Charles Benoît Hase (1780-1864), un philhellène allemand à la Bibliothèque nationale

Né Karl Benedikt Hase, à Bad Sulza près de Naumburg (Saxe-Weimar), le 11 mai 1780, baptisé le 13, celui qui fut professeur de paléographie grecque et de grec moderne à l’École des langues orientales, puis professeur de langue et de littérature allemandes à l’École polytechnique, mais aussi conservateur des manuscrits à la Bibliothèque royale et professeur de grammaire comparée à la Faculté des lettres de Paris, se fit connaître en France sous son nom francisé de Charles Benoît Hase.

Esquisse biographique

Jeunesse

Son père Christian Heinrich Hase (1731-1791), théologien luthérien, fut traducteur de plusieurs ouvrages de voyage russes dont les Voyages de Peter Simon Pallas (1741-1811) dans le nord de l’Asie ou le journal d’Ivan Ivanovič Lepehin (1740-1802)1. Il fut pasteur à Oberroßla (en 1759), à Stadtsulza (en 1769) puis devint, en 1780, pasteur en chef et « Superintendent und Konsistorialrat » (surintendant et conseiller consistorial soit l’équivalent d’un évêque). Il décéda à Allstedt le 19 mars 1791. Sa mère, Augusta Regina Christine, née Wolf (1749-1798), fille du pasteur Wolf de Münchengosserstedt et Würchhausen. Le couple a une fille, Amalie Henriette Rießner et un fils, Karl Benedikt, demi-frère de Christian Immanuel qui fut également pasteur, né du premier mariage du pasteur Hase avec une fille du pasteur Johan Andres Shmidt, de Schmiedhausen. K. B. Hase perd sa mère alors qu’il est âgé de dix huit ans.

M. Hase avait à peine onze ans quand il perdit son père, ecclésiastique dans une petite ville de la Thuringe : ses premières études à Weimar, ses années universitaires à Iéna, ne se passèrent pas sans imposer à sa mère bien des efforts et de pénibles sacrifices. On voulait faire de lui un théologien ; mais, à travers des diversions d’études de toute sorte, après s’être épris successivement de presque tous les beaux-arts, à l’exception de la musique, et de plus d’une science, mais non pas pourtant de la philosophie de la nature, qu’il entendait exposer par Schelling lui-même, — il finit par trouver sa voie dans la philologie. Le jeune étudiant, qui pensait que le système philosophique de son maître Schelling (il est vrai que Schelling n’avait encore que vingt-trois ans) était une « mystification, » et qui n’aimait pas la musique, parce que, disait-il, « on n’y peut rien penser ni se représenter, » mais qui, en échange, rédigeait déjà en grec l’un de ses cours universitaires, devait trouver, dans l’étude des langues anciennes, un champ approprié à la nature de son esprit, et faisait déjà pressentir les qualités de précision, de mesure et de justesse, de ses futurs travaux d’érudit.

Berthoud, Charles, « Varia. Hase », Revue germanique et française, 1er août 1864, tome 30, p. [354].

J.-D. Guigniaut insiste sur les sacrifices de la mère de Hase qui « put à grand’peine trouver, sur son faible revenu, de quoi l’envoyer, lorsqu’il fut en âge, au gymnase de Weimar2 ».

« Karl Benedikt Hase », Illustrirte Zeitung, 1864, Band. 43, p. 272
« Karl Benedikt Hase », Illustrirte Zeitung, 1864, Band. 43, p. 272, Public domain, via Wikimedia Commons

Après avoir effectué son Gymnasium (lycée) à Weimar, entre 1791 et 1798, au Wilhelm-Ernst-Gymnasiums3 dirigé par le professeur et archéologue Karl August Böttiger (1760-1835), « grâce auquel il obtint une bourse pour financer ses études de théologie et de philologie »4, Karl Benedikt Hase s’inscrit à l’université d’Iéna en 1798, puis à l’Universität Helmstedt où il se consacre à l’étude de la théologie — ce qui lui permet d’apprendre la philologie classique, le grec moderne et le turc, ainsi que l’arabe pour la lecture du Coran. Au sein de cette dernière il « se passionna surtout pour les leçons d’histoire de Bredow »5. L’enseignant se livre à une revue de l’histoire contemporaine que Hase « reproduisait en grec […] ce fut l’origine de l’habitude qu’il gardé jusqu’à la fin de sa vie, de consigner dans sa langue de prédilection les observations, les anecdotes, les faits et les pensées dont il voulait se réserver le secret. Il n’aimait pas à faire ses confidences à tout le monde »6.

Il enseigne parallèlement au sein de l’établissement propédeutique de l’université, le Pädagogium illustre7, tout en étant précepteur des fils d’un professeur de l’université de Helmstedt.

En 1800, il retourne à Iéna où il prend des cours de chimie, géographie et sciences naturelles. Il apprend le grec moderne grâce à ses relations avec le grec Drósos Mansólas (1789-1860) qui fit ses études à Iéna et à Halle. Il constitue ainsi un exemple rare d’helléniste “complet”, qui connaît intimement les formes classique, byzantine et moderne de la langue grecque. Il s’essaie au théâtre en rédigeant un drame, les Gracques, qu’il joue avec ses camarades tout en étant attiré par la poésie : « il cultivait aussi les arts, surtout la poésie. […] il passait son temps à mettre en vers la prose de ses professeurs8 ».

Républicain

Voulant se rendre au Péloponnèse, alors en révolte contre la domination turque, Karl Benedikt Hase quitte l’Allemagne le 30 septembre 1801 pour se rendre à Paris, qu’il rejoint à pied car ne disposant pas de ressources :

il quitta, vêtu en officier des armées de la République et le sabre au côté, la tranquille cité universitaire d’Erfurt, avec, pour tout avoir,9 une somme de trente-six écus de six francs (Laubthaler) et la carte de visite du botaniste d’Iéna, Batsch, pour le célèbre antiquaire Millin, il ne se doutait, sans doute, guère que cette France où l’attirait une ardeur et un enthousiasme révolutionnaires très sincères ferait de lui un bibliothécaire de la Bibliothèque Impériale, l’un des précepteurs des deux Princes Impériaux, Napoléon-Louis et Louis-Napoléon, le futur César, un Directeur et professeur de l’Ecole des Langues Orientales vivantes, un Président de l’Ecole des Chartes, un Académicien et quantité d’autres choses encore, dont l’implacable juge d’Anatole France. 

Pitollet, Camille, « Le père Hase. Histoire de la venue en France de celui qui refusa Anatole France au baccalauréat », La Renaissance d’Occident, 1922, juillet, 3e année, tome VI, n° 7, p. 254-258.

Charles Berthoud, reprenant les éléments de la nécrologie publiés dans l’Allgemeine Zeitung, la Gazette d’Augsbourg, dit qu’ « il se passionnait pour la République » et rajoute :

En 1801, âgé de vingt et un ans, il partit à pied pour la France, avec une centaine de francs dans la poche, un long sabre à sa ceinture, une gibecière de chasse sur le dos, et, pour toute recommandation, une carte de visite d’un savant allemand pour Millin. Accoutré comme il l’était, le grand jeune homme avait assez l’air d’un officier de la République, et cette apparence ne lui nuisit pas. Apres bien des tribulations dues à son passeport, et un voyage pédestre de dix jours, par le mauvais temps, de Mayence à Paris, par Thionville, Verdun, Châlons et Meaux, prenant souvent au plus court à travers campagnes et villages, il fit triomphalement son entrée dans le faubourg Saint-Martin, par une soirée d’octobre, et alla heurter à la porte de l’auberge du citoyen Arnoult, que lui indiquèrent des soldats et des ouvriers, rue du Vert-Bois, 22. Ses bottes étaient déchirées, ses pieds blessés, et ses trente thalers notablement diminués ; mais il n’avait pas perdu la bonne humeur et l’esprit d’observation qui avaient égayé les plus mauvais jours de son voyage.

Berthoud, Charles, « Varia. Hase », Revue germanique et française, 1er août 1864, tome 30, p. 355.

« Il a aussi, comme de nombreux jeunes savants allemands, le projet de suivre les cours d’Isaac Silvestre de Sacy au Collège de France et à l’École des langues orientales vivantes »10.

Les récits de son périple à pied pour Paris, qu’il rejoint le 20 octobre 1801, mentionnent sa vêture et son armement mais en omettant d’indiquer qu’il partait « combattre pour la libération de la Grèce. Ce philhellénisme précoce apparaît lié à la fois à sa vénération pour la Grèce antique et à ses convictions républicaines, d’où le choix de passer par la France et, avant l’embarquement pour la Grèce, de faire halte à Paris, où se trouvaient concentrés, suite à la tradition séculaire de la ville et des confiscations napoléoniennes, des trésors considérables d’objets d’art et de manuscrits »11.

Outre son attrait pour la Grèce, il est fasciné par « l’image fantastique de la France régénérée par la liberté et par la gloire »12.

Son voyage pédestre entre l’Allemagne et Paris et son premier séjour parisien est bien connu par les récits tirés de sa correspondance avec son ami Wilhelm Erdmann ce qui permet de tracer à grands traits son parcours d’étapes en étapes. Parti en septembre 1801 d’Erfurt, il passe par Fulda et Hanau. Le 5 octobre 1801 il est à Francfort, le 6 à Mayence où il assiste à une représentation théâtrale. De là, il se rend à Trèves, Konz, Merzkirch, Perl, Sierck, Königs-Marchen qu’il quitte à 9h pour arriver à 10h à Thionville, puis Étain.

Trajet allemand de K. B. Hase.
Trajet allemand de K. B. Hase.

En Lorraine, K. B. Hase est frappé par l’alignement des villages-rues. Le 12 octobre il est à Verdun où il loge chez un certain Baziné, boulanger de son état. De Verdun il se rend à Châlons en passant par Sainte-Ménéhould. Le 15 octobre, il quitte Châlons, passe par Montmirail, La Ferté-Gaucher, Meaux et arrive à Claye le 17 octobre au soir. Le 18 octobre il atteint Pantin.

Trajet français de K. B. Hase.
Trajet français de K. B. Hase.

Entré à Paris par le faubourg Saint-Martin, il se rend à l’auberge du citoyen Arnoult au 22 rue du Vert-Bois. Le 20 octobre il se rend aux Tuileries, aux Champs-Élysées puis au Palais Royal pour rentrer à l’auberge par les rues du Mail et de Cléry. Une relation lui trouve une chambre meublée chez un traiteur allemand du Passage du Commerce, au 17 du Faubourg Saint-Germain, où il loge pour 18 francs par mois. Le 21 octobre il se signale à la Préfecture de Police. Il aura parcouru au moins 780 kilomètres à pied en onze jours. « Ses bottes étaient déchirées, ses pieds blessés, et ses trente thalers notablement diminués »13.

Parisien

Recommandé à l’archéologue Aubin-Louis Millin (1759-1818) qu’il va voir dès le 22 octobre, il espère gagner sa vie en tant que professeur de langue allemande, ce qui n’aboutit pas. Il rend ensuite visite à Jean-Baptiste Gail dans son appartement du Collège de France. Le 23 octobre il rencontre l’helléniste Diamant Coray (1748-1833) qui lui donne une lettre de recommandation pour le libraire Jean-Jacques Fuchs (1760?-18..). Hase est tenté de devenir commis de librairie auprès du libraire qui lui propose de l’engager pendant huit ans à 400 francs par an. A la date de leur rencontre, Fuchs tient sa librairie rue des Mathurins-Saint-Jacques, Hôtel de Cluny, devenue partie de la rue du Sommerard.

Sans ressources, le 26 octobre 1801 Hase songe à s’enrôler comme soldat, quand, étant « affalé sur un banc au Palais-Royal », il rencontre par hasard le célèbre mamelouk du premier consul, Joseph/Giuseppe Vantini, dit « Yousouf / Yusuf » (1808-1866), « que poursuivait un essaim de filles de joie ». « Affolé par les taquineries et les cris de ces vénales donzelles », Yousouf échoue près de Hase qui le salue en arabe. Ce dernier, étonné de la connaissance de la langue arabe du jeune Allemand, le conduit à la légation turque et lui présente l’interprète grec, le savant Panagiótis Kodrikás (1762-1827), avec lequel Hase entame immédiatement une conversation en grec. P. Kodrikás le recommande à l’helléniste Jean-Baptiste-Gaspard d’Ansse de Villoison (1750-1805) — enseignant de grec moderne à l’École des langues orientales vivantes sise à la Bibliothèque nationale —, qui l’initie à la lecture des manuscrits grecs, l’emploie à copier des textes grecs et lui permet d’assurer des cours. K. B. Hase rendit compte de la délicatesse de de Villoison :

Villoison m’a reçu avec toute la politesse française, m’a invité à dîner avec lui, m’a promis des travaux à la Bibliothèque nationale (la copie de manuscrits grecs), et me fera venir chez lui, chaque décade, pour parler grec moderne. De plus, sur cette prétendue « leçon de grec, » comme il veut bien l’appeler d’une façon si humaine, il m’a fait l’avance de quelques écus. […] Je serai injuste, si je ne reconnais pas les ménagements rare, l’extrême délicatesse des Français à mon égard. Afin de pouvoir me donner quelque chose sans m’humilier, Villoison, qui sait vingt fois plus de grec moderne que moi, me donne un rendez-vous le matin de chaque décade, et appelle cela prendre des leçons de grec ! »

Berthoud, Charles, « Varia. Hase », Revue germanique et française, 1er août 1864, tome 30, p. 355-356.

Tout jeune inconnu qu’il soit, K. B. Hase essuie des refus mais s’attire aussi la sympathie : « le chapelain de l’ambassade de Suède veut l’engager comme chantre de sa chapelle »14. Villoison lui présente la duchesse de Bréteuil qui l’emploie à donner des leçons d’allemand à sa fille qui « parle italien et anglais, aime le latin, apprend maintenant le grec » selon le compte rendu de Hase. Madame de Bréteuil fait partie de ceux dont il salua la délicatesse puisqu’elle l’« invite chaque matin à déjeuner, un quart d’heure avant la leçon, pour causer un peu. » Chez Madame de Condorcet, « il connut Fauriel15, plus tard son compagnon dans un voyage littéraire à Venise »16.

Il fait aussi la connaissance du diplomate Marie-Gabriel-Florent-Auguste de Choiseul-Gouffier (1752-1817), qui venait de rentrer de Constantinople en France en 1802, après que Napoléon ait amnistié la noblesse exilée. Choiseul-Gouffier lui confie l’édition des écrits de Jean de Lydie (0490-0565?), dont le prince Alexandre Moruzi (1750-1816) lui avait donné un manuscrit en Grèce17.

Toujours dans l’espoir d’aller en Grèce par Marseille, les ardeurs de K. B. Hase se tempèrent au contact de ses relations parisiennes. « Comme en témoignent les lettres de jeunesse de Hase, ses discussions avec Villoison et avec Madame de Condorcet, qui était vigoureusement opposée à ce voyage, ainsi que la conviction qu’il serait plus utile à Paris qu’en Morée18, car il pourrait associer ses compétences d’helléniste à son statut d’Allemand capable de jouer un rôle de médiateur culturel, le décidèrent finalement à se fixer à Paris19 ». Les connaissances linguistiques de K. B. Hase lui permettent ainsi de s’intégrer dans les cercles scientifiques et mondains de Paris, protégé par le marquis Fortia d’Urban et aidé également par son amitié avec Alexander von Humboldt qui lui fit connaître des savants français, comme Jean-François Champollion et l’orientaliste Antoine-Isaac Silvestre de Sacy.

En 1805, après la mort de Villoison, le Comte de Choiseul-Gouffier, membre de l’Académie des inscriptions, fait entrer K. B. Hase à la Bibliothèque impériale. Le 26 septembre 1805, K. B. Hase obtient un poste d’employé « aux Manuscrits grecs et latins de la Bibliothèque Impériale » écrit-il le 10 août 181220, « où il est chargé de l’inventaire et du classement des nombreux manuscrits « réquisitionnés » en Allemagne par Bonaparte »21. Il œuvre à l’élaboration de nombreuses Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque du Roi, la collection de l’Académie des inscriptions et belles-lettres22. Pour ses travaux, K. B. Hase emprunte des ouvrages à la Bibliothèque, comme cela était à l’époque permis. Le libraire d’ancien Antiquariat INLIBRIS Gilhofer Nfg vend des fiches manuscrites rédigées et signées par K. B. Hase à cet effet23.

Le 9 février 1807, K. B. Hase est élevé au grade de second employé. K. B. Hase est ainsi le « premier d’une nombreuse lignée de philologues et archéologues allemands à choisir la France pour y conduite leur carrière24 ».

En 1811, il se rend à Vienne avec Alexander von Humboldt chez Bartholomäus Kopitar (1780-1844).

En 1812, il devient professeur de langue allemande des fils d’Hortense Eugénie de Beauharnais (1783-1837), reine de Hollande, Napoléon-Louis Bonaparte (1804-1831) et Louis-Napoléon Bonaparte (1808-1873) (qui devint plus tard Napoléon III). Parallèlement, à partir de cette année là, il devient membre correspondant de l’Académie royale des sciences de Prusse dont il devint membre ordinaire à partir de 1850.

Né Allemand, K. B. Hase entreprend des démarches pour être naturalisé français dès 1810 mais elles « n’aboutissent en 1814 qu’à l’obtention des “droits civils” ». En effet, le 26 juillet 1814, il « est admis à établir son domicile en France, et à y jouir de tous les droits civils, tant qu’il continuera d’y résider25 ». Le 14 décembre 1814, il se voit remettre l’Ordre de la Fleur de Lys par Charles-Philippe de France (1757-1836), Comte d’Artois (futur Charles X).

En 1816, K. B. Hase est nommé professeur de paléographie grecque et de langue grecque moderne à l’École spéciale des langues orientales, créée le 10 germinal an III (30 mars 1795) « dans l’enceinte de la Bibliothèque nationale » par Louis-Mathieu Langlès (1763-1824), conservateur des manuscrits orientaux à la Bibliothèque impériale. En introduction de son cours, il prononce un discours « Sur l’origine de la langue grecque vulgaire, et sur les avantages que l’on peut retirer de son étude » dont la première partie est aussitôt publiée dans le Magasin encyclopédique26.

En 1819, K. B. Hase succède à Jean-Baptiste Gaspard d’Ansse de Villoison à la chaire de grec moderne de l’École des langues orientales27. Le magazine l’Illustration, dans son édition du 21 février 1851, rendait compte du cours de grec moderne assuré par K. B. Hase à la Bibliothèque28.

Le 10 décembre 1819, K. B. Hase écrit au Garde des Sceaux pour renouveler sa demande de naturalisation. Il dut patienter jusqu’au 9 juillet 1820 pour être naturalisé français, soit dix neuf ans après venu en France.

En 1820, peut-être grâce à l’entregent de son mécène le Comte Nicolas Petrovič Rumjančev (1754-1826), Chancelier de l’Empire russe29 auquel il dédia son édition de Léon le Diacre parue en 181930, il est envoyé en mission en Italie « à l’effet de compléter mes matériaux pour la continuation de l’histoire byzantine ». Ainsi, il se rend à Gênes, Milan et Venise31 en quête de manuscrits byzantins en vue de la rédaction d’une histoire de Byzance. Ses éditions de textes byzantins font de C. B. Hase l’introducteur de la byzantinologie en France :

non seulement il introduit en France la byzantinologie, mais, auréolé du prestige de sa formation philologique allemande, il constitue, aux yeux de ses collègues français, la référence obligée pour la philologie et l’épigraphie grecque et latine pendant plusieurs décennies.

Gran-Aymerich, Ève, « Karl Benedikt Hase (1780-1864) et Désiré Raoul-Rochette (1789-1854). D’après leur correspondance : deux médiateurs culturels entre France et Allemagne à la Bibliothèque nationale (1801-1864) », dans : Bonnet, Corinne ; Krings, Véronique (éd.), S’écrire et écrire sur l’Antiquité : l’apport des correspondances à l’histoire des travaux scientifiques, Grenoble : J. Millon, 2008, p. 87.

En 1821, il est élu membre correspondant de l’Académie des sciences de Russie à Saint-Pétersbourg et le 28 août 1812, il est fait docteur honoris causa en philosophie de l’université de Berlin.

Le 27 novembre 1824, C. B. Hase est promu au grade de 1er employé de la Bibliothèque impériale. Le 3 décembre 1824, il élu membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres et, à ce titre, « le premier savant d’origine allemande à voir ainsi reconnu les services rendus à la science de son payes d’adoption »32. Rapidement, avec Raoul-Rochette, il devient membre et rapporteur des commissions pour les expéditions scientifiques en Morée (1829) et à Alger (1839) pour lesquelles il contribue à la rédaction des instructions pour leur exploration scientifique, comme les Recommandations pour la sauvegarde des monuments antiques en Algérie et, avec D. Raoul-Rochette, le « rapport sur les recherches archéologiques à entreprendre dans la province de Constantine et la régence d’Alger »33. « L’Académie l’appela coup sur coup dans presque toutes ses commissions 34 ». De 1827 à sa mort, il assure le secrétariat de la Commission des antiquités de la France et à partir de 1835, celui de la Commission des inscriptions et médailles de l’Académie qui avait été créée par décret en 1806.

Comme il l’avait promis lors de sa demande de naturalisation en août 1812 en évoquant le zèle avec lequel il entendait se livrer à l’exercice de ses fonctions, C. B. Hase s’engage dans la vie civile : en 1827, 1832 et 1842, il est assesseur au tribunal (échevin).

Le 25 octobre 1828, il est fait chevalier de la Légion d’honneur35. A la Bibliothèque, il occupe également les divers grades devenant, le 27 février 1829, conservateur adjoint au département des manuscrits.

A l’initiative de François Arago, en 1830, il devient professeur de langue et de littérature allemandes à l’École polytechnique, poste qu’il occupe jusqu’en 1848.

En 1832, C. B. Hase est fait conservateur en chef du département des manuscrits à la Bibliothèque royale. En 1837, il entreprend un voyage scientifique en Grèce, suivi, en 1833, d’un autre en Algérie formée les 6 et 27 décembre à la demande du maréchal Soult et dont il rend compte avec Désiré Raoul-Rochette (1789-1854)36. Le ministre de la guerre lui a en effet demandé un « rapport sur l’état de l’Afrique septentrionale, aux temps de la civilisation antique » et un « rapport qui dirigeât les recherche des savants, les opérations des ingénieurs et des artistes »37 : avec les fils de Louis-Philippe, il visite Alger, Bougie, Philippeville, Bône, Blida et une partie de l’Atlas. Pour le compte de la Commission pour l’exploration scientifique de l’Algérie, il forme certains officiers aux techniques épigraphiques38.

En 1838, C. B. Hase devient administrateur de l’École des langues orientales vivantes qu’il présida à partir de 1848, à la suite de Silvestre de Sacy et jusqu’à son décès. Le 10 juillet 1838, C. B. Hase fait un don à la Bibliothèque de dix manuscrits orientaux qu’il a reçu du payeur de l’Armée d’Afrique Paul Prieur : Registre B 2254 : Arabe 2627 ; Registre B 2255 : Arabe 2691 ; Registre B 2256 : Arabe 1984 ; registre ‘B’ 2257 : Arabe 700 ; registre ‘B’ 22582 : Arabe 677 ; registre ‘B’ 22585 : Arabe 1984, Arabe 1871 ; registre ‘B’ 2404 : Arabe 1071 ; registre ‘B’ 2848 : Arabe 392639

e Inventaires - registres d'entrées du département des Manuscrits. Inventaire - registre des entrées du département des Manuscrits : acquisitions : manuscrits et imprimés documentaires, 1833-1848, n° 1 à 4667, f. 49v.
Inventaires – registres d’entrées du département des Manuscrits. Inventaire – registre des entrées du département des Manuscrits : acquisitions : manuscrits et imprimés documentaires, 1833-1848, n° 1 à 4667, f. 49v.

En 1849, C. B. Hase fut élevé dans l’ordre Pour le Mérite für Wissenschaften und Künste, créé le 31 mai 1842 par Frédéric-Guillaume IV sur l’initiative d’Alexander von Humboldt40.

Pour le Mérite
Pour le Mérite. Borodun, CC BY-SA 4.0 https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0, via Wikimedia Commons

A partir de 1848, C. B. Hase commence à collaborer au Journal des savants par la publication de comptes rendus qu’il poursuit jusqu’en 1863.

Le 19 août 1849, C. B. Hase se rend à Amiens pour assister à l’inauguration de la statue du grammairien Charles du Fresne du Cange (1610-1688), exécutée à l’initiative de la Société des Antiquaires de Picardie. Pour la manifestation, la Société avait adressée des invitations à l’Institut, à la Société des Antiquaires de France, à la Commission permanente des beaux-arts qui ont envoyé des députations ainsi qu’à la Société des Antiquaires de la Morinie ou la Société numismatique de Belgique. Charles Magnin (1793-1862), président de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres prononça un discours, tout comme le président de la Société des Antiquaires de Picardie, le représentant du ministère de l’Instruction publique, un membre de la Société des Antiquaires d’Amiens, dans une pièce de vers. Parmi les assistants à la cérémonie figuraient, outre C. B. Hase, Naudet, Ch. Lenormant, Langlois, de La Saussaye, Paulin Paris, Reinaud, de Luynes, Stan, Julien, de Longpérier, l’abbé Martin, de Martonne, de Robiano, de Lagrénée, « venus pour prendre part à cette fête toute scientifique, car la statue de Du Cange est la première que l’on ait élevée en France à un érudit n’ayant dû à la politique aucune partie de sa renommée »41.

Amiens — Monument Dufresne Ducange

Lorsque Hase est admis à la Société des Antiquaires de la Morinie, il rédige une lettre de remerciement actuellement mise en vente par la librairie Traces écrites42.

Le 18 mai 1850, C. B. Hase est élu membre étranger de l’Académie de Berlin.

En 1850, il fait partie d’une commission chargée de préparer des propositions destinées à régulariser les travaux de l’École française d’Athènes. La commission était présidée par Désiré Raoul-Rochette et comprenait C. B. Hase, Ph. Lebas, Lenormant et Guigniaut, rapporteur, avec l’assistance de Langlois, président, Guizot, vice-président et Walckenaer, secrétaire perpétuel de l’Académie43. En 1837, il est élu membre extérieur de l’Académie des sciences de Göttingen.

En raison de ses compétences en épigraphie grecque et latine, de 1842 à 1852, il est membre de la commission scientifique pour l’Algérie chargée de publier les inscriptions latines de ce pays. Il devient en outre président de la commission épigraphique créée en 1843 par le ministre Abel-François Villemain (1790-1870) pour la publication d’un corpus complet d’inscriptions latines44 qui comprend également : Letronne, Naudet, Burnouf père, Leprévost, Victor Le Clerc, Dureau de la Malle, Am. Thierry, Patin, Ch. Giraud, Mérimée, F. Dübner, D. Nisard, Danton, Rinn, Gibon, Géruzez, Hayet, Quicherat aîné, Egger45. Cette même année paraissent les Mélanges posthumes d’histoire et de littérature orientales d’Abel Rémusat, pour lesquels le ministère de l’instruction publique avait mis en place une commission chargée de publier les œuvres posthumes du savant, commission composée de C. B. Hase, Félix Lajard et Eugène Burnouf. 

Jusqu’au début du Second empire, Hase est rapporteur de toutes les découvertes archéologique et épigraphiques effectuées en Algérie et en Tunisie et responsable de leur publication. […] Hase apparaît donc jusqu’en 1850 comme l’épigraphiste français le plus compétent, dont l’autorité en matière d’inscriptions latines d’Afrique du Nord est unanimement reconnue.

Cette qualification d’épigraphiste lui fut contestée par le professeur d’épigraphie et d’antiquités romaines au Collège de France Ernest Desjardins (1823-1886), dans la notice bio-bibliographique qu’il rédigea de Bartolomeo Borghesi en 1860 :

Desjardins, E., « Notice historique et bibliographique sur M. le comte Bartolommeo Borghesi », Revue archéologique, 1860, n. série, 1e année, p. 319-324, ici p. 321.
Desjardins, E., « Notice historique et bibliographique sur M. le comte Bartolommeo Borghesi », Revue archéologique, 1860, n. série, 1e année, p. 319-324, ici p. 321. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9747784w/f343>.

Charles Lenormant aurait sans douté été marri de cette remarque, lui qui recommandait la lecture de C. B. Hase à ceux qui voulaient se lancer dans la discipline :

L’épigraphie est une science intermédiaire entre celle des langues et celle des antiquités. Tout philologue profond et sagace acquerra facilement l’expérience nécessaire pour bien interpréter les inscriptions : les travaux des Jacobs, des Welcker, des K. O. Müller, des Boissonade, des Hase, des Le Bas, et surtout des Boeckh et des Letronne, en sont la preuve. 

Lenormant, Charles, « Archéologie », Revue archéologique, 1844, 1e partie, 15 avril au 15 septembre, p. [1]-17, citation p. 14. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9739577d/f25.item>.

Au cours de l’année 1852, C. B. Hase tente de faire acquérir un manuscrit égyptien sur papyrus en écriture hiératique :

ce papyrus appartient actuellement à Mme Elisabeth d’Orbiney, de Londres, qui l’a acquis pendant le cours d’un voyage où elle a rassemblé de nombreux objets d’art et de curiosité. Il fut adressé dernièrement à la direction des
musées par la bienveillante entremise de M. Hase, mais le prix demandé dépassait les ressources actuelles de l’administration, et l’on ne put s’entendre pour l’acquisition.

Rougé, Emmanuel de (1811-1872), « Notice sur un manuscrit égyptien, en écriture hiératique, écrit sous le règne de Merienphthah, fils du grand Ramsès, vers le XVe siècle avant l’ère chrétienne », Revue archéologique, 1853, IXe année, 2e partie du 15 octobre 1852 au 15 mars 1853, p. 386. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9749324v/f15.item>.

Le 24 novembre 1852, pour avoir été le précepteur des enfants de la reine Hortense — pour leur apprendre l’allemand —, Napoléon III créé pour lui une chaire de professeur de grammaire comparée à la Faculté des lettres de l’Université de Paris46.

Fortoul, Hippolyte ; Bonaparte, Louis-Napoléon, « Nomination de M. Hase à la Faculté des lettres de Paris », Bulletin administratif de l'instruction publique, 1852, novembre, tome 3, n° 35, p. 380.
Fortoul, Hippolyte ; Bonaparte, Louis-Napoléon, « Nomination de M. Hase à la Faculté des lettres de Paris », Bulletin administratif de l’instruction publique, 1852, novembre, tome 3, n° 35, p. 380.

L’annonce de cette création est raillée dans la presse belge notamment dans un article qui traite des mesures mises en place par le sénatus-consulte du 7 novembre 1852 ayant rétabli l’Empire en faveur du Prince-président Louis-Napoléon Bonaparte et rappelle à quoi Hase doit sa nomination :

La mesure signée de M. Fortoul relative aux chaires de philosophie trouvait assez d’approbation dans la chambre ; mais il n’en était pas de même de la création de la chaire de grammaire comparée. M. Hase, conservateur des manuscrits grecs à la Bibliothèque nationale, professeur à l’école des langues orientales et à deux ou trois autres établissements, est un très-savant homme ; mais son éloquence ne ressemble à celle de Démosthènes qu’en ce fait que l’orateur de la Sorbonne semble avoir, comme le premier, des cailloux dans la bouche ! Seulement ils y restent toujours. M. Hase est un ancien professeur du prince-Président, qui se souvient toujours, comme on a pu le voir, des compagnons de son passé.

« Nouvelles de France », L’Indépendance belge, 29 novembre 1852, n° 334, p. [2].
« Nouvelles de France », L'Indépendance belge, 29 novembre 1852, n° 334, p. [2].
« Nouvelles de France », L’Indépendance belge, 29 novembre 1852, n° 334, p. [2].

Selon Auguste-Henry-Edouard de Queux de Saint-Hilaire, la création de cette chaire aurait permis que la grammaire grecque acquière un « droit de cité dans les lycées où jusque-là elle était inconnue »47.

Revue archéologique, 1852, 9e année, 15 octobre 1852 au 15 mars 1853, p. 585.
Revue archéologique, 1852, 9e année, 15 octobre 1852 au 15 mars 1853, p. 585. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9749324v/f215>.

Son enseignement à la Sorbonne fut suivi par Léon Gambetta si l’on en croit André Gill (1840-1885) :

A cette époque encore, Gambetta était un auditeur assidu — plus assidu sans doute que ne le furent MM. Brunet et de Cumont — à la Sorbonne et au Collège de France. M. Hase l’estimait fort, et souvent, au sortir du cours de langue et de littérature grecques, on pouvait voir le jeune avocat et le vénérable helléniste redescendre ensemble la rue des Ecoles en discutant quelque point douteux.

Gill, André (1840-1885), Gambetta, Paris : Sandoz et Thuillier, 1882, p. 21-22. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6457102w/f37>.

Cet adoubement impérial lui vaut d’être sollicité pour de nombreuses fonctions administratives. Ainsi, en juillet 1853, il est nommé membre des commissions chargées des examens de fin d’année et des examens d’admission à l’Ecole normale supérieure48. Le 20 août 1853, Hase est nommé président du Conseil de perfectionnement de l’École des chartes qui avait été installé en 1847, en remplacement de Pardessus, décédé49. Ce dernier y avait été nommé président le 7 janvier 1847 alors que le Conseil comprenait Letronne, directeur de l’École, Naudet, Raoul-Rochette, Hase, Champollion-Figeac et Walckenaer50. Au décès de Hase, la présidence du conseil de perfectionnement de l’École des chartes échoit à Natalis de Wailly51. En septembre 1853, quand une commission de perfectionnement et de surveillance est créée pour les études littéraires des lycées de Paris, C. B. Hase est nommé membre de la commission pour la section de la « littérature grecque »52. Cependant à partir de la fin des années 50 du XIXe siècle, C. B. Hase « fait figure de patriarche, respecté pour ses liens avec l’empereur, mais tenu en marge des progrès décisifs accomplis par les sciences de l’Antiquité en particulier l’archéologie et l’épipgraphie grecque et latin, dont C. B. Hase avait jusqu’en 1850 été considéré comme le plus grand spécialiste français53 ».

Ayant réussi à s’intégrer en France dans les cercles scientifiques, C. B. Hase fut le parangon des allemands installés à Paris, au point qu’il attira tous les jeunes allemands tentant l’émigration vers Paris venant lui demander conseil. Il fait connaître notamment Theodor Mommsen en France54. Le journaliste et bibliothécaire Jean-Jacques Weiss55, dans une charge où il pointe son cynisme, écrit — sous son pseudonyme de « Pierre et Jean » que C. B. Hase, qu’il affirme avoir côtoyé vers 1850, :

était devenu la légende pantagruélique de tout ce que l’Allemagne possédait alors d’épigraphistes, de romanistes, de latinistes, d’hellénistes et de celticistes, négligés de leur pays et affamés. 

Weiss, Jean-Jacques (1827-1891), « M. Hase. — La maladie de Paris », dans : Notes et impressions, choix de lettres, Paris : Calmann Lévy, 1902, p. 128.

Il accueille « au Département des manuscrits dont il a la responsabilité, les nombreux compatriotes qui lui sont recommandés et à qui il accorde toutes les facilités de travail — y compris le prêt de manuscrits. » Ève Gran-Aymerich ajoute que C. B. Hase :

joue de facto le rôle de médiateur entre sa culture d’origine et celle de son pays d’adoption, tirant du prestige de sa formation allemande le plus grand parti possible pour accéder en France à de nombreuses fonctions importantes, où il applique au bénéfice de la science française toutes les compétences acquises en Allemagne.

Gran-Aymerich, Ève, « Karl Benedikt Hase (1780-1864) et Désiré Raoul-Rochette (1789-1854). D’après leur correspondance : deux médiateurs culturels entre France et Allemagne à la Bibliothèque nationale (1801-1864) », dans : Bonnet, Corinne ; Krings, Véronique (éd.), S’écrire et écrire sur l’Antiquité : l’apport des correspondances à l’histoire des travaux scientifiques, Grenoble : J. Millon, 2008, p. 84 et 89 pour la précédente citation.

Séducteur paternaliste

Dans sa jeunesse parisienne le fringant républicain philhellène est attiré par la gente féminine. Quand le libraire Fuchs lui offre un emploi, il avoue : « je ne puis nier que les 400 francs [de salaire annuel], et surtout les jeunes filles, ne m’attirassent dans un moment où j’avais tout au plus 50 centimes devant moi. » Dès son arrivée à Paris en 1801, Hase fréquente le Palais-Royal : « les filles, qui remplissaient alors le Palais-Royal et l’obsédaient de sollicitations, le croyaient un insulaire [c’est-à-dire un Anglais] à la bourse généreuse. » nous dit Camille Pitollet56.

Sur le plan personnel, ce célibataire narre sa vie dans un journal intime rédigé en grec. « Le journal de Hase, dont il ne subsiste à la Bibliothèque nationale que des extraits copiés par un de ses élèves, nous montre un homme partagé entre de nombreuses aventures féminines qu’il relate avec force détails et le plus souvent en grec – il ne faut pas oublier que le quartier de la Bibliothèque nationale et particulièrement le Palais-Royal est alors un haut-lieu de la prostitution – et son activité de conservateur et professeur de grec témoin privilégié et parfois protagoniste et victime des conflits qui opposent ses collègues de la Bibliothèque ou de l’Académie »57. Camille Pitollet souligne que C. B. Hase « eut très tard dans sa vie des bonnes fortunes avec des femmes de qualité et fit scandale en 1856 à Weimar, où ce célibataire était venu en compagnie d’une Parisienne, laissant croire que la « wilde Ehe » était courante chez les savants français. » Jean-Jacques Weiss écrit que Hase était « recherché des dames et leur amoureux timide »58.

Son célibat et sa franchise à présenter ses compagnes comme des concubines fut relevé dans la presse, par exemple en 1855 dans la Revue anecdotique des lettres et des arts :

[Du 8 Septembre.] = Les savants ont quelquefois des brutalités de langage, si l’on peut s’exprimer, qui choquent souvent quand on n’y est pas habitué. Cela vient sans doute de ce que trop occupés par leurs études et leurs travaux, ils ménagent le temps et appellent les choses par leur nom pour abréger et se faire comprendre, au lieu de gazer et d’employer des circonlocutions qui, en adoucissant leur langage, le mettraient plus à la portée du vulgaire, quelquefois un peu trop puritain. Et puis, le latin dans les mots brave l’honnêteté, et ils croient toujours parler latin ou grec, comme advint certain jour à M. H.***, célèbre helléniste et homme très-savant en bien des matières.
Voici comme la chose arriva,
Un jeune allemand avait un jour à rendre visite à M. H***. Il sonne à sa porte ; une dame encore verte vient lui ouvrir.
— M. H***, s’il vous plaît ?
— Il est sorti.
— Je le regrette bien vivement, veuillez lui remettre ma carte. »
Le lendemain l’Allemand rencontre le savant dans la rue.
« Je suis allé vous voir, mais je n’ai pas eu l’honneur de vous rencontrer.
— Je le sais, monsieur, on me l’a dit.
— Ah ! oui, j’ai eu l’honneur de remettre ma carte à Mme H***.
— Ce n’est pas ma femme, monsieur, c’est ma concubine. »
Et sur ce gros mot, M. H*** continua la conversation sans sourciller, en parlant d’un ouvrage nouveau.
Le jeune Allemand eut besoin de cinq minutes pour reprendre ses esprits et se remettre à la conversation.

« Du 8 septembre [1855] », Revue anecdotique des lettres et des arts, 1855, p. 255-257.

Certains biographes de C. B. Hase insistent sur sa « bienveillance paternelle qu’il manifestait pour la jeunesse, et surtout pour la jeunesse studieuse »59. Michel Bréal souligne que K. B. Hase était justement « fort recherché de la jeunesse pour son extrême indulgence » par ceux qui passaient leurs examens du baccalauréat à la Sorbonne. « Il avait l’habitude de scander les réponses du candidat d’un très bien ! » tout en indiquant que « sous des dehors paternels, il cachait un caractère sceptique et égoïste »60. J.-D. Guigniaut souligne aussi « l’autorité de son savoir unie à la douceur de son commerce et à sa bienveillance naturelle »61. A contrario, le journaliste Jean-Jacques Brousson estime que C. B. Hase était un cuistre qui se réjouissait « à tendre des trébuchets aux oisillons », l’oisillon en question étant Anatole France soumis à la question par le philologue allemand :

Brousson, Jean-Jacques (1878-1858), « Chronique de Paris », Gil Blas, 18 juillet 1913, n° 13297, p. [1].

De tous temps, les cuistres ont été badins. De tous temps, ils se sont réjouis à tendre des trébuchets aux oisillons.
Notre maître Anatole France aime à conter comment le vieux père Hase,
helléniste de haut vol, le recala au baccalauréat.
Ce philologue illustre l’interrogea sur la géographie, comme il est d’usage. S’il avait été géographe, il l’eût questionné sur la philologie.
— Mon enfant, lui dit-il, vous m’avez été très recommandé. Eh bien ! voyons : ne vous troublez pas. Répondéz [sic] sans vous presser. La Seine se jette dans la Manche, n’est-ce pas ?
— Oui, monsieur.
— Très bien ! Très bien ! La Loire se jette dans l’Océan Atlantique, n’est-
ce pas ?
— Oui, monsieur, fait l’adolescent avec une confiance grandissante.
Parfait ! Parfait ! La Gironde se jette aussi dans l’Océan Atlantique, n’est-ce pas ?
— Oui, monsieur, et cet aquiescement est accompagné d’un sourire de
béatitude.
— A merveille ! Et le Rhône se jette, dans le lac Michigan, n’est-ce pas ?
— Oui, monsieur, répond d’enthousiasme le candidat, fasciné par la bienveillance papelarde de son bourreau.
— Ah ! vraiment ? Le Rhône se jette dans le lac Michigan ? Vous êtes un
âne, mon enfant, un âne bâté, asinus… Je vous donne un zéro, un zéro pointé.
Allez !
A votre avis, lequel des deux avait les plus longues, oreilles, du vieux père
Hase ou du jeune Thibaut, qui, depuis, est devenu Anatole France ?

Brousson, Jean-Jacques (1878-1858), « Chronique de Paris », Gil Blas, 18 juillet 1913, n° 13297, p. [1]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7530632g/f1.item>.

Dans son récit du périple pédestre de Hase d’Allemagne vers Paris en 1801, Camille Pitollet narre la rencontre du jeune philologue avec la famille La Roux de Châlons-sur-Marne et en particulier la jeune Victoire La Roux de sept ans d’âge. C. Pitollet affirme que dès l’âge de 21 ans, le fringant aventurier était « déjà passé maître, dès cette époque lointaine, dans l’art de « baiser » jeunes filles et jeunes femmes. » A titre d’exemple, il relate une badinerie qu’il qualifie de « délicieuse » mais qui relève sinon de la pédophilie du moins de l’agression sexuelle réalisée par contrainte et surprise par Hase sur la personne de Victoire La Roux qu’il fait aussi passer pour une trop entreprenante jeune fille, une gourgandine concupiscente, alléguant qu’il fut lui-même victime d’une agression :

La fille aînée de Madame La Roux n’avait que 7 ans. A un moment, la mère avait dit à celle-ci, nommée Victoire : « A présent — c’est Hase qui cite —, il me faut mettre au lit ma petite fille. Allez, Victoire, menez Monsieur dans la chambre et entretenez-le ! » Notre Hase, seul avec cette enfant qu’il ne comprenait pas et qui ne le comprenait pas davantage, était fort embarassé [sic], quand la petite trouva la solution de l’imbroglio en se mettant tout bonnement à jouer au volant. Pour l’amuser un peu, cet Allemand imagine alors de lui prendre sa balle et de lui intimer que celle-ci ne lui serait rendue qu’avec un baiser. Là dessus, la petite espiègle de lui répliquer — et, ici encore, il a eu soin de transcrire les phrases en français, dans sa lettre écrite à la suite de cette délicieuse scène, qui eut lieu le 14 octobre 1801 : « Ah, doucement, Monsieur ! Ce n’est pas comme cela, en France, que les jeunes filles baisent les garçons ! »62 Hase, qui semblerait être déjà passé maître, dès cette époque lointaine, dans l’art de « baiser » jeunes filles et jeunes femmes, s’y prit aussitôt de la seule manière correcte : il déroba par la violence leur tendre fruit à ces lèvres précoces. « Fort bien, fort bien, Monsieur l’étranger ; prenez garde à Vous, je me vengerai ! » Et la vengeance promise eut lieu. Hase avait laissé sur la table son portefeuille. Voulant écrire à son ami Erdmann, il quitta un instant la pièce pour passer au cabaret, ou était restée sa gibecière, contenant son encrier. Lorsqu’il revint, une effroyable odeur de roussi emplissait la chambre. Et Victoire l’accueillit par ces cris triomphants : « Je l’ai brûlé, votre portefeuille, je l’ai brûlé ! » Elle l’avait tenu sur la lampe et en avait détruit, de cette façon, tout un coin ! Pas une plume n’avait échappé à ce baptême de feu ! Mais la fine mouche, qui avait parfaitement conscience du mal commis, en vraie petite femme qu’elle était déjà, s’était approchée de Hase et câline : « Faisons la paix, à présent, mon ami ! » — insinuait-elle — « Je suis la vôtre (sic) » ! Cette fois, c’était elle qui scellait d’un baiser libéralement offert cette trop facile réconciliation. Puis, quand la mère revenait et demandait : « As-tu été bien sage ? », elle répondait, sans le moins du monde perdre contenance : « Il faut bien que j’aie été bien sage, car je me suis beaucoup ennuyée avec Monsieur et son ours » — l’ours, c’était la gibecière à la peau velue ! La mère insistant : « Et qu’avez-vous fait ensemble ? », elle entendait cette naturelle réplique, que « Monsieur m’a raconté de son pays » ! Hase, stupéfait, déclare sagement qu’il s’abstiendra de toute réflexion sur cette conduite d’une enfant de 7 ans.

Pitollet, Camille, « Le père Hase. Histoire de la venue en France de celui qui refusa Anatole France au baccalauréat », La Renaissance d’Occident, 1922, juillet, 3e année, tome VI, n° 7, p. 276-277.

Avant cet événement survenu à Châlons, K. B. Hase avait aussi relaté sa rencontre avec le maire républicain de Font d’Oye et « la petite fille du maire, une enfant délicieuse de 14 ans, appelée Madeleine ». Ayant répondu par l’affirmative quand K. B. Hase lui a demandé si elle serait prête à « poignarder le Consul » à la façon de Charlotte Corday si d’aventure ce dernier devait vouloir « s’élever au-dessus de son gouvernement », il déclare : « je ne pus m’empêcher — car elle était assise à côté de moi — d’embrasser la petite Romaine pour une aussi digne réponse. » Quand Jean-Jacques Weiss cite le Voyage de Paris de Hase, il résume ces épisodes indiquant que l’ouvrage comprend « deux ou trois aventures d’une heure »63.

Philhellène

Avec son collègue Désiré Raoul-Rochette, conservateur au Cabinet des Médailles de la Bibliothèque, C. B. Hase met en place un réseau international d’échanges scientifiques. Il entretient une importante correspondance avec de nombreuses personnalités internationales, dont Alexander et Wilhelm von Humboldt, le jeune Theodor Mommsen et l’archéologue Désiré Raoul-Rochette64. Tout comme collègue Raoul-Rochette, tous deux « ont inscrit l’échange de correspondance au cœur de leur pratique scientifique, assurant la circulation des idées avant qu’elles ne trouvent leur expression « définitive » dans les articles et ouvrages publiés, eux-mêmes soumis à la critique des pairs, qui s’expriment aussi bien par lettres que par comptes rendus dans les périodiques spécialisés, parfois d’ailleurs présentés sous forme de… lettres fictives et publiques »65.

Ses différentes fonctions font de lui « un homme incontournable pour tout ce qui concerne les études grecques à Paris66 ». « Il fut le véritable trait-d’union entre la France et l’Europe érudite, ou tout au moins entre la Bibliothèque et les savants du monde entier.67 ». J.-.D. Guigniaut confirme que ses travaux « avaient répandu son nom dans toute l’Europe savante » au point que « les philologues de tous les pays trouvaient près de lui un accueil dont son exquise politesse ne faisait pas tous les frais68.

L’aura de ses publications lui valent d’être l’objet de lettres que des chercheurs lui adressent directement ou par voie de presse pour faire état de découvertes d’inscriptions ou d’interprétations, comme par exemple Jacob Geel (1789-1862) avec sa Lettre à M. Hase, sur le discours de Dion Chrysostome, intitulé Éloge de la chevelure69 qui ne tarit pas d’éloges envers Hase :

Une riche et belle collection de matériaux ne suffit pas pour l’honneur d’un pays ni pour l’utilité que les sciences et les lettres doivent en retirer ; vous montrez, Monsieur, par votre exemple, qu’elle ne remplit entièrement sa destination que lorsqu’elle est administrée par un homme de talent, d’un zèle infatigable, et dont l’obligeance puisse soutenir l’épreuve même des demandes indiscrètes. Après cet éloge bien mérité de vos vertus, auquel la discrétion et la crainte de blesser votre modestie m’empêchent de rien ajouter, j’espère que je ne dépasserai pas les bornes de la bienséance, en vous assurant que votre exemple m’a fait connaître toute l’étendue de mes propres devoirs. Il vous sera sans doute agréable d’apprendre qu’il n’a pas été perdu, et qu’on tâche du moins de l’imiter.

Geel, Jacob (1789-1862), Lettre à M. Hase, sur le discours de Dion Chrysostome, intitulé Éloge de la chevelure, Leyde : H. W. Hazenberg et comp., 1839, p. [1]-2.

Quand, en 1855, paraît le premier volume du catalogue méthodique de la Bibliothèque impériale voulu par Jules Taschereau, l’Administrateur de la Bibliothèque impériale, ce dernier se livre à état du catalogage dans les différents départements de la bibliothèque, mentionnant le travail de C. B. Hase sur les manuscrits grecs70. Il indique :

Dans le fonds ancien, le catalogue des manuscrits grecs, publié en 1740 en un volume in-folio, répond à tous les besoins. Dans le fonds nouveau, l’opération d’extraction des manuscrits grecs des diverses collections avec lesquelles, ils étaient entrés est faite et à jour, et leurs notices, rédigées sur le plan des notices du catalogue grec imprimé, forment à ce travail un excellent supplément manuscrit. Personne n’en doutera, dans l’Europe savante quand j’aurai rappelé que M. Hase est à la tête de cette section, quand j’aurai ajouté qu’un grand nombre de ces bulletins ont été faits par lui-même. Sans doute, plus tard une fusion devra être opérée entre l’ancien et le nouveau fonds, et le Catalogue de cet ensemble devra être imprimé dans la collection et le format des nouveaux Catalogues ; mais là du moins rien ne presse et les crédits ne devront être appliqués qu’en dernier lieu à cette refonte et à cette réimpression.

Taschereau, Jules, « Présentation à l’Empereur du 1er volume du Catalogue de la Bibliothèque impériale, et rapport sur l’ensemble du travail », Bulletin administratif de l’instruction publique, 1855, janvier, tome 6, n° 61, p. 18.

Son influence dans les études grecques peut se mesurer aux ouvrages qui lui sont dédiés parmi lesquels on peut citer le Dictionnaire grec moderne français de Félix Désiré Dehèque (1794-1870), la Grammaire françoise de Charles-Constant Le Tellier (1768-1846) ou l’édition de Georges le Syncelle (07..-081.) et Nicéphore Ier par les frères Dindorf en 1829. John Anthony Cramer (1793-1848) lui dédie aussi ses volumes d’Anecdota græca e codd. manuscritis bibliothecæ regiæ Parisiensis parus en 183971 et qui , dans le texte, le traite de « l’homme le plus savant » (scribenti adsunt doctissimi Viri C. Bened. Hase, p. 16).

Anecdota græca e codd. manuscritis bibliothecæ regiæ Parisiensis, Oxoniae : ex typographeo academico, 1839.

Au-delà de son expertise relative aux manuscrits grecs et au monde byzantin, C. B. Hase est également sollicité par des chercheurs d’autres aires géographiques, comme par exemple le cartographe Alexandre Émile Lapie qui lui demande de revoir les noms anciens de sa Carte comparée des Régences d’Alger et de Tunis72 ou encore de sa Carte de l’Egypte historique, physique et politique qu’il édite en 1856 chez Ch. Piquet73.

En 1858, C. B. Hase fait partie de la Commission des Antiquités de la France créée à l’Académie des inscriptions et belles-lettres pour décerner un prix à un mémoire adressé au Concours des Antiquités de la France74.

Cette même année 1858, le jubilé de l’Université d’Iéna, fondée en 1558, célébré du 15 au 17 août75, donne l’occasion à C. B. Hase de retourner dans sa patrie natale, puisqu’il est l’invité d’honneur de l’université pour son tricentenaire, ce qui témoigne de son rayonnement international : il y représente l’Institut de France et l’université. C. B. Hase fait par ailleurs partie des Akademien der Wissenschaften de Göttingen et de Berlin-Brandebourg, ainsi que de l’Académie russe des sciences de Saint-Pétersbourg.

Gravure : Zum 300 jährigen Jubiläum der Universität Jena am 15.16.17. August 1858
Gravure : Zum 300 jährigen Jubiläum der Universität Jena am 15.16.17. August 1858

Devenu français, C. B. Hase n’en reste pas moins reconnu et salué dans son pays natal dans lequel il retourne à plusieurs reprises, par exemple en août 1852 à Bonn et Heidelberg, en 1856 à Weimar ou en 1860 pour visiter les champs de bataille de Magenta et de Solférino. En 1862, il se voit remettre l’Ordre du Faucon blanc (Hausorden vom Weißen Falken)76 par le Grand-Duc Carl Alexander de Saxe-Weimar-Eisenach (1818-1901).

Érudit

En finissant sa notice nécrologique consacrée à C. B. Hase, Charles Berthoud insiste sur « sa finesse, la tournure satirique de son esprit et sa prodigieuse mémoire »77. D’autres saluent l’érudition du savant comme Michel Bréal : « Toute l’antiquité lui était familière : auteurs, monumens, histoire, géographie, grammaire, il savait tout »78. J.-D. Guigniaut qui l’a connu salue : « une lecture insatiable, une merveilleuse mémoire, l’incessante activité, ou de son esprit, ou de son labeur79. » « Les délassements mêmes de ses nombreux travaux, il les faisait tourner au profit de la science.80 » Le même auteur évoque « sa riche mémoire et son opulente érudition. »

Cependant cette « mémoire prodigieuse » put également faire l’objet de raillerie de la part de la presse, comme en témoigne la Revue anecdotique des lettres et des arts, à la date du 30 septembre 1855 :

Personnalité

Salomon Reinach (1852-1932), qui avait douze ans lors du décès de Hase, dans la notice nécrologique qu’il consacra au linguiste Michel Bréal, dresse un portrait peu flatteur de C. B. Hase81. Il indique que Hase était prodigue en compliments et fournit, dans son journal, le jugement porté par Hase le soir même de la soutenance :

18 mars 1863. Έξέτασις τού δοχτορίζοντος Bréal. Παρῆσαν Leclerc, Wallon, Egger, Patin, Himly. Καἰ ἒϐηξα, φεῦ, άνὰ χράτος. Ὀ Egger σχεδὸν άνυποφόρητος. Παρῆσαν δἐ ὡς θεαταίRenan, Stanislas Jullien, Adolphe Régnier. Έλίμωξα δἐ σφοδρῶς μεταξν τῶν έξετάσεων
[18 mars 1863. Examens doctoraux Bréal. Sont arrivés Leclerc, Wallon, Egger, Patin, Himly. Et je suis venu, laissez-moi, si je suis pauvre. Le Egger presque insupportable. Renan, Stanislas Jullien, Adolphe Régnier n’étaient que spectateurs. J’ai bossé dur entre les examens].

Reinach, Salomon, « Michel Bréal », Revue archéologique, 1916, 5e série, t.  3, p. 142.
Reinach, Salomon, « Michel Bréal », Revue archéologique, 1916, 5e série, t. 3, p. 142.

Cependant, alors que Michel Bréal traite le savant allemand de « bon M. Hase » — même s’il ajoute qu’il adoptait un « air naïf qui répondait si bien à l’idée que l’on se faisait des bons Allemands ! » —, Salomon Reinach écrit que « ce “bon M. Hase” était un vilain bonhomme, cynique, égoïste, bas adulateur »82. Si Salomon Reinach n’a pas connu C. B. Hase, il tira sans doute son jugement de sa lecture de son journal dont il fit une copie83. Félix Bourquelot semble abonder dans le sens de M. Bréal quand il écrit que lors des examens et des jurys de thèse « M. Hase penchait toujours pour la parti de la douceur et de l’indulgence ; ils savait animer les étudiants par des mots d’encouragement qu’il assaisonnait d’un sourire »84. Salomon Reinach, pourtant sévère à l’encontre de C. B. Hase, admet qu’il était « prodigue de compliments ». Dans le compte rendu que S. Reinach écrivit sur l’article que M. Bréal consacrait à la jeunesse de K. B. Hase, il qualifiait ce dernier « très mauvais homme dont on écrira quelque jour une savoureuse biographie, quand le document essentiel —
le texte grec original de ses Mémoires — aura été retrouvé »85.

Quelques traits de son caractère rejaillissent au détour de biographies. Vapereau, dans son Dictionnaire universel des contemporains, écrit de C. B. Hase qu’il était : « Bon et modeste autant que savant, il est connu par sa facilité à laisser passer en d’autres mains, les trésors de son érudition. » Camille Pitollet, reprenant le récit de l’examen du baccalauréat d’un Anatole France interrogé par K. B. Hase, évoque une « bonhomie toute germanique »86. Jean-Jacques Weiss souligne l’indulgence de hase envers les étudiants passant leurs épreuves disant que Hase était : « le moins disputeur des juges pour le doctorat ès lettres et le plus facile à satisfaire des examinateurs pour le baccalauréat »87.

D’autres auteurs donnent des indices de la personnalité du savant. Ainsi, Félix Bourquelot indique que pour C. B. Hase « l’accomplissement du devoir était à la fois une loi et un plaisir » ce qui expliquerait ses engagements divers et variés qu’il remplissait « avec un zèle empressé »88 selon le même qui indique aussi qu’ « il aimait toujours à obliger et à rendre service ». Le même auteur souligne son acharnement aux études : « la carrière de M. Hase a été toute remplie par le travail : Vita sine littera mors est, telle était sa réponse ». Dans la notice nécrologique qu’il consacre à K. B. Hase, Joseph Daniel Guigniaut décrit un « esprit libre par la science, timide seulement par le caractère89. » Concernant les divers engagements de C. B. Hase, il estime qu’ils « commencèrent à se disputer sa vie et trop souvent la dispersèrent. »

L’ardeur au travail de C. B. Hase est également soulignée par le bibliothécaire Lorédan Larchey (1831-1902) qui publia des scènes de genre dans sa Petite revue, où il campe C. B. Hase torse-nu dans sa chambre de la rue Colbert :

ce grand helléniste était travailleur obstiné. Une fois dans la solitude de son cabinet, toujours chauffé à la température de trente degrés, il mettait bas jusqu’à sa chemise et s’asseyait à son bureau, couvert d’une simple robe de chambre. Plus d’une fois, les voisins ont été surpris de voir sa lampe brûler encore à deux heures du matin.

« M. Hase », La Petite revue, 1864, samedi 2 avril, p. 113. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5734923v/f117>

Dans ses Souvenirs de sa jeunesse, l’historien, marquis et chevalier de la Légion d’honneur, René de Belleval (1837-1900) dresse un savoureux portrait de C. B. Hase assis à son poste en salle de lecture des manuscrits de la Bibliothèque impériale : « c’était le type le plus singulier et le plus grotesque que l’on put imaginer. » Plus loin le catholique royaliste s’émeut des mœurs du bibliothécaire dont : « quelques aventures l’avaient rendu célèbre. Ne croyant ni à Dieu ni au diable, il menait une existence fort décousue qui, à peine pardonnable chez un jeune homme, était absolument scandaleuse chez un vieillard dont la réputation dans le monde scientifique était européenne. Rien n’égalait le cynisme avec lequel il l’affichait.90 »

René de Belleval n’est pas le seul lecteur qui ait portraituré C. B. Hase à son poste de travail au département des Manuscrits de la Bibliothèque. Le bibliothécaire Lorédan Larchey le décrit en train de priser du tabac en salle de lecture :

On aimait à le voir, dès son entrée en séances, répandre sur une ardoise ou sur une feuille de papier la pitance de tabac réservée à l’honneur de bourrer ses narines.

« M. Hase », La Petite revue, 1864, samedi 2 avril, p. 111. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5734923v/f117>.

Personnage littéraire

Preuve de sa réussite dans les milieux académiques français, C. B. Hase devint également un personnage littéraire. Ainsi, le romancier Charles Deulin (1827-1877) le met en scène avec Émile Egger (1813-1885), dans son feuilleton Les Richepanse, raillant sa connaissance du grec :

Deulin, Charles, « Les Richepanse », Le XIXe siècle, samedi 1er décembre 1877, n° 2178, p. [2]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7556643p/f2.item>.

C. B. Hase est aussi moqué par la poésie :

[…] Dans un langage d’immortel
Tel
Que son succès sans cesse écrase
Hase,
Egger et Patin; seul, Saisset
Sait
Faire passer comme un vain leurre
L’heure. […]

N. G. V., « La Sorbonne en vacances », La Joute, 15 juillet 1872, n° 6, p. 210-213, cité p. 211. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63832260/f10.item>.

Puisqu’il est question d’ironie et de moquerie à l’encontre de C. B. Hase, on peut indiquer que certains auteurs raillèrent son français. Si à la fin de l’année 1801, C. B. Hase, à peine débarqué d’Allemagne à Paris écrit : « je ne puis encore dire dix mots de français sans faute »91, il semble qu’il ait longtemps gardé un accent si l’on en croit Anatole France quand il narre son oral du baccalauréat passé avec C. B. Hase et commence par écrire qu’il commence sa question par : « Mon bédit ami »92. Selon J.-D. Guigniaut, sa parole « était pesante et quelquefois laborieuse, même en allemand, mais toujours claire, correcte et sévèrement française. » De fait, il était « plus à l’aise ici [dans le Journal des savants] que pour la langue parlée » au point que « à certains égards, M. Hase ne se révèle tout entier que dans ses articles »93.

Son élocution fit aussi l’objet de railleries de la part de la presse. Ainsi Jean-Jacques Weiss écrivait qu’ « il scandait ce qu’il parlait et quand il parlait, sa langue pendait hors de sa bouche, arrêtant chaque son articulé au passage et le forçant à faire une halte d’une demi-seconde avant l’émission définitive »94. Ce qui pourrait relever de la caricature est confirmé par Lorédan Larchey :

Les habitués de la Bibliothèque impériale n’oublieront jamais son imposante rotondité, sa large face armée d’une solide paire de lunettes qui dissimulait deux petits yeux malins, et surtout les pauses majestueuses qu’il faisait en prononçant à la tudesque le plus simple mot, car M. Hase était né à Weimar, et on s’en rappelait toujours en l’entendant parler.

« M. Hase », La Petite revue, 1864, samedi 2 avril, p. 111-113. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5734923v/f117>.

Lorédan Larchey va jusqu’à tenter de rendre à l’écrit ces arrêts dans l’élocution et ces « haltes d’une demi-seconde » tout en indiquant que « l’impression ne peut malheureusement pas rendre les points d’orgue, les soupirs, la musique étonnante qui accompagnait ces simples phrases »95.

Dernières années

En 1862, C. B. Hase fait partie de la commission établie au sein de l’Académie des inscriptions et belles-lettres pour se prononcer sur ce que la presse spécialisée qualifiait « de l’affaire du musée Napoléon III »96 soit la dispersion dans les musées français de la collection Campana présentée dans un éphémère musée inauguré le 1er mai 1862 et clos le 1er novembre de la même année. Une commission fut créée au sein de l’Académie pour donner son avis sur la commission spéciale créée par l’Empereur et chargée de répartir les objets du musée Campana dans des musées existants, à Paris ou en province97.

Le 18 mars 1863, C. B. Hase est nommé vice-président du Comité consultatif de la Bibliothèque impériale, soit l’instance collégiale qui dirige l’établissement. Le même jour, il fait partie du jury de thèse de Michel Bréal.

La veille de son décès, C. B. Hase était encore occupé à corriger des feuillets de sa grande œuvre, le Thesaurus Graecae Lingua98, avant qu’une hémorragie cérébrale — ou une crise cardiaque — le foudroie. Avec les frères Ludwig August et Wilhelm Dindorf, K. B. Hase prit en effet part à la nouvelle édition du Thesaurus Graecae Lingua de Henri Estienne, en fournissant de riches contributions sur les Pères de l’Eglise, les médecins, les scholiastes, les Byzantins, les inscriptions et les papyrus, etc.

Il décéda à dix heures du matin le 21 mars 1864, dans son logement de fonction à la Bibliothèque royale puisque qu’à l’époque, cette dernière logeait ses conservateurs dans les emprises de la bibliothèque.

Annonce du décès de M. Carl-Benedict Hase, membre de l'Académie, Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1864, 8ᵉ année, p. 113.
Annonce du décès de M. Carl-Benedict Hase, membre de l’Académie, Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1864, 8ᵉ année, p. 113. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1864_num_8_1_66828>.

Intervenu en fonction, son décès laisse vacantes les chaires qu’il occupait : la chaire de grammaire comparée, à la Sorbonne, et celle de grec moderne et de paléographie grecque, à l’École des langues orientales vivantes. Dès le mois de juin 1864, Victor Duruy, ministre de l’Instruction publique, modifie cette dernière99 et transfère la première au Collège de France100. La chaire de grec moderne et de paléographie grecque ne s’occupe plus que du grec moderne, délaissant la paléographie, et elle est attribuée à Wladimir Brunet de Presle (1809-1875)101, arrivé premier dans le classement des candidats pressentis, le second étant François Lenormant. Après le décès de ce dernier, elle fut attribuée en 1876 à l’élève de C. B. Hase, Emmanuel Miller (1812-1886) qui avait été attaché à la Bibliothèque nationale pendant dix sept ans (1833-1850) avant de devenir bibliothécaire de l’Assemblée nationale102.

A son décès, le 13 mai 1864, le fauteuil de C. B. Hase à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres est attribué à Louis-Marie Quicherat (1799-1884)103.

Bibliophile

Le devenir de la bibliothèque de C. B. Hase après son décès est évoqué par La Correspondance littéraire de Ludovic Lalanne :

Il est probable que la riche bibliothèque de M. Hase et les nombreux cartons que remplissent ses travaux inachevés vont passer le Rhin, à l’exception toutefois de ses collections relatives au Thesaurus linguœ grecœ qui resteront en France.
M. Hase a ordonné par son testament que sa correspondance, qui est fort volumineuse et parfaitement classée, fût déposée dans la bibliothèque du gymnase de Weimar, où, enfant, il avait commencé ses études. Le gouvernement grand-ducal a chargé un familier et collaborateur du défunt, M. Dübner, de dresser le catalogue de ce trésor littéraire, afin qu’on pût fixer le chiffre d’une rente que recevra sa famille.
M. Dubner s’occupe très-assidûment de cet inventaire, et nous espérons que son travail lui permettra de faire au public quelque communication intéressante. N’oublions pas de dire qu’entre autres singularités M. Hase avait dès sa
jeunesse tenu un journal de sa vie, journal qu’il écrivait en grec et qui s’arrête la veille ou l’avant-veille de sa mort.

« Chronique », La Correspondance littéraire, 25 avril 1864, n° 6, p. 162. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9642989v/f184.item>.

Quelques mois après son décès, une partie de sa bibliothèque est mise en vente104.

Lors de la séance publique annuelle du vendredi 2 août 1867 de l’Académie des Inscriptions et belles-lettres, l’helléniste Joseph-Daniel Guigniaut (1794-1876), alors secrétaire perpétuel de l’Académie, donne lecture de sa Notice historique sur la vie et les travaux de M. Charles-Benoît Hase105.

Onze ans après son décès, d’autres parties de sa bibliothèque sont mises en vente par le ministère de Maître Victorien Louis Jean Baptiste Delbergue-Cormont (1816-1888)106. Un premier catalogue de vente recense 783 numéros dispersés en quatre vacations, du 24 au 27 mars 1875 parmi lesquels se trouvent des outils de travail de C. B. Hase comme l’Indicateur du “Mercure de France”, 1672-1789, de la littérature, mais aussi quelques manuscrits et un incunable ou la Maison rustique. On y trouve aussi des armoriaux en lien avec une autre des spécialités de C. B. Hase, l’héraldique comme le confirme Victor Langlois quand il rend compte de la parution du Dictionnaire d’héraldique de Ch. Grandmaison :

Ce livre publié sous les auspices d’un illustre savant, M. Hase, a été conçu dans le but d’abréger le travail et de faciliter les recherches des archéologues qui rencontrent chaque jour, dans toutes les branches de la science, des armoiries sans nombre.

Langlois, Victor, « Dictionnaire héraldique, par M. Ch. Grandmaison, suivi de l’ Abrégé chronologique des édits de noblesse, par Cherin. Montrouge, Migne, édit. 1852, gr. in- 8° à 2 col.», Revue archéologique, 1852, 9e année, 1e partie, du 15 avril au 15 septembre, p. 64. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9748557m/f78.item>.

Quatre jours après, une nouvelle vente a lieu où 148 numéros d’ouvrages de théologie, belles-lettres (littérature, théâtre, poésie), histoire et divers ouvrages comme les Emblemata d’Alciat ou le Traicté des manières de graver en taille-douce d’Abraham Bosse sont dispersés107.

Après les quelques notices biographiques parues dans des dictionnaires de contemporains, des ouvrages biographes relatifs à C. B. Hase paraissent plusieurs années après son décès, notamment en 1881 dans la Deutsche Rundschau, quand Otto Heine édite le récit de la venue à pied de K. B. Hase à Paris à partir de sa correspondance. Après la parution dans la revue, O. Heine édite la correspondance en volume en 1894 sous le titre de Briefe von der Wanderung und aus Paris von Carl Benedict Hase. Depuis, si des études ont paru sur l’influence de K. B. Hase, le savant ne dispose pas de biographie qui lui soit consacrée.

Sources

  • « Hase (Charles-Bénédict) », dans : Arnault, Antoine Vincent ; Bazot, Étienne-François ; Jay, Antoine ; Jouy, Étienne de ; Norvins, Jacques Marquet de Montbreton, Biographie nouvelle des contemporains ou Dictionnaire historique et raisonné de tous les hommes qui, depuis la Révolution française, ont acquis de la célébrité par leurs actions, leurs écrits, leurs erreurs ou leurs crimes, soit en France, soit dans les pays étrangers. Tome 9, Paris : Émile Babeuf, 1823, p. 51-52. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6344843s/f59>.
  • « Du 8 septembre [1855] », Revue anecdotique des lettres et des arts, 1855, p. 255-257. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2082354/f265.item>.
  • « Du 30 septembre [1855] », Revue anecdotique des lettres et des arts, 1855, p. 287-288. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2082354/f297.item>.
  • Coquille, « [M. Hase] », L’Univers, 26-27 décembre 1855, n° 353, p. [1]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k695820x/f1.item>.
  • Hoefer, Ferdinand (1811-1878), Nouvelle biographie générale : depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours… Tome XXIII. Haag-Hennequin, Paris : Firmin-Didot frères, 1858, p. 507-509. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6306643m/f264.item>.
  • Vapereau, Gustave (1819-1906), Dictionnaire universel des contemporains : contenant toutes les personnes notables de la France et des pays étrangers…, Paris : L. Hachette, 1858, p. 845. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k24236w/f861.item>.
  • Bourquelot, Félix, « Mr Hase (1780-1864) », Bibliothèque de l’école des chartes, 1864, tome 25, p. 367-369. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1864_num_25_1_445936>.
  • Lalanne, Ludovic, « Chronique [nécrologie de K. B. Hase] », La Correspondance littéraire, 25 mars 1864, n° 5, p. [129]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9642989v/f151.item>.
  • Larchey, Lorédan (1831-1902), « M. Hase », La Petite revue, 1864, samedi 2 avril, p. 111-113. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5734923v/f117>.
  • « Karl Benedict Hase : [nécrologie] », Beilage zur Allgemeine Zeitung, Dienstag 5 April 1864, n° 96, p. [1556]-1554. Disponible sur Internet, url : <https://api.digitale-sammlungen.de/iiif/presentation/v2/bsb10504448/canvas/77/view>.
  • « Karl Benedict Hase. (Schluss) : [nécrologie] », Beilage zur Allgemeine Zeitung, Mittwoch 6 April 1864, n° 97, p. [1573]-1574. Disponible sur Internet, url : <https://api.digitale-sammlungen.de/iiif/presentation/v2/bsb10504448/canvas/97/view>.
  • Larchey, Lorédan (1831-1902), « Hasiana », La Petite revue, 1864, samedi 9 avril, p. 126-127. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5734923v/f132>.
  • Larchey, Lorédan (1831-1902), « M. Hase et M. Libri », La Petite revue, 1864, samedi 9 avril, p. 127-128. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5734923v/f133>.
  • Larchey, Lorédan (1831-1902), « M. Hase », Le Monde illustré, 16 avril 1864, n° 366, p. 243. Disponible sur Internet, url : <https://www.retronews.fr/journal/le-monde-illustre/16-avril-1864/189/2905473/3>.
  • Larchey, Lorédan (1831-1902), « Les chasseurs de place », La Petite revue, 1864, samedi 16 avril, p. 146. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5734923v/f152>. Article signé : L-s.
  • Berthoud, Charles, « Varia. Hase », Revue germanique et française, 1er août 1864, tome 30, p. [354]-357. Article signé : « Ch. B. ». Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96771563/f368.item>.
  • Brunet de Presle, Wladimir (1809-1875), « M. Hase et les savants grecs émigrés à Paris sous le Premier empire et sous la Restauration », Revue des cours littéraires de la France et de l’étranger, 15 avril 1865, n° 20, p. [317]-326. Disponible sur Internet, url : <https://www.retronews.fr/journal/revue-des-cours-litteraires-de-la-france-et-de-letranger/15-apr-1865/2393/4907228/1>.
  • Guigniaut, Joseph-Daniel (1794-1876), « Notice historique sur la vie et les travaux de Charles-Benoît Hase, membre de l’Académie », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1867, 11e année, p. 180-193. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1867_num_11_1_67326>. Notice lue lors de la séance du 2 août 1867.
  • G. S., « Our continental correspondance », American Literary Gazette and Publishers’ Circular, 1867, 15 october, vol. 9, n° 12, p. 334-336. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/sim_american-literary-gazette-and-publishers-circular_1867-10-15_9_12>.
  • Guigniaut, Joseph-Daniel (1794-1876), Notice historique sur la vie et les travaux de Charles-Benoît Hase, Paris : impr. de Firmin-Didot frères, fils et Cie, 1868, 39 p. [Tiré à part].
  • Weiss, Jean-Jacques (1827-1891), « Notes et impressions », La Revue politique et littéraire, 20 novembre 1880, n° 21, p. 500-501. Disponible sur le Internet, url : <https://www.retronews.fr/journal/la-revue-politique-et-litteraire/20-novembre-1880/2057/4395741/20>. Écrit sous le pseudonyme « Pierre et Jean ».
  • « Hase, Karl Benedict », dans : Eckstein, Friedrich August, Nomenclator Philologorum, Leipzig : Teubner, p. 228. Disponible sur Internet, url : <https://www.digitale-sammlungen.de/en/view/bsb10799121?page=240,241&q=hase>. Réédition Hamburg, 2005 disponible sur Internet, url : <http://www.venturus.de/eckstein.pdf>.
  • Guigniaut, Joseph-Daniel (1794-1876), « Notice historique sur la vie et les travaux de M. Charles-Benoît Hase », Mémoires de l’Institut national de France, 1877, tome 27, 1e partie, p. [247]-273. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/minf_0398-3609_1877_num_27_1_2289>.
  • Halm, Karl Ritter von, « Hase, Karl Benedikt », Allgemeine Deutsche Biographie, 1879, vol. 10, p. 725-727. Disponible sur Internet, url : <https://www.deutsche-biographie.de/sfz31263.html#adbcontent>.
  • Hase, Charles-Benoît (1780-1864) ; Heine, Otto (éd.), « Aus der Zeit des Consulats. In Briefen und Tagebuchblättern Karl Benedict Hase’s. Mitgetheilt von O. Heine, Director des Magdalenen-Gymnasiums in Breslau », Deutsche Rundschau, 1881, October–December, 29. Band, I, p. [124]-135. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/deutscherundscha29stutuoft/page/124/mode/2up> ; II, p. [424]-437. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/deutscherundscha29stutuoft/page/424/mode/2up>.
  • Bréal, Michel, « La jeunesse de M. Hase », Revue des deux mondes, 15 mars 1883, vol. 56, n° 2, p. [347]-367. Disponible sur Internet, url : <https://www.revuedesdeuxmondes.fr/article-revue/charles-benoit-hase/>108.
  • Hase, Charles-Benoît (1780-1864) ; Heine, Otto (éd.), Briefe von der Wanderung und aus Paris von Carl Benedict Hase, Leipzig : Breitkopf und Härtel, 1894, 1 vol. (XII-115 p.).
  • Belleval, René de (1837-1900), Souvenirs de ma jeunesse, Paris : E. Lechevalier, 1895, 1 vol. (433 p.).
  • Franqueville, Charles Franquet, Le premier siècle de l’Institut de France : 25 octobre 1795-25 octobre 1895 [Volume 1], Paris : J. Rothschild, 1895, p. 205, n° 364 : Hase (Carl, Benedikt). Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k625618/f214.item>.
  • Hase, Karl Alfred von (1842-1914), « IX. Karl Benedikt Hase. Membre de l’Institut de France in Paris 1780–1864 », dans : Hase, Karl Alfred von (1842-1914), Unsre Hauschronik : Geschichte der Familie Hase in vier Jahrhunderten, Leipzig : Breitkopf und Härtel, 1898, p. 77-111 Disponible sur Internet, url : <http://digital.ub.uni-duesseldorf.de/ihd/content/titleinfo/8392804>.
  • Dahn, Felix, « Die Geschichte eines deutschen Geschlechts », Beilage zur Allgemeine Zeitung, Freitag, 13. Januar 1899, n° 10, p. 3-4. Disponible sur Internet, url : <https://api.digitale-sammlungen.de/iiif/presentation/v2/bsb00085632/canvas/79/view>.
  • Weiss, Jean-Jacques (1827-1891), « M. Hase. — La maladie de Paris », dans : Notes et impressions, choix de lettres, Paris : Calmann Lévy, 1902, p. [125]-131. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62986474/f157>.
  • Pitollet, Camille, « Le père Hase. Histoire de la venue en France de celui qui refusa Anatole France au baccalauréat », La Renaissance d’Occident, 1922, juillet, 3e année, tome VI, n° 7, p. [256]-287. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1183599d/f266>.
  • Pitollet, Camille (1874-1964), “Le Père Hase”, histoire de la venue en France de l’Allemand qui refusa Anatole France au baccalauréat, Bruxelles : Editions de la Renaissance d’Occident, 1922, 1 vol. (63 p.).
  • Kollautz, Arnulf ; Fallmeravers, Jacob Philipp, « Jacob Philipp Fallmeravers Briefwechsel mit Karl Benedikt Hase und Oerstedt über die Geschichte des Kaisertums von Trapezunt : ein Beitrag zur Vorgeschichte der graeco-slawischen Frage », Südost-Forschungen, 1959, vol. 18, n° 2, p. 281-350.
  • Hase, Alexander von ; Ranke, Leopold von, « Brückenschlag nach Paris : zu einem unbekannten Vorstoß Rankes bei Karl Benedikt Hase (1825) », Archiv für Kulturgeschichte, 1978, n° 60, p. 213-221.
  • Foucaud, Jean-François, « Hase (Charles, Benoît) », dans : Foucaud, Jean-François, La Bibliothèque royale sous la Monarchie de Juillet : 1830-1848, Paris : Bibliothèque nationale, 1978, p. 181.
  • Petitmengin, Pierre (1936-2022), « Deux têtes de pont de la philologie allemande. Le Thesaurus Graecus et la Bibliothèque des auteurs grecs (1830-1867) », dans Bollack, Mayotte (éd.) ; Wismann, Heinz (éd.), Philologie und Hermeneutik im 19. Jahrhundert, II = Philologie et herméneutique au 19ème siècle, II, Göttingen : Vandenhoeck & Ruprecht, 1983, p. 76-98.
  • « Hase, Charles Benoît », Base Léonore, Cote : LH//1270/15, N° de Notice : L1270015. Disponible sur Internet, url : <https://www.leonore.archives-nationales.culture.gouv.fr/ui/notice/181442>.
  • Charle, Christophe, « 56. Hase (Carl, Benedikt) », dans : Les professeurs de la faculté des lettres de Paris – Dictionnaire biographique 1809-1908, Paris : Institut national de recherche pédagogique, 1985, p. 95-96. (Histoire biographique de l’enseignement, 2). Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/inrp_0298-5632_1985_ant_2_1_2635> ou <https://education.persee.fr/doc/inrp_0298-5632_1985_ant_2_1_2635>.
  • Dietrich-Chénel, Karin ; Varnier, Marie-Hélène, « Les Allemands naturalisés en France de 1791 à 1848. Méthodologie et résultats statistiques », Cahiers d’Études Germaniques, 1987, n° 13, p. 9-56. Cf. « Annexe II : Le dossier de naturalisation de Carl Benedikt Hase », p. 45-50. DOI : https://doi.org/10.3406/cetge.1987.1020. Disponible sur Internet : <https://www.persee.fr/doc/cetge_0751-4239_1987_num_13_1_1020>.
  • Hase, Alexander von, « Weimar, Paris, St. Petersburg : Karl Benedikt Hase (1780 – 1864) und sein europäisches Umfeld », Archiv für Kulturgeschichte, 1er juin 1994, vol. 76, n° 1, p. 165-199. DOI: https://doi.org/10.7788/akg.1994.76.1.165
  • Hase, Alexander von, « Weimar. Paris. St. Petersburg. Karl Benedikt Hase (1780-1864) und sein europäisches Umfeld », dans Eberhard Paltz ; Hase, Alexander von, Beiträge zur Hase’schen Familiengeschichte, Band 1, Mainz : von Hase & Koehler, 1994.
  • Hase, Alexander von, « Charles-Benoît Hase et sa contribution à la philologie byzantine et classique au 19ème siècle », dans : Jacquet, Pierre (éd.) ; Périchon, Robert (éd.), Aspects de l’archéologie française au XIXe siècle : actes du colloque international tenu à La Diana à Montbrison les 14 et 15 octobre 1995, Montbrison : La Diana, 2000, p. 217-227. (Recueil de Mémoires et de documents sur le Forez ; 28).
  • Dondin-Payre, Monique, « La mise en place de l’archéologie officielle en Algérie, XIXe s.-début du XXe s. », dans : Jacquet, Pierre (éd.) ; Périchon, Robert (éd.), Aspects de l’archéologie française au XIXe siècle : actes du colloque international tenu à La Diana à Montbrison les 14 et 15 octobre 1995, Montbrison : La Diana, 2000, p. 351-354.
  • Maufroy, Sandrine, « Hellénisme, philhellénisme et transferts culturels triangulaires : le cas de Charles Benoît Hase », Revue germanique internationale, 2005, n° 1-2, p. 109-123. DOI: https://doi.org/10.4000/rgi.75
  • Gran-Aymerich, Ève, « Hase, Karl Benedikt/Charles Benoît (1780-1864) », dans : Les chercheurs du passé 1798-1945 : Aux sources de l’archéologie, Paris : CNRS Éditions, 2007, p. 851-886. DOI : https://doi.org/10.4000/books.editionscnrs.7716. Disponible sur Internet : <https://books.openedition.org/editionscnrs/7716>.
  • Dummer, Jürgen, « Ein Thüringer in Paris : Karl Benedikt Hase », Deutsch-Französische Wissenschaftskontakte in Thüringen, 2008, p. 109-114.
  • Gran-Aymerich, Ève, « Karl Benedikt Hase (1780-1864) et Désiré Raoul-Rochette (1789-1854). D’après leur correspondance : deux médiateurs culturels entre France et Allemagne à la Bibliothèque nationale (1801-1864) », dans : Bonnet, Corinne ; Krings, Véronique (éd.), S’écrire et écrire sur l’Antiquité : l’apport des correspondances à l’histoire des travaux scientifiques, Grenoble : J. Millon, 2008, p. [83]-103.
  • Maufroy, Sandrine, « Pour une étude du philhellénisme franco-allemand. Une approche de la question à partir des cas de Karl Benedikt Hase et de Friedrich Thiersch », The Historical Review/La Revue Historique, 2009, vol. 6, p. 99-127. DOI: 10.12681/hr.241. Disponible sur Internet, url : <https://doi.org/10.12681/hr.241>.
  • Maufroy, Sandrine, « Karl Benedikt Hase et son cercle », dans : Maufroy, Sandrine, Le philhellénisme franco-allemand : 1815-1848, Paris : Belin, 2011, p. 65-112.
  • Gran-Aymerich, Ève ; Ungern-Sternberg, Jürgen von, L’Antiquité partagée : correspondances franco-allemandes, 1823-1861 : Karl Benedikt Hase, Désiré Raoul-Rochette, Karl Otfried Müller, Otto Jahn, Theodor Mommsen Paris : Académie des inscriptions et belles-lettres : diff. de Boccard, 2012, 1 vol. (431 p.). En annexe, Bio-bibliographie de Karl Benedikt Hase (p. [373]-381), Bio-bibliographie de Désiré Raoul-Rochette, Bibliographie concernant les vases peints.
  • Förstel, Christian, « Le cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale entre la France et la Grèce au XIXe siècle », dans : Chrysós, Euággelos K. (éd.) ; Farnaud, Christophe (éd.), Elláda kai Gallía ton 19o aiṓna : praktiká [ellīno-gallikoú] synedríou, [Athī́na, 29 kai 30 Martíou 2011] = Ελλάδα και Γαλλία τον 19ο αιώνα : πρακτικά [ελληνο-γαλλικού] συνεδρίου, [Αθήνα, 29 και 30 Μαρτίου 2011], Athī́na : ́Idryma tīs Voulī́s tōn Ellī́nōn gia ton koinovouleutismó kai tī dīmokratía, 2012, p. 95-106. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hal.science/file/index/docid/904936/filename/Le_cabinet_des_manuscrits_de_la_BibliothA_que_nationale_entre_la_France_et_la_GrA_ce.pdf>.
  • Medvedev, Igorʹ Pavlovič, « Der neugefundene Text eines Briefes von Maximos Katelianos: noch eine Fälschung von Karl Benedikt Hase », Byzantinische Zeitschrift, 2016, vol. 109, n° 2, p. 821-836. DOI:http://dx.doi.org/10.1515/bz-2016-0022
  • Wauthier, Alexandre, « HASE Charles Benoît, Karl Benedikt », Annuaire prosopographique : la France savante, 26/11/2017. Disponible sur Internet, url : <https://cths.fr/an/savant.php?id=124265>.
  • « Charles Benoît Hase », Wikipédia, l’encyclopédie libre, 18 janvier 2023. Disponible sur Internet, url : <http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Charles_Beno%C3%AEt_Hase&oldid=200565849>.
  • « Karl Benedikt Hase », Wikipedia – Die freie Enzyklopädie, 1. Mai 2023. Disponible sur Internet, url : <https://de.wikipedia.org/w/index.php?title=Karl_Benedikt_Hase&oldid=233333484>.
  • « ID 37877 – Hase, Karl Benedikt », Forschungsdatenbank so:fie, [s. d.]. Disponible sur Internet, url : <https://ores.klassik-stiftung.de/ords/f?p=900:2:::::P2_ID:37877>.

Documents

Acte de décès

Archives de Paris, 1864, Décès, 02, V4E 146, acte n° 321.
Archives de Paris, 1864, Décès, 02, V4E 146, acte n° 321.

Transcription

321 2/40
Hase
L’an mil huit cent Soixante quatre Le vingt deux Mars à dix heures du matin Pardevant nous Jacques hebert Chevalier de la Légion d’honneur, Maire & officier de l’État civil du Deuxième arrondissement de Paris109 Ont comparu Julien Gautier, âgé de quarante huit ans, Valet de Chambre demeurant à Paris rue Colbert n° 12 & hilaire Pussin, âgé de trente trois ans, Employé, demeurant même rue N° 2110, amis Lesquels nous ont déclaré que Charles Benoit Hase, agé de quatre vingt trois ans & onze mois, né à Sulza près de Weimar (Allemagne), Membre de l’institut, Conservateur de la Bibliothèque Impériale, Commandeur de la Légion d’honneur, Célibataire est décédé hier à dix heures un quart du matin en sa demeure à Paris rue Colbert N° 12, où le décès a été constaté suivant la loi. Et ont la déclarant signé avec nous après lecture./

Gautier H. Pussin. Hebert

Didot-Bottin

Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers (Didot-Bottin), 1864, A Paris : chez Firmin Didot frères, fils et Cie, 1864, p. 1248.
Annuaire-almanach du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers (Didot-Bottin), 1864, A Paris : chez Firmin Didot frères, fils et Cie, 1864, p. 1248.

Archives

En Allemagne, des centres d’archives et des bibliothèques universitaires conservent des documents de K. B. Hase et sur sa personne qui semblent ne pas avoir été exploités par les chercheurs français. Le catalogue collectif des manuscrits Kalliope (https://kalliope-verbund.info/de/index.html) recense 3007 documents manuscrits adressés à Hase, 342 manuscrits de Hase, auxquels s’ajoutent 38 autres documents relatif au savant, dont un portrait photographique de K. B. Hase par Carl Reutlinger (1816-1888). Parmi ces collections, les plus saillantes sont les suivantes :

Goethe- und Schiller-Archiv Weimar

Les archives Goethe et Schiller de Weimar conservent un important fonds relatif à Hase de 97 boîtes d’archives contenant 3197 unités de description représentant 26117 feuillets : Bestand 108 (Hase, Karl Benedikt), https://ores.klassik-stiftung.de/ords/f?p=401:70:::::p_bnr,p70_region:108,1 !

Le fonds est constitué des lettres reçues par Karl Benedikt Hase à partir de 1821, regroupées par ordre chronologique, enrichies de documents relatifs à son activité administrative et scientifique dans les différentes chaires de l’Université de Paris, ainsi que de factures et de documents relatifs à la gestion de son budget. Lors de la fusion de la Zentralbibliothek der deutschen Klassik et de la Thüringischen Landesbibliothek Weimar en 1969, le fonds a été transféré aux Goethe- und Schillerarchiv où il a été répertorié en 1971 et 1976 par le professeur Dr. Gerhard Schmid.

De 1976 à 1981, un registre de lettres a été établi par Günter Effler. Les volumes annuels de correspondance qui se trouvaient dans des reliures rouges et que Karl Benedikt Hase avait lui-même fait relier, ont été conservés. En 1998 et 2001, le fonds a été complété par d’autres acquisitions individuelles de manuscrits d’œuvres, de journaux intimes, de recueils de correspondance et de documents provenant de collections privées. Les nouvelles acquisitions ont été cataloguées par le Dr Roswitha Wollkopf en 2001.

Entre 1999 et 2005, les différents volumes de lettres ont été détachés et les lettres restaurées. Les lettres affectées par la corrosion de l’encre ferro-gallique et la perte d’écriture ont été restaurées par le restaurateur Frank Schieferdecker en 1999. La grande majorité des lettres, qui se trouvaient dans un bon état de conservation, ont été traitées par Susanne Busch (vol. 1-3) et Heide Welsch (vol. 4-41) et reconditionnées. En 2001, les volumes de lettres et les nouvelles acquisitions ont été microfilmés par la société Mikrofilmcenter Erfurt de Monika Haitsch.
De 2004 à 2007, le fonds a été réorganisé et traité. Le classement chronologique des lettres a été supprimé. Les lettres reçues ont été classées et répertoriées dans des dossiers de correspondance par ordre alphabétique des correspondants. Les documents relatifs à l’activité de Hase à l’université qui ont été transmis dans les volumes ont été intégrés, tout comme les factures et autres documents personnels, conformément à la structure de l’ensemble du fonds.

Un instrument de recherche a été élaboré par Karin Ellermann : https://ores.klassik-stiftung.de/ords/f?p=401:70:7987237238466::::p70_region:2

Thüringer Universitäts- und Landesbibliothek (Jena)

La Bibliothèque universitaire et régionale de Thuringe de Iéna conserve douze mètres linéaires d’archives de la famille Hase couvrant la période 1750-2005, url : <http://kalliope-verbund.info/DE-611-BF-13543>.

Niedersächsisches Landesarchiv (NLA), division de Wolfenbüttel (WO)

Les archives de Basse-Saxe conservent :

  • dans la série des Nichtstaatliches Schriftgut (N),
    • NLA WO, dans la sous-série des lettres (Briefe), un fonds de lettres de Hase :
      • NLA WO, 298 N, Nr. 185 : lettres de jeunesse à son ami stud. iur. Wilhelm Erdmann à Iéna (plus tard avocat à Allstedt près de Weimar), en particulier d’Helmstedt et de Paris, également des productions de Hase, des notes d’Erdmann sur Hase, sa jeunesse ainsi que quelques lettres de professeurs d’Helmstedt, 1798-1844 : notes d’Erdmann sur Hase ; 1 lettre de chacun des professeurs Friedrich August Wiedeburg et [Julius August] Remer à Helmstedt (1798) ; lettres de Hase (1798-1801, 1810)., http://www.arcinsys.niedersachsen.de/arcinsys/detailAction?detailid=v5083825
      • NLA WO, 298 N, Nr. 186a : lettres de jeunesse à son ami stud. iur. Wilhelm Erdmann à Iéna (plus tard avocat à Allstedt près de Weimar), en particulier d’Helmstedt et de Paris, également des productios de Hase, des notes d’Erdmann sur Hase, sa jeunesse ainsi que quelques lettres de professeurs d’Helmstedt, 1810-1811 : lettres de Hase, productions, projet de discours universitaire, dessin au crayon d’un paysage, esquisse de carte de la Palestine, croquis de la place de la Concorde à Paris, http://www.arcinsys.niedersachsen.de/arcinsys/detailAction?detailid=v5083824
      • NLA WO, 298 N, Nr. 686 : 5 lettres de Hase, 1830-1850 : contient entre autres destinataires nommés : [Dr. phil. Otto] Jahn, membre de plusieurs sociétés savantes à Paris ; le professeur extraordinaire [de langues modernes] à l’université d’Erlangen [Christian Martin] Winterling ; le professeur de droit [Dr. iur. Gustav Ernst] Heimbach à Leipzig (1850) ; une partie d’une nécrologie de Hase tirée de la Allgem. Zeitung (1864), http://www.arcinsys.niedersachsen.de/arcinsys/detailAction?detailid=v5084106
  • dans la série des Handschriften (Hs),

Bayerische Staatsbibliothek

Bibliothèque universitaire d’Heidelberg

Bibliothèque universitaire d’Iéna

Bibliothèque universitaire de Leipzig

Bibliothèque universitaire de Tübingen

Bibliothèque Herzog August

Bibliothèque nationale de France

La Bibliothèque nationale de France conserve quelques archives de K. B. Hase :

  • NAF 506, « Notice des manuscrits de feu M. de Villoison, » par C.-B. HASE (1806).
  • NAF 1030, Papiers de Guilhem de Clermont-Lodève, baron DE SAINTE-GROIX. (1746-1809) dont « Extraits pour un mémoire sur Phocée, parmi lesquels « Passage de la partie inédite de l’histoire de Nicéphore Grégoras sur la nouvelle Phocée, » traduit par C.-B. Hase (fol. 75), url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b100898455>.
  • NAF 1894, Collection d’inscriptions grecques, tirées du recueil du président Bouhier. Copie partielle, de la main de C.-B. Hase, du ms. français 20317.
  • NAF 5416, Catalogue de manuscrits latins [et français] provenant des bibliothèques des Augustins déchaussés, Capucins de Saint-Honoré, Feuillants, Jacobins de Saint-Honoré et de Saint-Jacques, Récollets. — Les notices de ces mss. formant deux séries (latins et français) ont été rédigées en latin par C.-B. Hase, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10525341m>.
  • NAF 5417, « Index alphabelicus codicum manuscriptorum ex monasteriis PP. Fuliensium S. Bernardi, Jacobi ad S. Jacobi, Jacobi ad S. Honorati, Augustinorum discalcealorum, Hecollectorum, Capucinorum in vico Divi Honorati in Bibliothecam Caesaream illatorum, [auctore C.-B. Hase]. — Index double pour les mss. latins et français ; on a ajouté les numéros des mss. du Supplément français.
  • NAF 5427-5431, Catalogue des manuscrits de l’ancien Supplément de la Bibliothèque nationale. La plus grande partie des notices sont de La Porte du Theil ; quelques-unes sont de Hase et de l’abbé Lespine.
  • NAF 5766, Catalogue d’une partie des chartes de la collection Maugérard. 347 analyses de chartes, rédigées par C.-B. Hase.
  • NAF 6840, Recueil de lettres autographes de personnages divers (XVIIe-XIXe siècle), dont des lettres de Hase.
  • NAF 9183, Mélanges, dont des lettres de Hase.
  • NAF 13079, Papiers d’Henri Omont, dont des lettres de Hase, f. 22.
  • NAF 14899, Autographes d’archéologues et d’érudits, XIXe s. dont des notes de Hase, f. 158.
  • NAF 24251, Papiers et correspondance de Jules Desnoyers dont des lettres de Hase, f. 11-12.
  • NAF 28003, Mélanges XVIIe-XXe siècle dont :
    • une lettre de Hase à Treuttel et Würtz, libraires, 7 décembre 1820, f. 119-120.
    • une lettre reçue non signée, 7 juin 1842, f. 121-122.
  • Ms-9248, Papiers Lorédan Larchey. XVI. Lorédan Larchey. Notes et documents pour ses Mémoires, 2. Hanotaux, lettre anonyme sur Hase (1859), Armand Haym, d’Hericault, Hetzel, Homsy, Arsène Houssaye, Edouard Hubert, V. Hugo, Charles Hugot (Colmar), Mme Clovis Hugues, Humbert, Pierre Jannet (article imprimé), Jouffroy sculpteur, Journet dit l’Apôtre, Jubinal, O. Justice, Karr, Kelm.
  • Ms-15480, Correspondance adressée à Arthur Heulhard, directeur du Vieux Paris, du Moniteur du bibliophile, de la Chronique musicale et rédacteur au Figaro, 1873-1900, f. 231-233 : Charles Benoit Hase

Archives de l’Académie des sciences de Russie, à Saint-Pétersbourg

Les Archives de l’Académie des sciences de Russie, à Saint-Pétersbourg, conservent des archives relatives à K. B. Hase mais notre incompétence dans l’alphabet cyrillique ne nous a pas permis de les identifier sur les sites de l’Académie (https://www.arran.ru/?q=ru et https://isaran.ru/?q=ru/katalog&ida=2).

Projet LAGOOS [ΛΑΓΩOΣ]

Le Fonds zur Förderung der wissenschaftlichen Forschung (FWF), l’équivalent de l’Agence nationale de la recherche pour l’Autriche, finance pour la période 2023-2029, le projet de recherche LAGOOS [ΛΑΓΩOΣ] (https://lagoos.org/), porté par William M. Barton de l’université d’Innsbruck, et consacré à la présentation et à l’étude du journal “secret” de Karl Benedikt Hase.

Alors qu’en 1916, évoquant les mémoires de K. B. Hase, Salomon Reinach affirmait qu’« il est impossible de publier intégralement ces extraits à cause de leur basse obscénité »111, ce projet de recherche prévoit leur édition numérique.

Le projet résulte de la découverte, au Goethe-und-Schiller-Archiv112, des 9 volumes du journal intime de Karl Benedikt Hase, rédigés en grec ancien (2252 p.). Ce journal n’était connu auparavant que par une série de courts extraits, mais il est depuis longtemps reconnu comme un document d’une grande importance pour la philologie grecque ancienne, l’histoire de l’érudition classique et byzantine et l’histoire du philhellénisme.

Les extraits qui en avaient révélé l’existence du journal avaient été compilés par le jeune collègue de Hase, Johann Friedrich Dübner (1802-1867). Après la mort soudaine de Dübner en 1867, les extraits avaient été copiés en 1913 par Salomon Reinach qui légua sa copie à la Bibliothèque nationale : Supplément grec 1363, https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc244295

Au-delà de constituer une source documentant la philologie grecque, le journal illustre la vie de K. B. Hase qui le rédigeait dans des volumes prêts à l’emploi acquis auprès de papeteries parisiennes. L’érudit écrivait principalement à l’encre noire, parfois au crayon, et faisait sporadiquement de petits croquis de bâtiments, de scènes et d’autres objets dans le cadre de ses entrées de journal. Outre des commentaires détaillés sur son travail, ses idées, ses collègues et ses voyages, Hase a tenu un registre détaillé de ses affaires personnelles. Il s’agit notamment de la nourriture qu’il mangeait, des restaurants et des bars du Paris du XIXe siècle qu’il fréquentait, de sa situation financière, de ses relations amoureuses, de ses escapades dans la vie nocturne parisienne, des événements de ses rêves et de ses rencontres avec la culture intellectuelle de la capitale de la France.

Le projet LAGOOS [ΛΑΓΩOΣ] entend produire une édition numérique du texte du journal en utilisant la plateforme Transkribus pour la transcription du texte113.

Notes



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 29 juin). Charles Benoît Hase (1780-1864), un philhellène allemand à la Bibliothèque nationale. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3xo

  1. Herrn Iwan Lepechin der Arztneykunst Doktor und der Akademie der Wissenschaften zu Petersburg Adjunktus Tagebuch der Reise durch verschiedene Provinzen des Russischen Reiches…, Altenburg : Richter, 1774-1783. 2 vol. []
  2. Guigniaut, Joseph-Daniel (1794-1876), « Notice historique sur la vie et les travaux de M. Charles-Benoît Hase », Mémoires de l’Institut national de France, 1877, tome 27, 1e partie, p. [247]. []
  3. Au Herder Gymnasium selon : Gran-Aymerich, Ève ; Ungern-Sternberg, Jürgen von, L’Antiquité partagée : correspondances franco-allemandes, 1823-1861 : Karl Benedikt Hase, Désiré Raoul-Rochette, Karl Otfried Müller, Otto Jahn, Theodor Mommsen Paris : Académie des inscriptions et belles-lettres : diff. de Boccard, 2012, p. [373]. []
  4. Maufroy, Sandrine, « Pour une étude du philhellénisme franco-allemand. Une approche de la question à partir des cas de Karl Benedikt Hase et de Friedrich Thiersch », The Historical Review/La Revue Historique, 2009, vol. 6, p. 106. []
  5. Guigniaut, Joseph-Daniel (1794-1876), « Notice historique sur la vie et les travaux de M. Charles-Benoît Hase », Mémoires de l’Institut national de France, 1877, tome 27, 1e partie, p. 251. []
  6. Guigniaut, Joseph-Daniel (1794-1876), « Notice historique sur la vie et les travaux de M. Charles-Benoît Hase », Mémoires de l’Institut national de France, 1877, tome 27, 1e partie, p. 251. []
  7. Il n’est cependant pas cité dans le répertoire des enseignants de l’université, url : <http://uni-helmstedt.hab.de/index.php?cPage=0&sPage=title>. []
  8. Guigniaut, Joseph-Daniel (1794-1876), « Notice historique sur la vie et les travaux de M. Charles-Benoît Hase », Mémoires de l’Institut national de France, 1877, tome 27, 1e partie, p. 249. []
  9. Il en avait échangé 20 contre 2 doubles louis d’or saxons, ce qui explique l’incident de Châlons, narré plus bas. []
  10. Gran-Aymerich, Ève, « Karl Benedikt Hase (1780-1864) et Désiré Raoul-Rochette (1789-1854). D’après leur correspondance : deux médiateurs culturels entre France et Allemagne à la Bibliothèque nationale (1801-1864) », dans : Bonnet, Corinne ; Krings, Véronique (éd.), S’écrire et écrire sur l’Antiquité : l’apport des correspondances à l’histoire des travaux scientifiques, Grenoble : J. Millon, 2008, p. 86. []
  11. Maufroy, Sandrine, « Pour une étude du philhellénisme franco-allemand. Une approche de la question à partir des cas de Karl Benedikt Hase et de Friedrich Thiersch », The Historical Review/La Revue Historique, 2009, vol. 6, p. 106. []
  12. Guigniaut, Joseph-Daniel (1794-1876), « Notice historique sur la vie et les travaux de M. Charles-Benoît Hase », Mémoires de l’Institut national de France, 1877, tome 27, 1e partie, p. [247]. []
  13. Berthoud, Charles, « Varia. Hase », Revue germanique et française, 1er août 1864, tome 30, p. 355. []
  14. Berthoud, Charles, « Varia. Hase », Revue germanique et française, 1er août 1864, tome 30, p. 356. []
  15. L’historien et linguiste Claude Fauriel (1772-1844) qui partageait la même sympathie de Hase pour la cause des Grecs. []
  16. Guigniaut, Joseph-Daniel (1794-1876), « Notice historique sur la vie et les travaux de M. Charles-Benoît Hase », Mémoires de l’Institut national de France, 1877, tome 27, 1e partie, p. 253. []
  17. Jean de Lydie (0490-0565?) ; Hase, Charles Benoît (éd.) ; Fuss, J. D. (éd.), Joannis Laurentii Lydi Philadelpheni de magistratibus reipublicae romanae libri tres nunc primum in lucem editi, et versione, notis indicibusque aucti a Joanne Dominico Fuss. Praefatus est Carolus Benedictus Hase, Parisiis : Ex officina J.-M. Eberharti, 1812, 1 vol. (LXXXVII, 316 p.) ; 22 cm.
    Jean de Lydie (0490-0565?) ; Hase, Charles Benoît (éd.), Joannis Laurenti Lydi, de Ostentis quae supersunt, una cum fragmento libri de Mensibus ejusdem Lydi, fragmentoque Manl. Boëthii de diis et praesensionibus. Ex codd. regiis edidit, graecaque supplevit et latine vertit Carolus Benedictus Hase,…, Parisiis : e Typ. regia, 1823, 1 vol. (XXVIII-407 p.). []
  18. [Au sein de l’Expédition de Morée.] []
  19. Maufroy, Sandrine, « Pour une étude du philhellénisme franco-allemand. Une approche de la question à partir des cas de Karl Benedikt Hase et de Friedrich Thiersch », The Historical Review/La Revue Historique, 2009, vol. 6, p. 106. []
  20. Dietrich-Chénel, Karin ; Varnier, Marie-Hélène, « Annexe II : Le dossier de naturalisation de Carl Benedikt Hase », dans : Dietrich-Chénel, Karin ; Varnier, Marie-Hélène, « Les Allemands naturalisés en France de 1791 à 1848. Méthodologie et résultats statistiques », Cahiers d’Études Germaniques, 1987, n° 13, p. 46. []
  21. Gran-Aymerich, Ève, « Karl Benedikt Hase (1780-1864) et Désiré Raoul-Rochette (1789-1854). D’après leur correspondance : deux médiateurs culturels entre France et Allemagne à la Bibliothèque nationale (1801-1864) », dans : Bonnet, Corinne ; Krings, Véronique (éd.), S’écrire et écrire sur l’Antiquité : l’apport des correspondances à l’histoire des travaux scientifiques, Grenoble : J. Millon, 2008, p. 87. []
  22. Voir : Jacquot, Olivier, « L’Académie au service des manuscrits : Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque du Roi », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, 23 avril 2023. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/30480>. []
  23. Voir : « Hase, Karl Benedikt , Gräzist und Paläograph (1780-1864). 3 eigenh. Briefe mit U.», Antiquariat INLIBRIS Gilhofer Nfg, 2023. Disponible sur Internet, url : <https://inlibris.com/de/item/bn54543_de/>. []
  24. Gran-Aymerich, Ève, « Karl Benedikt Hase (1780-1864) et Désiré Raoul-Rochette (1789-1854). D’après leur correspondance : deux médiateurs culturels entre France et Allemagne à la Bibliothèque nationale (1801-1864) », dans : Bonnet, Corinne ; Krings, Véronique (éd.), S’écrire et écrire sur l’Antiquité : l’apport des correspondances à l’histoire des travaux scientifiques, Grenoble : J. Millon, 2008, p. 84. []
  25. Dietrich-Chénel, Karin ; Varnier, Marie-Hélène, « Annexe II : Le dossier de naturalisation de Carl Benedikt Hase », dans : Dietrich-Chénel, Karin ; Varnier, Marie-Hélène, « Les Allemands naturalisés en France de 1791 à 1848. Méthodologie et résultats statistiques », Cahiers d’Études Germaniques, 1987, n° 13, p. 45-50. []
  26. Hase, Karl Benedikt, « Sur l’origine de la langue grecque vulgaire, et sur les avantages que l’on peut retirer de son étude. Discours prononcé le 15 Janvier 1816, à l’ouverture d’un Cours de Grec moderne, à l’École royale et spéciale des Langues orientales vivantes près la Bibliothèque du Roi », Magasin encyclopédique, ou Journal des sciences, des lettres et des arts, 1816, janvier, p. [81]-95. La fin de l’article annonce : « Nous donnerons, dans notre prochain Numéro, la fin de ce Discours, suivie d’un Prospectus détaillé du Cours lui-même, et d’une Notice raisonnée sur les meilleurs ouvrages composés en grec moderne, que M. Hase se propose d’y expliquer. ». Las, le tome 2 de l’année 1816, dernier du périodique, ne comprend pas la suite ni le prospectus…
    Ce discours a été analysé dans : Tolias, Georges, La médaille et la rouille. L’image de la Grèce moderne dans la presse littéraire parisienne (1794-1815), Athènes : Hatier-Kauffmann, 1997, p. 487-494. []
  27. Jean-Baptiste Gaspard d’Ansse de Villoison avait obtenu que sa chaire soit transférée au Collège de France : créée en 1804 pour lui, elle disparut du Collège de France avec son décès intervenue en 1805 sans qu’il l’occupât ((Joret, Charles, « L’helléniste d’Ansse de Villoison et la création d’une chaire de grec moderne au Collège de France », Journal des savants, 1909, 7ᵉ année, avril, p. 149-156. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/jds_0021-8103_1909_num_7_4_3355>. []
  28. Delâtre, Louis (1815-1893), « Cours public de la Bibliothèque : cours de Grec moderne », L’Illustration, du 21 février au 28 février 1851, n° 417, p. 126-127. []
  29. Voir leur correspondance dans : Ševčenko, Ihor, « The date and author of the so-called fragments of Toparcha Gothicus », Dumbarton Oaks Papers, 1971, vol. 25, p. [117]-188. Publié aussi dans : Ševčenko, Ihor, « The date and author of the so-called fragments of Toparcha Gothicus », Bulletin d’information et de coordination – Association internationale des études byzantines, 1971, n° V, p. [71]-95. Disponible sur Internet, url : <https://aiebnet.gr/documents/bic/BULLETIN%20D’%20INFORMATION%20ET%20DE%20COORDINATION%20No%20V%2071.pdf>. []
  30. Hase, Charles-Benoît, Leonis diaconi Caloensis Historia, scriptoresque alii ad res byzantinas pertinentes, quorum catalogum proximum folium indicabit. E bibliotheca regia nunc primum in lucem edidit, versione latina et notis illustrauit Carolus Benedictus Hase, Parisiis : e Typographia regia, 1819, XXII-327 p. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/bub_gb_aTnfFvKOG44C>. []
  31. Dans une lettre à Böttiger du 28 avril 1822, Hase affirme avoir visité ces trois villes grâce à des fonds du gouvernement français. Selon Ihor Ševčenko, il en serait aussi question dans : Ikonnikov, Vladimir Stepanovič (1841-1923), Опытъ русской исторіографіи В.С. Иконникова. Том I = Opytʺ russkoj istorìografìi V.S. Ikonnikova, tom. I, Kìev : Tipogr. Imperatorskago Un-ta, 1891-1892, vol. I, 1, p. 200-201. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/libgen_00299685/page/n213/mode/2up>. Nous ne l’y avons pas retrouvée. []
  32. Gran-Aymerich, Ève, « Karl Benedikt Hase (1780-1864) et Désiré Raoul-Rochette (1789-1854). D’après leur correspondance : deux médiateurs culturels entre France et Allemagne à la Bibliothèque nationale (1801-1864) », dans : Bonnet, Corinne ; Krings, Véronique (éd.), S’écrire et écrire sur l’Antiquité : l’apport des correspondances à l’histoire des travaux scientifiques, Grenoble : J. Millon, 2008, p. 88. []
  33. Paru dans : Rapports sur les recherches géographiques, historiques, archéologiques, à entreprendre dans l’Afrique septentrionale, Paris : Imprimerie royale, 1838, 83 p. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62012777>. []
  34. Guigniaut, Joseph-Daniel (1794-1876), « Notice historique sur la vie et les travaux de M. Charles-Benoît Hase », Mémoires de l’Institut national de France, 1877, tome 27, 1e partie, p. 261. []
  35. Il gravit ensuite les échelons de l’ordre, devenant officier le 24 avril 1845 puis commandeur le 11 décembre 1849 []
  36. Raoul-Rochette, Désiré ; Hase, Charles-Benoît, « Rapport sur les recherches archéologiques à entreprendre dans la province de Constantine et la régence d’Alger », Mémoires de l’Institut national de France, 1839, tome 12, p. 135-181. DOI : https://doi.org/10.3406/minf.1839.1299. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/minf_0398-3609_1839_num_12_1_1299>. Voir aussi le compte rendu : Raoul-Rochette, Désiré, « Archives des missions scientifiques et littéraires », Journal des savants, 1850, mai, p. [257]-270. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k572576/f261>. []
  37. Guigniaut, Joseph-Daniel (1794-1876), « Notice historique sur la vie et les travaux de M. Charles-Benoît Hase », Mémoires de l’Institut national de France, 1877, tome 27, 1e partie, p. 262. []
  38. Gran-Aymerich, Ève, « Le Maghreb comme terrain de transferts : le cas de l’épigraphie latine », dans : Ahcène, Abdelfettah (éd.), Savoirs d’Allemagne en Afrique du Nord. XVIIIe-XXe siècle, Éditions Bouchène, 2012, p. 115-146. DOI : 10.3917/bouch.abdel.2012.01.0115. Disponible sur Internet, url : <https://www.cairn.info/savoirs-d-allemagne-en-afrique-du-nord–9782356760258-page-115.htm>. []
  39. Voir le registre Inventaires – registres d’entrées du département des Manuscrits. Inventaire – registre des entrées du département des Manuscrits : acquisitions : manuscrits et imprimés documentaires, 1833-1848, n° 1 à 4667, f. 49v. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b104635334/f113>. []
  40. Selon « Liste der Träger des Ordens Pour le Mérite für Wissenschaften und Künste », Wikipedia – Die freie Enzyklopädie, 13. Januar 2023. Disponible sur Internet, url : <https://de.wikipedia.org/w/index.php?title=Liste_der_Tr%C3%A4ger_des_Ordens_Pour_le_M%C3%A9rite_f%C3%BCr_Wissenschaften_und_K%C3%BCnste&oldid=229820821>. Il aurait été décoré le 29 novembre 1852 selon : Gran-Aymerich, Ève ; Ungern-Sternberg, Jürgen von, L’Antiquité partagée : correspondances franco-allemandes, 1823-1861 : Karl Benedikt Hase, Désiré Raoul-Rochette, Karl Otfried Müller, Otto Jahn, Theodor Mommsen Paris : Académie des inscriptions et belles-lettres : diff. de Boccard, 2012, p. 374. []
  41. « Découvertes et nouvelles », Revue archéologique, 1849, VIe année, 1e partie, du 15 avril au 15 septembre, p. 400. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9748553z/f414>. []
  42. « Hase admis à la Société des Antiquaires de la Morinie », Traces écrites, REF: 5883. Disponible sur Internet, url : <https://www.traces-ecrites.com/document/hase-admis-a-la-societe-des-antiquaires-de-la-morinie/>. Elle vend aussi une feuille d’émargement des membres de la Commission des médailles de l’Académie des Inscriptions avec la signature de Hase, url : <https://www.traces-ecrites.com/document/la-commission-des-medailles-retribue-ses-membres/>. []
  43. Voir : Guigniaut, Joseph-Daniel, « Rapport de la Commission chargée d’examiner les travaux de l’École française d’Athènes », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1858, 2ᵉ année, p. 317-356 et : « L’École française d’Athènes de 1846 à 1873 », Bulletin administratif de l’instruction publique, 1873, tome 16, n° 308, p. 408-418. Disponible sur Internet, url : <https://education.persee.fr/doc/baip_1254-0714_1873_num_16_308_40788>. []
  44. Voir : Scheid, John, « Le projet français d’un Recueil des Inscriptions latines », dans : Borghesi, Bartolomeo, scienza e libertà : colloquio internationale AIEGL, Bologna : Pàtron, 1982, p. 337-353. []
  45. Egger, Émile, « Lettre de M. Egger à l’éditeur de la Revue archéologique », Revue archéologique, 1845, 2e partie, 15 octobre 1845 au 15 mars 1845, p. [760]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9742095q/f372.item>. []
  46. Fortoul, Hippolyte ; Bonaparte, Louis-Napoléon, « Nomination de M. Hase à la Faculté des lettres de Paris », Bulletin administratif de l’instruction publique, 1852, novembre, tome 3, n° 35, p. 380. Disponible sur Internet, url : <https://education.persee.fr/doc/baip_1254-0714_1852_num_3_35_7355>. []
  47. Marquis de Queux de Saint-Hilaire (1837-1889), « Discours prononcé par M. le Mis de Queux de Saint-Hilaire, ancien président », Annuaire de l’Association pour l’encouragement des études grecques en France, 1886, n° 20 , p. LX–LXXXIII, citation p. LXVII []
  48. Fortoul, Hippolyte, « Composition des commissions chargées des examens de fin d’année et des examens d’admission à l’Ecole normale supérieure », Bulletin administratif de l’instruction publique, 1853, juillet, tome 4, n° 43, p. 263-265. Disponible sur Internet, url : <https://education.persee.fr/doc/baip_1254-0714_1853_num_4_43_6745>. []
  49. « Personnel de l’Ecole des Chartes », Bulletin administratif de l’instruction publique, 1853, août, tome 4, n° 44, p. 288. Disponible sur Internet, url : <https://education.persee.fr/doc/baip_1254-0714_1853_num_4_44_6777>. []
  50. Bibliothèque de l’École des chartes, 1846, p. 174-175. []
  51. « Personnel de l’école impériale des chartes », Bulletin administratif de l’instruction publique, 1854, tome 1, n° 14, p. 293. Disponible sur Internet, url : <https://education.persee.fr/doc/baip_1254-0714_1864_num_1_14_14724>. []
  52. Fortoul, Hippolyte, « Création d’une commission de perfectionnement et de surveillance pour les études littéraires des lycées de Paris », Bulletin administratif de l’instruction publique, 1853, septembre, tome 4, n° 45, p. 308-310. Disponible sur Internet, url : <https://education.persee.fr/doc/baip_1254-0714_1853_num_4_45_6796>. []
  53. Gran-Aymerich, Ève, « Karl Benedikt Hase (1780-1864) et Désiré Raoul-Rochette (1789-1854). D’après leur correspondance : deux médiateurs culturels entre France et Allemagne à la Bibliothèque nationale (1801-1864) », dans : Bonnet, Corinne ; Krings, Véronique (éd.), S’écrire et écrire sur l’Antiquité : l’apport des correspondances à l’histoire des travaux scientifiques, Grenoble : J. Millon, 2008, p. 86. []
  54. Gran-Aymerich Ève, « Theodor Mommsen (1817-1903) et ses correspondants français : la « fabrique » internationale de la science », Journal des savants, 2008, n° 1, p. 177-229. DOI : https://doi.org/10.3406/jds.2008.5887. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/jds_0021-8103_2008_num_1_1_5887>. []
  55. Wright, Vincent, « Il y a Cent Ans : Jean-Jacques Weiss, Conseiller d’Etat », La Revue Administrative, 1974, vol. 27, n° 162, p. 541-553. Disponible sur Internet (payant), url : <http://www.jstor.org/stable/40767230>. []
  56. Pitollet, Camille, « Le père Hase. Histoire de la venue en France de celui qui refusa Anatole France au baccalauréat », La Renaissance d’Occident, 1922, juillet, 3e année, tome VI, n° 7, p. 285. []
  57. Förstel, Christian, « Le cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale entre la France et la Grèce au XIXe siècle », dans : Chrysós, Euággelos K. (éd.) ; Farnaud, Christophe (éd.), Elláda kai Gallía ton 19o aiṓna : praktiká [ellīno-gallikoú] synedríou, [Athī́na, 29 kai 30 Martíou 2011] = Ελλάδα και Γαλλία τον 19ο αιώνα : πρακτικά [ελληνο-γαλλικού] συνεδρίου, [Αθήνα, 29 και 30 Μαρτίου 2011], Athī́na : ́Idryma tīs Voulī́s tōn Ellī́nōn gia ton koinovouleutismó kai tī dīmokratía, 2012, p. 95-106. []
  58. Weiss, Jean-Jacques (1827-1891), « Notes et impressions », La Revue politique et littéraire, 20 novembre 1880, n° 21, p. 500. []
  59. Bourquelot, Félix, « Mr Hase (1780-1864) », Bibliothèque de l’école des chartes, 1864, tome 25, p. [367]. []
  60. Bréal, Michel, « La jeunesse de M. Hase », Revue des deux mondes, 15 mars 1883, vol. 56, n° 2, p. [347]. []
  61. Guigniaut, Joseph-Daniel (1794-1876), « Notice historique sur la vie et les travaux de M. Charles-Benoît Hase », Mémoires de l’Institut national de France, 1877, tome 27, 1e partie, p. 272. []
  62. Hase qui ne comprenait soi-disant pas l’enfant est capable de se remémorer et retranscrire ses paroles… []
  63. Weiss, Jean-Jacques (1827-1891), « Notes et impressions », La Revue politique et littéraire, 20 novembre 1880, n° 21, p. 501. []
  64. Maufroy, Sandrine, « Karl Benedikt Hase et son cercle », dans : Maufroy, Sandrine, Le philhellénisme franco-allemand : 1815-1848, Paris : Belin, 2011, p. 65-112. []
  65. Gran-Aymerich, Ève, « Karl Benedikt Hase (1780-1864) et Désiré Raoul-Rochette (1789-1854). D’après leur correspondance : deux médiateurs culturels entre France et Allemagne à la Bibliothèque nationale (1801-1864) », dans : Bonnet, Corinne ; Krings, Véronique (éd.), S’écrire et écrire sur l’Antiquité : l’apport des correspondances à l’histoire des travaux scientifiques, Grenoble : J. Millon, 2008, p. [83].
    Ève Gran-Aymerich précise que le fonds de C. B. Hase du Goethe-une-Schiller Archive « conserve plus de 14 000 documents émanant de plus de 1000 correspondants. » []
  66. Förstel, Christian, « Le cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale entre la France et la Grèce au XIXe siècle », dans : Chrysós, Euággelos K. (éd.) ; Farnaud, Christophe (éd.), Elláda kai Gallía ton 19o aiṓna : praktiká [ellīno-gallikoú] synedríou, [Athī́na, 29 kai 30 Martíou 2011] = Ελλάδα και Γαλλία τον 19ο αιώνα : πρακτικά [ελληνο-γαλλικού] συνεδρίου, [Αθήνα, 29 και 30 Μαρτίου 2011], Athī́na : ́Idryma tīs Voulī́s tōn Ellī́nōn gia ton koinovouleutismó kai tī dīmokratía, 2012, p. 95-106. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hal.science/file/index/docid/904936/filename/Le_cabinet_des_manuscrits_de_la_BibliothA_que_nationale_entre_la_France_et_la_GrA_ce.pdf>. []
  67. Berthoud, Charles, « Varia. Hase », Revue germanique et française, 1er août 1864, tome 30, p. 357. []
  68. Guigniaut, Joseph-Daniel (1794-1876), « Notice historique sur la vie et les travaux de M. Charles-Benoît Hase », Mémoires de l’Institut national de France, 1877, tome 27, 1e partie, p. 260 et 270. []
  69. Geel, Jacob (1789-1862), Lettre à M. Hase, sur le discours de Dion Chrysostome, intitulé Éloge de la chevelure, Leyde : H. W. Hazenberg et comp., 1839, 39 p. Disponible sur Internet, url : <https://books.google.fr/books/about/Lettre_%C3%A0_M_Hase_sur_le_Discours_de_Dion.html>. Voir aussi le compte rendu dans : Revue de bibliographie analytique, 1840, t. 1, p. 422-424. Disponible sur Internet, url : <https://books.google.fr/books?hl=fr&id=1IQEAAAAQAAJ>. []
  70. Fortoul, Hippolyte ; Taschereau, Jules, « Présentation à l’Empereur du 1er volume du Catalogue de la Bibliothèque impériale, et rapport sur l’ensemble du travail », Bulletin administratif de l’instruction publique, 1855, janvier, tome 6, n° 61, p. 8-22. Disponible sur Internet, url : <https://education.persee.fr/doc/baip_1254-0714_1855_num_6_61_5659>. []
  71. Cramer, John Anthony (1793-1848), Anecdota græca e codd. manuscritis bibliothecæ regiæ Parisiensis, Oxoniae : ex typographeo academico, 1839, 4 vol. : v. 1. Excerpta poetica ; v. 2. Excerpta historica et chronologica ; v. 3-4. Excerpta philologica, pars I-II. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/anecdotagraecaec01cram> ; <https://archive.org/details/anecdotagraecaec02cram> ; <https://archive.org/details/anecdotagraecaec03cram>. Voir le compte rendu paru dans : Revue de bibliographie analytique, 1840, t. 1, p. 228-230. Disponible sur Internet, url : <https://books.google.fr/books?hl=fr&id=1IQEAAAAQAAJ&q>. []
  72. Carte comparée des Régences d’Alger et de Tunis / dressée par le Chev. Lapie, 1er Géographe du Roi, … ; les noms anciens ont été revus par Mr le Chev. Hase, … ; les noms arabes par Mr le Chev. Jaubert, … ; gravé par Flahaut ; écrit par Lallemant, Paris : Ch. Picquet, 1829, 1 carte : avec limites en coul. ; 102 x 70,5 cm []
  73. La première édition est disponible sur Internet, url : <https://iiif.lib.harvard.edu/manifests/view/ids:25332797$1i>. []
  74. Hase, Carl-Benedict, « Rapport de la Commission des Antiquités de la France », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1858, 2ᵉ année, p. 181-183. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1858_num_2_1_66067>. []
  75. Keil, Richard ; Keil, Robert, Geschichte des Jenaischen Studentenlebens von der Gründung der Universität bis zur Gegenwart, 1548-1858 : eine Festgabe zum dreihundertjährigen Jubiläum der Universität Jena, Leipzig : Brockhaus, 1858, 1 vol. (XVI, 662 p.) ; in-8° []
  76. Herfurth, Dietrich ; Klauss, Jochen ; Klee, Jürgen, Im Zeichen des Weissen Falken : Sachsen-Weimar-Eisenach im Lichte seiner Orden und Ehrenzeichen, Berlin : Biloba Verlag, 2012, 1 vol. (352 p.). ISBN 978-3-00-039112-5 []
  77. Berthoud, Charles, « Varia. Hase », Revue germanique et française, 1er août 1864, tome 30, p. 357. []
  78. Bréal, Michel, « La jeunesse de M. Hase », Revue des deux mondes, 15 mars 1883, vol. 56, n° 2, p. [347]. []
  79. Guigniaut, Joseph-Daniel (1794-1876), « Notice historique sur la vie et les travaux de M. Charles-Benoît Hase », Mémoires de l’Institut national de France, 1877, tome 27, 1e partie, p. [247]. []
  80. Guigniaut, Joseph-Daniel (1794-1876), « Notice historique sur la vie et les travaux de M. Charles-Benoît Hase », Mémoires de l’Institut national de France, 1877, tome 27, 1e partie, p. 263. L’auteur indique toutefois de Hase que « chaque année, aux vacances, il se donnait le plaisir d’une excursion aux Pyrénées ou sur les bords du Rhin, récréant ainsi son esprit et son corps jusqu’à ses derniers jours. », p. 271. []
  81. Reinach, Salomon, « Michel Bréal », Revue archéologique, 1916, 5e série, t. 3, p. [139]-150. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k203680t/f144.item>. []
  82. Reinach, Salomon, « Michel Bréal », Revue archéologique, 1916, 5e série, t. 3, p. 140. []
  83. Désormais à la BnF : Supplément grec 1363, https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc244295 []
  84. Bourquelot, Félix, « Mr Hase (1780-1864) », Bibliothèque de l’école des chartes, 1864, tome 25, p. [367]. []
  85. Reinach, Salomon, « A propos de Hase », Revue archéologique, 1926, janvier-juin, 5e série, t. 23, p. 128. []
  86. Pitollet, Camille, « Le père Hase. Histoire de la venue en France de celui qui refusa Anatole France au baccalauréat », La Renaissance d’Occident, 1922, juillet, 3e année, tome VI, n° 7, p. [256]-287. L’article annonce une suite que nous n’avons pas trouvée. De même, C. Pitollet dit tirer son récit d’un article du 6 novembre [1922 ?] du Petit Parisien. Nous ne l’avons pas trouvé en 1921, 1922. []
  87. Weiss, Jean-Jacques (1827-1891), « Notes et impressions », La Revue politique et littéraire, 20 novembre 1880, n° 21, p. 500. []
  88. Bourquelot, Félix, « Mr Hase (1780-1864) », Bibliothèque de l’école des chartes, 1864, tome 25, p. [367]. []
  89. Guigniaut, Joseph-Daniel (1794-1876), « Notice historique sur la vie et les travaux de M. Charles-Benoît Hase », Mémoires de l’Institut national de France, 1877, tome 27, 1e partie, p. 273 []
  90. Belleval, René de (1837-1900), Souvenirs de ma jeunesse, Paris : E. Lechevalier, 1895, p. 412-415. []
  91. Berthoud, Charles, « Varia. Hase », Revue germanique et française, 1er août 1864, tome 30, p. 357. []
  92. Pitollet, Camille, « Le père Hase. Histoire de la venue en France de celui qui refusa Anatole France au baccalauréat », La Renaissance d’Occident, 1922, juillet, 3e année, tome VI, n° 7, p. [256]. []
  93. Guigniaut, Joseph-Daniel (1794-1876), « Notice historique sur la vie et les travaux de M. Charles-Benoît Hase », Mémoires de l’Institut national de France, 1877, tome 27, 1e partie, p. 267, 269 et 270. []
  94. Pierre et Jean, « Notes et impressions », []
  95. Idem, p. 112. []
  96. A.B., « Bulletin mensuel de l’Académie des inscriptions, mois d’octobre », Revue archéologique, 1862, n. série, 3e année, 6e vol., p. 341-342, citation p. 342. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2035752/f334>. []
  97. « Discussion sur le Musée Napoléon III », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1862, 6ᵉ année, p. 182-185. DOI : https://doi.org/10.3406/crai.1862.66644. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1862_num_6_1_66644>. Voir aussi : Nadalini, Gianpaolo, « La collection Campana au musée Napoléon III et sa première dispersion dans les musées français (1862-1863) », Journal des savants, 1998, n° 2, p. 183-225. DOI : https://doi.org/10.3406/jds.1998.1618. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/jds_0021-8103_1998_num_2_1_1618> et Gran-Aymerich, Ève, « Le musée Napoléon III au palais de l’industrie », Bulletin de la Société historique de Compiègne, 2001, t. 37 : L’archéologie sous Napoléon III, p. 29-47. Disponible sur Internet, url : <https://histoire-compiegne.com/wp-content/uploads/BULLETINS/37-17.pdf>. []
  98. Estienne, Henri ; Dindorf, Ludwig August ; Dindorf, Wilhelm ; Hase, Charles Benoît, Thesaurus graecae linguae, Paris : A. F. Didot, 1831-1865, 8 vol. en 9 ; 35 cm. []
  99. Bonaparte, Louis-Napoléon ; Duruy, Victor, « Nouvelle dénomination d’une chaire de l’école des langues orientales vivantes », Bulletin administratif de l’instruction publique, 1864, tome 1, n° 21, p. 418. Disponible sur Internet, url : <https://education.persee.fr/doc/baip_1254-0714_1864_num_1_21_14901>. []
  100. Duruy, Victor, « Rapport à l’Empereur sur les fonctions et les chaires laissées vacantes par le décès de M. Hase », Bulletin administratif de l’instruction publique, 1864, tome 1, n° 21, p. 415-417. Disponible sur Internet, url : <https://education.persee.fr/doc/baip_1254-0714_1864_num_1_21_14899>. []
  101. Bonaparte, Louis-Napoléon ; Duruy, Victor, « Nomination d’un professeur à l’École impériale des langues orientales », Bulletin administratif de l’instruction publique, 1864, tome 2, n° 38, p. 325. Disponible sur Internet, url : <https://education.persee.fr/doc/baip_1254-0714_1864_num_2_38_16083>. []
  102. Miller et Hase s’étaient chargés de la nouvelle édition du Voyage pittoresque dans l’empire ottoman, en Grèce, dans la Troade, les îles de l’Archipel et sur les côtes de l’Asie Mineure, par le comte de Choiseul-Gouffier, Paris : J.-P. Aillaud, 1842. []
  103. Bonaparte, Louis-Napoléon ; Duruy, Victor, « Élection d’un membre à l’Académie des inscriptions et belles-lettres », Bulletin administratif de l’instruction publique, 1864, tome 1, n° 20, p. 369. Disponible sur Internet, url : <https://education.persee.fr/doc/baip_1254-0714_1864_num_1_20_14840>. []
  104. Delbergue-Cormont, Victorien Louis Jean Baptiste (1816-1888). Commissaire-priseur, Catalogue des livres sur les langues orientales, sur la littérature grecque ancienne et moderne, sur l’archéologie, l’histoire de France et d’Algérie et des manuscrits anciens grecs et orientaux, des chartes, etc. composant la Bibliothèque de feu M. C.-B. Hase,… : dont la vente aura lieu le lundi 21 novembre 1864 et jours suivants, rue des Bons-Enfants, 28, maison Silvestre, salle n° 2, Paris : Labitte, 1864, 1 vol. (XI-156 p.) ; 22 cm. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5805319m>. []
  105. Guigniaut, Joseph-Daniel (1794-1876), « Notice historique sur la vie et les travaux de Charles-Benoît Hase, membre de l’Académie », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1867, 11e année, p. 180-193. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1867_num_11_1_67326>. Voir aussi : Villetard, Edmond, « Académie des Inscriptions et belles-lettres, séance publique annuelle du 2 août 1867 », Journal des débats politiques et littéraires, 3 août 1867, p. [3]. Disponible sur Internet, url : <https://www.retronews.fr/journal/journal-des-debats-politiques-et-litteraires/3-aout-1867/134/767307/3>. []
  106. Delbergue-Cormont, Victorien Louis Jean Baptiste (1816-1888). Commissaire-priseur, Catalogue de livres anciens et modernes : vente aura lieu le 24 mars 1875 et jours suivants… / par le ministère de Me Delbergue-Cormont, commissaire-priseur…, Paris : Bachelin-Deflorenne, 1875, 1 vol. (76 p.) ; 24 cm. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1240116z>. []
  107. Delbergue-Cormont, Victorien Louis Jean Baptiste (1816-1888). Commissaire-priseur, Catalogue d’un choix de livres anciens : vente aura lieu le mercredi 31 mars 1875…, Paris : Labitte, 1875, 1 vol. (24 p.) ; 23 cm. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1243941q>. []
  108. Michel Bréal a écrit son article à partir des lettres de K. B. Hase publiées dans la Deutsche Rundschau de 1880-1881. Dans sa notice nécrologique de Michel Bréal, publiée dans La Revue archéologique, Salomon Reinach reprend des extraits de cet article : Reinach, Salomon, « Michel Bréal », La Revue archéologique, 1916, p. [139]-150. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k203680t/f144>. []
  109. En 1851, Jacques Hébert était adjoint au maire du 3e arrondissement. Le 23 décembre 1851 il obtint l’ordre impérial de la Légion d’honneur. Voir : Annuaire de l’ordre impérial de la légion d’honneur publié par les soins et sous la direction de la grande Chancellerie. Année 1852, Paris : imprimerie impériale, 1853, p. 373. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k310005q/f413>. []
  110. L’Annuaire-almanach du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers (Didot-Bottin), 1864, A Paris : chez Firmin Didot frères, fils et Cie, 1864, p. 354, 488 et 1248 recense un Pussin au 2 rue Colbert qui était bottier. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6333170p/f676> (p. 354), <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6333170p/f532> (p. 844) et <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6333170p/f1258.> (p. 1248). []
  111. Reinach, Salomon, « Michel Bréal », Revue archéologique, 1916, 5e série, t. 3, p. 141. []
  112. Voir l’entrée Tagebücher du fonds Bestand 108: Hase, Karl Benedikt, url : <https://ores.klassik-stiftung.de/ords/f?p=401:70:3475103530718:::RP:p_bnr,p70_region,p70_seite:108,2,1>. []
  113. Barton, William, « Uncovering the secret life of Karl Benedikt Hase with START Grant winner William Barton », READ-COOP SCE, [s. d.]. Disponible sur Internet, url : <https://readcoop.eu/success-stories/william-barton/?utm_content=164416199>. []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. GERARD dit :

    Bonjour,

    à noter que Charles Benoît Hase signait, dès 1812 (voir son dossier de naturalisation), “C. B. Hase” et pas “K. B. Hase”, donc l’abréviation “K. B.” à partir de la date de sa naturalisation n’est pas la bienvenue.

    Par ailleurs, comment sa mère peut-elle être née WOLF et avoir un père nommé SCHMIDT ?

    Toujours au sujet de sa mère, il est écrit dans l’ouvrage “Unsere Hauschronik . Geschichte der Familie Hase in vier Jahrhunderten”, de Karl Alfred von Hase (cité dans la notice Christian Heinrich Hase (Pastor) de https://de.wikipedia.org/) page 76 :

    Il s’est marié pour la deuxième fois, probablement en 1779, avec une fille du pasteur Wolf de Münchengosserstedt et Würchhausen. En 1780, elle lui donna un fils, Karl Benedist. (traduction via Google).

    La notice allemande Wikipedia du père de M. Hase se contredit elle-même, elle suit pas ce qui est indiqué dans l’ouvrage qui est cité en référence dans l’article même.

    Il y a effectivement eu une première alliance avec une fille (non prénommée) d’un pasteur Johan Andres Shmidt, de Schmiedhausen, d’où est né Christian Immanuel.

    Bien entendu, ce ne sont que des points de détails, mais une biographie n’est-elle pas un ensemble de points de détails ?

    Cordialement

    • Olivier Jacquot dit :

      Bonjour,
      Si une biographie est un ensemble de points de détails, encore faut-il qu’ils soient justes. Merci de votre lecture attentive et de vos précisions prises en compte.
      Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search