La Bibliothèque Nationale en 1881

Les rapports d’activité de la Bibliothèque nationale de France sont une des premières sources à consulter pour toute recherche sur l’histoire de la Bibliothèque même s’ils ont été produits de façon irrégulière, avec des objectifs, des destinataires et une périodicité qui a varié au fil des années. 

Pour contribuer à l’histoire de l’établissement, les plus anciens d’entre eux sont transcrits dans ces pages, sans faire l’objet d’aucun commentaire de notre part autre que sur la transcription. Les coquilles sont signalées d’un [sic] et les accents absents rajoutés sans mention particulière. Les chevrons signalent les ajouts interlinéaires ou marginaux.


Document : Rapport sur l’Etat de la Bibliothèque Nationale au 31 Décembre 1881 : [manuscrit]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4976061/f1.item>.

Auteur : Léopold Delisle, administrateur général de la Bibliothèque nationale de 1874 à 1905.


Mr le Ministre

En prenant récémment [sic] possession du Ministère de l’Instruction publique vous avez insisté sur la nécessité de compléter l’outillage de l’Enseignement supérieur, et vous avez déclaré que vous saurez faire valoir cette nécessité. Pour le Directeur de la Bibliothèque Nationale il y avait là un bienveillant appel auquel il devait répondre avec le plus vif empressement.

La Bibliothèque Nationale, en effet, tient une place importante parmi les institutions dont le sort est lié aux destinées de l’Enseignement supérieur. D’une part, c’est l’arsenal où beaucoup de Professeurs et d’auteurs viennent chercher les matériaux de leurs leçons et de leurs livres ; d’autre part, c’est le trésor où doivent se garder les produits de l’activité littéraire et scientifique de tous les temps et de tous les pays. Tel est en France depuis plus de deux siècles le rôle de l’Etablissement qui, sous des noms divers a toujours été en réalité la Bibliothèque Nationale. Pour être plus que jamais en état de rendre les services qui lui sont légitimement demandés elle doit augmenter ses Collections, les entretenir avec <le> soin le plus scrupuleux et en rendre l’usage de plus en plus facile au public.

Je sais, Mr le M[inistre]., que pour l’accomplissement d’une aussi noble-tâche, nous pouvons compter sur votre puissant concours. Il importe donc de vous renseigner exactement sur l’état de nos principaux services, et tout particulièrement sur le Département des Imprimés.

Aménagement général des Bâtiments

Si vous voulez bien le permettre, Mr le M[inistre]., je commencerai par vous entretenir d’une question devenue urgente depuis qu’un vote libéral des Chambres nous a garanti un bref délai l’isolement de la Bibliothèque et en même temps le moyen de faire face pendant une très longue période à l’accroissement des Collections. Dans ces conditions, on peut assez bien entrevoir quelles devront être nos installations définitives et esquisser les principales lignes d’un programme qui il sera d’une exécution d’autant plus facile que il les détails en auront été étudiés avec plus de maturité et discutés avec plus de réfléxion [sic].

En pareille matière tout doit être subordonné, d’abord à la nécessité de conserver aussi soigneusement que possible des trésors qu’il faut transmettre intacts aux générations futures, puis à la convenance de les communiquer avec la plus entière libéralité et avec la moindre perte de temps. Il en résulte que, pour chaque département, les Salles de travail doivent être établies dans le voisinage immédiat des Dépôts. Ce résultat ne sera obtenu à la Bibliothèque Nationale que le jour où le Département des Imprimés rentrera en possession des vastes locaux immédiatement contigus à la Salle de Travail ou au grand dépôt central, lesquels sont provisoirement affectés à d’autres services. [A ce moment le Département des Médailles et Antiques sera établi dans un nouveau bâtiment donnant sur la rue Vivienne et le jardin.

Le Département des Manuscrits occupera la galerie qui, jusqu’à la fin de l’année 1880, a servi de Salle publique de lecture et dont l’entrée était rue Colbert, les Collections de ce département trouveront place dans cette galerie, dans la galerie longeant la rue Colbert, et dans les combles de ces deux galeries. Des mesures seront prises pour que tous les grands manuscrits ornés de peintures soient posés à plat de telle façon que la <m[an]q[ue] un mot : poussière ?>1 ne s’introduise pas par la tranche supérieur et qu’un volume ne coure jamais le risque d’être plus ou moins brusquement remué par suite du déplacement d’un volume voisin.

Le Département des Estampes qui conservera une partie des pièces dont il jouit au rez-de-chaussée, se développera au premier et au second étage dans le bâtiment compris entre le jardin et la cour de la rue des petits Champs.

La Section géographique sera intimement rattachée au Département des Imprimés proprement dit, pour que les lecteurs puissent <avoir> simultanément sous les yeux les ouvrages et les Cartes relatifs à un même pays ; à cet effet, le dépôt des Cartes géographiques viendra dans la galerie du rez-de-chaussée qui sépare la grande Salle de travail de la rue Richelieu et qui est actuellement consacrée aux bureaux du Catalogue.

Les Bureaux du Catalogue seront transportés au premier Etage, dans une partie des Salles que le déménagement des Médailles aura laissées disponibles.

La Direction, le Secrétariat, le Service du Dépôt légal, celui des Acquisitions et celui des Reliures se partageront le rez[-]de-chaussée des bâtiments qui bordent de trois côtés la Cour de la rue Richelieu.

Des Inscriptions et divers objets d’assez grandes dimensions dépendant du Département des Médailles et Antiques, seront groupés, soit dans la Cour, mise à l’abri des intempéries, soit dans les vestibules et les escaliers, dont les murs ne sauraient recevoir une meilleures décoration.

La Galerie Mazarine et plusieurs pièces aboutissant, soit au pied, soit au haut du grand escalier seront aménagées pour une exposition permanente des objets les plus intéressants de chaque Départements qu’il importe de mettre sous les yeux des visiteurs, avec des notices explicatives, moins encore pour satisfaire une curiosité parfaitement légitime en elle-même, que pour développer le goût du beau dans toutes les classes de la société, et pour y répandre des notions exactes sur l’histoire de l’écriture, de la gravure, de l’imprimerie, de la reliure et de tous les arts qui ont servi à la fabrication et à la décoration des livres, et par là même à la propagation des connaissances humaines, depuis l’antiquité la plus reculée jusqu’aux temps modernes.

Enfin sur la meilleure partie des terrains qui vont être acquis le long de la rue Vivienne s’élèvera une vaste Salle de lecture dans laquelle, pour rester fidèles à nos plus vieilles traditions, nous tiendrons à la disposition du public, sans aucune formalité préalable, tous les livres les plus usuels choisi dans les différentes divisions du cadre bibliographique et renouvelées suivant les progrès de la science et même un peu suivant les variations du goût. Le nombre relativement restreint des ouvrages affectés à cette Salle en rendra la communication plus rapide. Elle sera toujours ouverte, même les dimanches, et nous pouvons espérer qu’un système d’éclairage nous permettra d’y organiser des séances de soir, non seulement pour y recevoir les mêmes catégories de lecteurs qu’aux séances de jour, mais encore les savants qui, en vue d’un travail déterminé ou devant être exécuté dans un bref délai, auraient obtenu l’autorisation d’y venir le soir consulter, collationner ou copier des livres ou des Manuscrits demandés à l’avance et classés dans les grands fonds du Département des Imprimés ou du Département des Manuscrits.

C’est ainsi que nous voudrions pouvoir donner satisfaction à tous les genres d’étude et de curiosité dans l’intérêt desquels la Bibliothèque Nationale est entretenus avec tant de sollicitude par les pouvoirs publics.

Telles sont les grandes lignes du programme qui s’impose pour l’achèvement de l’édifice, et qui, malgré une complication apparente, n’est au dessus ni du zèle ni du talent de l’architecte, Mr Pascal, appelé à continuer et à terminer la grande œuvre de Mr Labrouste. Nous en avons la preuve dans les aménagements, définitifs ou provisoires, qui ont été éxécutés [sic] dans les cinq dernières années, et dont les principaux ont porté : 1° sur l’installation définitive, mais encore incomplète, de la Réserve du Département des Imprimés, en 1877 ; 2° sur l’agrandissement provisoire du Département des Médailles, en 1878 ; 3° sur l’installation provisoire des galeries d’expositions, en 1878 ; 4° sur l’établissement définitif d’un atelier de photographie, en 1880 : 5° sur l’aménagement provisoire d’une salle publique de lecture ouverte le 17 janvier 1881[.]

Il suffirait de mentionner ici des différents travaux, si deux d’entre eux n’avaient pas été entrepris pour établir deux services, dont l’un n’existait plus et dont l’autre n’avait jamais existé à la Bibliothèque Nationale : Il s’agit du service de l’Exposition, et du service de la Photographie.

Galeries d’Exposition.

Pendant longtemps le public avait été admis, deux jours par semaine, à parcourir les principales galeries de la Bibliothèque dans lesquelles étaient exposés sous verre les objets qui devaient le plus intéresser les visiteurs. Quand la restauration ou la reconstruction des bâtiments fut entreprise, il y a près de vingt-cinq ans, l’accès à la Bibliothèque aux simples curieux fut d’abord restreints, puis à peu près complètement interdit. J’ai pensé qu’il fallait au plus tôt reprendre un usage qui s’est introduit dans toutes les grandes Bibliothèques et dont les avantages sont appréciés de plus en plus par le public. L’Exposition universelle de 1878 qui devait faire affluer à Paris tant de Français et d’Etrangers me sembla une occasion naturelle d’essayer une installation qui permit de voir méthodiquement, en quelques heures, un choix des objets les plus précieux et les plus caractéristiques de nos collections. Mr le Ministre des Travaux publics nous donna le moyen de faire un essai qui a pleinement réussi. Depuis le mois de Juin 1878 les visiteurs peuvent, le mardi et le vendredi de chaque semaine, se promener dans plusieurs galeries où, malgré les inconvénients d’aménagement provisoire, mes collaborateurs ont réussi à grouper systématiquement un grand nombre de livres imprimés et manuscrits, d’actes publics ou privés, écrits sur papyrus, sur parchemin et sur papier, de pièces autographes, de cartes et autres documents géographiques, de gravures et de lithographies, d’inscriptions, de Médailles, de camées et d’antiques de toute espèce.

Pour les principales séries des livrets explicatifs font connaître par des notices substantielles la nature et la date de chaque objet, ainsi que le genre d’intérêt qu’il présente. Autant que possible un résumé des explications se trouve copié sur un carton, à côté de l’objet lui-même. L’Exposition des livres imprimés est particulièrement instructive : les volumes qui la composent ont été choisis et classés avec le soin le plus scrupuleux, et nulle part ailleurs que dans la Galerie Mazarine on ne trouverait une collection aussi nombreuses et aussi complète de livres propres à éclairer l’histoire de cet art merveilleux en Allemagne, en Italie, en Suisse, en France, aux Pays-Bas, en Angleterre, en Espagne, et jusqu’au Nouveau-Monde. Les annales de la reliure sont peut être encore plus richement représentées dans nos armoires que celles de la typographie.

Le Département des Manuscrits a fourni tous les éléments essentiels de l’histoire des écritures et de la fabrication des livres chez les peuples orientaux, et dans les différents pays de l’Europe, depuis l’antiquité jusqu’à la renaissance ; Les pièces qu’il a exposées suffisent pour initier à la Paléographie et pour donner une idée des chefs d’œuvre que le pinceau des enlumineurs a semés à profusion dans les livres du Moyen-âge. Une armoire spéciale a été réservé aux débris de la collection royale que Charles V avait fondée dans une des tours du Louvre et qu’à bon droit nous considérons, avec plusieurs autres Librairies princières du XIVe et du XVe Siècle, comme le noyau de la grande Bb Bibliothèque de la France.

Je passe sous silence l’exposition géographique qui avait été inaugurée en 1875, à l’occasion du congrès réuni à Paris, et dont les principales pièces ont dû récemment être dispersées par suite des travaux de restauration entrepris dans plusieurs de nos salles. Il n’y a pas non plus à parler de l’exposition des Estampes ni de celle des Médailles et Antiques : toutes deux sont restées dans l’état où le public est habitué à les voir depuis un certain nombre d’années, état déjà fort satisfaisant, mais auquel de notables améliorations seront apportées quand nous serons mis en jouissance des nouveaux bâtiments.

A côté des objets qui dans chaque département, forment le fonds principal et permanent de l’exposition, il a paru utile de placer temporairement, dans des meubles spécialement affectés à cet usage, les objets les plus intéressants qui, par suite de dons ou d’acquisitions, viennent s’ajouter aux anciennes collections de <la Bibliothèque> l’établissement. C’est un excellent moyen d’intéresser le public à la prospérité de l’établissement en lui montrant quelques uns des résultats dûs aux votes des chambres et à la générosité de différents bienfaiteurs. L’ouverture de galeries d’exposition a été un retour à d’anciennes traditions. L’installation d’un atelier photographique ou, pour parler plus justement d’une salle de pose, a constitué un service entièrement nouveau.

Service de la Photographie

<[Depuis une quinzaine d’années> les progrès de la photographie et de l’impression photographique à l’encre grasse par voie de report ont été tels depuis une quinzaine d’années que aujourd’hui, pour beaucoup de travaux d’érudition, de critique et d’esthétique, il est indispensable d’obtenir des reproductions héliographiques qui présentent le double avantage d’être absolument fidèles et de revenir à des prix modérés. Aucune raison sérieuse n’empêchait de déférer à un vœu souvent exprimé et de donner aux parties intéressées le moyen de faire éxécuter [sic], à leurs frais et par des artistes de leurs choix, la photographie des objets rares conservés dans nos collections. Il fallait seulement nous mettre à même de prendre les précautions nécessaires indiquées dans l’arrêté ministériel du 1er Juin 1877 pour assurer la parfaite conservation de tout ce qui es confié à notre vigilance. J

Je suis heureux, Mr le Ministre, de pouvoir vous annoncer que de double but a été atteint. La Salle de pose qui a été construite en 1880 est assez vaste et assez bien éclairée pour satisfaire les opérateurs les plus exigeants ; d’autre part, les appareils qui ont été préparés pour protéger contre tout contact pendant les opérations, les livres imprimés ou Manuscrits, les Cartes et les Estampes, doivent dissiper les scrupules des Conservateurs les plus jaloux et les plus méticuleux. Une expérience de plus d’une année a déjà donné les meilleurs résultats, et désormais rien n’empêche l’Administration d’accueillir, conformément à l’arrêté du 1er Juin 1877, toutes les demandes de reproduction qui se recommandent par un véritable intérêt scientifique ou artistique.

Fonds pour l’accroissement et l’entretien des Collections

——

La création de nouveaux services tels que ceux de l’Exposition et de la Photographie, l’organisation d’une garde de nuit qui n’existait pas avant l’année 1877, et surtout le développement progressif des anciens services devaient amener un surcroit de charges et de travail que vos prédécesseurs ont bien voulu prendre en considération pour faire inscrire aux derniers budgets quelques augmentations de crédit. C’est ainsi que le cadre des auxiliaires et des hommes de service a été élargi, que les traitements inférieurs ont été légèrement relevés et que les fonds affectés à certaines dépenses matérielles (Chauffage, fournitures de bureau, ports de paquets, etc.) ont été mis en harmonie avec les besoins réels de l’établissement. La partie de notre budget qui est en ce moment le plus en souffrance est celle qui doit faire face aux dépenses d’acquisitions, de reliure et d’entretien des Collections. Depuis quelques années elle était fixée à 200,000 francs. En 1880, j’ai cru qu’il était impossible de ne pas la faire porter à 250,000 f. Votre prédécesseur, qui avait reconnu combien ma prétention était légitime, n’hésita pas à y faire droit dans son projet de budget pour l’année 1882.

Les trois cinquièmes de l’augmentation que votre prédécesseur avait jugée indispensable ont été votés et figurent au budget de 1882. Nul doute, que vous n’obteniez, Mr le Ministre l’inscription des deux autres cinquièmes, soit la somme de 20,000 francs, à la prochaine loi de finances. Il est impossible, en effet, de contester la justesse des observations que j’avais dévéloppées [sic] à l’appui de ma proposition primittive [sic], et dont je dois reproduire ici la substance pour montrer combien nous sommes modérés en soutenant que les fonds d’acquisitions et de reliure ne sauraient être inférieurs à 250,000 francs.

Voici à peu près, Mr le Ministre, comment le crédit de 230,000 fr. accordé pour l’année 1882, pourra, en fin d’exercice, se trouver réparti entre les quatre Départements :

Imprimés118,700 fr.
Manuscrits42000. —
Médailles39 900. —
Estampes29 400. —

L’insuffisance de ces chiffres est démontrée par le décompte qu’il en faut faire. Je prends pour exemple le Département des Imprimés. Sur les 118,700 francs qui lui sont affectés il devra conserver, approximativement :
24 000 fr. à l’abonnement à des périodiques étrangers et aux suites d’ouvrages dont la publication est commencée depuis plus ou moins longtemps
33 000 f. à l’achat de livres nouveaux étrangers.
16000 f. à l’achat de livres anciens qui manquent à la Bibliothèque,
31,000 fr. aux reliures.
7,600 fr. à l’achat et à la reliure des livres de la Salle publique.
4,100 fr. à l’achat de Cartes géographiques,
3000 fr. au montage et à la reliure des Cartes géographiques.

Nous dépensons donc environ 57,000 francs pour nous procurer des publications étrangères : c’est peu quand on réfléchit à l’augmentation progressive de la production littéraire dans la plupart des pays civilisés et à la tendance qu’ont de plus en plus les éditeurs anglais et allemands à élever le prix des ouvrages d’érudition, d’art et de science. Aussi sommes nous loin de pouvoir profiter de toutes les indications qui nous sont données par les savants les plus recommandables sur le mouvement scientifique et littéraire en Allemagne, en Angleterre, dans les pays du Nord, en Russie, en Italie et en Espagne.

Quelque riches que soient nos anciennes Collections, l’achèvement et la révision des Catalogues y font tous les jours constater des lacunes qui portent le pus souvent sur des livres rares et d’un prix très élevé. Beaucoup de ces lires se vendent souvent plusieurs milliers de francs et la valeur s’en élèvera de plus en plus, moins encore par suite de la concurrence des amateurs que par suite de l’immobilisation des exemplaires dans les Bibliothèques publiques. Aussi pouvons-nous à peine de loin en loin profiter des occasion qui se présentent pour compléter une série d’incunables, de coutumes, d’anciens poëtes[,] de romans gothiques, de livres à figures et d’éditions originales. Beaucoup de ces livres se vendant souvent A la dernière grande vente qui s’est faite en Angleterre, celle de la Bibliotheca Sunderlandiana, nous n’avons même pas réussi à nous faire adjuger deux petits livres du XVe Siècle, très intéressants pour le France et dont l’absence a été plus d’une fois remarquées dans nos Catalogues de l’Histoire de France et des sciences médicales. Au lieu d’acquérir des ouvrages de ce genre, qui dans certains cas peuvent passer pour des objets de luxe, mais qui, pour la Bibliothèque Nationale sont de première nécéssité [sic], puisque c’est à elle que les savants français viennent les demander, nous devons réserver une partie de nos fonds pour des ouvrages récemment parus en France et d’un prix souvent élevé que le Dépôt légal aurait du nous fournir et qu’il nous faut <bien> acheter à beaux deniers comptants après avoir inutilement épuisé tous les modes de réclamation que peut employer l’Administration.

Du côté de la reliure j’ai à vous signaler, Mr le Ministre, de besoins peut être encore plus pressants. Quand vous daignerez honorer nos dépôts de votre visite, vous y verrez dans quelques unes des séries les plus importantes, nombre de volumes qui sont restés à l’état de brochure, bien que l’apparence délabrée de ces volumes atteste trop éloquemment le fréquent usage qui en est fait. Certains volume in 4° et même in folio, attendent leur tour depuis plus de cinquante ans, pour être livrés aux relieurs, quoiqu’il soit notoire que des volumes de cette taille, non reliés, ne peuvent rester longtemps debout sur les rayons sans que la conservation en soit compromise. L’an prochain, sans nous départir de nos habitudes d’économie, qui nous interdisent d’aller au[-]delà des demi-reliure, et qui nous condamnent le plus souvent à de simples cartonnages, nous pouvons entament une portion de l’arriéré ; mais il est impossible d’entrevoir à quel moment pourront être cartonnés les collections de Journaux des Départements, que, depuis l’année 1879, nous avons dû nous borner à empaqueter, après les avoir soigneusement classés, ce qui nous empêche de les communiquer, sinon dans des cas exceptionnels.

La situation financière des autres Départements n’est guère meilleure. La somme qui revient annuellement à chacun d’eux est inférieure au prix qu’atteint parfois dans les ventes publiques un seul des objets dont nous pourrions désirer l’entrée dans nos collections nationales de Manuscrits, de Médailles et d’Estampes.

Sans enter dans plus de détails, je vous prierai, Mr le Ministre de vouloir bien jeter les yeux sur le tableau suivant. En regard des sommes que nous pourrions consacrer dans chaque Département aux achats et aux reliures si notre crédit était porté à 250 000 francs, j’ai placé le chiffre qui est alloué pour les mêmes dépenses au Musée Britannique.

Répartition du Budget de la Bibl. Nat. le jour où il sera porté à 25000 frChapitre correspondant du Budget du Musée Britannique
Exercice 1877-1878.
Imprimés.Achats87 000.250 000.
Reliures35 000.175 000.
Cartes.Achats45,000.20 000.
Reliures 3 000.33 000.
ManuscritsAchats26 000.63,750.
Reliures20 000.15 000.
MédaillesAchats42,500.28 125.
EstampesAchats25 000.50,500.
Reliures7 000.20 000.
Total250,000655 375.

Ainsi, même après que nous aurons obtenu l’augmentation dont je crois avoir démontré l’absolue nécéssité [sic], le crédit dont la Bibliothèque Nationale pourrait disposer serait, par rapport aux ressources du Musée Britannique dans le proportion de 1 à 2,62.

Un écart aussi considérable ne saurait indéfiniment subsister ans nous exposer à perdre le rang que nous occupons parmi les Bibliothèques de l’Europe. Pour l’atténuer sinon pour le faire disparaître, il suffit de l’indiquer à un Gouvernement qui ne recule devant aucun sacrifice toutes les fois que les intérêts de l’Instruction publique sont en jeu.

Indépendamment des sacrifices d’argent, il y aura tout un ensemble de mesures à combiner pour obtenir du Dépôt légal ce que la dernière loi sur la presse permet d’en attendre et ce que l’intérêt général nous oblige de demander : l’arrivée d’un exemplaire en bon état de tout ce que les divers genres d’impressions produisent en France. Mais c’est là une question très délicate et très complexe, qu’il faudra étudier spécialement le jour, peut[-]être prochain, où elle sera posée devant les Chambres. Je ne vous en parlerai pas aujourd’hui, Mr le Ministre. Après vous avoir entretenu de ce qui, suivant moi, devrait être fait pour la Bibliothèque j’ai hâte de vous renseigner sur ce que la Bibliothèque a fait et compte faire pour justifier la bienveillance du Gouvernement. C’est sur le Département des Imprimés que j’appellerai surtout votre attention. Je crois répondre à vos intentions en exposant les travaux qui ont été accomplis pour avoir le catalogue de toutes les collections, pour mettre le public en pleine jouissance de ce catalogue et pour assurer la rapide communication des livres qui nous sont demandés.

Aperçu de l’état des Collections du Département des Imprimés depuis le XVIIe S. jusqu’en 1874.

Il me faut avant tout, Mr le M[inistre]. vous rendre compte de l’état matériel des collections dont je dois vous entretenir. Sans entrer dans de longs détails sur l’étendue et les classement successifs de ces collections, (1) il suffit de vous exposer que les deux millions et demi d’articles dont elles se composent, ou environ, sont répartis dans trente grande divisions dont les principales lignes sont encore celles qui avaient été tracées, vers l’année 1688, par l’un de nos plus actifs et plus industrieux bibliothécaires, Nicolas Clément. Les cadres établis à cette époque, et dont quelques parties furent remaniées de 1739 à 1753, eurent assez d’élasticité pour recevoir, sous forme d’intercalations[,] tous les livres dont la Bibliothèque s’accrut pendant le XVIII[e] siècle. Il[s] devinrent insuffisant[s] le jour où la Révolution fit affluer dans nos salles et jusque dans nos greniers une incalculable quantité de livres choisis dans les bibliothèques dévolues à la Nation. Nos prédécesseurs allant au pus pressé, mirent tous leurs efforts à sauver ces précieux débris et a en assurer la possession à la Bibliothèque Nationale. Les ressources dont ils disposaient ne leur permettaient pas de les classer, encore moins d’en dresser le catalogue. De là un désordre qui s’accrut par l’habitude de ne plus insérer dans les catalogues beaucoup de livres qui arrivaient, les uns par le dépôt légal, les autres par suite de dons ou d’acquisitions. Sous le règne de Louis-Philippe on se préoccupa sérieusement des inconvénients et des dangers d’une situation aussi irrégulière. Pour y porter remède, on commença par vérifier les cotes des livres portés au catalogue ; tous les autres livres, après un examen rapide, furent rattachés aux grandes divisions dans lesquelles, d’après la nature du sujet, ils pouvaient êtres classés ; on les plaça dans chaque division, à la suite des livres cotés, en les rangeant purement et simplement d’après l’ordre alphabétique des noms d’auteurs ou des premiers mots des titres. La réunion des livres ainsi traités forme le fonds non porté. A partir de cette opération chacune des grandes divisions bibliographiques du Département des Imprimés se composa de deux séries distinctes : 1° Le fonds porté, comprenant les livres qui avaient reçus une cote de classement et qui figurent sur les anciens catalogues ; 2° le fonds non porté comprenant les livres dépourvus de cotes et dont la plupart n’étaient point relevés dans les Catalogues, le fonds non porté s’accrut peu à peu dans d’énormes proportions ; c’est lui en effet qui reçut pendant de langues années presque tous les volumes ou brochures qui entraient journellement au Dép[artemen]t. des Imprimés et dont beaucoup n’étaient pas catalogués.

Une réforme considérable s’accomplit sous l’administration de Mr Taschereau. Plusieurs divisions furent refondues[,] classées dans un ordre méthodique et pourvues de catalogues entièrement nouveaux ; nous les appellerons : Divisions cataloguées ; d’autres furent traités plus sommairement. Les livres du fonds porté et du fonds non porté furent numérotés et inventoriés suivant l’ordre même d’après lequel les volumes étaient placés sur les rayons, nous les appellerons : Divisions inventoriées. — De plus il fut posé en règle absolue que tout ce qui arriverait à la Bibliothèque serait catalogué au moment même de l’arrivée. Cette judicieuse prescription a été fidèlement observée depuis 1852.

Travaux de Classement et de catalogues accomplis depuis 1874 au Département des Imprimés.

En 1874, quand je fus appelé à la direction de la Bibliothèque Nationale, huit divisions, (celles que nous désignons par les lettres L. N. O. O². O3. P. P². et T.) étaient à peu près entièrement cataloguées ; le travail d’inventaire était à peu près terminé sur les six divisions, répondant aux lettres A. B. C. D[.] D². et E. Dans tous les travaux que j’ai eu l’honneur de diriger depuis cette époque, je me suis attaché : 1° – à conserver le bénéfice des classements et des catalogues antérieurs ; 2° – à obtenir le plus promptement possible des résultats pratiques ; 3° – à ménager pour l’avenir le moyen de perfectionner, et de multiplier et de transformer les instruments de recherche, 4° à mettre le public en état de manier lui-même les instruments de recherches. Mon collègue, Mr Thierry-Poux[,] Conservateur-sous Directeur du Département des Imprimés et dont le dévouement n’est égalé que par la sagesse et la science bibliographique, n’est pas moins pénétré que moi de la nécéssité [sic] absolue de régler d’après ces principes tous les travaux qui s’accomplissent au Département des Imprimés, et qui, grâce à son infatigable activité gagnent chaque année en étendue et en précision.

La suppression ou pour parler plus justement, la transformation du fonds non porté dans les divisions cataloguées ou inventoriées était, sous la direction de mon prédécesseur un des résultats les plus importants que les travaux entrepris sous la direction de mon prédécesseur eussent permis d’atteindre. Par suite de ces travaux les nouveaux volumes qu’on avait à insérer dans les divisions dont il s’agit pouvaient recevoir des cotes, de telle façon que la place matérielle qu’ils devaient occuper sur les rayons était rigoureusement déterminées et que les différents inventaires, ou catalogues ou répertoires pouvaient y renvoyer avec précision. Mais dans les autres divisions la situation du non porté ne s’était gère modifiée ; elle s’aggravait même en ce sens que le nombre des volumes ou pièces du non porté s’augmentait d’année en année, puisque on y versait toutes les nouvelles acquisitions et jusqu’aux résidus des divisions récémment [sic] cataloguées, quand, pour une division le nouveau cadre n’avait pas absorbé toutes les matières comprises dans le cadre ancien.

Il fallait trouver, à tout prix, un expédient pour arrêter de le développement du non porté. A cette fin de nouvelles séries ont été ouvertes dans chacune des divisions non cataloguées ou non inventoriées, séries dans lesquelles, à partir du 1er janvier 1876, viennent se placer, suivant l’ordre d’arrivée, les volumes ou les pièces dont chaque division s’accroit chaque semaine. Le système de numérotage a été combiné de façon à ce que la suite des cotes ne soit pas interrompus sur les rayons, ce qui facilite singulièrement les vérifications et les récolements.

Il fallait en même temps imaginer un moyen de prévenir l’encombrement dont nous menace l’invasion, de plus en plus redoutable, des éditions ou tirages multiples de nombreuses publications qui n’ont aucun caractère scientifique. Après quelques tâtonnements, nous avons réussi à les faire entrer dans les cadres ordinaires, en nous ménageant à nous et à nos successeurs la ressource de pouvoir, à un moment donné, des déporter plus ou moins loin, dans la Bibliothèque, om même en dehors, sans aucun travail pour les rassembler et sans aucun risque de disloquer nos cadres.

La constitution des cadres dont il s’agit et dont l’économie générale est indiquée par le tableau annexé a permis d’établir à partir de l’année 1876, une matricule complète, sauf pour la division Yf, de tous les articles que le Dépôt légal, les dons et les acquisitions font journellement entrer au Département des Imprimés et qui sont immédiatement classés dans les différentes divisions du Département. Auparavant, pareille matricule n’existait que pour les trop rares divisions pourvues de catalogues méthodiques.

La tenue des matricules dont il vient d’être question est une mesure indispensable non seulement pour assurer la numérotation régulière des volumes ou des pièces, mais encore pour constater et pour aider à réparer les erreurs que doit amener le maniement quotidien de tant d’articles dans des locaux insuffisamment éclairés pendant beaucoup de journées d’hiver. Mais les matricules sont parfaitement indépendantes des Catalogues ou Inventaires et des répertoires à l’aide desquels peuvent et doivent être recherchés et trouvés les ouvrages dont les lecteurs demandent communication. Créer[,] entretenir, perfectionner et multiplier les instruments de recherches, telles doit être l’une des plus sérieuses préoccupations des Bibliothécaires. Mes collaborateurs et moi, nous n’avons pas de plus grand souci et dans la mesure des moyens dont nous disposons, nous croyons avoir, à cet égard obtenu quelques résultats importants pendant la période dont j’ai eu l’honneur de vous rendre compte.

Je ne parlerai pas de ce qui a été fait pour achever et tenir à jour les travaux précédemment entrepris sur les divisions A-E, L, N-P² et T. J’indiquerai seulement les opérations accomplies ou entamées sur d’autres divisions.

Les volumes ou pièces compris dans trois divisions historiques (G. Histoire générale, J. Histoire ancienne et K. Histoire d’Italie) ont été numérotés et les titres en ont été relevés sur des cartes qui forment en ce moment des répertoires alphabétiques et qui pourront être transformés en catalogues méthodiques. Une dernière révision doit en être faite pour que l’état des catalogues des divisions G. J. et K. soit définitivement réglé.

Un travail du même genre s’accomplit sur la division Q. (Bibliographie) et sur la division X (Linguistique et Rhétorique). Je ne parlerai que de la dernière de ces opérations.

La rigueur et l’exactitude avec lesquelles s’éxécute [sic] le catalogue de la division X. n’autorisent à la signaler. Le mérite en revient, pour la meilleur part, à un jeune et savant Archiviste Paléographe, Mr Omont, qui nous donne tous les jours la preuve d’une rare aptitude aux travaux bibliographiques.

Voici en deux mots la marche suivie pour la mise en ordre et l’inventaire de la division X. Tous les articles qui la composent ont été préalablement passés en revue : on s’est assuré que les articles du fonds porté étaient exactement rangés sur les rayons suivants l’ordre des cotes, et les articles du fonds non porté suivant l’ordre alphabétique des noms d’auteurs, ou, pour les ouvrages anonymes, des premiers mots des titres ; les doubles ont été séparés après une vérification minutieuse et rangés d’après les mêmes principes que les exemplaires maintenus en place ; ont encore été mis de côté les volumes qui, d’après notre jurisprudence avaient droit de passer à la Réserve. Ces vérifications faites, un tableau a été dressé, sur lequel on a sommairement indiqué2 tous les ouvrages dans l’ordre même où ils se présentaient sur les rayons à la suite du récolement ; une colonne a été ménagée pour l’enregistrement des nouvelles cotes. Les volumes ont alors été numérotés suivant l’ordre dans lequel ils se trouvaient aussi bien sur les rayons que sur le tableau des récolements ; les nouvelles cotes sont reportées sur ce tableau, qui est ainsi à la fois et la matricule de la division et l’état de concordance entre le régime ancien et le régime nouveau. Les titres des ouvrages, avec renvois à la cote sont relevés sur des cartes qui provisoirement sont rangées dans l’ordre alphabétique, mais qui se prêteront quand on voudra à l’établissement d’un catalogue méthodique. La rédaction des cartes est arrivée dans la division X. au numéro 11545 pour la série ordinaire et au numéro 824 pour la série de la Réserve.

Un travail analogue à celui que je viens de décrire doit être entrepris sur toutes les division du Dép[artemen]t. des Imprimés dont le catalogue n’a pas été refait ou complété dans les trente dernières années ; Mais les précautions à prendre pour ne pas interrompre, même pendant un jour la communication des ouvrages d’une division, pour ménager le passage de l’état ancien à l’état nouveau, pour donner des cotes régulières et pour rédiger ou faire rédiger convenablement les articles du Catalogue, sont telles qu’il ne m’a pas été possible de trouver des ouvriers suffisamment préparés et assez libres de leur temps pour attaquer à fond les autres grandes divisions qui restent à traiter. En attendant que l’instruction de nos jeunes collaborateurs soit terminée, qu’ils aient acquis l’expérience nécessaire et donné la preuve de leurs connaissances bibliothéconomiques, nous avons porté nos efforts sur des séries secondaires dont la mise en ordre et le catalogue forment une partie essentielle du programme que nous devons remplir. Les travaux dont elles ont été l’objet ont été conduits de façon à obtenir des résultats pratiques sur lesquels il n’y eût plus à revenir et dont le public pût immédiatement bénéficier. A cet ordre appartiennent les classements et les inventaires que je vais passer en revue.

En 1750, lors de l’impression du catalogue des livres de la division Z. (Polygraphie), nos prédécesseurs avaient laissé de côté un assez grand nombre de volumes qui appartenaient antérieurement à cette division et qui n’avaient pas été englobés dans le nouveau cadre, c’est ce qu’on appelait le Z. ancien. Une partie de ce résidu avait été classé dans les divisions cataloguées sous l’administration de Mr Taschereau ; mais il y avait encore près de 7000 volumes de cette catégorie dont le sort était resté incertains [sic]. Ils ont tous été répartis dans les divisions respectives auxquelles ils devaient être rattachés. Ainsi ont disparu les dernières traces d’une opération qui avait été laissée en souffrance depuis le milieu du XVIIIe Siècle.

Dans la nouvelle division Z, au commencement de ce siècle[-]ci <siècle-ci>3, avait été ouverte une série particulière où Van-Praet et ses collègues avaient fait entrer une masse énorme de pièces de toute nature, les unes reliées en volumes, les autres renfermées dans des cartons. Cette collection était connue sous le nom de Recueil Z. On trouva à propos de le disloquer, il y a une trentaine d’années, pour en retirer beaucoup de documents qui pouvaient être classés dans les divisions dont le catalogue méthodique ou l’inventaire était alors en projet ou en voie de formation. Tout ce qui n’appartenait pas à ces divisions fut alors rejeté à la suite des autres divisions du Dép[artemen]t. des Imprimés ; mais le temps manqua pour en rédiger l’inventaire et même pour y établir un ordre qui rendit les recherches possibles. Dans ces résidus du Recueil Z. il y avait cependant beaucoup de pièces d’un grand intérêt qu’il importait de pouvoir communiquer au public. A cette fin nous avons passé en revue les pièces du recueil Z. qui avaient été annexées aux divisions E*, F, H, M, R, S, V, Y²., et Z. Il y en avait 18404, qui ont reçu des cotes et qui ont été inventoriées, de telle sorte qu’on les trouve rapidement quand la communication nous en est demandée. Du recueil Z, il reste encore en souffrance un réside qui occupe 39 mètres de tablettes et qui devra, être réparti, à bref délai, être réparti entre différentes divisions et traité d’après <d’après>4 les mêmes principes que les autres débris dont il vient d’être question.

[Une opération analogue est réclamée pour des pièces très nombreuses, qui dans beaucoup de divisions remplissent les portefeuilles placés à la fin du fonds non porté. Mais comme il serait fastidieux et superflu d’inventorier toutes ces pièces une à une, nous avons pris le parti de les diviser en deux catégories ; d’une part, les pièces qui offrent un intérêt quelconque et qui ne pourraient être trouvées si elles n’étaient pas relevées dans un article spécial du catalogue, d’autre part, les pièces susceptibles de former des recueils factices, dans lesquels les recherches sont faciles même en l’absence de tout catalogue.

Un exemple fera comprendre quelle est la nature de ces recueils factice. Chaque année nous recevons des centaines de pièces, telles de Statuts, Circulaires, Discours et Rapports concernant les Sociétés de Secours mutuels qui existent dans la plupart des Départements ; Une série de cartons a été disposée dans chacun des formats de la division R, pour recevoir sous la cote générale R33, tout les pièces de ce genre qu’on y classe suivant l’ordre alphabétique des noms de localités, et pour chaque localité, suivant l’ordre chronologique/

Beaucoup de pièces que nous rencontrons dans les fonds non portés s’écouleront dans des recueils factices ; les autres formeront, dans les divisions auxquelles elles appartiennent des séries spéciales qui seront assez clairement désignées par la lettre majuscule propre à la division suivie de la minuscule p. (pièce)

C’est par la division V (Sciences, Mathématiques, Arts et Métiers) que nous avons commencé le triage, la numérotation et l’inventaire des pièces non encore cataloguées. Sans parler de celles qui seront rejetées dans les recueils factices, nous en avons déjà coté et inventorié plus de 2220, savoir 72 grand in-folio, <463 in folio> et 1685 in-quarto.

La division F. (Jurisprudence) renferme plusieurs séries volumineuses comme celles des Ordonnances et Lettres patentes, et celles des arrêts du Conseil d’Etat ou des Parlements, dans lesquelles un bon classement chronologique peut, au moins provisoirement, dispenser de catalogues. Mais il y a là d’autres séries dans lesquelles les recherches ne sont possibles qu’à l’aide de catalogues ou de répertoires. La plus considérable est celle des factums et documents judiciaires relatifs aux innombrables procès, civils ou criminels, qui ont été portés devant les différentes juridictions de l’ancien et du nouveau régime. On se figure difficilement quelle masse d’informations historiques est entassée dans les Mémoires que les plaideurs ont publiés pour justifier leurs prétentions ou pour réfuter les allégations de leurs adversaires. Nous n’avons pas reculé devant le classement et le dépouillement de tous les documents de ce genre qui étaient réunis dans la division F, au nombre d’environ 53700, savoir 17345 in-folio, 33231 in quarto, et 3095 in-octavo. Chacun d’eux est coté et représenté par une carte de dépouillement qui en fait connaître le titre, et, à défaut d’un titre, le sujet. Les pièces in-folio sont reliées en 422 volumes ; les pièces in-quarto en 1520 v. La série in-octavo pour laquelle on a trouvé après coup les matériaux d’un Supplément n’est pas encore reliée.

Une autre collection, moins étendue, mais d’autant plus précieuse qu’elle est probablement unique, était entrée à la Bibliothèque en 1862 par suite d’un échange conclu avec la Direction des Archives. Elle comprend toutes les impressions faite au XVIIe et au XVIIIe Siècle à l’occasion des procès de Canonisation qui ont été instruits en Cours de Rome ; elle est uniquement composée d’exemplaires revêtus d’attestations officielles. Napoléon Ier l’avait fait enlever du Vatican et déposer aux Archives Nationales où elle est restée jusqu’en 1862. Elle forme un des plus curieux recueils de notre division H (Histoire écclésiastique [sic]).

Le classement et la reliure en seront terminés dans quelques semaines. Nous nous sommes contentés d’en faire dresser un inventaire très-abrégé qui indiquera sous quelles cotes se trouvent les pièces relatives à chaque personnage. Ainsi seront mis à la portée du public plusieurs milliers de documents biographiques dont beaucoup n’ont encore été relevés par aucun bibliographe.

Plusieurs collections de catalogues de ventes de Bibliothèques et de fonds de Librairies forment des appendices considérables à la division Q. Nous en avons coté les différents articles afin de pouvoir dresser des répertoires qui rendent les recherches promptes et certaines. Ces Collections sont au nombre de trous : 1° Collection Anisson, comprenant 7118 articles, cotés Δ 1-7118 ; 2° Collection d’Otrante, comprenant 206 recueils et 187 volumes ; 3° Collection Jullien, comprenant plus de 10 000 articles. Les 7118 articles de la Collection Anisson et les 1334 premiers articles compris dans les recueils I-CLXII de la Collection d’Otrante sont inventoriés. Le classement de la collection Anisson y a fait constater la présence d’un grand nombre de pièces doubles, qui ont été mises à part et qui n’occupent pas moins de 30 mètres de tablettes.

La division de la Médecine renferme une section spécialement consacrée aux thèses soutenues dans les universités ou les Facultés de la France et de l’étranger. Nous avons le moyen de trouver une thèse quand on nous indique le nom de l’auteur et dans certains cas le lieur et la date de la soutenance. Mais nous ne pouvons guère répondre aux demandes qui nous sont faites pour avoir en communication les thèses <dont on nous indique seulement le sujet> portant sur un sujet déterminés. Pour combler cette lacune nous poursuivons sur notre immense collection de Thèses un dépouillement qui nous en procurera un répertoire complet suivant l’ordre alphabétique des noms de matières. Environs 2000 articles ont été ainsi relevés dans les 89 premiers volumes de la série consacrée à la Faculté de Strasbourg.

La Réserve dans laquelle sont rassemblés environ 60000 volumes plus particulièrement remarquables pas l’ancienneté ou la rareté et par la valeur exceptionnelle ou le luxe des impressions et des reliures devait être l’objet d’une sollicitude toute spéciale. Les livres de la Réserve sont classés dans le même ordre que ceux des fonds ordinaires ; ils sont atteints naturellement par les travaux qui s’exécutent sur les différentes divisions du Département et jamais le catalogue d’une division ou d’une sous-division n’est achevé sans qu’on y fasse entrer les articles correspondants de la Réserve. Mais la nature même des ouvrages classés dans la Réserve, l’énormité des sommes qu’ils représentent aux yeux des connaisseurs et le soin que demandent la recherche et la communication de tels livres nous imposaient l’obligation de régler d’urgence la situation de ce corps d’élite. Un inventaire particulier des séries qui étaient en souffrance a donc été entreprise <entreprise5> ; Il est terminé pour cinq ces Séries : La Liturgie ancienne (B), qui contient tant de volumes précieux pour les origines typographiques. Le Droit de la nature et des gents (E). Le Droit civil (F), où se trouvent entre autres richesses les premières éditions de nos Coutumes. L’Histoire ecclésiastique (H) et les Vélins.

Mesures prises pour faire directement profiter le public des travaux de Classement et de catalogue accomplis au Département des Imprimés.

Dans les pages qui précèdent je vous ai simplement indiqué, M[onsieu]r le M[inistre]. les mesures prises pour mettre et maintenir en ordre les collections du Dép[artemen]t des Imprimés et pour donner aux fonctionnaires et agents de l’établissement le moyen d’y diriger leurs recherches <recherches6> avec certitude et rapidité. Là ne se bornent pas les devoirs auxquels nous sommes tenus vis-à-vis du public. Nous reconnaissons qu’il y a tout avantage à fournir aux lecteurs qui fréquentent la Bibliothèque le moyen de désigner exactement les ouvrages dont ils ont besoin, de s’assurer si la Bibliothèque possède tels ou tels ouvrages qu’ils ont intérêt à consulter et de reconnaître les ressources que nos collections leur offrent pour étudier une question déterminée. Il n’est pas besoin de démontrer que c’est le but vers lequel doivent tendre tous les efforts de l’Administration? Il ne faut donc rien négliger pour arriver à mettre entre les mains du public l’équivalent des instruments de recherche dont sont armés les fonctionnaires de la Bibliothèque pour classer les livres et pour les trouver sans perte de temps. Nous sommes loin d’avoir atteint ce but ; nous nous en rapprochons cependant et j’ai la satisfaction de pouvoir vous signaler, M[onsieu]r le M[inistre]. les progrès que nous avons faits dans cette voie et qui pourront notablement s’accentuer si, après en avoir constaté l’importance vous daignez augmenter nos moyens d’action.

La rédaction et la publication du catalogue des livres et pièces concernant l’Histoire de France que possède le Département des Imprimés constituent l’une des plus considérables entreprises bibliographiques qui aient jamais été réalisées On a pu critiquer, avec quelque apparence de raison, certains détails du plan qui a été suivi ; C’est là un inconvénient auquel n’aurait sans doute pas échappé tout autre plan ; mais en admettant même le bien fondé d’une partie des reproches qui lui ont été adressés, il faut reconnaître qu’il y a eu quelque mérite7 à établir un cadre solide, dans lequel ont pu tenir plus de 200 000 articles et qui pourra en recevoir un nombre indéterminé. Qui contestera que les onze gros volumes qui contiennent la transcription exacte d’une aussi grande masse de titre ne forme un des plus utiles répertoires qu’il soit possible de consulter ? Certains lecteurs ont parfois été découragés par la multiplicité et la subtilité de divisions au milieu desquelles on ne sait bien s’orienter qu’après en avoir attentivement étudié les caractères distincts et les rapports. Mais tous embarras disparaîtra le jour où des tables alphabétiques permettront de trouver le titre exact ou la cote d’un livre ou d’une pièce dont on sait le nom de l’auteur ou les premiers mots du titre quand il s’agit d’une œuvre anonyme. Ces tables sont maintenant rédigées ; elles consistent en plus de 300 000 mentions qui toutes ont été vérifiées et coordonnées par un de nos pus actifs et intelligents bibliothécaires, M[onsieu]r. Marchal. Le nom des collaborateurs qui a su mener à bonne fin une tâche si longue et si délicate mérite de rester attaché à un travail qui rendra tant de services au public. La table alphabétique du Catalogue de l’Histoire de France remplira deux volumes in-quarto à trois volumes ; l’impression est arrivée à la fin de la lettre D ; nous en pourrions dès maintenant livrer au public les trente premières feuilles qui renferment plus de 30 000 mentions[.]

Du catalogue des sciences médicales, deux volumes ont paru ; il reste à publier un troisième volume qui comprendra la fin du catalogue proprement dit et la table alphabétique. La fin du catalogue qui se rapporte aux trois sous-divisions : Hydrologie médicale (T.e.) Médecine légale (T.f.) et Médecine vétérinaire (T.g.) est imprimé jusqu’à la page 176. On prépare les éléments de la table alphabétique qui sera dressée sur le même plan et avec le même soin que la table de l’Histoire de France ; le dépouillement est arrivé à la page 706 du premier volume.

Tout catalogue imprimé de livres imprimé[s] est condamné à n’être déjà plus à jour au moment même où chacun des volumes en est publié. Il faut donc le compléter sans cesse, soit à l’aide de bulletins et de répertoires comme ceux dont il sera question plus loin, soit à l’aide de suppléments dans lesquels sont relevés suivant un ordre déterminé, tous les articles dont s’est augmenté, pendant une période plus ou moins longue, telle ou telle division ou sous-division des catalogues. Deux exemples feront comprendre la nature de pareils suppléments et le genre de services qu’ils sont appelés à rendre au public.

En 1863 parut le tome VIII du catalogue de l’Histoire de France ; il contient l’énumération d’environ 20000 ouvrages ou documents classés dans Treize séries du chapitre intitulé : Histoire locale (LK1.-LK13). Depuis l’année 1863, jusqu’en 1878 nous avons eu à incorporer dans ces treize séries au moins 13 300 articles nouveaux. En 1878 les cartes répondant à ces articles nouveaux ont été rangées dans l’ordre même qui avait été observé pour l’impression du tome VIII du catalogue ; on les a autographiées et nous avons ainsi obtenu un volume in-quarto de 733 pages, à deux colonnes que l’on doit consulter concurremment avec le tome VIII pour savoir ce qu’en 1878, la Bibliothèque Nationale possédait de livres et de pièces enregistrées au Catalogue de l’Histoire de France dans le chapitre affecté à l’Histoire locale.

Un travail analogue s’accomplit en ce moment sur deux autres chapitres de l’Histoire de France, sur ceux qui ont été ouverts à l’Histoire des familles (Lm.) et à la Biographie (Ln.) Les tomes IX et X de notre catalogue imprimé représentent l’état de ces deux chapitres tel qu’il fut arrêté en 1865. Dans les quinze années qui ont suivi, il n’y a pas été fait moins de 14 000 additions. Ces 14 000 additions, distribuées dans l’ordre adopté pour le catalogue principal rempliront un volume d’environ 800 pages dont l’autographie est arrivée à la page 322 : La partie autographiée a épuisé le chapitre Lm. tout entier, les séries 1-26 du chapitre Ln, et un morceau considérable de la Ln27 (Biographies individuelles) qui atteint aujourd’hui le nom Carpeaux8[.] Cette dernière série (Ln27) peut être citée comme un exemple de la rapidité avec laquelle s’accroissent nos collections ; et de la facilité avec laquelle nos cadres recoivent [sic] les nouveaux arrivants. En 1865 quand la composition en fut arrêtée, elle consistait en 21017 articles, aujourd’hui elle atteint le chiffre de 33000 ; c’est en moyenne, pur cette série, une augmentation annuelle de 750 articles.

Des suppléments de ce genre pour les chapitres les plus importants de l’Histoire de France tiennent le public au courant de l’accroissement de nos collections ; ils simplifient les recherches et lui permettent de désigner avec précision absolue les documents qu’il veut consulter.

Ce n’est pas seulement pour l’Histoire de France et pour les sciences médicales que tout lecteur peut, dès maintenant, savoir les ressources qui lui offrent les collections du Dép[artemen]t. des Imprimés. En 1878 a été achevée l’autographie d’un volume in-8° de 681 pages, à deux colonnes qui contient le relevé méthodique des ouvrages ou documents classés dans les 24 chapitres de la division : Histoire de la Grande Bretagne.

On s’occupe en ce moment d’autographier dans les mêmes conditions le catalogue méthodique des seize séries de l’Histoire d’Espagne, sur les 4509 pages environ que comportera ce volume 340 sont déjà tirées ; nous avons ainsi atteint le mot Grenade dans la série de l’Histoire locale (Ol.250).

Pour deux autres divisions : Histoire générale (G) et Histoire d’Italie (K), nous avons obtenu par des procédés économiques plusieurs copies d’un inventaire abrégé qui indique alphabétiquement tous les articles classés dans ces deux divisions. A l’inventa Toutefois, à l’inventaire de la division K, il manque le relevé des ouvrages et des pièces anonymes. Une copie de ces inventaires, comprenant six volumes inquarto pour la division G, et six volumes in-quarto pour la division K, est à la libre disposition des lecteurs qui fréquentent la salle de travail.

Ici doivent être rappelées les publications auxquelles ont donné lieu deux séries de la Réserve : la série des livres imprimés sur Vélin et la collection du Docteur Payen sur la vie et les ouvrages de Montaigne.

Les livres imprimés sur vélin forment une des séries les plus importantes de la Bibliothèque. Un excellent catalogue en avait été publié par Van-Praet il y a plus d’un demi-siècle ; mais la multiplicité des Suppléments en rendait l’usage fort incommode. La collection n’avait jamais été mise exactement en rapport avec le catalogue ; d’ailleurs, depuis, la publication du dernier Supplément de Van-Praët l’effectif s’en était augmenté de plus d’un septième. En 1876 des cotes régulières ont été assignées à tous les articles de la série, et l’année suivante il en a été publié un inventaire alphabétique qui sert de table et de complément au grand catalogue de Van-Praet.

Quant à la collection du Docteur Payen, le catalogue en a été rédigé par M[onsieu]r Bichon et publié par les soins de M[onsieu]r Jules Delpit en un volume in 8°.

Les livres nouveaux dont s’enrichit la Bibliothèque ceur [?] peut être ceux dont le public a le plus d’intérêt à connaître l’existence ; c’est à ces livres, en effet qu’il convient généralement de recourir pour étudier la plupart des questions scientifiques, littéraires ou historiques, et l’existence de ces mêmes livres n’est pas indiquée par les Bibliographies générales à l’aide desquelles un lecteur instruit et intelligent peut demander la plupart des ouvrages classés dans nos anciens fonds. Mes collègues et moi, nous avons donc pensé que des mesures particulières devaient être prises pour signaler au public, sans aucun retard, l’arrivée des livres nouveaux qui entrent tous les jours à la Bibliothèque Nationale. Nous avons commencé par une catégorie pour laquelle les moyens d’information faisaient défaut à presque tous les habitués de la salle de travail, c’est-à-dire par les publications étrangères. Depuis la fin de l’année 1874 nous faisons paraître, dans les premiers jours du chaque mois, la liste des ouvrages étrangers qui, pendant le mois précédent, ont été incorporés dans les différentes divisions du Dép[artemen]t. des Imprimés.

L’honneur d’avoir imaginé et organisé ce système d’informations revient à M[onsieu]r Billard et à son frère M[onsieu]r Paul Billard, tous deux Conservateurs sous-Directeurs adjoints, que la mort nous a prématurément ravis au moment où leur collaboration si active et leur expérience su consommée nous étaient le plus nécessaires.

Le Bulletin mensuel dont il s’agit a enregistré tous les livres étrangers qui ont pris place dans nos collections. Jusqu’au mois de Décembre 1876, il a paru sous forme de cahiers autographiés. A partir de Janvier 1877 il est imprimé avec le concours de la librairie Klincksieck qui nous fournit le plus grand nombre de livres étrangers. Il faut évaluer à plus de 24400 le nombre des livres ou brochures dont le titre a été exactement relevé et très souvent traduit dans les différentes livraisons du bulletin, savoir :

en 1874.220.
en 1875.2151.
en 18762143.
en 18773022.
en 18784466.
en 18794234.
en 18804170.
et en 18814063.

Les avantages d’un pareil bulletin sont de plusieurs genres. Non seulement il révèle au public l’arrivée à Paris de beaucoup de publications étrangères qu’il a intérêt à connaître ; il le met encore à même de contrôler l’emploi que nous faisons des fonds d’acquisitions et de nous signaler des ouvrages importants qui nous ont échappé ou que nous avons négligé d’acquérir. De plus il nous fournit sans frais de copie d’excellents éléments pour l’entretien de nos différents catalogues ou répertoires, enfin il nous a permis d’établir deux nouveaux catalogues qui sont constamment et sans aucune formalité à la disposition des habitués de la salle de travail. Le mécanisme de ces deux catalogues, dont l’idée a été inspirée par le système adopté à la Bibliothèque de l’Université de Leyde, se prête à une série indéfinie d’intercalations et de transformations, sans entraîner de grandes dépenses de temps et d’argent.

L’un de ces catalogues consiste en un relevé alphabétique des noms d’auteurs, d’éditeurs et d’annotateurs ou des premiers mots des titres de toutes les publications étrangères qui sont nouvellement annoncées dans nos bulletins. L’autre présente les titres de ces mêmes publications rangées suivant un ordre systématique. Celui-ci est disposé d’après un plan fort simple et fort ingénieux, qui en rend l’entretien très-facile et l’usage infiniment commode. Il est l’œuvre de M[onsieu]r Julien Havet, Archiviste Paléographe, dont l’esprit sagace, le sens prâtique [sic] et l’érudition variée ne sont pas seulement appréciés à la Bibliothèque Nationale. Le cadre de classement qu’a combiné notre jeune collaborateur est parfaitement indépendant des cadres qui nous servent par la numérotation et le placement matériel des livres. Il repose moins sur des considérations philosophique que sur les facilités à donner au lecteur qui veut savoir quelles ressources se trouvent chez nous en fait de livres étrangers récents pour traiter une question déterminée. Vous apprécierez, je n’en doute pas, M[onsieu]r le Ministre l’originalité d’un tel cadre, qui pourrait, ce me semble, être avantageusement appliqué dans beaucoup d’établissements. Je prends dont la liberté de le mettre sous vos yeux. Il est vraiment intéressant de le comparer avec le cadre dressé par Nicolas Clément à la fin du XVIIIe Siècle, pour la Bibliothèque du roi, cadre dont beaucoup de parties sont encore en usage chez nous et dont j’ai cru utile de donner, à la suite du présent rapport, un résumé synoptique, rédigé par Nicolas Clément lui-même et resté inédit.

En voyant le profit que retire le public du Catalogue des livres nouveaux d’origine étrangère qui entrent chaque mois dans nos collections, j’ai conçu le projet d’étendre celle mesure aux autres livres que nous incorporons journellement dans toutes les divisions du Département, c’est-à-dire aux livres nouveaux d’origine française et aux livres anciens qui nous sont donnés ou que nous pouvons acquérir. Si vous daignez, M[onsieu]r le M[inistre]., subvenir aux frais de l’impression, nous pouvons alimenter ainsi un second bulletin mensuel, qui fournirait au public le titre et la cote de beaucoup de livres et dont les découpures serviraient à beaucoup de livres entretenir nos différents catalogues ou répertoires et même à en créer de nouveaux.

L’impression de tels bulletins est une innovation dont la nécessité s’impose et qui répond à un besoin universellement reconnu. L’expérience que nous avons poursuivi pendant sept ans sur les publications d’origine étrangère a donné des résultats tellement avantageux que nous ne devons pas hésiter à la généraliser. A défaut de notre propre expérience, nous y aurions été amenés par l’exemple de nos voisins. Le Musée britannique est largement entré dans cette voie. Par une note jointe à mon rapport, vous verrez M[onsieu]r. le M[inistre]. tout ce qui a été fait dans les deux dernières années pour substituer des bulletins imprimés aux bulletins manuscrits, jusqu’alors exclusivement employés dans cet établissement pour le catalogue du Dép[artemen]t. des Imprimés. Tel est aussi le système suivi à l’Université de Cambridge, dont le Principal Bibliothécaire fait imprimer les bulletins du Catalogue uniquement parce que ce procédé donne des résultats plus nets et en définitive plus économiques10.

Dans les paragraphes précédents, après avoir signalé les progrès accomplis dans la confection des catalogues du Département des Imprimés j’ai rapidement passé en revue les principales mesures qui ont été prises, depuis 1874, pour faire directement et sans retard profiter le public des résultats obtenus : rédaction et impression d’une table alphabétique du Catalogue de l’Histoire de France ; autographie d’un supplément à trois des principaux chapitres de ce Catalogue ; autographie du Catalogue méthodique des deux divisions relatives à l’Histoire de la Grande-Bretagne et à l’Histoire de l’Espagne ; Copie d’un inventaire alphabétique abrégé des divisions concernant l’Histoire générale et l’Histoire d’Italie ; publication d’un inventaire des livres imprimés sur vélin et d’un catalogue des la collection relative à Montaigne ; rédaction et impression d’un bulletin mensuel où sont relevés les titres de toutes les récentes publications d’origine étrangère qui arrivent à la Bibliothèque ; établissement d’un double répertoire qui permet de trouver le titre et la cote de ces mêmes publications, soit d’après l’ordre méthodique soit d’après l’ordre alphabétique.

Là ne se bornent pas les facilités que nous avons données aux lecteurs pour les aider dans leurs recherches, et surtout dans la rédaction de leurs bulletins de demande. Nous nous sommes préoccupés de la question des recueu recueils périodiques qui tiennent une place de plus en plus considérable dans le mouvement scientifique et littéraire de notre époque et dont l’abondance est à la fois une richesse et un embarras. Nous avons augmenté le nombre de ceux dont les dernières livraisons, au fur et à mesure qu’elle nous arrivent, sont mises sur une table spéciale à la disposition des lecteurs curieux d’en prendre connaissance. La liste des périodiques étrangers que la Bibliothèque Nationale recevait au 1er Janvier 1875 a été autographiée ; cette liste, révisée, rectifiée, et compléter, sera publiée de nouveau le 1er Janvier prochain ; elle comprend 831 articles, dont la plupart nous arrivent par voie d’abonnement, ce qui absorbe une somme énorme sur nos crédits d’acquisition. Nous restons cependant bien en decà [sic] de la limite qui devrait répondre aux besoins rééls [sic] de la science et aux désirs légitimes de plusieurs savants. A cet égard, nous sommes bien inférieurs à la Bibliothèque Bodleienne d’Oxford, qui l’an dernier, pouvait enregistrer dans son catalogue11 près de 1600 périodiques étrangers.

Une autre amélioration que je tient d’autant plus à constater que j’en reconnais encore l’insuffisance, a porté sur la collection des livres qui sont à la libre disposition des lecteurs de la salle de travail, c’est-à dire des volumes que chacun peut peut [sic] prendre à son gré sans avoir à les demander à un bibliothécaire. En 1869 peu après l’ouverture de la nouvelle salle de travail, le nombre des volumes de cette catégorie s’élevait à environ 2050. En 1878, je demandai à M[onsieu]r l’architecte un remaniement de boiseries qui augmenta sensiblement le développement des rayons sur lesquels pouvaient se placer les livres laissés à la portée des lecteurs. Le conservateur du Dép[artemen]t. profita de cette circonstance pour réviser et compléter le choix qui avait été fait un peu à la hâte dix ans auparavant. Il a réussi à faire entrer dans cette bibliothèque d’usage environs 3460 volumes dont le catalogue détaillé a été imprimés, et à l’aide desquels les lecteurs peuvent faire la plupart des vérifications courantes et trouver l’indication exacte de presque tous les ouvrages dont ils ont besoin. On s’est en effet, attaché à y réunit des dictionnaires de langues et de choses, des encyclopédies françaises et étrangères, de grandes collections historiques, archéologiques et littéraires, des recueils de textes, des mémoires académiques et surtout des bibliographies générales et spéciales. L’espace dont nous disposons pour le placement de ces livres est complètement rempli ; c’est à grand peine si nous pouvons intercaler les continuations des ouvrages qui en cours de publication. Tant qu’une nouvelle modification n’aura pas été faite à la menuiserie il nous sera donc malheureusement impossible d’accueillir les réclamations qu’on nous adresse pour comprendre dans la bibliothèque d’usage des recueils plus ou moins volumineux auxquels certaines étudies obligent de recourir journellement.

Mesures à prendre pour améliorer le services des Catalogues et des communications au Département des Imprimés

Les travaux que je viens d’avoir l’honneur de vous exposer, M[onsieu]r le M[inistre]., tendent tous au même but : mettre ou maintenir nos collections en bon ordre, les faire connaître au public, en pouvoir communiquer les différents articles sans tâtonnement et sans perte de temps. Nous nous rapprochons de ce but, mais nous sommes loin de l’avoir atteint. Le département des Imprimés ne sera parfaitement en équilibre et n’aura sa complète liberté d’allure que le jour où l’achèvement des constructions ou restaurations en cours d’éxécution [sic] lui permettra de concentrer ses principaux dépôts dans le voisinage immédiat de la salle de travail eu du magasin central. Mais en attendant cet heureux événement, de grandes améliorations de détail pourront être réalisées. Vous m’avez autorisé, M[onsieu]r le M[inistre]. à vous signaler toutes celles qu’avec votre concours nous pourrions obtenir à bref délai. Il suffira de vous les indiquer en deux mots pour que vous en compreniez la nature et la portée :

  1. Modification et perfectionnement de quelques dispositions matérielles, par exemple, développement des rayons sur lesquels, dans la salle de travail, sont placés les livres de la bibliothèque d’usage ; — simplification des moyens de transport des volumes et de communication entre les différents services. Dans cet ordre des faits, c’est votre collègue, M[onsieu]r le Ministre
  2. Augmentation du nombre des auxiliaires et des hommes de service spécialement affectés au rangements, à la recherche et au replacement des livres sur les rayons, et à la remise de ces mêmes livres entre les mains des lecteurs qui les attendent à une place déterminée de la salle de travail. — La Bibliothèque Nationale retirerait le plus grand avantage de la création de deux places d’auxiliaires et de 4 hommes de service, ce qui entraînerait l’inscription au budget ordinaire d’une somme de 7400 francs. Le cadre de nos auxiliaires et de nos hommes de service, soigneusement recruté parmi d’anciens sous-officiers, ou à défaut de sous-officiers parmi d’anciens soldats, est une des forces les plus solides de la Bibliothèque. Nous trouvons en eux des agents dociles, dévoués et intelligents. Il y a tout profit à leur confier la plupart des besognes matérielles qu’ils accomplissent avec autant de soin que de goût, ce qui nous permet de réserver exclusivement nos collaborateurs plus instruits et plus versés dans la connaissance des langues classiques ou vivantes, pour des opérations plus délicates, comme la réception et la vérification des livres qui nous arrivent, le choix des ouvrages à acquérir, la direction des travaux de reliure ou de restauration, la rédaction et l’entretien des catalogues ou répertoires, la surveillance et l’éxécution [sic] de certains rangements, la recherche approfondie des livres difficiles à trouver, et surtout les les [sic] rapports avec les lecteurs auxquels il faut parfois venir en aide et dont les bulletins de demande doivent toujours être visés avec beaucoup s’assurance et de sagacité, pour éviter des erreurs des de tâtonnements préjudiciables au bon ordre et à la rapidité des co communications.
  3. Impression d’un bulletin mensuel dans lequel seraient relevés les titres et les cotes des livres récents d’origine française et des livres anciens de toute espèce qui arrivent chaque mois à la Bibliothèque. Je n’ai pas à revenir ici sur l’utilité d’une mesure dont j’ai eu l’honneur de vous entretenir il y a quelques instants, et qui n’est, en définitive que l’extension d’un système appliqué avec le plus grand succès, depuis 1875 aux publications d’origine étrangère. Il y aura de ce chef une dépense annuelle qui ne devra pas dépasser 4000 francs.
  4. Accélération des travaux du catalogue qui restent à accomplir sur les anciens fonds du Département des Imprimés. La difficulté de trouver les hommes capables de diriger et de surveiller les détails du travail sans troubler l’ordre établi et dont le maintient est nécéssaire [sic] pour assurer le service des communications de chaque jour m’a empêché et m’empêche encore d’aborder en même temps le recolement, le numérotage, et le dépouillement de toutes les divisions qui sont restées en souffrance. Je serai cependant en mesure, en 1882, d’imprimer plus d’activité à ce travail, d’y employer un plus grand nombre de collaborateurs et de dépenser utilement une somme de 1200 ou 1500 fr[ancs]. au delà des crédits actuellement ouverts au chapitre XIX de notre budget.
  5. Impression, autographie ou copie des catalogues ou de l’inventaire des fonds anciens. J’ai montré plus haut combien il importe de multiplier les exemplaires des catalogues terminés pour en faire jouir le public et pour le mettre à même d’inscrire sur les bulletins de demande le titre exact et la cote des ouvrages à communiquer. Suivant la nature et l’importance des séries, suivant aussi le soin qui aura été mis à en faire les dépouillements, il y aura lieu de multiplier les exemplaires des catalogues, tantôt par la voie de simples reproductions autographiques ou même de copies manuscrites. — J’estime à un minimum de 10.000 francs par an la somme qui pourrait être utilement affectée à ce genre de travail. Elle devrait être portée à 15 000 fr[rancs]. au moins si le bénéfice d’une telle mesure était appliqué aux autres départements de la Bibliothèque où elle serait encore plus utile qu’au Département des Imprimés. — C’est par des moyens détournés et insuffisants, comme des prélèvements sur différents chapitres de notre budget que nous avons pu jusqu’à présent procéder à l’impression des catalogues les plus indispensables pour mettre en valeur les richesses de nos divers départements. Aucune somme n’est portée au budget pour la publication des catalogues de la Bibliothèque Nationale. C’est là une regrettables lacune. On se l’explique difficilement quand on voit chaque année tous nos Conseils Généraux voter des subsides pour l’impression des inventaires des Archives départementale, dépôts dont l’importance est secondaire si on les compare à un établissement central dans lequel viennent s’entasser depuis plusieurs siècles les produits de l’activité intellectuelle du monde entier.

Dans le présent rapport, je me suis principalement proposé de vous entretenir M[onsieu]r le M[inistre]. des travaux récemment accomplis[,] commencés ou projetés au Département des Imprimés ; mais je ne dois pas complètement passer sous silence ce qui s’est fait dans les autres Départements.

Travaux accomplis au Département des Manuscrits

Au département des Manuscrits tous les articles nouvellement entrés ont été incorporés dans les collections et relevés sur les inventaires et les répertoires ; ils ont <encore> été décrits dans des notices qui, pour la période antérieure à l’année 1880, sont comprises dans un volume publié il y a 18 mois ; je compte prochainement mettre sous presse un autre volume qui fera connaître les plus importantes acquisitions faites en 1880 et en 1881 par le Département des Manuscrits.

Indépendamment des mesures prises pour éviter toute espèce d’arriéré, les catalogues anciennement entrepris ont fait de notables progrès et plusieurs catalogues nouveaux ont été commencés.

Le Catalogue détaillé des Manuscrits français, dont les tomes I et II ont paru en 1868 et en 1874, s’est augmenté d’un troisième volume achevé d’imprimer en 1881. Il contient le dépouillement de 820 Manuscrits (nos 3767 -4586) presque tous relatifs à l’histoire du XVIe et du XVIIe siècle. La rédaction en a été faite et l’impression surveillée par M[onsieu]r Deprez, Bibliothécaire, qui sait trouver le temps nécéssaire [sic] à une tâche aussi lourde, tout en prenant une part très active au service ordinaire du Département des Manuscrits — L’impression du tome IV du même Catalogue est arrivé à la feuille 10.

Les lenteurs qu’entraîne la composition d’un catalogue aussi détaillé m’ont suggéré l’idée d’un inventaire très abrégé, dans lequel seraient sommairement indiqués, suivant l’ordre des matières, tous les Manuscrits se rapportant à un même sujet, sans qu’il fut tenu compte de la succession de cotes du classement. C’est d’après ce plan qu’ont été publiées en 1876 et en 1878 deux volumes d’un Inventaire général et méthodique des Manuscrits français de la Bibliothèque Nationale, contenant le premier la notices de 2428 M[anu]s[crit]s. relatifs à la Théologie, le second la notice de 3805 Manuscrits relatifs à la Jurisprudence et de 1575 M[anu]s[crit]s. relatifs aux Sciences et aux Arts. Un Troisième volume, consacré à l’Histoire générale, est bon à mettre sous presse.

Beaucoup moins considérable que le fonds français, les fonds de Manuscrits en langues modernes étrangères n’en on pas moins de droits à des catalogues raisonnés dont la composition demande des connaissances spéciales assez difficiles à rencontrer chez des personnes qui consentent à nous donner leur collaboration. Nous avons donc été fort heureux de profiter du trop court passage de M[onsieu]r. Alfred Morel-Fatio à la Bibl[iothèque]. Nat[ionale]. pour en obtenir un catalogue de nos Manuscrits espagnols qui peut affronter la critique des jurys les plus sévères. La première partie qui contient les notices de nos 635 manuscrits espagnols a paru cette année, en un fascicule in 4° de 243 pages[.] Nous ne tarderons pas à mettre sous presse la seconde et dernière partie où se trouvent l’Introduction, l’Appendice, le Supplément, et les Tables avec la notice de nos Manuscrits portugais.

J’espère que nos Manuscrits italiens ne seront pas traités avec moins d’érudition et de compétence. M[onsieu]r. Gaston Raynaud, Archiviste Paléographe, les fera connaître en suivant la méthode d’après laquelle a travaillé M[onsieu]r. Morel-Fatio. Pour nous faire attendre la Catalogue détaillé, qui est une œuvre de longue haleine il a commencé, dans le Cabinet Historique, la publication d’un inventaire abrégé mais très substantiel, qui fait connaître ceux de nos Manuscrits italiens, au nombre d’environ 800, dont il n’est pas question dans le catalogue publié par Marsand en 1865 et 1838. M[onsieu]r. Raynaud tient aussi le public au courant des progrès de la copie que M[onsieu]r. le commandeur Cecchetti veut bien faire éxécuter [sic] pour nous12, de toutes les dépêches des ambassadeurs vénitiens résidant en France, depuis le milieu du XVIe siècle et qui est le morceau le plus considérable dont notre fonds italien se soit enrichi depuis longtemps13.

La méthode adoptée pour la rédaction du Catalogue espagnol et du Catalogue italien est celle que M[onsieu]r Zotemberg, Bibliothécaire a appliquée avec un remarquable succès à plusieurs de nos séries orientales, d’abord en 1874, à la série des M[anu]s[crit]s. syriaques et sabéens, puis en 1877, à la série des M[anu]s[crit]s. éthiopiens. Les deux Catalogues que je viens de citer, et qui ont été, en France et à l’étranger, l’objet des jugements les plus favorables, sont, avec le Catalogue des M[anu]s[crit]s. hébreux paru en 1866, les seuls travaux qui aient été publiés de nos jours sur les fonds orientaux de la Bibliothèque Nationale. En ce moment nous poursuivons l’impression du catalogue du fonds arabe, auquel M. de Slane mettait la dernière main quand il nous fut enlevé le 4 Août 1878. Un premier fascicule contenant la notice de 1308 Manuscrits, pourrait être mis immédiatement en distribution. — Plusieurs autres catalogues orientaux sont en préparation. M[onsieu]r Fagnan, sur la recommandation très expresse de M[onsieu]r Mohl, a été chargé du fonds persan et du fonds turc. — M[onsieu]r l’abbé Martin a terminé la description du fonds arménien et le catalogue qu’il a rédigé pourrait être mis sous presse après une révision qui demanderait fort peu de temps. — Tel est aussi l’état du catalogue du fonds pâli dressé par M[onsieu]r Léon Feer, Bibliothécaire ; Nous aurions même déjà pu le publier si l’exiguïté des crédits ne nous interdisait pas d’entreprendre en même temps l’impression de deux Catalogues orientaux.

En ce qui touche les Manuscrits grecs, je puis vous annoncer, M[onsieu]r le M[inistre]. l’achèvement d’un inventaire des peintures et des ornements qui décorent beaucoup de volumes de ce fonds justement célèbre.

C C’est l’œuvre de M[onsieu]r Bordier Bibliothécaire honoraire, qui depuis l’année 1863, s’applique avec le zèle le plus soutenu et le plus désintéressé à l’étude des Miniatures de nos Manuscrits, et qui vient de terminer et de mettre au net la partie de son travail relative au fonds grec. — Sur les 4500 articles de ce fonds, M[onsieu]r Bordier en a trouvé 1540 qui renferment des peintures ou des ornements, il en a dressé une liste sommaire, dans laquelle sont indiquées, pour chacun des 1540 Manuscrits, le format, le nombre de feuillets, le sujet, la date d’éxécution [sic] et la nature des ornements. Viennent ensuite des notices détaillées sur 29 volumes, dont les peintures sont plus particulièrement remarquables, puis un répertoire alphabétique, à l’aide duquel on peut savoir dans quels manuscrits et à quelles pages on trouve, soit la représentation de certaines scènes ou de certains objets, soit tel ou tel genre d’ornements et telles ou telles particularités utiles à connaître pour l’histoire des arts. Le résumé des patientes et judicieuses recherches que M[onsieu]r Bordier a faites sur les peintures et les ornements de tous nos manuscrits grecs lui a fourni la matière d’une introduction dans laquelle sont traitées d’après des données originales, beaucoup de questions très neuves et très importantes[.] Le titre de chacun des divisions en laisse entrevoir l’intérêt : I. l’Antiquité. — II. Traces de l’Antiquité subsistant dans les manuscrits. — III. Interprétation de l’Antiquité par les Byzantins. — IV. Scène religieuses. — V. Scènes non religieuses. VI VI. Paysage, Architecture, Travail des Champs, Animaux. — VII Intérieurs meubles. — VIII. Types et professions. — IX. Portraits — X. Décoration. Un travail aussi original et aussi utile que celui de M[onsieu]r Bordier avait toute espèce de titre d’être publié. Votre prédécesseur, M[onsieu]r le M[inistre]. a approuvé les combinaisons que j’avais cru devoir lui proposer pour la publication d’un inventaire qui constate l’existence de trésors inappréciables et qui facilitera l’accès et l’usage aux artistes et aux archéologue. L’impression en est commencée et sera poussée activement.

Outre les Catalogues généraux auxquels donnent lieu les grands fonds de nos manuscrits, je dois vous signaler, M[onsieu]r le M[inistre]. des travaux de classement, de dépouillement et d’inventaire qui portent sur des séries déterminées et ont pour résultat la mise en ordre et à la disposition du public de documents importants, jusqu’alors à peu près inconnus et d’une recherche très difficile puisque la plupart n’étaient pas classés et encore moins cotés.

Telle était la collection Joly de Fleury, acquise en 1836 et dont le rangement, achevé seulement en 1881 est en grande partie dû à M[onsieu]r. Auguste Molinier, Archiviste-Paléographe. Cette collection su riche en informations sur l’histoire et sur l’Administration française au XVIII[e] Siècle, ne forme pas moins de 2555 volumes dont l’inventaire vient d’être publié imprimé14.

Plusieurs de nos plus importants recueils de correspondances administratives ou littéraires étaient dépourvues de tables et disposées dans un ordre, pour ne pas dire dans un désordre, qui a jadis facilité de coupables distractions et qui empêchait le plus souvent de pouvoir rassembler les différentes lettres émanées d’un même personnage. M[onsieu]r Marius Sepet, Archiviste Paléographe, a été chargé d’opérer des dépouillements, qui, sur beaucoup de points, ont déjà mis un terme à ce déplorable état. Il a terminé le relevé, pièce par pièce, de toutes les lettres contenues dans les 46 volumes de la correspondance de Séguier, 113 volumes de la correspondance de Colbert15, dans les 27 volumes de la correspondance de Harlay16, et dans les 39 volumes de la correspondance des Bénédictins17. Ces relevés ont déjà été transformés en répertoires alphabétiques pour la correspondance de Colbert, pour celle de Harlay, et en partie pour celle de Séguier.

Une section du Département des Manuscrits, le Cabinet des Titres, qui, pendant par suite de son origine et de sa destination primitive, a été longtemps considéré à peu près exclusivement comme un fonds généalogique, tend de jour en jour à prendre un nouveau caractère et à devenir une des mines qu’exploitent avec le plus du fruit des historiens du Moyen-Âge français. La constitution des dossiers modernes, c’est-à-dire formés de notes, de mémoires, de preuves et de tableaux du XVIIe et du XVIIIe Siècle, commencée il y a plus de vingt ans, se poursuit sans interruption indépendamment de la grande série formée à la Bibliothèque dans le cours du XVIIIe siècle et connue sous la dénomination de Dossiers bleus, qui comprend 18273 dossiers, la vérification et l’immobilisation des pièces s’éxécute [sic] simultanément sur trous autres séries : 1° Les Carrés de d’Hozier (on est arrivé au nom Montaigu, et on a relié 442 volumes) ; 2° Le Nouveau fonds de d’Hozier, (la partie classée s’arrête au nom Lamyrault et a produit 4493 dossiers) ; 3° Le Fonds de Cherin (On a traité les vingt six premiers cartons qui nous conduisent au nom La Ferté-Meung) ;

Mais la portion la plus précieuse du Cabinet des Titres est celle qui consiste en titres originaux, échappés pour laplu plupart, à la destruction des Archives de la Chambre des Comptes. Beaucoup de ces titres originaux avaient été employés au XVIIIe siècle à former plusieurs séries de dossiers rangés suivant l’ordre alphabétique des noms de famille. Beaucoup d’autres étaient restés pêle-mêle depuis que la Révolution avait interrompu les opérations des préposés au Cabinet des titres. Nos avons dû commencer par nous occuper de ceux-ci. Ils ont été groupés suivant la nature des actes. (Chartes royales, Comptes de bouche, Montres militaires, Fouages, Quittances &c.) et dans chaque groupe suivant l’ordre alphabétique chronologique[.] Il en est résulté 788 gros volumes18, qui ont été ajoutés au fonds français sous les nos 25697-26484.

M[onsieu]r Ul[ysse]. Robert, Archiviste-Paléographe, qui avait pris une part active à la constitution de ces 788 volumes, ne s’est pas laissé effrayer par la masse énorme et pas la complication des innombrables dossiers du Cabinet des Titres dans lesquels on avait disséminé au XVIIIe siècle près d’un million de pièces, pour la plupart originales. En 1876 il fit approuver à M[onsieu]r Michelant, conservateur du Dép[artemen]t des M[anu]s[crit]s. et à moi, un plan de classement dans lequel toutes les difficultés du travail étaient judicieusement prévues. Il se mit aussitôt à l’œuvre ; tout avait été si bien concerté que ce gigantesque classement a régulièrement marché, sans être retardé par aucun embarras. Aujourd’hui, après dix ans d’un travail opiniâtre, nous sommes en possession de 51362 dossiers, renfermant peut être 600 000 pièces, et répartis en 2271 gros volumes. Nous avons atteint le milieu de la lettre P, c’est-à-dire dépassé le second tiers de l’Alphabet. On peut donc espérer que dans trois ou quatre ans, M[onsieu]r Robert aura mené à bonne fin l’un des plus vastes classement qui aient été entrepris de nos jours dans une Bibliothèque ou dans un dépôt d’Archives.

L’importance des documents que de tels classements ont, pour la première fois rendus accessibles au public ne saurait être contestée. Il y a là, sur tous les évènements de nos annales, du XIVe au XVIe Siècle, une multitude de témoignages authentiques à l’aide desquels doivent être contrôlés les récits des Chroniqueurs ; il y a là les états de service de la plupart des personnages qui ont joué un rôle dans les guerre[s], dans la diplomatie et dans l’administration. Une ample moisson s’y présente aux historiens des villes et des châteaux, comme à ceux de nos institutions publiques, administratives, judiciaires, militaires et navales.

L’archéologie et relèvera des détails précieux sur l’état des arts et la condition des Artistes ; l’économiste des données exactes sur la valeur des terres, le prix des denrées et le taux des salaires ; le philologue de nombreux exemples de mots techniques qui manquent à nos glossaires. On peur s’en assurer en parcourant un fragment d’inventaire donné comme échantillon par M[onsieu]r Ul[ysse]. Robert, sous le titre de Catalogue de 1006 titres originaux relatifs aux Ducs d’Orléans19. On le reconnait encore mieux en voyant quel parti en a été tiré pour les plus récentes publications relatives au XIVe et au XVe Siècle Le Froissart de M[onsieu]r Luce, la Jeunesse de Duguesclin du même auteur, La Chronique Normande publiée par la Société de l’Histoire de France par M[onsieu]r A. Molinier, l’Arnoul d’Audrehem de M[onsieu]r E. Molinier, Le Siège du Mont St Michel de M[onsieu]r Luce, Les Etats du Centre de la France de M[onsieu]r Thomas et le Charles VII de M[onsieu]r de Beaumont.

Il n’y a aucune exagération à prétendre que les études historiques sur le XIVe et le XVe Siècle sont en voie de se renouveler par suite des facilités données aux Erudits, pour employer les débris des Archives de la Chambre des Comptes conservées à la Bibliothèque Nationale.

Les fréquentes communications que nous devons faire des recueils dont il vient d’être question exposent à des détériorations plus ou moins graves les petits sceaux dont sont munis beaucoup des Actes du XIVe et du XVe Siècle. Le mal serait irréparable et nos successeurs nous en feraient un juste reproche, si nous ne faisions pas mouler et décrire des fragiles monuments qui souvent n’offrent pas moins d’intérêt que les monnaies dont les suites sont religieusement conservées au Département des Médailles? C’est un travail long et délicat, dont personne n’eût pu être chargé si M[onsieu]r le Directeur général des Archives n’en eut apprécié l’importance pour l’établissement confié à sa garde. Il a bien voulu autoriser M[onsieu]r Demay, Sous-Chef de la Section historique à l’entreprendre et je suis heureux de pouvoir vous annoncer, M[onsieu]r le M[inistre]. que cet habile sigillographe a terminé le dépouillement des Sceaux du XIVe et du XVe Siècle. Le Catalogue qu’il en a rédigé et sera encore plus instructif que les quatre gros volumes par lui précédemment consacrés aux sceaux de la Flandre, de l’Artois, de la Picardie et de la Normandie, devra être promptement publié. Il est à la fois réclamé par les historiens, qui s’en serviront pour identifier beaucoup de personnages dont il ont à parler, et par les archéologues, qui y trouveront pour la première fois les éléments d’un armorial français du Moyen Age puisés à des sources originales.

Le Catalogue des sceaux que M[onsieu]r Demay a jugé à propos de mouler dans la collection de Clairambault formera un de ces catalogues auxiliaires que nous accueillons avec d’autant plus de reconnaissance que bien souvent les auteurs les rédigent de leur propre initiative et les publient sans pouvoir directement compter sur les encouragements de l’Administration. À cette catégorie d’utiles travaux appartiennent les publications suivantes de M[onsieu]r Ul[ysse]. Robert :

  • Inventaire des Cartulaires conservés dans les Bibliothèques de paris et aux Archives Nationales, Paris, 1878, in 8° de 107 p. Plus un Supplément de 19 p. imprimé en 18789. (Extr. du Cabinet Historique)
  • Catalogue des Manuscrits relatifs à la Franche-Comté qui sont conservés dans les Bibliothèques publiques de Paris, Paris, 1878, in 8°, de 318 p. (Extr. des Mémoires de la Société d’Emulation du Jura.)
  • Indicateur des Armoiries des villes, bourgs, villages, monastères, communautés, corporations, etc. contenus dans l’Armorial général de d’Hozier, Paris 1879, in 8°, de 192 p. (Extrait du Cabinet Historique).

Qu’il me soit permis, M[onsieu]r le M[inistre]. d’y comprendre l’ouvrage intitulé : Le Cabinet des Manuscrits de la Bibliothèque Nationale, dans lequel la plupart de nos Manuscrits latins et français sont groupés par ordre de provenance et qui a trouvé une somptueuse hospitalité dans le recueil historique de la Ville de Paris. On peut aussi mettre au nombre de nos catalogues auxiliaires le Répertoire général de toutes les dépêches et autres documents appartenant aux Correspondances des Ambassadeurs de France successivement accrédités en Angleterre depuis le règne de Henri VIII jusqu’au règne de George I, 1509-1714. Ce répertoire dressé avec le plus grand soin par M[onsieu]r Armand Baschet n’occupe pas moins de 254 pages, d’un caractère très serré, dans The Thirty-ninth annual report of the Deputy Keeper of the public records, (London, 1878, in 8°.) On y trouve la date de chaque dépêche, la désignation du lieu d’où elle est partie, le nom de l’Agent qui l’a écrite ou dictée, le nom du Souverain ou du Secrétaire d’état à qui elle a été adressée, et l’indication du dépôt où elle est conservée. M[onsieu]r Baschet, qui n’a rien épargné pour rendre son travail aussi complet que possible, a compris dans ses dépouillements beaucoup de recueils de la Bibliothèque Nationale dont l’inventaire détaillé, nous est ainsi fourni par l’un des derniers rapports du Député à la garde des Archives publiques de la Grande-Bretagne.

Le Souvenir de mes anciennes fonctions au Département des Manuscrits m’a entraîné à parler un peu longuement de travaux qui ne sont plus particulièrement familiers. Veuillez, je vous prie, M[onsieu]r le M[inistre]. me pardonner ces développements. Je serai plus bref pour les deux autres départements dont il me reste à vous entretenir.

Travaux accomplis au Département des Médailles et Antiques.

Au Département des Médailles et Antiques l’Inventaire général prescrit en 1872 par un de vos prédécesseurs ne tardera pas à être terminé. Voici l’indication du nombre des articles qui ont été inventoriés dans chaque division :

I. Médailles antiques de l’Europe, autres que les médailles romaines.28958.
II. Médailles antiques de l’Asie2025.
III. Médailles romaines30246.
IV. Monnaies Françaises9540.
V. Monnaies Etrangères13098.
VI. Monnaies Japonaises ou Chinoises1000.
VII. Monnaies Arabes7338.
VIII. Médailles Françaises4754.
IX. Médailles Etrangères6099.
X. Médailles du dépôt légal7677.
XI. Antiquités diverses (Camée, pierres gravées, Inscriptions[)]8554.
XII. Collection du Duc de Luynes, Médailles et Antiquités7889.
XIII. Collection du Commandant Oppermann. (Antiquités). 753.
XIV. Collection du V[icom]te Hip. de Janzé (Antiquités)168.
XV. Collection du B[aro]n d’Ailly (Médailles romaines.)17549
total145648.

Toutes ces divisions ont été complètement passées en revue à l’exception de la deuxième (Médailles antiques de l’Asie), de la huitième (Médailles françaises), et de la onzième (Antiquités diverses,) sur lesquelles l’opération se poursuit régulièrement. La série des jetons qui comprend environ 15000 pièces, est encore en souffrance, quoiqu’elle ait commencé cette année à être l’objet d’un travail particulier.

Indépendamment de l’inventaire général qui a dû être assez sommaire, certaines séries ont été soumises à un examen plus approfondi. C’est ainsi que M[onsieu]r Lavoix, Conservateur, sous-Directeur-adjoint, a rédigé pour la série arabe un catalogue complet, qui pourra, je l’espère, être prochainement ms sous presse. Le Catalogue des monnaies gauloises[,] œuvre remarquable de M[onsieu]r Muret est terminé et même imprimé depuis quelque temps ; il paraîtra aussitôt que, d’accord avec la Commission de la Géographie historique de la France, votre administration voudra bien le faire mettre en distribution. La description des objets qui composent la série Egyptienne a été confiée par un de vos prédécesseurs à M[onsieu]r Ledrain ; les deux premiers fascicules en ont paru dans la Bibliothèque de l’Ecole des Hautes-Etudes.

Travaux accomplis au Département des Estampes

L’une des collections <du Dé[partemen]t. des Estampes> les plus fréquemment demandée par les savants et les artistes qui s’intéressent au passé de la France est le recueil, en 179 grands volumes, dans lequel M[onsieu]r Michel Hennin a rassemblé tous les genres d’images qui nous font, pour ainsi dire assister aux différentes scènes de l’Histoire de France, principalement à partir de la fin du XVIe Siècle. Pour faciliter l’usage de cette incomparable collection et aussi pour rendre hommage à l’amateur qui, après l’avoir formée au prix de tant de sacrifices et de recherches, l’a noblement légué en 1863 à la Bibliothèque Nationale, il importait de décrire minutieusement toutes les pièces dont elle se compose. M[onsieu]r Duplessis, Conservateur-sous-Directeur adjoint au Dé[partemen]t. des Estampes a tenu à remplir lui-même un aussi pieux devoir. Le Catalogue détaillé qu’il a rédigé se fait remarquer par toutes les qualités qu’on est accoutumé à trouver dans les travaux de ce sagace et savant iconophile. Les trois volumes de Catalogue qu’il nous a donnés depuis 1877 jusqu’en 1881 nous font connaître 10801 et s’arrêtent à l’année 1790. Il reste à publier deux autres volumes, dont le dernier renferme une table alphabétique et une notice sur Michel Hennin.

Au commencement de l’année 1880 un heureux hazard [sic] a fait entrer en même temps à la Bibliothèque les deux parties d’une curieuse collection de pièces qui avait été formée au XVIIIe Siècle par Mariette, par Cochin, et par Deloynes. Elle consiste en 63 volumes, dans lesquels sont classées 2069 pièces imprimées ou manuscrites, relatives à l’histoire des arts et des artistes en France depuis 1673, jusqu’à la fin du XVIIIe Siècle. M[onsieu]r Duplessis a voulu faire immédiatement profiter le public de la bonne fortune qui était échue au Département des Estampes. Le Catalogue de toutes les pièces de la Collection Deloynes est imprimé en un volume in 8° ; la table qui le termine y rend les recherches faciles20.

La collection générale des portraits prend chaque année, au Département des Estampes, des développements qui rendent de plus en plus nécéssaire [sic] l’établissement d’un répertoire où l’on puisse trouver l’indication de tous les portraits que nous pouvons posséder d’un même personnage, non seulement dans les différents formats de la Collection générale mais encore dans quelques recueils spéciaux ou dans les les œuvres des Maîtres. Le plan de ce répertoire est arrêté et l’éxécution [sic] en est commencée : le dépouillement de 107 volumes a déjà produit environ 1500 articles. M[onsieu]r Bouchot, archiviste paléographe, qui mènera à bonne fin cette vaste entreprise nous a donné la mesure de son activité et de sa critique en décrivant tous nos crayons du XVIe et de la première moiti du XVIIe Siècle ; il a déterminé l’origine de chaque recueil et fixé le degré de confiance qu’il convient <de lui> accorder ; il ne s’est pas borné à comparer entre eux les recueils de la Bibliothèque Nationale ; il a étendu ses comparaisons au recueil d’Aix publié par M[onsieu]r Rouard, à celui de Chantilly publié par M[onsieu]r Gower, à celui de la Bibliothèque d’Arras, à celui du Conservatoire des Arts et Métiers, à celui de M[onsieu]r Courajod et même aux peintures des Châteaux de Blois et de Beauregard. C’est ainsi qu’il a étudié, classé et identifié près de 200 portraits. Il a réussi à mettre des noms sur une centaine de pièces qui étaient restées anonymes et à rectifier pour près de 200 autres les classements qui avaient été proposés. Le catalogue raisonné dans lequel sont consignés ces importants résultats, formera un volume in 8°, qui pourra être mis sous presse aussitôt que vous daignerez nous en accorder l’autorisation.

Le même Employé nous prépare un Catalogue de tous les monuments funéraires dont Roger de Gaignières s’était procuré des représentations, à la fin du XVIIe Siècle. Ce catalogue portera non seulement sur les dessins de la Bodléienne dont la Bibliothèque Nationale a obtenu des calques il y a quelques années, mais encore sur beaucoup de pièces disséminées dans différents recueils du Département des Estampes, et du Département des Manuscrits. Les huit premiers volumes de la Bodléienne, renfermant 1081 feuillets, sont déjà analysés.

Nous voulons encore reconstituer, au moyen d’un catalogue, une autre Série du Cabinet de Gaignières, dont la plupart des pièces ont été fondues dans notre grand recueil topographique. Ce sont des Plans ou des Vues que Gaignières avait fait éxécuter [sic] et dont beaucoup se rapportent à des monuments disparus. Le relevé est à la veille d’en être terminé ; il a été fait par M[onsieu]r Vidal qui a gravé un certain nombre de ces dessins, relatifs à l’Anjou, pour les joindre au Dictionnaire de Maine et Loire composé par M[onsieu]r Célestin Port.

Un émule de Gaignières, le généalogiste Clairambault, avait, lui aussi, formé une collection de dessins dont il ne subsiste plus que des débris, conservés pour la majeure partie au Département des Manuscrits21. Il s’était attaché à réunir tout ce qui pouvait illustrer l’histoire de l’Ordre de Saint-Esprit et des familles qui avaient eu des membres admis dans cet Ordre célèbre : Portraits, croquis de sceaux, Dessins de tombeaux, Vues d’Eglises et de Châteaux, Représentations de cérémonies et de faits de guerre, compositions allégoriques, etc. M[onsieu]r Auguste Flandrin qui rédige le Catalogue de ces dessins, a déjà examiné 59 volumes, dans lesquels il a trouvé à relever environ 3000 pièces.

La rédaction de ces différents Catalogues se concilie avec les travaux nécéssaires [sic] pour classer les articles, parfois un peu trop nombreux, que nous devons au Service du Dépôt Légal et pour remplir remanier d’anciennes Séries quand le classement n’en est plus en harmonie avec les progrès de la critique ou ne se prête plus à l’insertion de nouvelles pièces.

Après vous avoir exposé, M[onsieu]r le M[inistre], les progrès de l’œuvre des Catalogues, je devrais peut être entrer dans quelques détails sur les accroissements des principales collections depuis le commencement de l’année 1877, époque à laquelle d’arrête le dernier Rapport Général qui ait été publié sur l’état de la Bibliothèque Nationale. Mais pour ne pas allonger démesurément ce rapport, j’ai préféré consigner ces renseignements, avec quelques données statistiques dans les notes qui y sont annexées. Vous y trouverez, M[onsieu]r. le M[inistre]. l’indication des acquisitions et des dons les plus notables, avec des relevés numériques, qui sont de nature à faire apprécier le caractère et l’étendue des Services que nos divers Départements peuvent rendre à la cause de l’Instruction publique. Puissent tous les renseignements que j’ai ainsi l’honneur de mettre sous vos yeux, M[onsieu]r le Ministre, justifier les éclatants témoignages de sympathie que le Gouvernement de la République a donnés à la Bibliothèque Nationale, dans ces dernières années !

  1. Ajout marginal d’une autre main. []
  2. Pour les ouvrages du fonds portés cette indication se réduit à la cote, pour ceux du fonds non porté on a donné les mots essentiels des titres. []
  3. D’une autre main. []
  4. D’une autre main. []
  5. Réécriture d’une autre main. []
  6. Réécriture d’une autre main. []
  7. Ce mérite revient en grande partie à M. Schmit conservateur sous-directeur adjoint qu’une mort prématurée nous a enlevé ce [?] Janvier 1879. []
  8. Réécrit en gras sur « Carpeaux » en italique. []
  9. « 5 » réécrit sur « 2 ». []
  10. Outre les exemples qui vont être cités, on peut encore mentionner la Bibliothèque de Saint-Pétersbourg. Voir le volume intitulé : Bibliothèque impériale de Saint Petersbourg. Catalogue des nouvelles acquisitions en langues étrangères pendant les années 1876-1877. Saint Petersbourg 1879. – in-8° de 348 pages à ceux colonnes. (Il porte chez nous la Cote 4° Q 133). []
  11. Catalogue of periodicals contained in the Bodleian library. Part III Foreign periodicals. Oxford. 1880. In-8° de 159 pages. — On annonce la prochaine publication d’un Catalogue des Ouvrages périodiques que recoivent les principales bibliothèques de Belgique ; et il doit comprendre environ 2400 publications, dont 570 existent à la Bibliothèque royale de Bruxelles et dont 310 se trouvent au bureau de traduction du Ministère de l’intérieur. []
  12. [Nous plaçons ici l’appel de note qui manque dans l’original d’une note figurant au bas de la page] Inventaire sommaire des dépêches des ambassadeurs vénitiens relatives à la France déposées au Département des Manuscrits de la Bibliothèque Nationale par Gaston Raynaud, Paris 1878. in-8° de 14 p. (Extrait du Cabinet Historique) — Un premier supplément à cet inventaire a été publié par le même recueil, en 1879, t. XXV, Catal., p. 216. — <pour bien apprécier la valeur des dépêches vénitiennes il faut lire le rapport de M[onsieu]r A. Baschet, intitulé Les Dépêches des Ambassadeurs vénitiens en France. Paris, novembre 1877, in-8° de 32 p. (Extrait des Archives des Missions). []
  13. Dans les derniers envois que nous avons reçus on remarque le déchiffrement des parties chiffrées des correspondances du XVIe siècle. Ces déchiffrements sont le fruit de patientes et ingénieuses investigations de M. Luigi Pasini à qui un tel travail fait le plus grand honneur. []
  14. [Nous plaçons ici l’appel de note qui manque dans l’original d’une note figurant au bas de la page] Inventaire sommaire de la Collection Joly de Fleury, par A. Molinier. Paris 1881. in 6° de XXXXVI et 114 pages (Extrait du Cabinet Historique). []
  15. Fonds français 17367-17412. []
  16. Ibid. nos 17413-17439. []
  17. Ibid. nos 19639-19681. Les nos 19640-19642 et 19660 ne sont point des recueils de lettres. []
  18. Voy. à ce sujet mon rapport intitulé La Bibliothèque Nationale en 1875. p. 27 et surtout L’Inventaire sommaire des nouvelles éditions de titres originaux de la Bibliothèque Nationale publié par M[onsieu]r Ul[ysse]. Robert dans le Cabinet Historique, année 1877. Catalogue p. 1-100. []
  19. Publié dans diverses livraisons du “Cabinet Historique”, Années 1877, 1878 et 1879. []
  20. Ce Catalogue, moins la table alphabétique a paru dans le Cabinet historique, année 1880, tome XXVI. []
  21. Collection de Clairambault. Vol. 1111-1239. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Olivier Jacquot (10 mars 2023). La Bibliothèque Nationale en 1881. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3vq


Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search