A la Bibliothèque Nationale en 1898

Le 3 mai 1898, Le Petit journal rendait compte de la réouverture de la salle publique de lecture de la Bibliothèque Nationale, première salle de lecture de la bibliothèque, ouverte à tous les publics.

Dans la transcription de l’article qui suit, les notes sont de notre fait.

A LA BIBLIOTHÈQUE
La Bibliothèque Nationale a rouvert les portes de sa salle publique de lecture, rue Colbert. Le local a revêtu une apparence de fraîcheur, de jeunesse qui lui sied à merveille par cette saison printanière. Quant au personnel, enfin reposé et toujours aimable, il attend de pied ferme ses lecteurs d’été.
Car il y a, dans cette partie éternellement provisoire du vaste établissement, une clientèle qui, au dire d’observateurs compétents mais malicieux, sa modifie selon les variations de la température. On a même remarqué que chez un certain nombre d’individus la passion de la lecture semblait croître en raison directe de la baisse du thermomètre… à l’extérieur.
Ceux-là vont sans doute profiter des beaux jours pour faire un peu d’école buissonnière et feuilleter ce grand livre de la Nature en marge duquel le soleil a coutume de mettre d’éblouissantes enluminures.
De sorte que la Bibliothèque appartiendra pendant quelque temps à ses véritables habitués ; à ceux qui, par toutes les saisons, prennent plaisir à y venir travailler ou se distraire : érudits, écrivains en quête d’un renseignement, journalistes à la recherche d’une date, jeunes gens emprisonnés dans la grande cité et qui tentent, ne pouvant voyager, de prendre une bouffée d’air exotique en des récits d’excursions à travers les continents et les mers.
Fait intéressant à noter : autrefois, cette partie du gros public s’adonnait de préférence à l’émotion des romans d’Alexandre Dumas, d’Eugène Sue ou de Frédéric Soulié. Aujourd’hui, la génération nouvelle est irrésistiblement portée vers les relations des aventures lointaines, en des pays d’autant plus beaux qu’ils sont plus inconnus.
Faut-il interpréter cette tendance de l’esprit actuel comme une espérance pour notre avenir colonial ? ou n’est-ce qu’un engouement passager qui fera place plus tard à d’autres préoccupations ?

Certes, cette salle publique de lecture ne peut donner à aucun visiteur l’idée de la véritable Bibliothèque ; de celle où des savants, aux tons d’ivoire jauni, pâlissent sur des manuscrits hiéroglyphiques, des incunables ou des in-quarto terrifiants. Les mœurs y paraissent plus simples ; les habitudes plus terre à terre. Là, le Larousse règne en souverain maître et tranche toutes les questions avec une autorité indiscutée. Là, également, bien des mains de travailleurs, plus habituées à manier l’outil que la plume, tournent les pages de livres simplement destinés à récréer un peu l’esprit, tandis que le corps se repose.
Mais on aperçoit cependant, à quelques places privilégiées, choisies après de mûres réflexions et de sages comparaisons, les vrais et rares fidèles du lieu ; c’est-à-dire ceux qui y fréquentent avec l’assiduité du plus parfait des bureaucrates et dans l’existence desquels les périodes de fermeture causent des vides lamentables.
Ceux-là, dont la résignation est à toute épreuve et dont la modestie n’a pas besoin de fauteuil rembourré qu’il faut obtenir par voie d’autorisation directoriale ; ont voué quelquefois toute leur vie à une œuvre qu’ils ne termineront jamais.
Quel perpétuel labeur ! mais aussi quelles jouissances intimes à la suite de certaines trouvailles !
Un de ces admirables adeptes de l’idée bizarre a consacré tout ce qu’il possédait de forces à relever les erreurs de géographie commises par nos plus grands écrivains. Il en a composé un petit ouvrage dont le nombre des alinéas va toujours en augmentant. Comme il paraissait fort joyeux, dernièrement, on le questionna. Joyeux ! il l’était en effet, car il venait de découvrir que Labiche faisait faire, à Monsieur Perrichon1, son fameux voyage en Suisse, en plein territoire français, à Chamonix. « Et Henri de Bornier2, ajoutait-il, qui, dans le compte rendu des Maucroix3, débute ainsi : « Nous sommes en Suisse, à Evian. » Et Victorien Sardou4, qui, avec Daniel Rochat, place cette même localité dans les 22 cantons ! » Et il continuait sur ce ton, passant la longue et étrange revue des erreurs académiques.

Un autre spécialiste de la statistique a travaillé toute l’année dernière à relever les calembours dans l’œuvre complète de Victor Hugo et il veut maintenant établir le nombre exact de fois que le grand poète fit rimer ombre avec sombre5.
Mais le plus original parmi les hôtes assidus de la salle publique de lecture fut certainement cet homme d’un âge assez avancé qu’on trouva mort chez lui, il y a un an environ, et qu’on crut tout d’abord avoir été la victime d’un assassinat. Depuis plus de dix ans, il venait régulièrement, chaque matin à la Bibliothèque et lisait le numéro du Journal des Débats correspondant à la date du mois où l’on se trouvait, mais antérieur de quarante années. Il ne se préoccupait jamais des faits actuels, mais se passionnait, par exemple, le 5 mars 1896, pour ce qui s’était passé 5 mars 1856. Il n’aurait voulu pour rien au monde anticiper sur les dates et suivre autrement qu’au jour le jour le récit de ces événements quadragénaires. Il s’habillait à la mode de l’époque, mais toujours en noir et, à part sa singularité d’esprit bien inoffensive, ne donnait aucun signe de déséquilibrement. Une fois cependant, au commencement de septembre 1895, il sortit en proie à une émotion qu’il ne pouvait plus contenir : il venait de lire dans son journal la prise de Sébastopol !

Mais ces clients singuliers de la Bibliothèque disparaissent de plus en plus, et le dernier d’entre eux aura probablement cessé d’exister avant que l’État se décide à terminer les travaux prévus et à donner au monument le développement qu’il doit avoir, selon les règles de l’architecture la plus élémentaire.

« A la Bibliothèque », Le Petit journal, 3 mai 1898, n° 12912, p. [1]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k614604x/f1.item>.

Réouverture de la salle publique de lecture

L’article est publié à l’occasion de la réouverture de la « salle publique de lecture », soit une salle de lecture destinée « à un public qu’on qualifiait à l’époque de « tout-venant », selon Denis Bruckmann, ancien directeur général de la BnF6.

Sise au premier étage de l’aile est de la cour d’honneur, une première salle de lecture fut construite en 1833 par l’architecte Louis Visconti (1791-1853), architecte de la Bibliothèque de 1828 à 18537 et fermée à une date qui n’est pas documentée mais que l’on situe dans les années 1840.

Une deuxième salle publique de lecture, créée sur la recommandation de la Commission Mérimée, qui acheva ses travaux en 1858, fut inaugurée en 1868 et resta à la disposition de son public spécifique jusqu’en 19358.

« Éternellement provisoire »

L’article raille le fait que l’entrée de la salle de lecture publique soit « éternellement provisoire ». De fait, longtemps dans les guides, les annuaires comme dans la communication de la Bibliothèque, cet adjectif fut accolé à la description de son entrée. Le public pouvait légitimement se gausser du qualificatif puisqu’il avait court au moins depuis les années 18609 !

Les lecteurs de 1898 étaient loin d’imaginer que ce provisoire allait le rester jusqu’au 20e siècle.

Notes



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 9 août). A la Bibliothèque Nationale en 1898. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3yi

  1. Le Voyage de monsieur Perrichon, comédie en quatre actes d’Eugène Labiche et Édouard Martin, représentée pour la première fois le 10 septembre 1860 au théâtre du Gymnase, à Paris qui met en scène Monsieur Perrichon qui se rend en Suisse et évoque Grenoble, Lauzanne [sic], « Chamouny ». Pièce disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6502486x>. []
  2. Henri de Bornier (1825-1901), dramaturge, poète, écrivain et critique théâtral mais aussi conservateur de la Bibliothèque de l’Arsenal. []
  3. Comédie d’Albert Delpit (1849-1893), représentée pour la première fois à la Comédie-Française, le 4 octobre 1883. Le compte rendu d’Henri de Bornier parut dans la Nouvelle revue, 15 octobre 1883, t. XXIV, p. 882, où il écrit : « Nous sommes en Suisse, à Évian, dans une des salles communes de la maison des bains. » Voir : Henri de Bornier (1825-1901), « Revue du théâtre. Drame et comédie », Nouvelle revue, 15 octobre 1883, t. XXIV, p. [880]-894. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k359337/f884.item>. []
  4. Le dramaturge Victorien Sardou (1831-1908), auteur de la comédie en cinq actes Daniel Rochat, représentée pour la première fois, à Paris, au Théâtre Français, le 16 février 1880. Évian n’est pas citée dans la pièce. Voir : <http://www.xn--thtre-documentation-cvb0m.com/content/daniel-rochat-victorien-sardou>. []
  5. Auguste Couvret de Beauregard, Auguste (1780-18..) n’a pas étudié Victor Hugo dans ses Calembours et jeux de mots des hommes illustres, anciens et modernes, Paris : Aubry : Petit : l’éditeur, 1806, 2 vol. (211, 202 p.) ; in-12. Disponibles sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9743091c>, <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9743379z>. Voir : Bayet, Christiane, Victor Hugo s’amuse : anas, jeux de mots, calembours, Paris : Éditions Atlas, 1955 (impr. de G. Girard), 1 vol. (191 p.) : ill., planche, couv. ill. en coul. ; In-8°. []
  6. Denis Bruckmann, « Bibliothèque nationale de France et grand public : une longue marche », Bulletin des bibliothèques de France, 2018, n° 16. Disponible sur Internet, url : <https://bbf.enssib.fr/matieres-a-penser/bibliotheque-nationale-de-france-et-grand-public_68526>. []
  7. Voir : Delisle, Léopold, « Notes sur le département des imprimés de la Bibliothèque nationale », Bibliothèque de l’école des chartes, 1891, tome 52, p. 357-417. DOI : https://doi.org/10.3406/bec.1891.447657. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1891_num_52_1_447657>. []
  8. Netchine, Ève ; Strauch, Edmée, « La Salle B ou 70 ans de lecture publique à la Bibliothèque nationale », dans : Mélanges autour de l’histoire des livres imprimés et périodiques, Paris : Bibliothèque nationale de France, 1998, p. 242-266 ; Galvez, Marie, « Histoire de la « salle B » ou salle publique de lecture « ouverte à tout venant » à la Bibliothèque nationale au XIXe siècle (1868-1905) », dans : Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Villeurbanne : Presses de l’enssib, 2014, p. 77-100. Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/pressesenssib/12363> ; Galvez, Marie, « Histoire de la « salle B » ou salle publique de lecture « ouverte à tout venant » à la Bibliothèque nationale au XIXe siècle (1868-1905) », dans, Bibliothèque des Amis de l’Instruction du 3e arrondissement, Bibliothèques populaires 2014, Paris : Bibliothèque nationale de France, Bibliothèque de l’Arsenal, 2014. Disponible sur Internet, url : <http://bai.asso.fr/wordpress/marie-galvez-histoire-de-la-salle-b-ou-salle-publique-de-lecture-ouverte-a-tout-venant-a-la-bibliotheque-nationale-1868-1905/>. []
  9. Voir par exemple : Joanne, Adolphe (1813-1881), Le Guide parisien : contenant tous les renseignements nécessaires à l’étranger pour s’installer et vivre à Paris… suivi de la liste alphabétique de toutes les rues et places de Paris, Paris : L. Hachette, 1863, 1 vol. (IV-437 p.) : 46 tableaux, fig. et plan ; in-16, p. 334. Disponible sur Internet, url : <https://play.google.com/books/reader?id=H-g1iUQAEpwC&pg=GBS.PA334&hl=fr>. []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search