La Bibliothèque Nationale en 1875

Les rapports d’activité de la Bibliothèque nationale de France sont une des premières sources à consulter pour toute recherche sur l’histoire de la Bibliothèque même s’ils ont été produits de façon irrégulière, avec des objectifs, des destinataires et une périodicité qui a varié au fil des années. 

Pour contribuer à l’histoire de l’établissement, les plus anciens d’entre eux sont transcrits dans ces pages, sans faire l’objet d’aucune note ou commentaire. Seules les coquilles sont signalées d’un [sic]. Les notes sont dans le document original.


Document : La Bibliothèque Nationale en 1875 : rapport à M. le ministre de l’Instruction publique, Paris, 1876. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k497605n/f1.item>1.

Auteur : Léopold Delisle (1826-1910), Administrateur général de la Bibliothèque nationale de 1874 à 1905.


La Bibliothèque Nationale en 1875

Rapport au Ministre de l’Instruction publique, des cultes et des beaux-arts, sur l’administration de la Bibliothèque nationale pendant l’année 1875.

Monsieur le Ministre,

Enumérer les travaux accomplis en 1875 dans chacun des départements de la Bibliothèque nationale, signaler les principaux articles dont les collections se sont accrues, indiquer les services que l’établissement a pu rendre au public, tel est l’objet de ce rapport, dans lequel je voudrais justifier l’emploi des ressources mises à notre disposition, acquitter une dette de reconnaissance envers de généreux bienfaiteurs, rendre hommage au dévouement de collaborateurs aussi modestes que savants, et fixer le souvenir de faits qu’il faut avoir présents à la mémoire pour mesurer les progrès accomplis, et pour préparer sagement et sans secousse les améliorations reconnues nécessaires.

RESSOURCES FINANCIÈRES.

Sans parler des crédits affectés au personnel et au matériel proprement dit, la somme inscrite au budget de l’année 1875 pour les acquisitions, la reliure et l’entretien des collections s’élevait à 114,350 fr.

A cette somme vient maintenant s’ajouter le produit de la fondation du duc d’Otrante.

Par un testament en date du 11 septembre 1857, le duc d’Otrante (Joseph-Etienne-Jean-Liberté Fouché) légua à la Bibliothèque un exemplaire du Journal de la librairie, avec une collection de catalogues annotés ; de plus, il l’institua légataire universel. A la mort du testateur, arrivée le 31 décembre 1862, la Bibliothèque recueillit les volumes qui lui étaient destinés ; un décret en date du 6 décembre 1863 l’autorisa à se désintéresser de ses droits de légataire universel, moyennant une rente sur l’Etat de 4,000 fr., grevée d’un usufruit au nom de la duchesse d’Otrante. L’usufruit s’étant éteint le 25 mai 1875, la Bibliothèque nationale est aussitôt entrée en jouissance de la rente de 4,000 fr. Conformément à une délibération du Comité consultatif, cette rente sera successivement mise à la disposition de chacun de nos quatre départements, en commençant par celui des imprimés, et servira à acquérir des objets dignes de figurer honorablement dans nos collections, avec une mention qui rappellera le souvenir de la libéralité du duc d’Otrante. Les arrérages afférents à l’année 1875 ont été de 2,380 fr.

En réunissant les arrérages data fondation du duc d’Otrante aux crédits du budget, le fonds d’acquisition, de reliure et d’entretien pour l’année 1875 s’est monté à 116,730 francs, somme qui, en chiffres ronds, a été répartie comme il suit entre nos différents services :

Département des imprimés………57.730
Section géographique………………….. 4.0002
Département des manuscrits….. 19.000
Département des médailles……..19.000
Département des estampes……..17.000

Ces chiffres pourront être un peu plus élevés en 1876. En effet, l’Assemblée nationale, dans sa séance du 29 juillet dernier, sur la proposition de MM. Carron, Delpit, Giraud, de Kerdrel, de La Borderie et Waddington, a bien voulu porter à 150,000 francs la somme inscrite au budget de 1876 pour le fonds d’acquisitions, de reliures et d’entretien. Nous avons provisoirement réparti comme il suit les ressources de cet exercice :

Imprimés : 67,000 fr., plus 2,000 fr. sur la fondation d’Otrante.
Section géographique : 4,000
Manuscrits : 25,000 fr., plus 2,000 fr. sur la fondation d’Otrante.
Médailles : 25,000 fr.
Estampes 20,000 fr.
Somme réservée pour aider les départements qui auraient à supporter les plus lourdes charges : 9,000 fr.

DÉPARTEMENT DES IMPRIMÉS.

Communications.

Le nombre des lecteurs qui ont fréquenté la salle publique de la rue Colbert s’est élevé à 51,000, et celui des lecteurs qui ont été admis dans la grande salle de travail, à 51,564. On a communiqué 80,217 volumes dans la salle publique, et 187,165 dans la salle de travail. Total : 102,564 lecteurs, et 267,382 volumes.

Accroissement des collections.

Les collections du département des imprimés s’augmentent, chaque année, par la voie du dépôt légal ou du dépôt international, par de dons et par des acquisitions.

Dépôt légal.

En 1875, le dépôt légal a fait arriver à la Bibliothèque nationale environ 29,500 articles, dont 4,000 ou environ appartiennent à des publications périodiques. De ces 29,500 articles, 11,100 ont été fournis par la ville de Paris.

1372….. par Seine-et-Oise.
1118….. par la Gironde.
1002….. par le Nord.
891….. par la Haute-Vienne.
769….. par le Rhône.
553….. par Meurthe-et-Moselle.
516….. par Indre-et-Loire.
471….. par Seine-et-Marne.
451….. par la Somme.
442….. par les Bouches-du-Rhône.
426….. par la Seine-Inférieure.
381….. par l’Oise.
370….. par Vaucluse.
362….. par l’Hérault.
345….. par la Seine, Paris excepté.
329….. par Maine-et-Loire.
306….. par la Loire-Inerieure.
297….. par la Haute-Garoime.
269….. par le Pas-de-Calais.
262….. par la Sarthe.
257….. par Eure-et-Loir.
256….. par la Côte-d’Or.
251….. par le Loiret.
250….. par l’Aisne.
238….. par la Corrèze.
238….. par Ille-et-Vilaine.
236….. par le Doubs.
235….. par le Gard.
214….. par la Marne.
210….. par la Savoie3.

Dépôt international.

De ce chef, la Bibliothèque n’a reçu que 75 articles, formant 160 volumes, la plupart dépourvus de réelle importance.

Dons.

Le nombre des volumes inscrits au registre des dons pendant l’année 1875 s’élève à environ 2,600. Beaucoup sont dus à différentes administrations françaises, qui depuis longtemps s’empressent d’envoyer à la Bibliothèque leurs propres travaux, les publications qu’elles encouragent par des souscriptions et les documents que diverses circonstances font tomber en leur pouvoir. De ce côté, cependant, il reste à combler de regrettables lacunes, qu’il suffira, je l’espère, de signaler pour les faire disparaître.

De l’étranger nous arrivent un assez grand nombre de volumes, que les gouvernements elles corporations ou les sociétés savantes tiennent à voir figurer sur nos rayons. En 1875, nous avons eu des obligations particulières :

En Allemagne, à l’Académie des sciences de Munich ;
En Belgique, à la Commission royale d’histoire ;
En Grande-Bretagne, à la Chambre des lords et à celle des communes, au Maître des rôles, au Musée britannique, à l’India-Office, à la Société des antiquaires de Londres, à la Société asiatique de Londres, à la Bibliothèque des avocats d’Edimbourg, à l’Académie royale d’Irlande, à la Société géologique d’Irlande ;
En Danemark, aux Universités de Copenhague et de Kiel ;
En Espagne, à l’Observatoire de Madrid ;
En Hollande, à l’Académie des sciences d’Amsterdam et à l’Université de Leyde ;
En Italie, au Ministère de l’agriculture et du commerce, direction de la statistique ;
En Portugal, à l’Académie de Lisbonne ;
En Russie, à l’Académie impériale de Saint-Pétersbourg et au musée Roumiantzov de Moscou ;
En Suède et en Norwège [sic], à la Bibliothèque des étudiants d’Upsal et à l’Université de Christiania ;
En Suisse, aux Bibliothèques de Berne et de Saint-Gall ;
En Asie, à la Société asiatique du Bengale ;
En Amérique, au Ministère des affaires étrangères des Etats-Unis, à l’Institut Smithsonien et au gouvernement de la république Argentine.

Des auteurs français ou étrangers se font un devoir d’offrir leurs œuvres à un établissement dont ils ont souvent consulté les collections avec profit. Cet usage serait plus généralement pratiqué si le public n’était pas persuadé que le dépôt légal nous fournit toutes les impressions françaises et que nous pouvons acheter tout ce qui paraît d’important à l’étranger. Beaucoup d’écrivains ne manqueront pas, j’en ai l’assurance, de nous venir en aide, pour que leur œuvre soit enregistrée au grand complet sur nos catalogues. Quand ils sauront ce que nous possédons de leurs travaux, ils s’efforceront de nous procurer ceux qui nous manquent et qui souvent n’ont été ni déposés ni mis dans le commerce. J’en ai fait l’expérience, en communiquant un extrait de nos catalogues à plusieurs savants dont les recherches ont contribué, de nos jours, à jeter beaucoup de lumière sur l’histoire, les antiquités et la littérature de quelques-unes de nos provinces. Tels sont MM. Ed. Fleury, à Vorges, prés Laon ; Germain, doyen de la faculté des lettres de Montpellier ; Gosselin, archiviste, greffier de la cour d’appel à Rouen ; Marchegay, archiviste honoraire de Maine-et-Loire, aux Roches-Baritaud ; Morand, membre non résidant du Comité des travaux historiques, à Boulogne-sur-Mer, et Tamizey de Larroque, correspondant de l’Institut, à Gontaud. Tous ces savants ont fait hommage à la Bibliothèque d’un assez grand de leurs travaux qui ne nous étaient pas arrivés. Leur exemple sera suivi, je l’espère, par beaucoup d’auteurs.

Acquisitions.

Le nombre des articles entrés en 1875 par voie d’acquisition est de 3,811. Presque tous sont des ouvrages récemment publiés à l’étranger, qu’il est indispensable d’acquérir, pour que nos collections ne restent pas trop au-dessous du progrès continuel de la science. Cependant, sur la somme de 40,000 fr. ou environ que nous avons consacrée à l’achat de livres imprimés, nous avons pu faire une petite part aux livres anciens ; nous avons réussi à nous en procurer un certain octobre, les uns pour servir aux études historiques et littéraires de nos lecteurs, les autres pour compléter nos séries de monuments de l’art typographique.

En dehors des livres courants qui nous ont été donné, ou vendus pendant l’année 1875, on peut citer les suivants, comme exemple des accroissements que reçoivent nos collections.

— « Missale secundum usum monasterii Majoris Monasterii Turonensis. » Achevé d’imprimer à Tours, le 15 février 1508 (v. st.), par maître Mathieu Latheron. In-folio.
— « Heures à l’usaige de Tours », imprimées à Paris pour Simon Hadrot ; avec un calendrier pour la période comprise entre les années 1527 et 1543. In-octavo. Imprimé sur vélin.
— Fragment d’un livre d’heures à l’usage d’Angers.

L’examen attentif auquel sont soumis tous les fragments manuscrits ou imprimés que l’atelier de reliure trouve dans les anciennes reliures, nous a procuré cette année une découverte intéressante pour les origines de l’imprimerie à Poitiers. D’une couverture de livre, pouvant remonter à la fin du XVe siècle, ont été retirés quatre cahiers d’un petit livre d’heures à l’usage d’Angers. Dans les fragments qui nous ont été ainsi conservés, on remarque le frontispice aux armes de France, un calendrier, une partie d’office terminé par la souscription

Explicit officium beate ma
rie virginis secundum usum
ecclesie andegavensis.

et une grande et belle marque typographique,

renfermant les mots Poictiers, J. Bouyer et P. Bellescullee. C’est là évidemment la marque de deux des premiers imprimeurs de Poitiers. Pierre Bellesculée, dont M. Richard, archiviste de la Vienne, a rencontré la mention, à la date du 26 janvier 1492 (n. st.), dans les titres de Notre-Dame-la-Grande, de Poitiers, doit être le même que l’imprimeur du même nom, depuis longtemps connu pour avoir achevé d’imprimer la Coutume de Bretagne, à Rennes, le 26 mars 1485 (n. st.).

— Partie d’été d’un Bréviaire de Ratisbonne. In-folio, caractères gothiques. (Peut-être la seconde partie du n° 3883 de Hain.)
— « Consuetudines totius presidatus seu Turonensis baillivie, jam nunc supreme Parlamenti curie stabilimento roborate. » Imprimé à Paris par Jacques Poussin, imprimeur, pour Hylaire Malicam, libraire de Blois, et pour Jehan Margerie, libraire de Tours, le-4°. Avec les commentaires de Jean Sainxon, lieutenant du bailli de Touraine au siège de Châtillon-sur-Indre, qui a mis en tête une première dédicace au cardinal René de Prie (1507- 1516) et une seconde dédicace à Guillaume Sireau, lieutenant-général de Touraine, et à l’avocat Emeri Lopin. Les commentaires se terminent par un éloge de Louis de la Trémoille : « Domino meo domino Trimollo… qui sua strenuitate omnem colustrat militum cuneum,

Ut nitido totum radios diffundit in orbem,
Cum Titam puro splendidus axe micat
. »

— « Visio revelata divinitus quod mundus debeat de proximo reformari per Carolum octavum, Francorum regem christianissimum. » In-4° de 5 feuillets, en caractères gothiques.
— « De dolendo semperque deplorando reverendissimi patris ac domini Georgii Ambasiani, cardinalis Galliarum legati archiepiscopique Rotomagensis, obitu lamentabilis elegia… » Rouen, Louis Bouvet. In-4° de 6 feuillets.
— « Ung traictiez en brief de la deffianche du roy de Franche faicte au très noble empereur Charle, et la response du dit empereur. » Petit livret gothique, de 8 pages, dont la dernière est remplie par la marque de l’imprimeur Jacques de Liesvelt. Cette pièce, dont aucun autre exemplaire n’est connu, a figuré à la vente de M. J. Capron, où nous avons pu l’acquérir, grâce au désintéressement de M. le baron James de Rothschild, qui, dans cette circonstance comme dans plusieurs autres, a bien voulu s’effacer devant la Bibliothèque nationale, sacrifice d’autant plus méritoire que M. de Rothschild connaissait toute la valeur de la pièce, comme il l’a montré en la réimprimant avec M. de Montaiglon dans le Recueil des poésies françaises des quinzième et seizième siècles (t. X, p. 305-317).
— Journal de Nancy, de 1778 à 1787.
— Journal général du département d’Indre-et-Loire, de l’an V à l’an VII.
— Journal politique et littéraire d’Indre-et-Loire, de 1808 à 1874. Collection bien complète, en 65 volumes, qu’avait formée M. Taschereau.
— Documents imprimés pour l’Assemblée nationale, depuis 1871 jusqu’en 1875.
— Documents imprimés pour le Conseil d’Etat, à partir de 1871. — Les pièces de cette collection, aux termes de la concession qui nous en a été faite, ne peuvent être communiquées au public que dix ans après la date de l’impression. Surtout depuis les incendies de 1871, il est déplorable que nous ne possédions pas au complet cette série importante, et que nous n’ayons sur nos rayons ni les travaux du Conseil d’Etat de la Restauration, ni ceux du Conseil d’Etat du règne de Louis-Philippe.
— « Napoléon III devant la presse contemporaine en 1873. Recueil, en trois grands volumes in-folio, des articles que les principaux journaux de l’Europe ont publiés à l’occasion de la mort de Napoléon III. (Envoi de M. Dulau, de Londres.)
— « Napoléon III et la caricature anglaise de 1848 à 1872. » Recueil en trois volumes des caricatures qui ont été publiées en Angleterre sur Napoléon III depuis 1848 jusqu’en 1872. (Même origine.)
— Un assez grand nombre des volumes des Calendars of State papers et des Rerum britannicarum medii œvi scriptores. Ces deux collections, qui, pour les temps modernes aussi bien que pour le moyen-âge, sont le fondement de l’histoire d’Angleterre, ne présentent plus chez nous de lacune ; tous les volumes qui nous manquaient ont été libéralement mis à notre disposition par le Maître des rôles.
— Documents publiés pour la Chambre des lords depuis 1870, et pour la Chambre des communes depuis 1874. — Cette collection, non moins intéressante que volumineuse, nous a été accordée par le gouvernement anglais, à l’instance du regretté comte de Jarnac, à qui M. de Mofras, membre du Comité des travaux historiques, avait cordialement recommandé la cause de la Bibliothèque nationale.
— Le Times, de Londres, à partir de l’année 1841. — La Bibliothèque nationale est à peu près complètement dépourvue de collections de journaux étrangers, quoiqu’il y ait là d’inappréciables matériaux pour l’étude de l’histoire contemporaine. Nous espérons pouvoir combler peu à peu cette lacune, et nous nous efforçons de nous procurer, pour chacun des grands Etats, au moins un journal dans lequel soient consignés les documents officiels et les informations les plus sûres et les plus dignes d’attention.
— « Registrum de Panmure. » Edimbourg, 1874. Deux vol. in-4°. Précieux recueil sur la généalogie d’une famille écossaise, qui par ses origines se rattache à l’histoire de plusieurs localités de l’Ile-de-France et de la Normandie. Un exemplaire nous en a été offert par les exécuteurs testamentaires du dernier comte de Dalhousie.
— Les procès-verbaux de la diète de Suède, depuis 1871. Cet envoi du gouvernement suédois ne comporte pas moins de cent volumes.
— « Le ministre parfait, ou le comte-duc dans les sept premières années de sa faveur, avec des réflexions politiques et curieuses. Par M. de Galardi. » A la Haye, chez Pierre Adrien, 1675. — L’Eloge de Jaspar de Guzman, publié sous ce titre, est l’un des livres les plus rares de la série elzévirienne.
— Le National Zeitung, de Berlin, depuis l’année 1848, date de la fondation de ce journal.
— Recueil d’environ 196 pièces relatives aux événements de Naples pendant les années 1647 et 1648. Ce sont presque tous placards, qui furent affichés dans la ville au nom du duc de Arcos, au nom de Gennaro Annese, au nom du duc de Guise, et enfin au nom de don Juan d’Autriche. L’une des affiches, en date du 11 juillet 1647, est signée du fameux Masaniello : « Tomase Aniello d’Amalfa. » En feuilletant ce curieux recueil, on assiste, pour ainsi dire, à tous les événements dont les rues de Naples furent le théâtre, depuis le mois de juillet 1647, jusqu’au mois d’avril 1648.
— Treize volumes de M. G. Ricciardi, ancien député au parlement italien, sur la littérature et sur les événements politiques accomplis en Italie en 1848 et auxquels M. Ricciardi a été mêlé. (Don de l’auteur.)
— « Papers relating to the foreign relations of the United States. » Vingt-cinq volumes de celte série, que nous espérons pouvoir compléter un jour, nous ont été offerts, par l’intermédiaire de M. de Mofras, par M. Washburne, ministre des Etats-Unis à Paris, et par M. Hunter, sous-secrétaire d’Etat à Washington.
Aucun gouvernement ne publie un recueil diplomatique aussi complet et aussi intéressant que celui des Etats-Unis. Par plus d’un côté, les rapports des ministres et des consuls américains rappellent les anciennes relations des ambassadeurs vénitiens. Le volume de 1871 contient le récit des visites de M. Washburne à l’archevêque de Paris, dans sa cellule, à Mazas, où il fut le seul à pénétrer, et le compte-rendu des démarches faites pour sauver la vie du saint prélat. — Dans le volume de 1874 se trouve une très-longue relation de la marche des Russes et de leur politique dans l’Asie centrale, par M. Schuyler, secrétaire de la Légation américaine à Saint-Pétersbourg.
— Documents imprimés et autographies relatifs à l’affaire de l’Alabama. Nous en avons pu acquérir une collection qui peut passer pour complète, et dont la formation présenterait aujourd’hui d’insurmontables difficultés ; on y peut étudier non-seulement un des plus curieux épisodes de la guerre de sécession, mais encore un point très-délicat du droit international.
— Catalogue des manuscrits de la bibliothèque Mejanes à Aix. Par un excès de scrupule, l’auteur, M. Rouard, n’a ni terminé ni publié cet ouvrage qui lui aurait fait honneur. Un exemplaire des 128 premières pages, les seules qui aient été tirées, nous a été offert par Mme Rouard.
— « L’architecture ottomane, ». texte français et allemand. Constantinople, 1873. In-folio. (Don du gouvernement ottoman.)
— La Grammaire grecque de Lascaris, achevée d’imprimer à Milan le 30 janvier 1476 (1477, nouv. style ?) : c’est le premier livre qui ait été imprimé en grec. A la suite était reliée la première édition du texte grec de la Vie et des Fables d’Esope (la première des trois parties dont se compose l’ouvrage décrit par Brunet, I, 83), avec les signatures que les relieurs ont fait disparaître de la plupart des exemplaires. — Cette acquisition est un des fruits de la mission que vous avez bien voulu, Monsieur le Ministre, confier à M. Charles Graux en Espagne.
— « Nestoris Dionysii Novariensis, ordinis Minorum, [onomasticon]. » Milan, 1483. In-folio. Exemplaire donné à un couvent italien, de l’ordre des ermites de Saint-Augustin, par « Paulus de Sancto Beneiso, episcopus Heleaponensis. »
— L’illustre théâtre de Mons. Corneille (Leyde, 1644, in-12). Cette édition, dont cinq exemplaires seulement sont connus, est le premier ouvrage que nous ayons acquis sur le produit de la fondation du duc d’Otrante.
— Trois éditions rares du Moyen de parvenir.

La série musicale s’est accrue de 4,784 morceaux, arrivés par la voie du dépôt légal. En outre, et sans parler de quelques acquisitions4, Melle Pelletan, qui avait précédemment offert à la Bibliothèque un exemplaire sur grand papier des partitions de l’Iphigénie en Aulide et de l’Iphigénie en Tauride, de Gluck, publiées par ses soins, nous a donné dans le courant de cette année un exemplaire sur papier ordinaire des mêmes partitions, et plusieurs ouvrages de Berlioz, parmi lesquels il convient de citer un exemplaire de la partition des Troyens, contenant des morceaux supprimés à la représentation, et la deuxième édition publiée en Italie de la Messe de Requiem, édition qui présente d’importantes modifications apportées par l’auteur à l’œuvre primitive.

MM. Enoch, éditeurs de musique à Paris, ont donné plusieurs des volumes de musique classique publiés dans la collection Litolff. Parmi ces volumes figurent les œuvres de Mozart pour piano et pour piano et violon, les sonates de piano et les trios de Haydn, les sonates de Hummel et les œuvres de piano de Weber et de Schubert.

Rangements et Catalogues.

Le total des articles entrés en 1875 au département des imprimés, non compris les pièces de musique, est d’environ 36,000. Il a fallu les vérifier pour en constater les lacunes, et pour en rapprocher les différentes parties, travail minutieux et dont l’étendue peut s’apprécier par un simple détail : à lui seul, le dépôt, légal de Paris nous a fourni 51,462 feuilles ou livraisons, appartenant à 1,130 journaux, revues ou ouvrages publiés par livraisons.

Les 36,000 articles dont le département des imprimés s’est accru, je n’oserais pas dire enrichi, ces 36,000 articles ont été rattachés à nos différentes séries bibliographiques, et les cartes en ont été préparées en double exemplaire, pour servir plus tard à la rédaction d’un catalogue méthodique et d’un catalogue alphabétique. Une tâche aussi longue, et qui se renouvelle tous les jours, absorbe la meilleure part du travail qui peut être exigé des employés du bureau du catalogue. Aussi, l’ancien fonds des livres non-catalogués ne cesse pas de présenter une masse effrayante, et le but poursuivi depuis tant d’années ne saurait être atteint d’ici longtemps, si des mesures plus expéditives n’étaient promptement adoptées pour obtenir non pas certainement un catalogue complet et irréprochable, mais un simple inventaire à l’aide duquel on puisse, d’une part, s’assurer si la Bibliothèque nationale possède, oui ou non, un ouvrage demandé, et d’autre part trouver sans la moindre hésitation un ouvrage mentionné à l’inventaire. Ce difficile problème est, en ce moment même, étudié par une commission que vous avez bien voulu, Monsieur le Ministre, instituer le 16 octobre dernier. Le moment n’est pas encore venu de vous rendre compte des délibérations de cette commission et de soumettre à votre approbation la solution qui lui a paru la meilleure. Aujourd’hui, je dois me borner à vous indiquer le progrès du catalogue, dont l’impression a été entreprise sous la direction de M. Taschereau, et à laquelle M. Schmit ne cesse pas de donner les soins les plus assidus.

Un volume paru en 1870 (t. X) contenait la fin du catalogue proprement dit de l’Histoire de France, et un supplément aux premiers chapitres de ce catalogue ; le volume suivant (t. XI), dont la mise sous presse a été retardée par les évènements, renferme la suite de ce supplément : dans le courant de l’année 1875, les feuilles 39-58 en ont été tirées ou mises en bon à tirer, et le supplément du chapitre III (histoire par règnes) s’y trouve conduit jusqu’à la révolution du 4 septembre 1870.

L’impression du tome III de la médecine est restée stationnaire : les deux premières feuilles seulement en ont été tirées.

Conformément à une promesse consignée dans le rapport de M. Taschereau, du mois de juillet 1874, l’autographie du catalogue de l’histoire d’Angleterre a été entreprise, de façon à mettre ce catalogue entre les mains de tous les lecteurs qui ont intérêt à le consulter, et en même temps d’en assurer la conservation et de fournir, au moyen de découpures, les matériaux de divers répertoires, dont l’utilité pourra être reconnue. Les pages 1-196 sont tirées ; elles contiennent la notice d’environ 3,000 ouvrages, classés dans quatre chapitres : Descriptions générales, Histoires générales, Histoires par époques, et Détails de l’histoire jusqu’à l’année 1702.

La collection de livres et de documents que le docteur Payen avait formée sur la vie elles ouvrages de Montaigne, et que la Bibliothèque nationale a pris l’engagement de laisser en un seul corps, vient d’être rangée et cataloguée par M. Richou, archiviste-paléographe, dont le travail ne tardera pas à être imprimé à Bordeaux par les soins de M. Jules Delpit.

Depuis le commencement de l’année 1875, les lecteurs admis dans la salle de travail peuvent, dès les premiers jours de chaque mois, parcourir une liste autographiée de tous les livres étrangers provenant de dons, de dépôts ou d’acquisitions, qui, dans le courant du mois précédent, ont été ajoutés aux différentes séries bibliographiques du département des imprimés. Ils ont aussi, sous la même forme, un état sommaire des publications périodiques qui nous arrivent de l’étranger. Dans les douze cahiers du bulletin mensuel qui ont été autographiés en 1875 figurent 2,151 ouvrages, en 2,768 volumes. De ces 2,151 ouvrages, 78 appartiennent à la théologie, 73 au droit, 149 à l’histoire de France, 382 à l’histoire d’Allemagne, de Suisse et des pays du nord et de l’est de l’Europe, 153 à l’histoire d’Angleterre, 443 aux autres branches de l’histoire, 467 aux sciences et 406 aux lettres. Quant aux langues dans lesquelles ils sont écrits, ces 2,151 ouvrages se répartissent comme il suit : latin, 83 ; français, 395 ; allemand, 852 ; anglais, 463 ; italien, 111 ; autres langues, 247.

Combiné avec le livraisons hebdomadaires de la Bibliographie de la France, le bulletin autographié fait connaître, à peu près sans exception, tous les livres modernes qui viennent s’accumuler sur les rayons de la Bibliothèque nationale.

Reliure.

A l’atelier qui existe dans les bâtiments mêmes de le Bibliothèque, et auquel sont confiés de préférence les travaux urgents et délicats, notamment les réparations, 8,212 volumes ou pièces ont été constitués, réparés, consolidés ou cartonnés. Les ouvriers de l’extérieur ont cartonné 7,500 volumes ou pièces ; ils ont donné des demi-reliures à 1,325 volumes. C’est en somme un peu plus de 17,000 articles qui ont passé dans les ateliers de reliure et qu’il a fallu soigneusement examiner au départ et à la rentrée, pour bien indiquer la nature du travail à exécuter et pour vérifier si la tâche avait été convenablement remplie.

Un artiste spécial est chargé de la restauration des anciennes reliures. En 1875, il a ramené à leur fraîcheur primitive 406 volumes, dont six appartenant au département des manuscrits.

Salle publique de lecture.

Indépendamment de la salle de travail, réservée aux personnes qui justifient de leurs droits à obtenir une carte d’entrée, une salle publique de lecture, dont l’entrée est rue Colbert, est ouverte tous les jours, même le dimanche, de dix heures à quatre heures, depuis le 2 juin 1868 ; toute personne âgée de plus de seize ans peut s’y présenter, sans avoir la moindre formalité à remplir. L’utilité de cette salle est attestée par le nombre des lecteurs qui la fréquentent et par celui des volumes qui y sont communiqués. Les chiffres consignés dans un rapport spécial de M. Chéron, que vous avez daigné faire insérer au Journal officiel du 21 février, sont de nature à lever toute espèce de doute sur l’opportunité d’une mesure qui avait été recommandée en 1858 par la commission de réorganisation de le Bibliothèque. En 1875, comme il a été dit plus haut, on a reçu à la salle de la rue Colbert 51,000 lecteurs et communiqué 80,227 volumes ; en 1869, on n’avait compté que 34,472 lecteurs et 57,383 communications. Pour 1875, la moyenne journalière des lecteurs a été de 144, et celle des communications de 226. Nous espérons pouvoir, dans le courant de l’année 1876, augmenter assez notablement le fonds des livres affectés à la salle publique ; il est à désirer que la jeunesse studieuse y trouve les ouvrages dont elle a besoin, non-seulement pour terminer les études classiques, mais encore pour préparer les examens des facultés et des écoles spéciales.

Section géographique.

Le nombre des articles entrés en 1875 à la section géographique s’élève à 334, savoir : 187 par le dépôt légal, 67 par acquisition, et 80 par don.

Les principaux bienfaiteurs ont été en France le dépôt de la guerre, le ministre de la marine et celui des travaux publics ; à l’étranger, l’Amirauté anglaise, l’Ordnance-Survey de la Grande-Bretagne, la Société de géographie de Londres, l’Amirauté néerlandaise, le gouvernement portugais, le commissariat allemand de l’exposition géographique de 1875, la Société géographique de Vienne, la Commission européenne du Danube, la Société impériale de géographie russe, le gouvernement des Etats-Unis, l’Institut historique et géographique du Brésil.

Le crédit mis à la disposition de la section géographique est si réduit, qu’elle peut à peine se procurer les plus indispensables des cartes ou atlas qui se publient dans la plupart des pays de l’Europe et même des autres parties du monde. C’est tout-à-fait accidentellement qu’elle accroît son vieux fonds de monuments anciens, gravés ou manuscrits ; en 1875, elle n’y a guère ajouté qu’une petite série de plans manuscrits du port, de la ville et des environs de Brest. Heureusement, ce vieux fonds est d’une incomparable richesse. On a pu s’en faire une idée à l’exposition que M. Cortambert, secondé par M. Perin, alors inspecteur des bâtiments de la Bibliothèque, avait organisée cet été dans la galerie Mazarine, et qui a attiré un si grand nombre de visiteurs, du 15 juillet au 31 octobre. Cette exposition, que vous avez, Monsieur le Ministre, honorée de votre visite et qui nous a fourni l’occasion de mettre en lumière tant de précieux monuments, à peine soupçonnés du public, a montré combien est incommode et insuffisante l’étroite galerie dans laquelle la section géographique est provisoirement installée depuis 1862. Nous en sommes réduits à entreposer dans des combles d’un accès difficile des morceaux du plus haut intérêt, tel que l’exemplaire assemblé de la grande carte de France, qui a obtenu un si légitime succès à l’exposition géographique du palais des Tuileries, et que M. le Ministre de la guerre a daigné offrir à la Bibliothèque nationale.

DÉPARTEMENT DES MANUSCRITS.

On évalue en moyenne à 51 le nombre des communications qui se font journellement au département des manuscrits. Ce chiffre s’élève sensiblement, à mesure que des catalogues ou inventaires, imprimés ou manuscrits, sont librement mis à la position du public et permettent à chaque travailleur de rechercher lui-même les pièces qui se rattachent à l’objet de sas études.

Accroissement des collections.

A moins d’événements extraordinaires, les accroissements du département des manuscrits ne sauraient plus être considérables. Tous les ans, cependant, des articles importants viennent s’ajouter, par suite de dons et d’acquisitions, à la plupart des séries anciennement constituées. En 1875, 59 articles ont été portés au registre des dons, et 57 au registre des acquisitions. Voici l’indication des plus remarquables :

Fonds orientaux.

— Fragments de mss. pâlis sur olles, contenant différentes parties de l’Abidhamma Pitaka, l’une des trois sections des écritures sacrées des bouddhistes. — Don du capitaine Senez.
— Plusieurs manuscrits sanscrits, parmi lesquels peuvent être cités le Praçnôttara ratnamâlâ, ou Guirlande précieuse des demandes et des réponses, et un recueil des formules du mysticisme bouddhique au Népal.
— Fac-simile d’un grand nombre d’incriptions en nagari, grantha, canari et telougou, recueillies dans l’Inde par sir Walter Elliot. (Ind. 112.) — Don de M. le comte de Noer.
— Fragments de deux exemplaires du Livre des morts (Papyrus égyptiens, nos 231-235). L’un de ces exemplaires est d’une bonne époque et fournit, pour le chapitre XVII du Livre des morts, des variantes qui pourront servir à l’établissement d’un texte critique.
— Deux manuscrits amhariques, donnés par M. Defrémery, qui les avait recueillis dans le cabinet de feu M. d’Avezac, son beau-père. La langue amharique, l’idiome le plus répandu en Abyssinie, est encore peu connue en Europe. L’un des volumes donnés par M. Defrémery renferme un vocabulaire.

Fonds grec.

— Chronique de Morée : copie d’après les mss. de Paris et de Copenhague, avec notes et variantes, par feu N. Landois. — Don de Mme veuve Landois.

Fonds latin.

— Explication des évangiles du temps et des saints, mis en rapport avec les figures de l’Ancien Testament et les récits des ouvrages des naturalistes et des bestiaires ; les rectos sont occupés par le texte, et les versos par des peintures accompagnées de légendes qui sont généralement en vers. — A la suite, tableaux symboliques des préceptes de la loi, des vices et des vertus et des demandes de l’oraison dominicale ; puis le texte latin du Miroir de la salvation humaine. — Les légendes de beaucoup de tableaux sont en allemand. — Ce ms., qui forme un gros volume in-folio, sur papier, a été achevé de copier à Vienne en Autriche, le 20 décembre 1171, par un prêtre nominé Jean Jarallter. — (Nouv. acq. lat. 2129.)
— Le Pastoral de saint Grégoire et le Comput de Hilpéric, ms. du XIe siècle, venu du chapitre de Saint-Omer. — (Nouv. acq. lat. 1249.)
— Recueil des lois germaniques : loi Salique, loi des Allemands, loi des Bavarois, loi des Bourguignons et Bréviaire d’Alaric. Ms. incomplet, du Xe siècle, au fol. 77 duquel se trouve la formule d’immunité que M. de Rozière (I, 35, n° XXV) a publiée d’après un autre texte. — (Nouv. acq. lat. 204.)
— Recueil de pièces de droit français, formé au XVe siècle, et renfermant, entre autres, le Style du parlement et les coutumes de Nivernais. — (Nouv. acq. lat. 198.)
— Fragment d’un exemplaire de la chronique d’Adon, venu, selon toute apparence, de l’abbaye de Cluni. — Don de M. Guigue, archiviste de la ville de Lyon.
— Bulle de Silvestre II, pour Théotard, évêque du Puy, datée du 23 novembre 999. Pièce originale sur papyrus, dont on n’a donné jusqu’à présent qu’un texte incorrect et incomplet5. Entre autres particularités qui recommandent ce très-précieux document à l’attention des diplomatistes, il faut signaler une souscription en notes tironiennes, qui est probablement de la main même de Gerbert. — (Nouv. acq. lat. 2507.)
— Bulle d’Innocent IV pour les frères de l’hôpital de Notre-Dame des Teutoniques à Jérusalem, du 21 avril 1246 (n° 12070 de Potthast). Vidimus daté du 19 octobre 1277 et revêtu des sceaux, parfaitement conservés, de Bonacursus, archevêque de Tyr, et de Gaillard, évêque de Bethléem. (Nouv. acq. lat. 2160.)
— Collection de chartes de l’abbaye de Cluni, du Xe et du commencement du XIe siècle. — (Nouv. acq. lat. 2154.) — Cette collection fournira des additions importantes au recueil qu’avait préparé M. Auguste Bernard et que M. Bruel publie dans la collection des documents inédits.
— Cartulaire du chapitre de la cathédrale de Bourges. — (Nouv. acq. lat. 1274.) — Ce cartulaire, écrit par différentes mains dans le cours du XIIIe siècle, est celui que M. Raynal cite, dans son Histoire du Berry, comme appartenant au libraire Vermeil. L’une des divisions est datée de l’année 1232 :
« Carte vicariorum incepte scribi in arme XXXII circa Penthecosten » (p. 737).
Le rédacteur de la majeure partie du Cartulaire, Etienne de Galardon, s’est nommé dans plusieurs passages :
« Hii sunt tituli et superscriptiones cartarum archiepiscoporum Bituricensium et cartarum archiepiscopi Senonensis et quorumdam episcoporum, intermixtarum cum cartis archiepiscoporum Bituricensium, per manum Stephani de Galardone, qui singulas cartas singularum personarum distinxit hic et ordinare curavit secundum sue officia dignitatis, videlicet de archiepiscopis et episcopis primo, et postmodum de suis officialibus, decanis, capitulis et archipresbiteris inferius collocatas » (p. 77).
« Hii sont tituli et superscriptiones cartarum sigillatarum in officialium curie Bituricensis sigillis, compilatarum in unum a Stephano de Galardone, canonicorum Bituricensium minimo, ut ipsarum cartarum transcripta subsequentia a lectore possint facilius inveniri, cum propter negotia ecclesie et eorum certitudinem fuerint perquisita » (p. 146).
« Hic incipiunt carte officialium Bituricensis curie per se ita separatim posite quia Bituricensis ecclesia ipsis utitur frequencius in suis negociis, nec erat modus alias quo postent earum transcripta facilius et commodius inveniri, et sunt hec transcripta de negociis perpetuis, que Stephanus de Galardone, qui hanc ordinavit pancartam, ita voluit separare a non perpetuis, considerans quod, quantum distat ortus ab occidente, tantum a perpetuo temporale » (p. 153).
« Hii suni tituli et superscriptiones cartarum sigillatarum in sigillis decanorum et capituli Bituricensium et aliquorum abbatum Bituricensis diocesis et Templi, et earumdem cartarum transcripta per Stephanum de Galardone, Bituricensem canonicum, compilata in unum ad majorem certitudinem in ecclesie negociis obtinendam » (p. 458).
Etienne de Galardon figure dans trois actes du cartulaire, de l’année 1231 (p. 249, 633 et 749) ; dans le premier (p. 249), il est qualifié de prévôt de l’église de Bourges :
« Magister Stephanus de Galardun, prepositus ecclesie Bituricensis. »
C’est peut-être lui qui est désigné par la note « Galard… juravit » sur une liste des chanoines qui prêtèrent serment en 1241 pour prouver leur résidence.
L’un des continuateurs de l’œuvre d’Etienne de Galardon fut maitre Girard Vogrin :
« Ista sunt anniversaria que ecclesia Bituricensis habebat ultra Carum arme Domini MCCXXX septimo, descripta a magistro Girardo Vogrini, tunc temporis preposito » (p. 719). — « Hec est descriptio reddituum et consuetudinum Belli Loci, facta a magistro G. Vogrini, tunc temporis preposito » (p. 669). — « Hec est descriptio reddituum et consuetudinum Seriaci in Vallibus, facta a magistro Girardo Vogrini, tunc temporis preposito » (p. 685).
Outre les chartes, les notes, les états de cens, les statuts et autres actes qu’on trouve ordinairement dans les cartulaires de cathédrale, celui de Bourges contient divers morceaux, parmi lesquels je citerai un fragment de la légende de S. Blaise (p. 327) et le dialogue entre Philippe-Auguste et Pierre le Chantre (p. 607), qui a été publié dans la Bibliothèque de l’Ecole des chartes, 1re série, II, 398. — Comme singularité, on peut relever les termes « contra Merdericum imperatorem nominalem non realem », employés (p. 44 et 45) pour désigner Frédéric II.
— Recueil de pièces originales relatives à la Touraine, comprenant : 1° une grande charte de Hérard, archevêque de Tours, pour l’abbaye de Villeloin, en date du 19 mai 859 ; 2° trois chartes du XIIIe siècle ; 3° des lettres patentes du roi Charles V pour la Chartreuse du Liget, datées du Louvre, au mois de décembre 1372 ; 4° un rouleau concernant les biens du surintendant Jacques de Beaune de Semblançay, du 1er avril 1539 (n. st.). — (Nouv. acq. lat. 2506.) — Don des héritiers de M. Taschereau.
— Titres originaux relatifs à des domaines situés à Chavigny (Aisne, canton de Soissons), depuis 1276 jusqu’en 1775. — (Nouv. acq. lat. 2155-2159.)
— Copie d’un recueil de lettres ou de modèles de lettres intitulé « Liber epistolaris quondam domini Ricardi de Bury, episcopi Dunelmensis. » (Nouv. acq. lat. 1265 et 1266.) Ce r-cueil, très-important pour l’histoire anglo-française de la fin du XIIIe siècle et du commencement du XIVe, n’est connu que par l’exemplaire de l’abbaye de Saint-Edmond, aujourd’hui possédé par M. J. R. Ormsby-Gore, esq. M. B. (Brogyntyn, co. Salop). On ne saurait donner trop d’éloges à la libéralité de M. Ormsby-Gore, qui, sur la recommandation du Rev. H. O. Coxe, s’est empressé de nous confier son précieux manuscrit et nous a autorisés à en faire exécuter une copie. L’importance du recueil avait été signalée au monde savant par un dépouillement de M. Alfred J. Horwood, qui ne remplit pas moins de 36 colonnes, in-folio, d’un caractère très-serré, dans le rapport publié en 1874 par la Commission royale des manuscrits historiques.
— Huit pages mutilées d’un livre de médecine, partie en onciales, partie en minuscules du septième ou du huitième siècle. On jugera de la barbarie du style par quelques lignes relevées sur le fol. 3 v° : « Incipit epistola Ypogratis de naturas humana vel conceptionem eorus. Nunc ex Gregorum liber certatus sum et in latino eloquio thensauro abconditum pertulit quibus conpaginibus fomana materie contenemur in utero materno… » Ce curieux fragment a été donné par M. Chassaing, juge au Puy, qui l’avait remarqué dans la reliure d’un ouvrage de Nicolas de Lire imprimé en 1487. — (Nouv. acq. lat. 203.)
— Abrégé de Festus dédié par Paul Diacre à Charlemagne. (Nouv. acq. lat. 207.) — Belle copie du XVe siècle, faite pour Alphonse Ier, roi de Naples, comme l’attestent les armes du frontispice (écu écartelé au 1 et 4 d’Aragon, au 2 et 3 de Calabre), armes que nous avions déjà, disposées de la même façon, dans cinq autres mss. latins et dans deux mss. italiens. Au XVIIe siècle, ce ms. de Festus, qui a conservé sa reliure originale, faisait partie de la bibliothèque de l’abbaye de Vendôme.

Fonds français.

— Le Songe du Verger, copie sur parchemin, avec peintures, datée du 26 août 1480. — (Nouv. acq. fr. 1048.)µ— Chronique en vers de Bertran du Guesclin, par Cuvelier. Ms. sur papier, du XVe siècle, avec une reliure aux armes de d’Urfé. (Nouv. acq. fr. 993.)
— Statuts du métier de cirerie de la ville de Rouen, confirmés par Louis XI en 1468, et statuts du métier d’apoticairerie et d’épicerie de la même ville, confirmés par Louis XII en 1508. Ms. sur parchemin, avec peintures, du commencement du XVIe siècle. Reliure originale, bien conservée, dont l’un des plats représente l’Arbre de Jessé. (Nouv. acq. fr. 4060.)
— Lettre originale attribuée à Philippe de Commines.
— Lettres originales de Mme de Maintenon à M. de Guignonville. — (Nouv. acq. fr. 4051.)
— Recueil relatif aux camps, sièges, batailles, etc., du maréchal de Saxe dans les Pays-Bas, en 1744-1748, et aux combats et sièges de la campagne de 1744 sur le Rhin. Ce recueil comprend une centaine de grandes cartes et de plans. — (Nouv. acq. fr. 3287.)
— Lettres et documents relatifs aux émigrés rassemblés à Jersey, en 1794 et années suivantes. — (Nouv. acq. fr. 1029.)
— Lettre de Léopold Robert, adressée à M. Charles Lenormant. — Don de M. Muret, employé au département des médailles.
— Inventaire de la collection des autographes conservés à la bibliothèque de Saint-Pétersbourg. (Nouv. acq. fr. 4074-4076.) — C’est un des résultats de la dernière mission que M. Gustave Bertrand a remplie en Russie pour le ministère de l’instruction publique.
— Fragments du roman de Mainet. — Par les soins de M. Gazier, professeur au lycée Saint-Louis, le département des manuscrits a recueilli six feuillets d’un manuscrit français du treizième siècle, qui avaient servi à recouvrir une grande boîte en carton. Ces feuillets, fort mutilés, sont tout ce qui nous reste du Mainet, poëme du douzième siècle, relatif à l’enfance et à la jeunesse de Charlemagne. M. Gaston Paris, qui a publié dans la Romania (IV, 305-337) les fragments ainsi retrouvés du Mainet, a montré quelle place tient ce poëme dans le cycle carlovingien.
— Recueil de poésies latines et françaises, la plupart en l’honneur de Notre-Dame, écrit en 1498, par maître Regnault, pour Jehan Le Maire. (Nouv. acq. fr. 4061.) On remarque dans ce petit volume, qui a conservé sa reliure primitive : « 1° Les nobles dictiers, composez à l’onneur de la Vierge Marie, par feu messire George Chastelain, orateur du duc Philippes de Bourgogne, en son temps demourant en la bonne ville de Vallenciennes ; 2° Serventois fait par maistre Jehan Monnet, orateur de l’archiduc, resident en la dicte ville de Vallenciennes ; 3° une oraison composée par Jehan Le Maire, de la dicte ville de Vallenciennes. »
— Vies des poètes tourangeaux, par Colletet. (Nouv. acq. fr. 3074.) Ce,s vies, tirées du ms. du Louvre brûlé en 1871, se sont retrouvées dans la collection de M. Taschereau et appartiennent aujourd’hui à la bibliothèque de Tours. Nous en devons une copie à la libéralité de l’administration municipale de Tours et à la complaisance du bibliothécaire, M. Dorange. C’est un notable supplément à la copie incomplète de l’œuvre de Colletet cédée en 1872 à la Bibliothèque nationale par le libraire Claudin.
— Recueil de Beffara, intitulé « Hommages à Molière, Regnard, Quinault, Lully, etc. » (Nouv. acq. fr. 1003-1008.) — C’est le complément du recueil plus anciennement déposé à la Bibliothèque et formant les nos 12515-12530 du fonds français.
— Vie du P. Malebranche, par le P. André. (Nouv. acq. fr. 1038.) — Précieux document pour l’histoire de la philosophie française, dont Victor Cousin avait déploré la perte.

Fonds divers.

— Catalogue des mss. castillans et latins de la bibliothèque de l’Escurial. — (Espagnol 414.)
— Chronique du roi Henri IV par Diego Enriquiz de Castilla. Ms. du XVIe siècle. — (Espagnol 410.)
— Fac-simile des manuscrits relatifs aux « Brehon-Laves. » — (Celtique 72-88.) — Don de MM. les commissaires de Lois Brehon.
— Le livre des mascarades de Nuremberg. Ms. avec peintures du XVIe siècle. — (Allemand 259.)

Classements et catalogues.

Les bibliographes sont partagés sur la question de savoir dans quelle mesure les catalogues de livres imprimés doivent être livrés à l’impression ; ils sont unanimes à déclarer que les catalogues de manuscrits doivent être publiés. C’est là une obligation à laquelle la Bibliothèque nationale peut se soustraire moins que tout autre établissement. Fidèle à ses anciennes traditions, elle a promis au monde savant le catalogue de toutes ses collections manuscrites, et si elle est encore loin d’avoir tenu ses promesses, c’est que les ressources ne sont pas proportionnées à l’étendue de la tâche.

Les fonds orientaux continuent à être l’objet des travaux les plus persévérants et les plus consciencieux. L’exemple a été donné par M. Zotenberg, qui, après avoir rédigé et imprimé les catalogues des manuscrits hébreux et syriaques, termine, en ce moment, avec autant de dévouement que de science, le catalogue des manuscrits éthiopiens. Les neuf premières feuilles en sont déjà tirées ou bonnes à tirer.

M. le baron de Slane, à qui la littérature arabe a tant d’obligations, a bien voulu entreprendre le catalogue des manuscrits arabes. Il a rédigé, d’une manière définitive les notices des mss. 1-1275 de l’ancien fonds et des mss. 1-1000 du supplément.

M. E. Fagnan, sur la désignation du regretté M. Mohl, a été chargé de préparer le catalogue des mss. persans. Son examen a jusqu’ici porté sur les 1-131 de l’ancien fonds et sur les nos 1-500 du supplément.

M. Léon Feer a soumis à une dernière révision son catalogue des mss. pâlis ; ce travail aurait déjà pu âtre livré aux compositeurs, si l’Imprimerie nationale eût possédé les types nécessaires pour reproduire en caractères orientaux les textes singhalais, birmans et cambodgiens, cités dans les diverses notices de ce catalogue. — En outre, dans le cours de l’année 1875, M. Feer a mis en ordre les 1421 manuscrits tracés sur olles que possède la Bibliothèque. Tous ces mss. sont aujourd’hui placés dans des boîtes numérotées, de telle façon qu’aucun désordre ne peut s’y introduire. Voici un tableau sommaire de cette section de nos fonds orientaux :

Premier groupe. Pâlis, sans distinction d’écriture, 578 ; singhalais, 43 ; — birmans, 55 ; — siamois, 44 ; — cambodgiens, 34 ; — javanais, 13.

Second groupe. Sanskrits, en caractères bengali, 95 ; — id. en caractères grantham, 34 ; — id. en caractères telinga, 67 ; — tamouls, 416 ; — telingas, 23 ; — indiens, langues et écritures diverses, 19.

Le conservateur du département des manuscrits, M. Michelant, activement secondé par M. Deprez, poursuit l’impression du t. III du Catalogue des manuscrits français, qui sera, comme le tome II, principalement consacré à des correspondances originales et à divers documents historiques du XVIe et du XVIIe siècle. Dans le cours de l’année 1875, 22 feuilles ont été tirées ou mises en bon à tirer. Le volume a atteint la page 304 et contient la description de 227 manuscrits, cotés 3767-3993.

Le fonds français, qui s’arrêtait au n° 25696, s’est augmenté d’une série de 788 volumes (nos 25697-26484), composée à peu près exclusivement de pièces sur parchemin, du XVIe et du XVIIe siècle, dont le public n’avait pu jusqu’à présent obtenir communication, malgré l’intérêt qu’elles présentent pour les travaux historiques. Cette série comprend :

1° Environ 100,250 pièces originales, provenant des rebuts de l’ancienne CHAMBRE DES COMPTES, que la Bibliothèque avait acquises dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Le classement de ces pièces, entrepris à différentes époques et par divers fonctionnaires du département des manuscrits, a été dans ces derniers temps mené à bonne fin par M. Ulysse Robert, qui, en tenant compte de quelques essais de classement antérieurs, les a disposées comme il suit :

Chartes royales, au nombre de 10,561, rangées chronologiquement dans 55 volumes cotés 25697-25751. Comptes de bouche, au nombre de 1,621, rangés chronologiquement dans 12 volumes cotés 25752-25763. Montres, au nombre de 12,859, rangées chronologiquement dans 138 volumes cotés 25764-25901.
Rôles de fouage, au nombre de 9,068, rangés chronologiquement dans 32 volumes cotés 25902-25943. Quittances et autres pièces pour servir d l’histoire de différentes villes ou localités, au nombre de 1,270, rangées par ordre alphabétique de noms de lieux, dans 6 volumes cotés 25944-25949.
Quittances des Suisses, au nombre de 4,978, classées chronologiquement dans 16 volumes cotés 25950-25965. Quittances ecclésiastiques, au nombre de 6,288, rangées par ordre alphabétique de noms d’établissements, dans 26 volumes cotés 25966-25991.
Quittances et pièces diverses, au nombre de 53,609, classées chronologiquement dans 271 volumes cotés 25992-26262.

2° Les titres originaux que DOM VILLEVIEILLE avait réunis et classés suivant l’ordre alphabétique des noms de famille ; cet ordre a été respecté dans les 37 volumes consacrés au recueil de Villevieille et cotés 26263-26299.

3° Les titres originaux du généalogiste JAULT, rangés pareillement suivant l’ordre alphabétique et remplissant 9 volumes, nos 28300-26308.

4° Les titres originaux de BLONDEAU, qui sont restés dans l’ordre adopté par ce généalogiste (Fiefs, Domaines et Mélanges) et qui ont formé 176 volumes, nos 26309-26484.

La collection des Titres scellés de Clairambault présente beaucoup d’analogie avec plusieurs des séries de pièces de la Chambre des comptes qui viennent d’être rattachées au fonds français. Elle est depuis longtemps mise à profit par les savants ; mais le système de classement adopté par Clairambault en rend l’usage fort incommode. En effet, les actes y sont rangés suivant l’ordre alphabétique des noms d’hommes, de sorte que, pour y trouver tous les documents relatifs à une époque ou à un événement, il faudrait feuilleter les 280 volumes dont se compose la collection. Le Conseil de perfectionnement de l’École des chartes a pensé qu’il y aurait la plus grande utilité à en rédiger une table à la fois analytique et chronologique : il a confié le commencement de ce travail à M. Richou, archiviste-paléographe, à qui le dépouillement des 42 premiers volumes a déjà fourni environ 7,000 notices. Avec cette table, il faut s’attendre à voir bientôt la collection de Clairambault très-fréquemment consultée, et par là même les innombrables sceaux qu’elle contient exposés à de plus grandes chances de détérioration et de destruction. Ce mal, qu’il n’est pas en notre pouvoir d’empêcher, sera jusqu’à un certain point conjuré par les empreintes que M. Demay tire, pour la collection sphragistique des Archives nationales, de tous les sceaux et cachets compris dans les volumes de Clairambault ; le moulages déjà porté sur les 80 premiers volumes.

Des différentes séries du Cabinet des titres, l’une des moins connues, mais soudes moins importantes, est celle des Carrés de d’Hozier. Acquise en 1851, elle était restée en paquets, sans qu’il fût possible d’en vérifier exactement le contenu et d’en faire profiter le public, qui n’aura pas seulement des renseignements généalogiques à y puiser. Aujourd’hui, les 91 premiers volumes en sont reliés ; ils renferment les dossiers relatifs aux familles dont les noms sont compris entre le commencement de l’alphabet et le mot Bezu. Le classement et la reliure de cette série seront poursuivis sans interruption.

En dehors du Cabinet des titres, les papiers de Joly de Fleury, si importants pour l’histoire du XVIIIe siècle, sont à peu près la seule collection du département des manuscrits dont le classement soit encore en souffrance. Ils formeront environ 2,600 volumes, dont les quatre cinquièmes sont définitivement constitués. M. Molinier, archiviste-paléographe, désigné par le Conseil de perfectionnement de l’Ecole des chartes, s’est occupé en 1874 et en 1875 du rangement des papiers non encore classés ; il a réuni les éléments d’une notice qui provisoirement tiendra lieu de catalogue et d’après laquelle une cote pourra être assignée à chaque volume.

Le catalogue qu’Eug. de Ochoa a rédigé en 1844 des mss. espagnols de la Bibliothèque nationale est depuis longtemps reconnu incomplet et insuffisant ; mais pour le remplacer, il fallait s’assurer la collaboration d’un bibliographe qui eût étudié à fond la langue, la littérature et l’histoire de l’Espagne. Ces conditions étaient remplies par M. Morel Fatio, qui a entrepris le travail sous les auspices du Conseil de perfectionnement de l’Ecole des chartes et qui le mènera à bonne fin pour le compte de la Bibliothèque. Il a déjà rédigé 189 notices : c’est à peu près la moitié de la tâche qui lui est actuellement imposée.

M. Bordier, bibliothécaire honoraire, continue avec une persévérance exemplaire à relever et décrire les peintures et les dessins qui ornent les manuscrits grecs. Le travail qu’il a entrepris sur ce fonds sera terminé dans le cours de l’année 1876.

Réintégrations.

Les classements et les inventaires, dont l’exécution ne saurait jamais être poussée trop activement, ne facilitent pas seulement les recherches des savants : ils assurent l’intégrité des collections et préviennent le retour des déplorables abus qui ont fait sortir de la Bibliothèque tant de pièces précieuses. Une partie du mal a été dévoilée, sans la moindre exagération, dans le volume qu’ont publié en 1851 MM. Lalanne et Bordier sous le titre de Dictionnaire des pièces autographes volées aux bibliothèques publiques de la France. Plus d’une fois les indications consignées dans ce Dictionnaire nous ont permis de rentrer en possession de documents jadis détournés par des mains coupables et depuis passés dans des cabinets d’amateurs, dont personne ne songe à soupçonner l’honorabilité ni même la délicatesse.

Rarement une collection d’autographes est mise en vente, sans qu’on n’y trouve un plus ou moins grand nombre de lettres dont l’origine n’est pas douteuse et que les possesseurs s’empressent de nous restituer, dès qu’un appel est fait à leur bonne foi et à leur générosité. En pareille circonstance, la Bibliothèque a toujours eu à se louer de l’obligeance et de la loyauté de M. Etienne Charavay6. Dans les ventes qu’il a dirigées en 1875, il a ménagé à la Bibliothèque nationale la restitution d’une quinzaine de lettres écrites par d’illustres personnages : Théodore de Bèze, J. A. de Thou, Rubens, Boulliau, Saumaise, le maréchal du Plessis-Praslin, Colbert, Baluze, Mabillon, l’abbé Fleury. Toutes ces pièces, autant que possible, ont été rétablies à leurs places primitives.

L’année 1875 a été signalée par une réintégration plus importante. En 1848, on avait saisi au domicile de Libri un assez grand nombre de pièces, qui, après avoir servi à l’instruction de l’affaire, étaient restées au greffe comme pièces de conviction, et qui devaient être définitivement acquises au domaine après l’expiration des délais légaux. Remises provisoirement à la Bibliothèque en 1869 à titre de sequestre, elles échappèrent ainsi à l’incendie de 1871. MM. Bordier et Michelant ont achevé en 1875 la mission que l’autorité judiciaire leur avait confiée. Par leurs soins, plusieurs établissements publics de Paris et des départements sont rentrés en possession de pièces qui leur avaient été soustraites, et la Bibliothèque nationale a conservé une suite assez considérable de documents anciens et modernes, dont les uns ont été rétablis à leurs places primitives, tandis que les autres ont servi à constituer de nouveaux recueils, qui dès maintenant ont de l’importance, surtout pour l’histoire littéraire (notamment les nos 3254-3286 du fonds français des nouvelles acquisitions).

C’est aussi à l’intervention de la justice que le département des manuscrits doit la restitution d’un très-bel exemplaire du Décret de Gratien, qui lui appartenait virtuellement depuis l’année 1804, mais dont il n’aura été réellement mis en jouissance que dans le cours de l’armée 1876. Les vicissitudes par lesquelles a passé ce manuscrit méritent d’être exposées en détail. Nous en empruntons le récit à une note qui avait été rédigée pour soutenir la revendication de la Bibliothèque.

Vers l’année 1720, le président Bouhier, possesseur d’une des plus riches bibliothèques qu’un particulier eût jamais formées, en rédigea un catalogue dont l’original autographe nous a été conservé. Au tome II de ce catalogue, déposé à la bibliothèque de l’école de médecine de Montpellier, nous lisons (p. 6) un article ainsi conçu :

« A 71. Gratiani discordantium canonum concordia, sive sanctorum decretorum collectio integra, cum antiquis glosis. Volumen ingens et eleganter in membranis descriptum, cum figuris XIV° sæculo, ni fallor. In hujus calce hæc leguntur : Correctum per dominum Franciscum de Prato et per Bertholomeum Bertholi de Bononia in ecclesia Sancti Barbatic. Frater Adigherius gratia Hugolini de Castanglo scripsit. »

Le président Douhier possédait donc un exemplaire manuscrit du Décret de Gratien. Cet exemplaire avait été corrigé à Bologne par Franciscus de Prato et par Bertholomeus Bertholi. Il avait été copié par Frater Adigherius de Castanglo. Il avait reçu la cote A 71. Ajoutons qu’il devait, comme la plupart des manuscrits de Bouhier, être recouvert de velours noir.

La bibliothèque dont faisait partie ce manuscrit de Gratien échut, après la mort du président Bouhier, en 1746, à son gendre, le marquis de Bourbonne, à la mort duquel elle fut vendue par le comte d’Avaux, son gendre, à l’abbaye de Clairvaux, de l’ordre de Citeaux.

Au commencement de la Révolution, et en vertu des décrets de l’Assemblée nationale, la bibliothèque de Clairvaux, formée en grande partie de celle du président Bouhier, devint propriété nationale, et, comme telle, fut portée d’abord à Bar-sur-Aube, chef-lieu du district, puis à Troyes, chef-lieu du département.

Pour veiller à la conservation des monuments de littérature, de science et d’art, qui appartenaient à la nation, et pour rechercher le meilleur emploi qui pourrait en être fait, le gouvernement institua, d’abord en 1790, la Commission des monuments, puis en 1793 la Commission temporaire des arts, qui reçut en 1716 la dénomination de Conseil de conservation des objets de sciences et d’arts. A partir de 1705, conformément aux avis de cette Commission ou de ce Conseil, le ministre de l’intérieur fit venir à Paris, pour être incorporés dans les collections de la Bibliothèque nationale, un certain nombre de manuscrits déposés soit dans les chefs-lieux de district, soit dans les chefs-lieux de département. En 1801, une mesure plus générale fut adoptée. Chardon de la Rochette avait émis l’avis que tous les manuscrits importants, disséminés dans les divers dépôts des départements, devraient être centralisés à Paris et qu’un commissaire devrait être envoyé sur place pour déterminer les articles qu’il conviendrait de choisir pour la Bibliothèque nationale7. Le soin de remplir cette mission fut confié à Chardon de la Rochette lui-même, que le ministre Chaptal accrédita auprès des préfets et des sous-préfets par une circulaire du 14 thermidor an IX, conçue dans les termes suivants :

« Le citoyen Chardon de la Rochette, ex-membre du conseil de conservation des objets de sciences et arts, citoyen, est envoyé dans tous les départements de la République pour une mission relative au bibliothèques, aux dépôts littéraires et à tout ce qui peut intéresser les sciences et les arts. Je vous prie de faciliter, par tous les moyens possibles, à ce savant la mission de confiance que je lui ai donnée, afin que le Gouvernement, éclairé par les observations qu’un homme aussi instruit aura faites dans les diverses contrées de la République, puisse s’occuper plus efficacement et avec plus d’utilité de l’organisation intérieure de tous les ébalissements d’instruction. Je vous salue. — CHAPTAL. »

Chardon de la Rochette, qui s’était fait adjoindre le docteur Prunelle, arriva à Troyes au commencement de l’année 1804. Il dressa une liste de 147 manuscrits, « mis en réserve », disait-il, « pour la Bibliothèque nationale. » Cette liste, écrite de la main de Chardon de la Rochette, fut soumise au ministre et revint à Troyes revêtue de cette mention : « Vu et approuvé, pour le ministre de l’intérieur, le secrétaire général du ministère, COULOMBE. »

Après renvoi à Paris de la liste des 147 manuscrits mis en réserve pour la Bibliothèque nationale, Chardon de la Rochette dressa une liste supplémentaire, comprenant vingt-cinq cartons et une liasse, mis également « en réserve pour la Bibliothèque nationale. » En tête de cette liste supplémentaire, datée du 3 prairial an XII, il écrivit ces mots :

« Je donne, au nom du Ministre de l’intérieur, au citoyen Herluison, bibliothécaire de la bibliothèque centrale du département de l’Aube, pleine et entière décharge des cartons suivants, au nombre de 25, plus une liasse, mis en réserve pour la Bibliothèque nationale, dont la note n’a pu être jointe à temps à la première liste, mais annoncée ministre. »

La liste des 147 manuscrits, signée par le secrétaire général du ministère Coulombe, et la liste supplémentaire, signée par Chardon de la Rochette, commissaire du gouvernement pour les objets de sciences et d’arts, furent acceptées comme une décharge parfaitement régulière par Herluison, alors bibliothécaire de la bibliothèque centrale du département de l’Aube. Elles sont encore, à ce titre, conservées sous le n° 2407 parmi les manuscrits de la ville de Troyes, et enregistrées au catalogue officiel, avec cette désignation : « Catalogue des livres et manuscrits choisis dans la bibliothèque de la ville de Troyes, en exécution des ordres du ministre de l’intérieur, en date du 2 ventôse an XII, par les citoyens Prunelle et Chardon-la-Rochette ; manuscrit original de ces deux commissaires, laissé comme reçu ou décharge entre les mains du bibliothécaire. »

Ces deux listes, indiquant d’une façon authentique les manuscrits que Chardon de la Rochette retira de la bibliothèque de Troyes, au nom du ministre de l’intérieur, pour les déposer à la Bibliothèque nationale, ont été publiées d’abord en 1844 par Harmand dans une Notice sur la bibliothèque de Troyes8, puis, en 1855, au commencement du tome II du Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques des départements.

Le 18 messidor de la même année, la Bibliothèque nationale recevait les manuscrits que Chardon de la Rochette avait choisis pour elle, et Mouchet, employé au département des manuscrits, en dressait, au moment même de la réception, un état que nous avons encore dans nos archives et qui est intitulé : « Catalogue des manuscrits du président Bouhier, transportés de la bibliothèque de l’abbaye de Clairvaux à Troyes, d’où ils ont été envoyés à la Bibliothèque nationale. »

L’état dressé par Mouchet comprend 115 articles. On a vu tout à l’heure que Chardon de la Rochette avait reçu à Troyes livraison de 173 articles. Comme il en a seulement livré 115, il faut chercher la cause de cette différence, et voir ce que sont devenus 58 articles qui, figurant sur la liste des manuscrits livrés par le bibliothécaire de Troyes à Chardon de la Rochette pour la Bibliothèque nationale, ne se trouvent point sur la liste des manuscrits que cet établissement reçut de Chardon de la Rochette.

La cause de cette différence est malheureusement trop évidente. C’est que Chardon de la Rochette avait conservé par devers lui une part considérable du lot qu’il avait choisi à Troyes pour la Bibliothèque nationale. La négligence ou l’infidélité du commissaire ne tarda pas à éclater au grand jour.

A peine Chardon de la Rochette était-il mort, le 18 septembre 1814, on trouvait dans son cabinet 20 volumes manuscrits provenant de la bibliothèque de Troyes, que Van Praet, l’un des conservateurs de la Bibliothèque, faisait immédiatement déposer au département des manuscrits, et dont un employé de ce département, l’abbé Lespine, à la date du 29 juin 1815, dressait une liste intitulée : « Etat des livres manuscrits que M. Van Praet a fait déposer à la Bibliothèque impériale, lesquels ont été trouvés dans la bibliothèque de M. Chardon de la Rochette. — Nota : Ces manuscrits ont été placés à la suite des manuscrits du président Bouhier, comme ayant fait partie autrefois de la bibliothèque de ce magistrat. »

Malgré cette réintégration, la Bibliothèque restait encore privée d’une partie considérable des manuscrits qui avaient été choisis pour elle à Troyes, en 1804. Il lui manquait notamment plusieurs des correspondances du XVIIe et du XVIIIe siècle qui formaient une des richesses de la collection de Bouhier, et que Chardon de la Rochette s’était bien gardé de laisser de côté. Ainsi la première de listes laissées à Troyes pour servir de décharge contenait ces deux mentions :

« 48. Danielis Heinsii epistolæ 44, in quarto. 1 vol.
« 58. Lettres de Jean Besly à André Duchesne et autres, in-fol. 1 vol. »

La seconde liste se terminait par cette mention :

« 6° Vingt cartons et une liasse renfermant les lettres originales de divers savants, adressées au président Bouhier. »

Cependant ni les lettres de Heinsius, ni celles de Besly, ni la correspondance de Bouhier ne figurent sur l’état des manuscrits qui furent remis à la Bibliothèque en 1804. Tons ces précieux manuscrits étaient restés entre les mains de Prunelle, le collègue et l’ami de Chardon de la Rochette. Le 1er juin 1831, le président du Conservatoire communiquait à ses collègues une lettre de Prunelle qui accompagnait un envoi considérable de documents manuscrits et qui était conçue dans les termes suivants :

« J’ai l’honneur de vous faire remise de la correspondance inédite du président Bouhier, dont les pièces sont réparties en treize cartons. A ces cartons sont réunis deux volumes, l’un contenant la correspondance originale de Jean Besly, l’autre une copie de quelques lettres de Heinsius… En même temps que ces manuscrits, qui n’ont jamais figuré dans la collection de la Bibliothèque, je vous remets également cinq volumes manuscrits, formant. la correspondance de l’abbé Nicaise… »

Prunelle terminait sa lettre en priant M. Van Praet de remettre raccusé de réception à son ami M. Parison. Ce dernier avait été, lui aussi, lié avec Chardon de la Rochette ; il avait recueilli une partie de ses papiers. Aussi ne fut-on pas surpris quand, à la vente du cabinet de Parison, en 1856, on vit paraître une importante série de pièces qui venaient du président Bouhier, et dont plusieurs figuraient sur les listes que Chardon de la Rochette avait remises au bibliothécaire de Troyes pour lui servir de décharge.

Ainsi, la première des listes laissées à Troyes portait sous le n° 73 : « Lettres de l’avocat Marais au président Bouhier, avec les réponses du président, in-quarto, cinq volumes. » Le département des manuscrits n’avait reçu que trois volumes de lettres de Marais ; il lui manquait les deux volumes de réponses du président Bouhier. Ces deux volumes se retrouvèrent dans la succession de Parison. La Bibliothèque les réclama et se les fit restituer, en même temps que trois autres volumes, une liasse de papiers divers, et 80 pièces originales, dont nous avons, dans nos archives, à la date de juin 1858, un état détaillé, dressé par M. Claude et intitulé : « Manuscrits du président Bouhier, remis à la Bibliothèque impériale par les héritiers de M. Parison, à qui ils avaient été communiqués par Chardon de la Rochette. »

Les points suivants sont donc surabondamment démontrés :
1° Dans le cours de l’année 1804, Chardon de la Rochette choisit à Troyes et se fit remettre pour la Bibliothèque nationale 173 articles manuscrits ;
2° Il n’en fit parvenir que 115 à la Bibliothèque nationale ;
3° Il conserva irrégulièrement par devers lui tout ou partie des 58 articles détournés de leur destination légitime ;
4° Plusieurs des articles ainsi détournés se retrouvèrent d’abord en 1814, à la mort de Chardon de la Rochette, dans le cabinet de celui-ci ; puis, en 1831, entre les mains de Prunelle, le collaborateur et l’ami de Chardon de la Rochette ; enfin, en 1856, dans le cabinet de feu Parison, autre ami de Chardon de la Rochette ;
5° La Bibliothèque nationale, légitime propriétaire des articles choisis pour elle à Troyes en 1804, s’est fait attribuer, en 1815, en 1831 et en 1858, ceux de ces articles qui ne lui avaient pas été livrés en 1804, et que des circonstances fortuites avaient fait découvrir, soit au domicile de Chardon de la Rochette, soit au domicile de ses amis.

Malheureusement, la Bibliothèque est encore loin d’avoir recouvré tout ce qui manquait à l’envoi de 1804. Ce fut seulement en 1856, lors de la publication dans le tome II du Catalogue général des listes laissées à Troyes par Chardon de la Rochette, ce fut, disons-nous, en 1856, que les conservateurs du département des manuscrits purent constater rigoureusement la différence qui existait : d’une part, entre l’état des manuscrits livrés le 3 prairial an XII par le bibliothécaire de Troyes et destinés à la Bibliothèque nationale ; et d’autre part, entre l’état des manuscrits déposés le 18 messidor suivant à la Bibliothèque nationale. La comparaison des deux états leur fit reconnaître que 39 articles portés sur les listes de Troyes n’avaient point encore été remis au département des manuscrits. Ils dressèrent un état de ces 89 articles, qui avaient été détournés de leur destination entre le 3 prairial et le 18 messidor an XII. Cet état, signé par MM. Hase, N. de Wailly et Reinaud, fut communiqué au Conservatoire, dans la séance du 16 avril 1856.

Le cinquième des manuscrits que les conservateurs, dans leur déclaration du 16 avril 1856, signalaient comme n’ayant pas été remis en 1804 à la Bibliothèque nationale, quoiqu’ils eussent été livrés la même armée à Chardon de la Rochette pour cet établissement, est celui qui est ainsi mentionné sur la première liste des Manuscrits mis en réserve pour la Bibliothèque nationale, par le commissaire Chardon de la Rochette.

« 15. Gratiani colleclio sanctorum canonum, in-folio, sur vélin, avec un frontispice et des miniatures de la plus grande beauté. Velours noir, 1 volume. »

Les mots « velours noir » indiquent l’étoffe dont était couvert l’exemplaire de Gratien, choisi par Chardon de la Rochette. C’était l’uniforme dont les manuscrits de la famille Bouhier étaient revêtus. Les Bollandistes en faisaient de la remarque en 1662, lors de leur visite à la bibliothèque des Bouhier9, et l’on peut encore en voir de nombreux exemples tant à la bibliothèque de Troyes qu’à la Bibliothèque nationale.

L’exemplaire de Gratien, orné de « miniatures de la plus grande beauté », couvert de « velours noir », et provenu du cabinet de Bouhier, que Chardon de la Rochette choisit à Troyes en 1804 pour la Bibliothèque nationale, est celui qui portait la cote A71 dans la bibliothèque de Bouhier, et que le président Bouhier, comme on l’a vu plus haut, signalait comme remarquable par son élégance et par ses peintures. Cette identité est d’autant plus indubitable, que la bibliothèque de Bouhier ne renfermait que ce seul exemplaire de Gratien.

Le Gratien choisi à Troyes pour la Bibliothèque nationale est donc le ms. A 71 du catalogue de Bouhier, et, d’après ce qui a été dit plus haut, c’est un très-élégant exemplaire, orné de peintures, dont le texte, corrigé à Bologne par Franciscus de Prato et par Bertholomeus Bertholi, a été copié par Frater Adigherius pour Hugolinus de Castanglo.

Or, au commencement de l’année 1874, le libraire Bachelin-Deflorenne a mis en vente un très-bel exemplaire de Gratien, provenu du cabinet de Bouhier, orné de peintures, dont le texte, corrigé par Franciscus de Prato et Bertholomeus Bertholi de Bononia, a été copié par Frater Adigherius pour Hugolinus de Castanglo10.

Ce rapprochement suffit pour montrer jusqu’à la dernière évidence quels manuscrit mis en vente par Bachelin-Deflorenne est bien celui que Chardon de la Rochette se fit remettre en 1804 par le bibliothécaire de Troyes pour la Bibliothèque nationale. Il n’y avait, en effet, je le répète, qu’un seul manuscrit du Décret de Gratien dans la bibliothèque de Bouhier. Qu’on examine d’ailleurs avec attention le frontispice du volume saisi entre les mains de Bachelin-Deflorenne : on y trouvera11 je n’en doute pas, soit la cote A 71, soit la trace du grattage de la cote A 71. Ce seul indice démontrera aux plus sceptiques que le manuscrit qui fait l’objet du procès est incontestablement celui que possédait Bouhier, et par là même celui que Chardon de la Rochette reçut en 1804 de bibliothécaire de Troyes et qu’il aurait fait entrer la même année à la Bibliothèque nationale, s’il eût fidèlement rempli la mission dont l’avait chargé le ministre Chaptal.

Vainement, pour jeter quelque doute sur l’identité de l’exemplaire, on allègue que les copies de Gratien sont nombreuses, et qu’il y en a au moins six en Belgique12. La multiplicité des copies de Gratien n’est pas contestée. Nous serions bien peu fondés à la révoquer en doute, car nous avons au département des manuscrits de la Bibliothèque nationale 36 anciennes copies de cet ouvrage. Mais aucune de nos 36 copies et aucune des 6 copies de Belgique ne provient de Bouhier. Aucune n’a été révisée et corrigée par Franciscus de Prato, Bertholomeus Bertholi et Frater Adigherius ; aucune n’a été exécutée pour Hugolinus de Castanglo.

Une deuxième objection tirée de la reliure du manuscrit n’a pas plus de fondement. Le manuscrit qui a été choisi à Troyes pour la Bibliothèque nationale était, nous dit-on, couvert de velours ; et celui qui a été saisi chez M. Bachelin-Deflorenne est couvert de cuir de Russie. Mais tout expert à qui sera soumis ce dernier volume n’hésitera pas à déclarer que la reliure actuelle est postérieure à l’année 1804, et qu’elle a parfaitement pu être substituée à une reliure en velours, datant du dix-septième siècle, et plus ou moins endommagée par le temps, comme la plupart des anciennes reliures en velours noir des manuscrits de Bouhier. Cette objection n’est donc pas sérieuse.

Mais nos adversaires sont les premiers à reconnaître que les objections tirées de la multiplicité des exemplaires de Gratien et de la différence de reliure n’ont aucune valeur. Ils allèguent, en effet, que « la bibliothèque de Troyes, en 1820, vendit comme inutiles des livres inappréciables, et que des incunables même furent vendus au poids. » Nous opposer cette vente de 1820, c’est implicitement reconnaître que le manuscrit par nous réclamé vient de la bibliothèque de Troyes et est bien celui qui figurait dans l’ancienne bibliothèque de Bouhier. Prenons acte en passant de cet aveu. Mais à quoi bon faire intervenir la vente de 1820 ? D’abord, le texte de Des Guerrois, que cite la partie adverse, ne fait aucune allusion à des ventes de manuscrits. Mais admettons que la vente de 1820 ait porté sur des manuscrits, comme sur des imprimés. Comment veut-on que la bibliothèque de Troyes ait vendu en 1820 un manuscrit que Chardon de la Rochette avait emporté en 1804 pour la Bibliothèque nationale et qui figure sur la liste authentique laissée pour décharge au bibliothécaire de Troyes ? Il ne faut donc tenir aucun compte de la vente de 1820. Elle ne saurait expliquer la présence du Gratien de Bouhier entre les mains de Bachelin-Deflorenne, pas plus qu’elle n’a servi à couvrir les détournements dont Libri et Earmand se sont rendus coupables au détriment de la bibliothèque de Troyes.

C’est en vain qu’on essaye d’obscurcir une question de fait qui est de la plus grande simplicité et qu’on peut résumer en deux mots.

Le président Bouhier avait recueilli dans son cabinet, sous la cote A 71, un manuscrit de Gratien, orné de peintures, corrigé par Francisons de Prato et Bertholomeus Bertholi de Bononia, copié par Frater Adigherius pour Hugolinus de Castanglo.

Ce manuscrit, peu d’années avant la Révolution, fut acquis par l’abbaye de Clairvaux, avec les autres livres du président Bouhier. En vertu des lois révolutionnaires, il devint propriété nationale et fut porté de Clairvaux à Bar-sur-Aube, puis à Troyes.

En 1804, Chardon de la Rochette, agissant au nom du gouvernement, se le fit remettre pour la Bibliothèque nationale et en donna décharge au bibliothécaire de Troyes. Mais, au lieu de le livrer aux conservateurs de la Bibliothèque nationale, il le garda pour lui ou pour un ami, comme beaucoup de manuscrits qu’il avait choisis à Troyes en qualité de commissaire du gouvernement.

En 1874, ce manuscrit, après avoir passé par diverses mains, est mis publiquement en vente à Paris. La Bibliothèque nationale, à laquelle une décision ministérielle de 1804 l’avait attribué, l’a reconnu, même sans l’avoir vu et à la simple lecture d’un catalogue publié par Bachelin-Deflorenne. Elle l’a réclamé comme sa propriété indiscutable et inaliénable, et comme la prescription ne saurait lui être opposée, elle a été parfaitement fondée à le faire saisir, le 21 février 1874, dans la salle où il allait être vendu.

Habilement développées par Me Victor Lefranc, et résumées avec autant de force que de clarté par M. le substitut Laval, ces raisons ont paru décisives au tribunal civil de la Seine (1re chambre), qui a rendu, le 22 décembre 1875, le jugement suivant :

« Le tribunal,
» Attendu, en droit, que le domaine public comprend tout ce qui, par sa nature et sa destination, constitue entre les mains de l’Etat un dépôt immuable définitivement consacré à l’usage de tous ;
» Attendu que les imprimés, manuscrits et autres collections précieuses, qui appartiennent à l’Etat, et qu’il a réunies dans l’intérêt général, sont inaliénables et imprescriptibles comme dépendant du domaine public ;
» Attendu, en fait, que Chardon de la Rochette, envoyé à Troyes par le Ministre de l’intérieur Chaptal, au cours de l’année 1804, afin de choisir pour la Bibliothèque nationale les manuscrits les plus importants se trouvant dans la bibliothèque centrale du département de l’Aube, a mis de côté un volume in-folio contenant les Décrets de Gratien ;
» Qu’il a décrit ce manuscrit sous le n° 15 de la liste qui a été transmise par lui au Ministre de l’intérieur, qui a été revêtue de l’approbation du gouvernement et qui est demeurée déposée à la bibliothèque de Troyes comme reçu et décharge des livres envoyés à la Bibliothèque nationale ;
» Qu’à dater de la mise en réserve par Chardon de la Rochette et du dépôt entre les mains du bibliothécaire de Troyes du reçu descriptif, les ouvrages qui y étaient relatés sont entrés dans le domaine de la Bibliothèque nationale ;
» Qu’une conservation abusive, un prêt indéfiniment prolongé ou un détournement n’ont pu altérer le caractère de la propriété ainsi constituée, ni y porter atteinte ;
» Que la seule question à résoudre est de savoir si le manuscrit mis en vente en Angleterre et acquis par Bachelin-Deflorenne est bien celui qui a été décrit en 1804 par Chardon de la Rochette, et si ce dernier provenait de la bibliothèque de Bouhier ;
» Attendu que la description de Chardon de la clochette concorde exactement avec celle insérée par le président Bouhier dans le catalogue conservé à la bibliothèque de Montpellier, où le volume figure avec le numéro d’ordre A 71 ;
» Que le commissaire du gouvernement n’avait pas à indiquer la provenance du manuscrit dans la mention sommaire qu’il lui consacrait, puisque tous les manuscrits compris dans la liste provenaient du président Bouhier ;
» Que le manuscrit des Décrets de Gratien, figurant au catalogue de Montpellier, était donc certainement le même que celui mis en réserve en 1804 pour la Bibliothèque nationale ;
» Attendu, d’autre part, que l’exemplaire acheté par Bachelin-Deflorenne se rapporte exactement à la description du manuscrit contenue dans le catalogue dressé en 1721 par le président Bouhier, tant au point de vue du vélin sur lequel il est écrit que des miniatures dont il est orné et de la désignation du copiste, qui le termine ;
» Que l’exemplaire revendiqué porte d’ailleurs la mention Codex bibliothecæ Boherianæ A 71 ;
» Que ces indications, correspondant à celles du catalogue de Bouhier, enlèvent tout doute sur l’identité ;
» Attendu que, si la bonne foi de Bachelin-Deflorenne ne peut être contestée, il est néanmoins certain que son attention aurait dû être éveillée par les mentions d’origine inscrites au premier feuillet, la possession par l’Etat de tous les manuscrits du président Bouhier étant de notoriété publique et ayant été rappelée dans plusieurs publications officielles ou privées, qui sont entre les mains de tous les érudits ;
» Attendu que, dans ces circonstances, il n’y a pas lieu de s’arrêter aux objections tirées de la reliure, du frontispice et de l’existence possible dans la bibliothèque du président Bouhier d’un autre exemplaire des Décrets de Gratien, présentant les mêmes caractères distinctifs que le premier, lesquelles objections sont détruites par l’examen même du manuscrit litigieux ou dénuées de vraisemblance ;
» Attendu, dès lors, que la Bibliothèque nationale était en droit de faire pratiquer la saisie-revendication du 21 février 1874, et qu’il y a lieu de déclarer ladite saisie bonne et valable ;
» Par ces motifs,
» Déclare la Bibliothèque nationale seule et véritable propriétaire de l’exemplaire manuscrit des Décrets de Gratien, qui a été saisi-revendiqué aux mains de Bachelin-Deflorenne par acte extrajudiciaire du 21 février 1874 ;
» Déclare bonne et valable la saisie-revendication pratiquée sur lui à ladite date ;
» Ordonne que Grandjean, séquestre, remettra, sur le vu du présent jugement, ledit exemplaire à l’administrateur général de la Bibliothèque nationale ;
» Condamne Bachelin-Deflorenne aux dépens, y compris ceux de séquestre. »

DÉPARTEMENT DE MÉDAILLES ET ANTIQUES.

Accroissement des collections.

Pendant l’année 1875, la Monnaie a déposé, en double exemplaire, 261 médailles de bronze.

Les séries de médailles de l’antiquité, du moyen-âge et des temps modernes se sont augmentées d’environ 220 pièces, dont les principales vont être énumérées.

Une très-rare monnaie en or de la ville de Maronée en Thrace : c’est un demi-statère, d’une remarquable conservation ; — des médailles impériales des villes peu connues de Palæopolis de Carie, Accillea, Hierapolis et Ococlia de Phrygie ; — un tétradrachme d’argent d’Orsoaltès, roi oublié par l’histoire, qui paraît avoir régné dans un canton de la Thrace après l’époque d’Alexandre le Grand, dont il a copié le type monétaire ; — un statère d’or de Cyzique ; — une monnaie d’argent d’Alexandre Ier, roi d’Epire, fraction monétaire très-rare ; — un tétradrachme d’argent d’Euthydème, roi de la Bactriane ; — un autre d’Antimaque, roi de la même contrée, avec l’effigie de ce prince, dont on a peu d’exemples ; — deux médailles en bronze des villes de Pella de la Décapole et d’Ascalon de Judée.

A la suite impériale romaine d’or, l’une des plus complètes du cabinet, sont venues s’ajouter quinze nouvelles pièces, qui toutes y faisaient défaut et dont plusieurs étaient inédites. Nous les devons à un vote libéral du Conseil municipal de paris, qui, ayant à disposer du trésor trouvé en 1867 dans des fouilles pratiquées au lycée Henri IV, a reconnu que quinze pièces de ce trésor avaient leur place marquée dans les collections de la Bibliothèque nationale, et a décidé qu’elles y seraient incorporées au nom de la ville de Paris. Toutes méritent d’être mentionnées : 1° Vitellius, avec Vesta au revers ; cette pièce en remplace une semblable qui a disparu lors du vol de 1831 ; 2° Vespasien, avec la Fortune au revers ; variété nouvelle ; 3° Trajan, revers Rex Parthus ; il y en avait un exemplaire au cabinet avant le vol de 1831 ; 4° Plotine, femme de Trajan, avec Vesta au revers ; type inédit pour ce règne ; 5° Hadrien, avec la Victoire au revers ; le cabinet en possédait un exemplaire avant 1831 ; 6° Antonin le Pieux, avec une Libéralité au revers ; 7° Antonin le Pieux au revers, l’empereur debout, tenant le globe du monde ; 8° Faustine l’ancienne, avec Vesta debout au revers, type inédit pour ce règne ; 9° Marc-Aurèle, au revers une Libéralité accordée par Marc-Aurèle et Lucius Verus, pièce inédite ; 10° Faustine la jeune, revers la Fécondité ; cette pièce, inédite avant la trouvaille, a été décrite et figurée dans le deuxième supplément de l’ouvrage de M. H. Cohen (t. VII, p. 424, n° 45, et pl. IV) ; 11° Commode, revers une Libéralité ; 12° Pertinax, avec la Providence au revers ; variante nouvelle du n° 17 de l’ouvrage de M. Cohen ; 13° Septime Sévère ; revers un trophée et des captifs ; 14° Julia Domna, femme de Septime Sévère ; revers Vesta assise ; 15° Geta, fils de Septime Sévère ; revers le jeune prince sacrifiant.

Là ne se sont pas bornés les accroissements de la série impériale. On doit encore y signaler un moyen bronze de Tranquilline, femme de Gordien III ; — un médaillon d’argent inédit d’Herennius Etruscus, fils de Trajan Dèce et d’Etruscille ; — un moyen bronze de Gallien ; — un aureus de Dioclétien ; — un petit bronze de Constance Chlore ; — un petit bronze de Licinius fils, avec la légende Constantinus Licinius N. Cœs. ; — un quinaire de Constantin Ier ; — un magnifique médaillon d’or de Constantin II, avec ce revers : Constantin Ier et Constantin II debout dans un char triomphal traîné par quatre éléphants de face ; — un médaillon de Valentinien ; — un petit bronze de Glycère ; — une rare monnaie d’argent de Jean VIII Paléologue.

Dans les autres séries, il suffit de mentionner trois monnaies d’or de rois Wisigoths d’Espagne, Gondemar, Tulga et Witiza ; — des monnaies de divers grands maîtres de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, notamment d’Antoine Fluvian (1421-1437) et de Martin de Radin (1657-1660) ; — un denier d’argent inédit de Henri Ier, roi de France, frappé à Tournus ; — un florin d’or de Robert d’Anjou, prince d’Achaïe, à Chiarenza ; — des médailles de la série iconographique allemande du quinzième et du seizième siècle, notamment une médaille d’argent, très-bien conservée, de Maximilien d’Autriche et de Marie de Bourgogne, de l’année 1479, et une autre également en argent de Conrad Reuter, abbé de Kaisersheim.

Cinq pierres gravées ont été acquises en 1865, savoir : une intaille sur cornaline, représentant Vénus et Eros, et quatre scarabées représentant un satyre sur une outre, un centaure, Hercule sur la barque du soleil, et un héros dans un bige.

M. Schefer, directeur de l’Ecole des langues orientales vivantes, a donné un petit cube de marbre, trouvé aux environs de Sanaà, sur lequel est gravée une inscription himyarite, constatant la dédicace de deux statuettes d’or au dieu Machrek.

Si cet exposé ne se rapportait pas exclusivement à l’année 1875, il y aurait encore lieu de mentionner plusieurs autres donations, notamment celle de M. le marquis Turgot, qui vient de déposer au département des médailles une magnifique collection de monnaies et médailles de l’époque révolutionnaire. Il en sera question dans le rapport de man prochain, avec tous les détails que mérite un tel acte de libéralité.

Inventaires.

L’exécution d’un inventaire général des collections du département des médailles et antiques a été prescrite en 1872 par un arrêté de votre prédécesseur, M. Jules Simon. La rédaction en est activement poursuivie depuis le 1er juillet 1872. Antérieurement à cette date, sans parler des anciens catalogues ni des registres d’entrée, il existait, pour plusieurs séries, des inventaires qui répondaient d’avance aux intentions de l’administration supérieure, savoir :
Camées et pierres gravées13 (2937 nos).
Antiquités exposées dans la salle publique (3248 nos).
Monnaies royales françaises (5191 nos).
Monnaies grecques et antiquités données en 1862 par le duc de Luynes (7889 nos).
Antiquités léguées par le vicomte de Janzé14 (168 nos).
Monnaies et médailles de l’Amérique du Nord15 (380 nos).
Monnaies et médailles chinoises (1272 nos). Par feu H. Fontanier.

Depuis le 1er juillet 1872, on a inventorié 74886 pièces, comprises dans les séries suivantes :
Monnaies romaines de la république et de l’empire, jusqu’à la prise de Constantinople par les Turcs (30253 nos). Monnaies féodales françaises (3461 nos).
Médailles royales françaises (3118 nos).
Monnaies orientales (7697 nos).
Médailles de la suite dite des Grands hommes (2862 nos).
Médailles gauloises (8941 nos).
Médailles modernes des divers Etats de l’Europe (3830 nos).

Dans cette série restent à inventorier les médailles des souverains pontifes.

Médailles grecques autonomes et impériales (3767 nos). Ont été jusqu’à présent inventoriées les 2859 pièces comprenant l’Italie et les 908 premières pièces de la Sicile.
Monnaies italiennes du moyen-âge et des temps modernes (3201 nos).
Monnaies antiques de l’Espagne (nos 1-601).
Monnaies étrangères (nos 1-7155).

Afin d’obtenir un prompt résultat, on s’est souvent contenté d’inventaires fort brefs, et même de simples renvois aux ouvrages dans lesquels sont des descriptions détaillées. Mais, pour plusieurs séries, telles que les monnaies orientales, les médailles grecques et les médailles gauloises, on a rédigé de véritables catalogues qui pourront subir l’épreuve de la publicité. Dès à présent, vous m’avez autorisé, Monsieur le Ministre, à annoncer que le catalogue des monnaies gauloises, rédigé par M. Muret, sera prochainement mis sous presse, conformément à l’avis de la commission que vous avez instituée à cet effet le 10 décembre dernier. En nous donnant le moyen de faire cette publication, vous encouragerez puissamment les fonctionnaires qui consacrent leur temps et leur science à l’inventaire de nos richesses, et vous mettrez à la portée de tous les savants le trésor dont l’Assemblée nationale a voulu assurer la possession à la France, quand elle a consacré, en 1872, une somme de 200,000 francs à l’acquisition de la collection de M. de Saulcy.

DÉPARTEMENT DES ESTAMPES.

Le total des entrées au département des estampes dans le cours de l’année 1875 s’élève au chiffre de 6,932, chiffre qui se décompose ainsi :

Dépôt légal (département de la Seine)….. 5.841 articles.
Dépôt légal (départements)………….. 879 —
Acquisitions………….. 106 —
Dons…………… 106 —

En prenant le nombre 3 comme nombre moyen des pièces constituant chacun des articles mentionnés ci-dessus — (évaluation plutôt inférieure que supérieure à la réalité), — on reconnaîtrait que, en 1875, les collections du département des estampes se sont augmentées de 20,796 pièces.

Parmi les estampes dont ces collections se sont enrichies au moyen d’acquisitions, il convient de citer une Sainte Barbe par Franz van Bocholt, qui manquait dans l’œuvre de ce maître à la Bibliothèque, œuvre originairement constitué avec les pièces provenant de l’abbé de Marolles et depuis lors notablement accru, — une planche importante, le Grand cheval, gravée par Giovan Antonio da Brescia — plusieurs eaux-fortes, dans des états exceptionnels, dues à la pointe de Nicolas Berghem, — 139 épreuves des planches formant l’œuvre complet de feu Emile Rousseaux, si prématurément enlevé à notre école qu’il honorait par son talent plein de charme et de correction à la fois, — enfin plus de 7,500 portraits de personnages français ou étrangers, destinés à prendre place dans l’immense série alphabétique de portraits qu’ouvrait, au commencement du dix-huitième siècle, la donation Clément, que tant d’autres libéralités ou acquisitions ont successivement enrichie, et que, de nos jours, l’acquisition des 65,000 portraits recueillis par M. Debure achevait si utilement d’augmenter.

Au nombre des dons les plus importants offerts en 1875 au département des estampes, nous mentionnerons en première ligne celui que M. Roman a fait tout récemment de deux précieux feuillets xylographiques, provenant d’une édition française non décrite de l’Ars moriendi, et trouvés par le donateur dans un registre manuscrit des comptes consulaires de la communauté de Tallard, daté de 1417.

M. Charles Cournault, correspondant du ministère de l’instruction publique, a donné un portefeuille de dessins exécutés par lui avec une rare perfection et représentant divers monuments du musée de Zurich. En offrant cette collection à la Bibliothèque nationale, M. Cournault a voulu favoriser les études de nos compatriotes, qui pourront, d’après ses dessins, se faire une idée exacte d’objets qu’il est difficile d’aller examiner sur place et qui offrent cependant le plus grand intérêt pour l’archéologie.

Quatre artistes, dont les talents, à des titres divers, sont appréciés par tous ceux qui s’intéressent à la marche et aux succès de notre école contemporaine, M. Valerio et M. Gaillard, peintres-graveurs l’un et l’autre, MM. Levasseur et Huot, graveurs, ont complété leurs œuvres à la Bibliothèque par le don d’un grand nombre de pièces inédites ou d’épreuves avant l’achèvement des travaux.

Il ne serait que juste d’ajouter à ces noms celui d’un homme dont les libéralités ont permis au département des estampes de posséder désormais le recueil le plus complet et le plus beau qui existe des planches gravées par François Forster ; mais le donateur ayant voulu garder l’anonyme, il nous appartient seulement de mentionner le service rendu par lui aux artistes et aux travailleurs qui fréquentent la Bibliothèque et d’enregistrer sans autre commentaire le souvenir de l’acte qu’il a si généreusement accompli.

Disons, en terminant, que cette année, comme dans le cours des années précédentes, le département des estampes a reçu du ministère de l’instruction publique, de la Société française de gravure, etc., une série considérable d’ouvrages ou de pièces intéressant l’histoire de l’art dans divers pays et à diverses époques, et que beaucoup d’artistes ou d’amateurs, MM. Gatteaux et Gérôme, entre autres, aussi bien que lord Gower, MM. Boulay de la Meurthe, le colonel Duhousset et Meilhac, ont contribué, par les dons qu’ils ont faits, à l’accroissement des richesses du département des estampes, soit dans l’ordre de l’art proprement dit, soit dans le domaine historique ou scientifique.

Il faut évaluer à 5,087 le nombre des personnes qui ont travaillé en 1875 au département des estampes, et à 8,894 le nombre des recueils communiqués. Le département a en outre été visité par beaucoup de curieux, au grand profit desquels le conservateur, M. le vicomte Henri Delaborde, a publié un livret16, qui est à la fois un excellent résumé de l’histoire de la collection et un catalogue raisonné des 268 estampes exposées dans les salles du département.

COURS D’ARCHÉOLOGIE.

Le professeur, M. François Lenormant, a consacré son cours de l’année 1874-1875 à l’histoire des mystères d’Eleusis.

CHANGEMENTS DANS LE PERSONNEL.

En 1875, la mort a enlevé deux fonctionnaires qui avaient rendu de véritables services à la Bibliothèque, et qui s’étaient concilié l’estime et l’amitié de tous leurs collègues : M. Rathery, conservateur sous-directeur adjoint au département des imprimés, et M. Pannier, employé au département des manuscrits17.

Les vides qui existaient dans les cadres ont été comblés hiérarchiquement par l’avancement donné à différents bibliothécaires, employés ou surnuméraires, et par la nomination de trois nouveaux surnuméraires, MM. Jacques Chéron, Julien Havet et Merci-Fatio, que vous avez attachés : les deux premiers au département des imprimés, et le troisième au département des manuscrits.

Nous avons encore perdu M. Labrouste, qui dirigeait, depuis l’année 1854, la restauration et la reconstruction de la Bibliothèque. Son nom restera attaché à la grande salle du département des imprimés, inaugurée en 1868. L’achèvement de son œuvre, retardé par les événements, a été confié à M. Pascal, qui réussira, il n’en faut pas douter, à installer, d’une façon convenable et définitive, toutes nos collections, et à sauver de la ruine ce qui peut être conservé de bâtiments auxquels est si intimement liée l’histoire de la Bibliothèque, et dont vous avez vous-même, Monsieur le Ministre, plaidé la cause auprès de votre collègue au département des travaux publics.

Daignez agréer, je vous prie, Monsieur le Ministre, l’hommage de mon profond respect.

L’administrateur général directeur de la Bibliothèque nationale,

Léopold DELISLE.

APPENDICE.

Voici le teste de la bulle de Silvestre II, du 23 novembre 999, dont il a été question plus haut, et dont un fac-simile, réduit de moitié, a été exécuté pour les études des élèves de l’Ecole des chartes. Dans l’état où il est aujourd’hui, l’original mesure 132 centimètres de haut, sur 50 de large. Il y a, au commencement, une lacune qui porte sur le tiers du document, ou environ. Pour combler la lacune, je me suis servi d’une copie du XVIIe siècle que la Bibliothèque nationale a acquise avec le papyrus, et aussi des deux éditions, toutes deux incomplètes, qu’Odo de Gissey en a données en 162018 et en 162719, éditions plus d’une fois reproduites, et en dernier lieu par M. Olleris20. J’imprime en caractères italiques tout ce qui peut encore être déchiffré sur l’original.

La bulle de Silvestre II n’était pas la seule pièce sur papyrus qui fût jadis conservée dans les archives de la cathédrale du Puy. Il y en avait une seconde, émanée de Léon IX, laquelle est ainsi mentionnée dans un fragment d’inventaire du XVIIIe siècle21 : « Deux bulles en écorsse d’arbre originalles, l’une de 998 ou 999, de Silvestre II, au sujet de l’ellection de Théotard, évêque du Puy, l’autre de Léon IX, de 1052, accordant le pallium à Etienne de Mercœur, autre évêque du Puy. » Un fragment de celle seconde bulle a été publié par les bénédictins22 et enregistré par Jaffé sous le n° 3242.

Silvester, episcopus23, servus servorum Dei, dilectissimo in Domino filio Theotardo, sanctæ Vellavensis ecclesiæ, venerabili24 episcopo. Quotiescumque25 ecclesiaæ26 questiones ex adverso oriuntur, opportet ut sinodali consilio27 finis28 quærimoniæ imponatur, et secundum sinodalem definitionem29 quod statutum fuerit adimpleatur. Quocirca, quia constat, in generali sinodo Romæ habita, Stephanum, tuæ ecclesiæ invasorem, a domino Gregorio30, prædecessore nostro, jure esse31 damnatum, et ab omni sacerdotali officio deportatum32, eo quod a Vuidone vivente episcopo, avunculo et prædecessore suo, sit electus, sine cleri ac populi voluntate, et a duobus33 tantum episcopis in episcopum post ejus mortem sit ordinatus, et quia in eadem34 sinodo, clericis in Vellavensi ecclesia Domino35 famulantibus licentia alium eligendi episcopum prius concessa, constat esse decretum36 ut eorum electus a Romano pontifice ordinaretur37, ut eorum apicibus te ab ipsis ad episcopum electum dedicimus, eorum electioni apostolica faventes authoritate, te in episcopum ordinari studuimus. Sed quia superna clementia et inefabilis pietas suæ miserationis respectu ideo me appostolico culmine sublimari dignata est, ut susceptum officium erga dominicarum ovium custodiam fideliter exhibeamus, pastorali sollicitudine te, frater karissime, hortamur ut sollerti cura gregem tibi commissum custodias, temetipsum sic in bonis moribus disponas mentisque ornatum induas quod imitatores tuo exemplo ad æternæ beatitz, dinis gaudia introducas. Pontificii quidem gradum per hujus privilegii seriem sic tibi nostra concedimus auctoritate ut omnia ad tuum episcopatum venientia, sicut tui antecessores episcopi tenuerunt, quieto ordine absque ullius contradictione teneas firmiterque possideas et fideliter, prout tuæ reverentiæ competit, disponas. Auctoritate vero apostolica tibi prœcipimus ut, si quis episcoporum aut regiæ sublimitatis ausu temerario te vel tuum locum excommunicare presumpserit aut anathematis vinculis, quod fieri nequit, irretire tentaverit, nostro fretus munimine, ipsam excommunicationem parvipendas, et officium tibi commissum bona intentione perficias. Si quis autem presumptuosa temeritate contra hujus nostræ traditionis apostolicæ seriem a nobis promulgatarn venire temptaverit, sciat se domini nostri principis ((Peut-être faut-il suppléer le mot apostolorum avant le mot principis.)) Petri ac Pauli anathematis vinculo innodatum, et æternæ damnationis pœna multatum, nisi satisfecerit antequam ad hujus vitæ perveniat exitum.

Signum Petri, notarii et scriniarii sanctæ Romanœ ecclesiœ, in mense Novembri, indictione tertia [decima].

Bene valete38.

SILVESTER QUI ET GERBERTUS PAPA ((C’est ainsi que semble devoir être interprétée la signature en notes tironiennes qui, sur l’original, accompagne les mots Bene valete. Une souscription conçue dans les mêmes termes nous est fournie par une bulle du cartulaire de Bourgueil ; voy. les Œuvres de Gerbert, éd. Olleris, p. 172.)).

Datum nono kalendas Decembris, per manum Johannis, episcopi sanctæ Albanensis æcclesiæ et bibliothecarii sanctæ apostolicæ sedis, anno pontificatus donni Silvestri secundi papæ primo, imperante donno tertio Ottone, a Deo coronato, magno et pacifico imperatore, anno quarto, in mense et indictione supra scriptis.



Imprimerie Gouverneur, G. Daupeley à Nogent-le-Rotrou.

Notes

  1. Le rapport est également paru dans : « La Bibliothèque Nationale en 1875 », Bibliothèque de l’École des chartes, 1876, t. XXXVII, p. [62]-111. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k12412r/f66.item>, dans : « La Bibliothèque Nationale en 1875 », Journal officiel de la République française, 1er mars 1876, n° 60, p. 1166-1467 (à suivre). Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/121166-1467148/bpt6k62123545/f6.item> et dans : « La Bibliothèque Nationale en 1875 », Polybiblion : revue bibliographique universelle, 1876, mai, p. 445-458. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k424288s/f445.item>. []
  2. La part ordinaire de la section géographique sur le budget de la Bibliothèque n’était que de 3,000 francs ; un supplément de 1,000 francs lui a été attribué en 1875 sur la somme réservée pour les besoins imprévus. []
  3. Il a paru inutile d’énumérer ici les départements qui ont fourni moins de 200 articles. []
  4. Mentionnons seulement les deux articles suivants :
    « Di Luca Marenzio il nono libro de madrigali a cinque voci. » Venise, 1601, in-8°. Cinq parties.
    « Orpheus britannicus, » de Henry Purcell. Londres, 1706. In-folio. []
  5. Le texte de cette bulle est à la fin du présent rapport. []
  6. Plusieurs libraires se font un devoir de nous rendre des services du même genre. Je dois citer M. Herluison d’Orléans, qui nous a fait rendre en 1875 plusieurs volumes précieux, sur lesquels il avait remarqué l’estampille et les cotes de la Bibliothèque nationale. []
  7. Une copie du rapport de Chardon de Rochette se trouve en tête du manuscrit latin 17012 de la Bibliothèque. []
  8. Cette notice a paru dans l’Annuaire de l’Aube, année 1845. Il en existe un tirage à part. []
  9. « Holoserica unius formæ atque coloris opercula intuenti ostendunt quo in pretio vir iste amplissimus habeat antique manuscrit. » Acta sanctorum, mart. I, xxxv. []
  10. Catalogue de bibliothèque de M. Dancoisne. La vente aura lieu le lundi 9 février 1874 et les onze jours suivants. Paris, librairie Bachelin-Deflorenne, 1874. — Le manuscrit de Gratien y est décrit à la page 313, n° 2281. En réalité, ce manuscrit ne faisait pas partie de la bibliothèque Dancoisne ; M. Bachelin-Deflorenne se proposait de le vendre pour son propre compte ; il l’avait acheté à Londres, le 5 juin 1873, à la vente Perkins. Voyez A Catalogue of the very valuable and important library formed by the late Henry Perkins, esq. (Londres, 1873), p, 65, n° 582. []
  11. La présence de la cote A 7, été constatée à l’une des audiences du tribunal. []
  12. Certificat produit par Bachelin-Deflorenne et auquel fait allusion la Note cour Bachelin-Deflorenne contre la Bibliothèque nationale, signée par l’avocat Pinart, Paris (1875), in-8°, 4 p. []
  13. Une notable partie de cet inventaire et suivant est un extrait du volume que M. Chabouillet a publié en 1858 sous le titre suivant : « Catalogue général et raisonné des camées et pierres gravées de la Bibliothèque impériale, suivi de la description des autres monuments exposés dans le cabinet des médailles et antiques. » Paris, 1858, in-12. []
  14. L’inventaire de cette série remplit les pages 119-131 de la « Description sommaire des monuments exposés dans le département des médailles et antiques. » Paris, 1862, in-12. []
  15. Voir le volume intitulé : « Collection des monnaies et médailles de l’Amérique du Nord, de 1652 à 1858, offerte à la Bibliothèque impériale par Al. Vattemare. » Paris, 1861, in-12. []
  16. Le département des estampes à la Bibliothèque nationale. Notice historique, suivie d’un catalogue des estampes exposées dans les salles de ce département, par le vicomte Henri Delaborde. Paris, Plon. 1875. []
  17. Les paroles prononcées au nom de la Bibliothèque nationale sur la tombe de ces deux regrettés collaborateurs ont été reproduites dans le Journal officiel du 2 décembre 1875 et dans la Bibliothèque de l’Ecole des chartes, année 1875, p. 512. []
  18. Discours historique de la très-ancienne dévotion à N.-D. du Puy, p. 280 : « Il se trouve une ancienne bulle en escorce d’arbre, avec certains articles d’un concile tenu à Rome, qui fait foy comme Theotard fut pourveu de l’evesché du Puy, à Rome, l’an 998, par Sylvestre pape II du nom… C’estoit donc l’an premier de son pontificat, le 24 jour de novembre, du temps de l’empereur Otton III du nom ; le temps, qui devore tout, a fort rongé une sienne bulle, dont il y a plusieurs bresches qui en obscurcissent le sens…. » []
  19. Discours historique, seconde édition, p. 283 : « J’ay, depuis la première impression, trouvé cette bulle entière. C’est pourquoy je la placeray ici sans bresche. » Malgré cette promesse, Odo de Gissey n’a donné qu’un texte incorrect et fort incomplet de bulle de Silvestre II, comme on le verra par les notes qui vont suivre. []
  20. Œuvres de Gerbert, p. 146. C’est le n° 2994 de Jaffé. []
  21. Ce fragment d’inventaire est joint à la copie de la bulle de Silvestre II mentionnée plus haut. []
  22. Gallia christiana, II, instrum. 228. []
  23. Episcopus omis par Odo de Gissey. []
  24. Venerabili omis par le même. []
  25. Quoties Odo. []
  26. Ecclesiæ omis par Odo. []
  27. Concilio Odo. []
  28. Finis quæratur Odo. []
  29. Definitionen manque dans la copie. []
  30. Domino Gregorio omis par Odo. []
  31. Esse omis par Odo. []
  32. Depositum quod Guidone Odo. []
  33. Quibusdam Odo. []
  34. At quia in ea sinodo Odo. []
  35. Deo Odo. []
  36. Concessa decretum est ut Odo. []
  37. Pontilice in episcopum ordinaretur, et cum te ab eisdem electum didicerimus, ideo eorum electioni favente authoritate apostolica te in episcopu ordinamus atque pastorali solicitudine te, frater carissime, hortamur ut solerti cura gregem tibi commissum custodias, temetipsum sic in bonis moribus disponas, etc. Ut si quis episcopus te vel tuura locum ausu temerario excommunicare præsumpserit, aut anathematis vinculis irretire tentaverit, nostro fretus munimine ipsam exommunteationem parvipendas… Le reste est omis par Odo de Gissey. []
  38. La formule Bene valete est précédée d’un chrisme. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Olivier Jacquot (19 février 2023). La Bibliothèque Nationale en 1875. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3vf


Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search