Filemaker versus web sémantique

Comme tout laboratoire ou institution menant ou finançant des programmes de recherche, la Bibliothèque nationale de France fut confrontée à la problématique des bases de données développées par les chercheurs dans le cadre de leurs programmes.

Bien souvent, pour la création d’une base de données relationnelle, faute d’ingénieurs1 et de compétences personnelles en développement informatique, mais aussi faute de crédits pour solliciter des prestations dédiées, le choix se porte vers un logiciel propriétaire au format propriétaire, par exemple MS Access, mais plus communément encore, notamment en sciences humaines et sociales, le logiciel FileMaker Pro2.

Cela se comprend et peut se justifier pour des travaux individuels, notamment dans le cadre d’une thèse qui doit être menée selon un rythme soutenu et quand la base n’a pas vocation, ni à être publiée en ligne, ni à être pérennisée. Cette assertion est évidement sujette au caution devant l’injonction croissante de la preuve qui conduit de plus en plus à fournir les données ayant permis d’obtenir des résultats. Le principe de la science ouverte implique de fournir, sinon la base de données, du moins le jeu de données ayant permis d’obtenir des résultats, afin de permettre à d’autres de rejouer le jeu, afin de confirmer ou d’infirmer les conclusions3.

Or, comme le confirment les témoignages de jeunes chercheurs4, FileMaker leur est recommandé par leurs professeurs, fussent-ils ingénieurs « pratiquant des humanités numériques ».

Autre preuve, Access et Filemaker sont les seuls logiciels de bases de données cités par Sébastien Poublanc dans son billet « Sur le bureau de l’historien » de La boîte à outils des historien·ne·s5.

La question de l’emploi de FileMaker et surtout de la pérennisation des bases créées se pose régulièrement à tout nouveau développeur6.

Dans le cadre de programmes collaboratifs de recherche, l’emploi de telles bases se justifie d’autant moins dès lors que l’un des objectifs du projet consiste à mettre en ligne la base, à la publier sur le web, ce qui soulève les questions de sa mise à jour, de sa pérennité et surtout de son interopérabilité. Pour les informaticiens se pose également le problème, souvent ignoré des chercheurs, du maintien en condition opérationnelle, c’est-à-dire de l’évolution nécessaire des matériels et logiciels pour garantir dans le temps la disponibilité du produit développé. Cela a un coût humain et financier rarement pris en compte par les chercheurs car relevant, à leurs yeux, des problématiques propres à la direction des systèmes d’information (DSI) de leur laboratoire ou de leur université.

Petit à petit, l’action d’acteurs comme la TGIR Adonis devenue Huma-Num porte auprès des équipes adoptant les bases PHP/SQL voire se lançant même dans les technologies du web sémantique pour gérer des données structurées et liées. Cependant, malgré les multliples interventions
de ces infrastructures et consortia7 oeuvrant pour l’interopérabilité et la pérennisation des BDD dans maints colloques et actions nationales de formation (ANF)8, l’usage de la base de donnée propriétaire et fermée sur elle-même, reste encore largement répandu, et ce malgré le succès des «  humanités numériques » mises à toutes les sauces ainsi que les différentes injonctions des financeurs de la recherche et du CNRS en faveur des données ouvertes.

L’emploi de logiciels propriétaires par les laboratoires ne manquent pas d’étonner depuis la circulaire n° 5608-SG du 19 septembre 2012 et son annexe qui s’attachent à promouvoir le logiciel libre dans les administrations et ont mené à la mise en place d’un socle interministériel de logiciels libres (SILL)9. Il faut croire que la « liberté » de l’enseignant-chercheur, garantie par le Code de la recherche, l’exonère de se considérer comme fonctionnaire ou du moins de relever de l’administration.

Par ailleurs, il faut bien reconnaître que les facilités offertes par les éditeurs commerciaux de logiciels n’aident pas ce mouvement vertueux vers le « libre », l’interopérabilité ou l’accès ouvert. Ainsi, la fonction « Publication Web instantanée » proposée par l’éditeur de FileMaker Pro, « qui intègre tous les logiciels requis pour la publication d’une base de données sous forme de pages Web sur un réseau local ou intranet »10 s’avère être un concurrent de poids du pack NAKALONA11 de l’infrastructure Huma-Num.

D’aucuns persistent à oeuvrer pour que les nouvelles générations de chercheurs adoptent les bonnes pratiques déjà mentionnées. Ainsi par exemple de cette école d’été organisée en 2017 par l’Université Paris 1 et l’Université du Québec à Montréal (UQAM)12.

Dans le même état d’esprit qu’HumaNum ou de l’Agence nationale de la recherche, du temps de son appel « Corpus », la Bibliothèque nationale de France, dans son appel à projets interne pour son plan quadriennal de la recherche (http://c.bnf.fr/xu5), a prescrit quelques bonnes pratiques à respecter dès lors qu’un projet envisageait la création d’une base de données. Rappelons que c’est ce dispositif qui a financé des bases telles que Mandragore (http://mandragore.bnf.fr), la base de données iconographiques du département des Manuscrits développée en 1989 avant la naissance du web avec MS Access et mise en ligne en 2003, mais aussi la base des Reliures numérisées de la Bibliothèque nationale de France (http://reliures.bnf.fr), première base de la BnF gérant des fichiers XML-TEI ou encore BP16, le Renouard13 numérisé de la Bibliothèque nationale de France (http://bp16.bnf.fr).

Hors de France, la problématique des bases de données est la même. Des organismes oeuvrent à diffuser de bonnes pratiques, comme par exemple le JISC14, le Arts and Humanities Research Council (AHRC)15, ou encore l’American Council of Learned Societies qui a publié en 2006 le rapport Our Cultural Commonwealth16 qui, pour la création d’une infrastructure pour les sciences humaines et sociales, recommande qu’elle ait 5 caractéristiques :

  1. It will be accessible as a public good.
  2. It will be sustainable.
  3. It will provide interoperability.
  4. It will facilitate collaboration.
  5. It will support experimentation.

Pour y parvenir, 8 recommandations sont énoncées :

  1. Invest in cyberinfrastructure for the humanities and social sciences, as a matter of strategic priority.
  2. Develop public and institutional policies that foster openness and access.
  3. Promote cooperation between the public and private sectors.
  4. Cultivate leadership in support of cyberinfrastructure from within the humanities and social sciences.
  5. Encourage digital scholarship.
  6. Establish national centers to support scholarship that contributes to and exploits cyberinfrastructure.
  7. Develop and maintain open standards and robust tools.
  8. Create extensive and reusable digital collections.

Même si la question des bases de données n’y est pas directement abordée, il peut être utile de rappeler le travail de la Visual Resources Association qui diffusait en 2006 un Cataloging Cultural Objects: A Guide to Describing Cultural Works and Their Images ((Murtha Baca, Patricia Harpring, Elisa Lanzi, Linda McRae, Ann Baird Whiteside, Cataloging Cultural Objects: A Guide to Describing Cultural Works and Their Images, Chicago : ALA Editions, 2006, XIII-396 p. Disponible en ligne, url : <http://cco.vrafoundation.org/index.php/toolkit/cco_pdf_version/>.)) recommandant l’établissement de liens et l’emploi de vocabulaires contrôlés. Utile à mentionner quand on constate le relatif retard pris pas l’histoire de l’art en matière d’humanités numériques.

En 2007, la National Information Standards Organization diffusait la 3e édition de son A Framework of Guidance for Building Good Digital Collections17, soit un recueil de bonnes pratiques pour créer et gérer des collections numériques.

En Europe, il convient de mentionner l’action des Archives fédérales suisses qui, dès 2007, proposaient une solution complète d’archivage des bases de données, avec le SIARD (Software Independent Archiving of Relational Databases)18 qui est un standard de mise en forme XML de données provenant de tout système de base de données. Pour effectuer une conversion du format de données source dans le format standard SIARD, les Archives fédérales proposent un logiciel libre de conversion. Le standard permet de stocker des données et leur structure dans des fichiers texte (XML), ce qui est de nature à permettre de pérenniser l’accès aux données.

En France, il faut citer l’action du Centre informatique de l’enseignement supérieur (CINES) qui mène des actions comparables, avec par exemple la publication en 2013 du Guide méthodologique sur l’archivage des bases de données ((Philippe Prat ; Lorène Béchard, Guide méthodologique sur l’archivage des bases de données, [S. l.] : Centre informatique National de l’Enseignement Supérieur, 2016, 24 p. Disponible en ligne, url : <https://alfresco.cines.fr/alfresco/d/d/workspace/SpacesStore/ca323bcc-804a-43e3-822f-5d18fa304dff/GM_archivage_BDD.pdf>.)) ou encore la mise au point du Standard d’Echange de Données pour l’Archivage (SEDA)19.

Bref, le chemin pour mener à des bases de données ouvertes, documentées et pérennes, est long mais progresse au gré des recommandations et des initiatives vertueuses comme la publication de la liste des sites web hébergés par Huma-Num (https://www.huma-num.fr/annuaire-des-sites-web), de nature à donner à voir les résultats tangibles de l’application des bonnes pratiques de la science ouverte.

  1. Ingénieurs de recherche (IR), ingénieurs d’études (IE) ou assistants ingénieurs (AI). []
  2. Le fort taux d’équipement en MacBook dans le monde académique pourrait expliquer l’entrisme de FileMaker, filiale d’Apple Inc., auprès des chercheurs – même si une majorité d' »humanistes digitaux », adeptes des « bonnes pratiques » (Guides de bonnes pratiques, url : <https://www.huma-num.fr/ressources/guides>) sont également équipés de la marque de Cupertino… []
  3. « Les données primaires de la recherche étant affichées, elles peuvent être corroborées, critiquées ou interprétées par quiconque possédant l’expertise ou la compétence nécessaire, qui peut alors participer à l’effort de collaboration.», Contributeurs de Wikipédia, « Science ouverte », Wikipédia, l’encyclopédie libre, 6 juin 2018. Disponible en ligne, url : <http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Science_ouverte&oldid=149276531>. []
  4. Raphaëlle Talbot, https://hcp.hypotheses.org/4918 et Clémentine Souchaud, https://acares.hypotheses.org/953 []
  5. Sébastien Poublanc, « Sur le bureau de l’historien », La boîte à outils des historien·ne·s, 15 juin 2015. Disponible en ligne, url : <http://www.boiteaoutils.info/2015/06/sur-le-bureau-de-lhistorien/>. Cette assertion est à relativiser avec la mention de Base et MySQL par Émilien Ruiz, dans son billet du 21 mars 2015 : Émilien Ruiz, « Se former aux logiciels de bases de données », La boîte à outils des historien·ne·s, 21 mars 2015. Disponible en ligne, url : <http://www.boiteaoutils.info/2015/03/fomations-bdd/>. []
  6. Comme le dit Matthieu Thivet « Quel avenir pour les multiples BDD produites par les étudiants ? », dans Matthieu Thivet, Base de données archéologiques. Disponible en ligne, url : <https://theta.obs-besancon.fr/IMG/pdf/JBDD_MatthieuThivet.pdf>. []
  7. CAHIER – Corpus d’Auteurs pour les Humanités : Informatisation, Édition, Recherche,Archives des ethnologues, CORLI – Corpus, Langues et Interactions, Consortium 3D-SHS, MASA – Mémoires des archéologues et des sites archéologiques, COSME – Sources Médiévales, IMAGEO – Cartes et photographies pour les géographes, Musica, ArchiPolis – Archives des sciences sociales du politique, ArcMC  – Archives des mondes contemporains []
  8. Comme par exemple « Concevoir et exploiter les sources numériques de la recherche en SHS », url : <http://anf.msh-vdl.fr>. []
  9. Socle logiciels libres. Disponible en ligne, url : <http://references.modernisation.gouv.fr/socle-logiciels-libres>. []
  10. Selon « Publication de bases de données sur le Web », Aide FileMaker Pro 12. Disponible en ligne, url : <https://fmhelp.filemaker.com/help/12/fmp/fr/html/publish_web.html>. []
  11. Cf. Diffuser ses données, https://www.huma-num.fr/services-et-outils/diffuser#nakalona []
  12. Méthodes et outils numériques : les bases de données en histoire, url : <https://www.paris-iea.fr/fr/evenements/methodes-et-outils-numeriques-les-bases-de-donnees-en-histoire>. []
  13. Bibliographie des éditions parisiennes du 16e siècle, rédigée d’après les manuscrits de Philippe Renouard légués à la Bibliothèque nationale en 1952. []
  14. Dès 2008 – bien avant les plans de gestion de données -, le JISC exigeait que les porteurs des programmes qu’il finance élaborent un plan de sortie/soutenabilité des résultats des projets. []
  15. AHRC ICT Methods Network Workgroup on Digital Tools Development for the Arts and Humanities. []
  16. American Council of Learned Societies Commission on Cyberinfrastructure for the Humanities and Social Sciences, Our Cultural Commonwealth, New York : American Council of Learned Societies, 2006, 43 p. Disponible en ligne, url : <http://www.acls.org/cyberinfrastructure/OurCulturalCommonwealth.pdf>. []
  17. National Information Standards Organization, A Framework of Guidance for Building Good Digital Collections, Baltimore : National Information Standards Organization, 2007, 95 p. Disponible en ligne, url : <https://www.niso.org/sites/default/files/2017-08/framework3.pdf>. []
  18. SIARD Suite, Archives fédérales suisses, url : <https://www.bar.admin.ch/bar/fr/home/archivage/outils-et-instruments/siard-suite.html>. []
  19. Cf. url : <https://www.cines.fr/publication-de-la-v1-0-du-seda-standard-dechange-de-donnees-pour-larchivage/>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.