grecs aient souffert tant de maux. » Cette parole, empruntée pourtant aux vieillards, compagnons du sage Priam, n’a pas de succès.
« Et que peut bien être cette belle dame couturière ? modiste ? actrice ?
— Non, dit le bibliothécaire, critique.
— Qu’est-ce qu’elle critique ?
— Je ne crois pas qu’elle ait de spécialité. »
Ce n’est pas bienveillant, mais mon interlocuteur accueille cependant avec une philosophie souriante la nouvelle requête de la lectrice :
« Monsieur, je voudrais voir une gravure de la fin de l’Empire qui représente des « Merveilleuses (!) dans une allée de jardin. Je l’ai vue, mais je ne me rappelle malheureusement ni le titre, ni le nom de l’auteur. »
Après une dizaine d’essais, il se trouve que l’estampe en question n’est ni de l’Empire, ni du Directoire, et qu’il s’agit de la Promenade, gravée en 1792 par Debucourt ; on l’installe sur une table, le bibliothécaire se remet à son pupitre et la belle dame armée de son bloc-notes Se dirige vers le Debucourt avec des balancements de roseau.
« Oh ! oh! c’est une impératrice », dis-je en la voyant glisser. Mais cette citation n’a pas plus de succès que la première, et le bibliothécaire, devenu grognon, répond en haussant les épaules : « Je voudrais bien, elle saurait peut-être les dates de l’Empire. »
DARCHEY.

Darchey, F., « Croquis de bibliothèque V [((1. Voir l’Art, 3e série, 23e année, tome III, page 567 ; 24e année, tome IV, pages 14 et 201 ; 25e année, tome V, page 462.))] », L’Art : revue hebdomadaire illustrée, 1906, t. LXVI, p. [152]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1066632q/f186.item>.

Une gravure à la pointe sèche suit la description11 :

A la Bibliothèque [Cabinet des Estampes] 1906
“F. Courboin / 1906”, “A la Bibliothèque [Cabinet des Estampes] 1906 / F. Courboin”, “L’Art”

Le département des Estampes conserve par ailleurs d’autres tirages de cette même planche :

En 1907, la revue l’Art publie un dernier portrait de lectrice du département des Estampes, toujours selon le même point de vue qui laisse à penser que c’est celui de François Courboin depuis son poste de travail sis dans une alcôve de la salle de lecture :

« Portrait de Femme », L'Art, 1907, août, tome VIII, n° 814.  « François Courboin 1906 » gravé sur la plaque.
« Portrait de Femme », L’Art, 1907, août, tome VIII, n° 814. « François Courboin 1906 » gravé sur la plaque. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1066636c/f164.item>.

Pour cette occasion, le revue ne propose pas de commentaire.

Le 24 décembre 1908, l’imprimerie de Ch. Wittmann tire une nouvelle estampe de lectrices du Cabinet des estampes, datée et signée de 1906 sur la plaque, déposée au titre du dépôt légal de la Seine en 1909 :

F. Courboin, 1906 © Bibliothèque nationale de France
F. Courboin, 1906 © Bibliothèque nationale de France

Le corpus des couturières et modistes gravées par F. Courboin au cabinet est à compléter d’une autre élégante consultant un recueil et d’un portrait de trois quart d’une femme qui pourrait être une lectrice.

En plus des modistes et couturières fréquentant sa salle de lecture, François Courboin se représenta aussi en tant que bibliothécaire à la tâche, dans un autoportrait sis dans la galerie Mansart, dans une vue donnant à voir le jardin Vivienne en arrière-plan et une colonne Morris sur la rue Vivienne12 :

Le Bibliothécaire
Le Bibliothécaire
Portrait de François Courboin © Institut national d'histoire de l'art
Portrait de François Courboin © Institut national d’histoire de l’art

François Courboin se portraitura également dans sa vue de la Librairie Leclerc :

Librairie Leclerc par François Courboin, 1903, recueil EF-434 (1)-FOL.
De gauche à droite : Paul Lacombe, Maurice Tourneux, Georges Vicaire, François Courboin, Léon Gruel, relieur et Henri Leclerc
© Bibliothèque nationale de France

La colonne Morris se reconnait aisément dans une photographie du jardin Vivienne prise de l’autre côté de la rue par le photographe Charles Joseph Antoine Lansiaux (1855-après 06-04-1939) :

"Bibliothèque Nationale, 2ème arr. sur la rue Vivienne 9 novembre 1916", PH20925, CCØ Paris Musées / Musée Carnavalet – Histoire de Paris
“Bibliothèque Nationale, 2ème arr. sur la rue Vivienne 9 novembre 1916”, PH20925, CCØ Paris Musées / Musée Carnavalet – Histoire de Paris

La photographie révèle que la colonne Morris comportait un kiosque à journaux13 devant lequel le kiosquier avait disposé un étalage supplémentaire.

Immeubles parisiens. 5 rue Vivienne. Bibliothèque Nationale. Façade sur jardin. Paris (IIème arr.). Photographie de Charles Lansiaux (1855-1939). Plaque de verre, 14 août 1916. Département Histoire de l'Architecture et Archéologie de Paris. © Charles Lansiaux / DHAAP

L’image suivante, due à Charles Lansiaux, permet de voir que la kiosquière a bougé lors de la prise de vue : dans le flou qui lui donne un aspect fantomatique, on reconnaît toutefois sa longue jupe.

Détail de : Immeubles parisiens. 5 rue Vivienne. Bibliothèque Nationale. Façade sur jardin. Paris (IIème arr.). Photographie de Charles Lansiaux (1855-1939). Plaque de verre, 14 août 1916. Département Histoire de l'Architecture et Archéologie de Paris. © Charles Lansiaux / DHAAP
Détail de : Immeubles parisiens. 5 rue Vivienne. Bibliothèque Nationale. Façade sur jardin. Paris (IIème arr.). Photographie de Charles Lansiaux (1855-1939). Plaque de verre, 14 août 1916. Département Histoire de l’Architecture et Archéologie de Paris. © Charles Lansiaux / DHAAP

« Vous devez être bien tranquille, dis-je à mon ami le Bibliothécaire, qui faisait manœuvrer dans de jolies boîtes en chêne des régiments de fiches. Et quelle douceur de passer votre existence dans la contemplation des chefs-d’œuvre et la fréquentation des maîtres ! »
Il me regarda avec ahurissement : « Mon bon ami, me dit-il, il y a, dans ces petites boîtes, un peu plus de 18,000 fiches qui représentent un catalogue : rédaction, impression, correction me forcent à voir chacune d’elle cinq fois, voilà pour l’exclusive contemplation des maîtres, et, quant à la tranquillité, si vous voulez vous asseoir à proximité de mon bureau et écouter tout ce qu’on va me dire d’ici une heure, vous serez fixé. »
Successivement, mon ami fut interviewé sur des costumes Louis XIII, à propos du bal Callot, sur une thèse illustrée soutenue en présence de Louis XIV par un La-Tour-d’Auvergne, sur une lithographie de Toulouse Lautrec qui ne figurait pas dans les collections de la Nationale, sur les différences qui existent entre l’uniforme des hussards Bercheny, Chamboran, Lauzun, etc., et celui des chasseurs de l’Empire, un jeune esthète vint lui faire remarquer que les Rops étaient vraiment incomplets, et un vieil artiste, congestif et chevelu, s’irrita, parce qu’on ne pouvait lui communiquer les types d’animaux que par espèce et qu’il les voulait tous ensemble en vue d’une Arche de Noé qu’il projetait.
« Et combien faites-vous de communications en moyenne, dis-je au bibliothécaire ? — Il consulta un petit carnet : « 53,000 l’année dernière ». Et je songeai à l’accueil olympien que fit Leconte de Lisle, bibliothécaire du Sénat, à l’imprudent qui par inadvertance lui demanda un jour un volume : « C’est déjà de la légende », pensai-je, en quittant mon ami. Devant lui venait de s’installer une modiste, dont la fillette ouvrait de grands yeux sur les boîtes de fiches et pensait peut-être qu’en remuant ces petites cartes le bibliothécaire préparait une amusante et interminable partie de bataille.
DARCHEY.

Darchey, F., « Le Bibliothécaire », L’Art : revue hebdomadaire illustrée, 1905, t. LXIV, p. [462]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1066628t/f614.item>.

La précision des renseignements fournis sur les usagers du Cabinet des estampes, leurs recherches comme leurs questions, révèlent combien le dénommé F. Darchey s’était bien informé auprès de François Courboin pour décrire les estampes qu’il a produit. Cependant, aucun F. Darchey n’est autrement référencé dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France ou dans d’autres bases bio-bibliographiques, comme par exemple le World Biographical Information System Online (WBIS) des éditions Walter de Gruyter GmbH. Il est probable qu’il s’agisse d’un pseudonyme employé par François Courboin lui-même !

François Courboin bénéficie d’une notice dans l’Inventaire du fonds français après 1800 ((Adhémar, Jean (1908-1987) ; Vallery-Radot, Jean (1890-1971) (préf.), Inventaire du fonds français après 1800. Tome cinquième, Cidoine-Daumier, Paris : Bibliothèque nationale, 1949, 1 vol. (VIII-616 p.) ; 29 cm. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5488526m>. Sous le n° 91, le catalogue signale deux états de « Quatre lectrices au Cabinet des Estampes, couturières, pointe sèche… 1906. » mais sans les localiser. Nous ignorons où Jean Adhémar à vu cette estampe à ajouter au corpus illustrant le département des Estampes.)) :

COURBOIN (François).

Né à Chaumont-Porcien (Ardennes), 1865; à Ajaccio, 1925.
Graveur illustrateur, élève d’Achille Gilbert, Félix Buhot et F. Bracquemond, il a exposé des gravures aux Artistes Français en 1885, 1887, et 1898. Courboin a travaillé surtout pour l’Art, l’Artiste et la Gazette à reproduire des tableaux ou des dessins de maîtres. Il a commencé par faire du Buhot pour finir par des planches, dans le même goût que celles de Chahine.

Ses illustrations ont un certain charme, qu’il s’agisse de poésies symbolistes ou de romans 1830 qui revenaient à la mode. Pour ces images rétrospectives, Courboin s’aidait des collections du Cabinet des Estampes, de ces recueils de costumes qu’il aimait à montrer consultés par de jeunes couturières ou modistes. C’est qu’il passa vingt ans à la Bibliothèque (1885-1906), bibliothécaire, puis Conservateur du Cabinet des Estampes ; il publia plusieurs Inventaires du fonds d’estampes, de dessins et de photographies, notamment celui des gravures de la Réserve (avec l’aide de M. Jules Lieure ; ce cat. commencé par Duplessis en 1885, parut en 1900) ; sa monumentale Histoire illustrée de la Gravure en France (1500 planches commentées, 1923), sa Bibliographie de la Gravure française (avec Marcel Roux) rendent journellement de grands services ; Courboin eut, de plus, l’idée de réunir des fumés ou défets des illustrateurs anciens et modernes dont les livres sont conservés aux Imprimés.

Adhémar, Jean (1908-1987) ; Vallery-Radot, Jean (1890-1971) (préf.), Inventaire du fonds français après 1800. Tome cinquième, Cidoine-Daumier, Paris : Bibliothèque nationale, 1949, p. 247. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5488526m/f259.item>.
Nouvelle galerie des gravures à la Bibliothèque impériale, VA-237 (7)-FOL MFILM H 23422
Nouvelle galerie des gravures à la Bibliothèque impériale © Bibliothèque nationale de France, VA-237 (7)-FOL MFILM H 23422

La galerie Mansart fut la salle de lecture du Cabinet des estampes jusqu’aux travaux menés par l’architecte Michel Roux-Spitz.

Galerie Mansart, 1935, Bibliothèque nationale de France, VA-237 (7)-FOL, Microfilm H-23426
Galerie Mansart, 1935 © Bibliothèque nationale de France, VA-237 (7)-FOL, Microfilm H-23426
Galerie Mansart © Bibliothèque nationale de France
Galerie Mansart © Bibliothèque nationale de France

En 1938, la galerie Mansart devint un espace d’expositions temporaires, ce qu’elle est restée jusqu’à nos jours. Le Cabinet des estampes devait s’installer dans l’aile gauche de l’hôtel Tubeuf renovée par Michel Roux-Spitz, mais les travaux furent interrompus par la guerre14.

Actes

Acte de décès

6 MI 4/438 : Etat-civil - Registre des actes de décès de la commune d'Ajaccio de l'année 1926, n° 114
6 MI 4/438 : Etat-civil – Registre des actes de décès de la commune d’Ajaccio de l’année 1926, n° 114.

Dossier de la Légion d’honneur

Notes



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 5 août). Le Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale : centre de documentation des couturières et des modistes. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3yf

  1. De nos jours, le département des Estampes et de la photographie conserve plusieurs recueils de son œuvre : SNR-1 (COURBOIN, François) < Série non reliée > ; EF-434 (1)-FOL < Oeuvre monté > ; EF-434 (2)-FOL < Oeuvre monté > en plus d’autres pièces et peintures dont un album de 26 aquarelles de Saint Valery-sur-Somme, VE-1243-4. Les recueils permettent de reconstituer le réseau de l’artiste qui fit des ex-libris pour Félix Buhot (1847-1898), son collègue George Duplessis (1834-1899), le bibliographe Paul Lacombe (1848-1921), la carte de visite du marchand d’estampes Georges Rapilly (1862-1943), des reproductions d’œuvres d’art ou des illustrations pour le Monde illustré. Voir : Jean-Paul Fontaine, dit Le Bibliophile Rhemus, « La Bibliothèque de Paul Lacombe (1848-1921), Parisien », Histoire de la Bibliophilie, 14 novembre 2020. Disponible sur Internet, url : <http://histoire-bibliophilie.blogspot.com/2020/11/la-bibliotheque-de-paul-lacombe-1848.html>. []
  2. (Voir : Courboin, François, « Les Emplacements successifs du Cabinet des estampes de 1667 à 1917 », Bulletin du bibliophile, 1918, 15 janvier-15 février, p. [1]-34. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4220946x/f13.item> ; Bulletin du bibliophile, 1918, 15 mars-15 avril, p. 85-122. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4220946x/f97.item> ; Weigert, Roger-Armand, « Les différents emplacements du cabinet des estampes 1667-1954 », Bulletin d’information de l’A.B.F., p. 216. Disponible sur Internet, url : <https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/49834-les-differents-emplacements-du-cabinet-des-estampes-1667-1954.pdf>. []
  3. Le 27 janvier 1888, François Courboin devint sous-bibliothécaire ; le 31 juillet 1902, il est bibliothécaire ; le 5 décembre 1906, il devient conservateur adjoint puis conservateur le 30 juillet 1909. []
  4. Alexandre, Arsène (1859-1937), Les reines de l’aiguille : modistes et couturières (étude parisienne), Paris : T. Belin, 1902, 1 vol. (189 p.) : ill., pl. ; in-4°. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6378008n>. []
  5. Mesures : Haut. à la cuvette : 42 cm. Larg. à la cuvette : 29,4 cm ; Haut. de la feuille : 52,7. Larg. de la feuille : 35,7 cm. : Haut. de la gravure : 40,3 cm. Larg. de la gravure : 28 cm. []
  6. L’Art : revue hebdomadaire illustrée, 1903, t. LXIII, p. [566]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1066620h/f787.item>. []
  7. L’Art : revue hebdomadaire illustrée, 1904, t. LXIII, p. [15]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1066622b/f33.item>. []
  8. Voir l’Art, 23e année, 3e série, tome III, page 567. []
  9. Voir l’Art, 23e année, 3e série, tome III, page 567, et tome IV, page 14. []
  10. L’Art : revue hebdomadaire illustrée, 1904, t. LXIII, p. [401]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1066622b/f507.item>. []
  11. L’Art : revue hebdomadaire illustrée, 1906, t. LXVI, p. [153]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1066632q/f187.item#>. []
  12. Courboin, François, « Le Bibliothécaire », L’Art : revue hebdomadaire illustrée, 1905, t. LXIV, p. [463]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1066628t/f615.item>. []
  13. « Les kiosques à journaux, une page d’histoire parisienne », paris.fr, 6 janvier 2021. Disponible sur Internet, url : <https://www.paris.fr/pages/les-kiosques-a-journaux-une-page-d-histoire-parisienne-16294>. []
  14. Voir : Jacquot, Olivier, « Le Retour des Estampes », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, 23 novembre 2021. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/10936>. []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search