Rapport annuel de la Bibliothèque Nationale pour l’année 1923 et le premier semestre 1924

Les rapports d’activité de la Bibliothèque nationale de France sont une des premières sources à consulter pour toute recherche sur l’histoire de la Bibliothèque même s’ils ont été produits de façon irrégulière, avec des objectifs, des destinataires et une périodicité qui a varié au fil des années. 

Pour contribuer à l’histoire de l’établissement, les plus anciens d’entre eux sont transcrits dans ces pages, sans faire l’objet d’aucune note ou commentaire. Seules les coquilles sont signalées d’un [sic].


Document : « Rapport de l’administrateur général de la Bibliothèque Nationale au ministère de l’Instruction publique et des beaux-arts [pour l’année 1923 et le premier semestre 1924] », Journal officiel de la République française. Lois et décrets, 30 octobre 1924, n° 282, p. 9698-9704. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6479307t/f22.item>.

Auteur : Pierre-René Roland-Marcel (1883-1939), Administrateur général de la Bibliothèque nationale depuis le 3 novembre 1923.


Rapport de l’administrateur général de la Bibliothèque Nationale au ministère de l’Instruction publique et des beaux-arts

Paris, le 19 octobre 1924.

Monsieur le ministre,

J’ai l’honneur de vous adresser un rapport, dans lequel vous voudrez bien trouver avec diverses statistiques qui portent sur l’année 1923 et le premier semestre de 1924, le compte rendu des mesures prises à la Bibliothèque nationale depuis le 1er février dernier.

Ces mesures ont eu pour principe les conclusions des commissions d’enquête de 1906 et de 1911, certains vœux que formula mon éminent prédécesseur et les conseils techniques que, sur ma demande, MM. Pol Neveux et Vidier, inspecteurs généraux, me donnèrent. Elles constituent aussi l’application effective des deux idées suivantes : à une époque où le labeur intellectuel se trouve moins rétribué proportionnellement que tout autre, il importe, plus que jamais, d’économiser le temps des lecteurs, de simplifier leurs recherches et de leur assurer tous les soins éclairés et diligents, compatibles avec les moyens dont nous disposons. Il est juste aussi de révéler au public, avec les garanties requises, les incomparables richesses de notre maison et de mettre tous ceux qui en manifestent le désir, à même de les étudier et de les aimer.

L’effort qui, depuis huit mois, s’accomplit rue de Richelieu semble avoir reçu l’approbation de nos lecteurs et obtenu, d’autre part, le suffrage des 9.000 personnes, dont 2.500 élèves des facultés, lycées, écoles, etc., qui visitèrent
notre première exposition. Cet effort sera poursuivi ; il ne produira, toutefois, ses résultats les plus tangibles que le jour où seront entrées en vigueur les deux lois sur la réunion des bibliothèques nationales et sur le nouveau statut du dépôt légal, que vous allez déposer de nouveau sur le bureau de la Chambre des députés. L’une d’elles n’instaurera-t-elle pas un régime qui doit accroître le rendement des grandes bibliothèques et développer les moyens dont celles-ci disposent, pour s’enrichir et progresser, sans qu’aucune dépense nouvelle incombe au budget de l’Etat ? L’autre ne créera-t-elle pas l’organisation qui nous manque, pour empêcher que notre établissement soit privé, chaque année, de la moitié environ des ouvrages, périodiques, cartes, estampes, gravures et productions musicales publiés en France ?

ACTIVITE DES SERVICES

I. — Département des Imprimés.

Dans ce département, le plus vaste et le plus fréquenté de la Bibliothèque nationale, le trouble apporté par la guerre et les difficultés que provoqua la suppression des travaux supplémentaires contribuaient à entretenir une situation inquiétante. Avec le concours dévoué du conservateur et de ses collaborateurs, des améliorations ont été réalisées que je me permets de vous résumer ci-après.

A. — Service de la salle de travail.

1° Nous avons procédé d’abord à une réorganisation du bureau et à une mise au point de sa liaison avec les services des recherches et des magasins. Les lecteurs doivent désormais obtenir les renseignements dont ils ont besoin, et recevoir les ouvrages qu’ils demandent, dans un délai aussi court que le permettent le nombre des gardiens et la mauvaise ordonnance comme l’équipement rudimentaire des vieux bâtiments.

Après une série d’expériences que nous avons effectuées, afin de découvrir et de supprimer toutes les causes de lenteur ou de retard, nous avons établi des « temps » proportionnés aux distances ; ils nous ont servi de base pour accroître, peu à peu, la vitesse des transmissions. Ainsi, en période normale, c’est-à-dire exception faite pour l’époque des vacances, lorsque le lecteur rédige correctement son bulletin, la moyenne des délais de communications a été abaissée de quarante à vingt minutes. Une telle accélération nous permet, par incidence, d’accroître le chiffre des livres communiqués.

Sur ce point, le progrès le plus sérieux est acquis.

J’ajouterai qu’un contrôle quotidien s’exerce sur tout retard ou tout « manque en place » anormal ;

2° Les collections de livres et de répertoires, qui se trouvent mises directement à la disposition du public, viennent d’être l’objet d’un remaniement pour les moderniser. Des spécialistes qualifiés ont assisté nos collaborateurs dans cette révision et un dispositif plus pratique a été adopté pour le classement des séries1 ;

3° D’autres mesures sont désormais appliquées, que l’expérience nous commande de maintenir : l’adoption d’un bulletin à souche qui précise la direction prise par un livre lorsqu’il est enlevé des rayons ; la faculté accordé aux lecteurs de nous adresser une carte pneumatique pour obtenir deux livres le jour même ; le dépôt en garde des ouvrages, à elle communiqués, exigé, sans vaine procédure, de toute personne qui s’absente provisoirement de la salle ; la création d’un registre destiné à provoquer l’expression des desiderata du public ; l’apposition de pancartes de renseignements sur les casiers de catalogues ; le transfert de la communication des livres de la réserve et des périodiques sur d’autres tables, afin d’assurer plus de tranquillité aux lecteurs et plus d’aisance à ceux qui consultent les répertoires ; un contrôle permanent exercé à la sortie de la salle, etc.

B. — Sections des entrées et du catalogue.

Il était indispensable de mettre un terme aux retards qui pesaient sur ces deux sections. La tâche pouvait sembler lourde ; elle se trouve aujourd’hui en voie d’achèvement. Une concentration d’activité sur chaque service nous a permis d’obtenir ce résultat. La section des entrées, aujourd’hui dégagée et réorganisée, ne souffre plus que des inconvénients dont le régime actuel du dépôt légal est la cause. Quant à la section du catalogue, sa situation pourra être considérée comme normale en janvier prochain.

Nous devions, cependant, nous épargner le retour d’aussi graves encombrements. Fondées sur des principes de simplification et d’économie administratives, certaines réformes ont été prescrites, après une enquête effectuée auprès des fonctionnaires. Les opérations dites des « suites » sont réunies, à l’exception de celles qui concernent l’histoire de France, dans la section des entrées, sans solution de continuité entre elle et la section du catalogue. Le même régime s’applique désormais à la vérification des doubles comme à la constitution de recueils factices et aux séries non françaises. Nous rédigeons le Bulletin des publications étrangères pour qu’il paraisse régulièrement ; le service des réclamations (dépôt légal et « manque ») a été remanié et renforcé ; enfin, nous avons accéléré le travail de l’estampillage, l’intercalation des fiches, les opérations de reliure et celles qui intéressent les périodiques comme les journaux.

Il importait aussi de sauvegarder tout volume ayant acquis, avec le temps, une valeur exceptionnelle. Les livres précieux, classés définitivement dans les magasins, seront donc retirés peu à peu du service des communications courantes et soumis, par l’emploi d’une indication particulière, aux règles de la réserve. Nous commençons également à constituer une « réserve » spéciale des « doubles » rares qui, à leur place actuelle, risquent de se détériorer. Cette tâche exigera, sans doute, plusieurs années de soins et une rare persévérance. En dépit des difficultés qu’elle soulève, j’ai pensé, avec l’inspection générale, qu’elle ne pouvait être différée.

C. — Section de l’inventaire général.

Des critiques ont été formulées contre le plan et les méthodes du catalogue général ; des vœux ont été émis qui tendent à modifier dans son économie, une œuvre qui comptera 82 volumes en décembre prochain et ne saurait, par conséquent, être transformée au point où elle se trouve. Elle possède, d’ailleurs, d’indiscutables mérites scientifiques et honore ceux qui en ont la charge. Nous avons donc préféré rechercher, M. Pol Neveux et moi, les moyens de hâter une publication si importante. Trois volumes auront paru cette année ; en 1925, nous comptons en éditer quatre, les épreuves d’un cinquième devant être prêtes, puis maintenir ce rythme de progression les années suivantes.

D. — Section des cartes et des collections géographiques.

Au cours du dix-neuvième siècle et jusqu’à ces derniers temps, des controverses d’ordre technique avaient empêché que ne fût dressé un inventaire complet de toutes les cartes de l’ancien fonds. Approuvé par l’inspection générale, j’ai donc décidé qu’il serait immédiatement pourvu à cette lacune. Le petit nombre de fonctionnaires (trois) et la nécessité d’aboutir dans un laps de temps relativement bref nous empêcheront de réaliser une telle œuvre avec toute la minutieuse correction qu’exigeraient les règles sévères de la bibliographie scientifique. L’inventaire prévu n’en demeurera pas moins fort utile et donnera satisfaction aux besoins les plus immédiats.

E. — Salle publique de lecture.

Les principes sur lesquels était fondée l’existence de la salle publique de lecture ont perdu leur valeur. A la différence du temps passé, les lecteurs, qui justifient aujourd’hui du besoin précis d’accéder à notre salle de travail, obtiennent désormais une autorisation sans le moindre retard. D’autre part, les grandes bibliothèques spécialisées et celles de quartier se sont multipliées en grand nombre ; enfin, la rue Richelieu se trouve située dans un arrondissement qui devient un centre économique d’une croissante importance et l’activité, qui ne cesse de s’y développer, transforme tous les immeubles en bureaux et en magasins.

Aussi bien, faute de crédits, les collections ne peuvent être tenues à jour dans cette salle, dont la décadence se poursuit fatalement ; les rares personnes qui voudraient la voir survivre reconnaissent, du reste, qu’elle établit, entre nos lecteurs, une sorte de « hiérarchie antidémocratique » du plus mauvais aloi.

Je crois donc nécessaire de vous adresser d’ores et déjà la suggestion suivante : au cas où l’effet s’affirmerait des mesures que nous avons prises, M. Coyecque, précédemment inspecteur général des bibliothèques municipales, mes collaborateurs et moi, afin d’indiquer aux habitués de notre salle publique remplacement des autres bibliothèques, leur régime et les avantages dont on y bénéficie, je vous prierais, avant l’été de 1925, d’ordonner une enquête.

MM. les inspecteurs généraux examineraient alors s’il ne conviendrait pas de fermer la salle en question pour sauver, par l’aménagement rapide d’une seconde réserve, les manuscrits précieux qui, faute de place, subissent actuellement, dans les combles, des variations de température et des resserrements néfastes.

Il serait entendu, cependant, que les facilités données aux lecteurs, en ce qui concerne l’accès de la salle de travail, ne subiraient aucune restriction ; il faudrait prévoir, d’autre part, une mise au point de la salle ovale, afin de la transformer promptement en un hall moderne où seraient communiqués, d’une manière libérale et pratique, les périodiques français et étrangers. Quant aux collections de la salle publique de lecture, vous pourriez, après inventaire, les céder à la ville de Paris qui les répartirait entre ses bibliothèques de quartier, dont l’une d’elles est ouverte rue Louvois même. Ainsi les intérêts du public seraient respectés et vous garantiriez d’une destruction lente un grand nombre de pièces rares.

L’urgence des améliorations dont je viens de vous rendre compte ne saurait être comparée à celle des mesures dont il convenait de faire bénéficier les autres départements, après l’inspection minutieuse qu’y effectua, durant quatre mois, M. Pol Neveux.

II. — Département des manuscrits.

En plein accord avec l’éminent conservateur de ce service, le programme suivant vient d’être arrêté : les catalogues, inventaires, etc., poursuivis depuis plusieurs années seront terminés, pour la plupart, au cours de l’année 1925. Certains fonctionnaires, d’ores et déjà désignés, entreprendront aussitôt l’un, l’inventaire complet des peintures que renferment nos manuscrits latins et français, trois autres, le catalogue général du grand fonds des manuscrits latins. Cette double tâche, abordée, au plus tard, dès l’automne prochain, comptera parmi les plus importantes qui auront été effectuées au département des manuscrits.

III. — Département des médailles.

Un nouvel inventaire général des monnaies et médailles, établi sur fiches, suivant les règles scientifiques les plus rigoureuses, sera commencé au mois de novembre. Il complétera et renouvellera l’ancien inventaire général qui se trouve rédigé sur des registres, dont les libellés et les facilités d’emploi, pour les anciennes séries en particulier, ne pouvaient plus être considérés comme satisfaisants.

Au surplus, le nouvel inventaire servira de base à la rédaction, puis à la publication de catalogues qui doivent constituer progressivement une collection originale, éditée par la Bibliothèque nationale elle-même et conçue avec un souci d’exactitude, de clarté, d’élégance propre à rehausser le prestige du département et la réputation déjà fondée du personnel. Avant 1930, trois de ces catalogues paraîtront : le premier concernera les monnaies grecques d’Italie et de Sicile, le second les médailles royales françaises, le troisième les monnaies royales françaises.

J’ajoute qu’une révision des inventaires des monnaies étrangères, avec récolement général, sera menée parallèlement à ces travaux qui sous une forme un peu différente, continueront ceux du regretté Ernest Babelon.

IV. — Département des estampes.

« Pour conclure, a bien voulu m’écrire M. Pol Neveux, j’estime en toute conscience que le travail2 est organisé au département des estampes aussi judicieusement et aussi utilement qu’on peut le souhaiter. » Cet éloge décerné au conservateur et à ses adjoints, je vous propose de le ratifier pleinement.

Passant outre à certaines mesures de détail prises d’un commun accord, je me bornerai seulement à vous faire connaitre que nos soins immédiats vont porter sur le plan du grand catalogue des graveurs français du quinzième au vingtième siècle, plan qui doit être arrêté pour le 1er janvier 1925. Dès lors, les fonctionnaires, entre qui les « périodes » auront été définitivement réparties, poursuivront la publication de ce grand répertoire, en indiquant pour inventaire, sur la garde des volumes correspondants, la liste des pièces qu’ils traiteront et qui sont contenues dans ces recueils. Au fur et à mesure de leur achèvement, les tomes seront imprimés par un éditeur qui accepte d’en supporter les frais. Il n’est pas exagéré de dire qu’ici encore la Bibliothèque nationale s’enrichira, avec les années, d’une œuvre de la plus haute qualité.

Avant de terminer ce chapitre, je vous indiquerai que chaque chef de département a reçu un ou plusieurs ordres de service qui précisent, pour l’avenir, toutes les décisions que je vous ai résumées3.

C’est dans les pièces annexes, d’autre part, que vous trouverez les statistiques qui concernent la fréquentation des salles, le nombre des communications par département et celui des pièces photographiées, des médailles moulées en 1923 et durant le premier semestre de 1924. Ces statistiques révèlent certaines progressions intéresantes [sic]. Il ne sera pas trop de tous nos efforts, néanmoins, pour ranimer le goût des recherches et contribuer ainsi au développemennt [sic] de la production intellectuelle dans les conditions difficiles de la vie contemporaine.

ACCROISSEMENT DES COLLECTIONS

D’autres statistiques, jointes à mon rapport vous permettront d’apprécier le mouvement du dépôt légal et celui des acquisitions et des dons. Je les commenterai brièvement.

Les dispositions du projet de loi sur le nouveau régime du dépôt légal suffisent à démontrer que la situation présente ne saurait se prolonger. Forclos dès le troisième mois, nous en sommes réduits aux réclamations amiables pour d’innombrables manquements, vu l’impossibilité où, en dépit de ses efforts, le service qualifié du ministère de l’intérieur se trouve de nous transmettre, dans les délais requis, les ouvrages, estampes, etc., qui devraient être déposés. La délégation de la régie créée par le décret du 20 février 1924 s’est prononcée pour la concentration des services rue Richelieu. Si une décision interministérielle complétait, sous cette forme, le système qu’instaurera la loi, j’ai la conviction que, dans un prochain avenir, les statistiques qui vous seraient adressées, révéleraient un accroissement de nos « entrées » dont les chiffres dépasseraient presque du double ceux que je vous indique ci-joint4.

Dans un autre ordre d’idées, les achats d’ouvrages et les abonnements aux périodiques, que la Bibliothèque effectuait à l’étranger, faisant l’objet de critiques dont quelques-unes me parurent fondées, plusieurs conférences se tinrent dans mon cabinet, conférences auxquelles MM. les inspecteurs généraux et les représentants qualifiés des grandes bibliothèques de Paris voulurent bien assister. Elles aboutirent très vite, entre divers établissement et le nôtre, à un accord qui détermine le genre des acquisitions et des abonnements respectifs. L’état des changes, un juste souci d’économies pratiques comme les faibles crédits dont nous disposons (258.000 fr., y compris las manuscrits, les médailes [sic] et les estampes) nous imposaient, du reste, cette liaison ; nous nous efforçons à l’élargir et elle nous vaut déjà les précieux conseils de spécialistes éminents. La création d’un fichier commun va nous permettre, en outre, de diriger, munis d’une lettre d’introduction, les lecteurs, qui le désireraient, sur la bibliothèque de Paris où ils pourront trouvée soit l’ouvrage, soit la revue d’une technicité exceptionnelle que nous ne posséderions pas. Pareille mesure doit être considérée comme le prélude discret d’autres réformes plus vastes, dont la réunion des bibliothèques nationales et la création d’un institut international de coopération intellectuelle nous permettront la réalisation prochain.

J’ai l’honneur de vous signaler aussi que nous échangeons, depuis trois mois, une correspondance fort intéresante [sic] avec de nombreuses bibliothèques étrangères qui, par leurs dons, enrichissent, chaque année, nos collections. J’ai pensé que pour donner à ceux-ci un cours plus régulier, il importait que nous y missions de l’ordre et fissions preuve de réciprocité. Nos suggestions ont été accueillies de la manière la plus obligeante, et je compte vous adresser des propositions utiles, lorsque nous aurons reçu toutes les réponses que nous attendons.

Parmi les acquisitions qui, depuis le mois de, janvier 1923, peuvent être utilement mentionnées, je vous citerai, pour le département des imprimés : le texte autographe d’une cantate (La mort d’Orphée), d’Hector Berlioz, que nous avons exposé en mai dernier ; Specchio da Croce, de Capassa (Venise 1478) ; l’Histoire de Aurelio et Isabelle, fille du roy d’Escoce, de Juan de Flores (1547) ; le Lumbrisage de Nicodème Aubier, de Sébastien Bouillard (1608) ; les quinzième et trente et unième parties de la Muse normande, de David Ferrand (1639-1653) ; la Frenaizie fantastique françoise ; la Compagnie agréable pour chasser la mélancolie (1685) ; et les canons fermés et énigmatiques de Cherubini, texte autographe.

Au département des manuscrits, les acquisitions suivantes doivent vous être mentionnées : trois volumes de manuscrits orientaux (poèmes persans) des quatorzième, quinzième et seizième siècles ; des bulles et chartes de l’abbaye de Montivilliers ; le Coutumier de Normandie (quinzième siècle), des lettres originales de Louis XIV, de ses ministres et de Loménie de Brienne, etc.

Nous avons acheté également, pour le département des médailles, quatre tétradachmes [sic], de Mendé, au type de Silène assis sur son âne ; une collection très rare de monnaies antiques de la Sogdiane ; une double pistole de Charles-Quint pour Besançon, etc.

En ce qui concerne le département des estampes, je noterai simplement une très belle suite d’estampes japonaises de la collection Haviland (73) et de la collection Gonse (2).

Quant aux libéralités dont bénéficia la Bibliothèque nationale durant la même période, je vous signalerai plus particulièrement :

1° Département des imprimés :

En mémoire de leur fils et frère, M. Henri Gans, Mmes Alfred Gans et Seligmann ont offert à la Bibliothèque nationale un choix magnifique d’elzévirs, d’éditions originales de romantiques et d’exemplaires de luxe d’ouvrages modernes, ainsi qu’un recueil de lettres inédites de Verlaine.

Mme Peyrot, en souvenir également de son mari mort à la guerre, nous a donné le remarquable et précieux ensemble des fiches que celui-ci avait établies avant 1914 sur les musiciens de toute époque et de toute nationalité.

Enfin, M. et Mme Le Senne, voulant commémorer le sacrifice de leurs deux fils tués à l’ennemi, MM. Emile et Jean Le Senne, ont fait donation à la Bibliothèque nationale d’une importante collection formée par M. Le Senne sur l’histoire de Paris. Soigneusement classée, cette collection, qui gardera le nom des donateurs, comblera de nombreuses lacunes sur nos rayons et facilitera les recherches des historiens de la capitale, par la méthode avec laquelle elle a été conçue.

Tout récemment, d’autre part, Son Excellence Lord Crewe, ambassadeur d’Angleterre, voulut bien remettre à la Bibliothèque nationale la grande collection économique et statistique en 12 volumes, The Resources of the
Empire series
, prepared by the Federation of British Industries et M. Salomon Reinach, membre de l’Institut, nous donna le superbe ouvrage de A. Kingsley Porter, Romanesque Sculpture of the Pilgrimage roads.

2° Département des manuscrits.

Pour ce service, je devrai me borner à une énumération succincte et vous signaler seulement des fragments de très anciens manuscrits grecs et hébreux sur parchemin (deuxième siècle avant ou deuxième siècle après J.-C.) (don du colonel Andréa) ; le Cartulaire de l’abbaye de Villeloin, au diocèse de Tours (treizième siècle), et une collection de chartes et de documents historiques du onzième au dix-huitième siècle, composant la série II des archives du Cogner, avec une charte française de Joinville (1256) (don particulièrement remarquable de M. Julien Chappée) ; le Cartulaire de l’ordre du Temple (douzième-quatorzième siècles, copies) documents recueillis pour la publication du Cartulaire par feu M. le marquis d’Albon (72 volumes) (don de Mme la marquise d’Albon) ; les papiers d’Antoine et J.-J. Duportal relatifs aux fortifications des frontières de la France aux dix-septième et dix-huitième siècles (37 volumes) (don de M. Bernard d’Aillières)) ; les 56 volumes imprimés, annotés par Ernest Renan, joints aux manuscrits autographes du célèbre écrivain (don de Mme Noémi Renan) ; les manuscrits autographes de diverses œuvres de Victorien Sardou (12 volumes) (don de la marquise Robert de Flers et de MM. A., P., J. Sardou) ; le legs de sa propre correspondance (communication réservée jusqu’en 1972) et de nombreux manuscrits autographes des œuvres d’auteurs contemporains : Maurice Barrés, Paul Hervieu, Ernest Lavisse, Jules Lemaître, etc. (65 volumes) (don de Mme Bulteau) ; le legs par M. Joseph Reinach de sa correspondance et de papiers divers dont il a reporté la communication jusqu’en 1951.

Je mentionnerai, pour terminer, les 57 volumes de reproduction en fac-similé d’anciens manuscrits coptes que nous devons à la sympathie de M. Pierpont Morgan.

3° Département des médailles.

Entre autres libéralités, je noterai les dons de M. Roche (intaille de Jacques Guay, portrait de Louis XV ; de M. Henri Rolland (14 deniers d’Orléans) ; de M Jungfleisch (32 tessères antiques) ; de M. le docteur Pitois (12 monnaies capétiennes d’argent) ; de M. Dupriez (27 écus belges) ; de M. F. Valentin (33 monnaies chinoises) ; de MM. de Ridder, Chaslin. Mascaux, etc.

4° Département des estampes.

Des artistes et spécialement des graveurs contemporains nous ont offert un grand nombre de leurs œuvres en beaux états ; je suis heureux de les nommer : MM. Maurice Achener, Ch. Baude, Eugène Béjot Jacques Beurdeley, Beaufrère, Robert Bonfils ; Paul Bornet, P.-A. Bouroux, A. Broquelet, Brouet, Mme Cécile Douard, Georges Gobo, Pierre Gusman, Arthur-W. Heintzelmann, J.-E. Laboureur, Julien Le Blant, Le Meilleur, Donald Shaw Mac Laughlan, Pierre-Louis Moreau, Malo Renault, Henri Rivière, Zilcken.

Des amateurs dont nous ne saurions trop louer la fidèle bienveillance continuent à enrichir nos collections ; parmi eux, j’ai le plaisir de vous citer : MM. Henri Béraldi, Henri Vever, Raymond Kœchlin, le baron de Vinck, le baron Vitta, Frédéric Grégoire, Guiot, le comte Alexandre de Laborde, Charles Vignier.

Pour être complet, je vous signalerai encore les dons de deux éditeurs, MM. René Kieffer et Léon Pichon, qui nous ont offert une série de livres illustrés, publiés par leurs soins, et la partie du don magnifique de Mme Alfred Gans qui vaut, entre autres recueils, au cabinet des estampes un magnifique exemplaire des Figures de différents caractères, de Watteau. J’ajouterai les Delacroix et les eaux-fortes originales de Meissonier du don Bonnat, un dessin sur verre de Théodore Rousseau (plaque originale), donné par M. Maurice Le Garrec ; enfin la précieuse collection léguée par M. Paul Blondel (258 portefeuilles consacrés pour la plus grande part à la topographie de Paris).

Je ne veux pas achever ce chapitre sans rappeler que vous avez bien voulu m’autoriser à perpétuer, selon les règles qu’observe la direction des musées nationaux, le souvenir des grands bienfaiteurs de la Bibliothèque nationale : deux plaques de marbre vont donc être apposées prochainement dans le grand vestibule et nous y ferons graver, par exemple, les noms de Gaston d’Orléans, J.-B. Colbert, du comte de Caylus, du duc de Luynes, Lamartine, Victor Hugo. Ernest Renan, Léopold Delisle, etc.

Bientôt des plaques porteront aussi, à l’entrée de chaque département, le nom des personnalités dont les libéralités ont ou auront accru nos collections spéciales.

L’année prochaine, l’administration des beaux-arts nous livrera, d’autre part, deux grandes vitrines où seront exposées, à titre provisoire, les pièces les plus rares que nous aurons acquises ou qui nous auront été données récemment. J’étudie enfin l’aménagement de certaines petites salles de nos nouveaux bâtiments pour les transformer en « bibliothèques » particulières ; nous y réunirions la collection de tel ou tel bibliophile qui la léguerait sous la condition qu’elle ne fût pas répartie sur les rayons de notre réserve. Cette mesure, qui serait prise par vous seul, dans des cas strictement limités, nous permettrait, je n’en doute pas, de nous attirer des dons et des legs considérables.

L’hommage ainsi rendu à nos bienfaiteurs, sous des formes visibles et précises, prouvera désormais que la Bibliothèque nationale sait conserver dignement la mémoire de ceux qui méritent la reconnaissance publique.

PUBLICATIONS

Il ne m’est permis de faire état que des catalogues et inventaires publiés par les conservateurs et bibliothécaires dans l’ordre administratif de leurs travaux.

En dehors du Bulletin des publications étrangères comme du Journal de la librairie auquel nous collaborons, les tomes LXXVII, LXXVIII, LXXIX, LXXX et LXXXI du Catalogue général auront paru depuis la fin de 1922 ; l’augmentation au tirage va répondre à des demandes qui démontrent l’importance prise par cette publication dans l’ancien comme dans le nouveau monde. Le département des imprimés vient, d’autre part de faire éditer le premier volume de la table du Catalogue des factums et autres documents judiciaires antérieurs à 1790, œuvre de M. A. Trudon de Ormes.

Au département des manuscrits, en 1923 et 1924, les catalogues suivants ont été publié :
Nouvelles acquisitions du département des manuscrits pendant les années 1921-1923, 1 vol. (1924). par M. H. Omont ;
Catalogue des manuscrits de la collection Clairambault, t. I. (1923), t. II. (1924). par Ph. Lauer ;
Inventaire sommaire des pièces manuscrites de la collection Morel de Thoisy, 1 vol. (1924), par M. Michel Prévost ;
Catalogue alphabétique des livres imprimés à la disposition des lecteurs (3e édition).

Au département des médailles, en 1923, M. Dieudonné a publié le premier tome de son savant Catalogue des monnaies royales le premier tome du Catalogue de la collection de Luynes, dont M. Jean Babelon assume la rédaction, vient de paraître. La Bibliothèque nationale subventionne ces ouvrages qui font le plus grand honneur aux deux fonctionnaires qui les exécutent. Il y a lieu également de noter une nouvelle édition du
Guide illustré du cabinet des médailles, pour 1924.

PERSONNEL

Les reformes, que je vous ai sommairement exposées, peuvent être considérées comme le résultat d’une étroite collaboration entre l’inspection générale, l’administration et le personnel. Tous les fonctionnaires se sont associés à l’œuvre nouvelle que je leur demandais d’accomplir, mais beaucoup d’entre eux me soumirent, au surplus, M. le secrétaire général le premier, les suggestions que leur inspiraient l’expérience et leur militant désir de perfectionner les services. Je me suis préoccupé, du reste, de confier à chacun d’eux, autant qu’il m’était possible, une tâche qui lui fût propre et qui lui convînt ; je pense ainsi avoir développé chez tous le goût du travail original, faute de quoi il n’est pas d’heureuse activité. Cette coordination d’efforts méritait que je vous la signalasse ; elle ne modifie pas l’ordre des responsabilités ; elle favorisera néanmoins, je l’espère, le travail de nos lecteurs et justifie, par avance, les bienveillantes intentions du Gouvernement.

En dehors des difficultés matérielles avec lesquelles sont aux prises la plupart de mes par collaborateurs, gardiens et ouvriers compris, par suite de la modicité de leurs émoluments, un seul point préoccupe l’inspection générale autant que moi-même : depuis la guerre, d’anciens combattants sont nommés gardiens, dont les infirmités leur rendent très pénible l’accomplissement de leurs fonctions. Comme il importe cependant que la première place soit faite à des camarades de guerre qui furent gravement atteints, nous espérons que seuls seront affectés à la Bibliothèque nationale des mutilés dont les anciennes blessures leur permettront d’accomplir sans peine le labeur qui leur est nécessairement dévolu.

BATIMENTS

Au siècle dernier, diverses erreurs ont été commises, rue de Richelieu, dans l’aménagement de salles et de magasins, souvent inadaptés les uns aux autres, dépourvus de lumière comme de dispositifs pratiques et généralement construits avec une excessive munificence. Quant aux pertes d’espaces utiles, on en constate d’irréparables.

Sans doute, il était alors de règle que l’administration n’intervînt qu’incidemment dans l’élaboration des plans et dans l’exécution des travaux.

J’ai pensé, dès le mois de février dernier, que cette règle comportait un certain nombre de dérogations et que j’assumais, en matière de travaux immobiliers et mobiliers, quelques responsabilités. Grâce au précieux appui de M. le directeur des beaux-arts, un concours dévoué de ses collaborateurs et à une entente qui s’établit très facilement entre MM. les architectes et moi, un régime s’est trouvé instauré qui favorise la liaison des services, sans confondre leur rôle respectif : j’en noterai quelques résultats à titre d’exemples.

L’éclairage électrique prévu dans la salle de travail a été étendu au service du catalogue, où les fonctionnaires se trouvaient privés de jour trois mois par an : il sera prêt en novembre. Des experts de services différents contrôlent l’installation de l’équipement tout entier, dont nous ferons, comme au Louvre, surveiller le fonctionnement par des représentants du laboratoire central d’électricité.

Nous allons bientôt posséder un réseau de sonneries qui nous permettra de provoquer immédiatement la fermeture de la porte de sortie et de rassembler le personnel, si un incident se produisait dans un des départements. Le téléphone, au surplus, reliera, entre eux et avec l’extérieur, l’administration, le secrétariat général et les divers services.

Nous avons pu transférer enfin, cette année même, avec une économie de 60 p. 100, l’atelier de reliure, non pas dans un sous-sol, comme on le prévoyait, mais dans une salle claire et salubre, dégageant ainsi les locaux
qui assureront l’extension rapide des magasins du département des estampes.

Les effets de cette collaboration nous ont donc amenés, M. l’architecte en chef et moi, à vous soumettre une étude d’ensemble qui fixe l’ordre d’urgence et la nature des aménagements qu’il reste à terminer pour satisfaire les besoins essentiels de la Bibliothèque.

Trois des départements, ceux des imprimés, des manuscrits et des estampes, sont de plus en plus surchargés ; mon prédécesseur vous le signala déjà. Dans l’intérêt même des collections, cette situation ne saurait se prolonger, car elle s’aggrave chaque jour. Etant donné toutefois, l’impossibilité absolue où vous vous trouvez de nous allouer des crédits supérieurs à ceux que vous nous avez accordés les années précédentes, nous avons prévu une concentration des efforts sur les points les plus défectueux. Vous avez bien voulu approuver notre initiative et les instructions que vous avez données permettront à tous de faire œuvre utile, en épargnant à l’Etat certaines dépenses somptuaires. Nous comptons d’ailleurs perfectionner sans cesse les détails de notre projet.

Si votre département pouvait réaliser avec le ministère de la guerre un accord immédiat, nul doute que les encombrements, dont je vous marque le péril, cesseraient très vite de nous préoccuper. Dans une séance récente, le Comité consultatif des bibliothèques nationales s’est prononcé, avec votre assentiment, pour le transfert à Versailles, non seulement de nos doubles et des petits périodiques provinciaux qui envahissent nos rayons, mais de toutes les collections inutiles qui occupent une place considérable à l’Arsenal et à Sainte-Geneviève. La proximité de cette ville et le nombre des moyens de transports rapides qui la relient à la capitale, commandaient ce choix. Maint bâtiment disponible s’y trouve qui présente les plus sérieuses garanties au point de vue de l’isolement, des facilités de surveillance et de la salubrité ; les frais de garde commune seraient réduits au minimum. Une première dépense d’installation une fois effectuée, vous pourriez nous rendre ainsi de vastes espaces, faute desquels nous sommes contraints de prévoir certains travaux d’agrandissement fort onéreux. Ainsi l’opération se solderait finalement par un sérieux bénéfice pour l’Etat.

EXPOSITIONS

Aux termes du rapport qu’il vous adressait en octobre 1923, M. Th. Homolle s’exprimait ainsi : « L’administration a le double devoir de faire profiter aussi largement que possible le public des trésors d’art dont elle a la garde, et d’assumer la conservation de ceux-ci, en leur épargnant les dangers démontrés, d’exhibitions permanentes ou même prolongées ».

Dès cette année, je me suis préoccupé de suivre d’aussi sages conseils et c’est dans la salle même où mon éminent prédécesseur souhaitait que fussent présentés les « trésors d’art » dont la France a le droit de s’enorgueillir, que nous rassemblâmes quelques-unes de nos pièces les plus belles ou les plus rares, livres, reliures, portulans, manuscrits, médailles, estampes, gravures, etc.

Organisée au profit de l’Anthologie des écrivains morts à la guerre, avec le concours de la Société des amis de la Bibliothèque nationale, du Garde-Meuble et de quelques bienfaiteurs tels que MM. Laguionie et Ce, Duween, Le Garrec, Dardanne, Acker et Morancé, cette manifestation obtint un succès auquel la presse tout entière contribua de la manière la plus active. Durant un mois, le nombre des visiteurs ne cessa de croître ; je vous en ai précisé le chiffre total au début de mon rapport et la Société des amis de la Bibliothèque bénéficia de plus de 500 réinscriptions ou adhésions nouvelles. En dépit du prélèvement de 3.000 fr. qu’opéra l’Assistance publique sur la recette 120 Anthologies seront envoyées hors de France, aux bibliothèques et universités qui entretiennent avec notre établissement des rapports fréquents : dans un cadre de labeur et de méditation spirituels, se trouvera dès lors conservé la « mémorial » de ceux qui, sacrifiant leur avenir, tombèrent pour la plus sainte des causes.

Nous avons atteint, de cette manière, le double but que nous poursuivions : après seize ans d’attente, le chemin de la Bibliothèque nationale fut rouvert au grand public, grâce à la présentation d’un ensemble, dont le choix, dépourvu de toute visée scientifique, ne tendait qu’à donner aux visiteurs une haute idée de la richesse des quatre départements ; d’autre part, les écrivains combattants reçurent l’aide que nous leur devions pour l’émouvante initiative qu’ils avaient prise en faveur de leurs camarades disparus.

Confirmé dans mes projets, par un succès qui mit justemenent [sic] en relief le goût de mes collaborateurs, j’ai résolu de préparer deux expositions nouvelles : l’une s’ouvrira en janvier prochain, avec l’appui du comité que préside M. Pierre de Nolhac et celui de la Société des amis de la Bibliothèque ; elle sera consacrée à Ronsard, aux poètes de la Pléiade et aux écrivains du seizième siècle ; une sélection des dessins attribués à Dumonstier, Clouet, etc., la complétera notamment. L’autre, vers etc. le 1er juin 1924, révélera notre fonds oriental, que seuls connaissent les savants et quelques amateurs. Un cadre approprié et des notices explicatives placées sous chaque pièce sont prévus pour ces deux manifestations, qui doivent marquer le début d’une suite de sélections méthodiques autant qu’harmonieuses. Sans doute, les frais de mise en place nous préoccupent, des difficultés multiples sont à prévoir ; mais les droits du public nous semblent imprescriptibles et nous leur donnerons satisfaction.

Quant aux expositions permanentes, j’ai appliqué vos instructions et soustrait, en particulier, à l’action dangereuse de la lumière des reliures précieuses. De ce fait, la galerie Mazarine s’est trouvée libérée de tout le mobilier disparate qui l’encombrait pour le plus grand dommage de son ordonnanace [sic] et, dans les vitrines murales, nous réunissons une série de pièces anciennes (vases, bronzes, etc.) que la clarté du jour ne saurait détériorer. Nous y disposons aussi des « fac-simile » remarquables qui constitueront, en quelque sorte, une histoire cohérente de l’imprimerie, de la paléographie, de la miniature, de l’estampe, etc. Ces reproductions offriront le plus grand intérêt pour les visiteurs désireux de s’instruire et je compte inviter, à partir du 15 novembre, les élèves de nos établissements d’enseignement public à venir les étudier sous la conduite de leurs maîtres.

Quant à certaines vitrines du département des médailles le principe de sélection rigoureuse qui prévaut dans leur mise au point, rehausse désormais la valeur des pièces magnifiques qu’elles contiennent : celle où se trouvent réunis, par exemple, nos diptyques consulaires et nos célèbres manuscrits aux reliures ornées d’ivoires et d’orfèvrerie constitue l’un des plus splendides ensembles qui soient au monde.

BIBLIOTHEQUE MAZARINE

Par le décret du 25 août 1923, la Bibliothèque Mazarine fut rattachée administrativement à la nôtre. En raison des dangereuses fissures qui se produisirent au plafond de la grande salle, cet établissement dut être fermé, durant de longs mois, cette année.

Du rapport que M. de Porto-Riche, son administrateur, vient de me remettre, j’extrais les lignes suivant, joignant aux pièces annexes des statistiques complémentaires :

« Les fermetures successives de la Bibliothèque pour réfection des appareils de chauffage et réparation du plafond ont éloigné et découragé une part notable de son public habituel…

« Dans le premier semestre de 1924, la Bibliothèque Mazarine a reçu un legs de M. Spire Blondel, le collectionneur balzacien, comportant des ouvrages de Balzac en éditions originales et plusieurs volumes imprimés par lui…

« En ce qui concerne les acquisitions, la note qui accompagne le tableau statistique signale une diminution des apports du dépôt légal qui semble imputable au fonctionnement irrégulier de celui-ci. »

Conclusion.

Les deux derniers mois de 1924 et l’année 1925 seront consacrés à l’application suivie et au perfectionnement des mesures dont je viens d’avoir l’honneur de vous rendre compte ; nous mettrons ce temps également à profit pour effectuer une suite de sondages et de contrôler dans les collections les plus diverses de la Bibliothèque nationale ; confrontant les inventaires avec les pièces elles-mêmes, nous vérifierons les titres de propriété de l’Etat.

L’année 1925 sera marquée, au surplus, tous les personnels le souhaitent, par l’application des deux lois que le Parlement, sans doute, voudra bien voter sur vos instances. Elles décupleront nos moyens et, comme je me
permettais de vous le rappeler en commençant, celle qui instaurera la réunion des bibliothèques nationales transformera, pour celles-ci, les conditions de leur prospérité. Seules, en effet, une forte coordination administrative et la souplesse de l’autonomie financière propre aux enrichissements les plus rapides (l’exemple des musées nationaux le prouve) manquent à nos établissements pour qu’ils se modernisent vraiment sur les bases mêmes de leurs traditions séculaires.

L’adoption d’un troisième projet de loi qui implique la nationalisation du personnel scientifique des bibliothèques municipales classées, compléterait votre œuvre ; elle créerait un vaste mouvement d’émulation entre tous les fonctionnaires, et donnerait aux bibliothécaires de province les garanties de carrière qui leur manquent.

Ajouterai-je que, dès 1923, la commission de coopération intellectuelle de la Société des nations a vu, dans le projet de réunion des bibliothèques nationales, le fondement d’un organisme propre à développer, entre les Etats, les liaisons bibliographiques dont elle poursuit l’entreprise ? Bien plus, n’ai-je pas le droit de penser que l’Institut international dont, sur votre initiative, Paris va constituer le cadre, trouvera, au sein de nos grands établissements, quelques principes essentiels de son rayonnement ?

Je me garderais d’outrepasser les limites de ce rapport : mais de telles perspectives nous promettent, je puis l’écrire, le plus vaste et le plus noble champ d’action qui nous soit réservé.

ROLAND-MARCEL.

Imprimés
Manuscrits
Estampes, Mazarine


Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 27 février). Rapport annuel de la Bibliothèque Nationale pour l’année 1923 et le premier semestre 1924. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3vi

  1. Cette réforme tend à alléger le service des communications, en permettant aux lecteurs d’obtenir immédiatement tous les ouvrages principaux dont ils ont besoin. []
  2. Service public, classement des collections pour leur tenue à jour, identification des pièces, intercalations, constitution de dossiers, etc.
    M. Guibert, conservateur adjoint, assure personnellement le service du catalogue général. []
  3. Je crois utile de vous signaler que désormais aux départements des manuscrits, des médailles et des estampes, les bibliothécaires ont, chacun, tour à tour, la responsabilité de la surveillance dans la salle des communications. []
  4. Le petit nombre de monnaies et de médailles déposées en 1923 et 1924 est également très préoccupant. []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search