Paul Jean Baptiste Marie Tin-Tun-Ling (Ding Dunling 丁敦齡), lecteur chinois de la Bibliothèque impériale

Sommaire

Tin-Tun-Ling, Le Livre de Jade
Tin-Tun-Ling, Le Livre de Jade

Né en Chine, dans la préfecture de Pingyang, le 17 mai 18311, lettré de la province de Jiangxi, celui qui signe son acte de mariage du titre de Baron Tin-Tun-Ling, titre qu’il fait aussi figurer sur sa pierre tombale se réfugia en France vers 1862-1863 suite à sa participation à la révolte des Taiping (1851-1864)2, soit une guerre civile qui aurait fait entre vingt et trente millions de morts. Ayant été baptisé dans le rite catholique, Tin-Tun-Ling fit sans doute partie du camp des rebelles3.

Dans ces pages, nous le désignerons sous la forme qu’il avait adoptée notamment pour signer son ouvrage La petite pantoufle, en dépit de l’évolution plus récente des normes de translittération du chinois. En pinyin son nom, qui a été transcrit Ting Touen-Ling, Tin-Tun-Lin, Ting Tun-ling ou Tin-Tun-Lung, devrait s’écrire Ding Dunling 丁敦齡4.

Durant son séjour parisien qui dura de son arrivée en France en 1861 à son décès, il ne fut désigné que sous cette transcription phonétique sans qu’il ne soit jamais fait mention des prénoms français qu’il adopta à son baptême et qui figurent sur son acte de décès et dans les registres d’inhumation.

Ses relations avec la France débutent en Chine, au cours de la négociation du traité de Huangpu (ou traité de Whampoa). A l’âge de dix-huit ans, Tin-Tun-Ling s’installe à Macao où il est baptisé en tant que catholique en prenant les prénoms chrétiens de Paul Jean Baptiste Marie. En 1861, Joseph-Marie Callery (1810-1862)5, après avoir été secrétaire chinois et traducteur de Théodose de Lagrené, missionné par le ministre des affaires étrangères Guizot pour négocier un traité franco-chinois, fort du succès des négociations sur le traité de Whampoa, le 24 octobre 1844, est attaché au ministère des Affaires étrangères en qualité de secrétaire-interprète pour le chinois auprès du Consulat de France en Chine, selon une ordonnance royale du 18 novembre 1842. En 1841; il publia à Macao un Systema Phoneticum Scripturæ Sinicæ et en 1842, il fait paraître un spécimen pour un Dictionnaire encyclopédique de la langue chinoise dont un premier tome paraît en 18456. En 1861, Callery, souhaite recruter un secrétaire chinois pour l’aider à achever son Dictionnaire franco-chinois débuté en 1842. C’est ainsi qu’il rencontre Tin-Tun-Ling par l’entremise d’un intermédiaire et qu’il l’embauche comme secrétaire chinois avec un salaire mensuel d’environ 150 francs. Le 18 février 1861, Tin-Tun-Ling quitte Macao pour suivre Callery de retour en métropole, forcé de suivre Théodose de Lagrené. Mais peu de temps après, le 8 juin 1862, Callery décède, ce qui laisse Tin-Tun-Ling démuni et sans emploi. Il met ses compétences au service du sinologue Stanislas Julien qui est mécontent de payer son maigre salaire.

Grâce à l’aide du professeur à l’École des langues orientales vivantes Charles Simon Clermont-Ganneau (1846-1923), Tin-Tun-Ling fait la rencontre de Théophile Gautier, déterminante pour la suite de sa carrière française : Clermont-Ganneau ordonne à Tin-Tun-Ling de remettre des vêtements chinois, de se laisser pousser des tresses, de se déguiser en potiche dans les cercles parisiens, puis l’emmène chez les Gautier.

Avant de rencontrer Tin-Tun-Ling, Gautier avait déjà étudié les œuvres de sinologues comme Jean-Pierre Abel-Rémusat ou Antoine-Pierre-Louis Bazin. En 1846, il avait rédigé le conte chinois « Le Pavillon sur l’eau : nouvelle chinoise » basé sur les recherches de Guillaume Pauthier sur la comédie chinoise.

Familier de Théophile Gautier

Si l’on en croit l’historiographie comme la presse de l’époque, le Tout Paris connaissait Tin-Tun-Ling, notamment parce qu’il fut recueilli par le poète parnassien Théophile Gautier.

Résidant « dans le logement parisien d’Alexandre Dumas fils (1824-1895), ce « Chinois de Gautier » restera « l’une des curiosités, sinon l’un des ornements de la capitale » »7.

« Tout le Paris littéraire de l’époque avait entendu parler du « Chinois de Gautier », que le bon Théo avait recueilli en 1862, et dont il avait fait le précepteur de ses deux filles8 ».

Dans ses souvenirs, Le second rang du collier, Judith Gautier le nomme Ting Tun-Ling et familièrement Ting. Charles Simon Clermont-Ganneau, familier des Gautier, nommé Nono par Judith dans son ouvrage, raconta les circonstances de la venue de leur protégé Chinois en France :

Clermont-Ganneau, qui comprenait son jargon et même déjà quelques mots chinois, l’avait interrogé et nous fit part de ce qu’il soupçonnait. Ting-Tun-Ling était, très probablement, un ancien taïping, qui avait conspiré. Il s’était battu et un de ses bras gardait la marque d’une affreuse blessure : – Nono l’avait vue ; – un canon en bambou, serré par des cordes, en éclatant lui avait enlevé une large tranche de chair. Traqué, réduit à la plus grande misère, pendant une famine terrible, il avait été sauvé, par des missionnaires, à la condition qu’il se ferait chrétien.

Gautier, Judith (1845-1917), Le collier des jours : le second rang du collier, souvenirs littéraires, Paris : F. Juven, [ca 1905], p. 162.
Judith Gautier, madame Catulle Mendès : [photographie, tirage de démonstration] / [Atelier Nadar]
Judith Gautier, madame Catulle Mendès : [photographie, tirage de démonstration] / [Atelier Nadar], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53065990x/f1.item#

Tin-Tun-Ling est logé par les Gautier près de leur domicile de Neuilly, dans « une chambre toute proche, rue des Mauvaises-Paroles ; mais il a table ouverte chez les Gautier »9. « Tin, officiellement professeur de chinois des filles, fait partie intégrante de la « smala », dont il partage les heurs et les malheurs. En plus de cours de chinois aux filles, des traductions de poèmes avec Judith, celui que Théophile Gautier appelle dans ses lettres « mon Chinois », « mon Chinois particulier », « le fidèle Chinois », est utilisé comme coursier de confiance pour remettre plis et ouvrages. Tin est connivent des amours de Judith et Catulle Mendès, assiste Ernesta lorsqu’elle déménage de Neuilly, rend visite à Gautier qui s’est alors réfugié chez ses sœurs, à Montrouge » (Magnol-Malhache, Véronique, Ibid., p. 187.)).

Tin-Tun-Ling fait à ce point partie de la famille qu’il est régulièrement cité dans la correspondance du poète, même dans une lettre à la princesse Mathilde. Le déménagement d’Ernesta Gautier est narré par Maurice Dreyfous dans ses souvenirs :

Le va-et-vient de ma villégiature à Neuilly fait que j’ai assisté sans le vouloir au déménagement d’Ernesta. Je passais rue de Longchamp, à l’instant où démarrait le chariot des déménageurs. Un canapé, les pieds pendants dans le vide, y était attaché, et, avec une drôlerie carnavalesque, un jeune Chinois en robe de soie noire brochée, chaussé de soie et de liège, coiffé de satin noir avec des boutons de verroterie rouge, s’y prélassait étendu de tout son long. Sa longue natte noire battait l’air à chaque cahot de la voiture. Celui-là, c’était mon excellent ami Tin-Tsien-Lin, lettré chinois de son état.
Tout-Paris a connu ce lettré qu’on appelait communément le Chinois de Théophile Gautier. Il était venu de Macao, on ne sait ni pourquoi, ni comment ?
Son aspect pittoresque lui avait conquis le bon accueil de l’auteur du Pavillon sur l’Eau, auquel, en un langage rudimentaire, une sorte de français de petit nègre, il contait des chinoiseries intéressantes et récitait des fables charmantes dont il se disait l’auteur. Il se déclarait persécuté par l’unique professeur de chinois alors connu en France, Stanislas Julien, professeur au Collège de France, qui, s’il fallait en croire la plaisanterie courante, n’avait à son cours qu’un seul élève toujours variable et qui toujours était le cocher du fiacre qui l’amenait au Collège de France ?
Tin qui était le roi des menteurs propageait volontiers cette histoire. Il affirmait en outre que Stanislas Julien, ne sachant point le chinois, l’employait à faire son travail, moyennant une rétribution dérisoire, et que, de plus, dès qu’une visite apparaissait il l’invitait à disparaître ; il le faisait passer, selon le dire de Tin, pour son domestique. En plus de cette situation peu lucrative, Tin donnait des leçons de chinois. Il n’avait qu’un seul élève, lui aussi, et c’était un Turc.
Le croirait-on ? ce Chinois pauvre était dans son quartier le bourreau des cœurs, tant et si bien qu’il lui en arriva malheur. — Comme il avait séduit la femme, laide et rouge, d’un tailleur de son voisinage, le mari avait requis le commissaire de police et les deux coupables avaient été traduits en correctionnelle. Quand vint pour eux le moment de s’expliquer, Tin dit ceci au tribunal :
« Moi, dormir tranquille, chambre. Alors, moi, entends pan, pan. Va ouvrir. — Qui là ? Il répond : — Commissaire ! — Comment commissaire ?… Enfin, lui dire : — Tin, chambre ; femme, bonne de Tin, Tin, son lit, femme, son lit. Voilà, monsieur Commissaire. Comprends-tu, juge ? »
La magistrature garda son sérieux, le ministère public se mordit les lèvres, et, aussitôt après lui, un jeune avocat maigre se leva et d’une voix puissante et d’un geste harmonieux il prit la défense de Tin-Ling, lettré chinois. Cet avocat que l’on ne rencontrait jamais au palais, avait pour signe particulier un œil de verre. Cela plaisait à sa belle humeur de plaider cette affaire, digne de Guignol. Ce fut son premier début. Son deuxième début fut le procès Baudin. C’était Gambetta.
Mais ce malheureux Tin était voué aux aventures judiciaires, nées d’histoires de femmes. Cela me valut le plaisir de le voir, orné de deux municipaux, assis sur le banc des accusés, à la cour d’assises. Cette fois, il était accusé de bigamie. Ce Céleste bigame amusait les autres auditeurs, mais il ne s’amusait pas quand même. Son cas était celui-ci : Il s’était marié en France, je ne sais trop avec qui, alors qu’il était, prétendait-on, déjà marié à Macao. Le parquet de la Seine croyait établir là un cas de bigamie, et Tin entendait expliquer, au point de vue du droit chinois, la non-valeur légale en France de son mariage en Chine.
Son amie et élève Judith Gautier vint expliquer au jury la législation du mariage en Chine. Alors, de même que dans l’un des chefs-d’œuvre de Labiche où Lhéritier jouait — et comment !! — le rôle d’un juge, le président des assises se régala de la retenir le plus longtemps qu’il put à la barre. Ce en quoi il n’avait pas tort, le malin ! Le procureur requit, bien entendu, sans perdre son sérieux et Pierre-Elzéar Bonnier, poète lyrique à ses heures et avocat par intermittence — car tout devait être fantaisiste en ce procès criminel — plaida si bien que nous eûmes tous peur qu’il fît condamner son inoffensif client. Tin fut néanmoins acquitté.
Il y avait cependant dans ce procès grotesque quelque chose de singulièrement grave. Tin avait été marié à Macao, par des missionnaires qui l’avaient converti, et la poursuite avait été intentée à leur instigation. La condamnation de Tin aurait été pour eux de la plus haute importance, car elle aurait créé une jurisprudence en vertu de laquelle ils auraient été assimilés à des officiers de l’état civil français.
Il s’était trouvé en France un procureur impérial, et toute une chambre des mises en accusation pour entendre des Jésuites portugais, pour emprisonner préventivement et pour traduire cet homme inoffensif en Cour d’Assises.
Tel fut le cas, à mon avis fort intéressant, du Chinois de Théophile Gautier, accusé de bigamie.
La voiture de déménagement derrière laquelle Tin était allongé, étendu sur un canapé, en fourragère, traversa tout Neuilly, puis tout Paris, de la porte Maillot à la porte de Vincennes, et chemina dans la direction de Villiers-sur-Marne, cependant que, en sens inverse, un fiacre descendant des hauteurs de Montrouge se dirigeait vers la rue de Longchamp, et y ramenait le maître du logis.

Dreyfous, Maurice, Ce que je tiens à dire : un demi-siècle de choses vues et entendues, Paris : P. Ollendroff, [1912], p. 100-103. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/cequejetiensdi00dreyuoft/page/100/mode/2up>.

Ce rôle de factotum dévolu à Tin-Tun-Ling par les Gautier le fit qualifier de « domestique chinois » de Théophile Gautier par Georges Rivière10.

Tin-Tun-Ling fut en effet l’ami et précepteur des deux filles du poète, l’aînée Judith Gautier (1845-1917), à laquelle il enseigna le chinois et la cadette Estelle Gautier (1848-1914) : « « le Chinois de Théophile Gautier » vécut plusieurs années chez les Gautier, d’abord en enseignant le chinois puis en collaborant aux traductions de Judith Gautier, qui décida très vite de travailler à traduire les poésies classiques chinoises dont son père avait rêvé. Ces traductions furent réunies dans le recueil du Livre de Jade, qui porte aussi pour la première fois dans l’histoire de la littérature française un double titre chinois : 白玉詩書 Baiyu shijing, et est publié chez Alphonse Lemerre, l’éditeur des Parnassiens, en 1867 »11. Parmi la centaine d’œuvres poétiques des dynasties Tang (618-907) et Song (960-1279) dont celles de Li Bai, Du Fu, Li Qingzhao12, figure Tin-Tun-Ling lui-même, dont Judith Gautier traduit le poème L’ombre des feuilles d’oranger13 qui inspira d’autres poètes dont le colombien Guillermo Valencia Castillo (1873-1943), qui traduisit le poème en espagnol.

La jeune fille, qui travaille tout le jour, dans sa chambre solitaire, est doucement émue si elle entend, tout à coup, le son d’une flûte de jade ;

Et elle s’imagine qu’elle entend la voix d’un jeune garçon.

A travers le papier des fenêtres, l’ombre des feuilles d’oranger vient s’asseoir sur ses genoux ;

Et elle s’imagine que quelqu’un a déchiré sa robe de soie.
Solitaria en su alcoba,
la niña borda en seda
cuando oye de une flauta
la voz que se lamenta,
y cree escuchar de un joven
las amorosas quejas.

Por el papel rosado
que su ventana vela,
la sombra de une hoja
de naranjo penetra,
y posa sobre el nido
de sus rodillas trémulas.

Los párpados entorna
y cree, con ansia extrema,
que una mano desgarra
su veste a viva fuerza.

Lecteur chinois de la Bibliothèque impériale

Professeur de langues orientales, il fut un lecteur de la Bibliothèque impériale qu’il fréquenta en accompagnant son élève Judith Gautier14 qui lui dédia son Livre de jade paru en 1867.

Dans ses souvenirs, Judith Gautier a raconté ses journées passées dans la salle des manuscrits de la Bibliothèque, à l’époque désignée d’ « impériale », auprès de laquelle elle obtient même l’autorisation d’emprunter des ouvrages, comme cela était possible pour certains privilégiés dûment autorisés :

Mais l’arrivée du Chinois Ting-Tun-Ling et la découverte de la Chine m’apportèrent des occupations nouvelles.
Ting était maintenant de la maison : sa mince silhouette, dans sa robe bleue et sa veste noire, sa figure malicieuse, aux yeux demi-clos, sous sa calotte de satin, que, selon le rite, il n’ôtait jamais, nous étaient devenues familières et ne nous présentaient plus rien d’insolite ; l’exilé s’harmonisait avec les êtres et nous manquait lorsqu’il était absent. Il n’habitait pas cependant sous notre toit ; on lui avait trouvé une petite chambre rue des Mauvaises-Paroles, située dans le bout populeux de la rue de Longchamp. Mais il était là au déjeuner, et, tout de suite après, nous nous plongions dans l’étude des grimoires chinois.
« Bœuf en Chambre » me fît cadeau d’un dictionnaire chinois-français, un grand in-folio que j’ai toujours. Il avait été publié en 1813, sur l’ordre de Napoléon, par le Père de Guignes. Très imparfait au point de vue pratique, il est remarquable comme typographie ; les caractères chinois, de deux centimètres carrés, sont très élégamment gravés ; l’édition est devenu rare. Il était d’un maniement laborieux et nous l’appelions, pour rire : « Le dictionnaire de poche. »
Tout de suite je voulus lire les poètes et essayer de les traduire. Je commençai à réunir les matériaux de la première version du Livre de Jade, que « Judith Walter » publia bientôt. Pour réaliser ce travail, je dus faire connaissance avec la bibliothèque de la rue de Richelieu. Là seulement on pouvait trouver des livres chinois. Presque chaque jour, accompagnée de Ting, qui me tenait lieu de duègne, j’allais m’installer dans la salle des manuscrits et nous fouillions les recueils de poésies, pour y découvrir des poèmes à notre goût, les copier, afin de les emporter et de les étudier à loisir. J’aimais beaucoup ce milieu solennel et austère, si calme et si studieux ; il m’en imposait un peu et je n’osais parler que tout bas.
La première fois que je vins à la Bibliothèque, cependant, il se produisit un incident qui faillit bien m’empêcher d’y revenir jamais. A quatre heures, les garçons de salle firent retentir leur impératif : « Messieurs, on ferme ! » Ayant jeté un rapide coup d’œil sur les travailleurs, je vis que personne ne bougeait. Je crus avoir le droit de ne pas me presser plus que les autres. Alors un des garçons cria tout près de nous :
— On ferme !
Nous nous dépêchions, Ting et moi, de terminer la copie de quelques vers ; mais le garçon, s’adressant directement à nous, cria encore une fois :
— On ferme !
Aussitôt, à une table assez distante, un monsieur se leva, furieux, et interpella violemment l’employé :
— Vous n’êtes qu’un malappris ! voilà deux fois que vous vous adressez, spécialement, à cette dame. On n’a pas idée d’une pareille insolence !…
Le garçon riposta brutalement et le monsieur s’élança sur lui, dans le brouhaha de toute la salle en émoi. Je m’enfuis, entraînant le chinois très ahuri, au moment où, par-dessus des têtes, était brandi un fauteuil !…
Plus tard, on nous autorisa à emporter de la Bibliothèque les livres dont nous avions besoin. Nous nous installions alors, pour travailler, dans un coin du salon, près de la fenêtre de la rue ; mais j’avais à lutter contre la paresse, tout orientale, de Ting-Tun-Ling, qui accaparait le grand fauteuil et s’y endormait volontiers.

Gautier, Judith (1845-1917), Le collier des jours : le second rang du collier, souvenirs littéraires, Paris : F. Juven, [ca 1905], p. 202-205. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k832586/f207.item>.

La collaboration entre Judith Gautier et Tin-Tun-Ling se poursuivit après la parution du Livre de Jade, notamment pour le Le dragon impérial15.

Franc-maçon

Selon Léon de Rosny, Tin-Tun-Ling rejoint les francs-maçons en 1865 et aurait rédigé une brochure maçonnique, un Évangile historique de Jérusalem qui commencerait par l’histoire de la franc-maçonnerie et décrirait ensuite les devoirs, les droits et les croyances d’un franc-maçon. Selon les archives de la Société d’ethnographie américaine et orientale, Tin-Tun-Ling en est devenu membre en 1863 et a été élu membre correspondant pour les affaires chinoises lors de la réunion tenue le 21 septembre de la même année.

Activités académiques

Au cours de l’année universitaire 1839-1870, tout comme Li Hongfang et Li Shaobai, Tin-Tun-Ling est l’un des trois assistants d’enseignement du chinois à l’Institut des langues orientales. Il correspond avec des académiciens dont le sinologue Guillaume Pauthier16 et est recruté comme répétiteur pour le chinois au Collège de France auprès du marquis d’Hervey-Saint-Denis (1822-1892).

Contempteur des sinologues français

Tin-Tun-Ling prend part à la querelle qui opposa, dans les années 1870, les Chinois17, les traducteurs de la langue et les français ayant résidé en Chine, aux « sinologues de cabinet » qui « apparaissent hors de la sphère disciplinaire comme les maîtres incontestables et naturels de la langue chinoise ».

En 1870, il fut nommé répétiteur, pour la prononciation du chinois, auprès du marquis d’Hervey-Saint-Denis, professeur de langue chinoise au collége [sic] de France. Malheureusement pour Tin-Tun-Ling, il connaissait le chinois et avait le caractère irascible. Un beau jour, au milieu d’une leçon, il aurait interrompu le professeur, lui disant « Toi, pas savoir chinois, rien du tout. » C’était dépasser ses modestes fonctions de répétiteur pour la prononciation. Il fut destitué. Pendant le siége [sic], il resta à Paris, parcourant les remparts où il excitait la gaieté par ses reparties bizarres.

Rodays, Fernand de (1845-1925), « Gazette des Tribunaux. Cour d’assises : l’affaire du Chinois Tin-Tun-Ling », Le Figaro, samedi 12 juin 1875, n° 162, p. 2-3. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k275613s/f2.item>.

Ainsi, Le Figaro relaie en 1873 « la charge de Tin-Tun-Ling contre les sinologues parisiens, dont il menace de confondre l’imposture » comme il l’avait fait impétueusement pendant le cours du marquis d’Hervey de Saint-Denys18 :

Le Masque de Fer, « Échos de Paris », Le Figaro, 6 septembre 1873, n° 249, p. [1].

Le Congrès des Orientalistes, qui tient en ce moment ses séances à la Sorbonne, a commis hier une injustice qui est en même temps une terrible imprudence.
Il n’a pas élu parmi ses membres notre ami Tin-Tun-Lin, le fameux Chinois de Théophile Gautier.
Tin, justement offensé de ce manque d’égards, a commencé par appeler la colère de Fô, le dieu du Céleste Empire, sur le comité, puis il a juré par le Dragon à sept têtes qu’il allait éplucher les séances dans lesquelles il serait question de la langue chinoise.
Malheur à ceux des orientalistes qui parlent un chinois de fantaisie ! Tin est absolument décidé à les démasquer. Il l’a juré par la barbe de Boudha, le célèbre collègue de Fô, et par Maharadana, le dieu qui préside au cours du fleuve Jaune.
Ainsi, messieurs les membres du comité, prenez bien garde à vous !

Le Masque de Fer, « Échos de Paris », Le Figaro, 6 septembre 1873, n° 249, p. [1]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k274980q/f1.item>.

De fait, du 1er au 11 septembre 1873, se tint à la Sorbonne, le premier Congrès international des orientalistes19, organisé par Léon de Rosny, alors professeur à l’école spéciale des langues orientales, qui allait s’installer en cette année 1873 au 2 de la rue de Lille, après avoir été logée à la Bibliothèque nationale depuis sa création en 1795 puis dans un appartement prêté par le Collège de France.

Pour le congrès, Léon de Rosny, comme le rappelle L’Illustration, fit un « appel fructueux à tous les orientalistes de l’univers pour se réunir dans un grand congrès et inaugurer une ère nouvelle20. » Les trois volumes d’actes ne font pas mention de l’éviction de Tin-Tun-Ling mais une madame J. Ting Tun-Ling « de Kouantchu » est citée dans la liste générale des membres, parmi ceux provenant de Chine21.

Rejeté par les sinologues de Paris, après la Commune de Paris Tin-Tun-Ling est réintégré en 1873 au Collège de France comme le narre la Revue de l’enseignement chrétien :

Une lumière du collége [sic] de France — Tin-Tun-Lin, l’honnête chinois que tout Paris connait, va être réintégré par M. Batbie dans le petit poste que lui a donné l’empereur au collége [sic] de France.
Tin-Tun-Lin, avait été révoqué par M. Jules Simon22 au 4 septembre [1870], et l’histoire de sa destitution est des plus comiques. M. Jules Simon s’avisa un jour de demander quelles étaient les opinions de Tin.
On lui répondit qu’il avait une reconnaissance profonde pour l’empereur.
« Très-bien, et il est d’un pays où l’on ne connait même pas la République ! fit amèrement M. Jules Simon… Il ne faut plus à la France de fonctionnaires comme cela. »
Et Tin fut mis sur le pavé.
Il n’a pas encore bien compris ce qui s’était passé.

J.-G.-D., « Chronique », Revue de l’enseignement chrétien, 1873, octobre, t. 5, n° 30, p. 575-576. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/1873-revue-de-l-enseignement-chretien-tome-5.-no-30.-octobre-000001320_202302/page/575/mode/2up>.

Ainsi, comme le fait comprendre le Père Joseph Germer-Durand (1845-1917), nous apprenons que Tin-Tun-Ling fut réintégré grâce au ministre de l’Instruction publique, des cultes et des beaux-arts Anselme Batbie (1828-1887)23, après avoir été révoqué pour n’avoir pas pris en compte la proclamation de la République et la chute du Second Empire, surtout devant un ministre « profondément républicain » qui avait refusé de prêter serment à l’Empire ! Sans doute ce motif est-il plus légitime que l’insolence envers la forfaiture de Léon d’Hervey de Saint-Denys ? Ajoutons que l’abbé Paul-Hubert Perny (1818-1907), ancien missionnaire et provicaire apostolique en Chine, et candidat malheureux pour l’obtention de la chaire des langues et littératures chinoises, tartares et mandchoues de Stanislas Julien au Collège de France, traita Léon d’Hervey de Saint-Denys « d’éminent charlatan » et de « plagiaire odieux »24, aussi bien pour son titre de marquis que ses compétences en langue chinoise25. Vexé, le comte Léon d’Hervey de Saint-Denys lui intenta un procès qu’il remporta.

Gaston Vassy, dans Le Figaro du 6 décembre 1874 décrit Tin-Tun-Ling comme « un homme bien en colère » face à la forfaiture des sinologues parisiens :

Gaston Vassy, « Informations », Le Figaro, 6 décembre 1874, p. 2.

Un homme bien en colère à l’heure qu’il est, c’est notre ami le lettré, Tin-Tun-Lin, dont nous parlions hier.
Tin-Tun-Lin a été longtemps le secrétaire de feu M. Stanislas Jullien. Or, hier, Tin-Tun-Lin a appris qu’on venait de placer dans l’Institut un buste de son ancien patron.
Tin, aussitôt, a déclaré à toutes les personnes de sa connaissance que M. Jullien lui sevait [sic pou devait] toute sa gloire, attendu que c’était lui, Tin, qui soufflait à M. Jullien tout son chinois, et que, par conséquent, il voulait un buste aussi.
On a poussé Tin, si bien qu’hier il a adressé, dans le français le plus étonnant une lettre au ministre de l’instruction publique pour demander à avoir son buste aussi, à côté de celui de M. Jullien.
Il attend avec confiance la réponse de M. de Cumont.

Gaston Vassy, « Informations », Le Figaro, 6 décembre 1874, p. 2. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2754258/f2.item>.

Concernant ses liens avec les orientalistes, Tin-Tun-Ling est évoqué dans le compte rendu de la troisième session du Congrès provincial des orientalistes qui se tint à Lyon en 1878, dans ce qui prend la forme d’une charge contre le « péril jaune » :

Nulle part l’émigrant chinois ne va s’établir pour chercher une patrie nouvelle, il ne veut qu’une chose, acquérir une fortune rapide, par tous les moyens qu’il peut imaginer, et retourner ensuite au bord des grands fleuves de son pays, y vivre de la vie contemplative de l’Oriental repu — et fumer de l’opium.
On ne citerait peut-être qu’un exemple contraire, celui de Tin-tun-lin, le Chinois de Paris si célèbre de la Bastille au boulevard Haussmann ; dans un autre ordre d’idées nos hôtes d’aujourd’hui, ces studieux jeunes hommes qui assistent à notre première séance générale.
Certes, il ne viendra à personne la pensée de blâmer ces gens de songer à leur pays et de viser à se reposer après de dures fatigues. A ce point de vue, le Chinois est parfaitement dans son droit et nul ne pourra le lui reprocher.
Mais, après nous être mis au point de vue des émigrants, plaçons-nous au point de vue des pays vers lesquels ils se dirigent. Quels sont les avantages qu’ils retirent de cet envahissement temporaire de leur sol par la race jaune ?

« Le chemin de fer de Shanghai et la question des coolies », Congrès provincial des orientalistes, Compte rendu de la troisième session, Lyon – 1878, Lyon : Pitrat, 1880, t. I, p. 109-113. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/compterendudelat00conguoft/page/n129/mode/2up>.

Quand Judith Gautier est reçue – première femme à l’être – à l’Académie Goncourt, paraît dans Le Temps, une interview qu’elle donne à Raoul Aubry (1872-1915), où elle évoque son amis chinois, toute la dette qu’elle lui doit et le mépris qu’il suscitait chez Stanislas Julien :

« […] Je suis une Chinoise. Je n’ai pas de salon littéraire et je vis à l’écart. J’ai donc l’esprit libre, et mon suffrage ira simplement au volume que j’aurai trouvé le meilleur. Indépendante j’ai vécu, indépendante je vieillis, indépendante je mourrai. Je serai, toute mon existence, une sorte d’Extrême-Orientale détachée des choses de son temps et de son milieu. Voilà quarante ans que cela dure, et je ne vois guère le moment de changer.
Un jour, mon père rencontra Clermont-Ganneau et ce dialogue s’échangea entre les deux amis :
« — J’ai un Chinois, dit Clermont-Ganneau, qui m’embarrasse un peu. Il vint de son pays avec l’évêque de Macao, et l’évêque est mort. On ne peut pourtant pas laisser ce pauvre diable sans abri, sans secours. Qu’en faire ?
— Il est bien, ce jaune ? questionna Théophile Gautier.
— Mais extrêmement bien, et très cultivé.
— Envoie-moi ton Chinois, on tâchera de le consoler ! »
Et voilà comment, un beau matin, Ting Tung Ling tomba chez nous. Il y venait pour un jour ; il y resta plusieurs années, jusqu’à sa mort. On lui loua une chambre dans Neuilly, où nous habitions alors, et il s’y laissa vivre des jours mélancoliques. Parfois nous lui disions, par manière de plaisanterie : « On va te renvoyer en Chine » Et il s’affolait. « Moi, pas vouloir mourir ! Eux couperont tête ! » Et il n’avait aucune envie de revoir les dieux lares. Alors nous nous mîmes à travailler ensemble, pour utiliser ses loisirs. Il m’apprenait le chinois et je lui apprenais le français : il était fin, avisé, et sa culture semblait profonde. En son pays, ce devait être quelqu’un de très bien. A Paris, c’était tout de même un compagnon fort agréable dont ma jeunesse fut égayée.
Stanislas Julien, qui le voyait chez nous, avait conçu, pour ce brave Chinois un mépris véritable. Car le savant orientaliste qu’était Stanislas Julien ne parlait pas un mot des langues orientales : il déchiffrait à merveille les manuscrits les plus obscurs et débrouillait des dialectes invraisemblables, mais la langue courante lui demeurait interdite. Il ne se possédait plus à la pensée que ce Chinois de rien du tout pouvait lui dire : « Bonjour, monsieur le savant ! » et qu’il ne pouvait pas le lui rendre. Il était très humilié. Alors il attribuait à notre Chinois les plus bizarres origines et le qualifiait tour à tour de cocher ou de cuisinier, ce qui n’empêchait pas mon digne éducateur d’avoir versé dans ma jeune intelligence tous les trésors de son empire lointain ; et nous lisions les poètes de son pays, et il me décrivait les mœurs, les paysages de là-bas, et il évoquait les légendes sacrées avec un tel art de féerie, que mon imagination fut emplie tout entière des lumières et des rêves de l’Orient… Les ans ont passé ! Je vous le répète je suis toujours-une Chinoise. » […]

Raoul Aubry

Aubry, Raoul, Promenades et visites ; un début chez les Goncourt, Le Temps, 25 novembre 1910, n° 18045, p. [3]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k240313r/f3.item>.

Bigame ?

Tin-Tun-Ling défraya la chronique judiciaire en 1875, quand son épouse Caroline Julie Liégeois, l’accusa de bigamie. A quarante et un an, il avait épousé une « institutrice romanesque et incandescente ».

Henri Meyer le caricatura en Une du journal Le Sifflet26 :

« Monsieur et Mesdames Tin-Tun-Ling », Le Sifflet, 20 juin 1875, no 178.

Le périodique proposait aussi un article retraçant les faits qui lui étaient reprochés par son épouse :

TIN-TUNG-LING
Paris entier le connaît, ce Chinois. Il est, depuis quinze ans, l’une des curiosités, sinon l’un des ornements de la capitale. Qui ne l’a vu s’en aller par les rues vêtu de son sayon bleu sombre, coiffé du petit bonnet national, sa longue natte brune lui battant les mollets ?
Tin avait fait un rêve : s’unir à une Française. En 1872, dit le Petit Journal, une institutrice romanesque et incandescente lui procura l’occasion de réaliser ce desideratum.
De son côté, paraîtrait-il, Mlle Caroline Liégeois ne nourrissait point de vœu plus cher que de s’unir à un Chinois. Elle n’était plus de première jeunesse, — ni de première fraîcheur, ajoute la chronique scandaleuse. Peut-être trouvait-elle dans cette alliance exotique l’occasion de finir d’un manière originale une carrière qui n’avait pas été exempte d’aventures.
Ils s’épousèrent.
Tin-Tun-Ling, à la vérité, avait, à Macao, vécu quelque temps en ménage. Vingt et quelques années avant que M. le maire du 9e arrondissement consacrât son union avec l’aimable Caroline, il avait été marié par un prêtre, sur la côte de Chine, et ce passé eût dû lui donné à réfléchir.
Mais il y avait si longtemps, et cela était si loin !
Du reste, Tin ne cacha à sa nouvelle moitié ni cette circonstance ni aucune autre particularité de sa vie.
Il lui raconté que, né dans la Mandchourie, d’un père médecin-pharmacien, il avait été élevé dans les meilleures écoles. A dix-huit ans, il recevait le titre de Bétré-Mien-Philiméo, c’est-à-dire « ton talon commence à fleurir », soit à peu près l’équivalent de notre grade de bachelier. Mais en Chine, pas plus qu’ailleurs, les bacheliers ne se désignent aux tendresses de la fortune.
Un beau jour Caroline se fâcha et dénonça, comme bigame, le pauvre Tin-Tun-Ling.
Une enquête se fit et le procès vient d’avoir lieu. On s’attendait à voir Caroline à l’audience, mais il paraît qu’elle est en Amérique. Étrange !
Naturellement Tin-Tun-Ling a été acquitté à la satisfaction générale.

Uɴ Gᴇᴀɪ

Un Geai, « Tin-Tun-Ling », Le Sifflet, 20 juin 1875, no 178, p. 2.

La presse rendit compte du procès non sans un certain racisme latent sinon explicite. Ce n’était pas le cas de celui qui signait Argus dans La Semaine des familles :

Tout Paris est allé au Palais de Justice pour voir juger en cour d’assises un brave Chinois nommé Tin-tun-lin, et qui était accusé de bigamie : Tin-tun-lin est sorti de son procès acquitté, lavé, et plus blanc que la blanche hermine ; puis tout Paris est allé, en police correctionnelle, assister au procès des spirites, un procès à sensation, je vous en réponds !

Argus, « Chronique », La Semaine des familles, 1875, 3 juillet, n° 14, p. 223. Disponible sur Internet : <https://archive.org/details/lasemainedesfam00lecogoog/page/222/mode/2up>.

Le procès fut relaté jusque dans le Times de Londres27.

Poète

Incarcéré à la prison de Mazas avant le procès, il composa dans sa geôle le roman La petite pantoufle (Thou-Sio-Sié), traduit par Charles Aubert et paru à la Librairie de l’eau-forte en 1875 : « On m’a privé de ma liberté, pendant 2 lunes, et dans ma prison, j’ai écrit un livre qui vous fera connaitre quelques usages de mon pays, lointain comme les étoiles ».

Feuilletonniste

Au cours de ses années parisiennes, Tin-Tun-Ling livre des contributions littéraires au Monde illustré. Le journal rendit compte des circonstances de ces publications dans son numéro du 19 octobre 1867 :

Yriarte, Charles, « Courrier de Paris », Le Monde illustré, 19 octobre 1867, n° 586, p. 234.

Notre vie un peu surmenée a des compensations curieuses. Hier, dans la même journée un mandarin lettré Tin-Tun-Ling, vêtu de la robe au bouton de sa classe, laissant traîner sa longue natte, est venu nous offrir un manuscrit pour le Monde illustré […].

Yriarte, Charles, « Courrier de Paris », Le Monde illustré, 19 octobre 1867, n° 586, p. 234. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63727494/f2.image>.

Le journal publia :

Portraituré par l’Atelier Nadar

En 1874, Tin-Tun-Ling se fait tirer le portrait par l’Atelier Nadar, sis à cette date au 35 boulevard des Capucines, à Paris dans le 2e. La Médiathèque du patrimoine et de la photographie conserve le négatif sur verre au collodion pour des cartes de visites trois poses mais Tin-Tun-Ling semble avoir refusé le cliché.

« Monsieur Tin Tun Ling », 1874, © Ministère de la Culture (France), Médiathèque du patrimoine et de la photographie, diffusion RMN-GP

S’il refusa ce cliché, il a accepté les portraits que fit de lui le photographe Jacques-Philippe Potteau (1807-1876)29 dont une gravure fut tirée pour illustrer l’Histoire générale des races humaines d’Armand de Quatrefages30 :

Fig. 321. — Ting-Tun-Ling, Chinois, lettré du Chang-si, face, d'après une photographie. (Coll. Potteau. C. M.)
Fig. 322. — Ting-Tun-Ling, Chinois, lettré du Chang-si, profil, d'après une photographie. (Coll. Potteau. C. M.)
Fig. 321. — Ting-Tun-Ling, Chinois, lettré du Chang-si, face, d’après une photographie. (Coll. Potteau. C. M.)
Fig. 322. — Ting-Tun-Ling, Chinois, lettré du Chang-si, profil, d’après une photographie. (Coll. Potteau. C. M.)

Préparateur du laboratoire de malacologie du Muséum d’histoire naturelle, Jacques-Philippe Potteau devint ensuite photographe agréé par le Muséum à partir de 1860, au service de ses collections et de son entreprise anthropologique en devenant le collaborateur du professeur d’anthropologie Armand de Quatrefage31. « Les nombreux portraits qu’il exécute, face/profil, ont une visée anthropologique. En 1868 et 1869, certains portraits sont destinés à une série intitulée « Collection Anthropologique du Muséum de Paris ». Photographiés dans l’atelier du Jardin des Plantes, ses modèles sont des membres d’ambassades en visite à Paris et des personnalités plus modestes de toutes nationalités. »32.

Un an après le portrait de l’Atelier Nadar, Tin-Tun-Ling est représenté par la gravure lors de la cérémonie d’inauguration du monument de Théophile Gautier au cimetière Montmartre, le 25 juin 1874, dont rend compte Le Monde illustré du 17 juillet 1875 par une imposante gravure.

Le Monde illustré, 17 juillet 1875, p. 45.

La gravure d’Hippolyte Dutheil (1842-1917), faite d’après un dessin de Gustave Janet (1829-1898), représente le moment où Leconte de Lisle (1818-1894) prononce son discours. Outre Tin-Tun-Ling, la gravure donne à voir les filles éplorées de Gautier. Ernesta Grisi, la compagne de Gautier dont il s’était séparé, ne semble pas présente selon l’image33.

Homme de théâtre

« Le 5 juillet 1874, Tin-Tun-Ling, « premier sujet dramatique du Théâtre impérial de Pékin » fait monter au théâtre Rossini une « pantomime chinoise » intitulée La Guerrière du pays de Hou. Cette pantomime fait partie d’une « matinée chinoise », dans laquelle on peut également voir Pierrot posthume de Théophile Gautier, de la magie orientale, etc. La pièce de Tin raconte l’histoire du fils d’un mandarin du Tonkin (région indochinoise) qui se marie avec la reine de Hou, en dépit de la guerre opposant les deux pays. Le mandarin hautain et lâche se cache sous la table lorsqu’il entend le canon de l’ennemi et la reine farouche le traîne par la natte. Finalement, le mandarin ne peut qu’accepter le fait accompli du mariage.
La représentation est un fiasco. On se moque de cet « insuccès » qui devrait faire Tin-Tun-Ling « secouer sur la France la poussière de ses sandales et retourner dans son pays ». Le nom de Tin-Tun-Ling ne disparaît pas pour autant des affiches de théâtre. Le théâtre Rossini monte, en juillet 1875, une autre pièce de Tin-Tun-Ling intitulée Le Débordement de Yang-Tsu-Kiang. La représentation semble être liée à l’actualité française. En effet, la ville de Toulouse a subi une grave inondation le 23 juin 1875 et, de fin juin à août, les salles parisiennes donnent des spectacles au bénéfice des habitants de la ville sinistrée. Certains artistes sont invités à créer des chansons au sujet de l’inondation, comme L’Inondation et L’Inondé du Midi, interprétées au café-concert Ambassadeurs. Il est possible que la pièce de Tin-Tun-Ling fasse partie d’une soirée de charité. Il semble que ce Chinois ait déployé beaucoup d’efforts afin de s’intégrer au cercle littéraire et artistique parisien de l’époque. »34.

La représentation de 1874 faisant intervenir Tin-Tun-Ling fut annoncée jusque dans la presse étrangère, par exemple dans l’Illustrated Review :

A very pleasing entertainment is announced to take place at a benefit concert to be given by M. Alexis Collongues. On this occasion a real Chinese, rejoicing in the name of Tin-Tun-Ling, will recite a poem of his own composition, entitled “Tchu-Tien” (Spring). As no one in Paris, except a few savants, can follow Chinese, a translation will be recited immediately afterwards by a French actor. Tin-Tun-Lin should sing his words, and then no one would know that they were not real orthodox French.

The Illustrated Review, 1874, may 27, vol. 1, n° 127, p. 350. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/sim_illustrated-review-a-fortnightly-journal-of-literature_1874-05-27_1_127/page/350/mode/2up>.

Le « Courrier du théâtre » de L’Evénement nous renseigne sur les projets de Tin-Tun-Ling :

L'Evénement, 23 novembre 1876, n° 1692, p. 3.
L’Evénement, 23 novembre 1876, n° 1692, p. 3.

Comme l’indique Shih-Lung Lo, Tin-Tun-Ling ne renonça pas à la scène malgré l’échec de sa pièce, comme en témoigne aussi Le Ménestrel de 1878 en annonçant un nouveau spectacle :

Le Ménestrel, 27 janvier 1878, n° 9, p. 71.

Aujourd’hui dimanche, salle Pleyel-Wolff, une des matinées les plus curieuses de la saison. Il s’agit d’un concert organisé par Tin-tun-lin, le lettré Chinois et l’ami de Théophile Gautier. Le programme est varié. Il entremêle à divers morceaux de poésie chinoise, d’excellente musique européenne. Des surprises analogues sont donc réservées au public parisien ainsi qu’aux notables Chinois, fraîchement débarqués, que Tin-tun-lin, en bon compatriote, n’a pas oublié d’inviter. Cette partie musicale sera défrayée par Mlle Ravelet, et M. Saillant, pour la partie instrumentale, et par Mme Pauline Boutin, pour la partie vocale. L’excellente cantatrice fera entendre de la musique toute française : Myrto, de Léo Delibes, et Stella, valse chantée, écrite par Faure à l’intention des soprani de concerts.

Le Ménestrel, 27 janvier 1878, n° 9, p. 71. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/lemnestrel44pari/page/70/mode/2up>.

Influenceur de George Soulié de Morant (1878-1955)

Non content de populariser avec Judith Gautier la poésie chinoise en France, Tin-Tun-Ling peut être considéré comme celui qui instilla l’orientalisme dans l’esprit du jeune Georges Soulié, protégé de Judith Gautier, futur introducteur de l’acupuncture en France, puisqu’il l’initia « aux idéogrammes, mais aussi à la bienséance chinoise de l’époque35 ».

A la faveur d’une villégiature estivale à Saint-Énogat, la famille Soulié était entrée en rapport avec la propriétaire du Pré des Oiseaux [Judith Gautier] où le futur auteur – entre beaucoup d’autres traités, traduction, poèmes, romans, essais – du célèbre Précis de la vraie acuponture chinoise (Mercure de France, 1034) devint l’élève de Tin-Tun-Ling.

Noblet, Agnès de, Un univers d’artistes : autour de Théophile et de Judith Gautier : dictionnaire, Paris ; Budapest ; Torino : l’Harmattan, 2003, p. 374.

Mondain

Connu du tout Paris pour le port de ses vêtements chinois, Tin-Tun-Ling l’était aussi par sa fréquentation des événements mondains. Ainsi, il assista au Grand Prix de Paris à Longchamps en 1878 où il est cité parmi l’assistance masculine par l’auteur qui signe Un sportsman dans La question. Après s’excuser de ne pas avoir pu s’ « attarder à signaler toutes les jolies femmes et à décrire toutes les jolies toilettes qui se pressaient dimanche sur la pelouse » mais où figurait Sarah Bernhardt, l’auteur signale : « Lord Lyons, le prince Orloff, le prince d’Hénin, le baron de Rotschild dans une Victoria traînée par deux admirables doubles poneys alezan achetés vingt-deux mille francs au duc de Westminster ; le comte de Bonneval conduisant un magnifique break à quatre chevaux ; le prince de Sagan dans un phaëton attelé de deux très-beaux trotteurs noirs ; sir Richard Wallace dans une Victoria attelée de deux superbes bais-bruns harnachés de deuil ; M. Maëda, commissaire général japonais ; le prince Czartorisky, le comte d’Hautpoul, les ducs de Nemours et d’Aumale ; le comte de Lambelle, le comte de Moltke, lord Falmouth, le marquis, de Molins, le comte de Salvertas, le prince de Lucinge, le marquis de Roures, le comte Angelo Pieranti, le duc de Mouchy, le duc de Saint-Albans, le duc de Fitz-James, le comte de Brissac, le duc de Broglie, le vicomte Hallez-Claparez, le baron de Beyens, le comte Baïano, le samouraï japonais O’Kana ; — MM. Emile de Girardin, Georges de Lacharrière, de Marcère, Fould, Albert Gigot, Arthur Meyer, Werbœcken, Asthon, Blount, Alfred André, Calien d’Anvers, Wallon, général de Cissey, Erazzu, Meissonnier, G. Mantin, Bapst, Hébrard, James Gordon Benett, Magnier, Detroyat, Sardou, les deux Coquelin, Tin-Tun-Lin, le docteur Marot, le docteur Lassègue, deux des héros du procès Danval, les docteurs Legrand du Saulle et Berereron, etc., etc…36.

Disparition

Tin-Tun-Lin décéda le 13 novembre 1886 et fut inhumé au cimetière des Batignolles le 15 novembre. Le Figaro rendit compte de l’enterrement :

Tout le monde a connu, beaucoup de monde a tutoyé Tin-Tun-Ling, ce lettré chinois, si français par le cœur, que Théophile Gautier avait adopté et qui avait collaboré à plusieurs romans du
maître.
Tin-Tun-Ling est mort presque subitement, il y a doux jours, chez un ami, M. P. Dumas, qui le soignait depuis de longues années avec un dévouement au-dessus de tout éloge.
Les lettres de part étaient envoyées au nom de M. P. Dumas et de M. Paul de Cassagnac, dans la famille duquel Tin avait trouvé l’affection la plus vive, affectiqn qu’il méritait d’ailleurs à tous
égards.
C’est au milieu d’une affluence considérable que le cortège est parti hier du n° 65 de la rue Dulong, pour se rendre à l’église Sainte-Marie des Batignolles, où la cérémonie funèbre a été célébrée.
L’ambassade chinoise tout entière, plusieurs élèves de l’Ecole orientale auxquels Tin-Tun-Ling donnait des leçons, un grand nombre de journalistes et de gens de lettres avaient tenu à rendre un dernier hommage à cet excellent homme et beaucoup l’ont accompagné jusqu’au cimetière de Saint-Ouen.

Le Masque de fer, « Échos », Le Figaro, 16 novembre 1886, p. 1. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k279850r/f1.item>.

Le journal La Liberté nous donne l’épitaphe qui figurait sur sa tombe, sur le tombeau financé par Gabriel Dumas.

La Liberté

Las, il n’est plus possible d’aller les voir ni de rendre un hommage à l’exilé puisque sa tombe n° 18, ligne 8 de la division 8, a été reprise depuis le 2 juillet 1980, comme l’atteste le répertoire annuel des inhumations du cimetière des Batignolles qui fournit les prénoms français Jean-Baptiste Maria, accolés au nom Tin-Tun-Ling :

Archives de Paris, Répertoire annuel des inhumations, Batignolles, 1885-1890, BAT_RA18851890_02, p. 480.

Le répertoire journalier des inhumations du cimetière des Batignolles confirme les prénoms français :

Archives de Paris, Répertoire journalier des inhumations, Batignolles, 02/10/1886 (n° d’ordre 1092) 04/12/1886 (n° d’ordre 1646), p. 81.

Avant sa reprise le 7 juillet 1980, la concession fut exhérédée en mai 1892.

Revue de presse

  • Tin-Tun-Ling, a Chinaman : voir la transcription de l’article paru dans le Times du 12 juin 1875 : Jacquot, Olivier, « Tin-Tun-Ling, a Chinaman », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, 1er octobre 2023. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/35035>.
  • Si vis pacem : voir la transcription de l’article d’Armand Silvestre (1837-1901), paru dans le Gil Blas 13 juin 1885 : Jacquot, Olivier, « Un Pékin de Paris », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, 5 octobre 2023. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/34836>.
  • Un Pékin de Paris : voir la transcription de l’article anonyme paru en 1886 dans Le Progrès libéral : Jacquot, Olivier, « Un Pékin de Paris », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, 6 octobre 2023. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/34818>.
  • L’affaire du Chinois Paul Jean Baptiste Marie Tin-Tun-Ling (Ding Dunling 丁敦齡) : voir la transcription de l’article paru dans Le Figaro du samedi 12 juin 1875, n° 162, p. 2-3 : Jacquot, Olivier, « L’affaire du Chinois Paul Jean Baptiste Marie Tin-Tun-Ling (Ding Dunling 丁敦齡) », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, 7 octobre 2023. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/34909>.
  • Courrier du Palais : voir la transcription de l’article paru dans le Le Monde Illustré, 19 juin 1875, n° 949, p. 386. : Jacquot, Olivier, « Courrier du Palais », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, 8 octobre 2023. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/36386>.

Actes

Acte de mariage de Tin-Tun-Ling et Caroline Julie Liégeois, 6 janvier 1872

Archives de Paris, État civil de Paris, 09, Mariages, V4E 3487, acte n° 19, fol. 10.
Archives de Paris, État civil de Paris, 09, Mariages, V4E 3487, acte n° 19, fol. 10.

Transcription

19
Tin Tun Ling
&
Liégeois
Du Samedi six Janvier mil huit cent soixante douze, à onze heures du matin. En la Mairie du Neuvième arrondissement de Paris
Acte de mariage de Tin Tun Ling professeur de langues orientales, âgé de quarante ans, né à Prin-you-fo, capitale de Chan si (Chine)37 le dix sept Mai mil huit cent trente-un, demeurant à Paris rue de Châteaudun 14, majeur fils de Tin-Tun-Ling et de Tchan-Hro, son épouse tous deux décédés.
et de : Caroline Julie Liégeois, professeur, âgé de trente-cinq ans, née à Metz (Moselle) le huit Juillet mil huit cent trente six, demeurant à Paris, Avenue d’Autin 83, majeure fille de Trudon Liégeois décédée [sic] et de Caroline Julie de Gottesheim son épouse aussi décédée
Nous Jean Baptiste Ernest Daguin adjoint au Maire.
Vu un acte de notoriété dressé par le juge de paix de cet arrondissement le vingt-cinq Août dernier homologué le cinq Décembre par jugement du Tribunal civil de la Seine tenant lieu au futur de son acte de naissance et des actes de décès de ses ascendants, les actes de décès des père et mère de la future et son acte de naissance, les actes des publications faites en cette Mairie et en celle du huitième arrondissement de Paris les dimanches vingt sept Août et trois Septembre derniers sans opposition
La future nous déclare qu’elle ignore le dernier domicile de ses autres ascendants ainsi que l’époque de leur décès ce qui nous est certifié par les témoins soussignés
Les futurs nous ont déclaré qu’il n’a pas été fait de contrat de mariage
Après avoir donné lecture aux parties comparantes du chapitre six du Code Civil titre du mariage, des pièces sus énoncées, dûment signées et paraphées pour restée déposées aux Archives de l’Etat-Civil, avons demandé aux futurs s’ils veulent se prendre pour mari et pour femme et chacun d’eux ayant répondu séparément et affirmativement.
En conséquence nous avons prononcé au nom de la loi que Tin Tun Ling et Caroline Julie Liégeois sont unis en mariage. Tout ce que de dessus fait publiquement et en présence des MM. Jean Dorn, lieutenant colonel d’artillerie en retraite âgé de soixante sept ans, demeurant au Musée d’Artillerie, Sébastien françois Noissette opticien âgé de vingt sept ans, demeurant rue du 4 Septembre 16, Albert Lecerf employé, âgé de vingt-huit ans, demeurant même maison, Paul Damade, papetier, âgé de vingt-huit ans, demeurant rue de Chateaudun, 16 lesquels ont signé avec les époux et nous Maire après lecture faite ./.
Caroline Julie Liégeois
Baron Tin Tun Ling P. Damade
JDorn SF Noissette ALecerf
E. Daguin

Acte de décès de Tin-Tun-Ling

Archives de Paris, État civil de Paris, 1886, Décès, 17V4E 7479, acte n° 2565, fol. 68v.
Archives de Paris, État civil de Paris, 1886, Décès, 17V4E 7479, acte n° 2565, fol. 68v.

Transcription

2565
Tin Tun Ling
L’an mil huit cent quatre vingt six, le quinze novembre, à onze heures, acte de décès de Paul Jean Baptiste Marie Tin Tun Ling, agé [sic] de cinquante sept ans, homme de lettres, né en Chine, décédé en son domicile, rue Dulong 65, le treize courant à neuf heures du soir, l’état civil ne nous est pas connu, marié. Dressé par nous, Antoine Léon Fontoynont, officier de l’Etat civil, adjoint au maire du dix septième arrondissement de Paris, officier d’Académie, sur la déclaration de Victor Sapin, agé [sic] de vingt cinq ans, demeurant rue Bremontier, 9, et Louis Chapon, agé [sic] de cinquante neuf ans, demeurant avenue de Wagram 26, employés, qui ont signé avec nous, après lecture.
VSapin Chapon. ALFontoynont [Paraphe]38

Bibliographie

  • Chadourne, Marc, « Le Parnasse à l’école de la Chine », Cahiers de l’Association internationale des études françaises, 1961, n°13, p. 11-23. DOI : https://doi.org/10.3406/caief.1961.2186. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/caief_0571-5865_1961_num_13_1_2186>.
  • Chiche, Jonathan, « La déesse et l’archange : entre hiéroglyphes lumineux et manuscrit de Titan », L’Express de Bénarès, 2020, 30 p. Disponible sur Internet, url : <http://lexpressdebenares.com/Catalogues/VH-Judith.pdf>.
  • Détrie, Muriel, « Premiers contacts avec la poésie chinoise classique », France-Chine, des patrimoines partagés en ligne, [s. d.]. Disponible sur Internet, url : <https://heritage.bnf.fr/france-chine/fr/poesie-chinoise-article>.
  • Fabre, Clément ; Tertrais, Hugues (dir.), Idéogrammes, caquetages et ornements : Paris et la langue chinoise (1814-1900) : mémoire de master 2, Paris : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2015, 1 vol. (432 p.) : ill., couv. ill. ; 30 cm. Disponible sur Internet, url : <https://www.academia.edu/27681177/Id%C3%A9ogrammes_caquetages_et_ornements_Paris_et_la_langue_chinoise_1814_1900_>.
  • Gautier, Judith (1845-1917), Le collier des jours : le second rang du collier, souvenirs littéraires, Paris : F. Juven, [ca 1905], 1 vol. (336 p.). Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k832586> ou <https://www.gutenberg.org/cache/epub/47360/pg47360-images.html>.
  • Liebowitz Knapp, Bettina, Judith Gautier : Writer, Orientalist, Musicologist, Feminist : A Literary Biography, Lanham, MD : Hamilton, 2004, p. 45-46.
  • Magnol-Malhache, Véronique, « 5. Les tribulations d’un Chinois à Neuilly », dans : Théophile Gautier dans son cadre, Paris : Somogy Éditions d’Art ; Nanterre : Conseil général des Hauts-de-Seine, Bibliothèque André-Desguine, 2007, p. 182-193.
  • Min Ling, Première rencontre poétique entre la France et la Chine : traduction et réception de la poésie classique chinoise en France au XIXème siècle, Thèse de doctorat : Littératures française et comparée : Paris 4 : 2013.
  • Noblet, Agnès de, Un univers d’artistes : autour de Théophile et de Judith Gautier : dictionnaire, Paris ; Budapest ; Torino : l’Harmattan, 2003, 1 vol. (548 p.) ; 24 cm. Voir notamment la notice Tin-Tun-Ling, p. 434-440.
  • Silvestre, Armand (1837-1901), « XI. Tin Tun Ling », Portraits et souvenirs, 1886-1891, Paris : Charpentier, 1891, p. 184-193. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k109260b/f181.image>.
  • Von Minden, Stephan, « Une expérience d’exotisme vécu : ‘Le Chinois de Théophile Gautier’ » , Bulletin de la société Théophile Gautier, 1990, no 12, p. 35-53. Disponible sur Internet, url : <http://www.theophilegautier.fr/wp-content/uploads/2015/02/BSTG12Tome1.pdf>.
  • Yichao, Shi, « La formation de Judith Gautier au chinois et à la culture chinoise (1863-1905) », Revue d’histoire littéraire de la France, 2020, n° 3 Formations d’écrivains au XIXe siècle. Écoles, sociabilités, autodidaxies, p.639-649.
  • 刘志侠 [= Liu, Zhixia], « 丁敦龄的法国岁⽉ [= Les années françaises de Tin-Tun-Ling », 书城杂志 [= Livre City Magazine], septembre 2013. Disponible sur Internet, url : <https://mp.weixin.qq.com/s/QbYlDNxyOT5BG_kx77Qh7g>. Synthèse proposant un portrait photographique de Tin-Tun-Ling.
  • 謝靜珍 [= Xie Jingzhen, professeur adjoint, Département d’histoire, Université de Macao, Ph.D.], « 丁敦齡:一個“小人物”對中法文化交流的貢獻 [= Ding Dunling : la contribution d’un “petit homme” à l’échange culturel sino-français] », 明清史研究辑刊 [= Série de recherche sur l’histoire des Ming et des Qing], 1er novembre 2022. Disponible sur Internet, url : <https://c.m.163.com/news/a/HL37MR7H05438Q4K.html>. Le document est paru d’abord dans : 澳門理工學報(人文社會科學版)》2022年第4期“中西文化”欄目 [= Journal of Macao Polytechnic Institute (Humanities and Social Sciences Edition), 2022, n° 4, rubrique “Culture chinoise et occidentale”].

Nous n’avons pas pu consulter :

  • 錢鍾書 [Qian Z.], « Jiu : Buding » 九 : 補丁 (« Annexe du chapitre neuf »), dans : Qian Z.,談藝錄 [Tan yi lu] (Recueil de pensées sur l’art), [Shanghai, 1948], Pékin, Sanlian shudian 三聯書店, 1991, p. 150.

Notes



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 23 octobre). Paul Jean Baptiste Marie Tin-Tun-Ling (Ding Dunling 丁敦齡), lecteur chinois de la Bibliothèque impériale. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m40h

  1. Comme l’atteste son acte de mariage transcrit dans ces pages. Stephan von Minden indique par erreur l’année 1830. Il est repris par Agnès de Noblet. Xie Jingzhen mentionne la date du 15 mai 1831 mais écrit aussi qu’il fur inhumé dans le cimetière de Saint-Ouen. Aussi, nous préférons nous baser sur sa déclaration donnée lors de son mariage en France. []
  2. Guyot, Alain, « “Un pas de trois mille lieues”. Gautier face à la Chine, au péril des valeurs », dans : Viegnes, Michel ; Rime, Jean, Représentations de l’individu en Chine et en Europe francophone. Écritures en Miroir, Neuchâtel : Éditions Alphil, 2015, p. 177-186 []
  3. Bergerat, Émile, Souvenirs d’un enfant de Paris. Volume 1: Les Années de bohème, Paris : Bibliothèque-Charpentier, 1911, chap. « Le Chinois de Gautier », p. 365-373. Disponible sur Internet, url : <https://fr.wikisource.org/wiki/Souvenirs_d%E2%80%99un_enfant_de_Paris,_vol._1/Troisi%C3%A8me_partie/XI>. []
  4. De nos jours, les bibliothèques transcrivent le pinyin selon les normes de l’ISO 7098:2015 Information et documentation — Romanisation du chinois. []
  5. Voir : « Callery, Joseph-Marie », dans : Noblet, Agnès de (1920-2008), Un univers d’artistes : autour de Théophile et de Judith Gautier : dictionnaire, Paris ; Budapest ; Torino : l’Harmattan, 2003, p. 66. []
  6. Callery, Joseph-Marie (1810-1862), Dictionnaire encyclopédique de la langue chinoise, Macao : l’auteur ; Paris : B. Duprat, 1845, 1 vol. (VI-XXXVI-212 p.). Callery rédigea aussi un rapport sur la révolte de Taïping : Callery, Joseph-Marie (1810-1862) ; Yvan, Melchior-Honoré (1806-1873), L’Insurrection en Chine, depuis son origine jusqu’à la prise de Nankin, Paris : Librairie nouvelle, 1853, 1 vol. (274 p.). Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5860170k>. []
  7. Lo, Shih-Lung, « Chapitre II. Confrontation : pérégrinations en territoire chinois (1861-1880) », dans : La Chine sur la scène française au XIXe siècle, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2015. Disponible sur Internet : <https://books.openedition.org/pur/78960>. []
  8. Michel Viegnes, « “Imiter le chinois” : une autre vision du sujet créateur chez Mallarmé », dans : Représentations de l’individu en Chine et en Europe francophone : écritures en miroir, Neuchâtel : Éditions Alphil-Presses universitaires suisses, 2015, p. 191. Disponible sur Internet : <https://www.unifr.ch/llf/fr/assets/public/articles_viegnes/Article_Viegnes_Chine_Mallarme.pdf>. []
  9. Magnol-Malhache, Véronique, « 5. Les tribulations d’un Chinois à Neuilly », dans : Théophile Gautier dans son cadre, Paris : Somogy Éditions d’Art ; Nanterre : Conseil général des Hauts-de-Seine, Bibliothèque André-Desguine, 2007, p. 186. []
  10. Rivière, Georges, Renoir et ses amis, Paris, H. Floury, 1921, p. 173. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/abu6175.0001.001.umich.edu/page/n253/mode/2up>. []
  11. Voir : Yvan Daniel, « Judith Gautier et la Chine », France-Chine, [s. d.]. Disponible sur Internet, url : <https://heritage.bnf.fr/france-chine/fr/judith-gauthier-chine-article>. []
  12. Voir : Stocès, Ferdinand, « Sur les sources du Livre de Jade de Judith Gautier (1845-1917) : Remarques sur l’authenticité des poèmes », Revue de littérature comparée, 2006/3, n° 31), p. 335-350. DOI : 10.3917/rlc.319.0335. []
  13. Gautier, Judith (1845-1917), « L’ombre des feuilles d’oranger », dans : Le livre de jade, Paris : F. Juven, 1902, p. [93]-94. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54709460/f134.item> en ajoutant le nom du poète en caractère chinois. Dans cette édition, Tin-Tun-Ling est mentionné pour les poèmes : En allant à Tchi-Li, Les cheveux blancs, Les Petites Fleurs se moquent des graves sapins. Dans l’édition de 1867 du recueil, Ferdinand Stocès compte 3 poèmes de non identifiables attribués à Tin-Tun-Ling. Il indique : « Les poèmes « de » Tin-Tun-Ling ne sont guère fiables non plus, il connaissait très peu le français et, plus probablement, ils sont l’œuvre de Judith Gautier elle-même. » []
  14. Shi, Yichao, « La formation de Judith Gautier au chinois et à la culture chinoise (1863-1905) », Revue d’histoire littéraire de la France, 2020, vol. 120, n° 3, p. 639-650. []
  15. Gautier, Judith (1845-1917), Le dragon impérial / par Judith Mendès [Judith Gautier], Paris : A. Lemerre, 1869, 1 vol. (314 p.) ; 18 cm. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57497690>. []
  16. Voir : Manuscrits de la Bibliothèque de l’Institut de France, Ms 5500 / Pièce 267 []
  17. Voir : Clément Fabre, « La sinologie : la langue chinoise créée par les sinologues ? », Revue d’histoire des sciences humaines, 2019, n° 34. DOI: https://doi.org/10.4000/rhsh.3109ISTEXI. Disponible sur Internet, url : <http://journals.openedition.org/rhsh/3109>. []
  18. Fabre, Clément, « La sinologie est un sport de combat. L’affaire Paul Perny et les querelles sinologiques à Paris au XIXe siècle », Genèses, 2018/1, n° 110, p. 12-31. DOI : 10.3917/gen.110.0012. Disponible sur Internet, url : <https://www.cairn.info/revue-geneses-2018-1-page-12.htm>. []
  19. Rabault-Feuerhahn, Pascale, « « Les grandes assises de l’orientalisme ». La question interculturelle dans les congrès internationaux des orientalistes (1873-1912) », Revue germanique internationale, 2010, 12, p. 47-67. Disponible sur Internet, url : <https://journals.openedition.org/rgi/259>. []
  20. Textor de Ravisi, Anatole-Arthur (1822-1902), « M. Léon de Rosny et le Congrès international des Orientalistes », L’Illustration, 18 octobre 1873, n° 1599. Disponible sur Internet, url : <https://www.gutenberg.org/files/47514/47514-h/47514-h.htm>. []
  21. Congrès international des orientalistes : compte-rendu de la première session, Paris, 1873. Tome 3, Paris : Maisonneuve et Cie, 1876, p. CXXXVI. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9682805x/f142.item>. []
  22. Jules Simon (1814-1896), ministre de l’Instruction publique, des cultes et des beaux-arts du gouvernement provisoire au lendemain du 4 septembre 1870, soit du 5 septembre 1870 au 31 janvier 1871. []
  23. Qui le fut du 25 mai 1873 au 25 novembre 1873. []
  24. Perny, Paul (1818-1907), Le charlatanisme littéraire dévoilé ou la vérité sur quelques professeurs de langues étrangères à Paris, Versailles : Beaugrand et Dax, 1874, p. 17 et 22. Publication publiée sous le pseudonyme de l’auteur Léon Bertin qui déclare, dans son adresse au ministre : « L’auteur de ce mémoire n’est candidat à aucune chaire d’enseignement public. Il n’aspire nullement aux faveurs de l’Etat. Il n’a jamais eu de rapports personnels avec les professeurs, qui l’objet de ce récit. Ce n’est pas un mobile d’intérêt, de jalousie ou de rancune qui fait mouvoir sa plume. ». Disponible sur Internet, url : <https://salamandre.college-de-france.fr/archives-en-ligne/ark:/72507/r19422z8f5f3ck>. []
  25. Tin-Tun-Ling fut répétiteur de chinois à l’École spéciale des langues orientales vivantes. []
  26. Meyer, Henri, « Monsieur et Mesdames Tin-Tun-Ling », Le Sifflet, 20 juin 1875, no 178. Disponible dans Gallica intramuros, url : <https://gallicaintramuros.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k40723041.item>. []
  27. Voir : Jacquot, Olivier, « Tin-Tun-Ling, a Chinaman », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, 1er octobre, 2023. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/35035>. []
  28. Pour l’anecdote, c’est dans ce numéro du périodique, au milieu de son article, que figure la gravure de la salle de travail de la Bibliothèque impériale. []
  29. Voir : Jehel, Pierre-Jérôme, Photographie et anthropologie en France au XIXe siècle : mémoire de DEA, Saint-Denis : Université Paris VIII, 1995, 1 vol. (141 p.). Disponible sur Internet, url : <http://www.a-m-e-r.com/mots-regards/wp-content/uploads/2013/02/photo_anth19e.pdf>. []
  30. Quatrefages, Armand de (1810-1892), Histoire générale des races humaines; introduction à l’étude des races humaines, Paris : Hennuyer, 1889, p. 430-431. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/histoiregnralede00quat/page/430/mode/2up> ou <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6546762w/f520.item>. []
  31. « Les bibliothèques du Muséum conservent 252 photographies de Jacques Philippe Potteau, consignées dans le Registre des dessins photographiés par M. Potteau, agréés par l’assemblée des professeurs du Muséum d’histoire naturelle et déposés à la Bibliothèque – registre ouvert en 1860 par Jules Desnoyers, bibliothécaire conservateur de la Bibliothèque centrale. » []
  32. « Jacques Philippe Potteau (1807-1876) », Muséum, [s. d.]. Disponible sur Internet, url : <https://bibliotheques.mnhn.fr/medias/medias.aspx?INSTANCE=EXPLOITATION&PORTAL_ID=portal_model_instance__collection_photo_05.xml#>. Nous espérions trouver l’original de la photographie dans les collections du Muséum mais elle ne figure pas dans l’instrument de recherche consacré au photographe, url : <http://www.calames.abes.fr/pub/mnhn.aspx#details?id=Calames-20166171165578917>. []
  33. Rappelons qu’en plus d’un monument funéraire, le poète eu droit à un tombeau poétique. Voir : Pakenham, Michael, « Le Tombeau de Théophile Gautier (1873) », dans : Tombeaux et monuments, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 1993. DOI : https://doi.org/10.4000/books.pur.33336. Disponible sur Internet : <https://books.openedition.org/pur/33336>. []
  34. Lo, Shih-Lung, « Chapitre II. Confrontation : pérégrinations en territoire chinois (1861-1880) », dans : La Chine sur la scène française au XIXe siècle, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2015. Disponible sur Internet : <https://books.openedition.org/pur/78960>. []
  35. Voir Christine Leang, « George Soulié de Morant, le « vieux chinois » qui rêvait de devenir médecin », Le Souvenir français, 2010, février, n° 36, p. 7-8. Disponible sur Internet, url : <https://www.aeprotet.fr/uploaded/newsletter-36-souvenir-fran-sde-chine.pdf>. []
  36. Un sportsman, « Le Grand pris de Paris et la question des courses », La question, 1878, 23 juin, n° 17, p. 114. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/laquestionjourna120unse/page/114/mode/2up>. C’est nous qui soulignons. []
  37. Xi’an est la capitale de la province du Shaanxi et Taiyuan, auparavant appelée Jinyang et Bingzhou, est la capitale de la province du Shanxi. []
  38. Pharmacien et élu local, Antoine Léon Fontoynont est né le 7 avril 1836 (à Gannat, Allier) et est décédé le 23 janvier 1888 (à Paris 17e). Le 26 mai 1868, à Coudun dans l’Oise, il épousa Marthe Mathilde Léguillon, née en 1848, et décédée en 1938, inhumée à Tananarive, Madagascar. Ils ont eu pour fils Antoine Maurice Fontoynont (1869-1948). []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search