Un lecteur d’humeur bien fâcheuse, René de Planhol

Avant que des études de public se mettent en place à la Bibliothèque nationale de France1, notamment sur une base régulière permettant de constituer une série de données comparables dans le temps, ou au point de pouvoir constituer un catalogue des études2, la connaissance du public — mais pas encore des publics — s’appréhendait à l’aune des échanges entre celui-ci et les agents, présidents de salle et gardes de la Bibliothèque. Ces échanges prenaient diverses formes, depuis l’interpellation orale en salle de lecture, les lettres adressées à l’Administrateur ou à tel ou tel directeur de département, voire encore les registres de réclamation. Aussi, pour celui qui voudrait mener des études rétrospectives du public de la Bibliothèque Nationale d’avant la création de la Bibliothèque nationale de France en 1994 et la mise en place d’un service ayant pour charge la conduite d’études sociologiques, les sources restent multiples, partielles voire partiales. Parmi celles-ci, il faut compter avec les témoignages des lecteurs parus dans des souvenirs, mémoires et journaux intimes mais aussi avec les articles que certains lecteurs réputés ou des journalistes pouvaient faire paraître dans la presse.

Le critique monarchiste René Gabriel Genestet de Planhol (1889-1940), auteur d’une étude sur l’œuvre de Charles Maurras3, collaborateur de l’Action française4, fournit un tel exemple, paru dans l’Écho de Paris en 1924, que nous transcrivons ci-après avec une coquille signalé d’un [sic]. Les notes sont de notre fait.


À la Bibliothèque Nationale

A LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE

On multiplie règlements et réformes dont les lecteurs ne sont paa [sic] contents

Avez-vous, comme votre serviteur, l’innocente coutume de hanter la Bibliothèque nationale ? Alors vous devez être, ces temps-ci, d’humeur bien fâcheuse.
On a récemment, de toutes parts, chanté les louanges de M. Roland Marcel5, le nouvel administrateur, qui est un homme fort actif et qui a des amis dévoués…
Il est vrai que les habitués de la salle de travail doivent à M. Roland Marcel un bienfait : l’électricité, qu’il y a fait installer, permet en toutes saisons de prolonger, jusqu’à six heures du soir, des séances qui, auparavant prenaient fin avec le jour6. Mais M. Roland Marcel ne s’est pas borné à cette initiative excellente. Il a établi toutes sortes de règlements méticuleux et procédé à un ensemble de réformes dont les lecteurs ne sont pas du tout contents7.
Exemple. Sur le pourtour de la salle des imprimés se trouvent les livres mis à la disposition du public sans qu’il y ait besoin de bulletins pour les demander. Ces livres ce sont les instruments indispensables à toutes recherches : catalogues, bibliographies, dictionnaires, répertoires, etc… Nous savions, de temps immémoriaux, dans quel ordre ces ouvrages étaient rangés ; et nous pouvions, sans pendre un instant, obtenir celui qui nous était nécessaire : pour atteindre à cette expérience, il nous avait fallu, jadis, des semaines d’apprentissage. Brusquement on a bouleversé tout cela. On a enlevé certains livres, on en a mis d’autres, on les a classés dans un ordre prétendu logique, auquel personne n’entend rien. Et les pancartes qui, sur chaque casier, indiquaient la liste des volumes, ont disparu. Les lecteurs éperdus s’interrogent : « Où est le Hatin8, où le Vicaire9, où le Lachèvre10 ? » Les gardiens ne sont pas mieux capables de répondre. Et ce bel ordre qu’on instaure, nos petits-neveux s’en féliciteront peut-être. Pour nous, c’est une calamité11.
Autre exemple : les bulletins par lesquels on demande les ouvrages des collections. On les a doublés : il faut maintenant inscrire deux fois toutes les mentions de nom, d’adresse, de titre, de cote, etc.12 A dix bulletins par séance, en ce siècle où les minutes sont chères, vous voyez comme c’est réjouissant, Et cela, sous prétexte d’organiser un contrôle aussi superflu qu’illusoire. Il a pour seul effet de rendre l’arrivée des livres de plus en plus laborieuse et lente. Il m’a fallu, l’autre jour, exactement trois quarts d’heure pour obtenir un ouvrage dont j’avais cependant indiqué la cote13 ! Autrefois, l’attente ne dépassait guère vingt minutes.
Autre chose encore. Vous venez, depuis des années, tous les jours, ou cent jours par an. Les gardiens vous reconnaissaient et vous laissaient passer librement. C’en est fini de cet abus. Vous devez à présent, tous les jours, et deux fois par jour, exhiber votre carte qui est valable pour six mois. Au moins, ainsi, la règle est respectée. J’accorde que c’est peu de chose : accordez-moi que c’est absurde et horripilant14.
Et tout est à l’avenant. Vous ne pouvez plus vois lever, sortir quelques moments, murmurer un bonjour à un ami, consulter un catalogue sans qu’une nouvelle discipline vous gêne. Vous n’êtes plus le lecteur familier, dont le travail est aussi le quotidien plaisir, à qui l’on faisait confiance et que l’on traitait comme un hôte. Vous êtes l’inconnu, et donc le suspect, contre qui la Bibliothèque se protège et se défend.
Voilà où conduit la manie périlleuse des réformes. Et nous commençons à regretter les âges barbares où, sur les quatre heures d’hiver, avant le règne lumineux de M. Roland Marcel, la Bibliothèque Nationale était dans la nuit…
René de PLANHOL.

Planhol, René de, « A la Bibliothèque Nationale », L’Écho de Paris, 21 décembre 1924, n° 15633, p. [1]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k8116547/f1.item>.

René de Planhol

Le journaliste monarchiste René de Planhol, né à Saumur le 27 juin 1889 et décédé à Clamecy le 15 octobre 1940, appartint un temps à l’Écho de Paris, et collabora à la Revue critique des idées et des livres15 ou à l’Action française16. Il fonda le mensuel La Nouvelle lanterne : la politique, les lettres, les idées, sise au 15 rue de Montmartre à Paris, où, en étant l’unique rédacteur de 1927 à 1937, il donna libre court à son anti-républicanisme17.

Épigramme de Rochefort choisi par René de Planhol en guise d’épigraphe.

Sa revue s’attira les éloges de Léon Daudet dans son Bréviaire du journalisme :

Depuis la Lanterne de Rochefort, qui contribua à la chute du Second Empire, il y a eu beaucoup de périodiques individuels, rédigés par un seul écrivain, comme les Taches d ‘Encre de Barrès, le Pal de Léon Bloy, etc… En général leur existence a été brève et ils ne constituent même pas des raretés bibliographiques. Il faut faire une exception pour la Nouvelle Lanterne18, où l’ un de nos plus brillants confrères, René de Planhol, déploie mensuellement un talent hors ligne. Inondé de périodiques de tout ordre et de toute provenance, je ne manque jamais de lire, et non pas seulement de parcourir, ces pages pleines de bon sens et de suc, qui disent leur fait aux farceurs et aux gredins, dans une langue élevée, limpide, nuancée. Je connais ainsi de nombreux lecteurs de Planhol, qui attendent leur numéro avec impatience.

Daudet, Léon (1867-1942), Bréviaire du journalisme, Paris : Gallimard, 1936, p. 230-231. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k8631024m/f238>.

Famille d’officiers

La généalogie — fautive — de René de Planhol est fournie par Gaston de Jourda de Vaux (1862-1933), dans son nobiliaire du Velay :

Le nobiliaire du Velay et de l'ancien diocèse du Puy : noms féodaux. Tome 3, 1925, p. 86.
Le nobiliaire du Velay et de l’ancien diocèse du Puy : noms féodaux. Tome 3, 1925, p. 86. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k61320249/f101.item>.

Un “père” poète « tué […] par les fatigues d’un campagne sous le ciel meurtrier du Soudan »

Selon Gaston de Jourda, René de Planhol serait le fils de René Gustave Henri Genestet de Planhol, capitaine du 11e cuirassiers des Spahis Soudanais, issu de la promotion Des Drapeaux de l’École Spéciale Militaire de Saint-Cyr. Né le 13 décembre 1861, ce dernier décéda le samedi 7 novembre 1891 de fièvre jaune et de dysenterie aiguë au poste de Nioro (Soudan), et non pas tué à l’ennemi… Ce capitaine poète René de Planhol reçut en 1898, à titre posthume, le Prix Maillé-Latour-Landry de l’Académie française pour son recueil Poésies préfacé par François Coppée19, soit la somme de 600 francs. Le Démocrate malouin évoquait « le pauvre capitaine René de Planhol, dont le maître Coppée a présenté au public l’œuvre posthume, ces vers fiers et ingénus qui ont pris la solennité de l’outre-tombe »20 et mis en œuvre par sa mère. Dans sa préface, rédigée en juin 1896, François Coppée indique avoir échangé avec « cette mère au cœur crucifié qui n’a pas même la triste douceur de fleurir la tombe de son enfant unique et passionnément adoré ». L’ouvrage s’achève par des témoignages réunis sous le titre « De Kayes à Nioro : Comment il est mort ! Récits de ses compagnons d’armes » dont une pièce indiquant qu’il est mort à Birou d’ « une bilieuse hématurique, maladie endémique au Soudan ». À aucun moment il n’est question d’une épouse ni d’un jeune fils orphelin…

Armand-François-Marie Genestet de Planhol, auteur d’une « Généalogie de la famille Genestet de Planhol »21 cite des vers de son cousin germain René de Planhol tout en dédiant ses notes généalogiques à son neveu.

Notre journaliste René de Planhol serait donc le petit-fils de l’officier de cavalerie Henri Marie Louis Joseph Genestet de Planhol (1825-08-09, Rosières – 1880-06-18), officier de la Légion d’Honneur22, colonel du 4ème régiment de Dragons et de Marie Thérèse Braccini (1840-01-20, Pise – 1906), épousée le 8 mai 1858.

Enfant adopté

En réalité René-Gabriel de Planhol, né Roger, est « issu de père et mère inconnus », comme l’indique son acte de naissance et le confirme son registre matricule qui indique qu’il est le fils adoptif de Marie Thérèse Braccini, veuve résidant au 20 rue des Payens à Saumur, donc sa grand-mère, déclarée par ailleurs être son tuteur, suivant un jugement du tribunal civil de Saumur, en date du 11 octobre 1909. C’est donc à ses vingt ans qu’il est officiellement adopté. L’a-t-elle choisi parce qu’il portait le même prénom que son défunt fils ?

René-Gabriel Roger porta donc ce nom de sa naissance en 1889 à 1909. Il se nomma ensuite « Roger-Braccini » quand Marie Thérèse Braccini l’adopta, de 1909 à 1912. Il conserva ce nom jusqu’à son recrutement par les bureaux de l’armée qui le notèrent sur son registre matricule. Cependant, à partir de 1913, il prit le nom de « Genestet de Planhol ». Le Bulletin des lois de la République française nous éclaire au sujet de sa démarche de substitution de nom, décrétée le 25 mai 1912 :

Décret de substitution de nom n° 14552 du 25 mai 1912, Bulletin des lois de la République française, 1912, n° 82, p. 1691.

Après l’expiration du délai prescrit, en vertu d’un jugement du tribunal civil de Saumur du 23 août 1913, transcrit le 8 octobre 1913, le nom de « Genestet de Planhol » remplace « Roger-Braccini ». René-Gabriel Roger-Braccini entre pleinement dans la famille Genestet de Planhol pour assurer la perpétuation de la branche de Planhol.

Époux et père

Comme l’indique Gaston de Jourda de Vaux, René de Planhol épousa Louise Antoinette Jeanne Marie Neveu-Lemaire, mais le 16 mars 192523, à Paris dans le 8e. Elle est née le 15 juillet 1890 à Clamecy (Nièvre)24 et décéda en 1958.

Elle partagea les opinions politiques de son époux. Ainsi, en 1938, Mme Neveu-Lemaire Planhol fait partie de « Tous les nationaux conscients des périls de l’heure [qui] continuent à adresser à Charles Maurras leurs félicitations à l’occasion de son élection à l’Académie », listés par l’Action française25.

René de Planhol décéda à Clamecy (Nièvre) le 15 octobre 1940. En cette année, il se déclarait « publiciste » de profession quand il renouvelait son adhésion à la Société scientifique artistique de Clamecy26

La Dépêche algérienne, 2 novembre 1940, n° 19906, p. [1]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bd6t557652k/f1.item>.

En 1941, c’est son épouse qui le remplace comme membre de la Société scientifique artistique de Clamecy qui publie une nécrologie de son ancien membre :

M. René de Planhol, allié à la famille Neveu-Lemaire, amené dans notre Ville par un état de santé qui finit par l’emporter, malgré les soins empressés de sa dévouée compagne, était un publiciste distingué.
Ancien combattant, lui aussi27, de 1914-18, il fit paraître, tant que ses forces le lui permirent, une intéressante revue politique : « La Nouvelle Lanterne », où, sous une plume alerte, son sens critique s’exerça toujours avec autant de mesure que de lucidité et, très souvent, de clairvoyance ; on en aurait, si besoin, la preuve en relisant les lignes qu’il écrivait, le 11 novembre 1930, sous le titre : « Le Désastre. Fragment d’une histoire future » : les événements de 1940 y sont prévus avec une précision frappante.

« Rapport de M. Ch. P. Milandre, Président », Bulletin de la Société scientifique artistique de Clamecy, 1941, n° 17, p. 17. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9801548m/f29>.

René de Planhol fut le père du géographe Xavier de Planhol (1926-2016)28.

Sources

Archives départementales de Maine-et-Loire, Saumur, Naissances, 1889, 1 E 196, acte n° 170
Archives départementale de Maine-et-Loire, 1 R 1320, classe 1909, matricule n° 140.
Archives départementale de Maine-et-Loire, 1 R 1320, classe 1909, matricule n° 140.
  • Acte de mariage de René Gabriel Genestet de Planhol et de Louise Antoinette Jeanne Marie Neveu-Lemaire, Archives de Paris, 1925, Mariages, 08, 8M 255, f. 48, acte n° 223 :
Archives de Paris, 1925, Mariages, 08, 8M 255, f. 48, acte n° 223.
Archives de Paris, 1925, Mariages, 08, 8M 255, f. 48, acte n° 223.
  • Les archives administratives de la BnF n’ont pas conservé la carte de lecteur de René de Planhol.

Notes



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 1 mars). Un lecteur d’humeur bien fâcheuse, René de Planhol. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3vj

  1. Voir : « Mieux connaître les publics de la BnF », bnf.fr, [s. d.]. Disponible sur Internet, url : <https://www.bnf.fr/fr/les-publics-de-la-bnf>. []
  2. Voir : « Catalogue des études », bnf.fr, [s. d.]. Disponible sur Internet, url : <https://www.bnf.fr/fr/catalogue-des-etudes>. []
  3. Planhol, René de (1889-1940), « L’œuvre de Charles Maurras : étude », dans : Maurras, Charles (1868-1952) ; Planhol, René de (1889-1940), Le bibliophile Barthou, Paris : éd. du Capitole, 1929, p. [11]-[71]. Disponible dans Gallica intramuros, url : <http://ark.bnf.fr/ark:/12148/cb30912706m>. []
  4. « René de Planhol, Le Désastre (fragment d’une histoire future), 1930 (1/2) », ArchéoSF, 4 avril 2017. Disponible sur Internet, url : <https://archeosf.blogspot.com/2017/04/rene-de-planhol-le-desastre-fragment.html>. Le 2e article annoncé n’est pas paru. []
  5. Pierre-René Roland-Marcel (1883-1939) fut nommé Administrateur général de la Bibliothèque nationale le 3 novembre 1923 et le resta jusqu’en 1930. []
  6. Voir : Jacquot, Olivier, « La lente électrification de la Bibliothèque nationale », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, 12 décembre 2022. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/21502> et Jacquot, Olivier, « L’Electricité à la Bibliothèque Nationale », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, 13 décembre 2022. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/21592>. []
  7. Les mesures mise en œuvre par P.-R. Roland-Marcel se voulaient une réponse aux conclusions des commissions d’enquête de 1906 et de 1911 menées par les inspecteurs généraux des Bibliothèques et des Archives Pol Neveux (1865-1939) et Alexandre Vidier (1874-1927). Dans son rapport annuel rédigé pour le ministre de l’Instruction publique et des beaux-arts, P.-R. Roland-Marcel les justifie en indiquant qu’ « Elles constituent aussi l’application effective des deux idées suivantes : à une époque où le labeur intellectuel se trouve moins rétribué proportionnellement que tout autre, il importe, plus que jamais, d’économiser le temps des lecteurs, de simplifier leurs recherches et de leur assurer tous les soins éclairés et diligents, compatibles avec les moyens dont nous disposons. Il est juste aussi de révéler au public, avec les garanties requises, les incomparables richesses de notre maison et de mettre tous ceux qui en manifestent le désir, à même de les étudier et de les aimer. » []
  8. Soit : Hatin, Eugène (1809-1893), Bibliographie historique et critique de la presse périodique française ou Catalogue systématique et raisonné de tous les écrits périodiques de quelque valeur publiés ou ayant circulé en France depuis l’origine du journal jusqu’à nos jours,… précédé d’un Essai historique et statistique sur la naissance et les progrès de la presse périodique dans les deux mondes, Paris : Firmin-Didot frères, fils, 1866, 1 vol. (CXVII-660 p.). []
  9. Soit : Vicaire, Georges (1853-1921), Bibliographie gastronomique : la cuisine, la table, l’office, les aliments, les vins, les cuisiniers et les cuisinières, les gourmands et les gastronomes, l’économie domestique… depuis le XVe siècle jusqu’à nos jours…, Paris : P. Rouquette et fils, 1890, 1 vol. (XVIII-972 col.). []
  10. Soit : Lachèvre, Frédéric (1855-1943), Bibliographie des recueils collectifs de poésies du XVI° siècles : du “Jardin de plaisance”, 1502, aux recueils de Toussaint Du Bray, 1609…, Paris : E. Champion, 1922, 1 vol. (613 p.). []
  11. Les modifications concernant les usuels de la salle de travail sont également explicitées par P.-R. Roland-Marcel dans son rapport de 1924 : « Les collections de livres et de répertoires, qui se trouvent mises directement à la disposition du public, viennent d’être l’objet d’un remaniement pour les moderniser. Des spécialistes qualifiés ont assisté nos collaborateurs dans cette révision et un dispositif plus pratique a été adopté pour le classement des séries Cette réforme tend à alléger le service des communications, en permettant aux lecteurs d’obtenir immédiatement tous les ouvrages principaux dont ils ont besoin. ». []
  12. Le Rapport sur le fonctionnement des divers services de la Bibliothèque nationale pendant l’année 1925 indique que : « L’usage du bulletin à souche, une surveillance rigoureuse et le zèle particulier des gardiens chargés du service des « Lettres » ont ramené quotidiennement le nombre des « manque en place » de neuf à deux, sur un total qui atteint une moyenne de dix-huit cents ouvrages communiqués. », Journal officiel de la République française, 20 novembre 1925, p. 765. []
  13. Le Rapport sur le fonctionnement des divers services de la Bibliothèque nationale pendant l’année 1925 indique que : « la moyenne des délais de communication, déjà réduite, en période normale, de quarante à vingt minutes, se trouve abaissée encore. Elle est d’un quart d’heure, voire même de douze minutes, pour les séries les plus proches de la salle de travail. Une réserve évidemment s’impose : pareils résultats ne sont possibles que si l’on admet certaines exceptions, durant les vacances et aux heures où le personnel subit une diminution d’un tiers et même d’une large moitié. », Journal officiel de la République française, 20 novembre 1925, p. 765. Le délai avait ainsi pu être réduit par rapport à l’année précédente relevé dans le rapport de 1924 : « Après une série d’expériences que nous avons effectuées, afin de découvrir et de supprimer toutes les causes de lenteur ou de retard, nous avons établi des « temps » proportionnés aux distances ; ils nous ont servi de base pour accroître, peu à peu, la vitesse des transmissions. Ainsi, en période normale, c’est-à-dire exception faite pour l’époque des vacances, lorsque le lecteur rédige correctement son bulletin, la moyenne des délais de communications a été abaissée de quarante à vingt minutes. Une telle accélération nous permet, par incidence, d’accroître le chiffre des livres communiqués. » []
  14. Dans son rapport de 1924, P.-R. Roland-Marcel liste les changements qui révulsent René de Planhol : « D’autres mesures sont désormais appliquées, que l’expérience nous commande de maintenir : l’adoption d’un bulletin à souche qui précise la direction prise par un livre lorsqu’il est enlevé des rayons ; la faculté accordé aux lecteurs de nous adresser une carte pneumatique pour obtenir deux livres le jour même ; le dépôt en garde des ouvrages, à elle communiqués, exigé, sans vaine procédure, de toute personne qui s’absente provisoirement de la salle ; la création d’un registre destiné à provoquer l’expression des desiderata du public ; l’apposition de pancartes de renseignements sur les casiers de catalogues ; le transfert de la communication des livres de la réserve et des périodiques sur d’autres tables, afin d’assurer plus de tranquillité aux lecteurs et plus d’aisance à ceux qui consultent les répertoires ; un contrôle permanent exercé à la sortie de la salle, etc. » []
  15. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32856727g/date>. []
  16. En 1940, Charles Maurras ne tarit pas d’éloges à l’égard de l’œuvre de son collaborateur dans : Maurras, Charles, « La Politique », L’Action française, 6 août 1940, n° 210, p. [1]-[2]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k767837z/f1>. Extrait : « Il y a déjà bien du temps que la Nouvelle Lanterne ne paraît plus. L’écrivain éminent qui la rédigeait seul, René de Planhol, convalescent d’une longue maladie, a perdu le loisir de cette œuvre grande et utile. Cela fait un vide dans l’activité mentale de la France, spécialement de l’Action Française, car, en plus de ses vingt mérites originaux, la publication de Planhol complétait toutes les nôtres : profondément imbu des mêmes principes que nous, il ajoutait à nos revues de la presse, à nos feuilletons littéraires et philosophiques, aux études si variées de la Revue Universelle, une sorte de suppléance et de lieutenance pour la Critique générale en ce qui concernait les principes directeurs de certains ouvrages plus où moins neufs.
    Ainsi, aucun des nôtres n’a su parler comme la Nouvelle Lanterne (et du strict point de vue de l’Action Française), des doctrines historico-géographiques ds [sic] M. Rouquel, ni des enquêtes politiques de M. Siegfried. » []
  17. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32826152d/date>. Une collection complète sur Hollande avec une correspondance de René de Planhol fut vendue par la Librairie Thalie, url : <http://www.librairiethalie.be/fr/catalogue/detail/[revue]-la-nouvelle-lanterne-planhol-rene-de-1503-1>. Sur la revue et René de Planhol, voir : Dussert, Éric, « Les revues d’un seul ou L’apothéose des fortes têtes », La Revue des revues, 2016/2, n° 56, p. 46-105. Disponible sur Internet, url : <https://www.cairn.info/revue-la-revue-des-revues-2016-2-page-46.htm> et Rennes, Juliette, « L’argument de la décadence dans les pamphlets d’extrême droite des années 1930 », Mots, 1999, mars, n°58, p. 152-164. DOI : https://doi.org/10.3406/mots.1999.2530. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/mots_0243-6450_1999_num_58_1_2530>. []
  18. 15, rue Montmartre à Paris (1er). Abonnement, un an, 20 francs. []
  19. Planhol, René de ; Coppée, François (1842-1908) (préf.), Poésies, Paris : A. Lemerre, 1897, 1 vol. (VIII-192 p.) ; in-12. []
  20. « Le Commandant Marchand », Le Démocrate malouin, 9 octobre 1898, n° 25, p. [1]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k45204992/f1.item>. []
  21. Passée en vente publique le 15 décembre 2021, lot n° 18 du catalogue de la maison (Alde) Librairie Giraud-Badin. Disponible sur Internet, url : <https://www.beaussantlefevre.com/lot/120736/16796835-genestet-de-planhol-armandfran>. []
  22. Voir : « GENESTE [sic] DE PLANHOL Marie Louis Joseph Henri, notice L1109012, cote LH//1109/12 », Léonore. Disponible sur Internet, url : <https://www.leonore.archives-nationales.culture.gouv.fr/ui/notice/159169>. Sur la famille, voir aussi : « De Genestet de Planhol », Magny, Ludovic de (1826-1914), Armorial de la France, Paris : aux “Archives de la noblesse”, 1875, p. 15. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5828340h/f49> et « GENESTET, DE GENESTET, GENESTET DE PLANHOL, (parfois : DE NÉRESTAN) », Le nobiliaire du Velay et de l’ancien diocèse du Puy : noms féodaux. Tome 3, 1925, p. 83-87. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k61320249/f98>. []
  23. Comme le confirme l’acte de naissance de Marie Neveu Lemaire et l’acte de mariage. []
  24. Clamecy : actes d’état civil, 2 Mi EC 134, Archives de la Nièvre, Naissances, 1890, acte n° 53, p. 66v-67r, url : <https://archives.nievre.fr/ark:/60877/r76cpsx3kf5t/fcf5ce9d-a5fc-499b-84cc-4b5dfdd5eee7>. []
  25. « Charles Maurras à l’Académie française », L’Action française, 25 juin 1938, n° 176, p. [1], 3, citée p. [3]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7671050/f3.item>. []
  26. Voir la « Liste des Sociétaires au 1er Juillet 1940 », Bulletin de la Société scientifique artistique de Clamecy, 1940, n° 16, p. 7. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k98017044/f9>. []
  27. Parce que sa notice nécrologique suit celle d’un autre membre de la Société, ancien combattant. []
  28. Voir : « In Memoriam : Xavier de Planhol (1926-2016) », Revue Géographique de l’Est, 2016, vol. 56, n° 3-4. DOI: https://doi.org/10.4000/rge.5957. Disponible sur Internet, url : <http://journals.openedition.org/rge/5957> et Catinchi, Philippe-Jean, « La mort de Xavier de Planhol, géographe », Le Monde, 31 mai 2016. Disponible sur Internet, url : <https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2016/06/02/la-mort-de-xavier-de-planhol-geographe_4930936_3382.html>. []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search