Journée d’étude : Au cœur des circulations internationales du livre : traducteurs, agents et autres passeurs

Le livre, à la fois « marchandise », « chef d’œuvre » et « ferment », pour reprendre les termes de l’historien Henri-Jean Martin, se situe dès son origine au cœur des échanges littéraires internationaux. Imprimé dans un pays, il circule, en pleine lumière ou sous le manteau, dans sa version originelle ou par le biais de traductions qui le transforment et font connaître à de larges publics des systèmes de pensées différents des leurs, auxquels ils n’auraient pu avoir accès sans ce passage d’une langue à l’autre. Au cœur de ces circulations, souvent dans l’ombre, œuvrent des « passeurs » culturels, des « hommes doubles », comme les qualifie le sociologue Christophe Charles, qui font le lien entre les différentes versions d’une œuvre et permettent sa large diffusion. Les textes, en effet, même numériques, ne circulent pas de manière autonome mais par le biais d’intermédiaires pluriels que cet atelier se propose d’étudier. Parmi eux figurent les traducteurs, des plus reconnus aux moins visibles, et les agents littéraires qui portent les intérêts de leurs auteurs et accompagnent l’exportation de leurs œuvres. D’autres intermédiaires, politiques notamment, peuvent également entrer en jeu et soutenir des productions à l’échelle internationale dans une perspective de diplomatie culturelle.

La ville et la tour de Babylone : [estampe]

Cet atelier du livre se fait l’écho d’une série de travaux, récents ou en cours, qui, à partir d’une perspective historique, littéraire ou sociologique, permettront de mettre en lumière et d’analyser le rôle de ces passeurs.
Dans quels enjeux pluriels leur travail s’inscrit-il ? Renforcent-ils les hiérarchies existantes ou peuvent-ils favoriser la diversité éditoriale et culturelle ? De quelle marge décisionnelle disposent-ils ? Et comment expliquer leur discrétion sur la scène littéraire et éditoriale ?
En partenariat avec l’université Paris Nanterre.

Programme

14h : ouverture
Denis Bruckmann, directeur des Collections de la Bibliothèque nationale de France
Cécile Rabot, sociologue au Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP), maîtresse de conférences à l’université Paris Nanterre, responsable du master Métiers du livre et de l’édition

Introduction générale et historique
14h15 : la traduction, un objet d’histoire
Blaise Wilfert-Portal, maître de conférences en histoire contemporaine au département de Sciences sociales de l’École normale supérieure (université Paris sciences et lettres)

Traducteurs et traductions
14h45 : le traducteur dans l’Angleterre de la fin du XVIe siècle : questions parfois sans réponse au sujet d’un passeur discret
Marie-Céline Daniel, maîtresse de conférences en civilisation britannique, UFR d’études anglophones, Sorbonne Université, vice-présidente en charge de la formation tout au long de la vie

15h15 : quand le traducteur prend la parole : l’émergence des traducteurs comme figures médiatiques
Claire Placial, maîtresse de conférences en littérature comparée à l’université de Lorraine (Metz) et membre du centre de recherche Ecritures

15h45-16h : questions et pause

Les agents littéraires et autres passeurs
16h00 : l’agent littéraire : quelques aperçus historiques
Cécile Cottenet, maîtresse de conférences HDR, études américaines, Aix-Marseille université

16h30 : les agents littéraires, « personnels de renfort » au cœur des échanges littéraires
Delia Guijarro Arribas, doctorante en sociologie (CESSP-EHESS-Casa de Velázquez)
Lilas Bass, doctorante en sociologie (EHESS-CESSP)

17h : diplomatie culturelle et marché de la traduction : des « agents de proximité » au service du livre français à l’étranger
Marcella Frisani, doctorante en sociologie (CESSP-CSE-EHESS), membre du Centre de sociologie européenne

17h30-17h45 : questions et pause

17h45 : table ronde : un exemple de littérature étrangère en France, la littérature hébraïque
Projection d’une séquence du film Traduire de Nourith Aviv.
Table ronde animée par Laurence Kiéfé (sous réserve), traductrice, membre du conseil de l’ATLF, Association des traducteurs littéraires en France
Avec Anne-Sophie Dreyfus, co-responsable des Éditions de l’Antilope ; Laurent Héricher, chef du service des Manuscrits orientaux, BnF ; Rosie Pinhas-Delpuech, traductrice de littérature hébraïque, membre de l’ATLF  et  Laurence Sendrowicz, traductrice de littérature théâtrale hébraïque, actrice, membre de l’ATLF.

Modalités pratiques

Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Petit auditorium
Mercredi 28 mars 2018 – 14h00-19h30
Entrée libre


Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *