La Bibliothèque Nationale en 1905

Les rapports d’activité de la Bibliothèque nationale de France sont une des premières sources à consulter pour toute recherche sur l’histoire de la Bibliothèque même s’ils ont été produits de façon irrégulière, avec des objectifs, des destinataires et une périodicité qui a varié au fil des années. 

Pour contribuer à l’histoire de l’établissement, les plus anciens d’entre eux sont transcrits dans ces pages, sans faire l’objet d’aucun commentaire de notre part autre que sur la transcription.


Document : « Rapport au Ministre de l’Instruction publique, des beaux-arts et des cultes, [1905], 20 mars 1906 », Journal officiel de la République française. Lois et décrets, 12 avril 1906, n° 101, p. 2376-2378.

Auteur : Henry Marcel, administrateur général de la Bibliothèque nationale de 1905 à 1973.


Rapport au Ministre de l’Instruction publique, des beaux-arts et des cultes

Paris, le 20 mars 1906.

L’administrateur général de la Bibliothèque nationale à M. le ministre de l’instruction publique, des beaux-arts et des cultes.

J’ai l’honneur de vous adresser un rapport sur l’ensemble des services de la Bibliothèque nationale en 1905. Il m’a paru intéressant de vous faire connaître, pour chacun des quatre départements — imprimés, cartes et collections géographiques ; manuscrits ; médailles et antiques ; estampes — le mouvement des lecteurs et des volumes ou objets communiqués, l’accroissement des collections, les travaux exécutés et les efforts accomplis pour donner satisfaction au public. Le Gouvernement et les Chambres pourront ainsi se rendre compte de l’extension continuelle des services, des difficultés d’assurer le classement, la conservation et la communication de collections chaque jour plus nombreuses, et de la nécessité d’augmenter les crédits de la Bibliothèque proportionnellement à ses développements, si l’on veut obtenir d’elle tous les services qu’elle peut rendre et lui permettre de soutenir, sans trop de désavantage, la comparaison avec les établissements similaires de l’étranger.

Département des imprimés, cartes et collections géographiques.

C’est au département des imprimés qu’affluent les lecteurs, c’est là que le service est le plus chargé et que les accroissements sont les plus nombreux. Il est facile de s’en rendre compte à la lecture des chiffres suivants :

STATISTIQUE DE 1905

Statistique des salles.

Salle de travail.

Nombre de lecteurs163.719
Nombre de volumes communiqués534.169

Salle publique de lecture.

Nombre de lecteurs44.812
Nombre de volumes communiqués63.849

Section de géographie.

Nombre de lecteurs2.108
Cartes communiquées41.518

Accroissement des collections.

Dépôt légal.

Volumes :

Paris,4,871 articles.
Province,14,612 articles.

Périodiques :

Paris,143,000 numéros.
Province,320,000 numéros.
Musique,6,660 articles.
Dépôt administratif,355 articles.
Dépôt international,27 articles.

Acquisitions.

Volumes,9,800 articles.
Périodiques étrangers,72,000 numéros.


Dons.

Volumes,4,1521
Dissertations étrangères,4,249.

Section de géographie.

Dépôt légal,848 cartes.
Acquisitions,689 cartes ou volumes.
Dons,152 cartes ou volumes.

Reliure.

Reliures à l’extérieur,8,143 volumes reliés ; 8,500 volumes cartonnés.
Atelier intérieur,2,341 volumes reliés ; 8,968 volumes cartonnés ; 1,141 volumes réparés.

A l’état des reliures en 1905, il convient d’ajouter les travaux d’assemblage des numéros de périodiques, que l’insuffisance des crédits ne permet pas de relier, et qui sont constitués en paquets ficelés, dont la communication est ainsi rendue possible. 2,092 recueils de cette sorte ont été formés en 1905.

Dons et acquisitions.

Dans le nombre indiqué ci-dessus des 9,800 volumes qui ont été achetés en 1905, les publications étrangères figurent pour les neuf dixièmes. Le choix en a été fait par les fonctionnaires de la Bibliothèque, après dépouillement des catalogues et bibliographies étrangères, et aussi sur les indications d’une commission de savants que leur spécialité désignait pour cette collaboration2. Indépendamment des livres étrangers, la Bibliothèque a acheté un certain nombre de volumes anciens français, latins, etc. qui sont venus combler des lacunes, au département des imprimés, dans les séries des premières impressions ou des éditions originales d’œuvres littéraires. Signalons parmi les acquisitions de livres anciens : les Œuvres de Clément Marot, éd. de Lyon, 1543 ; Bréviaire d’Uzès, 1493, qui a servi à M. Claudin pour sa notice 1’« Imprimerie à Uzès au quinzième siècle » ; le Régime de Ménage selon la doctrine Saint-Bernard, volume imprimé à Besançon et non encore signalé ; le Tres passement et l’Assumption Notre-Dame, impression parisienne portant sur le titre la marque au monogramme J. D., que M. Claudin estime être la première marque du célèbre imprimeur parisien Jean Du Pré ; les Vertus des eaux et des herbes, deux éditions non décrites d’un livret du quinzième siècle ; Tractatus de regulis mandatorurn, de Gerson, Mallorca, 1485, in-4° (le premier livre imprimé aux îles Baléares) ; Obras, de Prats, Mallorca, 1487, in-4°, seul exemplaire complet de ce « Cancionero », un des incunables les plus curieux de l’Espagne.

Au nombre des dons faits au département des imprimés en 1905, il faut en première ligne mentionner la libéralité exceptionnelle de M. Léopold Delisle, qui, en quittant l’établissement auquel il a consacré près de cinquante quatre ans de sa vie de science et de travail, a voulu lui donner une dernière marque de sa constante sollicitude et a disposé, en son nom et au nom de Mme Delisle, née Burnouf, de sa bibliothèque en faveur des collections nationales. C’est un enrichissement de peut-être 30,000 volumes ou brochures, tous d’un grand intérêt historique, philologique, archéologique ou bibliographique. Un certain nombre manquaient au département des imprimés ; la plus grande partie servira, suivant les intentions des donateurs, à augmenter le fonds de la future salle en construction sur la rue Vivienne, ou aidera très utilement les travaux des hommes d’étude, en augmentant les facilités du prêt au dehors.

M. Béraldi, l’amateur bien connu, a eu la généreuse pensée de former à la Bibliothèque nationale un musée de reliures contemporaines exécutées par les meilleurs artistes de Paris. Le département des imprimés doit à sa bienveillance cinq volumes luxueux, exécutés par Marius Michel et Mercier en 1905 et qui sont exposés à la galerie Mazarine. Citons encore, parmi les dons de l’année 1905 : la collection des catalogues publiés récemment par le musée britannique, celle des documents parlementaires d’Allemagne, d’Autriche, de Suède, des Etats-Unis et des publications officielles et administratives étrangères qui nous parviennent par le service des échanges internationaux ; les publications du « Roxburghe Club » ; deux volumes donnés par M. P. Lacombe : Guillaume de Paris, De septem sacramentis, Rouen, vers 1500, et Vitæ patrum, 1483 ; un très beau volume offert par Mme Henniker Heaton : Richard Wagner, his life and works from 1813 to 1834.

Catalogues.

Les travaux de catalogue et d’inventaire ont été poussés activement en 1905 au département des imprimés, de manière à ne laisser aucun volume en souffrance et aussi à continuer la publication du Catalogue général. Le Bulletin mensuel des publications françaises, le Bulletin mensuel des publications étrangères ont paru régulièrement, de même que le catalogue des dissertations étrangères reçues au cours de l’année 1905. La transformation de ces bulletins, à l’aide de découpures, en répertoire alphabétique de noms d’auteurs et de matières a tenu les lecteurs au courant de toutes les nouvelles entrées. En même temps étaient publiés les tomes XXII, XXIII, XXIV et XXV du Catalogue général des livres imprimés. Chacun de ces volumes de 600 pages comprend environ 10,000 articles. En évaluant à 1,200,000 le nombre, non pas des volumes, mais des ouvrages (non compris les anonymes) conservés au département des imprimés, on peut dire qu’avec le tome XXV nous sommes arrivés à plus du cinquième de cette longue et difficile entreprise.

Parallèlement aux catalogues imprimés, on a continué l’autographie des catalogues spéciaux ; celui des anonymes de l’histoire de France a été conduit à la lettre G (série des noms de personnes) et celui de l’histoire d’Amérique à la page 110 du tome III.

A la section de géographie, un catalogue des plans de Paris a été terminé et préparé pour impression.

Département des manuscrits.

A la salle de travail du département des manuscrits, la statistique des lecteurs et des volumes communiqués en 1905 a enregistré les chiffres suivants :

Lecteurs,36,212.
Manuscrits communiqués,62,614.

En outre. 515 volumes, dont 319 à Paris, 87 en province et 109 à l’étranger, ont été prêtés. La photographie a nécessité le transport, à l’atelier, de 482 volumes ; enfin le département a reçu 91 manuscrits de bibliothèques de province ou de l’étranger destinés à être communiqués dans les salles de la Bibliothèque.

Accroissement des collections.

Acquisitions,195 volumes.
Dons,223 volumes.

Reliure.

Reliure à l’extérieur,1,278 volumes.
Reliure à l’atelier intérieur,1,324 volumes.

Acquisitions.

Les principales acquisitions sont les suivantes : Hayton, Histoire d’Orient, manuscrit du quinzième siècle ; Firman original du sultan Howeis, quinzième siècle ; Correspondance du maréchal de Navailles pendant la guerre de Catalogne (1675-1679) ; Traité d’art militaire de Taïbogha, manuscrit arabe du quatorzième siècle ; Diplôme de Charles le Chauve pour l’abbaye de Solignac, original ; Bestiaire et Lapidaire en français ; Histoire d’Alexandre le Grand, manuscrit des douzième et treizième siècles ; Necrologia duo S. Taurini Ebroïcensis, manuscrit du treizième au dix-septième siècle ; Histoire de l’Europe pendant les années 1527-1529, par R. Macquerian, manuscrit original ; Obituaire de Clamecy, manuscrit du quatorzième siècle ; Œuvres poétiques de P. de Nesson, manuscrit du seizième siècle ; Neophyti monachi catecheses græce, manuscrit unique du douzième siècle ; Recueil de chansons françaises, avec peintures, du seizième siècle ; Distinctiones Arnaldi archiepiscopi Salernitani, manuscrit du quatorzième siècle.

Dons.

Parmi les dons, il y a lieu de signaler : du ministère de l’instruction publique : documents sur l’histoire des bibliothèques départementales sous la Révolution et l’Empire ; de Mlle Dosne : papiers de M. Thiers (deux paquets scellés dont la communication est réservée jusqu’en 1915) ; de M. Rohault de Fleury : documents archéologiques sur la France et l’Italie, 110 vol. in-fol. et in-4° ; de Mme Jules Ferry : inscriptions sanscrites du neuvième siècle, sur plaques de cuivre ; de M. Hérelle : collection de pastorales basques ; de M. Decourdemanche, collection de manuscrits arabes, 75 vol. du quinzième au dix-neuvième siècle.

Catalogues.

Indépendamment des travaux de rédaction portant sur les manuscrits nouvellement entrés ou sur les collections anciennes, les catalogues suivants ont été publiés au cours de l’année 1905 :

Catalogue des manuscrits persans, tome Ier ;
Catalogue des manuscrits des collections des provinces, tome Ier ;
Catalogue des manuscrits des collections Duchesne et Bréquigny ;
Catalogue des livres chinois, tome II, fascicule 1 ;
Catalogue des nouvelles acquisitions latines et françaises.

Département des médailles et antiques.

Il est difficile d’évaluer le nombre des pièces communiquées au département des médailles, une demande de communication pouvant porter sur un seul objet ou sur des centaines de médailles. Le nombre de personnes qui sont venues consulter les collections du cabinet, en 1905, est de 592.

Les acquisitions se sont élevées au total de 145 ; les dons comprennent 285 objets ou livres
de numismatique ; le dépôt légal a fait entrer 87 pièces dans les médailliers.

Acquisitions.

Comme acquisitions les plus remarquables, citons les médaillés ou monnaies ci-dessous :

Dans la série grecque : Pescennius Niger (le port de Césarée de Bithynie); médaille d’argent de Delphes (Apollon amphictionique) ; incertaine argent de la Macédoine (femme ailée courant) ; monnaie primitive électrum de Clazomène.

Dans la série romaine : aurei de Macrin, Géta, Maximien Hercule ; didrachme de Germanicus et Artaxius, roi d’Arménie ; aureus d’Allectus, usurpateur de Grande-Bretagne médaillon contorniate de Trajan.

Parmi les pierres gravées : 4 cylindres chaldéens, des pierres mycéniennes et des intailles gnostiques.

Dans les séries modernes : 24 monnaies d’argent d’Henri II ; médailles françaises du seizième et du dix-septième siècle ; médailles italiennes de la Renaissance ; tiers de sou
mérovingien.

Dons.

Voici la liste des principaux dons : M. A. Degrand, consul de France à Philippopoli : une monnaie de bronze d’Apollonia de Thrace ; Ad. Reinach : une monnaie d’argent de Cleitor (Arcadie) ; S. de Ricci : un aureus de Maximien, provenant de la trouvaille d’Aboukir ; M. Sandars, de Londres : lingot d’argent à légende celtibérienne trouvé en Espagne ; M. C. de Beistegui : monnaies d’Alsace et pièces byzantines ; M. Léon Potier : jetons maçonniques ; M. le colonel de Pimodan : monnaies arabes ; M. le baron de Taubé, à Saint-Pétersbourg : monnaies russes ; Mme E. Pellerin : jetons français et monnaies étrangères ; M. J.-A. Saurel, à Sumatra : monnaies korintjiennes ; M. Fabio Fabbi, à Florence : médailles italiennes ; M. M. de Puydt, à Liège : deux médailles de la Révolution française ; M. E. Guilhou : médailles de Mélanthon ; le gouvernement belge : médaille de l’indépendance belge ; la société des familles : objets découverts en Tunisie et en Espagne ; M. Roque : jeton d’argent : M. Horace Sandars ; à Westminster : lingot d’argent à inscription celtibérienne ; M. A. Cantacuzène : médaille de sa famille.

Catalogues des inventaires.

Au cours de l’année 1905 ont été rédigés : l’inventaire des monnaies grecques antiques des provinces du Pont et de Paphlagonie : la description des monnaies grecques d’Italie exposées ; l’inventaire du legs Max Verly ; l’inventaire des monnaies d’or romaines, deuxième partie ; le catalogue de la collection des jetons de M. Rouyer (tome II).

Département des estampes.

Statistique.

La statistique du département des estampes, en 1905, a donné les résultats suivants :

Lecteurs,18,017.
Pièces communiquées,56,868.

Accroissement des collections.

Nombre de pièces entrées :

Dépôt légal,2,618.
Acquisitions,625.
Dons,1,013.
Reliure,178 volumes de différents formats.
Service de la photographie,414 demandes portant sur 3,706 pièces.

Acquisitions.

Il convient de citer particulièrement parmi les acquisitions : 4 fragments d’étoffes imprimées avec des bois gravés des treizième et quatorzième siècles ; 23 eaux-fortes complétant l’œuvre de Rodolphe Bresdin ; 147 dessins originaux de Raffet, relatifs au siège de Rome (1849) ; 5 gravures incunables de la plus grande rareté : saint Christophe, saint Augustin, sainte Claire d’Assise, la Trinité, gravure au trait ; la Trinité, gravure en manière criblée ; l’Annonciation aux bergers, par le maître S. ; 12 pièces de la petite Passion, du maître S., et le mariage de la Vierge, par Jean de Cologne.

Dons.

Principaux dons : M. A. Beurdeley : lithographie originale de Boilly, datée de 1802 ; conservatoire des arts et métiers : album du conservatoire des arts et métiers ; M. Maciet : 42 dessins par Nitot Dufrêne ; Mme Cottin : œuvre de M. Ed. Hostein, père de la donatrice ; Mlle Levillain : œuvre de P. Levillain, sculpteur, en un volume relié ; M. Strohlin : cuivres gravés de deux eaux-fortes d’Ed. Manet ; M. Murray : dessins de la collection Fairfax Murray ; Mme Gérôme : l’œuvre de L. Gérôme, 28 volumes de photographies in-folio ; M. le chanoine Urseau, d’Angers : gravure sur bois : N.-D. du Puy d’Amiens, aux armes de François Ier ; Comité des Primitifs français : cahier de croquis de Demarteau, livre de dépenses d’Augustin Dupré, graveur en médailles, de 1791 à 1800 ; dessin original de Louis David : têtes de Launay et de l’officier pris pour M. du Puget et massacré le 14 juillet 1789, 2 eaux-fortes originales de Prudhon.

Catalogues et inventaires.

En outre des travaux courants de classement et de catalogue, le département des estampes a préparé le Catalogue des dessins de la réserve, l’Inventaire des catalogues de vente, le tome VI du Catalogue des portraits.

Pour compléter cet aperçu de nos différents services en 1905, je vous rappellerai, monsieur le ministre, que par une décision prise par M. Bienvenu Martin, votre prédécesseur, la Bibliothèque nationale a été autorisée à prêter le concours de ses collections et des nouveaux locaux disponibles sur la rue Vivienne et non encore utilisables pour nos services, à une exposition d’œuvres d’art du dix-huitième siècle, dont le projet et l’organisation sont l’œuvre de l’ancien comité de l’exposition des Primitifs français reconstitué, sous la présidence de M. G. Berger, membre de l’Institut, député de la Seine.

Nous comptons offrir ainsi au public, au printemps prochain, un ensemble de miniatures, de gravures en couleur et en mezzotinte, de pierres gravées, de médailles, etc., provenant de la Bibliothèque ou de collections particulières, qui rappelleront, sous des formes diverses, une des époques les plus florissantes de l’art français. Quelque temps auparavant, et dans une autre partie de nos bâtiments, s’ouvrira, à l’occasion du centenaire de Corneille, une exposition de volumes (éditions originales de pièces isolées ou d’œuvres complètes), de manuscrits et de portraits du grand poète.

La Bibliothèque nationale s’efforce, vous le voyez, monsieur le ministre, de faire connaître au public, dans les meilleures conditions possibles, les collections et les richesses qui y sont accumulées depuis des siècles. Malheureusement, l’état des locaux en cours de reconstruction, la défectuosité du mécanisme employé pour les communications, surtout l’insuffisance du personnel ne nous permettent pas toujours de répondre, comme nous le voudrions, aux demandes des lecteurs. La lenteur des communications, dont ils se plaignent souvent avec raison, n’est vraiment pas de notre fait. Tant que, par suite de la reconstruction des bâtiments, les collections du département des imprimés, au lieu d’être groupées autant que possible autour de la salle de travail, centre des communications, devront être reléguées provisoirement, pour une grande partie, aux extrémités de l’édifice, que les monte-charge et le matériel de transport des volumes, au lieu de marcher automatiquement, seront mus à bras d’homme (non sans fatigue pour nos agents ni sans dommage pour les livres), que le personnel sera si restreint que, lorsqu’une seule absence pour cause de maladie ou tout autre motif légitime vient à se produire, le service menace d’être désorganisé, il sera difficile de faire mieux. Néanmoins une série de mesures de détail ont été prises en 1905, qui ont donné de bons résultats. D’abord les séances des salles du département des imprimés ont été prolongées dans les mois de février, mars, septembre et octobre, la fermeture n’ayant lieu qu’à quatre heures et demie et cinq heures et demie au lieu de quatre et cinq heures. De plus, un changement de système dans l’inscription des ouvrages portés au compte des lecteurs, qui se fait non plus sur les ouvrages mêmes, mais d’après le bulletin de demande du lecteur, a diminué la durée de l’attente du volume. D’après une moyenne rigoureusement calculée, on a constaté que de trente à trente-cinq minutes, cette attente avait été réduite à vingt minutes. Ensuite nous avons mis à la disposition des lecteurs de nouveaux bulletins, à l’aide desquels ils peuvent demander la veille ou le matin même, par correspondance, les ouvrages qu’ils comptent venir consulter dans la journée. Ils les trouvent ainsi tout préparés, à leur nom, en arrivant dans la salle. Enfin l’installation projetée d’un tapis roulant, qui reliera le bureau de la salle aux magasins, activera encore les communications en supprimant des manutentions qui retardent l’arrivée des volumes. Cette dernière réforme, comme tous les autres perfectionnements de notre matériel, ne peut être exécutée qu’avec le concours du service des bâtiments civils, et c’est à M. Pascal, architecte de la Bibliothèque, que nous en demandons la réalisation.

C’est également du service des travaux que nous attendons la construction de la seconde salle de lecture, dont l’édification se poursuit sur les terrains de la rue Vivienne. L’ouverture de cette salle amènera, nous n’en doutons pas, une notable amélioration dans le service des communications. Elle sera pourvue d’un système d’éclairage pour l’installation d’un service du soir et sera aménagée de manière à recevoir à peu près le même nombre de lecteurs que la salle de travail actuelle ; un service spécial pour la communication des journaux et périodiques y sera organisé. Enfin la réunion, à proximité de la salle même, des collections qui y seront communiquées et qui atteindront peut-être 100,000 volumes, tous cotés et représentés dans des catalogues mis à la disposition des lecteurs, permettra d’en donner rapidement communication. Ce nouveau service, en raison même des commodités qu’il présentera, sera un grand allégement pour celui de la salle de travail. Aussi, en terminant ce rapport, je me permettrai d’insister auprès de vous, monsieur le ministre, pour demander au Parlement le vote de crédits plus importants que les allocations budgétaires actuelles, qui, en hâtant l’achèvement de la nouvelle salle, nous donneront le moyen de réaliser les réformes impatiemment attendues de tous ceux qui ont recours aux collections de la Bibliothèque nationale.

HENRY MARCEL.

  1. Dans ce nombre n’est pas compris le don important fait par M. Delisle, dont il est parlé plus loin. []
  2. Cette commission, instituée par arrêté du 13 mai 1905, se compose de MM. Henry Marcel, administrateur général de la Bibliothèque nationale, président ; Babelon, Bouchot, Marchal, Mortreuil, Omont, conservateurs à la Bibliothèque nationale ; Appell, Bonnier, le docteur Brouardel, Darboux, Dastre, Esmein, L. Havet,
    Lippmann, Mascart, Moissan, Perrier, Poincaré, S. Reinach, A. Thomas, membres de l’Institut ; Teste, conservateur adjoint à la Bibliothèque nationale, secrétaire. []

Olivier Jacquot

Responsable de la coordination de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts


Olivier Jacquot

Responsable de la coordination de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search