Le souffle de la Chine : la fascination du « Pays du Milieu » et du système d’éducation « révolutionnaire ». Le voyage en Chine de Suzanne Citron en 1974

La BnF accueille tous les ans des chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Letizia Goretti évoque le séjour en Chine de Suzanne Citron sur laquelle elle mène son projet de recherche intitulé Déconstruire pour reconstruire : la pensée et l’engagement dans l’apprentissage (et pas seulement) de Suzanne Citron, mené à la Bibliothèque de l’Arsenal.

Concernant le titre de son article, Letizia Goretti sait bien qu’en français on utilise l’expression « Empire du Milieu », mais elle utilise « Pays du Milieu » car c’est la traduction littéraire de Zhōng guó (Chine).


Ce que j’ai appris personnellement de la Révolution culturelle, c’est que quoi qu’il arrive, on peut faire des choix. Le mien a été d’être égoïste. J’avais 14 ans et j’ai dénoncé mon père comme anti-révolutionnaire

« La Chine de Chen Kaige », Libération, mardi 16 janvier 2001, p. 34 (Fonds Suzanne Citron).

C’est le triste aveu du célèbre réalisateur d’Adieu ma concubine, Chen Kaige, tombé dans le piège idéologique qui l’a amené à faire l’expérience directe de la vie dans un camp de rééducation en 1968.

Aujourd’hui, nous sommes conscients que la Révolution culturelle a été un épisode dévastateur et complexe dans l’histoire de la Chine. Cette révolution a duré longtemps, mais n’a pas de date de début « précise » puisqu’il y a eu plusieurs événements préparatoires au cours des années précédant sa mise en place. En accord avec les historiens, on peut prendre l’année 1966 comme point de départ de la Révolution Culturelle, au cours de laquelle la « Circulaire du Comité central du Parti communiste chinois » (16 mai 1966)1 a été adoptée, l’organisation des Gardes rouges lancée et la « Décision du Comité central du Parti communiste chinois sur la Grande Révolution culturelle prolétarienne »2 (8 août 1966) adoptée, pour citer les dates les plus importants. La Révolution Culturelle prend officiellement fin en 1969, mais elle ne sera réellement close qu’après la mort de Mao, survenue le 9 septembre 1976, et l’arrestation de la « Bande des Quatre »3, le 6 octobre 1976.

À l’époque, la Révolution Culturelle était présentée, à l’intérieur du pays et au monde entier, comme quelque chose d’innovant et comme un nouveau phare pour le peuple chinois. Ce n’était malheureusement qu’un déguisement. Dans les années 70 Suzanne Citron, comme beaucoup d’intellectuels de l’époque4, était fascinée par la Chine et par cette « révolution », attirée avant tout par la révolution du système éducatif, comme par exemple « l’école à ‘portes ouvertes’ sur la société »5, où la théorie et la pratique étaient indissociables, mais encore la formation de travailleurs instruits ou l’accent mis sur l’élévation de l’individu dans la société et non sur la réussite scolaire en vue d’une carrière.

Ces quelques exemples décrits jusqu’ici sont idéalement nobles, mais ils ne justifient pas les méthodes utilisées. En fait, la Révolution culturelle était avant tout une lutte au sein du Parti. À cette époque, il y avait des intellectuels qui mettaient en garde contre la véritable nature de la Révolution culturelle, et parmi eux, en France, on trouve des membres de l’Internationale situationniste, qui dans l’article « Le point d’explosion de l’idéologie en Chine »6 déclaraient que dans cette « pseudo-révolution pseudo-culturelle »7 il n’y avait rien de culturel mais que ce n’était qu’une lutte de pouvoir.

Dans ce contexte, il n’est question ni de faire une parenthèse sur la Révolution culturelle ni de pointer du doigt les intellectuels de l’époque et la fascination pour le maoïsme ; j’ai moi-même – bien des années plus tard et pour d’autres raisons – été fascinée par la Chine, à tel point que je me suis formée à l’Université La Sapienza de Rome en tant que sinologue.

Au cours de mes recherches dans le Fonds, j’ai trouvé intéressants les documents sur le voyage en Chine, organisé par les Amitiés franco-chinoises, auquel Suzanne Citron a participé. Cet intérêt est en partie suscité par mon parcours d’études et, d’une certaine manière, le fait de retrouver des liens avec mon expérience en Chine trente ans plus tard a aussi joué8.

Suzanne Citron sur la muraille de Chine
Suzanne Citron sur la muraille de Chine. BnF, Fonds Suzanne Citron

L’archive contient quelques photos du voyage, des documents faisant partie du matériel préparatoire du numéro 137 de la revue Cahiers pédagogiques, un article et un entretien de Suzanne Citron sur l’école en Chine – respectivement pour Le Monde et La Croix –, des articles de journaux d’autres auteurs, et six carnets annotant les différentes étapes du voyage, les expériences et toutes les informations reçues pendant le séjour.

Ce voyage d’étude eut lieu en juillet 1974 et dura trois semaines, et passait par les villes suivantes : Beijing, Tianjin, Nankin, Shanghai, Guangzhou. Durant ce séjour, Suzanne Citron note tout : de l’accueil aux moyens de transport, des lieux aux personnes, des vêtements à l’artisanat, etc. Mais son attention se porte surtout sur l’école. Je pense que l’idée de former « des travailleurs cultivés dotés d’une conscience socialiste »9 pour Citron a été l’étincelle pour s’immerger et comprendre le fonctionnement de ce « nouveau » système éducatif chinois. 

Coupure de presse de Suzanne Citron, BnF, Fonds Suzanne Citron
Coupure de presse de Suzanne Citron, BnF, Fonds Suzanne Citron

Dans l’article publié dans Le Monde en novembre 1974, Suzanne Citron décrit ce système, le comparant également au système occidental, et énumère les « grands changements en cours » qu’elle a pu constater de ses propres yeux pendant le voyage. Par exemple, elle parle de l’objectif de l’enseignement supérieur qui est de « former l’esprit d’analyse et développer l’aptitude à résoudre des problèmes », et que pour tout le reste [connaissance, éducation, travail, etc.] les étudiants se perfectionnent « dans la société »10 ; ou bien elle parle d’activités productives qui « sont organisées dans l’école et élèves et enseignants vont, hors l’école, travailler dans des unités de production à la ville ou à la campagne, visiter des usines, interroger les ouvriers et les paysans » et que  tous les établissements supérieurs qu’ils ont visités « avaient leurs usines ou leurs laboratoires » ; ou encore comment la « ‘rééducation’ par le travail manuel apparaît […] comme la première tentative empirique de ‘recyclage’ d’un héritage culturel modelé par la tradition confucéenne et par l’empreinte de la civilisation occidentale issue de la Renaissance et de la révolution industrielle, l’une comme l’autre reposant sur la coupure entre la pensée et les mains », etc.11

Naturellement, au fil des années, des témoignages et des études, Suzanne Citron s’est rendu compte de ce qui se passait réellement en Chine. Elle-même a écrit à propos de l’article : « Après mon retour, j’ai publié un long article dithyrambique sur l’École en Chine dans Le Monde du 5 novembre 1974. Mes illusions et mes ignorances d’alors y transparaissent. Mais […] je reste convaincue de l’intérêt pédagogique et humain des interférences entrevues entre transmission des savoirs abstraits, éducation artistique poussée, apprentissages manuels en atelier »12. Et encore : « Certes, je ne prévoyais pas l’arrestation de la Bande des Quatre, et tout ce qui s’en suivrait. Mais mes plus grandes erreurs sur la Chine de 1974 concernaient le maintien du poids du Parti, la non prise en compte du quadrillage policier de la société et l’ignorance du grand drame national que fut l’envoi des ‘jeunes éduqués’ à la campagne »13.

A l’époque de la Révolution, le phénomène des jeunes scolarisés à la campagne n’était pas perçu ni vécu comme une rééducation et un emprisonnement forcés. L’ouverture du roman de Dai Sijie, Balzac et la Petite Tailleuse chinoise, présente cette pratique à travers les yeux de deux étudiants envoyés à la campagne : « Le chef du village, un homme de cinquante ans, était assis en tailleur au milieu de la pièce, près du charbon qui brûlait dans un foyer creusé à même la terre ; il inspectait mon violon. Dans les bagages des deux ‘garçons de la ville’ que Luo et moi représentions à leurs yeux, c’était le seul objet duquel semblait émaner une saveur étrangère, une odeur de civilisation, propre à éveiller les soupçons des villageois »14.
Mais dans cette ouverture apparaît déjà la critique de l’amour aveugle envers le président Mao. Quand les deux « garçons de la ville » voient que l’instrument de musique est pris pour un jeu et risque d’être brûlé, alors Luo se tourne vers le patron en disant que c’est un instrument de musique et que son ami en joue bien, et la chanson qu’il peut jouer s’appelle « Mozart pense au président Mao »15.

J’ai vu de mes propres yeux cette « vénération aveugle » pour le président Mao lors de mes séjours en Chine ; en particulier, je l’ai vécue lors des célébrations de la naissance de la République populaire de Chine en 2007 sur la place Tian’anmen à Beijing, où une foule immense s’était déjà rendue sur la place la veille du 1er octobre, et le lendemain, la même foule faisait la queue pour visiter le mausolée de Mao et la Cité interdite.

Mais la Chine a été, et sera peut-être toujours, un pays plein de contradictions.
Le discours de Deng Xiaoping à la session extraordinaire à l’Assemblee générale de l’O.N.U en 1974 est emblématique. Voici un extrait de la partie finale du discours : « La Chine est un pays socialiste et en même temps un pays en voie de développement. Elle appartient au tiers monde. Le gouvernement et le peuple chinois, indéfectiblement fidèles aux enseignements du président Mao, appuient résolument la lutte menée par les nations et peuples opprimés de partout pour la conquête et la sauvegarde de l’indépendance nationale et le développement de l’économie nationale, contre le colonialisme, l’impérialisme, et l’hégémonisme ; […] La Chine n’est pas et ne sera jamais une superpuissance. Qu’entendons-nous par superpuissance ? Ce sont les pays impérialistes qui se livrent en tous lieux à l’agression, à l’intervention, à la mainmise, à la subversion et au pillage à l’encontre des autres pays et recherchent l’hégémonie mondiale. […] Si la Chine venait un jour à changer de nature et devenait une superpuissance se conduisant elle aussi en despote dans le monde et se livrant partout aux vexations, à l’agression et à l’exploitation, alors les peuples du monde seraient en droit de lui coller l’étiquette de social-impérialisme, de le stigmatiser et, de concert avec le peuple chinois, de l’abattre »16.

Le séjour de Suzanne Citron en Chine n’a pas été un simple voyage à la découverte de « l’exotisme » ou une rencontre aveugle avec le socialisme, cela a été surtout un voyage qui remplissait toutes les conditions – par rapport à l’actualité de l’époque – pour ouvrir une réflexion et un débat sur le rôle de l’école et la communauté. Comme elle l’a écrit : « […] pour qui s’interroge sur la fonction de l’école dans une société donnée, la connaissance du système éducatif chinois permet de mieux saisir les liens existant entre système social et école. Le but de l’école est-il de sélectionner une élite sociale ou technocratique investie du pouvoir de direction de la société ? Est-il au contraire de développer au maximum les potentialités physiques, intellectuelles, créatives de chacun en vue de de l’édification d’une société au service de tous les travailleurs ? L’école diffuse-t-elle une idéologie élitiste de promotion individuelle au sein d’une société qui hiérarchise la ‘dignité’ des tâches, l’école est-elle le lieu où se reproduit la division sociale (élite dirigeante/masse dirigée) à partir de la classification bons élèves/mauvais élèves ? Ou bien l’école véhicule-t-elle un idéal de service de la collectivité et rend-elle impossible la reproduction sociale en liant intimement formations pratiques et théoriques et en offrant explicitement les ouvriers et les paysans comme ‘modèles sociaux’ ? »17.

BnF, Fonds Suzanne Citron
BnF, Fonds Suzanne Citron

L’école et l’enseignement ont été des points fixes et fondamentaux de l’œuvre de Citron tout au long de sa vie. Elle dénonçait directement les problèmes du système éducatif : « Dans notre société française ‘développée’, le système éducatif est dans l’impasse parce qu’il bute désormais sur une contradiction insurmontable : l’extension de la scolarité secondaire à tous les jeunes et le maintien du rôle de l’école comme moyen de sélection de l’élite dirigeante »18.

BnF, Fonds Suzanne Citron
BnF, Fonds Suzanne Citron

Ce voyage était pour elle porteur d’un grand espoir de changement, surtout dans le système scolaire. Même s’il est impossible d’en tirer une leçon rétrospectivement – et c’était le cas aussi pour Suzanne Citron elle-même -, ce parcours et les documents produits restent importants pour lire et comprendre une partie de l’histoire d’hier ; et peut-être même de demain ?

Pour aller plus loin

  • Guido Samarani, La Cina del Novecento. Torino : Einaudi, 2004.
  • Mario Sabattini, Paolo Santangelo, Storia della Cina. Roma: GLF editori Laterza, 2005.
  • Linda Benson, China Since 1949, Harlow : Longman Pearson, 2011.

Notes



Citer ce billet
Letizia Goretti (2023, 26 mai). Le souffle de la Chine : la fascination du « Pays du Milieu » et du système d’éducation « révolutionnaire ». Le voyage en Chine de Suzanne Citron en 1974. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3x4

  1. La circulaire est adoptée à l’unanimité du Bureau politique du Comité central et elle souligne la nécessité de chasser « les porteurs » du capitalisme à l’intérieur du Parti et poursuivre ainsi la lutte des classes. []
  2. Appelée aussi « Shíliùtiáo » (les Seize Points) ou « charte de la Révolution culturelle ». []
  3. La « Bande des Quatre » était composée de quatre dirigeants chinois fidèles à Mao Zedong : Jiang Qing (dernière épouse de Mao), Wang Hongwen, Yao Wenyuan et Zhang Chunqiao. Ils ont été arrêtés et accusés d’usurpation de pouvoir, de trahison et de complot. []
  4. À la lecture de divers articles dans les journaux de l’époque, cette fascination pour le « dragon rouge » est bien perçue. Cf. Hourmant, François. Au pays de l’avenir radieux. Voyages des intellectuels français en URSS, à Cuba et en Chine populaire. Paris : Aubier, 2000, pp. 48-57. []
  5. « L’école à ‘portes ouvertes’ sur la société », Cahiers pédagogiques, n° 137, octobre 1975, pp. 8-10 (Fonds Suzanne Citron). []
  6. Internationale situationniste, n°11, octobre 1967, pp. 3-12 : https://www.ubu.com/media/text/si/Internationale_situationniste_11.pdf (11 avril 2023). []
  7. Ibid., p. 8. []
  8. Claire Lesage, ma référente scientifique, connaissant mon expérience en Chine, m’a suggéré de creuser cette partie. []
  9. Dans le point 10 de la « Décision » du 8 août 1966 il a été écrit : « Dans tous les établissements d’enseignement, il faut appliquer à fond la politique formulée par le camarade Mao Tsé-toung [Zedong] suivant laquelle l’éducation doit être au service de la politique du prolétariat et se combiner avec le travail productif, afin que tous ceux qui reçoivent l’éducation puissent se développer moralement, intellectuellement et physiquement pour devenir des travailleurs cultivés, dotés d’une conscience socialiste ». Décision du Comité central du Parti communiste chinois sur la Grande Révolution culturelle prolétarienne. Pékin : Éditions en langues étrangères, 1966, p. 11. []
  10. Les professeurs ont dit cela à Citron pendant la visite à Beidà [université de Beijing]. []
  11. Citron, Suzanne, « L’école chinoise est l’enjeu de la lutte révolutionnaire pour un socialisme ‘authentiquement prolétarien’ », Le Monde, éducation, 5 novembre 1974, pp. 13-14 (Fonds Suzanne Citron). []
  12. Citron, Suzanne. Mes lignes de démarcation. Croyances, utopies, engagements. Paris : Édition Syllepse, 2003, p. 279. []
  13. Ibid., p. 273. []
  14. Dai Sijie. Balzac et la Petite Tailleuse chinoise. Paris : Gallimard, 2000, p. 7. []
  15. Ibid., p. 10. []
  16. Intervention de Teng Siao-ping, chef de la délégation de la République Populaire de Chine à la session extraordinaire de l’Assemblée générale de l’O.N.U. Pékin : Éditions en langue étrangère, 1974, pp. 18-19 (Fonds Suzanne Citron). []
  17. Citron, Suzanne, « Le sens de l’expérience chinoise », Cahiers Pédagogiques, n° 137, octobre 1975, p. 14. Thème : « l’école en Chine, après la révolution culturelle » (Fonds Suzanne Citron). []
  18. Ibid. []

Letizia Goretti

Chercheuse associée à la Bibliothèque nationale de France (site de l'Arsenal)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search