Appel BnF/Translitteræ 2023 pour un contrat postdoctoral

Pour la quatrième année consécutive, la BnF et l’Eur Translitteræ (PSL) s’associent pour faire bénéficier d’un contrat postdoctoral un jeune chercheur intéressé par un travail à la croisée des thématiques de Translitteræ et d’un fonds rare, méconnu ou inédit conservé à la BnF

Logo PSL

Translitteræ explore les Humanités du point de vue des circulations dont elles résultent et analyse la constitution des disciplines comme le résultat de processus permanents de transferts. Elle est organisée autour de quatre volets thématiques : Textes en translation, Histoires et transferts, Pensée critique transdisciplinaire, Humanités, sciences et techniques.

Modalités

Le concours est ouvert à tous les chercheurs‐euses, sans distinction de nationalité, ayant soutenu leur thèse de doctorat dans une université française ou étrangère après le 1er janvier 2018.

Chaque dossier de candidature comportera les 6 pièces suivantes rassemblées sous la forme d’un document unique sous format .pdf envoyé jusqu’au 31 mai 2023 minuit à Fabien Grégis :

  1. Un curriculum vitæ et une liste des publications ;
  2. La copie du diplôme de doctorat (les candidats n’ayant pas la copie du diplôme le 31 mai 2023 peuvent l’envoyer jusqu’au 11 juin 2023 minuit) ;
  3. Le rapport de soutenance (pour les thèses soutenues en France) ;
  4. Le projet de recherche d’un maximum de 20 000 signes en comptant les espaces, mais sans compter la bibliographie ; l’adéquation avec les axes thématiques de l’EUR devra être clairement explicitée ;
  5. Une lettre de motivation, en français ou en anglais ;
  6. Une publication significative.

Aucune lettre de recommandation ne sera prise en compte.

Enjeu et cadre du travail attendu

Le contrat est proposé pour une durée d’un an, ouvert à partir du 1er septembre 2023. Le recrutement se fait sous la forme d’un contrat ENS à durée déterminée. Le montant net de la rémunération mensuelle s’élève à 2 200 €. Un présentiel à mi-temps dans un département de collections de la BnF est requis, ainsi qu’une participation aux activités de Translitteræ (cours en langue étrangère, encadrement de groupes de travail, organisation du colloque annuel de l’EUR…). La définition de ces fonctions sera fixée en concertation avec le/la bénéficiaire. Le/la candidat.e est libre de contacter en amont des chercheur.euses de l’EUR et des conservateur.ices de la BnF s’il/elle le souhaite, mais ce n’est pas une obligation.

Accueilli au cœur d’un département de la BnF, le/la postdoctorant.e collaborera très concrètement au traitement et à la valorisation du fonds sur lequel porte sa recherche afin d’en faciliter l’accès et la compréhension par la communauté des chercheur.euses : établissement d’un inventaire, enrichissement ou correction de notices du catalogue, étude de la provenance et de la circulation des documents, reconstitution d’un corpus dispersé, médiation numérique, etc. En parallèle, il/elle participera aux activités (séminaires, formations, etc.) d’une ou de plusieurs entités de Translitteræ.

Cette double insertion du postdoctorant – qui fait l’originalité de cette offre – doit s’articuler de manière cohérente et dynamique au sein d’un même projet.

Les candidats peuvent à la fois proposer spontanément des sujets d’étude ou choisir parmi les quatre sujets proposés ci-dessous par la BnF :

  1. L’édition des romans de chevalerie à Paris au XVIe siècle
  2. Visions occidentales de la cartographie de l’Asie et de l’océan Pacifique (XVIIIe-XIXe siècle)
  3. Les imprimeurs/éditeurs de littérature polonaise en France au XIXe siècle
  4. Les langues rares du domaine slave de la BnF (XVIe-XXIe siècle)

Contact BnF : philippe.chevallier@bnf.fr

Précédents contrats postdoctoraux Translitteræ / BnF

  • 2022-2023 : Pierre-Marie Sallé, « Le Monasticon Gallicanum. Circulation des savoirs et processus de patrimonialisation », département des Estampes et de la photographie, Centre Jean Mabillon.
  • 2021-2022 : Anna Arato, “Le réseau poétique du Nord de la France des XIIe-XIVe siècles, Traditions, transmissions, traductions” (département des Manuscrits de la BnF, SAPRAT, Centre Jean Mabillon, ENS).
  • 2020-2021 : Sarah Hassid, “Georges Kastner ou l’invention d’une musicographie anthropologique” (département de la Musique de la BnF, ITEM, Thalim).

Olivier Jacquot

Responsable de la coordination de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts


Olivier Jacquot

Responsable de la coordination de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search