Charles Benoît Hase portraituré par Jean-Jacques Weiss

Le bibliothécaire du palais de Fontainebleau Jean-Jacques Weiss (1827-1891) livra un portrait peu flatteur du conservateur des manuscrits grecs de la Bibliothèque nationale Charles Benoît Hase (1780-1864) dans La Revue politique et littéraire1.

C’est cet article que nous transcrivons ci-après en complément du portrait de C. B. Hase publié dans ces pages. Les notes sont de notre fait.


NOTES ET IMPRESSIONS
I.

Avez-vous, par hasard, connu feu M. Hase, le moins disputeur des juges pour le doctorat ès lettres et le plus facile à satisfaire des examinateurs pour le baccalauréat ?

Il est mort en 1864, à cage de quatre-vingt-quatre ans. C’était, dans ses dernières années, le type achevé du savant d’un autre âge, conservé dans ses sinécures comme dans un bocal. Qui eût dit en ce temps-là qu’il avait été, tout comme un autre, jacobin, enthousiaste et pas mal batailleur, jeune homme poétique et tendre, recherché des dames et leur amoureux timide ? Cela est cependant, point pour point. On vient d’exhumer en Allemagne et de publier par fragments, sous le titre : Un voyage à Paris, le journal rédigé par lui-même des deux premières années — 1801 et 1802 — qu’il a passées en France. C’est un recueil de notes et de lettres que M. Hase adressa sur le moment à l’un de ses camarades de gymnase, du nom d’Erdmann, devenu depuis général en Russie. La lecture en est charmante : sermo pedestris. Un ton posé, les sensations et les bonheurs de la jeunesse rendus avec une vivacité imaginative, nombre de petites idylles de la société française en ce premier instant d’éveil délicieux où elle secouait la nuit révolutionnaire et le cauchemar de la guerre perpétuelle, où le premier consul semblait un dieu qui terrasse les hydres et dissipe les pestes. C’est l’un des rares documents que nous possédions d’un homme qui ait eu vingt ans, à Paris, au lendemain du 18 Brumaire et à la veille de la paix d’Amiens.

Je me remets sous les yeux le M. Hase que j’ai connu ou plutôt côtoyé vers 1850. Hiver comme été, à dix heures du matin comme à dix heures du soir, il portait l’habit noir à longues basques, descendant jusque bien au-dessous du jarret, qui était l’uniforme des universitaires de la première génération, 1808-1840. Son chef branlant, mais fourni en chair, haut en couleur et droit, émergeait d’une grosse cravate tortillée à la diable autour du cou. Il scandait ce qu’il parlait et, quand il parlait, sa langue pendait hors de sa bouche, arrêtant chaque son articulé au passage et le forçant à faire une halte d’une demi-seconde avant l’émission définitive. Tout cela composait un ensemble inénarrable de paléographe pétrifié dans le parchemin. Il habitait alors, arcade Colbert, au coin de la rue Richelieu, une sombre petite maison dépendant de la Bibliothèque nationale et qui sert toujours de logement à l’un des conservateurs2. Bien curieuse, cette maison ! Regardez-la en passant. Je n’en connais pas une dans tout Paris qui ait un air plus suspect. Elle est au beau milieu du plus bruyant brouhaha, dans l’endroit de la ville où la circulation des voitures et des piétons est la plus pressée ; et cependant elle est tout ce qu’il y a de plus à l’ombre, de plus silencieux et de plus caché. On dirait la maison idéale d’un homme d’étude qui aime la retraite et qui a besoin de cultiver le monde, qui dans le monde est obligé de prendre par état et prend d’ailleurs par goût les apparences d’un vieux savantasse absorbé et ahuri dans le déchiffrement de Platon, mais qui vit avec sa gouvernante et qui, portes closes, suit avec délices les maximes d’Aristippe.

Tel est le séjour, tel est le tranquille et discret fromage de Hollande où se trouvait retiré, vers 1850, bien confortablement et chaudement, Charles-Bénédict Hase, ancien étudiant à l’Université d’Iéna, qui était arrivé à Paris, dans la première année du siècle, avec une vingtaine de laubthalers (écus de six livres) dans la poche, et qui, un certain soir d’octobre 1801, s’était assis désespéré sur un banc du Palais-Royal, n’ayant guère dîné ce jour-là et ne sachant pas s’il dînerait du tout le lendemain. Il était là, désormais et depuis longtemps, à l’abri des intempéries des saisons et des vicissitudes de la politique, mais non pas, hélas ! à l’abri des autres étudiants de l’Université d’Iéna, qui continuaient d’arriver à Paris avec leurs petits gulden et leurs petits pfennigs pour y chercher un bon emploi dans la philologie et qui tous venaient tout droit relancer dans son fromage leur compatriote, le célèbre M. Hase. Pour ses péchés, M. Hase, conservateur à la Bibliothèque nationale, membre de l’institut, directeur de l’École des langues orientales, président du conseil de perfectionnement de l’École des chartes, professeur de langue allemande à l’École polytechnique, examinateur pour les langues vivantes à l’École normale supérieure, professeur de grammaire comparée à la Faculté des lettres, commandeur de la Légion d’honneur et de plusieurs autres ordres, était devenu la légende pantagruélique de tout ce que l’Allemagne possédait alors d’épigraphistes, de romanistes, de latinistes, d’hellénistes et de celticistes, négligés de leur pays et affamés. Le Thuringerwald, l’Odenwald, le Schwarzwald, Giessen, Erlangen, Heidelberg et Kœnigsberg les vomissaient par douzaines sous l’arcade Colbert. C’était la brosse de crin dans la douce ouate où se dorlotait Aristippe. Il avait fini cependant par imaginer un procédé de salut qui cadrait admirablement avec la haute mine d’archéologue bienveillant et paisible. Il avait dressé chez lui un registre monumental semblable à celui que Luguet, jouant l’entrepreneur de mariages, maniait si plaisamment dans la Cagnotte3. Quand le jeune compatriote de là-bas arrivait avec sa casquette chétive et sa mine dévorante pour lui demander une bonne place, il le menait au registre, il inscrivait le nom, l’adresse et les titres du solliciteur, et, projetant sa langue en avant, il tenait ce discours au bonhomme :

« Mon très cher compatriote, disposez de moi ; je crois que vous êtes un véritable savant ; vous avez tout mon appui. Sur ce registre-là il y a déjà quinze cent dix-sept candidats inscrits par ordre chronologique pour la prochaine place. Ils sont tous mes compatriotes, comme vous ; ils sont tous, comme vous, arrivés du pays sans ressource ; ils sont tous presque aussi savants que vous ; je me remue beaucoup pour eux, vous avez le n° 1518 ; ne vous découragez pas, et venez me trouver sitôt que vous saurez que le n° 1517 est placé ; vous aurez aussi une bonne place, mon très cher compatriote ; je suis sûr que vous la remplirez très bien. »

Aussi faisait-il, moitié croyant ce qu’il disait, et moitié se conjouissant en son large cynisme d’homme plantureux qui ne se souvient plus du jour où il ne lui restait plus rien de ses thalers. Il avait d’ailleurs l’optimisme souverain que donne le suprême scepticisme. Quand il venait à l’École normale examiner sur l’allemand les élèves de troisième année : « Mon jeune ami, disait-il de sa voix lente et avec un ton de circonspection impayable, veuillez me dire, je vous prie — si vous le savez, car on peut être un excellent et studieux jeune homme et ne le pas savoir, — veuillez me dire comment vous exprimeriez en langue allemande cette pensée : Mon père est bon. Réfléchissez ; ne vous troublez pas ; ne vous pressez pas, afin de bien garder tous vos moyens. L’élève répondait : Der Vater ist gut. — Très bien ! s’écriait M. Hase. Mais très bien ! très bien ! » Et se tournant, comme soulevé d’admiration, vers le maître de conférences pour la langue allemande : « Y a-t-il longtemps, monsieur, que ce remarquable jeune homme apprend l’allemand ? Mais c’est qu’il n’a pas dit : Mein Vater. Il a dit excellemment : Der Vater. Je ne m’y serais jamais attendu ; il a fait un germanisme ! C’est étonnant, les résultats qu’on obtient aujourd’hui avec de jeunes Français. » Et, à cette époque où le vent n’était pas à la philologie, la jeunesse irrespectueuse de l’École normale pensait en soi-même : « Quel philologue ! quelle baderne ! »

II.

Il avait, au contraire, ou du moins il avait eu, en son premier épanouissement, un esprit et une imagination de la meilleure trempe. Dans son Voyage à Paris, il note vraiment les sensations et les faits comme Stendahl, avec la même breveté simple, la même vivacité et la même limpidité. Hase était le fils d’un pasteur de Thuringe. Il avait eu pour maître au gymnase de Weimar l’archéologue Bœttiger, l’un des amis de Gœthe et de sa pléiade. Il avait passé de là à l’Université d’Iéna, où il était devenu de première force sur l’arabe et le grec moderne, mais sans négliger pour ces spécialités l’instruction générale, qui est plus que médiocre d’ordinaire chez les érudits et qui chez lui était très étendue.
Il avait vingt ans lorsque son enthousiasme républicain et un vague désir de brusquer sa fortune le poussèrent à Paris. Il partit d’Erfurt a pied, vers la fin de 1801, son sabre d’étudiant au côté, avec 180 francs pour tout avoir. Il fit son premier souper sur l’ancien territoire français, au bourg de Pont-d’Oye4. Il note le prix du souper : 2 fr. 30 ; une table aussi copieuse, nous dit-il, que dans les premiers hôtels de l’Allemagne, avec deux bouteilles de bourgogne. Tout le long du chemin, vingt sujets d’observations curieux, avec deux ou trois aventures d’une heure.

Les véritables tribulations commencent à Paris, quand les trente écus de six livres sont épuisés. Il avait bien emporté d’Erfurt un petit mot de recommandation pour Millin, botaniste notable, devenu apures la Révolution professeur d’archéologie. Mais, sur sa belle mine, Millin le prend pour un riche et noble étranger qui veut jouir de l’entretien des savants de Paris, et il l’invite à venir dîner le septidi ((Septième jour de la décade, dans le calendrier républicain.)) suivant. « J’irai volontiers, écrit Hase tristement sur son jour journal, si d’ici là je ne suis pas mort de faim. » Ses voisins, dans la maison garnie qu’il habite, ne peuvent lui être d’aucune utilité, et même ils lui empruntent de ci de là un petit écu, entre autres un officier originaire de Gênes qui se dit cousin de la sœur du premier consul et qui est venu solliciter à Paris. Je signale ce singulier cousin au colonel Jung5, qui fouille avec tant de soin les origines et les premières années de Bonaparte. Les libraires à qui Hase s’offre comme correcteur de grec et commis le repoussent. Un moment, sur les conseils de l’officier génois, il songe à s’engager dans la garde consulaire. Tout à coup le hasard vint à son aide. Le hasard est souvent plus propice à la jeunesse que toutes les lettres de recommandation et tous les conseils.

Le soir du 5 brumaire, Hase errait dans le jardin du Palais-Royal, en proie à ses sombres pensées. Il se laisse tomber de lassitude sur un banc. Il était onze heures. Les lumières s’éteignaient. Les boutiques se fermaient. Un mameluck de Bonaparte vient à passer. Hase l’interpelle et le salue en arabe. Le mameluck est charmé d’entendre tomber d’une bouche européenne la langue du Caire. Il s’informe. Il apprend que Hase sait le grec moderne aussi bien que l’arabe. Il l’adresse à Korikas, Athénien, interprète de l’ambassade ottomane. Korikas, à son tour, l’envoie à l’helléniste Villoison, conservateur à la Bibliothèque. Villoison lui procure tout de suite une écolière pour l’allemand à trente sous l’heure ; il est sauvé de la misère imminente, en attendant qu’un peu plus tard il trouve de l’occupation et une place à la Bibliothèque. Le mameluck avait été dans sa vie l’être décisif. Sans le savoir lui-même, ce mameluck portait dans son turban toute la manne d’emplois innombrables dont le jeune inconnu qui l’avait interpellé devait faire lippée : École des langues orientales, École des chartes, École polytechnique, École normale, Sorbonne, Bibliothèque, Institut. Ceci est tout à fait un conte d’Hawthorne, un conte arrivé. […]

Notes



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 1 juillet). Charles Benoît Hase portraituré par Jean-Jacques Weiss. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3xq

  1. Weiss, Jean-Jacques (1827-1891), « Notes et impressions », La Revue politique et littéraire, 20 novembre 1880, n° 21, p. 500-501. Disponible sur le Internet, url : <https://www.retronews.fr/journal/la-revue-politique-et-litteraire/20-novembre-1880/2057/4395741/20>. Écrit sous le pseudonyme « Pierre et Jean ». []
  2. Il s’agit de la maison dite de Barthélémy, sise au 12 rue Colbert, dans des dépendances appartenant encore à la BnF de nos jours. []
  3. La Cagnotte est une comédie-vaudeville d’Eugène Labiche et Alfred Delacour, dans laquelle le comédien René Luguet (1813-1804) joue le rôle de Cocarel lors de la représentation donnée au théâtre du Palais-Royal, le 22 février 1864, peu de temps avant le décès de Hase. Dans la pièce, Cocarel tient un registre de femmes à marier où, à la suite de leur n° d’ordre figure leur dot :
    « Numéro 2403… Cela fera peut-être votre affaire…
    Comment !… c’est des mariées que vous avez dans ce gros livre ?
    Certainement !… (Lisant.) 2403… Cinquante mille francs de dot… […]
    Numéro 9827… quatre-vingt mille francs !… ». []
  4. Lieu-dit de la commune belge de Habay situé en Région wallonne dans la province de Luxembourg. []
  5. L’historien Théodore Iung (1833-1896), auteur de Bonaparte et son temps, 1769-1799 : d’après les documents inédits, Paris : Charpentier, 1880-1881, 3 vol. : cartes et fac.-sim. ; in-18. []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search