Quand Thomas Edison voulait éclairer la Bibliothèque Nationale

Dans ces pages, nous avons évoqué à plusieurs reprises la question de l’introduction de l’éclairage électrique à la Bibliothèque Nationale1.

On se souvient que l’Administrateur de la Bibliothèque, Léopold Delisle, dès 1881, dans son Rapport sur l’Etat de la Bibliothèque Nationale au 31 Décembre 18812 formait le vœu de pouvoir bénéficier d’un système d’éclairage. Dans « les grandes lignes du programme qui s’impose [selon lui] pour l’achèvement de l’édifice » à l’époque des travaux menés par l’architecte Jean-Louis Pascal (1837-1920), successeur d’Henri Labrouste (1801-1875), il place celle de l’éclairage à mettre en œuvre au service du public, notamment pour la mise en place d’ouvertures nocturnes :

nous pouvons espérer qu’un système d’éclairage nous permettra d’y organiser des séances de soir, non seulement pour y recevoir les mêmes catégories de lecteurs qu’aux séances de jour, mais encore les savants qui, en vue d’un travail déterminé ou devant être exécuté dans un bref délai, auraient obtenu l’autorisation d’y venir le soir consulter, collationner ou copier des livres ou des Manuscrits demandés à l’avance et classés dans les grands fonds du Département des Imprimés ou du Département des Manuscrits.

Delisle, Léopold, Rapport sur l’Etat de la Bibliothèque Nationale au 31 Décembre 1881, [S. l.], 1881, p. 5. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4976061/f5.item>.

Avant l’installation effective de l’éclairage électrique en 1924, les sources de l’histoire de la Bibliothèque font état d’une proposition formulée en 1885, par la Société électrique Edison, sise au 85 rue Caumartin.

Thomas Edison (1847-1931), Louis Bachrach, Bachrach Studios, restored by Michel Vuijlsteke, Public domain, via Wikimedia Commons
Thomas Edison (1847-1931), Louis Bachrach, Bachrach Studios, restored by Michel Vuijlsteke, Public domain, via Wikimedia Commons

L’Edison Electric Light Company, dont le siège se trouvait à New York, exploitait les brevets de Thomas Edison (1847-1931), l’inventeur de l’ampoule électrique, pour l’Amérique. La filiale éponyme de Londres s’occupait de l’Europe. Elle organisa la première exposition électrique au Crystal Palace et construisit la première centrale électrique en Europe. La Compagnie Continentale Edison fut créée pour exploiter tous les brevets d’Edison sur le continent européen. En France, elle créa deux filiales, la Société électrique Edison le 17 février 18823, qui s’occupait de la réalisation d’installations d’éclairage privées, et la Société industrielle commerciale Edison, qui fabriquait des machines et des appareils à Ivry4. Le 17 février 1884, la Compagnie Continentale Edison absorba la Société électrique Edison.

Or, en 1885, la société Edison sise en France fit une proposition à la Bibliothèque :

ADMINISTRATION. Procès-verbaux du Conservatoire (du Comité consultatif après 1858). Archives modernes 73, p. 192.
ADMINISTRATION. Procès-verbaux du Conservatoire (du Comité consultatif après 1858). Archives modernes 73, p. 192.

Dans un rapport du 21 février dernier, M. l’administrateur Général, en retournant à M. le Directeur du Secrétariat une lettre par laquelle la société électrique Edison sollicite l’autorisation d’étudier un système d’éclairage de nos salles, expose les motifs qui, quant à présent, empêchent que des essais de ce genre soient tentés dans l’intérieur de la Bibliothèque Nationale. Il ajoute que ces expériences pourraient être utilement faites dans d’autres bibliothèques de Paris qui sont déjà ouvertes le soir, expériences dont la Bibliothèque Nationale profiterait le jour où la construction d’une salle spéciale permettrait d’y organiser des séances de nuit.

Mortreuil, Théodore (1850-1937), « Séance du 2 Mars 1885 », [Procès-verbaux du Conservatoire], 2 mars 1885, p. 192. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bd6t57057902/f196.item>.

La demande apparaît dans les procès-verbaux du Conservatoire de la Bibliothèque, l’instance collégiale qui dirige la bibliothèque et se réunit hebdomadairement5.

Sous la Troisième République, le Secrétariat général du ministère de l’Instruction publique assurait la tutelle sur les bibliothèques, grandes écoles et grands établissements scientifiques et littéraires soit « l’Institut, le Collège de France, le Bureau des longitudes, le Muséum, les académies ainsi que les instituts et grandes écoles (Langues orientales, École normale, École des Chartes, École d’Athènes, École de Rome, École pratique des hautes études et Institut du Caire) et les grandes bibliothèques (Nationale, Mazarine, Arsenal, Sainte-Geneviève) »6. C’est la raison pour laquelle le Directeur du Secrétariat dudit ministère adresse la lettre de la société Edison à L. Delisle et que c’est à lui que ce dernier lui retourne son rapport.

Nous n’avons pas retrouvé dans les archives de la Bibliothèque de copie du rapport du 21 février 1885 de L. Delisle où il expose ses motifs interdisant de mener des essais d’éclairage électrique7. A cette date, le Ministre de l’Instruction publique et des Beaux-arts est Clément Armand Fallières (1841-1931), depuis le 20 novembre 1883.

Excessivement prudent, alors qu’en 1881 il espérait un système d’éclairage, l’Administrateur Léopold Delisle rejette la proposition au motif que la Bibliothèque ne dispose pas de salle de lecture destinée à l’accueil des lecteurs le soir. Depuis le 2 juin 1868, la Bibliothèque avait pourtant inauguré sa salle publique de lecture accessible depuis le n° 3 de la rue Colbert, et, depuis le 12 juin 1868, sa grande salle de lecture des Imprimés, la salle de travail ! Cependant, « pour Delisle, il ne saurait être question d’installer l’électricité dans un établissement encore en travaux où certains départements sont installés de manière provisoire ; de plus, tant que la salle publique n’est pas définitivement achevée et son orientation clairement définie, il n’en voit pas l’utilité »8.

En 1885, il est exclu pour Léopold Delisle de mener des essais d’éclairage électrique — dussent-ils être gratuitement effectués par la société Edison — dans la salle de travail. Il songe plutôt à la salle publique de lecture qu’il entend créer à la place « des maisons récemment expropriées » à l’angle des rues Colbert et Vivienne.

De fait, cette salle de lecture était programmée pour être accessible au public travaillant dans la journée et venant donc le soir, ce qui supposait un éclairage artificiel. Au cours de la séance du 14 décembre 1882 du Conservatoire, Léopold Delisle avait présenté le projet envisagé pour occuper l’espace gagné par l’achat des maisons particulières :

Suivant le plan général arrêté précédemment avec M. Pascal, les nouveaux locaux sont destinés au département des Médailles et à la salle publique de lecture du département des Imprimés. […] le département des Médailles doit être installé au rez de chaussée et au premier étage d’une galerie qui s’étendra le long de la rue Vivienne et fera retour sur le jardin. […] Le Comité fait remarquer que c’est précisément là que la lumière sera la plus pure et que la sécurité sera la plus grande […]
La Salle Publique de lecture du département des Imprimés occupera le terrain compris entre le bâtiment qui est destiné au département des Manuscrits et celui qui sera affecté au département des Médailles. Cette salle devra être appropriée de manière à pouvoir être ouverte le soir et par conséquent éclairée. Il est entendu qu’elle restera publique mais M. l’architecte ne perdra pas de vue qu’elle est destinée à recevoir une catégorie de lecteurs qui sont empêchés de venir à la Bibliothèque dans le jour et dont plusieurs pourront être exceptionnellement autorisés à consulter, le soir, les livres et manuscrits communiqués le jour dans les salles de travail.

ADMINISTRATION. Procès-verbaux du Conservatoire (du Comité consultatif après 1858). Archives modernes 73, Séance du 14 décembre 1882, p. 129-130.

Si c’est encore l’éclairage naturel, la lumière « la plus pure », qui est envisagée pour les Médailles, comme pour la salle de travail, la nouvelle salle publique de lecture appelée à remplacer celle du 3 rue Colbert semble bien devoir être éclairée au-delà de la tombée du jour et donc, sans doute grâce au gaz, comme cela était le cas à la première bibliothèque créée par l’architecte Henri Labrouste, la bibliothèque Sainte-Geneviève, ouverture jusqu’à 22 heures, ce qui était signalé dès l’entrée par les deux torchères allumées le soir sur la porte, les six grands candélabres de l’escalier et les 80 becs de gaz de la salle de lecture9.

Selon Maxime du Camp, le public parisien des bibliothèques :

n’ignore pas celui des autres bibliothèques ; ce n’est pas dire qu’il les fréquente très-assidûment. Une seule, aux séances qu’elle a instituées de six heures à dix heures du soir, est vraiment envahie par les travailleurs c’est Sainte-Geneviève. Il est difficile de se refuser à un sentiment de respect en voyant tous ces jeunes fronts penchés sur les tables d’étude et « potasser », c’est le mot familier, à la clarté de quatre-vingts becs de gaz ; plus de 300 étudiants y sont assidus pendant la soirée ; on s’amuse fort au quartier latin, mais on y travaille beaucoup aussi, et il y a lieu d’espérer que ce labeur ne sera pas stérile. C’est l’exception, je dois l’avouer, et dans les autres bibliothèques le visiteur est clair-semé.

Du Camp, Maxime (1822-1894), Paris, ses organes, ses fonctions et sa vie dans la seconde moitié du XIXe siècle, 5e éd., Paris : Hachette, 1875, vol. 6, p. 207. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2060951/f210.item>.

Hélas, pour diverses raisons, dont des motifs budgétaires, les travaux envisagés en 1882 pour occuper la place des maisons particulières acquises à l’angle des rues Colbert et Vivienne ne sont pas achevés en 1885 :

Finalement, les terrains, clos de palissades, demeurent en friche, suscitant de nombreuses critiques de la part du public et de l’ensemble de la population parisienne. Il est courant alors de parler des « cultures potagères » de la Bibliothèque nationale (le journal L’Éclair écrit le 10 février 1897 : « Vous verrez, formant l’angle de la rue Colbert et de la rue Vivienne, le terrain sauvage, les trois cahutes, les lapins, les poules et la place des 23 choux ») et de déplorer la vacuité de cet espace (« Tous les Parisiens connaissent les vilaines palissades qui masquent, imparfaitement d’ailleurs, cette large trouée faite dans un de leurs plus beaux quartiers »).

Galvez, Marie, « Histoire de la « salle B » ou salle publique de lecture « ouverte à tout venant » à la Bibliothèque nationale au XIXe siècle (1868-1905) », dans : Des bibliothèques populaires à la lecture publique [en ligne]. Villeurbanne : Presses de l’enssib, 2014. Disponible sur Internet : <https://books.openedition.org/pressesenssib/12363>.

Les plans d’époque de situation de la Bibliothèque ne manquent pas de montrer l’emplacement de ces maisons particulières convoitées dûment mentionnées :

[Bibliothèque Royale, relevé des plans vers 1847 (première série)]. 2, Plan du rez-de Chaussée : [dessin, plan] / [Louis Visconti]
[Bibliothèque Royale, relevé des plans vers 1847 (première série)]. 2, Plan du rez-de Chaussée : [dessin, plan] / [Louis Visconti], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530003061/f1.item

A l’emplacement de ces « maisons particulières », Henri Labrouste prévoyait des bâtiments sur deux cours qui ne virent pas le jour :

 [Bibliothèque impériale, plans d'ensemble]. 34, Projet d'achèvement // par H. Labrouste // acquisition des maisons sur la rue // Colbert et sur la rue Vivienne : [dessin, plan]
[Bibliothèque impériale, plans d’ensemble]. 34, Projet d’achèvement // par H. Labrouste // acquisition des maisons sur la rue // Colbert et sur la rue Vivienne : [dessin, plan], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53011289z/f1.item

De fait, en 1897, les plans de la Bibliothèque laissent un vide à l’emplacement encore vacant des maisons :

Plans d'ensemble du Quadrilatère Richelieu (1854-1984). 1897. Plan du rez-de-chaussée, état actuel
Plans d’ensemble du Quadrilatère Richelieu (1854-1984). 1897. Plan du rez-de-chaussée, état actuel, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53034692d#

La salle publique de lecture, ouverte le 17 janvier 1881, avait provisoirement été installée dans une galerie construite sur la rue Colbert, située au premier étage. Léopold Delisle estime peut-être l’éclairage naturel suffisant pour éviter tout expérimentation de l’éclairage électrique. De fait, quand la presse rend compte de son ouverture, elle ne manque pas de se satisfaire de l’éclairage :

Si l’on regarde devant soi, on a la perspective riante d’une galerie de trente mètres de long, largement éclairée de chaque côté par sept fenêtres, dont trois sont à plein cintre et forment le motif milieu de la façade sur la grande cour intérieure. Si cette salle toute fraîche et coquettement décorée, est admirablement éclairée, par cela même, le peu de largeur des trumeaux ne laisse aux livres qu’une place tout à fait insuffisante.

« Réouverture de la salle de lecture de la Bibliothèque nationale », La Ville de Paris, 17 janvier 1881.

Les gravures de la salle semblent exagérer la taille de ces sept fenêtres :

La Compagnie Continentale Edison ne put donc pas faire montre de ses capacités à éclairer la Bibliothèque qui ne fut pas le seul établissement sollicité à la même époque.

En effet, la société Edison fit une demande similaire d’expérimentation, cette fois adressée à l’Opéra de Paris, comme en attestent les archives à consulter à la Bibliothèque-musée de l’Opéra10.

L’opéra Garnier est l’un des premiers édifices parisiens à bénéficier d’une installation électrique d’envergure, qui constitue un véritable événement, suivi par tout Paris. En 1875, pour l’inauguration de l’opéra, Garnier ne juge pas l’électricité assez fiable, et la limite à quelques effets de scène. Mais en 1881, les 340 becs de gaz du grand lustre de la salle de spectacle sont remplacés par des ampoules électriques.
En 1883, l’ensemble du bâtiment passe au tout électrique grâce à la lampe à incandescence de Thomas Edison. L’usine de production d’électricité, fonctionnant à partir de machines à vapeur, est logée dans les sous-sols du bâtiment.

« L’électricité », BnF Passerelles, [s.d.]. Disponible sur Internet, url : <https://passerelles.essentiels.bnf.fr/fr/chronologie/construction/d2113896-d34a-4e81-bccb-6d9ceeb2eea4-opera-garnier/article/901fa90e-0517-43a4-bcdc-1ed68bcc7f01-electricite-2>.

Notes



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 17 août). Quand Thomas Edison voulait éclairer la Bibliothèque Nationale. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3yq

  1. Voir : Jacquot, Olivier, « La Bibliothèque nationale, Élysée des reclus, reste à l’ombre », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, 16 décembre 1922. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/21741> ; Jacquot, Olivier, « Rapport annuel de la Bibliothèque Nationale pour l’année 1923 et le premier semestre 1924 », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, 7 février 1923. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/28109>. []
  2. Jacquot, Olivier, « La Bibliothèque Nationale en 1881 », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, 10 mars 2023. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/28444>. []
  3. Voir : « Compagnie continentale Edison », Data for Financial History. Disponible sur internet, url : <https://dfih.fr/issuers/2534/yearbook-ocr>. La date de création diffère dans : « Societe Electrique Edison », Rutgers, The State University of New Jersey, Thomas A. Edison Papers, 2022. Disponible sur Internet, url : <https://edison.rutgers.edu/life-of-edison/companies/company-details/electric-light,-foreign/societe-electrique-edison>. []
  4. Voir : Felix Pinner, Emil Rathenau und das elektrische Zeitalter, Leipzig : Akademische Verlagsgesellschaft, 1918, p. 92-93. Disponible sur Internet, url : <https://www.gutenberg.org/files/55188/55188-h/55188-h.htm#Seite_80>. []
  5. A son sujet, voir : Jacquot, Olivier, « Le Conservatoire de la Bibliothèque Nationale : une direction collégiale héritée de la Révolution », Collège de France ; Bibliothèque nationale de France, Sources pour une histoire administrative croisée. Collège de France et Bibliothèque nationale de France, 1773-1815, Paris, Collège de France, 19 juin 2023. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hal.science/hal-04133455> et Foucaud, Jean-François, « La Bibliothèque sous la Révolution française et le Conservatoire », dans : Richelieu : quatre siècles d’histoire architecturale au cœur de Paris, Paris : Bibliothèque nationale de France : Institut national d’histoire de l’art, DL 2017, p. [66]-73. []
  6. « F17/Instruction publique », État général des fonds des Archives nationales (Paris), p. 3-4. Disponible sur Internet, url : <http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/pdf/sm/F17_2007.pdf>. []
  7. Il pourrait se trouver aux Archives nationales, dans les fonds du ministère : F/17/2510 à 2577. Correspondance. 1832-1897 ; F/17/3340 à 3575. Bibliothèques : Service général des bibliothèques (1817-1920) ; Bibliothèque
    nationale (1790-1910) ; F/17/13049 à 13051. Service des bibliothèques : divers. 1885-1905 ou F/17/13504 à 13511. Bibliothèque nationale. 1832-1932. []
  8. Marie Galvez, Accueillir le grand public à la BnF : origines, permanences et évolutions : Mémoire d’étude, [Villeurbanne] : enssib, 2011, p. 54. Disponible sur Internet, url : <https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/49074-accueillir-le-grand-public-a-la-bnf-origines-permanences-et-evolutions.pdf>. []
  9. Voir : Construction de la bibliothèque Sainte-Geneviève : documents relatifs à l’éclairage, au chauffage, au décor, au mobilier, etc., 1850-1852, Ms. 3919. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/MS3919/page/n5/mode/2up>. []
  10. Voir : ARCHIVES OPERA 19-524 : Rapports avec la compagnie Continentale Edison, [s.d.] ; ARCHIVES OPERA 19-326 : Note relative à l’éclairage électrique par le système Edison, 2 décembre 1881 ; ARCHIVES OPERA 20-586 : Correspondance avec la Compagnie Edison, janvier 1916. A l’époque de la demande d’Edison, la Bibliothèque-musée de l’Opéra ne dépend pas encore de la Bibliothèque nationale puisque le rattachement ne débuta qu’à partir de 1935.
    Sur l’éclairage de l’Opéra de Paris, voir :
    – Garnier, Charles (1825-1898), « L’éclairage électrique à l’Opéra », La Lumière électrique, journal universel d’électricité, 1879, premier volume, p. 150-152. Disponible sur Internet, url : <http://hdl.handle.net/1908/596>.
    – Jamin, Jules, « Les essais d’éclairage électrique à l’Opéra », Revue des deux mondes, 1881, t. 48, p. 193-201. Disponible sur Internet, url : <https://www.revuedesdeuxmondes.fr/wp-content/uploads/2016/11/4bc1b2b9119fa68529d6274f4ffa88cc.pdf> ou <https://fr.wikisource.org/wiki/Les_Essais_d%E2%80%99%C3%A9clairage_%C3%A9lectrique_%C3%A0_l%E2%80%99Op%C3%A9ra>.
    – Sulejmani, Mariglen, « Événements lumineux : le gaz et l’électricité à l’Opéra de Paris selon la presse (d’Aladin au Prophète) », Presse et opéra aux XVIIIe et XIXe siècles , sous la direction d’Olivier Bara, Christophe Cave et Marie-Ève Thérenty, dans : Médias 19, 12 décembre 2021. Disponible sur Internet, url : <https://www.medias19.org/publications/presse-et-opera-aux-xviiie-et-xixe-siecles/evenements-lumineux-le-gaz-et-lelectricite-lopera-de-paris-selon-la-presse-daladin-au-prophete> ;
    – Rui, Serge, « L’éclairage électrique avant l’ampoule », Luminaris, 30 septembre 2017. Disponible sur Internet, url : <http://www.asso-luminaris.org/2017/09/30/archi_menu/ressources/nos-documents/leclairage-electrique-avant-lampoule>. []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search