L’écriture comme « remède » et comme « geste social ». Le journal d’une « jeune fille » et autres écrits de Susanne Citron

La BnF accueille tous les ans des chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Letizia Goretti mène un projet de recherche intitulé Déconstruire pour reconstruire : la pensée et l’engagement dans l’apprentissage (et pas seulement) de Suzanne Citron, à la Bibliothèque de l’Arsenal.


Nous pouvons affirmer que l’écriture a été présente sous différentes formes tout au long de la vie de Suzanne Citron. Cette affirmation peut sembler superflue – et peut-être est-ce le cas – car tout auteur/écrivain est lié à ce signe, à cette forme de représentation et d’expression. Pourtant, lorsque l’on se plonge dans l’archive de Suzanne Citron on s’aperçoit que son écriture non seulement accède à cette « opération traditionnelle » dès son plus jeune âge, mais qu’elle se transforme en « remède » et en « geste social ».

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’écriture a servi à Suzanne Citron comme moyen de communication entre elle et les membres de sa famille : son père, Marc Grumbach, a été mobilisé en 1939, puis la famille a déménagé de Paris à Bayonne ; un peu plus tard, Suzanne a déménagé à Bordeaux pour préparer le P.C.B. (physique, chimie, biologie), et enfin – après leur retour à Paris – il y a eu le  « déménagement » à Lyon en 1942. À partir de 1939, non seulement Suzanne Citron écrit régulièrement  des lettres à ses parents, mais c’est aussi précisément cette année-là qu’elle commence son journal, à la Grand’Vigne (Bayonne), chez une tante, la tante Blanche : « mardi 03 octobre 1939. Une nouvelle période de ma vie s’ouvre. Le décor, les conditions générales, ma vie elle-même vont changer. Tout pour le moment est encore incertain. […] Qui m’aidera ? Peut-être ce cahier. Peut-être en essayant d’être sincère avec moi-même deviendrai-je autre que je ne suis »1.

Au départ, c’est le journal d’une adolescente de 17 ans qui « épanche ses perplexités et ses tourments intérieurs »2, mais plus tard, les lettres et le journal changent de ton et prennent  une valeur politique, faisant  émerger des réflexions et des inquiétudes sur la guerre et l’Occupation : « Mardi 22 octobre 1940. Le temps n’est plus aux préoccupations personnelles, aux soucis, aux regrets concernant son propre individu. Dans le chaos général les valeurs sont renversées, et combien mesquin et sans importance paraît maintenant ce qui jadis était primordial. Nous vivons dans le monstrueux, l’instable, l’anormal. […]3 Nous vivons un drame. Nous sommes en plein dedans »4.

Les angoisses de Suzanne deviennent de plus en plus réalité. Après la rafle du Vél d’Hiv (16-17 juillet 1942), elle s’installe à Lyon, « en zone dite libre », avec sa mère et ses deux sœurs, Janine et Denise. Suzanne rejoint rapidement la résistance aux côtés de Janine. L’année 1943 fut, comme écrit Citron elle-même, « une longue attente, mêlant l’inquiétude, les actions de résistance et des méditations intellectuelles, spirituelles, politiques »5.

Fonds S. Citron, phot. L. Goretti
Fonds S. Citron, phot. L. Goretti

Pour Suzanne, l’écriture est une sorte de remède à la souffrance : « 23 août 1943. […] le monde qui souffre. Partout la douleur et la mort, l’agonie, la torture.[…] J’écris. Est-ce pour l’apaisement qu’apportent les mots. Ils sont comme une libération du trop plein et du bouillonnement dans lequel je ne me retrouve plus »6.

Fonds S. Citron, phot. L. Goretti
Fonds S. Citron, phot. L. Goretti

Après avoir été arrêtée et conduite au camp de Drancy, en juillet 1944, l’écriture de Suzanne Citron continue d’être un remède et en même temps un moyen d’introspection, comme elle l’écrit elle-même dans le « journal de camp » : « vendredi 7 juillet 1944. J’ai en moi le besoin impérieux de commencer ce journal de camp. Il me semble que je ne vivrai pas ces moments dans toute leur intensité si je ne fais pas l’effort de les remuer en moi-même ; si je ne m’astreins pas à m’arrêter hors du cours naturel de la vie quotidienne, si je ne parviens pas à me suspendre par instant en esprit pour contempler ce monde qui m’entoure et les impressions qui déferlent en moi, j’aurais traversé ce temps sans le vivre, j’aurais subi sans être là7, sans faire acte de ma personne, sans que la marque ne s’inscrive en moi »8.

Fonds S. Citron, phot. L. Goretti
Fonds S. Citron, phot. L. Goretti

Le journal et les lettres écrits par Citron à partir de 1939 sont un « réceptacle » de réflexions, d’émotions et de prises de position, et en même temps ses écrits sont un document historique sur la résistance et ses combats, une fenêtre sur l’atroce situation politique de l’époque : « J’écris dans le calme de ce réfectoire des enfants. Par la fenêtre grande ouverte, des hommes et des femmes, rassemblés par une volonté diabolique ont leurs vies liées les unes aux autres entre ces trois façades plates et hautes qui ceinturent ce monde clos. Je ferme les yeux mais les bruits sourdent de partout. Une petite ville est enfermée ici. Il faut fuir la vie pour mieux la retrouver, créer en soi la retraite libératrice. Je suis là : les heures, les jours s’allongent et passent »9.

La liberté arrive enfin le 18 août 1944 : « Depuis hier nous sommes libérés. Cela s’est fait comme un vertige incroyable, comme sur l’écran d’un film avec un décor changeant. Nous sommes toujours dans le camp, cependant qu’autour tout croule. Déjà nous sommes dans un autre pays : possibilités de rassemblement, d’attroupements »10.

Fonds S. Citron, phot. L. Goretti
Fonds S. Citron, phot. L. Goretti

Ce sera après l’horreur de la guerre que l’écriture deviendra un geste. En effet, l’écriture accompagne toujours la vie de Suzanne Citron, qui continue de s’interroger pour comprendre la société et la situation qui l’entourent, comme dans son Journal Politique. Mais elle continue aussi d’interroger les autres, et en quelque sorte d’agir, comme dans le texte de la lettre adressée à Combat intitulée « La ‘Troisième Force ’»11, où elle partage ses réflexions et ses doutes sur cette forme politique. Citron était une rédactrice assidue d’articles, ainsi qu’une signataire de tribunes dans Le Monde, Libération et d’autres journaux, jusqu’à un âge avancé. Elle n’a jamais cessé d’écrire et d’exprimer sa pensée de manière directe, sans ambages et avec sa critique lucide qui l’a toujours accompagnée et distinguée. L’écriture restructure la pensée, élargit le potentiel du langage et confie les mots à l’espace. Si le langage est l’action de l’homme, l’écriture est son geste. Qu’est-ce qu’un geste ? Selon Giorgio Agamben le geste « consiste à exhiber une médialité, à rendre visible un moyen comme tel  », qui ouvre la voie à la « dimension éthique »12 de l’homme ; le geste « c’est la sphère non pas d’une fin en soi mais d’une médialité pure et sans fin qui se communique aux hommes »13. Pour Bertolt Brecht le geste est un langage qui manifeste certaines attitudes14, le geste a une valeur politique et par conséquent un « caractère social »15. Le « geste social » est « le geste significatif pour la société, le geste qui permet de tirer des conclusions sur les conditions sociales »16.

Grumbach, Suzanne, « La ‘Troisième Force' », Combat, n° 1047, 19 novembre 1947, p. 2
Grumbach, Suzanne, « La ‘Troisième Force’ », Combat, n° 1047, 19 novembre 1947, p. 2, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4749549b/f2.item

Dans la vie et l’œuvre de Suzanne Citron, l’écriture était un remède contre les atrocités de la guerre, mais c’était aussi un moyen d’action et un geste social pour faire passer un message de pluralité, de respect, de passion, de changement et, surtout, un cri de liberté, de justice et de réveil pour la communauté.



Citer ce billet
Letizia Goretti (2023, 4 mars). L’écriture comme « remède » et comme « geste social ». Le journal d’une « jeune fille » et autres écrits de Susanne Citron. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3vm

  1. L’extrait se trouve dans Fonds d’archives, dossier – Récit 1939-1940 (p.15). Le dossier contient quelques transcriptions des lettres et du journal, une rétrospective pour son père des événements depuis juin 1940, et des compléments et précisions rédigés par Suzanne Citron. Quelques extraits de ces lettres et du journal ont été publiés dans Mes lignes de démarcation. Dans ce dernier cas, l’édition avec le numéro de page sera reportée dans la notice. []
  2. Fonds d’archives, dossierRécit 1939-1940 (p. 5). []
  3. Citron, Suzanne. Mes lignes de démarcation. Croyances, utopies, engagements. Paris : Édition Syllepse, 2003,p. 47. []
  4. Fonds d’archives, dossierRécit 1939-1940 (p. 23). []
  5. Citron, Suzanne, op. cit.,p. 72. []
  6. Fonds d’archives, dossierRécit 1939-1940 (pp. 62-63). []
  7. Citron, Suzanne, op. cit.,p. 92. []
  8. Fonds d’archives, dossierRécit 1939-1940 (p. 69). []
  9. Citron, Suzanne, op. cit.,p. 92. []
  10. Ibid., p. 104. []
  11. Combat, n° 1047, 19 novembre 1947, p. 2. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4749549b.item#> (consulté le 13 février 2023). []
  12. Agamben, Giorgio. Moyens sans fins. Notes sur la politique. Paris : Bibliothèque Rivages, 1995, p. 69. []
  13. Ibid. []
  14. Brecht, Bertolt. Écrits sur le théâtre. Paris : L’Arche, 1972, p. 462 ; édition italienne : Scritti teatrali. Torino : Einaudi Editore, 2001, p. 212 ; édition originale : Schriften zum Theater. Francfort-sur-le-Main : Suhrkamp Verlag, 1957. [Les citations du texte en français ont été modifiées sur la base du texte italien, pp. 212-213]. []
  15. Ibid., p. 463 [traduction modifiée, p. 212]. []
  16. Ibid., p. 464 [traduction modifiée, p. 213]. []

Letizia Goretti

Chercheuse associée à la Bibliothèque nationale de France (site de l'Arsenal)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search