Témoignage d’un usager de la Bibliothèque impériale en 1860

De nombreuses institutions culturelles et patrimoniales relevant des GLAM (Galleries, Libraries, Archives and Museums) se sont dotées de sociologues qui conduisent des études de leurs publics et de leurs usages. C’est le cas du Musée du Louvre avec Anne Krebs, de la Bibliothèque publique d’information du Centre Pompidou avec Christophe Evans, ou encore de la Bibliothèque nationale de France (BnF) avec Irène Bastard et Floriane Zaslavsky. Leur production fait regretter aux historiens des dites institutions l’absence d’études pour les périodes passées de l’histoire de ces musées et bibliothèques parfois pluri-séculaires, comme le Musée du Louvre ou la Bibliothèque nationale de France. Le chercheur doit alors se contenter de récits d’usagers, visiteurs ou lecteurs, d’impressions vécues narrées dans des articles de presse, des correspondances ou des mémoires.

C’est ainsi le cas pour la Bibliothèque nationale de France avec le récit de l’historien, marquis et chevalier de la Légion d’Honneur1, René de Belleval (1837-1900) qui publia en 1895 des Souvenirs de sa jeunesse2 où il livre un savoureux aperçu qu’il nomme une « étude de mœurs » en tant que lecteur de la Bibliothèque impériale en 1860. Le catholique marquis de Belleval se montre en particulier choqué par les mœurs qu’il considère dissolues du conservateur des manuscrits grecs Charles Benoît Hase (1780-1864) qu’il aperçoit lorsque ce dernier effectue ses plages de permanence dans la salle de lecture des manuscrits de la bibliothèque.

Belleval, René de (1837-1900), Souvenirs de ma jeunesse, Paris : E. Lechevalier, 1895, 1 vol. (432 p.) ; 22 cm.

Dans la transcription qui suit les notes sont de notre fait.

Ce fut en 1860 que j’abordai les études historiques3 par des recherches sur l’histoire de l’ancien Ponthieu, ma petite province natale, et sur les familles nobles qui l’avaient peuplée jadis4. Il s’était produit dans ma vie un grand évènement, je m’étais marié, à l’âge où c’est tout au plus si l’on songe qu’on pourrait jamais s’en occuper un jour5. Par suite, j’étais appelé à passer chaque année à Paris quelques mois, pendant lesquels j’allais chaque jour à la bibliothèque alors dite impériale, et aux archives, impériales aussi. J’y recueillais des matériaux que je mettais en œuvre, pendant les mois de séjour à la campagne. Ces séances quotidiennes avaient pour moi le plus grand charme, parce que j’y rencontrais mon père à côté de qui j’allais m’asseoir6, ainsi que quelques-uns de mes anciens condisciples en train de devenir des savants renommés, et parce que j’avais l’occasion d’y étudier de curieux types et de faire d’amusantes études de mœurs. C’est ainsi, que, pendant plusieurs hivers, j’eus comme vis-à-vis, séparé de lui par un travers de table, le personnage légendaire, connu sous le nom de « chinois de la bibliothèque impériale »7. Un vrai chinois, je vous l’atteste, lisant pieusement les manuscrits de son pays à travers d’immenses besicles, ne parlant jamais à personne, et n’ayant sacrifié aux coutumes des occidentaux que par un gigantesque parapluie.

Dans cet asile du recueillement, le silence n’était jamais troublé que par MM. les conservateurs eux-mêmes qui, toujours en mouvement, ne se gênaient pas trop pour s’entretenir à voix haute de leurs petites affaires. L’un d’eux, l’excellent M. Claude, avait par surcroît la déplorable habitude de répondre en criant comme un sourd aux communications qu’on lui faisait dans le tuyau de l’oreille, ce qui mettait le public dans ces confidences, et ce qui ne plaisait pas à tout le monde. Quant à M. Hase, un vieil helléniste saxon d’origine, « le père Hase » comme on l’appelait, le doyen de la Bibliothèque où il était entré comme employé en 1805, et dont il était l’un des conservateurs depuis 1831, c’était le type le plus singulier et le plus grotesque que l’on put imaginer. Sa perruque blonde, ses lunettes d’or, et sa voix caverneuse le désignaient déjà suffisamment à l’attention gouailleuse des travailleurs, et quelques aventures l’avaient rendu célèbre. Ne croyant ni à Dieu ni au diable, il menait une existence fort décousue qui, à peine pardonnable chez un jeune homme, était absolument scandaleuse chez un vieillard dont la réputation dans le monde scientifique était européenne. Rien n’égalait le cynisme avec lequel il l’affichait. Il me souvient qu’un jour, un savant étranger s’approchant de son bureau lui exprimait à voix haute et claire ses regrets courtois de n’avoir pu, le matin même, le rencontrer à son domicile, et comme quoi il avait déjà exprimé ses regrets à « Madame Hase » par laquelle il avait eu l’honneur d’être reçu. Que croyez-vous que répondit le père Hase ? Prenant sa plus belle voix de basse, une voix qui nous faisait toujours rire, et toisant le confrère d’un air majestueux : « Ce n’est pas ma femme, Môssieu, dit-il, c’est ma concubine. » — On juge de la stupéfaction du savant étranger, et de la nôtre. Une huée formidable accueillit cette audacieuse rectification, et tandis que le savant faisait une retraite discrète, M. Hase, rouge jusqu’aux oreilles, se replongeait dans sa lecture interrompue.

Une autre fois, c’est un de mes amis, devenu depuis un savant historien et le père d’une innombrable famille en même temps qu’un père de l’Eglise, qui se levant, demande aux assistants de lui prêter quelques minutes d’attention pour une communication importante qu’il a à leur faire. Sa demande était si insolite qu’elle produit une espèce de révolution… pacifique et comme il peut s’en produire dans un pareil milieu. Le père Hase, dont c’était le jour de service, lève le nez et contemple l’audacieux avec un effarement qui commence par exciter les rires. Les autres conservateurs quittent leurs places, les garçons de salle accourent ; l’un d’eux reçoit un ordre à voix basse, évidemment celui d’aller quérir le médecin de la Bibliothèque8, M. de X… ayant été subitement frappé d’aliénation mentale… M. de X… impassible tire de sa poche un papier et en commence la lecture. C’était une lettre… à une inconnue — : « mon ange, y était-il dit entre bien d’autres choses, tu m’as fait goûter d’ineffables voluptés… tu m’as transporté jusqu’au septième ciel… » — (textuel) et le tout signé… Hase ! Un tonnerre d’acclamations répondit à la signature. Tandis que de X… allait gracieusement déposer la lettre devant le père Hase, en lui expliquant qu’il l’avait trouvée sur le plancher à la place qu’il occupait d’ordinaire, conservateurs et garçons de salle s’étaient éclipsés dans les galeries adjacentes d’où l’on entendait partir des rires semblables à des rugissements. Pour un homme qui avait été jusqu’au septième ciel, le père Hase n’en paraissait pas plus fier : affalé dans son fauteuil, rien ne ressemblait moins que lui à un aéronaute triomphant. — En ce temps-là, vous le voyez, on trouvait moyen d’égayer les aridités de l’histoire. A la bibliothèque impériale, il y avait de la bonhomie jusque dans l’installation. Avec le progrès, tout est bien changé depuis. C’est devenu si solennel, si compassé, si grandiose, que l’on n’oserait plus rire et s’amuser comme en 1860.

Belleval, René de (1837-1900), Souvenirs de ma jeunesse, Paris : E. Lechevalier, 1895, p. 412-415.

Les lieux

Le marquis de Belleval ne précise pas qu’il fréquente la salle de lecture du cabinet des manuscrits, pour consulter les collections généalogiques du Cabinet des titres et l’Armorial général de France (dit Armorial d’Hozier). En 1860, avant la création de la grande salle de travail des Imprimés par Henri Labrouste, le département des Imprimés dispose d’une salle de lecture publique où, plus tard l’architecte Jean-Louis Pascal aménagea la salle actuelle du département des Manuscrits.

Mais, dans les années 1860, la salle de lecture du Cabinet des manuscrits se situe alors en galerie Mazarine.

Visite du prince impérial en galerie Mazarine, alors salle de lecture des manuscrits, dans les années 1860
© BnF - département des Estampes et de la photographie
Visite du prince impérial en galerie Mazarine, alors salle de lecture des manuscrits, dans les années 1860
© BnF – département des Estampes et de la photographie

Les protagonistes

Le « M. Claude » cité est Charles Claude né le 19 mai 1798 et entré à la Bibliothèque le 25 février 1841. Il resta en fonction jusqu’au 3 février 1881.

Le principal protagoniste moqué dans ces souvenirs est Charles Benoît Hase (1780-1864), entré le 26 septembre 1805 à la bibliothèque en tant qu’employé « aux Manuscrits grecs et latins de la Bibliothèque Impériale » puis 1er employé le 27 novembre 1824. Le 27 février 1829, il devint conservateur adjoint au département des manuscrits puis conservateur en chef en 1832. Quelques années après la date de ce récit, le 18 mars 1863, Charles Benoît Hase est nommé vice-président du Comité consultatif de la Bibliothèque impériale, l’instance collégiale qui dirige l’établissement.

« Karl Benedikt Hase », Illustrirte Zeitung, 1864, Band. 43, p. 272, Public domain, via Wikimedia Commons

Tin-Tun-Ling (Ding Dunling 丁敦齡) ayant été poursuivi pour bigamie, Henri Meyer le caricatura dans Le Sifflet9. C’était le « protégé de Théophile Gautier, le famulus de M. Catulle Mendès, le professeur, lecteur assidu de la Bibliothèque nationale » comme le décrit la presse de 1875 et qui déclarait être arrivé en France en 186110 :

« Monsieur et Mesdames Tin-Tun-Ling », Le Sifflet, 20 juin 1875, no 178.

En 1860, le Marquis de Belleval figure parmi les « Noms Inscrits dans le Registre des Imprimés », sous le n° 1255 — mais pas parmi les lecteurs des Manuscrits. En revanche, il figure bien parmi les lecteurs ayant emprunté des manuscrits à domicile dans le Journal des prêts de manuscrits pour la période 1858-187111. Dans le registres des Imprimés, il se déclare architecte et réside alors au « 33 rue Sainte [sic] Placide » :

Bibliothèque nationale de France, Archives modernes-553(2)
Bibliothèque nationale de France, Archives modernes-553(2) 
DÉPARTEMENT DES MANUSCRITS. Enregistrement des cartes de lecteurs.))

Notes



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 10 juillet). Témoignage d’un usager de la Bibliothèque impériale en 1860. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3xx

  1. Le 30 mars 1872. Voir : « BELLEVAL DE Marie René », Léonore. Disponible sur Internet, url : <https://www.leonore.archives-nationales.culture.gouv.fr/ui/notice/25740>. []
  2. Belleval, René de (1837-1900), Souvenirs de ma jeunesse, Paris : E. Lechevalier, 1895, 1 vol. (432 p.) ; 22 cm. Disponible sur Internet, url : <https://hdl.handle.net/2027/uc1.$b181716>. []
  3. Marie-René de Belleval a alors 23 ans. []
  4. L’importante production de René de Belleval sur le Ponthieu compte notamment un Nobiliaire de Ponthieu et de Vimeu, Amiens : Lemer aîné, 1861-1864, 2 vol. (VII-395, VI-356 p.-26 f. de pl.) : ill. ; 25 cm []
  5. Il avait épousé Marie Léonie Langlois de Septenville le 10 janvier 1859. Ils eurent pour fils Henri-Louis-Jean de Belleval, né le 20 janvier 1860. []
  6. Sur lequel il publia : Belleval, René de (1837-1900), Étude sur la vie et les œuvres de Louis-Charles de Belleval, marquis de Belleval, Paris : J.-B. Dumoulin, 1875, 1 vol. (32 p.) ; in-8°. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6456908t>. []
  7. Il doit s’agir de Tin-Tun-Ling (1831-…). []
  8. Si de nos jours la BnF possède un service médical avec médecin et infirmière, nous n’avons pas trouvé de médecin dans les effectifs rémunérés par la Bibliothèque en 1860. Un « État des dépenses de matériel » du mois de mars 1860, mentionne un « secours » payé à un certain Dupuy. Il ne s’agit pas d’un poste de secours mais de l’octroi par la Bibliothèque d’un « secours de cent francs par an » à raison de 25 francs pour le premier trimestre de l’année accordé à Pierre Dupuy. L’État du mois de juin 1860 le mentionne encore pour 25 francs pour le 2e trimestre. Archives modernes 47 : DÉPENSES GÉNÉRALES. Appointements du personnel. Pièces justificatives des dépenses ordinaires et extraordinaires, des frais de catalogues, etc. (1860).
    En revanche, les Procès-verbaux du Comité consultatif de la Bibliothèque confirment la présence d’un médecin attaché à la Bibliothèque puisque lors de la séance du 28 septembre 1864, les membres du Comité que sont Jules Taschereau, Ravenel, de Wailly, Reinaud, Chabouillet et Delaborde sont informés « de la nomination au grade de Chevalier de la Légion-d’honneur de Mr Vidal, médecin de la Bibliothèque Impériale. Cette récompense, sollicitée à plusieurs reprises par l’Administration de la Bibliothèque, a été accordée à M. Vidal à l’occasion du 15 août. » (ADMINISTRATION. Procès-verbaux du Conservatoire (du Comité consultatif après 1858). Informations sur le Cabinet des Médailles, p. 91. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bd6t5705788r/f97.item#>.). []
  9. Meyer, Henri, « Monsieur et Mesdames Tin-Tun-Ling », Le Sifflet, 20 juin 1875, no 178. Disponible dans Gallica intramuros, url : <https://gallicaintramuros.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k40723041.item>. []
  10. Voir : La Gazette de Lorraine, 16 juin 1875, n° 136, p. [2]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7452595k/f2.item> ou « Les deux mariages du Chinois Tin-Tun-Ling », Le Midi, 16 juin 1875, n° 160, p. [2-3]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1488532h/f2.item>. []
  11. BnF, Département des manuscrits, Archives modernes 590, 1858-1871. Disponible sur Internet, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bd6t5705993t>. []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search