Appel à contributions pour la journée d’étude : Scénographie et/ou symbiose

Polieri, créateur d'une scénographie moderne
Polieri, créateur d’une scénographie moderne

Argument

Dans le cadre de la 28ème édition de ISEA (International Symposium on Electronic Art), dédiée à la thématique de la symbiose, Franck Ancel avec la collaboration de Federico Biggio (Paris 8/Paragraphe) organisent une journée d’étude sur les recherches et réalisations de Jacques Polieri (1928-2011) « créateur de la scénographie moderne », dans le but d’étudier les contaminations et les hybridations en tant que symbiose entre scénographies expérimentales et d’autres champs scientifiques.

L’année 2023 n’est pas choisie au hasard, car elle marquera aussi les 20 ans après la première journée d’étude sur « Scénographie et Technologie » ainsi que le quarantième anniversaire de la vidéoconférence historique de Jacques Polieri « interface homme machine » entre New York, Tokyo et Cannes en 1983. 

Depuis la rétrospective Jacques Polieri, le signifiant scénographie comme l’annonçait Polieri a conquis l’ensemble de la création à la vitesse des mutations technologiques. Pour Polieri, la scénographie n’est pas seulement un attribut scénique, mais un système complexe de différents éléments linguistiques que le metteur en scène doit orchestrer dans les espaces, comme il ferait avec les corps vivants des acteurs. Ce système est élaboré par le créateur à travers les outils de différents champs épistémologiques – la scénographie, la sémiologie, les arts du spectacle, l’art des médias. Quatre des ouvrages fondamentaux de Jacques Polieri, questionnant ces disciplines, donneront logiquement les titres des quatre sessions du lundi 15 mai, à la veille de la semaine de ISEA 2023 à Paris.

En premier lieu, les recherches de Polieri sur la scénographie suscitent des interrogations concernant sa spécificité esthétique ainsi que la portée sémantique de l’espace de mise en place. L’architecture de l’espace scénique et théâtral, leur hybridation avec les arts plastiques, l’électrotechnique et l’éclairage trouvent ainsi une systématisation solide et cohérente dans l’œuvre théorique de Polieri. Ils invitent constamment à repenser ce qu’est la scénographie, ainsi que sa fonction, qui est tout sauf accessoire, comme on peut le déduire des nombreuses définitions encyclopédiques et iconographiques de la scénographie contemporaine énoncées dans Scénographie. Théâtre, cinéma, télévision (1990). Ici, la scénographie dialogue constamment avec l’avant-garde du XXe siècle. La scénographie polierienne se pose en continuité à l’histoire de la machinerie scénique, de l’Antiquité à la Renaissance, telle que documentée par l’histoire de l’art et par les producteurs eux-mêmes. Ceci rend ainsi ce travail comme une contribution importante sur l’évolution morphologique de l’espace théâtral et scénique.

Deuxièmement, la contribution de Polieri à une théorie formelle de la scénographie adopte les outils méthodologiques de la sémiologie, en procédant à une déconstruction analytique minutieuse de la multimodalité du dispositif scénique. L’utilisation de modèles structurels lui permet d’avancer de nombreuses taxonomies et de nommer différents niveaux d’immanence qui, jusqu’alors, avaient été conçus comme une totalité indivisible, allant jusqu’à proposer des intuitions capables d’expliquer les aspects idéologiques implicites du langage. L’adoption de formes géométriques élémentaires pour expliquer les possibles interactions et intersections des éléments syncrétiques qui se combinent pour créer l’effet de symbiose (son, image, lumière, mouvement, chant, danse, mime, jeu) a été fondamentale pour une recherche topologique. Ainsi s’ouvre une sémiographie de l’action, des gestes dans un  mouvement total (des acteurs, du public, de la scène et de l’architecture du théâtre) qui n’est pourtant pas une Gesamtkunstwerk.

Une troisième trajectoire est celle qui concerne les arts du spectacle : la contribution de Polieri dans ce domaine n’est pas seulement historique (par exemple, dans Jeu(x) de Communication (1981), il souligne l’utilisation du théâtre dans l’expérimentation des médias visuels, et du cinéma en particulier, entre le XIXe et le XXe siècle. Des propositions d’utilisation des projections comme traductions intersémiotiques entre la littérature, l’art et le spectacle vivant aux recherches archéologiques sur les techniques d’éclairage et de projection, l’héritage de Polieri invite à s’interroger sur les hybridations entre les langages du théâtre et du spectacle vivant avec d’autres langages médiatiques (dans la proposition de définitions allant du « pré-cinéma » au « post-théâtre »), tout en préservant une spécificité de l’art du théâtre jusqu’aux arts électroniques. Nous invitons les chercheurs à se saisir de ces concepts pour proposer des contributions qui transfigurent le rapport salle-scène.

Enfin, la dernière trajectoire concentrera la contribution de Polieri sur l’art des médias : l’attention particulière de Polieri aux médias visuels émergents conduit ainsi à la définition de nouveaux concepts opérationnels qui permettent d’imaginer une restructuration plus immersive et « hypertopique » de l’espace scénique, comme la scénographie cinématographique et d’une « image électronique », qui donneront lieu à des propositions architecturales, du « Théâtre mobile » (Paris, 1960) au « Théâtre du Mouvement Total » (Osaka, 1970), ou encore la concrétisation de son intuition originelle d’un « théâtre kaléidoscopique ». De plus, la recherche sur la machinerie scénique, publiée dans Scénographie. Théâtre, cinéma, télévision constitue une véritable « archéologie des médias », de la préhistoire du cinéma à l’art vidéo des années 1970, à travers une méthodologie documentaire capable de réunir à la fois des recherches sur l’image (en particulier l’image « projetée »), propres aux études visuelles, et des recherches sur les dispositifs et les « périodes » culturelles de la vision.

Cette combinatoire permet non seulement de saisir une partition en actes pour la modernité des arts mais encore de l’abstraction artistique jusqu’à la conquête spatiale. Nous faisons le pari depuis la salle des conférences de la BnF site Richelieu, ancienne salle des cartes, entre le public, les interventions (en présence et à distance ) de créer les données d’une possible cartographie symbiotique de notre environnement contemporain, pour ne pas dire un art de la mémoire d’aujourd’hui, par-delà toute scénographie d’exposition.

Chaque session verra la présence d’une figure majeure dans ces terrains, ainsi que de jeunes chercheurs, qui seront sélectionnés par cet appel à contributions. Il s’agit enfin d’éclairer le Fonds Polieri de la Bibliothèque nationale de France. Son département des Arts du spectacle possède par exemple les documents préparatifs à ces scénographies, dont la Sonorité Jaune de Kandinsky à L’œil oiseau de Miro depuis Le Livre de Mallarmé, sans compter sur ses productions lors d’événements comme les Expositions Universelles au Canada puis au Japon, avant les Jeux Olympiques de Munich où il quitta définitivement l’espace clôt pour s’ouvrir aux temps des réseaux….

Programme de la journée 

Déroulé de la journée du lundi 15 mai 2023 en satellite de la semaine d’ISEA Paris

  • 9h : Accueil des participants par Franck Ancel, et Joël Huthwohl de la BnF
  • 9h30-11h : 50 ans de recherches dans le spectacle
  • 11h-12h30 : Scénographie Sémiographie
  • pause déjeuner
  • 14h00-15h30 : Jeu(x) de communication
  • 15h30-17h : Scénographie, théâtre, cinéma, télévision
  • 17h-18h : Discussion avec l’ensemble des participants, animée par Federico Biggio

Contribuer

  • Lancement de cet appel, mardi 14 février 2023 par Franck Ancel (collaborateur de Jacques Polieri, psychanalyste) ; Federico Biggio (sémiologue des médias, Paris 8/Paragraphe)
  • Français (langue privilégiée) et en anglais (deuxième langue de la journée), chaque proposition devra tenir en une page contenant le résumé (500 mots) et une biographie (200 mots).
  • Date limite des propositions : samedi 1 avril (deux propositions seront retenues par section)
  • Date limite des inscriptions de participation, 64 places numérotées : lundi 1 mai
  • E-mail pour envoi : 3lieuxproduction@gmail.com
  • Renseignements : Franck Ancel +33 652 283 939 ; Federico Biggio ‭+33 7 69 45 31 01
  • Jacques Polieri : http://www.jacques-polieri.com/fr/accueil
  • Fonds Polieri, Jacques (théâtre) : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc96512f
  • Scénographie et/ou symbiose est un événement partenaire d’ISEA2023, 28ème International Symposium on Electronic Art : https://isea2023.isea-international.org
Gamme de 7, ballet 1967 - J. Polieri
Gamme de 7, ballet 1967 – J. Polieri

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Olivier Jacquot (16 février 2023). Appel à contributions pour la journée d’étude : Scénographie et/ou symbiose. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3vc


Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search