Appel à communication : Dans les carnets d’un savant-voyageur en Éthiopie. Transcrire et éditer les carnets d’Antoine d’Abbadie (mi-XIXe s.)

Journées d’étude de clôture du projet MSS-Abbadie organisées par Vanessa Desclaux (BnF) et Anaïs Wion (CNRS, IMAF).

Exemple d'une page de carnet transcrite par HTR sur Calfa-Vision
 Exemple d’une page de carnet transcrite par HTR sur Calfa-Vision

Durant la décennie 1840, un savant français, Antoine d’Abbadie, voyagea dans la Corne de l’Afrique. Autofinancé, il y fit de nombreuses observations scientifiques qu’il consigna dans une vingtaine de carnets. Aujourd’hui déposés à la BnF, ces carnets manuscrits contiennent une mine d’informations restées majoritairement inédites car Antoine d’Abbadie lui-même n’en utilisa qu’une petite partie dans ses publications, principalement celle concernant la géographie. Ses notes couvrent différents champs du savoir : histoire, littérature et codicologie, anthropologie, linguistique, géographie et hydrographie, météorologie.

Le projet MSS-Abbadie, inscrit dans le quadriennal de la recherche de la BnF (2020-23) a œuvré pendant quatre années à rendre accessible cette profusion de notes, en numérisant les originaux, en les déposant sur Gallica, en décrivant les carnets et en les proposant à la transcription collaborative sur la plateforme Transcrire (https://transcrire.huma-num.fr/scripto/13/item). L’HTR (Handwritten Text Recognition) nous a permis d’acquérir automatiquement la totalité des textes, en écritures latine et éthiopienne. La majorité des publications réalisées jusqu’à présent ont eu pour objectifs de comprendre et décrire les carnets, dans toute leur complexité.

Ces journées d’étude se veulent un moment partagé pour conclure ce premier volet du travail sur les carnets de notes d’Antoine d’Abbadie et préparer la suite, en particulier l’édition électronique.

Tout d’abord, il s’agit de mettre l’accent sur ce que corpus apporte de nouveau dans notre compréhension des sociétés de la Corne dans la première moitié du XIXe siècle. En transcrivant, il est apparu que de nombreuses dimensions des sociétés éthiopiennes se révélaient. Pour n’en citer que quelques-unes : la place des femmes dans la société, les relations entre les populations vivant dans cet espace de la Corne peuplé d’une mosaïque de peuples, l’histoire des populations oromo, la composition des foyers familiaux dans plusieurs villages, les prix des denrées sur les marchés et leurs quantités, sont quelques exemples des sujets sur lesquels Antoine d’Abbadie s’est penché avec intérêt et de façon méthodique.

Par ailleurs, il a recensé et établi des vocabulaires pour plus d’une trentaine de langues (sémitiques, couchitiques, omotiques et nilo-sahariennes). Pour la majorité d’entre elles, il s’agit des attestations écrites les plus anciennes dont nous disposons.
L’histoire de l’acquisition en Éthiopie des quelques trois cents manuscrits éthiopiens qu’Antoine d’Abbadie a ensuite légués à l’Académie des Sciences, aujourd’hui déposés à la BnF, peut aussi être renouvelée par l’exploitation des nombreuses notes qu’il a laissé dans ses carnets. Il y documente en effet les processus d’acquisition, les prix pour l’achat des volumes ou pour la copie des textes, les lieux où se trouvaient les manuscrits, leur rareté, leurs usages, etc.
Enfin, au-delà des sciences humaines et sociales, Antoine d’Abbadie a mené des enquêtes en tant que géographe, cartographe et physicien, s’intéressant particulièrement aux phénomènes climatiques qu’il mesure et décrit avec abondance de détails.

Cette accumulation d’observations — qui compte près de 5000 pages densément écrites — fait la part belle aux informateurs et informatrices avec qui Antoine d’Abbadie a échangé au cours de cette dizaine d’années passée en Éthiopie, certain-e étant des connaissances de longue date et d’autres des inconnu-es croisé-es sur le chemin. Il note ainsi le nom, l’âge, l’origine sociale, la région d’origine, la langue des personnes qui lui communiquent des informations, afin de contextualiser leurs propos et de rendre les informations recueillies les plus situées possibles. Il n’hésite pas à faire entendre les voix discordantes, les doutes, les oublis, tout autant que les certitudes. Il nous livre ainsi une ressource précieuse pour mieux comprendre les circulations des savoirs dans la Corne de l’Afrique dans le cadre de cette rencontre particulière, provoquée par l’immersion d’Antoine d’Abbadie dans la vie des populations éthiopiennes durant la décennie 1840.

Cet appel à participation invite enfin les contributrices et contributeurs ayant pris part à cette aventure de sciences participatives à restituer une partie des connaissances acquises lors de ce travail de transcription, aussi bien qu’à témoigner de ce dernier et des modes de travail qui furent expérimentés. Il demeure grand ouvert à des chercheurs et chercheuses extérieur-es au projet et qui peuvent apporter un regard neuf autant sur le contexte historique ainsi que sur les nouvelles approches aujourd’hui portées sur ce type de corpus et de situations.

Soumettre une proposition

Pour soumettre votre proposition (titre et résumé de quelques centaines de mots), contactez-nous aux adresses suivantes avant le 30 juin 2023 : anais.wion@univ-paris1.fr ; vanessa.desclaux@bnf.fr

Publications documentant le projet

Compte twitter du projet : https://twitter.com/TranscrireAdA

Informations sur la manifestation

  • 22 et 23 novembre 2023
  • Bibliothèque nationale de France (Paris, site Richelieu) puis Campus Condorcet (Aubervilliers)


Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 29 mai). Appel à communication : Dans les carnets d’un savant-voyageur en Éthiopie. Transcrire et éditer les carnets d’Antoine d’Abbadie (mi-XIXe s.). Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3x7

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search