Hommage à Thérèse Kleindienst (1916-2018)

La Bibliothèque nationale de France a le regret de signaler le décès de Thérèse Kleindienst, survenu le 3 juillet 2018, à l’âge de 101 ans.

Thérèse Kleindienst lors de ses adieux au Centre de Sablé de la BnF, le 17 octobre 1984. Photogr. issue de « Le château de Sablé, 1979-1984 ». Copyright : collection privée.

Nommée conservateur en 1954, elle avait été nommée secrétaire générale (l’équivalent du poste de directrice générale d’aujourd’hui) de la Bibliothèque Nationale par arrêté du 10 septembre 1962, en remplacement de Marcel Rieunier, admis à faire valoir ses droits à la retraite. Elle le resta jusqu’en octobre 1984, date de sa retraite, après 43 années et demie au service de la BN. À ce titre,  Thérèse Kleindienst a travaillé avec les administrateurs généraux successifs, de Julien Cain à André Miquel, en passant par Georges Le Rider. C’est une période importante pour la BN : entrée de grands fonds (Valéry, Bernanos, Barrès,…), mouvements immobiliers (création du département des Arts du spectacle et de la Maison Jean Vilar, création du site Louvois, du Centre Joël Le Theule, du Centre de Provins, acquisition et rénovation du bâtiment Vivienne,…), premiers pas de l’automatisation, à la Bibliographie Nationale et pour les périodiques… Les plus anciens agents se souviennent de la silhouette hantant les couloirs de la Bibliothèque des premières heures du jour jusque tard dans la nuit, veillant infatigablement aux grandes décisions comme aux plus menus détails. Thérèse Kleindienst était l’un des derniers témoins d’une certaine époque de la BN et de ses premiers pas dans l’ère des bibliothèques modernes. Celle que les agents surnommaient Mademoiselle TK, reçoit les insigne de Chevalier de la Légion d’honneur en 1961 avant d’être élevée au rang d’Officier de la Légion d’honneur en 1973. En 1985 elle bénéficia de mélanges dirigés par Michel Nortier, les Études sur la Bibliothèque nationale et témoignages : réunis en hommage à Thérèse Kleindienst, secrétaire général honoraire de la Bibliothèque nationale qui fournissent un certain nombre de contributions relatant son parcours au sein de la BN.

Élève de l’École des chartes, elle débute sa carrière au sein de la Bibliothèque Nationale en tant qu’attachée en janvier 1941. Nommée bibliothécaire moins d’un an plus tard, elle a exercé par la suite de nombreuses fonctions : affectée au service du catalogue, puis au secrétariat de 1942 à 1943, elle rejoint le services des Archives qui est aussi celui de la Réunion des Bibliothèques Nationales, à partir d’octobre 1943. Elle y met en place un cadre de classement encore fort utile pour les archivistes de la BnF.

Impliquée dans le fonctionnement de la profession de bibliothécaire au niveau national et international, elle a consacré une large partie de sa vie à l’administration des bibliothèques, au rôle de la Bibliothèque Nationale et à la conservation des collections. Elle a publié de nombreux articles sur la transformation de la Bibliothèque Nationale.

Historienne locale et du livre

Pendant sa longue retraite elle a poursuivi ses activités au service des bibliothèques en tant que membre active de la bibliothèque de la ville de Saint Gilles Croix de Vie, tout en poursuivant des recherches en histoire locale en Vendée.

En effet, en tant que secrétaire générale de la « Société des Amis de Saint-Gilles-Croix-de-Vie » et membre du « Groupe de Recherches sur le Marais Breton vendéen », de 1988 à 1991 elle organisa Les conférences de la Société des Amis de Saint-Gilles-Croix-de-Vie qui se tenaient Salle Hippolyte Chauvière. Le 29 juin 1988, Thérèse Kleindienst inaugurait le cycle avec la conférence : Des chefs-d’œuvre de la reliure IXe-XVIe siècles. Velours, soi, orfèvrerie, émail, ivoires, cuirs et « fanfares », poursuivie le 14 septembre 1988 par : Des chefs-d’œuvre de la reliure IXe-XVIe siècles. Vernis Bertin, maroquin du Roi, collages, cartonnages… au « phare », écorces et coquillages. Le 2 juin 1999, illustrée de 50 diapositives, elle donnait la conférence : De Vercingétorix à la Révolution. Monnaies, médailles et insignes. Le 2 août 1990, elle intervenait autour des Images médiévales de la Médecine. Le savoir et la pratique de la médecine du Ve siècle au XVe siècle par les miniatures en couleur des manuscrits de la Bibliothèque nationale.

En 1991, Thérèse Kleindienst, toujours aussi investie dans la vie locale, devient présidente de l’Association Suroît (http://www.suroit85.fr) dont l’objet consiste à « Entreprendre des recherches pour la conservation et la valorisation des patrimoines locaux à caractère maritime » et qui œuvre surtout à l’exploitation du vieux grément « Hope » que l’Association avait acquis et à la gestion de la maison du pêcheur.

Le 25 octobre 2016, à l’occasion de son 100e anniversaire, la commune de Saint-Gilles-Croix-de-Vie rendit hommage à  Thérèse Kleindienst, en séjour à la Maison de Retraite de Givrand – Les Iris –1.

Mécène de la rénovation de la Salle Ovale

À l’occasion de son centenaire, une collecte a été menée auprès des personnes ayant connu Thérèse Kleindienst à la Bibliothèque nationale ou qui ont pu être élèves de son enseignement professionnel. Cette collecte a permis d’adopter en son nom trois éléments du mobilier de la Salle Ovale : une lampe, une table et un calorifère, sur lesquels apparaîtra le nom de Thérèse Kleindienst. En outre, à la fin 2016, un don complémentaire2 a été fait, toujours en son nom.

Ainsi, Thérèse Kleindienst restera indéféctiblement liée et attachée à la BnF3.

Ses obsèques eurent lieu vendredi 6 juillet à 14h30 en l’Église Saint-Gilles de Saint-Gilles-sur-Vie 4, suivis de l’inhumation au cimetière ancien de Saint-Gilles-Croix-de-Vie 5 .

Biographie

  • 1916, 25 octobre : Naissance à Clamart, de Joseph Jean-Baptiste Kleindienst, alors capitaine au 911 Régiment d’infanterie, et de Corinne Jeanne Marguerite Dutrey-Lassus. Les grands-parents paternels sont originaires d’Alsace (Haut-Rhin et Bas-Rhin) et ont opté pour la France après 1871. Les grands-parents maternels sont originaires de l’ouest de la France (de la Picardie à la Gascogne. — Un arrière-grand-père, né en Gascogne, avait émigré à Cuba).
  • 1933 Lycée Victor-Duruy. Lauréate du concours général (3e prix d’histoire). De même en 1934 (5e accessit d’histoire).
  • 1934 Préparation à l’Institut Catholique du concours d’entrée à l’Ecole des chartes. Parmi les enseignants, Albert Isnard, ancien conservateur adjoint des Cartes et Plans.
  • 1935, novembre : Entrée à l’Ecole des chartes.
  • 1936, novembre : Diplôme technique de bibliothécaire, après un stage à la Bibliothèque municipale de Nantes, avec M. Pierre Lelièvre, directeur, et une visite pour le livre ancien à la Bibliothèque municipale de Tours, avec M. Georges Collon, directeur.
  • 1939, 2 février : Soutenance de thèse, MM. Julien Cain et Dupont-Ferrier étant examinateurs. Thèse signalée au ministre de l’Education nationale. Nommée archiviste paléographe (3e rang).
  • 1939, juillet-août : A l’occasion du 150e anniversaire de la Révolution française, mission de classement d’archives à Beauvais (série Q), et mise à l’abri des documents précieux.
  • 1939, fin de l’année : Travaux pour Edouard Salin, spécialiste de l’époque mérovingienne.
  • 1940, février : Entre au service de documentation de la S.N.C.F.
  • 1940, du 18 février à juin : Travaille à la Bibliothèque nationale pour le Cercle de la Librairie (Bibliographie de la France-Livres pour 1939 et Tables de 1938).
  • 1940, octobre : Sur l’intervention de Charles Samaran, est employée au Service des prisonniers de guerre, dirigé par Jean Porcher.
  • 1941, 1er janvier : Attachée à la Bibliothèque nationale (grâce à M. Samaran). 1er novembre : Bibliothécaire (arrêté du 31 décembre 1941). Affectée jusqu’au îer novembre 1942 au Service du Catalogue (Bibliographie de la France-Livres, Thèses étrangères, Catalogue alphabétique de matières), jusqu’au 1er octobre 1943 au Secrétariat, puis aux Archives.
  • 1947 Voyage au Maroc, grâce à une bourse de l’Association des lauréats du Concours général.
  • 1948 Voyage en Italie, grâce à une bourse Pierron. (Prend contact avec l’Istituto centrale del Restauro et l’Istituto de patologia del libro).
  • 1949 Voyage en Grande-Bretagne.
  • 1948 Assure pour la première fois les cours d’administration pour le Diplôme technique de bibliothécaire.
  • 1952 puis 1955 : Missions en Belgique, à Bruxelles et à Liège.
  • 1953-1959 : Participe aux réunions conjointes du Comité de l’I.C.O.M. pour les laboratoires de musées et de la Commission de l’I.C.O.M. pour la restauration des peintures (Paris, 1953; Vienne, 1955; Amsterdam, 1957; Copenhague, 1959; Barcelone, 1961).
  • 1954, 17 avril : Nommée Conservateur.
  • 1955-1978 : Prend part aux Congrès de la Fédération internationale des associations de bibliothécaires (F.I.A.B.) de Bruxelles (21e session, 1955) 6, Paris (23e session, 1957), La Haye (32e session, 1966), Toronto (33e session, 1967) et Strbské Pleso (44e session, 1978).
  • 1958, 8-27 septembre : Colloque des Bibliothèques nationales d’Europe, à Vienne. Secrétaire adjointe du Groupe I.
  • 1960 Voyage d’étude en Russie avec M. Pierre Vaillant dans le cadre des échanges franco-russes.
  • 1961 Chevalier de la Légion d’honneur (décret du 28 décembre 1961).
  • 1963, 1er janvier : Nommée conservateur en chef et secrétaire général de la Bibliothèque nationale (arrêté du 10 septembre 1962).
  • 1973, 20 avril : Officier de la Légion d’honneur.
  • 1973, 3-6 septembre : Colloque sur la construction des Bibliothèques nationales, à Rome.
  • 1983, février : Participe à Milan à la réunion des bibliothécaires italiens préliminaire à la création du Centre italien de reproduction de la presse de Vigevano.
  • 1984, 25 octobre : Retraite au terme de 43 années et demie de présence à la Bibliothèque nationale.
  • 1988-1991 : organise avec la « Société des Amis de Saint-Gilles-Croix-de-Vie » et le « Groupe de Recherches sur la Marais Breton vendéen » plus de trente conférences publiques sur le patrimoine, avec Bernard Lerat et Bernard Mérigot 6.
  • 1991 Présidente de l’Association Suroît.
  • 2012 : Entre à la Maison de Retraite de Givrand.
  • 2016, 25 octobre : jour de son centième anniversaire fêté à la Maison de Retraite de Givrand. À cette occasion, François Blanchet, maire de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, accompagné de Josette Alabert, adjointe au maire, et de Nicole Boulineau, conseillère municipale déléguée, viennent la féliciter. Le personnel du Centre Joël Le Theule de Sablé constitue et envoie le recueil Le château de Sablé, 1979-1984 ((Le recueil est conservé avec toute la correspondance adressée à Thérèse Kleindienst pour le 25 octobre 2016 par  Mme Verguin, de Saint-Gilles.)).
  • 2018, 3 juillet : Décès.
  • 2018, 6 juillet : Obsèques en l’Église Saint-Gilles de Saint-Gilles-sur-Vie et inhumation dans la sépulture familiale au cimetière ancien de Saint-Gilles-Croix-de-Vie.
  1. Hommage pour le centenaire de Mademoiselle Thérèse Kleindienst, Saint-Gilles-Croix-de-Vie, url : <http://www.saintgillescroixdevie.fr/Modules/Actualites/Hommage-pour-le-centenaire-de-Mademoiselle-Therese-Kleindienst> et « Hommage pour les 100 ans de Thérèse Kleindienst », Ouest-France, 27 octobre 2016. Disponible en ligne, url  : <http://www.savigny-avenir.fr/wp-content/uploads/2016/10/KLEINDIEST-100-ANS-OF-27-10-2016.jpg>. []
  2. Le nom de Thérèse Kleindienst apparaît aux quatre emplacements adéquats dans la page Aux donateurs de la Salle Ovale du site de l’établissement, url : <
    http://www.bnf.fr/fr/acces_dedies/anx_mecenat/a.remerciements_salle_ovale.html>. []
  3. En effet, rappelons que la campagne d’appel au don pour restaurer la salle Ovale du site Richelieu offre la possibilité aux donateurs d’inscrire leur don dans la pérennité en adoptant une lampe, une table ou une colonne de la salle Ovale. À la date de publication de cette nécrologie,  outre les dons au montant libre, il reste à adopter – http://mecenat.bnf.fr – 12 noms de villes peints en rouge dans des cartouches dorés ainsi que 11 colonnes jumelées en fonte sur lesquelles reposent les arcs de la demi-voûte annulaire. []
  4. Église Saint-Gilles de Saint-Gilles-sur-Vie : Place du Vieux Port, 85800 Saint-Gilles-Croix-de-Vie []
  5. Cimetière ancien de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, Rue Jean Ingoult 85800 Saint-Gilles-Croix-de-Vie []
  6. Bernard Mérigot, « Saint-Gilles-Croix-de-Vie. Le centenaire de Thérèse Kleindienst (1916-2016) », Savigny-Avenir, 31 octobre 2016. Disponible en ligne, url : <http://www.savigny-avenir.fr/2016/10/31/saint-gilles-croix-de-vie-le-centenaire-de-therese-kleindienst-1916-2016/>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

2 réflexions sur « Hommage à Thérèse Kleindienst (1916-2018) »

    1. Un monde iconolâtre, ainsi soit-il… où les couvertures de livres muettes n’existent pour ainsi dire plus. Le feuilletage des billets du carnet vous permet d’accéder au contenu des billets tout en vous dispensant de visualiser la signature illustrée qui vous déplaît tant.
      Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.