La représentation des racines dans les ouvrages de botanique du Moyen Âge et de la Renaissance

Dans ce billet, Tassanee Alleau, chercheuse associée au département Sciences et techniques de la BnF, parle de ses recherches sur Le système racinaire dans les collections d’histoire naturelle de la BnF (entre XVIe-début XVIIIe siècle).


L’illustration botanique a connu de grandes transformations depuis les dessins « sur le vif » d’Otto Brunfels1 et ceux des graveurs et dessinateurs de Leonhart Fuchs2 au XVIe siècle. Alice Laforêt en parlait déjà dans l’article « Peindre l’arbre au Moyen Âge. Les herbiers enluminés de la Bibliothèque nationale de France »3. Le végétal, élément central de la pharmacopée européenne de la Renaissance, était alors étudié dans toutes ses parties (fleurs, feuilles, tiges, racines, etc.) pour leurs vertus thérapeutiques. Cette vision utilitaire existait déjà depuis Dioscoride4, Théophraste5, Pline l’Ancien6 et Galien7. Alors que les naturalistes et médecins de l’époque moderne déployaient des trésors d’érudition pour retrouver la trace, l’origine et la localisation des plantes présentes dans les ouvrages de référence en botanique, certaines s’employèrent à décrire au plus près de la réalité, les détails les plus concrets et les plus sensibles de la plante. Ainsi, nous pouvons lire des descriptions très complètes au sujet de plantes velues, de tiges rougeâtres et de parfums plus ou moins heureux. Le portrait du naturaliste portant la fleur à son nez est devenu l’incontournable symbole des historiens et historiennes des sciences botaniques, qui y voient l’emblème d’une innovation savante et humaniste. La Bibliothèque nationale de France regorge de planches botaniques et de racines hautes en couleurs. Nous vous proposons d’en découvrir quelques-unes.

Fuchs, Leonhart (1501-1566), De Historia stirpium commentarii insignes, maximis impensis et vigiliis elaborati, adjectis earundem vivis plusquam quingentis imaginibus nunquam antea, ad naturae imitationem artificiosius effictis et expressis, Leonharto Fuchsio,... authore..., Basileae, In officina Isingriniana, 1542
Fuchs, Leonhart (1501-1566), De Historia stirpium commentarii insignes, maximis impensis et vigiliis elaborati, adjectis earundem vivis plusquam quingentis imaginibus nunquam antea, ad naturae imitationem artificiosius effictis et expressis, Leonharto Fuchsio,… authore…, Basileae, In officina Isingriniana, 1542. BnF, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k15111024/f6.item

Le dessin des racines dans l’iconographie médiévale

Le dessin des racines dans les traités botaniques à l’époque moderne a joué un rôle important dans l’étude et la compréhension de la flore. Depuis l’Antiquité, les savants et naturalistes ont cherché à documenter et à classer les plantes de manière précise, afin que n’importe quel lecteur puisse les reconnaître dans la nature, ce que le texte seul ne permettait pas de faire. Le dessin a mené à l’apogée de la classification, car il fut un des moyens les plus efficaces pour représenter et étudier les plantes, en particulier les racines, qui sont souvent difficiles à observer et à mesurer, car souterraines et fragiles, ou au contraire arrachées difficilement.

Les représentations de la racine ont changé depuis l’Antiquité. Au Moyen Âge, les traités botaniques étaient principalement illustrés avec des dessins à la main, souvent réalisés par des artistes professionnels, à l’encre et avec quelques pigments colorés. Ces dessins étaient généralement très stylisés et ne reflétaient pas toujours la réalité de manière subtile, ou reflétaient un aspect mythologique8, narratif/mis en scène de la plante comme c’est le cas pour la verveine dans le manuscrit Latin 17844, folio 37r9. Cependant, avec l’avènement de l’imprimerie au XVe siècle, les traités botaniques ont commencé à être publiés en grandes quantités et une véritable économie du livre entraîna l’amélioration de techniques de gravure plus poussées, de la gravure sur bois à la gravure sur cuivre. Le XVIIIe siècle, dont nous ne traiterons pas ici, a vu arriver l’utilisation croissante de la microscopie, ce qui guida les naturalistes dans l’étude des parties les plus infimes des plantes, comme les racines.

Au XIIIe siècle, les dessinateurs du manuscrit De materia medica ont illustré les textes de Dioscoride (datant du Ier siècle) par des dessins assez sommaires, pensés malgré tout selon un imaginaire ancien et des croyances bien ancrées : on le voit, les illustrations renvoyaient à une conception du monde au prisme d’une symétrie parfaite, les choix des silhouettes ou des symboles étaient faits en accord avec les approches esthétiques et ornementales du monde artistique islamique auquel les artistes appartenaient alors. Peu d’attention était portée à la racine, malgré le fait qu’elle était bien dessinée sur les feuillets :

Folio du De Materia Medica de Dioscoride, XIIIe siècle, Iraq ( ?), Metropolitan Museum of Art, domaine public,
https://www.metmuseum.org/art/collection/search/451825

Le manuscrit Grec 217910, produit probablement entre le VIIIe et le Xe siècle, présentait des plantes déjà très réalistes, malgré cette symétrie invariable d’une plante à l’autre. Nous pouvons le constater, de l’acanthe en passant par la plante garou11, sans oublier la mandragore, les illustrateurs choisissaient de figurer une disposition en miroir, plaçant la plante sur un axe central, l’inflorescence était caractérisée par un positionnement en triptyque, et les formes étant soulignées grossièrement. Sur la mandragore du manuscrit Grec 2179, les dessinateurs ont apporté plus de soin aux racines et aux fruits, représentés à différents stades (fleurs, boutons, fruits), et avec une texture (les racines noires, rugueuses ou poilues comportant des stries en vaguelettes, et un intérieur blanchâtre). L’importance des racines était parfois mise en exergue dans le dessin, pour figurer des moyens mnémotechniques afin de se souvenir des vertus et de l’usage d’une plante, par exemple, par l’ajout de traits humains à la partie la plus thérapeutique de la plante, comme c’était le cas pour deux des plantes du Liber plantis (1500), la prêle des champs avec un visage (herba byza minor), ou le ricin avec une main (dont le nom commun était palma christi)12 :

Les racines restaient donc imparfaites, il n’était pas véritablement possible d’imaginer ici que la racine de l’acanthe est une racine épaisse et charnue, à l’aspect d’une tige, solidement ancrée à la terre dans laquelle la plante croît par de nombreuses radicelles, ni que la racine est loin d’être rouge comme représentée ci-dessous, mais plutôt d’un brun clair ou d’un brun foncé. De même, les racines du Daphné gnidium (garou) sont-elles vertes et aussi bien réparties ? Le manque de variations dans les pigments de couleurs fait ressortir les limites du dessin médiéval.

Flore : acanthe (Paris, BnF, Grec 2179 f.13, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b525002505/f33), De materia medica de Dioscoride
Flore : acanthe (Paris, BnF, Grec 2179 f.13, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b525002505/f33), De materia medica de Dioscoride
Flore : garou (Paris, BnF, Grec 2179 f.135v, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b525002505/f278), De materia medica de Dioscoride
Flore : garou (Paris, BnF, Grec 2179 f.135v, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b525002505/f278), De materia medica de Dioscoride

Au XVe siècle, le Livre des simples médecines (dont l’origine a été attribuée au Circa Instans de Matthaeus Platearius13) est une compilation de savoirs médicaux issus d’ouvrages savants dont les illustrations sont aujourd’hui encore considérées comme très belles et très riches. Il s’agit d’un recueil de connaissances médicales et pharmaceutiques de l’époque, ayant eu une grande influence sur la médecine occidentale pendant de nombreux siècles. Le livre est divisé en deux parties : la première est consacrée aux simples médecines, c’est-à-dire aux médicaments à base de plantes, de minéraux et d’animaux ; la seconde partie est consacrée aux préparations médicamenteuses complexes, ou remèdes composés. Il contient de nombreuses illustrations de plantes, d’auteurs différents, ainsi que des descriptions de leurs propriétés médicinales et de leur utilisation contre différentes maladies. Le livre a été très largement diffusé et a été traduit en plusieurs langues, ce qui en fit un ouvrage de référence pour les médecins et les apothicaires, utilisé comme manuel d’enseignement dans les écoles de médecine, dont celle de Salerne. Les plantes y sont présentées de manière très détaillée, par des dessins réalisés à la main, fidèles à la réalité. Les illustrations mettent en valeur les parties de la plante qui sont considérées comme étant les plus précieuses du point de vue médicinal, telles les racines, les feuilles et les fleurs. Les différences iconographiques entre les illustrations de ce corpus de livres médicinaux permettent de distinguer des traditions culturelles et artistiques variées. On attribue à Robinet Testard14 (v. 1470-1531) certaines illustrations du Tractatus de herbis, inspiration principale du corpus Livre des simples médecines. D’autres ont été attribuées au Maître du passionnaire de Londres (dit Meester der Vederwolken), artiste actif entre 1450 et 1480 à Utrecht et dans la région de Gand. Les dessins des racines peuvent paraître indifférenciés, alors même qu’ils reflètent une certaine variété, grâce à une épaisseur du trait, des couleurs et des formes qui changeaient selon l’espèce végétale.

Folio 39r, Livre des simples médecines, (1401-1500), Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits. Français 623
Folio 39r, Livre des simples médecines, (1401-1500), Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits. Français 623, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc13605w

Figurer les racines par l’observation directe à la Renaissance 

Dès le XVIe siècle, la fonction de l’image change. D’allure pourtant très classique, le De historia stirpium15 (1542) est une compilation des savoirs anciens, traduit un an plus tard en allemand16. La majeure partie des plantes présentée au fil des pages est déjà très connue, mais Leonhart Fuchs y ajouta des spécimens locaux d’Allemagne ou issus de ses pérégrinations et herborisations à l’étranger. De fait, le De historia stirpium (ou New Kreüterbuch) ou bien le Contrafayt Kreüterbuch (1532-1537) d’Otto Brunfels étaient tous les deux particulièrement novateurs dans leur manière de « regarder » le végétal. Intéressons-nous à la racine. Le dessin d’Hans Weiditz, illustrateur d’Otto Brunfels, formé auprès d’un père sculpteur et d’un artiste-graveur tel que Hans Burgkmair, révélait un intérêt nouveau pour un dessin réputé « sur le vif », c’est-à-dire pris d’un modèle vivant, ou en tout cas cueilli et mis sous les yeux de l’artiste. La racine y était dès lors plus réaliste qu’auparavant, notamment parce qu’on pouvait déceler les défauts uniques d’une plante : des signes de vieillesse, des endroits abîmés par la cueillette, le passage des saisons, etc.

Brunfels, Otto (1488?-1534), Kreüterbuch contrafayt, beyde Teyl nach vollkummen, nach rechter, warer beschreibung der Alten leerer und aertzt. Durch Otho Brunfels. Newlich mit Keysserlicher maiestaet freyheyt uff fünff jar nit nach zu trucke (illustrateur : Hans Weiditz), Zu Strasszburg bey Hans Schotten M. D. XXXIX, 1539
Brunfels, Otto (1488?-1534), Kreüterbuch contrafayt, beyde Teyl nach vollkummen, nach rechter, warer beschreibung der Alten leerer und aertzt. Durch Otho Brunfels. Newlich mit Keysserlicher maiestaet freyheyt uff fünff jar nit nach zu trucke (illustrateur : Hans Weiditz), Zu Strasszburg bey Hans Schotten M. D. XXXIX, 1539, Bibliothèque nationale de France, p. 29, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9400619z/f61
Brunfels, Otto (1488?-1534), Kreüterbuch contrafayt, beyde Teyl nach vollkummen, nach rechter, warer beschreibung der Alten leerer und aertzt. Durch Otho Brunfels. Newlich mit Keysserlicher maiestaet freyheyt uff fünff jar nit nach zu trucke (illustrateur : Hans Weiditz), Zu Strasszburg bey Hans Schotten M. D. XXXIX, 1539, Bibliothèque nationale de France, p. 85
Brunfels, Otto (1488?-1534), Kreüterbuch contrafayt, beyde Teyl nach vollkummen, nach rechter, warer beschreibung der Alten leerer und aertzt. Durch Otho Brunfels. Newlich mit Keysserlicher maiestaet freyheyt uff fünff jar nit nach zu trucke (illustrateur : Hans Weiditz), Zu Strasszburg bey Hans Schotten M. D. XXXIX, 1539, Bibliothèque nationale de France, p. 85, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9400619z/f117

Dans les illustrations de Hans Weiditz, la symétrie exagérée a disparu, ainsi que les formes symboliques, pour laisser place à la plante à différents stades de croissance, selon la saison lors de laquelle elle a été récoltée. Otto Brunfels (1488-1534) était un fervent défenseur de l’observation directe et de l’expérimentation, ayant encouragé les naturalistes à étudier les plantes de manière indépendante, plutôt que de se fier uniquement aux écrits antérieurs. Dans son livre Herbarum vivae eicones publié en 1530, Brunfels utilisa le terme « botanique » pour désigner l’étude des plantes et contribua à la création de nouvelles méthodes pour classer et nommer les plantes.

Chez Leonhart Fuchs, la démarche des dessinateurs était semblable. Il employa les services de graveurs, copistes et dessinateurs tels qu’Heinrich Fullmauer et Albrecht Meyer. L’emploi de véritables artistes professionnels au service de l’illustration de planches botaniques bouleversa complètement le mode d’impression des ouvrages imprimés de la Renaissance. Il s’agissait de se conformer à la fois aux directives du maître d’œuvre, de l’imprimeur ou bien du naturaliste en charge de la publication, mais aussi de se conformer au format. Une illustration en pleine page, aussi magistrale soit-elle, doit pouvoir intégrer la totalité du dessin comprenant inflorescences, feuilles, tiges et racines. À ce titre, les racines sont parfois arrangées d’une telle façon qu’on observe la plante pliée, dans une position artificielle, ou bien elles étaient simplement coupées. Une étude par l’université de Wageningen menée par les professeurs Dr. Erwin Lichtenegger (1928-2004) et Dr. Lore Kutschera (1917-2008), publié sous la forme d’un Wurzelatlas17, a montré que le système racinaire des plantes est généralement immense par rapport à la partie émergente et aérienne de la plante, hors du sol. Il faut donc considérer que les racines que nous voyons figurer dans l’herbier de Fuchs ne représentent qu’une petite partie de ce qu’elles sont réellement. Les couleurs des tubercules, racines ou radicelles étaient cependant plus proches de la réalité que dans les textes médiévaux, les nuances invitaient à considérer des textures plus tangibles qu’auparavant.

Angelica, Leonhart Fuchs,De Historia stirpium commentarii insignes, maximis impensis et vigiliis elaborati, adjectis earundem vivis plusquam quingentis imaginibus nunquam antea, ad naturae imitationem artificiosius effictis et expressis, Leonharto Fuchsio,... authore..., Bâle, Michel Isingrin, 1542, p. 124
Angelica, Leonhart Fuchs,De Historia stirpium commentarii insignes, maximis impensis et vigiliis elaborati, adjectis earundem vivis plusquam quingentis imaginibus nunquam antea, ad naturae imitationem artificiosius effictis et expressis, Leonharto Fuchsio,… authore…, Bâle, Michel Isingrin, 1542, p. 124, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k15111024/f156.
Rapum, Leonhart Fuchs,De Historia stirpium commentarii insignes, maximis impensis et vigiliis elaborati, adjectis earundem vivis plusquam quingentis imaginibus nunquam antea, ad naturae imitationem artificiosius effictis et expressis, Leonharto Fuchsio,... authore..., Bâle, Michel Isingrin, 1542, p. 212
Rapum, Leonhart Fuchs,De Historia stirpium commentarii insignes, maximis impensis et vigiliis elaborati, adjectis earundem vivis plusquam quingentis imaginibus nunquam antea, ad naturae imitationem artificiosius effictis et expressis, Leonharto Fuchsio,… authore…, Bâle, Michel Isingrin, 1542, p. 212, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k15111024/f244

Les limites de l’imagination : les racines profondes de la mythologie botanique

Toutefois, cet appel au réalisme du dessin n’empêcha pas les stéréotypes médiévaux de circuler à travers les herbiers de la Renaissance. Si le texte faisait disparaître certaines croyances des corpus examinés par Leonhart Fuchs, entre autres, le dessin pouvait ne pas constituer une rupture suffisante par rapport aux textes. Deux plantes particulièrement puissantes par leur symbolique forte et leurs pouvoirs thérapeutiques réputés à travers une littérature médicale ancienne et nouvelle, la mandragore et la valériane sont encore dessinées sous des traits semblables à ceux du Moyen Âge dans le De historia stirpium de Leonhart Fuchs. Pour la mandragore, la forme stylisée de la racine poussait forcément le lecteur à l’interprétation ouverte et à l’analogie anthropomorphique, comme ce fut le cas pour les illustrations narratives18 du Tacuinum sanitatis d’Ibn Butlan,  (Latin 9333, f. 37r). La silhouette rappelle aussi celle, très simplificatrice, de certains herbiers illustrés du Moyen Âge tels que la mandragore, fol. 134v. du Livre des simples médecines, ou Herboriste, en français, par ordre alphabétique de Matthieu Platearius, copié en 1453 par Nicolas Paltret de Fonteneto.

Tandis que pour la valériane, page 856 du De historia stirpium de Fuchs, la forme longue et symétrique de la plante, des feuilles, des inflorescences et des racines ressemblaient nettement à d’anciennes représentations médiévales, en tout cas non dessinées « sur le vif », comme la valériane du fol. 29v du Liber de herbis et plantis (paru entre 1301-1350), ou la valériane du fol. 176v du Livre des simples médecines, ou Herboriste ; en français, par ordre alphabétique, publié autour de 1501-1600.

Cela pourrait s’expliquer par l’imaginaire des dessinateurs, copistes et graveurs, l’imaginaire étant considéré ici comme la puissance de l’imagination, constituée de strates diverses, mélanges culturels de mythes et de croyances anciennes, transmises à l’oral ou à l’écrit depuis des siècles. Cet imaginaire n’a probablement pas pu s’extraire, dans le style et dans la forme, des modalités d’exécution du dessin des artistes-naturalistes, ou bien plus simple encore, la plante n’a peut-être pas pu être observée directement.

Ibn Butlan, Tacuinum sanitatis, BnF, Latin 9333, f. 37r
Ibn Butlan, Tacuinum sanitatis, BnF, Latin 9333, f. 37r, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b105072169/f87
Mandragore, fol. 134v. du Matthieu Platearius, Livre des simples médecines, ou Herboriste, en français, par ordre alphabétique, 1453, copié par Nicolas Paltret de Fonteneto, Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits. NAF 6593
Mandragore, fol. 134v. du Matthieu Platearius, Livre des simples médecines, ou Herboriste, en français, par ordre alphabétique, 1453, copié par Nicolas Paltret de Fonteneto, Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits. NAF 6593, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52508869n/f270
Phu ou valériane, fol. 29v, Manfredus de Monte Imperiali, Liber de herbis et plantis, 1301-1350, Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits. Latin 6823
Phu ou valériane, fol. 29v, Manfredus de Monte Imperiali, Liber de herbis et plantis, 1301-1350, Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits. Latin 6823, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000517p/f66
Phu ou valériane, fol. 176v, Platearius, Livre des simples médecines, ou Herboriste ; en français, par ordre alphabétique, autour de 1501-1600, Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits. Français 12322
Phu ou valériane, fol. 176v, Platearius, Livre des simples médecines, ou Herboriste ; en français, par ordre alphabétique, autour de 1501-1600, Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits. Français 12322, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52517049r/f338

Bibliographie

Sources primaires 

  • Livre des simples médecines, (1401-1500), Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits. Français 623, url : <http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc13605w>.
  • Brunfels, Otto (1488?-1534), Kreüterbuch contrafayt, beyde Teyl nach vollkummen, nach rechter, warer beschreibung der Alten leerer und aertzt. Durch Otho Brunfels. Newlich mit Keysserlicher maiestaet freyheyt uff fünff jar nit nach zu trucke / Otto Brunfels ; [illustr.] Hans Weiditz, Zu Strasszburg bey Hans Schotten M. D. XXXIX., 1539. Collection numérique : Originaux de la BNU Strasbourg. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9400619z>.
  • Dioscoride, Pedacii Dioscoridis,… De medicali materia Libri quinque de virulentis animalibus et venenis, cane rabioso, et eorum notis et remediis libri quattuor, Joanne Ruellio, Suessionensi, interprete, traduction de Jean Ruel, Paris : Henri I Estienne, 1516. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k15137712>.
  • Fuchs, Leonhart (1501-1566), De Historia stirpium commentarii insignes, maximis impensis et vigiliis elaborati, adjectis earundem vivis plusquam quingentis imaginibus nunquam antea, ad naturae imitationem artificiosius effictis et expressis, Leonharto Fuchsio,… authore…, Basileae : In officina Isingriniana, 1542, In-fol., pièces limin., et 897 p., fig. en coul. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k15111024>.
  • Galien, Claude, De l’utilité des parties du corps humain. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k542146/> ; Commentaires des Aphorismes d’Hippocrate. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k82402w/>.
  • Ibn Butlan, Tacuinum sanitatis, BnF, Latin 9333. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b105072169>.
  • Monte Imperiali, Manfredus (de), Liber de herbis et plantis, 1301-1350, Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits. Latin 6823.
  • Platearius, Matthieu, Livre des simples médecines, ou Herboriste, en français, par ordre alphabétique, 1453, copié par Nicolas Paltret de Fonteneto, Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits. NAF 6593.
  • Platearius, Matthieu, Tractatus de herbis, date d’édition 1501-1600. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52517049r>.
  • Pline l’Ancien, Historia naturalis, Rés. Vélins 493-494 : Pline l’Ancien. Historia naturalis. Venise : Jean de Spire, 1469. In-folio, 2 vol. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k319273g/f7.item>.
  • Théophraste, Historia plantarum, (vers 315 av. J.-C.), version par Jacques Daléchamps. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9078214f>.

Sources secondaires

  • Magnin-Gonze, Joëlle, Histoire de la botanique, Paris : Delachaux et Niestlé, impr. 2009, 1 vol. (241-[21] p.).
  • Menapace, Luc, « La mandragore : naissance et persistance d’un mythe », L’Histoire à la BnF, 17 février 2019. Disponible sur Internet, url : <https://histoirebnf.hypotheses.org/6950>.
  • Menapace, Luc ; Blatrix, Colette, Flora allegoria, Paris : Bibliothèque nationale de France, 2017, 1 vol. (191 p.).

Notes



Citer ce billet
Tassanee Alleau (2023, 2 mars). La représentation des racines dans les ouvrages de botanique du Moyen Âge et de la Renaissance. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3vk

  1. Brunfels, Otto (1488?-1534), Kreüterbuch contrafayt, beyde Teyl nach vollkummen, nach rechter, warer beschreibung der Alten leerer und aertzt. Durch Otho Brunfels. Newlich mit Keysserlicher maiestaet freyheyt uff fünff jar nit nach zu trucke / Otto Brunfels ; [illustr.] Hans Weiditz, Zu Strasszburg bey Hans Schotten M. D. XXXIX., 1539. [Exemplaire numérique en allemand, originaux de la BNU Strasbourg, disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9400619z>]. []
  2. Fuchs, Leonhart (1501-1566), De Historia stirpium commentarii insignes, maximis impensis et vigiliis elaborati, adjectis earundem vivis plusquam quingentis imaginibus nunquam antea, ad naturae imitationem artificiosius effictis et expressis, Leonharto Fuchsio,… authore…, Basileae, In officina Isingriniana, 1542. [Exemplaire en latin conservé en ligne sur Gallica, BnF, In-fol., pièces limin., et 897 p., fig. en coul.] []
  3. Laforêt, Alice, « Peindre l’arbre au Moyen Âge. Les herbiers enluminés de la Bibliothèque nationale de France », L’Histoire à la BnF, 10 mai 2017. Disponible sur Internet, url : <https://histoirebnf.hypotheses.org/564>. []
  4. Dioscoride, Pedacii Dioscoridis,… De medicali materia Libri quinque de virulentis animalibus et venenis, cane rabioso, et eorum notis et remediis libri quattuor, Joanne Ruellio, Suessionensi, interprete, traduction de Jean Ruel, Paris : Henri I Estienne, 1516. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k15137712>. []
  5. Théophraste, Historia plantarum, (vers 315 av. J.-C.), version par Jacques Daléchamps. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9078214f>. []
  6. Pline l’Ancien, Historia naturalis, Rés. Vélins 493-494 : Pline l’Ancien. Historia naturalis. Venise : Jean de Spire, 1469. In-folio, 2 vol. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k319273g/f7.item>. []
  7. Claude Galien, De l’utilité des parties du corps humain, disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k542146/> ou bien Commentaires des Aphorismes d’Hippocrate, disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k82402w> []
  8. Menapace, Luc, « La mandragore : naissance et persistance d’un mythe », L’Histoire à la BnF, 17 février 2019. Disponible sur Internet, url : <https://histoirebnf.hypotheses.org/6950>. []
  9. Vous pouvez voir cette planche dans les collections de manuscrits de la BnF et dans l’ouvrage de Luc Menapace et Colette Blatrix, Flora Allegoria, Paris : Bibliothèque nationale de France, 2017, p. 22. []
  10. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b525002505>. []
  11. Qu’on imagine être la plante des garrigues méditerranéennes, appelée aussi daphné gnidium ou thymèle de la famille des Thyméléacées. []
  12. La notice de la BnF identifie ces deux plantes comme la prêle des champs et la carotte sauvage, néanmoins, j’ai modifié ici le nom de la carotte sauvage par ceux que j’ai jugé être le plus corrects possibles. []
  13. Voir url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9722321w>. []
  14. Voir url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52517049r>. []
  15. Voir url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1511104z>. []
  16. Voir url : <http://cdm21057.contentdm.oclc.org/cdm/ref/collection/coll13/id/219002>. []
  17. Notice : <https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb436124283>. []
  18. À ce sujet lire l’article sur les récits visuels de Magali Uhl, « La narration visuelle, une pensée en présence », Revue des sciences sociales [En ligne], 54 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 11 janvier 2023. Disponible sur Internet, url : <http://journals.openedition.org/revss/2247> ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.2247. []

Tassanee Alleau

Doctorante au Centre d'études supérieures de la Renaissance, UMR CNRS 7323, Tours Chercheure associée à la Bibliothèque Nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search