L’Arbre de la liberté de la Bibliothèque nationale

Le 24 pluviôse an 6, soit le 12 février 1798, les membres du Conservatoire de la Bibliothèque nationale réunissent l’ensemble du personnel de la Bibliothèque pour assister à la cérémonie de la plantation d’un Arbre de la Liberté dans la cour d’honneur de la Bibliothèque. Le procès-verbal de la séance du Conservatoire qui en a rendu compte, indique qu’elle fut levée à une heure ; on donc peut supposer que l’événement se tint dans la matinée du 12 février : 

BnF, ADMINISTRATION. Procès-verbaux du Conservatoire (du Comité consultatif après 1858). Archives modernes 55-56, fol. 71.
BnF, ADMINISTRATION. Procès-verbaux du Conservatoire (du Comité consultatif après 1858). Archives modernes 55-56, fol. 71. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53216270s/f79.item>.

24 pluviôse an 6 [12 février 1798]

Les Membres du Conservatoire se rendent dans la grande cour de la Bibliotheque ou ils aſsemblent tous les employés, garçons de ſervice et portiers de la Biblioth. et font planter en leur préſence l’Arbre de la Liberté.

BnF, ADMINISTRATION. Procès-verbaux du Conservatoire (du Comité consultatif après 1858). Archives modernes 55-56, fol. 71.

Le Conservatoire est l’instance collégiale mise en place par le Décret sur l’organisation de la bibliothèque nationale du 25 vendémiaire an IV (17 octobre 1795) pour diriger l’établissement1. Le Conservatoire comprenant huit conservateurs des collections — trois pour les manuscrits, deux pour les imprimés, deux pour les antiques, médailles et pierres gravées, et un pour les estampes — assistèrent donc à la cérémonie :

  • Louis-Matthieu Langlès (1763-1824) pour les Manuscrits orientaux ;
  • Gabriel de La Porthe du Theil (1742-1815) pour les Manuscrits latins et grecs ;
  • Pierre Jean-Baptiste Legrand d’Aussy (1737-1800) pour les Manuscrits modernes ;
  • Jean-Augustin Capperonnier (1745-1820) et Joseph Van Praet (1754-1837) aux Imprimés ; Jean-Augustin Capperonnier assure la direction du Conservatoire et Joseph Van Praet en est le trésorier ;
  • André Barthélemy de Courcay (1744-1799) et Aubin-Louis Millin de Grandmaison (1759-1818) aux Médailles et antiques ; ce dernier est par ailleurs le secrétaire du Conservatoire ;
  • et Adrien-Jacques Joly (1756-1829) aux Estampes, ayant succédé à son père Hugues-Adrien Joly (1718-1800) le 26 thermidor an III [16 août 1795]2.

Au-delà de ces huit conservateurs, le personnel de la Bibliothèque ayant assisté à la manifestation, comprend les « employés, garçons de ſervice et portiers de la Biblioth[èque] ».

L’assistance à la cérémonie de plantation de l’Arbre de la liberté pourrait être déduite des registres de présence puisque depuis le 21 germinal an VI [10 avril 1798] des registres de présence — ou des feuilles signées à leur arrivée au travail avant 9 heures par les agents —, furent remis en vigueur3 :

BnF, ADMINISTRATION. Procès-verbaux du Conservatoire (du Comité consultatif après 1858). Archives modernes 55-56, fol. 18.
BnF, ADMINISTRATION. Procès-verbaux du Conservatoire (du Comité consultatif après 1858). Archives modernes 55-56, fol. 18. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53216270s/f26.item>.

Mais hélas les archives administratives de la BnF ne les conservent qu’à partir de 1830, ce qui nous interdit de savoir qui était précisément présent ce jour-là.

Par conséquent, l’assistance ne peut être qu’estimée à partir des effectifs de la Bibliothèque à cette époque et de leur présence éventuelle. Selon la liste des grades et des traitements de tout le personnel figurant dans le procès-verbal de la troisième séance du Conservatoire de la Bibliothèque du 12 brumaire an IV4, les effectifs par départements seraient les suivants :

  • Imprimés : 2 conservateurs, 7 employés et 3 aides ;
  • Manuscrits : 3 conservateurs, 3 employés ;
  • Antiques : 2 conservateurs, 3 employés ;
  • Estampes : 1 conservateur, 2 employés ;
  • Gagistes : 2 portiers, 1 portière, 1 chef des frotteurs, des servants aux Imprimés, 3 frotteurs aux Imprimés, 1 aux Manuscrits, 2 aux Antiques, 1 aux Estampes et 1 concierge commissionnaire.

Un « Etat nominatif des Personnes employées à la Bibliothèque nationale, et de leur traitement pour le Mois Pluviose, an 6 de la République une et indiv[isible] », daté en marge de : « An VI. Pluviose — 5. »5, permet de lister les personnels dont les présents auraient pu assister à la manifestation :

  • Livres imprimés
    • Conservateurs
      • Jean-Augustin Capperonnier, directeur
      • Joseph Van Praet, trésorier
    • Employés
      • Demaine
      • Robert
      • Fhory
      • Viot
      • Olivier
      • Tarlot
      • Malingre
    • Aides
      • Cazenave
      • Chevret
      • Martin
  • Livres manuscrits
    • Conservateurs
      • Louis-Matthieu Langlès, pour les manuscrits en langues orientales
      • Gabriel de La Porthe du Theil, pour les manuscrits en langues grecque et latine
      • Pierre Jean-Baptiste Legrand d’Aussy, pour les manuscrits en langues modernes
    • Employés
      • Nicolas Parquoy (1743-1805)6
      • Ladmiral7
      • Levrier de Camprion8
  • Médailles, Antiques, Pierres gravées
    • Conservateurs
      • André Barthélemy de Courcay
      • Aubin-Louis Millin de Grandmaison
    • Employés
      • André-Louis Cointreau9
      • Théodore-Edme Mionnet (1770-1842)10
      • Théophile Marion Dumersan (1780-1849)11
  • Estampes et Planches gravées
    • Conservateur
      • Adrien-Jacques Joly
    • Employés
      • Bencret
      • Jean Duchesne (1779-1855)12
  • Gagistes
    • Portiers
      • Sugniaux, de la rue de la Loi
      • Bosson, de la rue Neuve des Petits Champs
      • Bonneville, de la rue Colbert13
    • Garçons de service, frotteurs
      • Surget, aux Imprimés
      • Henry, aux Imprimés
      • Lacombe, aux Imprimés
      • Louvrier, aux Imprimés
      • Valtin, aux Manuscrits14
      • Bosson, aux Manuscrits15
      • Bonneville, aux Médailles16
      • Dumont, aux Estampes
      • Thevenet, Commissionnaire concierge

A ce jour, nous n’avons pas identifié de compte rendu de la cérémonie paru dans la presse. Le journal du Conservateur des Estampes ne mentionne pas non plus l’événement17

Si l’on en croit l’Essai historique et patriotique sur les arbres de la liberté de l’abbé Grégoire18, le premier arbre de la liberté de la période révolutionnaire aurait été planté le 1er mai 1790, à Saint-Gaudens dans la Vienne.

Le premier qui paroît en avoir donné l’exemple est Norbert Pressac, curé de S. – Gaudens près Civray, département de la Vienne. En mai 1790, le jour de l’organisation de la municipalité, il fait arracher dans la forêt un chêneau de belle venue et le fait transporter sur la place du village, où les deux sexes réunis concourent à le planter ; il les harangue ensuite sur les avantages de la révolution et de la liberté. « Au pied de cet arbre, dit-il, vous vous souviendrez que vous êtes Français, et, dans votre vieillesse, vous rappellerez à vos enfants l’époque mémorable à laquelle vous l’avez planté ». Alors tous les citoyens qui avoient des procès consentent, sur sa demande, à les terminer par arbitres ; ils s’accordent sur le choix, s’embrassent après avoir entendu leur sentence ; et les chants de l’alégresse terminent cette fête digne d’un peuple libre.

Grégoire, Henri (1750-1831), Essai historique et patriotique sur les arbres de la liberté, A Paris, chez Desenne, libraire, maison Egalité, Bleuet, Firmin Didot, libraires, rue de Thionville. An IIme de la République française [1794], p. 21-2219.
« Un Arbre de la liberté », 15 août 1890, p. [2-3].
« Un Arbre de la liberté », 15 août 1890, p. [2-3]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4724898r/f2.item>.

Ce fut un curé — chose à noter — l’abbé Norbert Pressac de la Chassagnaie qui, le premier, eut l’idée de planter un Mai en souvenir de la Fédération de 90, dont le triomphe enivrait alors tous les vrais patriotes : « Au pied de cet arbre, s’écria-t-il, vous vous souviendrez que vous êtes Français, et dans votre vieillesse, vous rappellerez à vos enfants l’époque mémorable à laquelle vous l’avez planté.
L’exemple de Norbert Pressac fut aussitôt suivi et deux ans après on comptait en France plus de 60 000 arbres de la liberté. A Paris seulement il y en avait deux cents, tous chargés de guirlandes, de rubans et de fleurs. Bizarrerie du sort, ce fut Louis XVI lui-même qui planta celui des Tuileries !
Cet arbre, du reste, n’eut pas une longue vie. Le 13 pluviose de l’an II la Convention décida que le Mai ayant été planté par la main du roi Louis XVI, il le fallait aussitôt remplacer, ce qui fut fait.

« Un Arbre de la liberté », 15 août 1890, p.[3].

Selon l’historien et président de la Société d’histoire et d’archéologie du XIVe arrondissement de Paris Charles Florange :

Théophile Janvrais dans son livre « les arbres de la Mutualité » relate également que la commune de Gahard (Ile-et-Vilaine) fit aussi planter un chêne de la Liberté en 1790.
La plantation d’arbres de la Liberté étaient donc en réalité l’un des rites de la religion nouvelle qui avait pour dogmes : La Patrie, la Liberté et l’Egalité. Le peuplier (populus) fut surtout l’essence que l’on planta le plus. Cet arbre, orné de fleurs et de rubans tricolores, devint pour le peuple le signe de ralliement, le labarum du civisme sacré, au même titre pour le citoyen civil, que l’était le drapeau pour le soldat.
La Chronique de Paris dit « que l’on vit s’élever dans Paris deux cents arbres de la Liberté ».

Florange, Charles (1842-19..), « Les Arbres de Liberté parisiens et l’Arbre du XIVe », Les Trois monts. Bulletin de la Société d’histoire et d’archéologie du XIVe arrondissement de Paris, 1927, octobre, n° 1, p. 15. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k53274833/f27>.

Le même indique qu’ « En 1792 fut planté, au square Louvois, un orme comme arbre de la Liberté » mais « qui fut abattu en 1910 ».

En cette période révolutionnaire, l’Arbre de la liberté revêtait une certaine sacralité puisque l’on pouvait être condamné à mort pour en avoir coupé20.

Modèles de six arbres de la Liberté : de g. à dr. celui (1) du Théâtre historique, (2) de la place du Parvis Notre-Dame, (3) de l'Ambigu-Comique, (4) de la Cour des Archives du Royaume, (5) du Théâtre national, et (6) de la Porte Saint-Martin. Les arbres 1, 3, 5 et 6 sont surmontés d'un bonnet phrygien. Tous sont décorés de drapeaux et de banderolles tricolores, certains (3 et 6) de lampions, ou de couronnes avec des variantes : [estampe], Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, RESERVE QB-370 (110)-FT4
Modèles de six arbres de la Liberté : de g. à dr. celui (1) du Théâtre historique, (2) de la place du Parvis Notre-Dame, (3) de l’Ambigu-Comique, (4) de la Cour des Archives du Royaume, (5) du Théâtre national, et (6) de la Porte Saint-Martin. Les arbres 1, 3, 5 et 6 sont surmontés d’un bonnet phrygien. Tous sont décorés de drapeaux et de banderolles tricolores, certains (3 et 6) de lampions, ou de couronnes avec des variantes : [estampe], Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, RESERVE QB-370 (110)-FT4, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53014024h

Le 3 pluviôse an II [22 janvier 1794], la Convention nationale émis le décret nº 2092 « Relatif aux Arbres de la Liberté », de nature à pérenniser les arbres plantés :

Anonyme. "N° 2092 Décret de la Convention Nationale relatif aux Arbres de la Liberté". Typographie. 1794. Paris Musées / Musée Carnavalet – Histoire de Paris
Anonyme. “N° 2092 Décret de la Convention Nationale relatif aux Arbres de la Liberté”. Typographie. 1794. Paris Musées / Musée Carnavalet – Histoire de Paris

La CONVENTION NATIONALE décrète que dans toutes les communes de la République Françaiſe où l’arbre de la liberté auroit péri, il en ſera planté un d’ici au premier germinal ; elle confie cette plantation & ſon entretien aux ſoins des bons citoyens, afin que dans chaque commune, l’arbre de la liberté fleuriſſe ſous l’égide de la Conſtitution Françaiſe21.

N° 2092 Décret de la Convention Nationale relatif aux Arbres de la Liberté, A Paris, de l’imprimerie nationale executive du Louvre, An IIe de la République

Le 30 frimaire an VII [20 décembre 1798], le ministre de l’Intérieur Nicolas François de Neufchâteau (1750-1828) arrêtait les mesures à prendre pour la célébration de l’anniversaire de la juste punition du dernier Roi des Français au cours de laquelle les agents de l’État devaient prêter serment et planter un arbre de la liberté quand cela n’avait pas déjà été fait : « Je vous recommande particulièrement la pompe touchante qui doit accompagner la plantation des arbres de la liberté, et vous invite à prendre toutes les précautions nécessaires pour assurer à cette plantation et l’éclat et la durée quelle a droit d’attendre »22

Le 15 ventôse an VII [5 mars 1799], dans une lettre circulaire aux administrations centrales de département, le même ministre rappelle qu’ « une loi de la Convention nationale, du 3 pluviôse de l’an 2, ordonne qu’il sera replanté des arbres de la liberté dans les communes où ces emblèmes précieux auraient péri. Cette replantation doit avoir lieu dans cette saison, plus favorable que toutes autres à la reprise des arbres »23.

A la Bibliothèque nationale, on note qu’il n’est pas fait mention de la présence d’officiels ni de la prononciation de discours pourtant habituels en ces occasions24.

L’arbre, son espèce, son âge — était-il mature ? — ne sont pas davantage décrits. Il est légitime de penser qu’il s’agissait d’un peuplier ou d’un chêne puisque, comme l’abbé Grégoire l’écrivait dès 1794, « le chêne doit être préféré pour l’arbre de la liberté. » Quant à sa taille, l’abbé indique que l’arbre « doit être choisi parmi les arbres de première grandeur et qui s’élèvent de 83 à 130 pieds ». Il est singulier de lire que l’abbé Grégoire mentionne le pied-de-roi comme unité de mesure alors qu’elle fut abolie par la Convention par la loi du 1er août 1793… Le pied-de-roi correspondant à environ 324,839 mm, la taille de l’arbre aurait donc pu se situer entre 27 et 42 mètres !

Une gravure de Letitia Byrne (1779-1849) datée de 1830-1831, représente la cour d’honneur avec plusieurs arbres et une fontaine25.

« Bibliotheque Royale. ; T.T. Bury delt. ; A. Pugin dirext. ; Miss Byrne sc., [1830] ». Gravure de Letitia Byrne d'après Thomas Talbot Bury et Augustus Charles Pugin, Wellcome collection.
« Bibliotheque Royale. ; T.T. Bury delt. ; A. Pugin dirext. ; Miss Byrne sc., [1830] ». Gravure de Letitia Byrne d’après Thomas Talbot Bury et Augustus Charles Pugin, Wellcome collection.

La gravure représente la cour d’honneur avec l’aile Robert de Cotte à droite et l’aile de Jacques V Gabriel de 1736 au fond vue vers le nord. Elle fait partie de l’ouvrage Paris and its environs displayed in a series of picturesque views. The drawing made under the direction of Mr Pugin and engraved the superintendence of Mr C. Heath. The topographical and historical description by L.T. Ventouillac, parus à Londres chez Robert Jennings et à Paris chez Treuttel & Wurtz, en 1830-1831. L’ouvrage d’Augustus Charles Pugin (1762-1832), peu étudié en France malgré son fort caractère documentaire relatif au Paris d’avant les grands travaux du baron Haussmann26, offre des vues du Paris romantique dont celle de plusieurs monuments disparus, comme les portes de l’octroi de Claude-Nicolas Ledoux, l’hôtel Legendre de la rue des Bourdonnais ou le ministère des Finances de la rue de Rivoli.

La présence d’autres arbres est conforme aux recommandations de l’abbé Grégoire qui stipulait que « Chaque arbre de la liberté seroit entouré d’une plantation d’especes quelconques les plus propres à favoriser son éducation, en formant un bosquet dont la forme et l’étendue seroient subordonnées aux localités.27 »

Il semble que l’arbre n’ait pas été déraciné sous la Restauration, comme ce fut le cas pour la plupart des Arbres de la Liberté, puisqu’il est encore présent dans un certain nombre d’illustrations postérieures à la chute de Charles X et la révolution de juillet 1830.

Après la Révolution de 1848, de nouvelles plantations eurent lieu en France.

Plantation et Bénédiction de l'arbre de la Liberté sur la Place de l'Hôtel-de-Ville, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, RESERVE QB-370 (110)-FT4
Plantation et Bénédiction de l’arbre de la Liberté sur la Place de l’Hôtel-de-Ville, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, RESERVE QB-370 (110)-FT4, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53014114g
Plantation de l'arbre de la Liberté à l'Hôtel de Ville : [estampe], Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, RESERVE QB-370 (110)-FT4
Plantation de l’arbre de la Liberté à l’Hôtel de Ville : [estampe], Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, RESERVE QB-370 (110)-FT4, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53014290c

En plus de la gravure parue dans le recueil d’Augustus Charles Pugin, il existe d’autres illustrations de la cour d’honneur qui le confirment. Un dessin daté de 1870, réalisé avant les travaux de rénovation menés par l’architecte Jean-Louis Pascal entre 1876 et 1886 — en effet, le bassin est encore intact — le montre :

Bibliothèque Nationale Restaurée : [dessin], [ap. 1870], Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, VE-2160 (2)-BOITE FOL.
Bibliothèque Nationale Restaurée : [dessin], [ap. 1870], Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, VE-2160 (2)-BOITE FOL. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8456388p>.

L’artiste a donné quelques coups de lavis sur le fronton qui peuvent laisser accroire qu’il était encore orné de sa sculpture d’origine.

Bibliothèque Nationale Restaurée : [dessin], [ap. 1870], Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, VE-2160 (2)-BOITE FOL. Détail.
Bibliothèque Nationale Restaurée : [dessin], [ap. 1870], Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, VE-2160 (2)-BOITE FOL. Détail.

Le bassin de la cour d’honneur est clairement dessiné par Henri Labrouste (1801-1875) sur un plan de 186828 :

[Bibliothèque impériale, plans d'ensemble]. 25, Plan Général de la Bibliothèque Impériale : [plan général du rez-de-chaussée] : [estampe, plan] / [Henri Labrouste]
[Bibliothèque impériale, plans d’ensemble]. 25, Plan Général de la Bibliothèque Impériale : [plan général du rez-de-chaussée] : [estampe, plan] / [Henri Labrouste], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530112425/f1.item

Une gravure de Charles Baude (1853-1935) et A. Provost — dont nous n’avons pas encore identifié ni la source ni la date — représente l’arbre — mais cette fois isolé — dans la cour d’honneur de la Bibliothèque et la vasque qui diffère du dessin précédent :

Cadet de Gassicourt, Félix (1871-1953), « Quartier Vivienne. La Bibliothèque Nationale », Le Centre de Paris : bulletin trimestriel de la Société historique et archéologique des 1er et 2e arrondissements de Paris, 1937, novembre, t. IV, n° 1, p. 28.
Cadet de Gassicourt, Félix (1871-1953), « Quartier Vivienne. La Bibliothèque Nationale », Le Centre de Paris : bulletin trimestriel de la Société historique et archéologique des 1er et 2e arrondissements de Paris, 1937, novembre, t. IV, n° 1, p. 28. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k53270117/f465.item>.

Vers 1878, l’architecte Jean-Louis Pascal mène un chantier de reconstruction de l’aile de Robert de Cotte à l’est de la cour mais aussi de l’aile de Jacques V Gabriel au nord.

Le photographe Louis-Émile Durandelle (1839-1917), missionné par Jean-Louis Pascal pour documenter le chantier, a photographié le fronton avant sa reconstruction :

Louis-Émile Durandelle (1839-1917), Bibliothèque nationale : façade nord de la cour avant les travaux de reconstruction, Minerve promenant son compas sur le globe terrestre sur le fronton de l'aile Robert de Cotte, 1876, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, EO-98 (1)-BOITE FOL A
 Louis-Émile Durandelle (1839-1917), Bibliothèque nationale : façade nord de la cour avant les travaux de reconstruction, Minerve promenant son compas sur le globe terrestre sur le fronton de l’aile Robert de Cotte, 1876, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, EO-98 (1)-BOITE FOL A

Il a par ailleurs produit une vue générale de l’aile Robert de Cotte reconstruite par l’architecte, qui adopte le même point de vue que le dessin précédent :

Louis-Émile Durandelle (1839-1917), Chantier de l'aile est de la cour d'honneur mené par Jean-Louis Pascal, 1882, photographie, BnF, département des Estampes et de la photographie,Va-237 (2)-Fol
Louis-Émile Durandelle (1839-1917), Chantier de l’aile est de la cour d’honneur mené par Jean-Louis Pascal, 1882, photographie, BnF, département des Estampes et de la photographie,Va-237 (2)-Fol29.

Sur cette photographie, on note que le fronton du sculpteur Charles Degeorge (1837-1888), représentant La Science servie par des génies, n’est pas encore sculpté. Le bassin au centre de la cour ne possède plus la vasque centrale encore visible dans le dessin. L’arbre est bel et bien en place en 1882, photographié avant l’automne et de port érigé, en tout cas plus colonnaire qu’élancé. Hélas, du vent a flouté les feuilles qui ne sont tout de même pas celles d’un marronnier ni d’un platane ou encore d’un érable.

Une autre vue du chantier avec un échafaudage devant la façade de l’aile Robert de Cotte donne à voir l’aile nord de Jacques V Gabriel avec son nouveau fronton dû à Charles Degeorge et représentant Minerve promenant son compas sur le globe terrestre. La photographie est ici surtout intéressante pour l’arbre encore debout, un arbre à feuilles caduques en majesté au nord de la cour mais émondé par rapport à la vue précédente.

Louis-Émile Durandelle, Bibliothèque nationale, chantier du « bâtiment Robert de Cotte » par Jean-Louis Pascal, façade sur la cour d’honneur, 1882. Tirage positif sur papier albuminé, 36 × 45 cm, BnF, département des Estampes et de la Photographie, VA-237 (2) folio
Louis-Émile Durandelle, Bibliothèque nationale, chantier du « bâtiment Robert de Cotte » par Jean-Louis Pascal, façade sur la cour d’honneur, 1882. Tirage positif sur papier albuminé, 36 × 45 cm, BnF, département des Estampes et de la Photographie, VA-237 (2) folio30.

Une vue du corps central du bâtiment et du fronton laisse entre-apercevoir quelques branches nues de l’arbre, ce qui confirme qu’il s’agit d’un feuillus non marescent et donc ni un chêne (Quercus robur ‘Fastigiata’) ni un hêtre (Fagus ‘Sylvatica’) :

Louis-Émile Durandelle (1839-1917), Bibliothèque nationale : façade nord de la cour avant les travaux de reconstruction, bâtiment Robert de Cotte, 1876, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, EO-98 (1)-BOITE FOL A
Louis-Émile Durandelle (1839-1917), Bibliothèque nationale : façade nord de la cour avant les travaux de reconstruction, bâtiment Robert de Cotte, 1876, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, EO-98 (1)-BOITE FOL A

Une photographie du nouveau fronton de l’aile nord de Jacques V Gabriel, représentant La Science servie par des génies sculptée par Charles Degeorge (1837-1888), fut produite en 1886 :

Louis-Émile Durandelle (1839-1917), Bibliothèque nationale : nouveau fronton ''La science servie par les génies'' sculpté par Charles Degeorge (façade du bâtiment Robert de Cotte), 1886, Recueil. Topographie de Paris. IIe arrondissement. 6ème quartier, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, VA-237 (2)-FOL MFILM H-22913
Louis-Émile Durandelle (1839-1917), Bibliothèque nationale : nouveau fronton ”La science servie par les génies” sculpté par Charles Degeorge (façade du bâtiment Robert de Cotte), 1886, Recueil. Topographie de Paris. IIe arrondissement. 6ème quartier, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, VA-237 (2)-FOL MFILM H-22913

Sachant que ce fut Jean-Louis Pascal qui pava la cour d’honneur, il est tentant de dater le déracinement de l’arbre des années 1882-1886 puisqu’il existe une photographie de la nouvelle cour d’honneur pavée, datée de 1886, sans doute une vue de fin de chantier destinée à montrer le produit fini. Le photographe n’omet pas d’ajouter un personnage dans sa composition pour donner l’échelle de la cour, comme c’était le cas dans le dessin et la gravure de Charles Baude et A. Provost.

Louis-Émile Durandelle (1839-1917), Bibliothèque nationale : façades donnant sur la cour d'honneur, 1886, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, VA-419 (J,7)-FT 4 MFILM H-185306
Louis-Émile Durandelle (1839-1917), Bibliothèque nationale : façades donnant sur la cour d’honneur, 1886, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, VA-419 (J,7)-FT 4 MFILM H-185306

Las, l’arbre et la vasque ont disparu, sans qu’il en soit a priori fait mention dans les procès-verbaux du Conservatoire31.

Lors de la séance du 12 août 1885 du Conservatoire, « l’achèvement des travaux de la cour » est programmé pour le printemps 1886 :

BnF, ADMINISTRATION. Procès-verbaux du Conservatoire (du Comité consultatif après 1858). Archives modernes 73, fol. 216.
BnF, ADMINISTRATION. Procès-verbaux du Conservatoire (du Comité consultatif après 1858). Archives modernes 73, fol. 216. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bd6t57057902/f220.item>.

Cependant, Édouard-Auguste Spoll décrit encore l’arbre et la vasque dans son « Guide de l’étranger dans Paris », paru dans le journal La Rue de Jules Vallès, le 13 juillet 1897 : 

Lorsque vous avez traversé une cour sombre et triste, ornée d’une fontaine à la vasque verdâtre et de quelques grands arbres, dont le tronc noirci et le feuillage éploré attestent les souffrances, vous pénétrez par un vestibule qui n’a rien de monumental au pied du grand escalier.

Spoll, Édouard-Auguste, « Guide de l’étranger dans Paris. I. La Bibliothèque impériale », La Rue : Paris pittoresque et populaire, 13 juillet 1897, n° 7, p. 4-6. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5458157z/f4.item>. Dans le sommaire du journal, le titre porte : « Bibliothèque [de] la rue de Richelieu ».

Faut-il supposer qu’il rédigea sa description bien avant sa publication, sans que le Guide ne souciât de tromper le touriste, l’étranger à Paris susceptible d’être déçu de ne pas trouver in situ l’équivalent de la gravure et de la description ?

L’arbre représenté dans ces différentes illustrations, dont la hauteur laisse supposer une plantation ancienne, incite à penser qu’il s’agit de notre Arbre de la Liberté planté en février 1798.

A partir des travaux de Jean-Louis Pascal, le seul espace vert de la Bibliothèque allait se situer dans le jardin Vivienne, récemment devenu l’Hortus papyrifer – le jardin papyrifère introduisant des espèces exotiques comme le papyrus et le palmier32.

Hortus papyrifer © Olivier Jacquot, 2023
Hortus papyrifer © Olivier Jacquot, 2023

Notes



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 16 juillet). L’Arbre de la liberté de la Bibliothèque nationale. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3y0

  1. A son sujet, voir : Jacquot, Olivier, « Le Conservatoire de la Bibliothèque Nationale : une direction collégiale héritée de la Révolution », Collège de France ; Bibliothèque nationale de France, Sources pour une histoire administrative croisée. Collège de France et Bibliothèque nationale de France, 1773-1815, Paris, Collège de France, 19 juin 2023. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hal.science/hal-04133455> et Foucaud, Jean-François, « La Bibliothèque sous la Révolution française et le Conservatoire », dans : Richelieu : quatre siècles d’histoire architecturale au cœur de Paris, Paris : Bibliothèque nationale de France : Institut national d’histoire de l’art, DL 2017, p.[66]-73. []
  2. Simone Balayé le nomme Jean-Adrien Jacques. []
  3. Selon Simone Balayé, La Bibliothèque Nationale des origines à 1800, Genève : Droz, 1988, p. 404. Ils furent remis en vigueur sans que l’on puisse en déterminer la date de création. Les archives administratives de la BnF ne conservant des registres de présence qu’à partir de 1830, nous ignorons où sont conservés ceux de cette période, s’ils l’ont été. []
  4. Voir : BnF, ADMINISTRATION. Procès-verbaux du Conservatoire (du Comité consultatif après 1858). Archives modernes 55-56, fol. 4-5. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53216270s/f12.item>. []
  5. Archives modernes 3 : DÉPENSES GÉNÉRALES. Appointements du personnel. Pièces justificatives des dépenses ordinaires et extraordinaires, des frais de catalogues, etc., an V-an VI [1796-1798]. []
  6. Entré à la Bibliothèque le 1er janvier 1765. []
  7. Sous-garde pour les langues vulgaires, entré le 1er septembre 1793. []
  8. Entré en 1775 (destitué le 24 février 1798). []
  9. Entré en 1773 et renvoyé en 1800. []
  10. Entré en pluviôse an III [janvier-février 1795]. []
  11. Recruté le 1er brumaire an IV [23 octobre 1795]. []
  12. Commis, il devint second employé en 1806 : Meyer, Véronique, « Les premières expositions permanentes au département des estampes de la Bibliothèque Royale puis Impériale », Nouvelles de l’estampe, 2019, n° 262, p. 20. Disponible sur Internet, url : <https://journals.openedition.org/estampe/1360> ; selon Simone Balayé, Ibid., p. 403, n368 indique qu’il sera conservateur-adjoint en 1832 et conservateur en 1839. []
  13. Il s’agit de Mme Bonneville, l’épouse du frotteur, dame portière de la Bibliothèque qui percevait, avec 400 livres, le traitement le plus bas de tous les agents de la Bibliothèque. []
  14. Recruté en brumaire an IV. []
  15. Recruté en nivôse an IV. []
  16. Entré en 1784. []
  17. [Recueil. Archives administratives du Cabinet des Estampes. Journal du Conservateur], BnF, Estampes, RESERVE YE-207 (1-12)-PET FOL. Nous remercions Chloé Perrot pour la recherche qu’elle a mené pour nous. []
  18. Grégoire, Henri (1750-1831), Essai historique et patriotique sur les arbres de la liberté, A Paris, chez Desenne, libraire, maison Egalité, Bleuet, Firmin Didot, libraires, rue de Thionville. An IIme de la République française [1794], 1 vol. ([4]-68 p.) ; in-18. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64883353>. []
  19. En note, l’abbé Grégoire renvoie à La Gazette nationale, ou le Moniteur universel, 24 mai 1790, n° 144. Disponible sur Internet, url : <https://www.retronews.fr/journal/gazette-nationale-ou-le-moniteur-universel/24-mai-1790/149/1274691/1> mais il n’y ait pas fait mention de Saint-Gaudens ni de Norbert Pressac. En réalité le récit de l’événement fut publié dans le n° 145 du 25 mai 1790. []
  20. Ce chef d’accusation, ajouté à d’autres sans doute plus graves, valut la peine de mort à un certain Sézanne d’Aix : « La même commission militaire [de la 8me division séant à Marseille] a condamné à la peine de mort le nommé Sézanne (d’Aix) & la nommée Provençal ; le premier, pour n’avoir point obéi à la loi du 19 fructidor ; pour avoir été du nombre des assassins dans les prisons d’Aix ; pour avoir marché contre Saint-Maximin avec un attroupement armé ; pour avoir coupé l’arbre de la liberté a Pourrières, & s’être souillé de plusieurs meurtres. La femme Provençal, condamnée par les mîmes motifs, s’étoit signalée à Toulon, quand les Anglais en étoient les maîtres, par les persécutions qu’elle avoit provoquées contre les républicains. », Le Journal de Paris, 15 février 1798, n° 147, p. 609.
    Le 9 prairial an 2 [28 mai 1794], 63 personnes furent condamnées à mort et guillotinées pour avoir déraciné, dans la nuit du 12 au 13 floréal  an II [1er au 2 mai 1794], l’arbre de la Liberté de Bédoin (Vaucluse) ! Voir : L’affaire de Bedoin. Un exemple de Terreur provinciale, Avignon : Archives départementales de Vaucluse, 2016, 1 vol. (22 p.). Disponible sur Internet, url : <https://archives.vaucluse.fr/fileadmin/Minisites/Archives/00_AD_PDF_DOCX_XLS_PPT/C_nos_offres/service_educ/bedoin_2016_vf_liens.pdf>. []
  21. Dans son texte qui en rend compte, l’abbé Grégoire remplace « Conſtitution Françaiſe » par « liberté française ». Voir : Grégoire, Henri (1750-1831), Essai historique et patriotique sur les arbres de la liberté, A Paris, chez Desenne, libraire, maison Egalité, Bleuet, Firmin Didot, libraires, rue de Thionville. An IIme de la République française [1794], p. 24. []
  22. Recueil des lettres circulaires, instructions, programmes, discours et autres actes publics, émanés du… Ministère de l’Intérieur, Paris : Imprimerie de la République, an VII, t. I, p. 360. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54820120/f473>. []
  23. Recueil des lettres circulaires, instructions, programmes, discours et autres actes publics, émanés du… Ministère de l’Intérieur, Paris : Imprimerie de la République, an VIII, t. II, p. 109. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57623037/f120>. []
  24. Minée, Julien (1738-1808), [Discours prononcé] à l’inauguration de l’arbre de la liberté au champ de l’égalité, ci-devant place Louis XVI à Nantes, [Nantes] : [de l’impr. de J. Malassis], [1792], 1 vol. (4 p.). Disponible sur Internet, url : <https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb37236265w>. []
  25. « Bibliotheque Royale. ; T.T. Bury delt. ; A. Pugin dirext. ; Miss Byrne sc., [1830] ». Gravure de Letitia Byrne d’après Thomas Talbot Bury et Augustus Charles Pugin, Wellcome collection. Disponible sur Internet, url : <https://wellcomecollection.org/works/waw92gwt>. []
  26. Quinlan, Andrea, « Paris and its environs: Augustus Charles Pugin’s view of the city », The British Art Journal, 2009, vol. 10, n° 3, p. 125-130. []
  27. Grégoire, Henri (1750-1831), Essai historique et patriotique sur les arbres de la liberté, A Paris, chez Desenne, libraire, maison Egalité, Bleuet, Firmin Didot, libraires, rue de Thionville. An IIme de la République française [1794], p. 41. []
  28. Il figure déjà dans l’Architecture françoise de Jacques-François Blondel, tome 3, <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1080325/f138.item>. []
  29. Également reproduit dans : Leblanc, Charlotte, « La Bibliothèque nationale en chantier. Les photographies de Louis-Émile Durandelle », Revue de la BnF, 2016, vol. 53, n° 2, p. 167-172. DOI : 10.3917/rbnf.053.0167. Disponible sur Internet, url : <https://www.cairn.info/revue-de-la-bibliotheque-nationale-de-france-2016-2-page-167.htm> et dans : Richard-Bazire, Anne, « Les restaurations de Pascal à la Bibliothèque nationale : les ailes nord et est de la cour d’honneur», Livraisons de l’histoire de l’architecture, 2014, n° 28. DOI: https://doi.org/10.4000/lha.394. Disponible sur Internet, url : <http://journals.openedition.org/lha/394> mais provenant des Archives nationales, VA album CX n° 15 : Travaux à la Bibliothèque nationale. []
  30. Également reproduit dans : Leblanc, Charlotte, « La Bibliothèque nationale en chantier. Les photographies de Louis-Émile Durandelle », Revue de la BnF, 2016, vol. 53, n° 2, p. 167-172. DOI : 10.3917/rbnf.053.0167. Disponible sur Internet, url : <https://www.cairn.info/revue-de-la-bibliotheque-nationale-de-france-2016-2-page-167.htm>. []
  31. La recherche s’est avérée vaine entre le 25 avril 1881 et le 20 novembre 1889 []
  32. Voir : « Le jardin Vivienne », bnf.fr, [s. d.]. Disponible sur Internet, url : <https://www.bnf.fr/fr/le-jardin-vivienne>. []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search