La Bibliothèque Nationale en 1876

Les rapports d’activité de la Bibliothèque nationale de France sont une des premières sources à consulter pour toute recherche sur l’histoire de la Bibliothèque même s’ils ont été produits de façon irrégulière, avec des objectifs, des destinataires et une périodicité qui a varié au fil des années. 

Pour contribuer à l’histoire de l’établissement, les plus anciens d’entre eux sont transcrits dans ces pages, sans faire l’objet d’aucune note ou commentaire. Seules les coquilles sont signalées d’un [sic]. Les notes proviennent du document original.


Document : La Bibliothèque Nationale en 1876 : rapport à M. le ministre de l’Instruction publique, Paris : H. Champion, libraire quai Malaquais, 15, 1877. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k497605n/f53.item>1.

Auteur : Léopold Delisle (1826-1910), Administrateur général de la Bibliothèque nationale de 1874 à 1905.

Ce rapport comporte un appendice important pour l’histoire des catalogues de la Bibliothèque nationale puisqu’il marque l’arrêt des catalogues méthodiques mis en œuvre par J. Taschereau et les décisions qui en découlent, généralement attribuées à la seule volonté de Léopold Delisle mais validées par la Commission créée par un arrêté du 16 octobre 18752.


La Bibliothèque Nationale en 1876.

Rapport à M. le Ministre de l’instruction publique et des beaux-arts sur l’administration de la Bibliothèque nationale pendant l’année 1876.

Paris, le 8 avril 1877.

Mᴏɴsɪᴇᴜʀ ʟᴇ Mɪɴɪsᴛʀᴇ,

L’obligation que je me suis imposée de rendre chaque année un compte détaillé de l’administration de la Bibliothèque nationale m’amène aujourd’hui à vous exposer ce que mes collègues et moi nous avons fait en 1876 pour répondre aux légitimes désirs du public et pour justifier la confiance du gouvernement et des Chambres, qui ont si bien compris que l’accroissement et le bon aménagement de nos collections se relient étroitement à la réforme de l’enseignement supérieur et au développement des hautes études scientifiques et littéraires.

RESSOURCES FINANCIÈRES.

Au lieu d’un crédit de 114,350 fr., inscrit au budget de 1875 pour les acquisitions, la reliure et l’entretien des collections, nous avons pu disposer en 1876 d’une somme de 150,000 fr., votée le 29 juillet 1875 par l’Assemblée nationale. En y ajoutant le revenu de la fondation du duc d’Otrante, notre bienfaiteur, nous avons eu à dépenser, en 1876, 154,000 fr., qui ont été partagés comme il suit :

Département des imprimés. . . . 73,000 fr.3
Section géographique…… 4,000
Département des manuscrits. . . 26,000
Département des médailles. . . . 28,000
Département des estampes. . . . 23,000
——————
154,000

Le crédit ayant été, sur votre proposition, Monsieur le Ministre, augmenté de 50,000 francs au dernier budget voté par la Chambre des députés et le Sénat, j’ai, d’accord avec mes collègues du Comité consultatif, fixé comme il suit, pour l’année 1877, les sommes affectées à chacun des services :
Département des imprimés. . 86,000 fr.
Section géographique . . . . 5,000
Département des manuscrits. 32,500 plus 2,000 fr. sur la fondation d’Otrante,
Département des médailles.. 32,500
Département des estampes.. 25,500 plus 2,000 fr. sur la fondation d’Otrante,
Somme réservée pour aider les départements qui auront les plus lourdes charges à supporter……. 18,500

Vous avez daigné approuver ce projet de répartition, par votre lettre du 22 février.

DÉPARTEMENT DES IMPRIMÉS.

Communications.

Le nombre des lecteurs qui ont fréquenté la salle publique de la rue Colbert s’est élevé à 53,181, et celui des lecteurs admis dans la grande salle de travail à 53,256. Nous avons communiqué 79,674 volumes dans la première salle et 174,707 dans la seconde. Total : 106,437 lecteurs et 254,381 communications. Dans le cours de l’année 1875, nous avions enregistré 102,564 lecteurs et 267,382 communications.

Il y a donc eu augmentation du nombre des lecteurs et diminution du nombre des communications. Cette diminution tient à plusieurs causes. D’une part, chez les lecteurs de la salle Colbert, on a constaté une tendance bien marquée à demander des livres d’instruction, qui amènent des études sérieuses et prolongées, plutôt que des livres d’amusement, dont les pages sont rapidement parcourues par les désœuvrés. D’autre part, nous avons augmenté dans une forte proportion le nombre des livres qui, dans la grande salle de travail, sont librement mis à la disposition des lecteurs, sans qu’il soit besoin d’en faire la demande aux bibliothécaires.

ACCROISSEMENT DES COLLECTIONS.

A. Dépôt légal.

En 1876, le dépôt légal a fait arriver au Département des imprimés environ 45,300 articles, dont 5,100 ou environ appartiennent à des publications périodiques. En 1875 nous n’avions reçu que 29,500 articles. L’une des causes de cette énorme différence tient à la multiplicité des impressions auxquelles a donné lieu le mouvement électoral en 1876 ; nous sommes bien loin cependant d’avoir reçu toutes les pièces qui ont été imprimées dans les départements pour ou contre les candidats au Sénat et à la députation.

Sur les 45,300 articles que nous avons eu à enregistrer,

15,074 ont été fournis par la ville de Paris.
1378 par Seine-et-Oise.
932 par le Rhône.
901 par la Gironde.
860 par le Nord.
794 par la Haute-Vienne.
574 par Indre-et-Loire.
547 par Meurthe-et-Moselle.
527 par Seine-et-Marne.
475 par la Somme.
447 par le Pas-de-Calais.
417 par les Bouches-du-Rhône.
407 par Maine-et-Loire.
405 par la Seine, Paris excepté.
397 par Vaucluse.
395 par la Seine-Inférieure.
328 par la Loire-Inférieure.
328 par la Marne.
328 par la Sarthe.
319 par Eure-et-Loir.
317 par le Doubs.
298 par la Meuse.
293 par l’Aisne.
290 par le Gard.
290 par l’Hérault.
287 par la Savoie.
256 par le Loiret.
255 par la Haute-Garonne.
252 par Saône-et-Loire.
239 par le Gers.
233 par Ille-et-Vilaine.
223 par la Côte-d’Or.
222 par les Vosges.
219 par les Basses-Pyrénées.
216 par l’Oise.
191 par les Côtes-du-Nord.
187 par le Var.
180 par la Vendée.
178 par l’Aube.
177 par l’Ain.
177 par la Dordogne.
174 par la Loire.
172 par l’Allier.
172 par la Manche.
172 par la Vienne.
168 par le Finistère.

162 par le Lot.
161 par la Corrèze.
160 par le Jura.
160 par l’Orne.
153 par les Alpes-Maritimes.
151 par Lot-et-Garonne.
143 par la Haute-Marne.
138 par le Cher.
135 par le Calvados.
132 par la Charente-Inférieure.
129 par l’Eure.
127 par le Tarn.
126 par les Basses-Alpes.
117 par les Deux-Sèvres.
114 par le Puy-de-Dôme.
111 par la Mayenne.
108 par l’Isère.
107 par la Haute-Saône.
104 par les Landes.
102 par la Haute-Savoie.
99 par les Ardennes.
82 par Tarn-et-Garonne.
82 par le Var.
80 par la Corse.
70 par le Morbihan.
70 par l’île de la Réunion.
69 par la Charente.
63 par l’Aveyron.
62 par l’Ardèche.
60 par Constantine.
59 par le Cantal.
59 par la Creuse.
48 par la Nièvre.
46 par la Drôme.
42 par l’Yonne.
40 par l’Aude.
33 par l’Ariège.
31 par l’Indre.
30 par les Hautes-Alpes.
17 par la Lozère.
11 par Oran.
7 par Loir-et-Cher.
7 par les Hautes-Pyrénées.
3 par les Pyrénées-Orientales
2 par la Haute-Loire.
2 par le territoire de Belfort.

Le ministère de l’intérieur ne nous a rien transmis d’Alger, de la Guadeloupe, de la Guyane, de la Nouvelle-Calédonie, ni de Pondichéry.

Plusieurs des chiffres qui viennent d’être relevés suffiraient pour montrer que le dépôt légal doit se faire avec beaucoup d’irrégularité dans plusieurs départements.

B. Dépôt international.

Par cette voie nous sont arrivés 132 ouvragea, formant 210 volumes, tous publiés en Angleterre et en Espagne.

C. Dons.

Au registre des dons nous avons eu à inscrire 1830 articles, comprenant 2915 livraisons ou volumes, non comptés deux versements considérables du secrétariat du ministère de l’intérieur.

Dans ce nombre figurent plusieurs ouvrages importants que vous avez bien voulu, Monsieur le Ministre, attribuer à la Bibliothèque nationale, et notamment beaucoup de livres russes et hongrois, qui avaient été envoyés en 1875 à l’exposition du Congrès géographique dans le palais des Tuileries. C’est aussi votre gracieuse intervention, et aux bons soins de M. Du Sommerard, que nous devons une volumineuse série de publications relatives aux expositions internationales de Londres, de Vienne et de Paris.

Votre collègue M. le ministre de l’intérieur et ses principaux collaborateurs ont saisi toutes les occasions qui se sont présentées d’enrichir nos collections. Sans parler d’une masse énorme de journaux départementaux et étrangers, dont le tri n’a pu encore être fait, ils ont bien voulu mettre à notre disposition des milliers de documents administratifs, qui pour la plupart étaient restés en dehors du dépôt légal, et que nous avons cependant le plus grand intérêt à posséder, en raison des renseignements historiques et économiques dont ils sont remplis. Tels étaient les budgets ou comptes des départements et des grandes municipalités.

A côté des exemplaires d’élite des anciennes histoires de Paris, que nous conservons soigneusement dans la Réserve, nous avons pensé qu’il fallait donner place au magnifique recueil dont la municipalité parisienne poursuit l’exécution avec tant de zèle depuis 1865. M. le préfet de la Seine a accueilli cette idée, et nous a concédé un exemplaire choisi des seize volumes qui ont paru jusqu’à ce jour.

La Société biblique protestante de Paris s’est empressée de nous offrir trente volumes de traductions de la Bible ou de parties de la Bible dont l’absence avait été constatée sur notre inventaire de l’Écriture sainte.

Parmi les auteurs français, qui nous ont aidés à combler d’anciennes lacunes, en nous faisant parvenir celles de leurs œuvres dont le dépôt légal n’avait point été fait, il convient de citer MM. l’abbé Albanès, de Marseille ; Blancard, archiviste des Bouches-du-Rhône ; l’abbé Chevalier, de Romans ; Combier, président du tribunal de Laon ; l’abbé Corblet ; Giraud, ancien député ; Guigue, archiviste de la ville de Lyon ; de Mas Latrie, chef de section aux Archives nationales ; Pigeotte, avocat à Troyes ; de Rencogne, archiviste de la Charente ; de Richemond, archiviste de la Charente-Inférieure ; Ch. Robert, membre de l’Académie des inscriptions.

Les envois de l’étranger n’ont guère été moins importants. En 1876 nous avons inscrit sur la liste de nos bienfaiteurs beaucoup de gouvernements, d’institutions et de sociétés dont le nom a déjà souvent été prononcé en pareille circonstance :

Le gouvernement allemand, qui nous a envoyé un superbe exemplaire des tolites XVI-XXX de la grande édition des Œuvres de Frédéric-le-Grand ;
L’Académie des Sciences d’Amsterdam ;
L’Académie royale de Belgique ;
La Société asiatique du Bengale ;
Le Musée britannique ;
La Bibliothèque de Buenos-Aires ;
L’Université de Cambridge ;
L’Académie de Cracovie ;
L’Institut égyptien ;
Le gouvernement et divers services administratifs des États-Unis ;
Le « Geological Survey » de l’Inde ;
La Direction de la statistique du royaume d’Italie ;
La Société Jersiaise ;
L’Académie des Sciences de Lisbonne ;
La Société des antiquaires de Londres ;
La Société géographique de Madrid ;
La Société meckhitariste de Venise, à qui nous devons une publication d’un intérêt tout particulier pour la France : le texte des Assises d’Antioche ;
L’Académie des Sciences de Munich ;
Le gouvernement portugais, qui, ouvrant la voie des échanges internationaux, nous a fait parvenir une très-considérable collection de livres relatifs à la géographie, à la statistique, au droit, à l’administration et aux travaux publics du Portugal ;
L’Académie des Sciences de Saint-Pétersbourg ;
La Bibliothèque de la même capitale ;
La république de l’Uruguay.

Les particuliers n’ont pas été moins généreux que les gouvernements et les corporations de l’étranger. C’est un devoir pour moi de vous signaler, Monsieur le Ministre, les noms de quelques-uns de ces bienfaiteurs et les ouvrages dont da nous ont fait présent :

M. Gachard, archiviste général du royaume de Belgique : celles de ses œuvres que nous ne possédions pas, et nous tenions à les posséder au complet, puisque tous les travaux de ce doyen des archivistes de l’Europe n’intéressent guère moins la France que la Belgique.

M. Em. Nève : La Belgique, recueil périodique, de 1856 à 1863. Seize volumes in-8°.

M. Pierre Heintzé : L’Union de Luxembourg, de 1860 à 1871.

Le comte Ouvarof : Étude sur les peuples primitifs de la Russie, 1875. Deux volumes in-4° et in-folio.

Le marquis Girolamo d’Adda : Indagini storiche,artistiche e bibliografiche sulla libreria Visconteo-Sforzesca del castello di Pavia. Milan, 1875, in-8°. Nous avons été d’autant plus sensibles à l’hommage du marquis d’Adda que la librairie des ducs de Milan, dont il a retracé l’histoire avec tant de science et d’amour, est une des collections qui ont formé, dans le château de Blois, le noyau de la Bibliothèque nationale de France, comme le l’appellent ces termes délicats de la dédicace : « A la Bibliothèque nationale de Paris, multarum italicarum spoliis superba, un bibliophile italien, toujours inconsolable pour la perte douloureuse de la librairie du château de Pavie, offre, sans rancune rétrospective et en hommage respectueux, cet Inventaire et ces Documents inédits qui en donnent l’histoire. »

Le prince Torlonia et l’ingénieur Brisse : Dessèchement du lac Fucino. Rome, 1876, in-4° avec atlas in-folio.

M. J. Sabin : A dictionary of books relating to America. I-XLIV. New-York, 1867-1875. In-8°, 28 vol.

Mme veuve J. Carter Brown: Catalogue de la bibliothèque américaine de J. Carter Brown. Providence, 1875, in-8°, 4 vol.

D. Acquisitions.

Le nombre des articles portés en 1876 au registre des acquisitions est de 4565, y compris les doubles que le Musée national de Pesth nous a cédés par voie d’échange, à la Suite de la mission que votre prédécesseur avait confiée en Hongrie à M. Édouard Sayous4.

Nos fonds d’acquisition ont été, pour la plus grande partie, absorbés par des achats de livres modernes et par des abonnements à des publications périodiques étrangères. Nous avons cependant réussi le augmenter de quelques centaines de volumes ou plaquettes nos précieuses collections d’anciens livres. J’en citerai, comme exemple, un fort petit nombre :

— Breviarium ad usum Cisterciensis ordinis, post alia plurima non minus inordinate quam imperfecte et incorrecte hactenus impressa, novissime per quemdam monachum ejusdem ordinis ad formam debitam, superfluis resecatis diminutisque suppletis, utiliter redactum exactissimeque castigatum, Parisiique arte, diligentia et impensis honesti viri Thielmanni Kerver, ingeniosissimi ac expertissimi impressoris almeque universitatis. Parisiensis librarii jurati, officiosissime an notabiliter impressum. Anno salutis millesimo quingentesimo tertio. — A la fin se lit cette rubrique : Breviarium Cisterciensis ordinis, novissime per quemdam monachum ejusdem ordinis ad formam debitam, superfluis resecatis diminutisque suppletis, que in aliis nunquam fuere inventa, redactum, exactissime castigatum, Parisiique solerti cura Thielmanni Kerver, impressoris expertissimi almeque universitatis Parisiensis librarii jurati, commorantis in vico Sancti Jacobi, in domo cui pendet signum craticule, officiosissime impressum, finit feliciter. Impensis autem ejusdem atque Symonis Vostre, librarii commorantis in vico novo Beate Marie ad intersigne beati Johannis evangeliste. — In-8°. Exemplaire imprimé sur vélin.

— Incipit commentum seu scriptum super libres yconomice, secundum translationem novam Leonardi Aretini, factum per fratrem Petrum de Castrovol, ordinis Minorum, et sacre theologie magistrum, natione Hyspanum, de regno Legionensi, de quadam villa que dicitur Mayorga. — Incipit commentum seu scriptum super libros polithicorum secundum translationem novam Leonardi Aretini, factum per fratrem Petrum de Castrovol… — (A la fin 🙂 Explicit commentum sen scriptum super libros politicorum Aristotelis… factum per fratrem Petrum de Castrovol…. quod commentum fecit anno Domini M° CCCC° LXXXI°. Et impressum in civitate Pampilonensi per venerabilem et discretum virum magistrum Arnaldum Guillermum de Brocario, anno Domini M° CCCC° LXXXXVI°, die vero octava mensis Junii. — In-folio. — C’est l’un des premiers livres imprimés à Pampelune5. L’exemplaire de la Bibliothèque a été acquis sur les fonds du duc d’Otrante.

— Code civil des Français. Édition originale et seule officielle. A Paris, de l’imprimerie de la République. An XII. 1804. In-4°. Exemplaire tiré sur vélin. S’y trouve joint un feuillet imprimé en lettres d’or et portant : Offert à Sa Majesté impériale et royale Napoléon Ier, le 25 mai 1806, par son très-soumis et très-fidèle sujet J. J. Marcel, directeur-général de son Imprimerie impériale, membre de la. Légion d’honneur.

— Libre de la benaventura vinguda del emperador y rey don Carlos en la sua ciutat d’Mallorques y del recebiment que li fonch. fet. Juntament ab lo que mes sucehi fins al dia que parti de aquella, per la conquesta de Alger. En la insigne ciutad de Mallorques… 1542. In-4°.

— Introductio quædam utilissima sive vocabularius quattuor linguarum latine, italice, gallice et alamanice per mundum versari cupientibus summe utilis… Augspurg. 1516. In-4°.

— Quinque linguarum utilissimus vocabularius, Istiam, italicæ, gallicæ, bohemicæ et alemanicæ, valde necessarius per mundum versari cupientibus. Norimbergæ. 1531. In-4°.

— Quinque linguarum utilissimus vocabulista, latine, tusche, gallice, hyspane et alemanice, valde necessarius per mundum versari cupientibus. Venetiis. 1537. In-4°.

— Nathanaelis Duesii compendium grammaticæ gallicæ, in gratiam illorum editum qui Germanicum iclioma perfecte non canent. Lugd. Batav. Ex officine Elzeviriorum. 1647. In-8°.

— Dialogi e selectis auctoribus, excerpti cum variis loquendi formulis in usum studiosæ juventutis. Montibus. Ex typ. vidum Simeonis de La Roche. 1685. In-8°. Ces dialoguas sont en latin et en français.

— Vocabulario en lengua castellana y mexicana, compuesto por el muy reverendo padre Fray Alonso de Molina. En Mexico. 1571. Deux parties en un vol. in-folio.

— Le livre des Sept sages de Rome. Livret gothique de 7 cahiers in-8°. Sur le feuillet a II, au-dessous d’une gravure sur bois, se lit ce titre : Cy commence ung petit traicté intitulé Les Sept sages rommains, et contient le procès d’iceux sept sages contre la femme de l’empereur Dyoclecian, qui vouloit faire mourir le file de l’empereur et de sa première femme. — Et au bas du dernier feuillet : Cy fine le livre des Sept sages de Rome. — Au verso de ce feuillet, la marque de P. Le Rouge, accompagnée des fleurons qui en garnissent les bords verticaux.— Acquis sur les fonds du duc d’Otrante, de M. Lefebvre, de Bordeaux.

E. Série musicale.

La série musicale, à laquelle le dépôt légal a fourni 5027 articles nouveaux, s’est principalement enrichie par les dons de MM. Enoch, éditeurs, de Mlle Pelletan et de M. Thierry-Poux. A MM. Enoch nous devons 55 volumes in-folio de la collection Litolff et 8 volumes in-4° de l’œuvre de Chopin. Mlle Pelletan, pour mettre le comble aux libéralités qu’elle avait faites de son vivant à la Bibliothèque nationale, lui a légué, en mourant, le manuscrit autographe de l’Alceste de Gluck et un exemplaire gravé de l’Orphée du même compositeur (Paris, 1764). Nom avons reçu de M. Thierry-Poux une vingtaine de partitions qui. manquaient à nos collections. Les principales ont servi à compléter l’œuvre de Berlioz, qui comprend aujourd’hui le manuscrit autographe de l’Enfance du Christ et différentes pièces annotées de la main de l’auteur.

Rangements et Catalogues.

Le total des articles entrés en 1876 au Département des imprimés, non compris les pièces de musique, dépasse 53,000. Tous ces articles ont été examinés et traités conformément aux règles énoncées dans le rapport que j’ai eu l’honneur de vous adresser le 29 mai de l’année dernière6.

Ainsi, nous avons laissé de côté, sans les estampiller, sans les incorporer dans nos collections et sans les porter sur les inventaires ou répertoires, les simples et vulgaires réimpressions de livres de liturgie et de piété, de livres classiques, de romans, de livres destinés au colportage et à l’éducation ou à l’amusement de la jeunesse. De ce chef ont été écartés 4368 articles, venus par le dépôt légal et qu’on ne saurait considérer comme pièces de bibliothèques. Ils resteront rangés suivant l’ordre d’arrivée, et emmagasinés dans un comble, où ils occupent 42 mètres de rayons, jusqu’au jour où, de concert avec votre collègue de l’intérieur, vous aurez tranché les délicates questions soulevées par l’application des lois et règlements relatifs au dépôt légal.

A l’exception de ces 4368 articles, provisoirement éliminés, tout ce qui nous est arrivé par les dépôts, les dons, les échanges ou les achats a été constitué en volumes, groupé, catalogué et incorporé dans les collections.

Les principales opérations de rangement, d’inventaire, de catalogue et de numérotage ont donné le résultats suivants :

I. Catalogue de l’Histoire de France. — En dehors du travail que demandent les volumes ou pièces nouvellement entrés pour être rattachés aux divisions de l’ancien cadre, les efforts de mes collaborateurs se sont partagés entre l’impression du tome XI et la préparation des tables alphabétiques qui rempliront les tomes XII et XIII. Du tome XI les feuilles 59-74 ont été tirées ou mises en bon à tirer ; le supplément du chapitre III (Histoire par règnes) y atteint le commencement de l’année 1872. Les tables qui termineront ce volumineux catalogue, et dont le plan est tracé dans mon rapport du 29 mai 1876, répondront à un texte d’environ 8500 pages. On a effectué le dépouillement et la révision de 3000 pages, c’est-à-dire d’un peu plus du tiers de l’ensemble. La copie de la table sera en état d’être livrée aux imprimeurs le jour où le tome XI sera publié, c’est-à-dire au commencement de l’année 1878.

II. Catalogue des sciences médicales. — Les dix premières feuilles du tome III de ce catalogue sont tirées.

III. Catalogue de l’histoire d’ Angleterre. — L’autographie en sera terminée en 1877. Au moment où je revois les épreuves de ce rapport, elle est arrivée à la page 516 et à l’article 411 du chapitre XXI (Histoire des colonies).

IV. Catalogue de la collection Payen. — Dans mon rapport de l’année précédente, je vous annonçais, Monsieur le Ministre, le classement des livres et documents que le docteur Payen a rassemblés sur la vie et les ouvrages de Montaigne. L’inventaire de cette collection, œuvre de M. Richou, aujourd’hui bibliothécaire de la Cour de cassation, vient d’être imprimé à Bordeaux par les soins de M. Jules Delpit7 ; on y remarquera, p. 173-267, le dépouillement d’une série d’environ 2000 lettres, quittances et pièces diverses, la plupart originales, qui, pour être presque toutes étrangères à la personne de Montaigne, n’en constituent pas moins un recueil d’un haut intérêt pour l’histoire de Bordeaux et pour la biographie générale du XVIe et du XVIIe siècle. Partie intégrante dé la collection Payen, dont il forme les nos 1441-1450, ce recueil de pièces manuscrites a dû être rappelé sur les inventaires du Département des manuscrits, dont il servira à combler plus d’une lacune. Inscrit sous les nos 1068 et 1466-1474 du fonds français des nouvelles acquisitions, il attestera, non moins que le recueil des pièces imprimées, jusqu’à quel point le docteur Payen poussa ses recherches et combien sa famille était autorisée à demander que des matériaux rassemblés avec une si louable persistance fussent conservés en un seul corps et sous le nom du collectionneur dans la première de nos bibliothèques publiques. Le classement qui vient d’être terminé et l’impression du catalogue de M. Richou ont donné satisfaction à ce vœu légitime.

V. Bulletin mensuel des livres étrangers. — Dans ce bulletin autographié, qui est mis sans aucun retard à la disposition des lecteurs, sont enregistrés, par ordre alphabétique, les livres imprimés à l’étranger dont nos diverses séries s’enrichissent mensuellement. Les livraisons de l’année 1876 contiennent l’indication de 2143 ouvrages, formant 3613 volumes, dont 74 ont trait à la théologie, 58 à la jurisprudence, 72 à l’histoire de France, 112 à l’histoire d’Angleterre, 351 à l’histoire d’Allemagne, de Suisse et des pays du nord et de l’est de l’Europe, 506 aux autres séries historiques, 577 aux sciences et 393 à la littérature. De ces 2143 ouvrages , 696 sont écrits en allemand, 446 en anglais, 246 en français, 174 en italien et 131 en latin.

Une expérience de deux années ayant montré l’utilité de notre bulletin, j’ai cru pouvoir en augmenter la publicité et lui donner une forme qui en rendra la lecture plus facile. Avec votre autorisation, Monsieur le Ministre, j’ai accepté les offres de M. Klincksieck, qui a pris à sa charge l’impression du Bulletin, et qui nous fournira gratuitement les exemplaires dont nous avons besoin. Moyennant un prix très-minime, il recevra les abonnements des personnes qui voudront connaître le titre des principaux livres étrangers importés en France, de ceux du moins qu’on est certain de pouvoir consulter à la Bibliothèque nationale8.

Les travaux qui viennent d’être mentionnés ne sont que la continuation d’entreprises plus ou moins anciennes. Ceux dont il me reste à vous entretenir, Monsieur le Ministre, répondent au désir, si souvent exprimé, de voir la Bibliothèque nationale munie d’instruments de recherches, moins parfaits sans doute que des catalogues méthodiques, mais d’un usage plus commode et surtout d’une exécution beaucoup plus rapide.

VI. Numérotage des ouvrages ajoutés aux anciennes séries. — A partir du 1er janvier 1876 a cessé l’usage de classer alphabétiquement, sans numéros, les volumes dont s’accroissent la plupart de nos séries. Conformément aux principes exposés dans le rapport du 29 mai 1876, des cotes régulières et immuables ont été attribuées aux nouveaux venus, qui figurent dans les répertoires alphabétiques avec renvoi aux cotes inscrites sur les volumes. Cette mesure a été appliquée à 6982 ouvrages, répartis comme il suit entre vingt-six séries :

AEcriture sainte,170
BLiturgie et conciles,82
CPères de l’Église,16
DThéologie catholique,445
Théologie hétérodoxe,109
EDroit canon,48
E*Droit de la nature et des gens,22
FDroit civil,352
GHistoire générale,222
HHistoire ecclésiastique,83
JHistoire ancienne et histoire byzantine,142
KHistoire d’Italie,146
MHistoire d’Allemagne,417
NHistoire d’Angleterre,134
OHistoire d’Espagne et de Portugal,163
Histoire d’Asie,164
O3Histoire d’Afrique,106
PHistoire d’Amérique,141
Histoire d’Océanie,5
QBibliographie,142
RPhilosophie, sciences physiques et morales,808
SSciences naturelles,587
VSciences mathématiques, arts et métiers,1362
XGrammaire,277
Romans,532
ZPhilologie et polygraphie,302

VIII. Inventaire général des séries G et K. — Tous les volumes et toutes les pièces classés dans ces deux séries, comme appartenant à l’histoire générale et à l’histoire d’Italie, ont été cotés d’après l’ordre qui leur avait été précédemment assigné et auquel nous n’avons voulu apporter aucune modification ; en même temps, il a été dressé un inventaire général des deux séries, tantôt en employant d’anciennes cartes, sur lesquelles on n’avait qu’à ajouter la cote des volumes, tantôt en rédigeant des cartes-nouvelles, pour les nombreux articles que le bureau du catalogue n’avait pas eu occasion de traiter dans les trente dernières années. Ainsi munies de renvoi aux cotes des volumes, les cartes de dépouillement ont été disposées de façon à former, pour les deux séries G et K, des répertoires alphabétiques à l’aide desquels nous pouvons, à coup sûr et sans le moindre tâtonnement, vérifier si un livre déterminé est à la Bibliothèque et trouver la place qu’il occupe sur les rayons.

La série G se compose d’environ 30,847 volumes ou pièces : savoir 223 grand in-folio, 1783 in-folio, 5150 in-4° et 23,691 in-8° ou au-dessous. — Dans la série K nous comptons 14,416 volumes ou pièces : 76 grand in-folio, 1116 in-folio, 3906 in-40, 9318 in-8° ou au-dessous.

Sur les 30,847 articles de la série G, 1461 sont placés dans la Réserve. La série K est représentée dans la Réserve par 604 articles.

VIII. Récolement des livres imprimés sur vélin. — La collection de ces livres, à la formation et à la description de laquelle Van Praet a consacré tant de soin, et qui constitue l’une des suites les plus précieuses de la Réserve du Département des imprimés, présentait des anomalies de rangement, dont l’inconvénient se faisait depuis longtemps sentir. Les irrégularités tenaient à ce que les volumes étaient placés tantôt d’après l’ordre adopté par Van Praet dans le catalogue spécial des livres imprimés sur vélin, tantôt d’après l’ordre assigné aux ouvrages dans les catalogues méthodiques de l’ensemble de la Bibliothèque ; de plus, un certain nombre d’intercalations avaient été faites sans que l’intercalation fût mentionnée sur aucun inventaire et sans que la place en fût déterminée par un numéro. A la suite d’un récolement rigoureux, les livres imprimés sur vélin ont tous été soumis à un numérotage uniforme et continu, dont la base a été naturellement fournie par le catalogue imprimé. Le résultat de cette opération a été consigné dans un inventaire sommaire qui formera un appendice au grand ouvrage de Van Praet. On y verra que, pour être assez lents, les accroissements de la collection n’en méritent pas moins d’être remarqués : en 1828, elle consistait en 2227 volumes ou plaquettes ; elle en comprend aujourd’hui 2528.

Reliure.

Le travail de reliure a porté sur 17,506 volumes. Des reliures pleines, telles que les demanderaient les anciennes traditions de la Bibliothèque, n’ont pu être données qu’à 22 volumes. Nous avons commandé 1979 solides demi-reliures en maroquin. Pour le reste, nous avons dû nous contenter de demi-reliures en parchemin, et même de simples cartonnages avec dos de percaline ou de papier. — La reliure et le cartonnage de 9127 volumes ont été exécutés en dehors de la Bibliothèque. Notre atelier intérieur a mis en état 8379 volumes, qui lui avaient été réservés soit à raison des soins minutieux que demandent le montage et la réparation de certaines pièces, soit par suite de la difficulté d’estimer équitablement le prix d’opérations délicates et multiples.

L’artiste chargé de la restauration des anciennes reliures de prix a donné ses soins à 374 volumes, dont13 appartiennent au Département des manuscrits.

Pour mieux protéger des reliures remarquables, 32 volumes de la Réserve ont été revêtus d’étuis en toile et en carton.

Section géographique.

La Section géographique s’est accrue de 408 articles, dont 200 venus du dépôt légal, 109 d’achats et 99 de dons. L’emplacement affecté à cette partie de nos collections devient de plus en plus insuffisant, et ne se prête ni au service des communications ni à l’exécution des travaux de classement et de catalogue qui seraient nécessaires pour bien mettre en valeur un fonds aussi riche9. Un inventaire sommaire a cependant été entrepris et pourra être terminé dans un délai relativement assez rapproché.

Aujourd’hui je ne dois appeler l’attention que sur les accroissements de la Section géographique pendant l’année 1876.

Le gouvernement anglais l’a enrichie de la rare et remarquable carte de la frontière turco-persane, en neuf feuilles, levée par les officiers russes et anglais, de 1849 à 1855. Il lui a offert la suite des feuilles topographiques de l’Écosse et de l’Irlande, par l’Ordnance Survey, et un grand nombre de nouvelles cartes marines de l’Hydrographie Office. — L’Autriche-Hongrie, qui se distingue par la fécondité et l’importance de ses publications géographiques, a envoyé, soit grâce à la munificence directe de son gouvernement, soit par les soins de la Société géographique de Vienne, la carte topographique de l’empire au 75,000e, par l’Institut militaire géographique, la carte de l’Europe centrale au 300,000e, par le même corps ; la carte de la Hongrie par Nemeth, et divers travaux dus à des particuliers ou à des associations. — Le gouvernement russe a fait don de nombreuses feuilles topographiques et géographiques de l’empire de Russie ; œuvres soit de l’état-major de Saint-Pétersbourg, soit de MM. Iline, Rittikh et autres géographes russes. — Le gouvernement de Suède et de Norvège a adressé des cartes topographiques et hydrographiques de diverses parties de la Suède ; l’atlas des tempêtes par l’Institut météorologique de Norvège, des cartes du Spitzberg et des cartes archéologiques des contrées du nord de l’Europe. — Le gouvernement danois, la carte topographique du Danemark au 80,000e, celle du Jutland au 20,000e et la carte de l’Islande, par Olsen. — Le gouvernement espagnol, grâce à l’impulsion vigoureuse imprimée aux travaux topographiques par deux savants géographes, le général Ibañez et le colonel Coello, a fait de récentes et importantes publications, qu’il s’est empressé d’offrir à la Bibliothèque : entre autres, un magnifique plan de Madrid, des feuilles topographiques de diverses parties de l’Espagne, des cartes générales de la Péninsule et des cartes des colonies espagnoles. — Le gouvernement portugais a offert des cartes topographiques, météorologiques et économiques du Portugal et de ses colonies. — Le gouvernement belge, des cartes diverses de la Belgique et le fac-simile de la sphère de Mercator. — Le gouvernement des Pays-Bas, la suite des cartes de l’amirauté néerlandaise. — Le gouvernement du Luxembourg, plusieurs cartes topographiques du grand-duché.

Le Dépôt de la guerre et les autres administrations françaises ne nous ont pas traités avec moins de générosité que par le passé. Les particuliers ont également continué leurs libéralités. De M. Spitzer nous avons reçu une reproduction photographique de son portulan de Charles-Quint, et de M. Lombard-Dumas les œuvres de son beau-père, M. Émilien Dumas, la carte géologique de l’arrondissement d’Uzès et la statistique géologique du département du Gard.

Parmi les acquisitions de la Section géographique auxquelles ont été consacrés nos crédits de l’année 1876, il convient de citer un portulan du XVIe siècle, par Jean et François Oliva ; un autre portulan, par Prunes, en 1586 ; la carte bailliagère manuscrite du Berri, au XVIIIe siècle ; la suite de la belle carte hydrographique des Pays-Bas, intitulée Waterstaatskaart ; des cartes topographiques de la Prusse, du royaume de Saxe, de la Suède, au 100,000e, de la carte topographique de la Suisse au 25,000e ; de la Prusse, à la même échelle ; des grandes cartes géologiques de la Suède et de la Prusse ; de la carte de l’Europe moyenne par Liebenow ; de la carte générale de l’Allemagne par Scheda ; plusieurs feuilles des cartes hydrographiques des côtes d’Italie, par l’amirauté italienne ; la carte de la Bosnie, de la Serbie et des pays voisins, par l’Institut militaire géographique de Vienne ; la carte de la Turquie d’Europe, en vingt feuilles, par Handtke ; la carte de la Bretagne en quatre feuilles, par Faden, publiée en 1795 sous l’inspiration des Vendéens et des émigrés, et intitulée : A geometrical Survey of the province of Britanny ; le fac-simile, en neuf feuilles, d’un plan de Vienne en Autriche, de l’année 1547.

DÉPARTEMENT DES MANUSCRITS.

Le nombre des communications faites au Département des manuscrits en 1875 s’est élevé à 14,680, c’est-à-dire à une moyenne d’un peu plus de 50 par séance.

Accroissement des collections.

En 1876, le conservateur du Département des manuscrits a porté sur le livre des dons 49 articles et sur celui des acquisitions 91. Suit l’énumération des morceaux les plus remarquables, qui ont été insérés dans les différents fonds.

A. Fonds orientaux.

— Le Pentateuque suivi des haphthârôth et des cinq meguillôth. Ms. sur parchemin de l’année 1523. Donné p. M. le baron James de Rothschild. (Hébreu 1322.)

— Le livre d’Esther, en hébreu. Rouleau du XVIIe siècle, donné par le même. (Hébreu 1323.)

— Rouleau contenant la première partie des haphthârôth. Ce ms. et les huit volumes suivants proviennent du Yemen. (Hébreu 1324.)

— Le livre d’Isaïe, avec la paraphrase chaldaïque et la traduction arabe. (Hébreu 1325.)

— Le Pentateuque, avec un fragment de la version arabe du Pentateuque. (Hébreu 1326.)

— Le Pentateuque, en tête duquel se trouve un traité de grammaire hébraïque, en arabe, écrit en caractères hébreux. (Hébreu 1327.)

— Le Pentateuque en deux volumes. En tête du premier, traité de grammaire hébraïque. (Hébreu 1328, 1329.)

— Rituels et livres de prières à l’usage des Juifs du Yemen. (Hébreu 1330-1338.)

— La Hagada, avec miniatures, du XIIe siècle. (Hébreu 1333.)

— Evangéliaire arménien orné de peintures. (Supplément arménien 127.)

— Tome premier de la Dakhîra d’Ibn-Bessâm. (Supplément arabe 2393.) Ce précieux volume faisait partie du cabinet de feu M. Jules Mohl, qui avait plusieurs fois manifesté l’intention de le laisser à la Bibliothèque nationale, pour reconnaître les obligations qu’il croyait avoir envers cet établissement. Quoique les héritiers de M. Mohl n’aient point tenu compte d’une intention qui n’avait pas été consignée dans un acte authentique, et que nous ayons dû écarter par des enchères fort élevées la concurrence dm étrangers, je ne m’en fais pas moins un devoir de rappeler ici que M. Mohl doit être compté parmi nos bienfaiteurs, et que nous nous applaudissons de pouvoir rattacher le souvenir de cet orientaliste à la possession d’un manuscrit important. Nous réussirons à compléter un exemplaire de l’œuvre d’Ibn-Bassâm, en plaçant à côté du tome Ier, provenu du cabinet de M. Mohl, la copie du tome II qui est à la bibliothèque bodléienne, et la copie du tome III, qui est à la bibliothèque de Gotha.

— Commentaire d’Abd al Bâqî al Zerqânî sur le Moukhatazar de Sidi Khalîl. Six volumes, achetés à la vente des livres du docteur Perron. (Suppl. arabe 2394-2399.)

— Sîrat al Moudjâhidîn. Douze volumes achetés à la même vente. (Suppl. arabe 2400-2411.)

— La neuvième et la dixième partie du Sîrat al Moudjâhidîn. (Supplément arabe 2412.)

— Recueil de différentes pièces guèbres, en vers et en prose. (Suppl. persan 1022.)

— Histoire du Sohrâb tirée du Schâbnâmè, suivie de la première partie du Barzoûnâmè. (Supplément persan 1023.)

— Sâm-nâmè. (Suppl. persan 1024.)

— Sâm-nâmè. Autre rédaction. (Supplément persan 1025.)

— Schâh-nâmè. Incomplet. Cet exemplaire contient à peu près deux mille vers tirés du Guerochaop-nâmè. (Supplément persan 1026.)

— Schâh-nâmè, avec miniatures. Incomplet. Cet exemplaire contient un long fragment du Barzou-nâmè. (Supplément persan 1027.)

— Roustem-nâmè, en prose. (Supplément persan 1028.) Ce ms. et les six précédents ont été acquis à la vente de la collection de M. Mohl.

— Œuvres poétiques de Nizâmî, ms. orné de 40 miniatures. (Supplément persan 1029.)

— Prières des Siks, ms. en caractères du Pendjab. (Indien 114.)

— Fascicule d’un exemplaire du Sarâ-Sangaha, comblant en partie les lacunes de l’exemplaire unique et incomplet que la Bibliothèque possédait de cet ouvrage pâli.

— Le fonds cambodgien a reçu un accroissement considérable, uniquement dû à la libéralité de la famille du docteur Hennecart. Tous les travaux de ce courageux médecin, prématurément enlevé à la science par le climat dévorant de l’Orient, nous ont été livrés par ses héritiers, en même temps que les textes originaux dont il avait pu se procurer des exemplaires pendant son séjour au Cambodge. La collection ne comprend pas moins de 93 ouvrages ou fragments d’ouvrages écrits sur feuilles de palmier. Quant aux travaux personnels du docteur Hennecart, nous en formerons 22 volumes, ou environ, dont 10 consacrés à des transcriptions, 9 à des essais lexicographiques et 3 à des traductions ou à des études diverses. M. Léon Feer, qui a préparé ces classements, se propose d’en rendre compte dans le Journal asiatique, et d’indiquer ainsi la part qui revient au docteur Hennecart dans la connaissance de la langue et de la civilisation cambodgienne ; il nous aidera à acquitter la dette de reconnaissance que la Bibliothèque nationale a contractée envers un orientaliste aussi méritant.

— Histoire de la peinture et de l’écriture chinoises. (Nouv. fonds chinois, 3629-3637.)

— Collection de 16 ouvrages japonais, reliés en 28 volumes. (Nouv. fonds chinois, 3600-3627.)

— Un manuscrit batta.

B. Fonds latin.

— Lettres et opuscules de saint Cyprien, suivis de « Pauli primi heremite dicta » (fol. 221 v°), et de « Vita beati Hylarionis » (fol. 226). Ecriture italienne du XVe siècle. — Sur les trois dernières pages, d’une autre main : « Leonardi Aretini orationes tres, in triplici genre dicendi, e græco in latinum traductæ. » Le troisième de ces discours est incomplet. (Nouv. acq. 1282.)

— Joannis Bocali, Gordornii, Aquitani, in atheos et nostræ hujus tempestatis antiqui atheismi restauratores, opus non minus pium quam eruditum. Copie du XVIe siècle. Traité dédié à François, roi d’Ecosse et dauphin. Exemplaire du temps. (Nouv. acq. 1276.)

— Décret de Gratien. Ms. italien du XIVe siècle, orné de peintures. (Nouv. acq. 2508.) Ce beau volume, jadis conservé dans la bibliothèque de Bouhier, fut attribué en 1804 à la Bibliothèque nationale par le ministre de l’intérieur ; mais il n’est entré au département des manuscrits que dans le cours de l’année 1876, à la suite d’un jugement dont j’ai rapporté le texte dans mon précédent rapport.

— Recueil de traités sur les eaux thermales d’Italie. Ms. sur papier, du XVe siècle, provenu de la collection Silva. (Nouv. acq. 211.)

Suit le détail des morceaux contenus dans ce volume : Libellus Michaelis Savonarolæ, domini Lioneli, marchionis Estensis, physici, de balneo et termis naturalibus omnibus Italie. La date de 1469 est en tête. Tractatus de balneis ab Ugolino de Monte Catino conpilatus (fol. 51). La date de 1417 est à la fin. — Balnea Puteolana (fol. 67). — Vers latins sur les bains de la Pouille, qui furent communiques au compilateur par « nobilis vir Bindacius de Ricasulis, Perusii pro magnifico et excelso domino Brachio locum tenens » (fol. 69 v°). — Consilium pro balneis de Corsena, in comitatu Lucano, pro domino Lanzaloto de Crottis, consiliario ducis Mediolani (fol. 75 v°). Cette consultation est souscrite par Nicolaus de Deodatis et par Baldesar Christofori, ser Nicolai de Lucha medicus minimus. — Régula et tractatus balnei de Porreta, per d. Turr. de Castello, civem Bononie (fol. 77). — Tractatus de balneis de Aquis, per Petrum de Tussignano (fol. 79). — Antonii Guaynerii Papiensis de balneis Aquis civitatis antiquæ, quæ in marchionatu Montis Ferrati sita sunt tractatus (fol. 81 v°) ; à la fin se lit la date de 1454. — De balneis secundum Petrum de Ebano (fol. 86). — Tractatus de balneis secundum Gentilem (fol. 87). — De balneis de Burino secundum Petrum de Tussignano (fol. 88). — Regula balnei loci de Aquaria in territorio Regii (fol. 89 v°).

— Mathei Palmerii Florentini de temporibus liber ad Petrum Medicem, Cosmæ filium. Ms. italien, sur papier, du XVe siècle. (Nouv. acq. 210.)

— Matricula monachorum congregationis Sancti Mauri, ab anno 1736 ad annum 1775. (Nouv. acq. 1275.) C’est la continuation des matricules plus anciennes que possédait la Bibliothèque nationale ; le texte en a été fourni par un ms. de la bibliothèque d’Auxerre.

— Liber tertius regestri bullarum apostolicarum legationis Avenionensis mei Collai Tache, notarii publici apostolici et regii et causarum sacri palatii apostolici ejusdem civitatis Avinionensis graffarii dictarumque bullarum registratoris, inceptus de mense Februarii anno incarnationis dominice MDXCIX. — Liber quartus, inceptus de mense Februarii anno incarnationis dominice MDCI. Volume comprenant des actes de 1599 à 1603. (Nouv. acq. 1280.)

— Liber XXXIII bullarum seu litterarum apostolicarum legationis Avenionensis domini Francisci Tache, juris utriusque doctoris ac hujus registri magistri, inceptus de mense Julio MDCLXIIII. Volume allant de 1664 à 1667. (Nouv. acq. 1281.)

— Cartulaire de l’abbaye de Toussaint de Chalons. (Nouv. acq. 1278.)

Le cartulaire original, conservé aux Archives du département de la Marne et d’après lequel notre copie a été exécutée, est un volume de 64 feuillets de parchemin, hauts de 23 centimètres et larges de 16. Les 55 premiers feuillets, écrits à la fin du XIIe siècle, renferment 62 chartes du XIe et du XIIe siècle. Sur les autres feuillets ont été ajoutées cinq pièces d’une date plus récente.

— Collection de neuf chartes originales de l’abbaye de Cluni, dont sept appartiennent au Xe siècle. (Nouv. acq. 2163.)

— Charte originale de Philippe-le-Hardi, pour les consuls et les habitants de Dome, en Périgord, datée de Bordeaux, au mois de juin 1283. — Cette pièce nous fut donnée par M. Lascoux, conseiller à la Cour de cassation, dans la dernière visite qu’il fit à la Bibliothèque, peu de semaines avant sa mort.

— Obituaire du couvent des Cordeliers de Saint-Junien, écrit XVe siècle, avec quelques additions postérieures. En tête se trouve une copie du martyrologe d’Usuard, pouvant dater du XIVe siècle. (Nouv. acq. 213.) — Don de M. Chassaing, juge au tribunal du Puy.

— Copie figurée du cartulaire de Saint-Mihiel. (Nouv. acq. 1283.)

Le cartulaire original de Saint-Mihiel, déposé aux archives du département de la Meuse, est un volume écrit sur parchemin, composé de 200 pages, haut de 235 millimètres et large de 177. On peut y distinguer cinq parties bien distinctes :

I (p. 1-30). La chronique de l’abbaye, dont l’édition la plus complète a été donnée par Lud. Tross10. Ecriture du XIIe siècle.

II (p. 41-167). Le cartulaire proprement dit, consistant en 93 pièces, dont la date est comprise entre le commencement du VIIIe siècle et la seconde moitié du XIIe. La table de ces pièces occupe les pages 34-37. Le cartulaire, y compris la table, a été copié par plusieurs mains, vers le milieu du XIIe siècle.

III. Des additions faites à diverses époques sur des feuillets blancs, et parmi lesquelles il convient de citer : 1° deux chartes de l’abbé Manegaudus (p. 30 et 31), une notice relative aux droits du vicaire de la paroisse de Saint-Etienne (p. 31), et une notice relative à une donation de Witerus de Monziaco ; 2° une notice relative à la dédicace de l’abbaye en 879 et aux trois croueriœ ((Voyez Du Cange, au mot Croada. — Au mot latin croueria correspond la forme française croue dans la notice qui a été ajoutée à l’encre rouge sur la page 39 du Cartulaire.)) qui formaient la dotation du monastère (p. 32 et 33) ; cette notice a été ajoutée dans le cours du XIVe siècle ; — 3° un diplôme de Louis le Débonnaire (p. 38), dont le texte a été plusieurs fois publié et notamment dans le Recueil des historiens, t. VI, p. 490, n° XLIX ; il n’a pas été intercalé dans le cartulaire avant le XIVe siècle, et le fait de n’avoir pas été compris dans le cartulaire primitif aurait suffi pour le rendre suspect ; d’autres motifs avaient déjà déterminé le docteur Th. Sickel à le ranger parmi les Acta spuria11 ; — 4° une charte de Henri, comte de Bar-le-Duc, pour Simon, sire de Joinville, en date du 13 avril 1218 (p. 39) ; cette charte ne me paraît pas authentique ; — 5° cinq chartes insérées vers la fin du XIVe siècle sur les pages 169 et 170, et émanées de « frater O. de Ruppe, domorum militum Templi in Francia preceptor, » en janvier 1227 ; de « Petrus miles de Bormonte, » en juillet 1225 ; de « Lambertus dictus Magnus de Gaudeto, armiger, » du 30 juillet 1298 ; de « Thierricus dominus de Fontois, » en décembre 1233 ; et de Gautier, abbé de Saint-Mihiel, vers l’année 1260, en faveur des drapiers de la ville de Saint-Mihiel. On peut suspecter la troisième de ces chartes, à raison de la date qui la termine « Actum in villa Sancti Aniani anno millesimo CC° IIIIxx XVIII°, III° kalendas Augusti, regnante Henrico semper Augusto. »

IV (p. 171-182). Un cahier copié vers le commencement du XIVe siècle et contenant des chartes françaises, de 1247 à 1290, cotées XVII-XXIX, ce qui prouve qu’elles appartenaient à une série dont le commencement n’existe plus dans le Cartulaire.

V (p. 187-199). Autre cahier contenant des notes du XVe et du XVIe siècle sur des droits, des rentes et des charges de l’abbaye. A ces notes peut se rattacher l’état des terres soumises au droit de « moaige » qui remplit la page 40, et qui est aussi du XVe siècle.

— Obituaire de l’abbaye de Solignac en Limousin. (Nouv. acq. 214.)

Ce très-important volume a été libéralement donné à la Bibliothèque nationale par M. Chassaing, juge au Puy. Il se compose de deux parties bien distinctes.

La première partie, copiée vers le milieu du XIIe siècle, renferme :

1° Le martyrologe d’Usuard (fol. 1-106), avec plusieurs interpolations assez curieuses.

2° Des vers sur la règle de saint Benoit (fol. 107 v° —108 v°).

« Incipiunt versus regule eximii patrie beatissimi Benedicti abbatis.

Quisquis ad æternum mavul conscendere regnum, Debet ad astrigerum mente subire polum.
Religion pia…»

3° La règle de saint Benoit (fol. 112-169 v°).

4° Les leçons des évangiles (fol. 173-192). « Incipit textus Evangeliorum per anni circulum. »

La seconde partie du manuscrit (fol. 195-241) est consacrée à l’obituaire proprement dit. Sauf quelques articles additionnels, elles été copiée au XIIIe siècle.

Sur les pages blanches (fol. 107, 109 et v°, 169 v°-172 v°, 192 v°-194 v°), plusieurs mains du XIIe et du XIIIe siècle ont ajouté des notices relatives à des donations, à des associations de prières et à des fondations d’anniversaires. Ces pièces forment avec l’obituaire un document très-intéressant pour l’histoire de l’abbaye de Solignac. En outre, la première partie du volume, dans laquelle se trouvent des peintures assez grossières, mérite l’attention des paléographes. Il est en effet certain que l’exécution doit en être exactement rapportée au milieu du XIIe siècle. Cela résulte d’une pièce qu’on lit au fol. 169 v° et qui est assez curieuse pour être citée textuellement.

Donum Bosoni d’Eschasadorio.

Gratulare, vinea fertilis ! Lætare, æclesia Sollempniacensis, quia pro patribus tuis nati sud tibi filii ! De quorum profecto numero frater Boso d’Eschasadorio, dum adhuc esset in Pitagorice littere bivio, tactus est sentencia qua in ævangelio dicitur : Omnis arbor quæ non facit fructum bonum excidetur et in ignem mittetur. Denique, quia generatio preterit et generatio advenit, predictus frater hujus boni operis fructu memoriale suum in libro vitæ cælestis ascripsit, eam quæ in æternum stat cum beatorum spiritibus volens possidere terram. Addidit thesauro hujus æclesie caput ab humeris et supra in honore beati Martini Turonensis fabricatum, laminis argenteis circumtectum, superposito ex lapidibus preciosis diademate, et utrumque opus tam mirifice quam decenter in superficie variatum in pallore auri. Huic donario addidit ejusdeni operis chapsam in honore beati Dionisii ariopagite fabricatam. Addidit et presentem beati Benedicti regulam. Et in capite quidem predicti beati Martini faucem cum dentibus Petrus, archiepiscopus Bituricensis, qui tune forte apud nos venerat, cum reliquiis de ossibus et capillis sancti patroni nostri Elegii, missa sollemniter celebrata, inclusit ; in chapsa vero chasulam sancti Dionisii, ipsius sanguine cruentatam, recondidit, fratribus benedictionem dedit XIImo kalendas Januarii, Verbi autem incarnati anno millesimo centesimo quinquagesimo primo12. Proinde, quia laborante[m] agricolam oportet primum de fructibus percipere, concessum est ei a venerabili hujus loci abbate Geraldo, tocius assenu capituli, ut ejus anniversaria dies cum classo quotannis celebretur sollempniter.

De cette notice, tracée par la main même qui a copié le martyrologe, la règle. et les leçons, il résulte que le volume fut copié en 1151, ou environ, et offert à l’abbaye de Solignac par un jeune moine nommé Boso d’Eschasadorio, en même temps que deux magnifiques reliquaires de vermeil. C’est donc un type de l’écriture limousine qu’on peut étudier en toute confiance. Cette seule particularité suffirait pour donner beaucoup de valeur au manuscrit que nous devons à la générosité de M. Chassaing.

— Emblêmes et devises, avec vers latins, dédiés par Audin au cardinal de La Valette d’Espernon. Ms. original sur parchemin, avec reliure en maroquin rouge fleurdelisé. (Nouv. acq. 212.)

— Copie d’actes des années 1461 et 1525, relatifs h la famille italienne des seigneurs de San-Severino. Le dernier acte est une lettre de François Ier, ainsi datée : « Datum ex castris Papiensis obsidionis, die 20 mensis Februarii 1525. » (Nouv. acq. 1277.)

— Contrat de mariage de Claude de Varambon et de Constance Sforce, du 27 mai 1497. Copie authentique de l’année 1551. (Nouv. acq. 209.)

—Vita R. P. Athanasii Kircheri. Copie de l’année 1684. (Nouv. acq. 216.)

— Recueil de statuts du royaume d’Angleterre, commençant par la grande charte de Jean-sans-terre. Ecriture anglaise du XIVe siècle. (Nouv. acq. 1279.)

C. Fonds français.

— Exposition des évangiles des différents dimanches de Pannée. — La passion (fol. 83). — La passion dialoguée, en vers (fol. 144). — La destruction de Jérusalem, faite par Vespasien et Thitus, son fils, empereur de Rome (fol. 176). — Observations de Gerson sur les consciences trop scrupuleuses (fol. 207 v°). — Vie de S. Alexis, en vers (fol. 200). — Passion de sainte Marguerite, en vers (fol. 233 v°). — Enseignements pieux, attribués à saint Bernard (fol. 244). — Ms. sur papier, copié à Autun, en 1470, par un écolier nommé Philippe Biard. (Nouv. acq. 4085.)

— Commentaire sur les coutumes de la salle, bailliage et châtellenie de Lille, par Bruneau. Fin du XVIIe siècle. (Nouv. acq. 1055.)

— L’espère, translatée de latin en françois, par Nicole Oresme. — Petit traictié de la pratique de géométrie, contenant la manière de mesurer toutes choses. XVe s. Papier. (Nouv. acq. 1052.)

— Papiers de Letronne, se rapportant en partie aux travaux de cet illustre critique sur l’archéologie de l’Egypte. — Don de mademoiselle Letronne.

— Récits d’un ménestrel de Reims : copie du Ms. addit. 11753 du Musée britannique, faite en 1874 par M. Julien Havet, et collation du ms. O 53 de la bibliothèque de Rouen faite par M. de Wailly. (Nouv. acq. 4115 et 4116.) — Don de M. de Wailly.

— Registre de l’ordre et milice de chevalerie chrétienne que Charles, duc de Nevers, voulait fonder pour combattre les Turcs. Il contient une promesse autographe de Marie de Médicis, le 29 août 1616, de contribuer à l’entreprise par le don d’une somme 1,200,000 livres ; la déclaration autographe du duc de Nevers, du 29 septembre 1617, et les engagements souscrits par plusieurs personnages, en 1617 et 1618. Original sur parchemin. (Nouv. acq. 1054.)

— Chiffres ayant servi à des correspondances militaires pendant la guerre de trente ans ; chiffres du maréchal de Turenne, du colonel d’Erlach et du duc de Candale. (Nouv. acq. 1045.)

— Correspondance du maréchal de Bezons et pièces sur la guerre d’Espagne, en 1708 et 1709. (Nouv. acq. 3288.)

— Procès-verbaux des assemblées des convulsionnaires, de 1732 à 1768. En partie de la main de l’avocat Lepaige , secrétaire des convulsionnaires. (Nouv. acq. 4093-4113.)

— Prières des fidèles (camisards des Cévennes) dans leurs maisons et dans leurs assemblées pour leur pasteur prisonnier. XVIIIe s. (Nouv. acq. 4118.)

— Lettres de Ballanche à Bouchot, de l’an VIII à l’année 1841. — Don de M. Louis Barbier.

— Deux lettres de Victor Jacquemont, du 7 et du 22 février 1831. — Don de M. Hipp. Chauchard, ancien député de la Haute-Marne.

— Recueil de 297 lettres écrites par Napoléon III à sa filleule madame Hortense Cornu, du 25 août 1820 au 19 décembre 1872. Cette correspondance, qui forme deux volumes (Nouv. acq. 1066-1067), a été léguée à la Bibliothèque par madame Cornu. La communication en restera interdite jusqu’en 1885, époque à laquelle M. Renan, conformément aux volontés de la donatrice, en publiera une édition. On a déjà pu entrevoir la valeur de ces documents par l’usage qu’en a fait M. Blanchard Jerrold pour sa Vie de Napoléon III.

— Terrier de Messire Loys du Puy, chevalier, seigneur du Couldray, de Bellefaye, du Chasteau-Chantamillain et de la Fourest, de 1484 à 1491. (Nouv. acq. 1070.) — Les biens auxquels se rapportent les différents articles de ce terrier étaient situés dans la Marche. Bellefaye est une localité du département de la Creuse, canton de Boussac, commune de Soumans.

— Terrier du prieuré de Follette (Creuse, arr. d’Aubusson), de l’année 1477. Copie du XVIIIe siècle. (Nouv. acq. 1053.)

— Terrier du prieuré de Guéret de l’année 1420. Copie du XVIIe siècle. (Nouv. acq. 3289.)

— Livre de recepte des cens et rentes de la terre et seigneurie de Grimaucourt et des dépendances, en 1571. (Nouv. acq. 1040.) — Grimaucourt, Oise, canton de Crépy, commune de Morienval.

— Recueil de pièces relatives à la baronnie de La Tour, du XVe au XVIe siècle. — Documents sur la succession et. les dettes de Catherine de Médicis. — Mémoires d’avocats, quelques uns de la main d’Auguste Galland. (Nouv. acq. 1049.) — Ce volume a fait partie de la bibliothèque de Lamoignon.

— Terrier de messire Pierre de Monjournal, chevalier, seigneur du dit lieu de Monjournal, Plocton de Monjournal, escuier, seigneur de Pracord, Guillaume de Monjournal, escuier, seigneur de la Berlière, Jacques et Jehan de Monjournal, frères, escuiers, seigneurs des Aiz, et enffans de feu Jehan de Monjournal, fait par Anthoine Baron, clerc juré notaire de la cour et chancellerie de Bourbonnais. 1454. Ms. sur parchemin, venu du cabinet de Monteil, et donné en 1876 par M. Etienne Charavay. (Nouv. acq. 3291.)

— Essai historique sur la prévôté et le prieuré de Morteau. XIXe s. (Nouv. acq. 3250.)

— Collation faite par M. de Wailly, sur le ms. original des archives de Reims, de l’édition que Varin a donnée des plaits de l’échevinage de Reims au XIIIe siècle. (Nouv. acq. 1069.)

— Chartes de l’abbaye de Saint-Pierre lez Melun, de 1364 à 1669. (Nouv. acq. 3292.)

— Reconnaissances de divers tenanciers de Jaques de Caladon, seigneur de Lespinasse, pour des biens situés dans les paroisses du Vigan, d’Avèze, d’Aulas et de Molières, au diocèse de Nîmes. 1537 et 1538. (Nouv. acq. 4087.)

— Titres de la famille d’Agrain des Ubacs en Vivarais. — Don de M. Chassaing.

— Six actes du XIVe et du XVe siècle donnés par M. Chassaing, savoir : 1° Charte de Jeanne, reine de Jérusalem et de Sicile, pour Bermond de la Voute ; 20 octobre 1370. — 2° Charte de la même pour Louis d’Anduse, seigneur de la Voute, frère de Bermond de la Voute ; 13 septembre 1374. — 3° Acte de « Jehane de Jogeuse, vefve de feu noble et puissant messire Gilbert de La Fayete, en son vivant chevalier, mareschal de France et seigneur du dit lieu de la Fayete et de Pontgibauld, » du 2 août 1454, dans lequel est insérée une lettre de Charles VII, datée de Tours, le 13 mai 1454. — 4° Lettres patentes de Louis XI, datées d’Amboise le 21 juin 1462, portant donation du château de Pierrelatte à Charles des Astars, connétable de Bordeaux et bailli de Vivarais. — 5° Mandement de Jean, comte de Comminge, relatif à cette donation ; 30 avril 1464. — 6° Réception de l’hommage de Charles des Astars par Jean, comte de Comminge, gouverneur du Dauphiné ; 26 juin 1471. — Le texte de ces trois dernières pièces a été publié dans la Revue des Sociétés savantes (6e série, I, 524 et suiv.).

— Catalogue des médailles de la république de Hollande. XVIIe s. Belle copie, reliée aux armes de Colbert. (Nouv. acq. 3322.)

— Recueil des chansons françaises du XIIIe siècle, copié vers le commencement du XIVe. Volume de 280 feuillets, y compris les tables et additions du commencement et de la fin. (Nouv. acq. 1050.)

Ce précieux ms. est un des volumes de la bibliothèque de Gaignières, qui passèrent plus ou moins régulièrement dans le cabinet de Clairambault. Il y formait le premier tome du chansonnier dont Clairambault avait trouvé les principaux éléments chez Gaignières. Le catalogue dressé par Clairambault le mentionne en ces termes : « Volume escrit sur vélin, couvert de vélin, in quarto. Chansons de Thibaut, roy de Navarre, comte de Champagne et par d’autres, faites du temps du roy saint Louis, notées en plein chant. Il y a une table des noms de ceux qui ont fait les chansons, et un petit estat des anciens poëtes françois par Urbain Coutelier. » — Ce chansonnier, cité par plusieurs auteurs du XVIIIe siècle, disparut au moment où la Révolution fit entrer le cabinet de Clairambault à la Bibliothèque du roi. Il passait pour perdu. Nous avons été heureux de pouvoir l’acheter, pour le réunir aux autres débris de la collections de Gaignières et de Clairambault. Quand il nous fut présenté, il avait la misérable couverture de vélin, signalée dans l’inventaire du XVIIIe siècle ; il a depuis reçu l’habit de maroquin dont il était digne à tous égards.

— Fragment d’un ancien exemplaire du Roman de Merlin. Don de M. Piot.

— Le mystère de saint Sébastien, en vers français, précédé d’un prologue, dont les premiers mots sont en latin. Volume étroit et allongé (290 millimètres sur 103), de 90 feuillets de papier. Écriture de la seconde moitié du XVe siècle. Il paraît y avoir une lacune à la fin. Le ms. venait peut-être d’Auvergne ; il était recouvert des lambeaux d’un acte du XIVe siècle, rédigé au nom du garde du sceau royal de Cournon, aujourd’hui commue du Puy-de-Dôme, canton de Pont-du-Château. (Nouv. acq. 1051.)

— Chants populaires de la France. — Il y a environ vingt-cinq ans, le Comité des travaux historiques, sous l’inspiration de M. Fourtoul, provoqua la recherche des chants populaires qui pouvaient exister dans chacune de nos anciennes provinces. Il en résulta des communications plus nombreuses que bien entendues, dont l’élite est passée dans un remarquable rapport de J.J. Ampère. Les pièces envoyées au Ministère, après avoir été examinées par les membres du Comité et plus particulièrement par MM. Rathery et de La Villegille, devaient former une publication, que l’insuffisance des matériaux a forcé l’administration d’abandonner. Mais, en renonçant à la publication, vous n’avez pas voulu, Monsieur le Ministre, priver le public du résultat des recherches de tant de correspondants zélés. Conformément à ravis du Comité des travaux historiques, vous avez prescrit le dépôt à la Bibliothèque nationale des dossiers établis par MM. Rathery et de La Villegille. Ces dossiers formeront six volumes, qui, d’un jour à l’autre, vont être mis à la disposition des lecteurs.

— Notes et recueils bibliographiques de Née de La Rochelle. (Nouv. acq. 1056-1064.)

D. Fonds divers.

— Diplôme de l’empereur Ferdinand III pour Philipp Petzelhueber, en 1654. Pièce allemande, remarquable par la parfaite conservation du grand sceau qui y est appendu. (Allemand 271.) — Don de M. le baron James de Rothschild.

— Libro di Pietro di Crescenzio sopra l’agricoltura. Ms. sur papier, du XVIe siècle. (Italien 1661.)

— Documenti relativi elle contestazioni insorte fra la santa sede ed il governo francese. 1805-1809. Copie de documents trouvés en 1814 dans les archives du royaume d’Italie. (Italien 1656-1659.)

— Documents relatifs aux affaires de France, copiés d’après les originaux des archives de Venise, par les soins de M. de Mas Latrie. Matière d’environ 140 volumes à insérer dans le fonds italien.

Vous avez bien voulu, Monsieur le Ministre, attribuer à la Bibliothèque cette collection, formée pendant les missions que plusieurs de vos prédécesseurs avaient confiées à M. de Mas Latrie. Les documents dont elle se compose sont du plus haut intérêt pour l’histoire de France, comme on l’a vu par le parti qu’en ont tiré plusieurs écrivains, entre lesquels il suffit de nommer M. Armand Baschet. Pour pénétrer les secrets de la politique intérieure et extérieure de la France, depuis Henri II jusqu’à Louis XVI, rien ne saurait tenir lieu des rapports et surtout des dépêches des ambassadeurs vénitiens, ni des délibérations du sénat de la sérénissime république. Il était fort utile de mettre à portée de l’érudition française une mine aussi féconde. Le dépôt fait par M. de Mas Latrie comprend :

1° La copie d’environ 138 liasses (filze) des dépêches des ambassadeurs vénitiens résidant en France ; ces 138 liasses représentent à peu près au complet les séries répondant aux périodes de 1554-1571, 1589-1611, 1643-1678, 1703-1723, 1755-1783.

2° La copie de six Relations, des années 1655, 1708, 1733, 1737, 1740 et 1743.

3° Des extraits des registres 1-3, 5-9 des Esposizioni principi, pour les années 1541-1577 et 1580-1591.

4° Des extraits des registres 67-88 des Deliberazioni, pour les années 1550-1591.

Puissions-nous avoir bientôt au complet la série de ces précieux documents !

Réintégrations.

La gracieuse intervention de M. Etienne Charavay nous a fait rentrer en possession de 26 lettres ou documents qui avaient jadis fait partie des recueils de la Bibliothèque. Voici les noms des signataires et des destinataires de ces lettres :

La duchesse d’Aiguillon, à Colbert, sans date.
Frère Léon Bacoue, à Colbert, sans date.
Baluze, à J.-G. Culpis, professeur de droit à Strasbourg, 1 octobre 1687. (Minute.)
Le maréchal de Biron, à Henri IV, 29 mai 1595.
Henri de Bourbon, prince de Condé, à la reine, 23 août 1614.
Armand de Bourbon, prince de Conti, à Colbert, 23 décembre 1662 et sans date.
André du Chesne, à Roger, prévôt de l’échevinage de Reims, 28 décembre 1628.
J. Fabricius, à l’abbé Bignon, 16 août 1719.
Gassendi, à Boulliau, 5 avril 1639.
Denis Godefroy, à Colbert, 27 septembre 1666. Avec une lettre de Dampierre à M. de Villeroy, de Marseille, 22 mai 1602.
Jean Godefroy, à l’abbé Bignon, 10 mars 1732.
J. G. Grævius, à Baluze, 14 janvier 1694.
Nicolas Heinsius, à Philibert de La Mare, 30 juillet 1656.
Louis Legendre, à l’abbé Bignon, 24 septembre 1726.
Marie Mancini, la connétable Colonna, à Colbert, 2 décembre 1664.
Martène, à Mabillon, 23 novembre 1705.
Peiresc, à Dupuy, 18 juillet 1627.
Le cardinal de Retz, à Colbert, 23 mai 1672.
Denis Talon, à Colbert, 15 décembre 1665.
J. A. de Thou, à Gillot, 17 janvier 1616.
Turenne, à Colbert, 17 août 1663.
N. de Neufville, seigneur de Villeroy, à M. d’Haultefort, 26 juin 1582.
Isaac Vossius, à Colbert, 13 février 1669.
Fragment d’un mémoire du procureur général de Harlay sur les duels, en 1679, annoté par Colbert.

Aux pièces provenant des collections de la Bibliothèque nationale, M. Charavay avait joint onze pièces, indûment sorties de nos dépôts publics. Conformément à ses intentions, je me suis empressé de les remettre aux établissements qui avaient droit de les réclamer. Sont ainsi rentrées :

1° A la bibliothèque de l’Observatoire, une lettre d’Athanase Kircher à Hevelius, du 14 février 1648 ;
2° A la bibliothèque de l’Institut, trois lettres de Lue d’Achery à Valois (18 mars 1674), de Th. Godefroy à Sainte-Marthe (3 juin 1645), de Nicolas Rapin au même (10 avril 1588) ;
3° Aux archives de l’Académie des inscriptions, une lettre du bibliographe Pierre Lambinet, du 17 messidor an VI ;
4° Aux archives de l’Académie des sciences, six mémoires ou rapports de Beaufort (25 janvier 1727), de Cassini (11 février et 25 avril 1736), de Clairaut (31 août 1737), de Mairan (19 juin 1715) et de Maupertuis (10 décembre 1727).

Classements et Catalogues.

Outre les travaux ordinaires que demandent les nouveaux manuscrits dont la Bibliothèque s’enrichit et qui sont immédiatement classés, numérotés et portés sur les inventaires et les répertoires alphabétiques, les fonctionnaires du département des manuscrits donnent assidûment leurs soins à la préparation de catalogues ou d’inventaires moins imparfaits que ceux dont nous disposons. Aujourd’hui, Monsieur le Ministre, il suffira de vous exposer les progrès accomplis depuis mon précédent rapport, jusqu’au 31 décembre 1876.

Huit feuilles du catalogue des mss. éthiopiens ont été mises en bon à tirer. M. Zotenberg nous en fait espérer l’achèvement pour l’année courante.

Le catalogue des mss. arméniens a été entrepris par M. l’abbé Martin, lauréat de l’Académie des inscriptions, sous la direction de M. Zotenberg. Dès maintenant, la plupart des notices sont rédigées ; il ne reste plus guère qu’à les soumettre à une dernière révision et à ajouter les indications bibliographiques.

M. de Slane a terminé le catalogue des manuscrits de l’ancien fonds arabe et poursuivi le dépouillement du supplément.

M. Fagnan, pour la préparation du catalogue des manuscrits persans, a atteint le n° 345 de l’ancien fonds et le n° 648 du supplément. Le travail s’est donc accru en 1876 de la description d’environ 360 numéros.

L’Imprimerie nationale, en faisant graver les poinçons d’un alphabet cambodgien, se met en mesure de commencer la publication du catalogue des manuscrits pâlis, dont M. Léon Feer a terminé la rédaction depuis un certain temps.

L’impression du tome III du catalogue des manuscrits français n’a point marché aussi rapidement que nous l’aurions voulu. Les imprimeurs n’ont tiré que 13 feuilles, quoique la copie ne leur ait jamais fait défaut et que les épreuves aient toujours été renvoyées exactement. Au 1er janvier 1877, le volume atteignait la page 408 et contenait la description de 349 manuscrits cotés 3767- 3993.

A raison même des minutieux détails que M. Michelant et M. Deprez, son principal collaborateur, se font un devoir de donner sur tous les manuscrits, et notamment sur les recueils de papiers d’état, le catalogue des manuscrits français sera fort volumineux et la publication n’en sera point terminée avant de longues années. Voilà pourquoi j’ai pensé qu’un inventaire succinct, qui d’ailleurs ne ferait point double emploi avec le catalogue détaillé, pourrait servir provisoirement à diriger les recherches des savants dans un champ immense au milieu duquel il n’est pas toujours facile de s’orienter. Cet inventaire, publié sous la forme la plus modeste et la plus économique, comprendra tous les manuscrits français de la Bibliothèque, sommairement décrits et classés suivant l’ordre méthodique, autant du moins que l’ordre méthodique est applicable à une collection de manuscrits. J’ai eu l’honneur, Monsieur le Ministre, de vous présenter le premier volume de cet inventaire13, qui contient un aperçu historique de la composition du Département des manuscrits et la description sommaire de 2428 volumes relatifs aux matières théologiques.

Les lettres originales adressées à Colbert remplissent 113 gros volumes, dans lesquels les documents sont rangés chronologiquement et cotés d’une façon régulière, sans qu’il en existe aucun inventaire détaillé. M. de Wailly en avait commencé le dépouillement, pièce par pièce, et avait passé en revue les quinze premiers volumes. M. Sepet continue ce travail, qui, au 31 décembre 1876, portait déjà sur 45 volumes et était poussé jusqu’aux correspondances du 24 août 1665.

M. Ad. Franck s’est proposé de rédiger un catalogue raisonné des papiers de Boulliau, qui ne forment pas moins de 41 volumes et qui intéressent non seulement les sciences, particulièrement l’astronomie, mais encore la littérature, la controverse religieuse, la biographie et l’histoire générale du XVIIe siècle. Les huit volumes qu’il a soumis à un examen approfondi contiennent 1463 lettres latines, françaises ou italiennes, écrites soit par Boulliau lui-même, soit par divers savants ou personnages publics plus ou moins célèbres.

Le classement des papiers de la famille Joly de Fleury est achevé. L’année 1877 ne s’écoulera pas sans que la collection entière ne soit reliée et mise en état d’être communiquée au public. Ce sera une collection d’environ 2550 volumes, auxquels les historiens viendront demander les informations les plus sûres et les plus abondantes sur toutes les institutions administratives et judiciaires de l’ancien régime. L’usage en sera facilité par un inventaire qu’a préparé M. Molinier et qui pourra être publié.

M. Morel-Fatio a terminé, ou peu s’en faut, la notice de tous les manuscrits du fonds espagnol, auquel il a rattaché, par voie de rappel, les volumes composés de pièces espagnoles qui appartiennent soit au fonds français, soit à diverses collections. Le travail sera en état d’être imprimé dès qu’il aura été revu pour que toutes les parties en soient uniformes et bien coordonnées.

M. Ul. Robert a entrepris la fusion et le classement des différentes séries de titres originaux qui forment la partie la plus curieuse et la plus considérable du Cabinet des titres. Au 1er janvier 1877, cette opération, l’une des plus importantes qui aient été exécutées au Département des manuscrits, avait déjà produit 6087 dossiers. A mesure que les pièces sont classées et cotées, les relieurs les assemblent en volumes, de façon à en garantir la conservation et à prévenir toute espèce de fraude ou de désordre. Le nombre des volumes reliés en 1876 s’élève à 185.

Dans la série intitulée les Carrés de d’Hozier, les dossiers appartenant aux deux premières lettres de l’alphabet sont constitués en volumes. Dans le cours de l’année dernière, 52 nouveaux volumes sont revenus de la reliure, ce qui a porté à 143 le nombre des volumes de la collection placés sur les rayons le 1er janvier 1877.

DÉPARTEMENT DES MÉDAILLES ET ANTIQUES.

Dons.

Vous avez bien voulu, Monsieur le Ministre, autoriser la Bibliothèque à recueillir, pour le Département des médailles et antiques, la collection d’inscriptions carthaginoises formée par M. de Sainte-Marie sous les auspices de votre administration, et dont il a été si souvent question dans ces dernières années à l’Académie des inscriptions. L’explosion du Magenta, à bord duquel les pierres de M. de Sainte-Marie avaient été chargées, nous avait inspiré les craintes les plus sérieuses sur le sort de ces petits monuments, dont heureusement un double estampage se trouvait déjà dans les portefeuilles de la Commission chargée de publier les inscriptions sémitiques. Les pierres elles-mêmes ne sont pas entièrement perdues pour la science : grâce aux mesures prises par M. l’amiral Roze, la plupart ont été retrouvées au fond de la mer et ont pu être envoyées à la Bibliothèque, où M. Philippe Berger les a reconnues et soumises à un classement qui, pour n’être pas encore complet et définitif, n’en permet pas moins d’apprécier l’intérêt des découvertes de M. de Sainte-Marie. Il serait superflu. d’entrer à ce sujet dans quelques détails. Le rapport spécial de M. Philippe Berger, dont vous avez ordonné l’impression dans les Archives des missions scientifiques et littéraires ((3e série, IV.)), a très-clairement déterminé la place que les pierres de Carthage doivent occuper dans l’épigraphie sémitique et la nature des renseignements qu’elles fourniront à l’histoire et à la philologie.

Les 32 inscriptions de Troesmis que nous devons, depuis 1869, à la libéralité et aux bons soins de M. le consul général Engelhardt et de M. Ernest Desjardins, viennent d’être enfin soustraites aux intempéries des saisons ; elles sont provisoirement placées dans un vestibule, où, sans courir aucun risque, elles peuvent être commodément étudiées. Cette installation était d’autant plus opportune, qu’un monument très-important venait s’ajouter à la collection. L’une des inscriptions de Troesmis, que M. Léon Renier avait fait connaître en 186414, avait été recueillie par M. le vice-amiral baron de La Roncière Le Noury, qui s’est empressé de nous l’offrir, dès qu’il a su combien elle nous était utile pour compléter une des séries archéologiques de la Bibliothèque.

M. le vicomte de Grouchy, secrétaire d’ambassade, que nous avons toujours trouve dévoué aux intérêts de nos divers départements, a déposé, en 1876, au Cabinet des médailles, un fragment d’inscription grecque, un morceau de poterie romaine avec inscription, une médaille de bronze de Charles-Albert, roi de Sardaigne, et un lot de monnaies modernes de divers pays.

M. Pille, membre du Conseil général de l’Aisne, a donné deux deniers d’argent de l’époque carlovingienne. L’un de ces deniers porte le nom de la cité de Reims et l’autre celui de l’église Sainte-Marie, c’est-à-dire de la cathédrale de cette ville.

M. Anatole de Barthélemy a donné un denier de Guillaume II, seigneur de Châteauroux au XIIIe siècle, et une obole de Louis de Poitiers, onzième du nom, comte de Valentinois et de Diois.

Madame Rousseau a légué au Cabinet des médailles un camée exécuté en Italie, au XVIe siècle, sur une belle calcédoine à deux couches, représentant les portraits en buste d’un prince et de sa femme. Les traits de ces personnages offrent une grande ressemblance avec ceux de Camille de Gonzague, comte de Novellara, et de Barbe Borromée, comme on les voit sur des médailles. En payant un tribut de gratitude à la mémoire de madame Rousseau, je me reprocherais de ne pas ajouter que M. Rousseau doit, lui aussi, être compté parmi nos donateurs, attendu que, d’après les termes du testament de sa femme, il avait le droit de conserver sa vie durant ce camée qu’il a libéralement déposé au Cabinet des médailles.

Parmi les livres de numismatique offerts au Département des médailles il convient de mentionner- le bel ouvrage de M. R. W. Cochran-Patrick de Woodside : Records of the coinage of Scotland (Edimbourg. 1876. Deux volumes in-4°).

A la fin de mon précédent rapport, je vous annonçais, Monsieur le Ministre, que, dans les premiers jours de l’année 1876, M. le marquis Turgot s’était dépouillé, au profit de 1’Etat, d’une magnifique collection de monnaies et médailles de l’époque révolutionnaire. Cette collection, dont l’inventaire détaillée été immédiatement dressé, comprend 1215 articles, savoir 403 monnaies françaises et étrangères, essais monétaires et monnaies de confiance ; 768 médailles et 44 jetons et médailles de petit module. Environ un tiers de ces pièces se trouvait déjà dans le médaillier national ; parmi les 800 pièces nouvelles, que nous devons à la générosité de M. le marquis Turgot, figurent des raretés de premier ordre, surtout dans la série des essais et des monnaies de confiance. Le donateur a d’autant plus droit à notre reconnaissance qu’il est bien résolu à accroître encore la collection dont la Bibliothèque lui est redevable.

La liste des bienfaiteurs du Département des médailles, sur laquelle nous nous sommes empressés d’inscrire le nom de M. le marquis Turgot, sur laquelle vous figuriez vous-même, Monsieur le Ministre, à plus d’un titre, avant d’avoir en main la direction de l’instruction publique, est déjà bien longue. Vous savez la place d’honneur qu’y tiennent des amateurs tels que le duc de Luynes et le vicomte de Janzé. Depuis déjà longtemps, le ciseau d’un habile sculpteur nous avait dotés d’une image du duc de Luynes, qu’on eût été étonné de ne pas trouver au milieu des merveilles dont nous a enrichis ce grand homme de bien. Il importait aussi de conserver à nos successeurs les traits du vicomte de Janzé vous avez bien voulu, Monsieur le Ministre, m’autoriser à commander à un graveur, M. Lerat, un portrait de l’amateur éclairé qui nous a laissé une si remarquable collection d’antiquités.

Au nombre de nos bienfaiteurs, nous comptons encore le commandant Oppermann, qui s’est éteint le 11 janvier dernier, dans sa 69e armée. Il mérite ce titre, non seulement par les dons qu’il nous avait faits à plusieurs reprises, mais encore par les conditions auxquelles il nous avait cédé, en 1874, toute sa collection d’antiques. Jusqu’à présent, la valeur n’en a guère été appréciée que par un petit nombre de connaisseurs. Le public va pouvoir en juger, dès que sera terminé l’aménagement d’une nouvelle salle, dont les principales armoires seront consacrées à la collection Oppermann.

Acquisitions.

Si les dons contribuent, dans une forte proportion, aux accroissements du Département des médailles, l’administration s’efforce d’employer de la façon la plus profitable le crédit dont elle dispose avec votre autorisation. Elle ne néglige aucune des occasions que fournissent les hasards des ventes et les rapports entretenus avec les marchands, les amateurs et les voyageurs.

Depuis l’acquisition du cabinet de M. de Saulcy, votée en 1872 par l’Assemblée nationale, notre série gauloise présente peu de lacunes. Cependant, de temps à autre, paraissent des nouveautés qu’il faut disputer aux collections rivales. En 1876, nous avons été assez heureux pour acquérir vingt pièces choisies dans la récente trouvaille de Jersey. Parmi ces vingt pièces, mentionnons seulement celles qui apportent des légendes nouvelles : deux pièces d’argent sur lesquelles on lit ESV et ESVIOS, légendes qui réveillent l’idée du dieu Esus et de Esuvius, l’un des noms de l’empereur gaulois Tétricus ; une pièce d’argent avec les légendes PENNIL et RVPIL ; une quatrième, également d’argent, avec les mots… IANTOC et CASSISVRATOC.

Dans la série de l’Espagne antique nous avons pu faire entrer les monnaies de huit peuples qui n’y étaient pas représentés, au moins par des pièces à légendes celtibériennes : telles étaient deux villes, célèbres par l’héroïsme de leurs habitants : Saguntum et Calagurris.

La série de l’antiquité grecque a reçu aussi de notables accroissements. Trois noms nouveaux dans la numismatique y ont pris place : Tirynthe de l’Argolide, Hippos de la Décapole et Ilistra de la Lycaonie ; nous avions déjà, mais seulement depuis 1875, une pièce de la première de ces villes ; quant aux médailles d’Hippos et d’Ilistra, elles sont probablement encore uniques. Nous avons encore acquis un médaillon de bronze d’Olbiopolis ou Olbia de la Sarmatie européenne, remarquable par un module de grandeur exceptionnelle ; sept monnaies d’or de la série des Cyzicènes à types nouveaux ou rares, entre autres la représentation de la fable des deux aigles envoyés par Jupiter et se rencontrant à Delphes sur l’omphalos ; trois pièces d’Ajax, prince et prêtre d’Olba de Cilicie ; une monnaie de bronze de l’île de Cos, avec la figure et le nom d’Hippocrate au revers ; plusieurs pièces intéressantes de Cirta de la Numidie, de Juba II et de Ptolémée, rois de Mauritanie. Comme grandes raretés, on peut citer une monnaie d’or de la ville grecque de Posidonia (Pæstum) ; une monnaie d’or de Sicyone d’Achaïe ; un tétradrachme au nom des Macédoniens ; un autre tétradrachme, frappé en Cappadoce, sur lequel se lit le nom du roi Ariarathe Philopator, rué des fils du fameux Mithridate, qui avait reçu de son père le royaume de Cappadoce. Il n’existe que cinq ou six exemplaires de la monnaie de ce prince, qui, restée inconnue jusqu’à ces derniers temps, n’a été publiée qu’en 1876.

A la collection des monnaies d’Athènes sont venues s’ajouter plusieurs rares et précieuses petites subdivisions. — Dans la suite des monnaies d’Alexandre le Grand est entrée une pièce des plus remarquables, un décadrachme, inconnu de M. Muller, l’historien de la numismatique du vainqueur de Darius, et dont il n’existe qu’un autre exemplaire.

Parmi les additions faites à la série romaine, mentionnons un denier d’argent de la famille Memmia, restitué par Trajan ; un médaillon de bronze de Marc-Aurèle avec Minerva Salus au revers ; deux deniers d’or, l’un de Caracalla avec Plautilla, l’autre de Philippe l’Arabe avec Otacilia ; un médaillon d’or de Constantin Ier, qui attribue à ce prince le nom de FIAVIVS ; un aureus de Crispus, avec la légende nouvelle VICTORIA CRISPI AVG. ; un médaillon d’argent de Delmatius, et enfin un aureus de Basile Ier avec Constantin IX et Eudocie.

Travaux d’inventaire et de catalogue.

Dans mon dernier rapport, je me félicitais de pouvoir annoncer l’achèvement du catalogue des monnaies gauloises, rédigé par M. Muret, et l’adoption d’une mesure qui semblait en assurer la prompte publication. L’impression n’en a cependant pas pu être commencée en 1876. Espérons quatre difficultés qui ont amené de regrettables retards sont aplanies et que l’érudition française sera bientôt en possession de l’inventaire complet d’une série de monuments qui constitue, presqu’à elle seule, les premières pages de nos annales nationales.

M. Lavoix a terminé la mise en ordre et la description des monnaies orientales. Cette importante collection, à la formation de laquelle vous avez, Monsieur le Ministre, pris une part si active, méritait è tous égards les honneurs d’un catalogue imprimé. La Bibliothèque a accueilli avec reconnaissance l’arrêté que vous avez bien voulu prendre pour en ordonner la publication. L’impression des catalogues, qui est la meilleure récompense du dévouement des conservateurs et des employés, consacre la réputation de rétablissement ; elle garantit l’intégrité et le bon ordre des collections ; elle met à la portée de tous les hommes d’étude les trésors qui ont été amassés au prix de tant de sacrifices et sur lesquels le gouvernement ne saurait veiller avec trop de sollicitude.

L’inventaire général du Département des médailles, prescrit par l’un de vos prédécesseurs, se poursuit avec autant de zèle que de régularité. L’inventaire des monnaies romaines terminé, les efforts de mes collaborateurs se sont principalement portés sur la série des médailles grecques, autonomes et impériales. La partie relative à l’Espagne, à l’Italie, à la Sicile et à la Thrace est terminée ; les chapitres consacrés à la Macédoine et à l’Asie grecque sont entamés.

Pour la numismatique du moyen-âge et des temps modernes, l’année 1876 a vu s’achever l’inventaire de plusieurs séries très-variées, telles que les monnaies des princes croisés et des grands maîtres de Rhodes et de Malte ; celles des royaumes de Grèce, de Serbie, de Moldavie et de Valachie ; celles de l’Espagne, y compris la monarchie wisigothique ; les pièces obsidionales ; les monnaies et médailles de l’Amérique ; la collection révolutionnaire, donnée par M. le marquis Turgot et que j’ai déjà eu l’occasion de mentionner.

DÉPARTEMENT DES ESTAMPES.

Les dons offerts au Département des estampes dans le cours de l’année 1876 ne comprennent pas moins de cent six articles dont plusieurs représentent chacun un ensemble de cinquante, de soixante, et même de cent pièces.

Parmi ces dons il faut citer en première ligne celui qui a été fait au département d’une pièce xylographique du XVe siècle exécutée en France et représentant Dieu le Père, Jésus-Christ et saint Claude, ainsi que les dons de pièces archéologiques, topographiques ou historiques, dus à la libéralité de MM. François Lenormant, le Père Cahier, Edmond Becquerel et Desnoyers, de l’Institut, Ludovic Lalanne et de Rochebrune.

Les œuvres constitués h la Bibliothèque des artistes contemporains, tant français qu’étrangers, se sont augmentés d’un nombre considérable de pièces données par les peintres mêmes ou les graveurs dont ces œuvres portent les noms, par MM. Henriquel et Lehmann, entre antres, et par MM. Bléry, Hédouin, Frédéric Hillemacher, Franck, de Bruxelles, et Weber, de Bâle. Le Département des estampes a également reçu de M. Buisson le troisième volume de la piquante collection intitulée le Musée des Souverains, reproduisant les croquis dessinés d’après nature par le donateur à l’Assemblée nationale, et de M. le comte Lepic la suite complète des planches à l’eau-forte gravées par lui et imprimées dans des états divers, suivant un procédé dont il est l’inventeur. A M. Bigame, de Beaune, nous devons une suite nombreuse de croquis topographiques, sur beaucoup desquels on peut constater l’état de divers monuments avant les restaurations des trente dernières années.

Comme par le passé, le Ministère de l’instruction publique et des beaux-arts, la Société française de gravure et la direction de la Gazette des Beaux-Arts ont fait don au Département des estampes de recueils ou de pièces intéressant l’art ou l’archéologie. C’est ainsi, pour ne citer que deux de ces envois, que la Bibliothèque s’est enrichie de 341 nouveaux dessins à l’aquarelle et à la gouache exécutés par M. Cournault d’après des objets provenant des stations lacustres ou des lieux de sépulture voisins de ces stations, et conservés dans les musées ou les collections particulières de la Suisse, et qu’elle est entrée en possession de plus de soixante estampages pris, conformément à la mission qu’il avait reçue du Ministère, par M. Fichot, sur des pierres tumulaires conservées dans les églises de l’ancienne province de l’Ile-de-France. Ces estampages, montés avec le soin qu’ils méritent, sont exposés dans la salle qui précède le galerie Mazarine15.

Quant aux pièces gravées ou lithographiées acquises en 1876, en dehors de celles que le Département des estampes a reçues à titre de dons ou qui lui ont été fournies par le dépôt légal, elles dépassent le chiffre de 2,400 et ont été inscrites sous 88 numéros. Les unes sont venues très-utilement combler des lacunes dans des œuvres d’une importance exceptionnelle, comme les œuvres d’Edelinck, de Nanteuil, de Masson, de Karel Dujardin, etc., ou dans des séries rares et précieuses, telles que les anciens modèles de dentelles ; les autres ont permis de constituer soit le commencement d’œuvres nouveaux, soit des recueils sur quelque matière spéciale. Enfin, les revenus provenant de la fondation de M. le duc d’Otrante, revenus qui avaient été attribués pour l’année 1876 au Département des estampes, ont été employés à l’acquisition d’une épreuve, avant le monogramme du graveur et avant différents travaux, de la célèbre planche de Marc-Antoine, le Massacre des Innocents. C’est là pour notre grande collection nationale un événement d’autant plus heureux que les épreuves de cet état ne se rencontrent presque jamais, et que depuis l’époque où deux d’entre elles avaient été acquises, l’une par le Musée britannique, l’autre par M. Dutuit, l’occasion ne s’était pas présentée pour le Département des estampes d’ajouter ce précieux monument du talent de Marc-Antoine à l’œuvre, d’ailleurs admirable, du maître que la Bibliothèque possède et dont la riche collection de l’abbé de Marolles avait, au XVIIe siècle, fourni les premiers éléments.

Aux anciens catalogues du Département des estampes et venu s’ajouter un inventaire alphabétique des pièces de la Réserve. Dire qu’il est l’œuvre de M. le vicomte Delaborde, conservateur du Département, c’est assez indiquer avec quelle rigoureuse exactitude il a été dressé. De son côté, M. Duplessis, promu aux fonctions de conservateur sous-directeur adjoint, vacantes par la mort de M. Dauban16, a entrepris un catalogue de la collection d’estampes historiques léguée par M. Hennin à la Bibliothèque nationale. Vous avez bien voulu, Monsieur le Ministre, assurer la publication de ce catalogue, doublement précieux, puisqu’il fera connaître à la fois l’importance de la donation de M. Hennin et les ressources que fournissent aux historiens, comme aux artistes, les recueils de cet infatigable iconophile.

Le système de classement adopté au Département des estampes dispense le plus souvent de recourir aux inventaires et aux répertoires. Nous n’en reconnaissons pas moins combien il serait utile d’avoir des états détaillés de la plupart des séries. Entre autres services, ils nous donneraient le moyen de vérifier rigoureusement les fraudes dont nous pouvons être victimes. En effet, la plus active surveillance ne réussit pas toujours à prévenir le mal. Nous en avons fait l’expérience l’an dernier, en constatant que plusieurs feuillets avaient été coupés avec beaucoup de dextérité dans les volumes consacrés à différents maîtres du XVIIIe siècle. Heureusement les formalités dont nous entourons toutes nos communications, et dont les lecteurs auraient grand tort de s’offenser, ces formalités, dis-je, nous mirent à même, en quelques instants, de dénoncer le voleur et d’indiquer les pièces qu’il avait soustraites. La démonstration était telle que le coupable dut faire des aveux complets : il a été condamné par le tribunal de la Seine à deux ans d’emprisonnement17. Les estampes qu’il avait dérobées et sur lesquelles il avait adroitement gratté les estampilles ont toutes été retrouvées et remises en place.

COURS D’ARCHÉOLOGIE.

Le programme choisi par le professeur, M. François Lenormant, pour son cours de l’année 1875-1876, a été une étude des monnaies antiques au point de vue de l’art, de l’histoire et de l’économie politique.

Telle est, en résumé, la modeste page que l’année 1876 est venue ajouter aux annales de la Bibliothèque nationale.

Daignez agréer, je vous prie, Monsieur le Ministre, l’hommage de mon profond respect.

L’Administrateur général, Directeur de la Bibliothèque nationale,

Léopold DELISLE.

——————

APPENDICE.

I. Rapport adressé à M. le Ministre le 29 mai 1876 sur les catalogues des imprimés de la Bibliothèque nationale.

Paris, le 29 mai 1876.

Monsieur le Ministre,

Par un arrêté du 16 octobre dernier, votre prédécesseur avait institué une Commission18, chargée d’examiner l’état des travaux de catalogue et d’inventaire exécutés ou entrepris au Département des imprimés de la Bibliothèque nationale, et de rechercher, de concert avec l’administrateur général et le Comité consultatif de cet établissement, le moyen d’obtenir, dans un bref délai, un catalogue ou inventaire général. Aujourd’hui, Monsieur le Ministre, je viens vous rendre compte des délibérations de cette Commission, et soumettre à votre approbation les mesures qu’elle a cru devoir recommander et dont les principales ont déjà subi une expérience de plusieurs mois.

Les questions générales que soulève le bon aménagement d’une bibliothèque sont depuis longtemps résolues en principe, et les bibliothécaires sont d’accord sur les opérations fondamentales auxquelles doivent être soumis les ouvrages dont la garde leur est confiée. Tout livre doit être enregistré au moment même où il entre dans rétablissement ; il doit immédiatement recevoir une cote indicative de la place qu’il occupera, sur les rayons, cote immuable et indélébile, ou du moins qui ne disparaîtra jamais sans qu’un tableau de concordance ne fasse connaître la nouvelle cote qui aurait été substituée à la première ; le titre du livre doit être relevé sur des catalogues ou répertoires, dont le plan peut varier à l’infini, mais qui se rattacheront toujours à deux types bien distincts : type méthodique, c’est-à-dire catalogue dans lequel les ouvrages sont rangés systématiquement suivant l’ordre des matières, et type alphabétique, c’est-à-dire répertoire dans lequel les ouvrages sont portés suivant l’ordre alphabétique des noms d’auteurs ou des noms de matières.

Ces principes admis, supposons une bibliothèque dont tous les livres, portant des cotes régulières et peu compliquées, sont rangés sur les rayons d’après l’ordre même des cotes ; un inventaire indiquera la succession des cotes, le titre de l’ouvrage qui répond à chacune d’elles, et la condition matérielle de l’exemplaire ; un catalogue méthodique, dont les cadres auront été empruntés aux bibliographies générales ou particulières les plus accréditées, présentera, groupés sous une même rubrique, les titres des ouvrages relatifs à une même matière ; un répertoire alphabétique donnera le relevé, non-seulement des noms d’auteurs et pour les ouvrages anonymes des premiers mots des titres, mais encore des mots caractéristiques (noms de lieux, noms de personnes et noms de matières) à l’aide desquels un livre peut être recherché et retrouvé ; enfin, des répertoires ou catalogues spéciaux, comportant parfois des développements scientifiques plus ou moins étendus, fourniront la description de certaines catégories de livres, plus particulièrement dignes d’attention, par exemple les incunables, les impressions sur vélin ou sur papier exceptionnel, les premiers produits typographiques de chaque ville, la série des travaux des grands imprimeurs, les collections formées par des savants ou des amateurs sur un sujet déterminé, les exemplaires annotés, les volumes remarquables par la reliure dont ils sont revêtus, par le nom des anciens possesseurs ou par la célébrité des bibliothèques dont ils ont fait partie. Dans l’inventaire, dans le catalogue méthodique, dans le répertoire alphabétique général et dans les répertoires ou catalogues spéciaux dont il vient d’être question, chaque article sera suivi ou précédé de la cote assignée à chaque volume, sans préjudice de numéros d’ordre, qui pourront faciliter des renvois et servir à la rédaction de tables particulières.

La bibliothèque, munie de pareils instruments de recherches, sera administrée sans le moindre embarras et rendra tous les services qu’on peut lui demander. Aucun volume n’en saurait disparaître sans que la lacune ne fût révélée par l’absence d’une cote et sans que l’inventaire n’indiquât le titre et l’état du volume disparu. Au moyen du catalogue méthodique, on connaît toutes les ressources que la collection fournit pour un genre d’étude déterminé. Le répertoire alphabétique général permet, non-seulement de s’assurer si la bibliothèque renferme tel ou tel ouvrage dont le titre est connu d’une façon rigoureuse ou même approximative, mais encore de savoir exactement la place à laquelle il est rangé dans l’établissement. Enfin, les répertoires ou catalogues spéciaux abrègent les recherches de certaines classes de savants, de bibliographes et de curieux.

L’ordre est ainsi facile à établir et à maintenir dans une bibliothèque, pourvu que les nouveaux arrivants puissent : l° recevoir leur cote sans retards et sans tâtonnements ; 2° prendre immédiatement sur les rayons la place définitive qu’ils doivent occuper ; 3° figurer sur l’inventaire, sur le catalogue méthodique, sur le répertoire alphabétique général et sur les catalogues ou répertoires spéciaux.

La théorie dont les points principaux viennent d’être rappelés n’a rien de nouveau. Ce n’est pas faute d’en avoir reconnu les mérites que les bibliothécaires de la Bibliothèque nationale n’ont point encore réussi à sortir des embarras que nous a légués un arriéré de près d’un siècle. Si le succès n’a point répondu à leurs efforts, c’est qu’ils n’avaient pas suffisamment calculé l’immensité de la tâche ; c’est surtout qu’ils s’étaient mépris sur l’étendue des ressources nécessaires pour mener à bonne fin des opérations multiples et délicates, alors qu’elles portent sur une masse de deux millions de volumes, accrue chaque jour par des suppléments considérables, alors surtout que, pour ne pas interrompre et entraver le service public, il faut, pendant la durée du travail, ne pas modifier d’anciens classements et respecter une foule d’expédients imaginés pour suppléer à l’absence de cotes, d’inventaires, de catalogues et de répertoires, dans des séries volumineuses et fort importantes.

Ce n’est donc pas faute d’avoir bien fixé le but qu’il faut atteindre, ni d’avoir tracé le plan à suivre, ni d’avoir travaillé avec énergie et persistance, que l’administration de la Bibliothèque nationale, après quarante années d’efforts, ne possède encore que les catalogues ou les éléments de catalogues méthodiques et alphabétiques, indiqués dans une note qui a été mise sous les yeux de la Commission et dont le texte a été annexé au présent rapport. Le mal, dont il ne faut pas se dissimuler la gravité, est venu de l’insuffisance des ressources et surtout de l’ambition d’accomplir une œuvre parfaite et irréprochable. Le rapporteur de la Commission de 1857, M. Mérimée, l’avait déjà constaté : « Pour vouloir, disait-il, trop bien faire tout d’abord, on allonge prodigieusement le travail, et, sous prétexte de donner au monde savant un catalogue-modèle, on n’a pas encore un inventaire pour le service des employés et des lecteurs, pour la garantie d’une propriété de l’État. » Ce qui était parfaitement exact en 1857, ne l’est guère moins en 1876. L’expérience des vingt dernières années a donné raison à M. Mérimée et a surabondamment démontré qu’on est engagé dans une voie sans issue. Tel a été, Monsieur le Ministre, l’avis unanime de la Commission, qui, après avoir examiné l’état de la question, a été frappée non-seulement de l’immensité des lacunes qui restent à combler, mais encore de la disproportion qui existe entre la somme de travail accompli et l’avantage que le public en pourra tirer d’ici longtemps. Les causes du mal sont fort complexes ; il a donc paru convenable d’y apporter des remèdes de plus d’un genre. D’autre part, les séries bibliographiques du département des imprimés n’étant pas toutes dans une situation analogue, des règles uniformes et inflexibles ne sauraient, sans danger, leur être indistinctement appliquées. La Commission a donc proposé des mesures différentes pour les séries qui ont été précédemment l’objet de travaux, plus ou moins avancés, de classement, d’inventaire ou de catalogue.

La série de l’Histoire de France, par son importance et encore plus par les soins qui lui ont été consacrés, méritait une attention particulière. Cette série, pour la constitution de laquelle rien n’a été épargné, comprend plus de 440,000 volumes ou pièces, classés méthodiquement et dont il existe un catalogue systématique et un répertoire alphabétique, l’un et l’autre tenus constamment à jour. On continuera d’insérer dans ce catalogue et dans ce répertoire les articles nouveaux qui viennent, chaque jour, s’ajouter à l’ancien fonds, et dont la place est marquée d’avance à la fin de chacune des nombreuses divisions du cadre adopté. Aucune difficulté sérieuse ne se présente de ce côté.

Ce qui cause quelque embarras, c’est la façon dont se terminera la publication du Catalogue de l’Histoire de France. Entreprise il y a plus de vingt ans, l’impression du Catalogue, qui ne remplit pas moins de neuf gros volumes et demi, et qu’on a, non sans raison, placé à côté de la Bibliothèque historique du P. Lelong et de Fevret de Fontette, fut, à proprement parler, terminée en 1870. Mais, pendant les quinze années qu’avait duré l’impression, des milliers d’articles étaient venus compléter la plupart des chapitres et fournir la matière de suppléments, dont parfois l’étendue dépassait celle du fonds primitif. Ces accroissements étaient dus, tantôt à un examen plus approfondi de séries imparfaitement explorées, dans lesquelles on avait reconnu, après coup, la présence de pièces susceptibles d’être rattachées à l’Histoire de France, tantôt à l’acquisition de collections spéciales, telles que celle de Labédoyère, au moyen de laquelle on a pu doubler certains paragraphes de l’histoire de la Révolution. Les événements de chaque jour amènent aussi la publication de documents de plus en plus nombreux, et la réunion de ce que les presses françaises et étrangères ont produit sur l’histoire nationale des dernières années suffirait pour former une volumineuse bibliothèque.

En 1870, quand on terminait l’impression du catalogue méthodique de toutes les pièces de l’Histoire de France, dont l’existence avait été constatée sur nos rayons, le jour où la copie de chaque sous-division avait été livrée aux compositeurs, il eût été sage de s’arrêter et d’aborder la rédaction et l’impression des tables alphabétiques. Le désir d’épuiser la matière et de donner au monde savant « le recueil bibliographique le plus riche et le plus utile qui eût jamais été composé », fit, adopter un autre parti. On se décida à publier un supplément, dont les dimensions ne pouvaient pas être déterminées, même d’une façon approximative : on voulait, en effet, y faire entrer non-seulement les additions constatées le jour où commençait l’impression du supplément, mais aussi celles qui devaient survenir pendant l’impression et auxquelles la gravité des événements de 1870 à 1876 a donné une prodigieuse extension. Il en est résulté que 1856 colonnes n’ont pas suffi, à beaucoup près, pour enregistrer les articles additionnels dont se sont grossis les trois premiers chapitres du Catalogue. En suivant ce plan, trois volumes et demi, au moins, seraient occupés par un supplément, qui, par la force même des choses, serait toujours incomplet, puisque, le lendemain même du jour où la composition d’une partie du supplément est arrêtée, la Bibliothèque reçoit des livres ou des brochures se rattachant à la même subdivision bibliographique ou à celles qui la précèdent. La Commission a donc, sans aucune hésitation, décidé qu’il n’y aurait pas lieu de pousser l’impression des suppléments au-delà du volume qui est actuellement sous presse et dont les 63 premières feuilles sont aujourd’hui tirées. Ainsi, le Catalogue imprimé de l’Histoire de France consistera en onze volumes, comprenant les quinze chapitres entre lesquels ont été réparties les matières de l’Histoire de France, et un supplément pour les trois ou quatre premiers chapitres.

A ces onze volumes, succéderont les tables alphabétiques qui sont indispensables pour mettre pleinement en valeur la riche collection de matériaux entassés dans le Catalogue. Ces tables rempliront deux volumes. Encore, pour ne pas dépasser ces limites, faudra-t-il se restreindre aux indications strictement indispensables. Les tables alphabétiques seront au nombre de deux : la première, et la plus considérable, contiendra les noms d’auteurs avec le titre très-abrégé des différents ouvrages de chaque auteur ; la deuxième sera réservée aux ouvrages anonymes qui seront rangés suivant l’ordre alphabétique des premiers mots des titres, ce qui ne dispensera pas d’insérer à leur place, dans la première table, les noms des auteurs d’ouvrages anonymes, lorsque ces noms auront pu être déterminés. Quant aux ouvrages et aux documents dépourvus de titre et de nom d’auteur, on pourra, toutes les fois qu’il s’agira d’une société, d’un corps ou d’une collectivité d’individus dont le lieu de réunion est indiqué, les porter dans la première table au nom géographique ou autre qui paraîtra le plus caractéristique. En dehors de ces deux tables, quelques pages seront consacrées au relevé de tous les mots significatifs contenus dans la rubrique de chacune des divisions et des subdivisions du Catalogue.

La Commission a mûrement examiné la manière dont les renvois de la table seraient indiqués. Deux systèmes étaient en présence : renvoi à la cote de classement, ou renvoi au tome, à la page et à la colonne du Catalogue où se trouve relevé le titre de l’ouvrage ou de la pièce. Dans le premier cas, la table alphabétique donne directement le moyen de trouver sur les rayons l’ouvrage ou la pièce ; dans le second, le lecteur, auquel la table alphabétique a fourni la mention qui l’intéresse, est obligé de recourir à l’article correspondant du catalogue systématique, pour obtenir la cote au moyen de laquelle le volume ou la pièce pourra être recherché sur les rayons. Le premier procédé est de beaucoup le plus expéditif ; la Commission n’a pas cru cependant qu’il dût être préféré. Les cotes adoptées par le rédacteur du Catalogue sont, en effet, trop compliquées pour pouvoir être reproduites par les typographes, sans un travail excessif et sans un grand risque d’erreurs nombreuses et irréparables. Dans les tables du Catalogue, les chiffres qui termineront chaque article renverront donc, non pas aux cotes de classement, mais aux pages du Catalogue. Ce système est d’ailleurs justifié par les meilleurs exemples : il a été adopté pour la rédaction de la table alphabétique que la direction générale des Archives nationales vient d’ajouter à l’inventaire sommaire des fonds de cet établissement.

L’achèvement du Catalogue des sciences médicales soulevait à peu près les mêmes questions que le Catalogue de l’Histoire de France. Les deux premiers volumes en ont été imprimés en 1857 et en 1873. Il resterait à publier les trois chapitres relatifs aux eaux minérales, à la médecine légale et à l’art vétérinaire, un appendice réservé aux thèses, des suppléments et les tables alphabétiques. La Commission estime qu’il y a lieu de limiter à trois volumes la publication du Catalogue des sciences médicales. Le troisième et dernier volume se composera uniquement des chapitres concernant les eaux minérales, la médecine légale et l’art vétérinaire, et des tables alphabétiques. Les suppléments resteront manuscrits et seront tenus à jour d’après les règles observées depuis le commencement de l’impression. Quant aux thèses, la table alphabétique par noms d’auteurs pourra en être copiée sur registre, puis transformée en une table alphabétique par noms de matières. Pour faciliter ces opérations, tous les recueils factices de thèses, anciens et modernes, seront conservés, et les thèses que la Bibliothèque possède à l’état isolé seront constituées en recueils.

L’Histoire de France (L) et les Sciences médical (T) sont les deux seules séries dont le Catalogue ait été préparé et à peu près achevé en vue de la publication. Mais plusieurs petites séries historiques relatives à l’Angleterre (N), à l’Espagne et au Portugal (O), à l’Asie (0²), à l’Afrique (03), à l’Amérique (P) et à l’Océanie (P²) ont été l’objet de classements et de catalogues du même genre. Depuis longtemps le travail est complet pour ce qui concerne l’Histoire de la Grande-Bretagne ; l’autographie du Catalogue de cette série, entreprise en décembre 1874, se poursuit aussi activement que le permettent les ressources dont nous disposons. Pour les autres séries, il reste à ranger les volumes ou les pièces suivant l’ordre adopté pour le classement méthodique, puis à en autographier les catalogues, si l’essai tenté sur le Catalogue de l’Histoire d’Angleterre donne des résultats aussi satisfaisants que nous sommes en droit de l’espérer. Toutes les séries dont il est ici question ont été subdivisées en paragraphes plus ou moins nombreux, à la fin desquels les nouvelles acquisitions ont leur place marquée d’avance.

Ainsi les volumes ou les pièces des séries L, N-P² et T sont dans un état relativement satisfaisant à peu d’exceptions près, tous sont cotés ou à la veille d’être cotés ; tous sont mentionnés sur des catalogues méthodiques, aussi bien que sur des répertoires alphabétiques. Les autres séries sont beaucoup en retard ; et c’est sur elles que l’attention de la Commission a dû se porter plus particuièrement.

Les six premières séries du département des imprimés, distinguées par les lettres A, B, C, D, D² et E, sont consacrées à la théologie et au droit canon. Chacune de ces six séries, sans parler des coupures exigées par la différence des formats, se partage en trois fonds : le fonds porté aux anciens catalogues, pour lequel le classement repose sur l’ordre méthodique ; le fonds non porté, dans lequel le classement est alphabétique ; enfin les suppléments, dans lesquels prennent place, uniquement d’après l’ordre d’arrivée, les livres acquis ou retrouvés après coup. Les volumes et les pièces des séries A-E ont été numérotés et inventoriés suivant la place qu’ils occupent, comme il vient d’être dit, sur les rayons de la Bibliothèque ; il en existe donc un inventaire proprement dit, mais ni catalogue systématique, ni répertoire alphabétique. L’inventaire des séries A-E devra être au plus tôt transformé en un répertoire alphabétique, sans lequel les recherches seraient toujours très-longues et parfois tout à fait impossibles.

Le mal est encore bien autrement grave dans les séries dont il n’a pas encore été question. En effet, beaucoup des volumes ou des pièces qui les composent ne sont encore inscrits sur aucun inventaire, sur aucun Catalogue, sur aucun répertoire ; ils ne portent point de cote, et sont à peine marqués de la lettre caractéristique de la série à laquelle ils ont été rattachés, et dans laquelle ils sont rangés suivant l’ordre alphabétique des noms des auteurs ou des premiers mots du titre.

Entreprendre sur ces séries un travail analogue à celui auquel ont été soumises les séries L, N-P² et T, serait poursuivre un résultat fort incertain, dont la génération actuelle ne serait pas appelée à recueillir le bénéfice. Se borner, comme on l’a fait pour les séries A-E, à un simple inventaire, dans lequel les volumes et les pièces sont enregistrés dans l’ordre suivant lequel ils se présentent sur les rayons, ce serait immobiliser l’état actuel et consacrer en quelque sorte un désordre réel, sans augmenter d’une façon bien notable les moyens que nous avons de nous assurer si un ouvrage est à la Bibliothèque.

La Commission a pensé que ni l’un ni l’autre de ces partis n’était acceptable. S’inspirant des considérations développées par le rapporteur de la Commission de 1857, elle a condamné de nouveau le système des intercalations et a adopté l’opinion des bibliographes qui pensent que l’ordre dans lequel les livres sont placés sur les rayons est tout à fait indépendant de l’ordre à suivre dans la rédaction des catalogues. Avec ce système, la place du livre est immuable et déterminée par une cote définitive, ce qui n’empêche pas de dresser des catalogues méthodiques et de réaliser sur le papier les classements les plus complets et les plus perfectionnés. Pour appliquer ce système, les nouvelles acquisitions ne peuvent point s’intercaler dans les fonds antérieurement constitués ; elles ne sauraient s’y ajouter que par voie de juxtaposition. Il a donc été décidé qu’a partir du 1er janvier 1876, les anciennes séries seraient considérées comme closes, que les volumes dont elles se composent, ceux des fonds portés comme ceux des fonds non portés, recevraient des cotes déterminées par la place qu’ils occupent sur les rayons, qu’un inventaire alphabétique en serait immédiatement dressé, sans aucun souci de l’ordre méthodique, et qu’à côté des anciennes séries s’ouvrirait une série nouvelle destinée à enregistrer les futures acquisitions, avec des numéros indépendants des numéros de l’ancienne série correspondante.

Les avantages de ce procédé sont faciles à saisir : chaque volume est muni d’une cote qui permet de le trouver et de le replacer sur les rayons sans le moindre tâtonnement ; on s’épargne les retards et les incertitudes auxquels un bibliothécaire est condamné quand il doit chercher la véritable place d’un livre dans des cadres à l’établissement desquels l’arbitraire et la subtilité ne sauraient rester étrangers ; toutes les cartes rédigées au bureau du Catalogue peuvent être considérées comme définitives ; il n’est plus nécessaire de les reprendre après coup pour y ajouter les numéros d’un classement méthodique, dont on ne peut s’occuper qu’après avoir dépensé des années de travail pour rechercher et coordonner les éléments d’une série complète ; du jour même où elles sont rédigées, les cartes rendent tous les services qu’on peut leur demander, puisqu’elles indiquent non-seulement l’existence du livre à la Bibliothèque, mais encore la place rigoureuse et immuable qui lui est assignée sur les rayons.

Mais il ne suffit pas d’établir et de maintenir l’ordre dans nos collections. Il faut, avant tout, se préoccuper des moyens qui doivent assurer la promptitude des recherches et des communications. Avec les mesures qui viennent d’être proposées, il faut donc concilier d’anciennes habitudes, sur lesquelles a jusqu’à présent reposé en grande partie le service du Département des imprimés, habitudes qui n’ont pu être contractées sans de véritables efforts de mémoire et de réflexion et qu’on ne saurait troubler impunément. Depuis bien des années, la plupart des ouvrages demandés au Département des imprimés sont recherchés et communiqués sans que personne ait recours aux catalogues ou aux répertoires. Guidés par une longue expérience, les conservateurs et les bibliothécaires devinent à quelle série appartient le livre qui leur est demandé par un lecteur ; ils en transmettent le bulletin à l’employé ou à l’auxiliaire chargé du service de la série ; et très-souvent, il faut bien le reconnaître, celui-ci trouve sans beaucoup de tâtonnements le livre demandé et qu’il a dû rechercher tantôt d’après l’ordre méthodique dans le fonds porté, tantôt d’après l’ordre alphabétique dans le fonds non porté. C’est seulement quand les conservateurs et les bibliothécaires ont des doutes sur la série à laquelle un livre a été rattaché, ou bien encore quand les recherches poursuivies en face des rayons sont restées infructueuses, qu’on se décide à consulter des catalogues et des répertoires, trop incomplets et trop peu usuels pour qu’ils puissent servir de point de départ à la recherche de la plupart des livres dont la communication nous est demandée chaque jour.

Les réformes que la Commission a adoptées ne modifieront pas d’ici longtemps les habitudes dont l’origine et l’utilité viennent d’être expliquées. A l’avenir, comme par le passé, les employés et les auxiliaires, chargés de trouver les livres, s’aideront de leur mémoire et de leur expérience pour les rechercher dans le fonds porté et dans le fonds non porté, puisque, dans l’un et dans l’autre de ces fonds, rien ne modifiera l’ordre suivant lequel les volumes et les pièces sont depuis plus ou moins longtemps rangés sur les rayons. La seule modification portera sur les articles entrés à la Bibliothèque à partir de l’année 1876. Ils ne seront plus, comme c’était l’usage, intercalés alphabétiquement dans le fonds non porté, mais ils formeront une série distincte, où ils prendront place suivant les hasards de l’ordre d’arrivée, de sorte que, pour les y trouver, on ne pourra s’aider ni d’un classement méthodique, ni d’un classement alphabétique. Aussi, pour faciliter le travail des employés chargés du service dans les dépôts, sera-t-il indispensable de leur fournir les éléments de répertoires alphabétiques constamment tenus à jour. Ces répertoires, absolument indépendants des grands instruments de recherches qui ne sauraient être éloignés du bureau central, seront tout à fait spéciaux, c’est-à-dire que chacun d’eux sera exclusivement consacré à une série particulière ; il n’est donc pas à craindre qu’ils prennent des développements qui en rendent l’usage difficile et compliqué.

L’une des causes qui ont contribué à retarder la confection des catalogues et à surcharger sans aucun profit plusieurs de nos séries, c’est l’obligation qu’on s’est imposée depuis trop longtemps de traiter comme de véritables livres de bibliothèques une foule de productions que nous apporte le dépôt légal et dont l’incorporation dans nos fonds n’importe ni à la littérature ni à l’administration. De ce côté, nous sommes menacés d’un danger, qu’on a signalé depuis longtemps et dont chaque année voit augmenter la gravité. Si un remède n’y était promptement apporté, les bâtiments de la Bibliothèque deviendraient bientôt insuffisants, et les richesses de nos anciennes collections seraient noyées dans un fatras d’impressions dénuées de toute valeur. Par malheur, cette question est trop intimement liée à la législation même du dépôt légal pour que votre administration, Monsieur le Ministre, ait le moyen de la résoudre. Il faut attendre le jour où le législateur ne verra pas seulement, comme aujourd’hui, dans le dépôt légal, un instrument de police administrative et une garantie des droits des auteurs et des éditeurs, mais encore un moyen d’assurer la conservation des œuvres de l’intelligence et d’ne faciliter la communication aux personnes qui ont le plus d’intérêt à des étudier. Mais en attendant des réformes plus profondes, qu’elle appelle de tous ses vœux et qu’elle recommande avec confiance à votre sollicitude, Monsieur le Ministre, la Commission a pensé qu’un notable progrès serait déjà réalisé si, parmi les impressions qui arrivent par la voie du dépôt légal, on laissait de côté, sans les estampiller, sans les incorporer dans les collections de la Bibliothèque nationale et sans les porter sur les inventaires ou répertoires :
les impressions de livres de liturgie ou de piété ;
les réimpressions de livres classiques ;
les réimpressions de romans ;
les réimpressions de livres pour l’éducation ou l’amusement de l’enfance et de la jeunesse ;
les réimpressions de livres destinés au colportage,
à l’exception toutefois des réimpressions qui, par l’exécution matérielle ou pour tout autre circonstance, paraîtraient pouvoir offrir un intérêt historique, littéraire, artistique ou bibliographique. Cette recommandation a été mise en pratique à partir du mois de janvier dernier, et les articles ainsi éliminés seront désormais rangés dans un comble suivant l’ordre de leur inscription sur les feuilles des registres d’entrée. Un signe (*) est ajouté dans une colonne spéciale, en regard de chacun des articles éliminés. De cette façon, les registres d’entrée servent d’inventaire pour les imprimés venus par le dépôt légal, qui n’ont pas été trouvés de nature à entrée dans les collections de la Bibliothèque nationale.

Ces registres d’entrée, dont je suis amené à parler, ne forment pas une série unique. Depuis longtemps, à chaque mode d’acquisition correspond un registre spécial : celui du dépôt légal, celui des dons et celui des acquisitions proprement dites. Un membre de la Commission a proposé de les ramener à l’unité, pour mettre ce service plus en harmonie avec les règles de la comptabilité publique ; mais cette modification, qui en théorie peut sembler plausible, entraînerait dans la pratique plus d’un inconvénient. Pour obtenir une simplification, moins réelle qu’apparente, on s’exposerait à désorganiser un service qui fonctionne très-régulièrement : on élargirait démesurément le champ dans lequel beaucoup de recherches et de vérifications sont aujourd’hui concentrées ; il faudrait faire concourir à la tenue d’un même registre au moins deux employés, qui, dans bien des circonstances, pourraient mutuellement se gêner et se retarder ; enfin, et cette considération a paru décisive, on se priverait des immenses avantages que nous avons, pour nos rapports avec le bureau de la librairie, à calquer notre registre des entrées du dépôt légal sur les registres et les bordereaux du ministère de l’intérieur et des préfectures.

Une autre question s’est posée à l’occasion des registres d’entrée : ne pourraient-ils pas tenir lieu d’un inventaire général et se confondre avec les travaux du Catalogue? Entre le bureau des entrées et le bureau du Catalogue il y a beaucoup de points de contact, et nous tendons à établir entre ces deux services une harmonie telle qu’aucune force n’y soit dépensée inutilement. Dès maintenant, un bureau des entrées élabore des matériaux que le bureau du Catalogue met en œuvre sans avoir à les retoucher : telles sont les listes des livres étrangers, que nous faisons autographier chaque mois, au fur et à mesure qu’ils arrivent à la Bibliothèque. Il est permis d’espérer que ce concours deviendra de plus en plus actif et fructueux. Il est douteux cependant que les registres d’entrée puissent jamais devenir l’inventaire proprement dit du département des imprimés. En effet, pour obtenir ces résultats, il faudrait que les livres, sans aucune distinction de séries bibliographiques, vinssent se placer sur les rayons dans l’ordre où ils figurent sur les registres d’entrée, c’est-à-dire purement el simplement d’après les hasards de l’arrivée, ce qui est absolument contraire non-seulement à nos usages, mais aux principes même d’après lesquels est organisé le service des dépôts et des communications. N’oublions pas d’ailleurs que nos registres d’entrée doivent mentionner, d’une part, beaucoup d’articles inutiles qui seront, éliminés, comme il a été dit plus haut, et, d’autre part, beaucoup de fragments qui, enregistrés isolément au moment de l’arrivée, doivent être rapprochés le jour où, formant un tout complet, ils sont incorporés dans les collections, de sorte qu’un seul et même volume répond souvent à plusieurs articles des registres d’entrée. Dans ces conditions, il serait à peu près impossible que les registres d’entrée servissent d’inventaires, puisque les véritables inventaires sont des instruments à l’aide desquels on peut vérifier l’état des collections par voie de récolement, s’assurer si tous les volumes sont présents, et, en cas d’absence, connaître le titre exact et la condition matérielle des volumes perdus, égarés ou déplacés. Mais si les registres d’entrée ne peuvent pas suppléer aux inventaires proprement dits, ils peuvent servir à les constituer et à combler une lacune déplorable qu’il importe de faire disparaître au plus tôt. Pour beaucoup de séries, le département des imprimés ne possède point d’inventaires ; des distractions plus ou moins considérables ont pu et pourraient s’y commettre, même parmi les livres de la Réserve, sans qu’il y ait moyen d’en constater la nature et l’étendue. En donnant à tous les volumes des anciens fonds des cotes dont beaucoup sont aujourd’hui dépourvus, nous arriverons à couvrir la responsabilité des fonctionnaires de la Bibliothèque ; quant aux nouveaux fonds, l’inventaire en sera d’autant plus facile à établir qu’il suffira de relever la série des cotes, en mettant en regard le numéro assigné au volume ou à la pièce sur les registres d’entrée.

J’ai eu l’honneur, Monsieur le Ministre, de vous exposer les idées générales qui ont prévalu dans la Commission sur le plan que nous devons suivre pour arriver économiquement et promptement, non pas à un catalogue vraiment digne de ce nom, mais à un inventaire qui nous donne le moyen de savoir exactement ce que nous possédons et de trouver sans hésitation tous les ouvrages conservés dans nos collections. Pour plus de clarté, il me reste à énoncer les règles auxquelles nous avons à nous conformer pour faire passer ces idées dans la pratique.

Dans les séries cataloguées (L, N-P² et T), les additions continueront à se faire à la fin de chaque chapitre. — L’impression de suppléments de l’Histoire de France s’arrêtera à la fin du tome XI, après lequel seront publiés deux volumes de tables alphabétiques. — Le Catalogue des Sciences médicales, y compris la table, se terminera avec le tome III.

Le Catalogue de la Poésie, eu égard au degré d’avancement auquel il est arrivé, pourra être continué d’après le plan antérieurement adopté, sans que la question de l’impression soit préjugée.

Aucune innovation n’est proposée pour les séries précédemment inventoriées (A-E) ; seulement les cartes qui ont servi à établir l’inventaire de ces séries devront être recopiées en abrégé pour fournir les éléments d’un répertoire alphabétique.

Tous les volumes, portés ou non portés, des séries non encore cataloguées ou inventoriées seront numérotés d’après la place qu’ils occupent sur les rayons. Désormais, aucune intercalation ne sera faite dans ces séries, à moins qu’il ne s’agisse d’articles formant la suite d’ouvrages insérés dans le fonds porté. En vue d’un inventaire ou répertoire alphabétique, les titres en seront relevés sur cartes, avec renvoi aux numéros que les volumes auront reçus. Quand on aura épuisé une série, les cartes en seront recopiées sur registres, pour fournir en peu de temps, et sous une forme facile à consulter, le répertoire alphabétique des livres contenus dans cette série.

Tous les volumes de nouvelle acquisition qui, par leur sujet, appartiennent aux séries mentionnées dans le paragraphe précédent, seront rattachés à ces séries ; ils y formeront, à la suite de l’ancien fonds, un fonds nouveau, dont le numérotage sera indépendant du numérotage de l’ancien fonds. L’inventaire de ces nouveaux fonds sera dressé sur registre, au fur et à mesure de l’arrivée des volumes ; mais il se réduira à la cote suivie du numéro d’entrée. Les cartes en seront levées pour tenir constamment à jour les répertoires alphabétiques. Un double de ces cartes sera remis aux employés chargés du service, pour que chacun d’eux ait sous la main le répertoire alphabétique du nouveau fonds de la série qui lui est confiée. — Les pièces, c’est-à-dire les publications composées de 48 pages au plus, ne seront pas mêlées aux volumes et recevront un numérotage à part. — Pour certaines catégories de documents, telles que rapports de sociétés de secours mutuels, de compagnies industrielles ou autres, etc., on se dispensera d’en rédiger des cartes spéciales et de numéroter les pièces individuellement ; il suffira d’en former des groupes, d’assigner un numéro à chaque groupe et de lui consacrer une carte collective. Il sera inutile de prendre sur cartes les titres des thèses de licence en droit, qu’on se bornera à classer sur les rayons, au nom de l’auteur. Pour les factums et mémoires judiciaires, on continuera à les ranger au nom du demandeur, en relevant sur carte, pour le répertoire alphabétique, le nom de l’avoué ou de l’avocat. Le système d’intercalation sera aussi maintenu pour les pièces de musique.

La Commission a consacré une séance entière à se rendre compte de l’état de la Section géographique. L’insuffisance du local provisoire, attribué depuis 1862 à cette partie de nos collections, n’a pas permis et ne permet pas d’en entreprendre un classement quelque peu méthodique ; mais, sans modifier l’ordre matériel qui existe aujourd’hui, rien n’empêcherait de préparer un inventaire succinct, dans lequel toutes les pièces seraient sommairement énoncées, ce travail pourrait être fort simplifié, parce que, dans un grand nombre de cas, il suffirait de relever les numéros d’entrée inscrits sur les pièces, numéros qui permettraient toujours de recourir aux notices assez détaillées consigné dans les registres d’entrée. Le numérotage se ferait par volumes et par portefeuilles, sauf à employer des sous-chiffres pour désigner les différentes pièces rassemblées dans un volume ou dans un portefeuille. La rédaction de cet inventaire des collections géographiques a été recommandée comme une mesure vraiment urgente.

La Commission n’aurait pas rempli sa tâche jusqu’au bout, si, après avoir indiqué les travaux les plus utiles à entreprendre, elle ne s’était pas préoccupée des ressources au moyen desquelles on peut les exécuter.

Un crédit extraordinaire de 50,000 francs est bien inscrit au budget, pour la confection des catalogues. Ce crédit était déjà déclaré insuffisant par le rapporteur de la Commission de 1857. Après une période de vingt ans, l’insuffisance s’est accrue dans de grandes proportions : d’abord, en 1876, la même somme d’argent est bien loin de représenter la même somme de travail qu’en 1856 ; ensuite, il eût été impossible de ne pas reconnaître, par la stabilité des positions et par une augmentation graduelle des traitements et des indemnités, le dévouement de collaborateurs dont quelques-uns comptent plus de vingt-cinq ans de services à la Bibliothèque. Il y avait là une question justice, qu’un de vos prédécesseurs, Monsieur le Ministre, a décidée par l’arrêté du 1er février 1857, en vertu duquel le traitement de six employés et de trois surnuméraires est imputé sur le crédit extraordinaire de 50,000 francs. II en résulte qu’aujourd’hui, avec le même fonds, nous pouvons à peine entretenir la moitié des collaborateurs dont le concours était acquis il y a vingt-cinq ans à l’œuvre du Catalogue.

L’insuffisance des ressources tient encore à une autre circonstance, sur laquelle la Commission a pensé, Monsieur le Ministre, que votre attention devait être tout particulièrement appelée. Quand le bureau du Catalogue fut créé, on songeait principalement à liquider l’arriéré, qui pesait depuis près d’un siècle sur l’administration de la Bibliothèque ; on pensait à bon droit qu’une telle liquidation avait tous les caractères d’un travail extraordinaire, et par ce motif un crédit extraordinaire fut demandé aux Chambres. Mais, en réalité, sous peine de voir bientôt renaître un nouvel arriéré, aussi embarrassant que l’ancien, il fallut bien appliquer en partie l’activité des employés du bureau aux travaux que nécessitaient le classement et le Catalogue des volumes et des pièces arrivant chaque jour, soit par la voie du dépôt, soit par suite de dons, d’échanges ou d’achats. Le développement de la vie politique et les progrès de la production littéraire et scientifique, en France et à l’étranger, ont pris une telle intensité que le traitement des publications contemporaines absorbe aujourd’hui une grande partie des forces du bureau du Catalogue. Je resterai au-dessous de la vérité, Monsieur le Ministre, en évaluant à 25,000 francs la somme qu’il faut imputer sur le crédit extraordinaire pour faire face aux nécessités, chaque jour renaissantes, d’un service tout à fait permanent et ordinaire. Sur l’autre moitié du crédit de 50,000 francs, nous avons à prendre environ 5,000 francs pour la part du Département des manuscrits. Il reste donc à peine 20,000 francs pour attaquer ce redoutable arriéré du Département des imprimés, qui a déjà fait le désespoir de plusieurs générations de bibliothécaires. Or, nous devons, avant tout, terminer la publication du Catalogue de l’Histoire de France et du Catalogue des Sciences médicales réduite aux plus strictes proportions, cette double entreprise retiendra encore pendant plusieurs années nos collaborateurs les plus actifs et les plus expérimentés. Les ressources dont nous pouvons disposer pour entreprendre cet inventaire alphabétique général, réclamé par la Commission comme le plus prompt remède à nos maux, sont donc à peu près nulles.

Par un vote unanime, la Commission a déclaré qu’à son avis le seul moyen de sortir d’embarras serait de faire passer sur le budget ordinaire de la Bibliothèque la somme qui représente des travaux ordinaires et d’affecter exclusivement aux travaux extraordinaires le crédit extraordinaire de 50,000 francs. Ce crédit, ramené au caractère qu’il avait à l’origine, et que la force des choses lui a fait bientôt perdre, fournirait assurément le moyen de terminer en dix ans l’inventaire général de nos richesses. Une expérience poursuivie depuis cinq mois sur deux séries importantes, l’Histoire générale (G) et l’Histoire d’Italie (K), prouve qu’aucun mécompte ne serait à craindre, du moment où rien ne viendrait distraire de leur tâche des auxiliaires laborieux et dévoués, qui auraient à rendre compte, mois par mois, du progrès de leur travail, et dont chacun conserverait l’honneur et la responsabilité de l’œuvre qu’il aurait accomplie.

Si vous daigniez approuver, Monsieur le Ministre, les vues que je viens d’avoir l’honneur de vous exposer au nom de la Commission, il y aurait lieu de demander aux Chambres une augmentation de 25,000 francs, pour le chapitre XVIII du budget de votre ministère, et le maintien, pendant une période de dix ans, du crédit extraordinaire de 50,000 francs qui forme le chapitre XIX. Daignez agréer, etc.

II. Liste des estampages exécutés par M. Fichot pour le recueil de M. le baron de Guilhermy ((Inscriptions de la France du Ve siècle au XVIIIe. Les trois premiers volumes de cet ouvrage, qui fait partie des Documents inédits, ont paru. J’indique entre parenthèses l’article consacré par M. de Guilhermy à chacun des monuments dont nous possédons les estampages.)) et exposés dans la salle qui précède la Galerie Mazarine.

  1. Tombe de l’abbaye de Saint-Denis, du XIIIe siècle, qu’on attribue à l’abbé Adam, mort en 1122. (II, 180.)
  2. Dalle du XIIIe siècle, représentant le martyre de saint Pérégrin ; même abbaye. (II, 125.)
  3. Tombe d’un chevalier nommé Philippe, dans l’église de Taverny. XIIIe siècle. (II, 315.)
  4. Tombe de Pierre Hugon, écuyer, dans la collégiale de Saint-Paul, à Saint-Denis. Fin du XIIIe siècle. (II, 196.)
  5. Tombe d’Ydoine, dame d’Attainville, morte en 1285. Eglise d’Attainville. (II, 462.)
  6. Tombe d’Arnaud de Gastilles, prieur de Domont, et de demoiselle de Gastiles, veuve de Bernard de Cantemelle, morte en 1364. Autour de la dalle se lit une épitaphe plus ancienne, se rapportant à la sépulture de frère Richard de Saint-Brice. Eglise de Domont. (II, 407.)
  7. Tombe de Marie la Quate, morte en 1323. Eglise d’Argenteuil. (II, 272.)
  8. Tombe de Jean, sire de Montmorency, mort en 1325. Eglise de Conflans. (Il, 339.)
  9. Tombe de Jean Malet, moine de Poblet en Catalogne, mort en 1333. Pierre du collége [sic] des Bernardins, déposée au musée de Cluny. (I, 591.)
  10. Tombe de Simon de Gillans, abbé de l’Ile-Barbe, à Lyon, mort en 1349. Collége [sic] de Cluny. (I, 591.)
  11. Tombe de Jean, chancelier de l’église de Noyon, mort en 1350. Pierre de l’abbaye de Sainte-Geneviève, déposée à l’Ecole des Beaux-Arts. (I, 361.)
  12. Tombe de Jean de Villiers, chevalier, mort en 1360. Eglise de Domont. (II, 441.)
  13. Tombe de Mathieu de Montmorency, chevalier, mort en 4360. Eglise de Taverny. (11, 318.)
  14. Tombe de Jean de Hestomesnil, conseiller du roi, mort en 1381 et de son neveu Philippe le Oudeur, mort en 1361. Sainte-Chapelle. (I, 79.)
  15. et 16. Deux tables de pierre sur lesquelles est représentée la fondation d’une chapelle que saint Louis, à la demande des sergents d’armes, établit dans le prieuré de Sainte-Catherine du Val des écoliers, en souvenir de la victoire de Bouvines. Travail du temps de Charles V. Ce monument est aujourd’hui à Saint-Denis. (I, 389.)
  1. Tombe de Jean Bonnet, de Troyes, écuyer, mort en 1387. Sainte-Chapelle. (I, 82.)
  2. Tombe de Jean Le Mercier, conseiller de Charles V, mort en 1397. Eglise de Boulogne-sur-Seine. (II, 84.)
  3. Tombe de Robert de Chouzay, chanoine de Nieuil, au diocèse de Maillezais, XIVe siècle. Eglise de Saint-Benoit à Paris. (I, 101.)
  4. Tombe de Blanche de Popincourt, morte en 1422. Eglise du Mesnil-Aubry. (II, 509.)
  5. Tombe de Guillaume Belier, chanoine de la Sainte-Chapelle, mort en 1428. Sainte-Chapelle. (I, 84.)
  6. Tombe de Philippe de Reuilly, trésorier de la Sainte-Chapelle, mort en 1440. Sainte-Chapelle. (I, 85.)
  7. Tombe d’Antoine de la Haye, abbé de Saint-Denis, mort en 1505. Abbaye de Saint-Denis. (II, 182.)
  8. Tombe de Michel de Troyes, grand prieur de Saint-Denis, mort en 1517. Abbaye de Saint-Denis. (II, 188.)
  9. Epitaphe d’Antoine Grenier, bourgeois de Paris, mort en 1531, et de Geneviève Bazin, sa femme, morte en 1522. Pierre du cimetière des Innocents, déposée à Saint-Denis. (I, 691.)
  10. Epitaphe de Madeleine du Val, veuve de Sébastien de la Grange, morte en 1537. Eglise d’Arnouville. (II, 533.)
  11. Epitaphe de Pierre de la Grange, notaire et secrétaire du roi, mort en 1549. Même église. (II, 535.)
  12. Tombe d’Arthus de Champluisant, écuyer, mort en 1550. Eglise de Domont. (II, 416.)
  13. Tombe de Guillaume de Belloy, écuyer, mort en 1556, et de sa femme Antoinette, morte en 1552. Eglise de Belloy. (II, 466.)
  14. Inscription constatant une fondation faite, en 1562, dans la cathédrale de Paris pour André Berard et pour Pierre Bonny. (I, 39.)
  15. Tombe de Robert de Bracque, chevalier, mort en 1563, et de Jeanne Fretel, sa femme. Eglise de Biscop. (II, 426.)
  16. T>ombe de François de Bracque, chevalier, mort en 1571, et de Marle de Saint-Benoît, sa femme, morte en 1574. Même église. (II, 428.)
  17. Epitaphe de Nicolas de Biez, mort en 1586, et d’Etiennette Auzou, sa femme, morte en 1627. Eglise de Villiers-le-Bel. (II, 439.)
  18. Tombe de Marie Boucher, femme d’Antoine Guérin, morte en 1589. Eglise de Louvres. (II, 587.)
  19. Tombe de Jacques Pinguet, sacristain de l’abbaye de Val-Notre-Dame, mort en 1590. (II, 392.)
  20. Tombe d’un officier de la seigneurie de Marly, mort en 1619, et de ses deux femmes Eglise de Marly-la-Ville. (II, 650.)
  21. Tombe d’Antoine Guérin, laboureur, mort en 1612. Eglise de Villeron. (II, 622.)
  22. Tombe de Charles Chartier, laboureur, mort en 1620, et de Suzanne Mancel, sa femme. Eglise de Villiers-le-Sec. (II, 492.)
  23. Epitaphe de Gabriel Pluyette, laboureur, mort en 1634. Eglise de Roissy-en-France. (II, 561.)
  24. Tombe de Jean Fontaine, curé de Villeron, mort en 1648. Eglise Villeron. (II, 610).
  25. Tombe de… Paian, maître de poste à Louvres, mort en 1653, et de Marie Bacouel, sa femme. (II, 591.)
Trait

Notes



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 20 février). La Bibliothèque Nationale en 1876. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3vg

  1. Delisle, Léopold (1826-1910), La Bibliothèque nationale en 1876 : rapport à M. le ministre de l’Instruction publique, Paris : impr. de P. Dupont, 1877, 1 vol. (66 p.) ; 24 cm. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k29844c>. []
  2. Le texte du rapport de Léopold Delisle fut repris dans la Bibliothèque de l’École des chartes, t. 38, 1877, p. 193-256. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1877_num_38_1_446748>. []
  3. Sur cette somme, 2500 francs ont été dépensés pour les acquisitions et les reliures de la salle Colbert. []
  4. Le rapport de N. Sayous est imprimé dans les Archives des Missions, 3e série, IV, 99-133. []
  5. Voyez Mendez et Hidalgo, Tipografia [sic] espanola [sic], p. 381. []
  6. Le texte de ce document se trouve reproduit à ln tin du présent rapport. []
  7. Inventaire de la collection des ouvrages et documents sur Michel de Montaigne réunis par le docteur J. F. Payen et conserves à la Bibliothèque nationale, rédigé et précédé d’une notice par Gabriel Richou. Bordeaux, imprimerie d’Emile Crugy, 1877, in-8°. Le volume n’est pas encore publié, l’appendice qui le terminera étant en cours d’impression. []
  8. Bulletin mensuel des publications étrangères, reçues par le département des imprimés de la Bibliothèque nationale. Paris, Klincksieck, libraire, rue de Lille, 11. — Le prix de l’abonnement est de 5 francs par an. []
  9. La plupart des objets de la Section géographique qui avaient figuré en 1875 à l’Exposition la Galerie Mazarine ont été provisoirement placés dans trois salles du rez-de-chaussée, à côté des grands globes de Coronelli. Le public est admis à les visiter tous les mardis, de même que les départements des médailles et des estampes. Une liste des principaux objets exposés a été publiée par M. Letort, dans le recueil de M. Tissandier intitulé La Nature, n° du 28 octobre 1876. []
  10. Chronicon Sancti Michaelis monasterii in pago Virdunensi ; Hammone, 1857. In-4° de 28 p. 2. []
  11. Acta regum et imperatorum karolinorum, II, 423. []
  12. La date est ainsi figurée dans le manuscrit Anno M. C. Q. I. []
  13. Inventaire général et méthodique des manuscrits français de la Bibliothèque nationale, tome I. Théologie. Paris, H. Champion, 1876. In-8° de CLIX et 201 p. []
  14. Rome archéologique, X, 392, n° 1. []
  15. La liste des estampages est imprimée à la fin de ce rapport. []
  16. Charles-Aimé Dauban, mort le 4 août 1876, à l’âge de 55 ans, était entré à la Bibliothèque le 1er octobre 1854 ; il avait été nommé conservateur sous-directeur adjoint le 23 août 1858. []
  17. Extrait du jugement rendu en l’audience publique de police correctionnelle, le 2 janvier 1877, par le tribunal de la Seine, 11e chambre :
    « Le tribunal…, Attendu qu’il est établi par l’instruction et les débats que A*** a, à Paris, en 1876, à différentes reprises, soustrait frauduleusement des gravures et des estampes au préjudice de la Bibliothèque nationale… Condamne A.*** à deux ans d’emprisonnement. »
    Extrait de l’arrêt rendu en l’audience publique du février 1877 par la Cour d’appel de Paris, chambre des appels de police correctionnelle :
    « La Cour… En ce qui concerne A***, adoptant les motifs des premiers juges, et considérant, en outre, que le nombre des vols, la persistance avec laquelle ils ont été commis et la nécessité de protéger par des exemples sévères la conservation des richesses nationales, ne permettent pas de faire une application plus indulgente de la loi… ; En ce qui concerne A***, met l’appellation au néant,
    Ordonne que ce dont est appel sortira son plein et entier effet. » []
  18. Cette Commission était composée de :
    MM. Léopold Delisle, de l’Institut, administrateur général de la Bibliothèque nationale, président ;
    Bertrand, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences ;
    Hauréau, de l’Institut, directeur de l’Imprimerie nationale ;
    Maury, de l’Institut, directeur général des Archives nationales ;
    Meyer, professeur au Collège de France ;
    Tardieu, bibliothécaire de l’Institut ;
    Thurot, de l’Institut, maître de conférences à l’École normale supérieure ;
    de Wailly, de l’Institut, conservateur sous-directeur honoraire à la Bibliothèque nationale ;
    le baron O. de Watteville, chef de la division des sciences et lettres au Ministère de l’Instruction publique. []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search