Charles Benoît Hase portraituré par Coquille en 1855

En 1855, un auteur qui se cachait derrière le pseudonyme de Coquille (ou couille en argot des typographes) rédigeait un billet pour se moquer de l’enseignement de grammaire comparée assuré par Charles Benoît Hase à la Faculté des lettres de Paris. Hase y occupait, depuis le 24 novembre 1852, une chaire spécialement créée pour lui1, pour avoir été le précepteur des fils d’Hortense Eugénie de Beauharnais (1783-1837), soit Napoléon-Louis Bonaparte (1804-1831) et Louis-Napoléon Bonaparte (1808-1873).

M. Hase sait une foule de langues, et notamment le grec : aussi professe-t-il à la Sorbonne la grammaire comparée. La Revue des cours publics, analysant une de ses leçons, nous fait connaître ce qu’il pense de l’origine du langage. Ce savant n’a pas une très haute idée de son espèce (l’espèce humaine s’entend), car il déclare tout net que la langue primitive se composait de gestes et d’interjections dans le genre de : Ah ! Eh ! Oh ! Les enfants conservent quelques vestiges de cette langue primitive quand ils prononcent mamma, tata ; il paraît, par Aristophane et Martial, que ces syllabes étaient familières aux petits grecs et aux petits romains. Avec plus d’attention, M. Hase aurait pu remarquer que l’interjection hi ! hi ! hi ! était en usage alors comme aujourd’hui parmi les enfants. Ce devait être un singulier spectacle que ce langage par gestes et par interjections ; il y a loin de là au régime parlementaire. Après tout, il était proportionné aux forces de « l’homme naissant. » M. Hase a l’air de croire que les premiers hommes étaient tous des enfants de six mois, et qu’ils se sont perfectionnés en grandissant. Ce système a ses difficultés. Mais en notant les cris des enfants en nourrice, on arriverait peut-être à reconstituer la langue primitive. Nous recommandons cette observation à nos académiciens, à moins que M. Renan ne fasse triompher un système tout différent. Cet autre savant, dans un livre sur les langues sémitiques, couronné par l’Institut, se moque de ceux qui prétendent que le genre humains a commencé par balbutier. A son avis, la plus magnifique des langues est la langue primitive ; elle est née d’une soudaine inspiration, elle est sortir tout d’une pièce du cerveau de l’humanité. Plus tard, la réflexion a gâté ce produit de l’intuition et a substitué à ce langage poétiquement synthétique des idiômes analytiques, étriqués, sans éclat ni grandeur. M. Renan ne nous dit pas qui a créé l’humanité ; il croit sans doute qu’elle s’est créée elle-même. Mais pourquoi l’humanité a-t-elle perdu ses priviléges [sic] ? Si M. Renan était chrétien, il en saurait un peu plus long. Mais autant il est incrédule aux enseignements de la Bible, autant il est crédule aux imaginations du panthéisme. Et sa langue primitive se révélant en un clin-d’œil à tous les hommes, offre un prodige tout aussi étonnant que celui du langage dérivant des gestes et des interjections de M. Hase.

Coquille, « [M. Hase] », L’Univers, 26-27 décembre 1855, n° 353, p. [1]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k695820x/f1.item>.

Note



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 3 juillet). Charles Benoît Hase portraituré par Coquille en 1855. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3xs

  1. Fortoul, Hippolyte ; Bonaparte, Louis-Napoléon, « Nomination de M. Hase à la Faculté des lettres de Paris », Bulletin administratif de l’instruction publique, 1852, novembre, tome 3, n° 35, p. 380. Disponible sur Internet, url : <https://education.persee.fr/doc/baip_1254-0714_1852_num_3_35_7355>. []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search