Appel à communications : Être éditeur en France au XIXe siècle (1789-1914)

Appel à communications pour le colloque final du programme ANR DEF19 qui se tiendra les 4 et 5 avril 2019.

 Le projet ANR DEF19 (Dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle) a déjà donné lieu à deux journées d’études : « Dictionnaires et répertoires des gens du livre, en Europe et dans le monde. Expériences et perspectives » (octobre 2015) et « Marges et périphéries du monde du livre » (février 2017). Elles ont permis d’explorer des questionnements d’ordre épistémologique et méthodologique sur la prosopographie et l’étude des gens du livre, en confrontant des expériences et des travaux de chercheurs issus de différents horizons. Afin de conclure ce projet qui arrive à son terme en 2019, un colloque final est organisé, qui mettra au centre de ses débats ce qui a fait le cœur de l’entreprise : les figures individuelles d’éditeurs.

(c) BnF-Gallica

Cette histoire des éditeurs du XIXe siècle est-elle encore à faire ? De nombreux travaux ont déjà permis d’enrichir considérablement notre connaissance de ce milieu et, de la mise en valeur du « temps des éditeurs » par l’Histoire de l’édition française1, à la centaine de pages de synthèse consacrées vingt ans plus tard par Elisabeth Parinet aux « éditeurs du XIXe siècle »2, les histoires générales de l’édition témoignent de l’étendue de nos connaissances sur un champ largement défriché. Monographies et biographies se sont ainsi multipliées pour éclairer les trajectoires d’éditeurs variés, de Hachette à Hetzel en passant par Plon, Begrer-Levrault, Privat, Larousse, Tallandier, Baillière, etc. En 2015, Jean-Yves Mollier recensait ainsi presque une centaine de références sur « le monde des éditeurs » à l’époque contemporaine dans sa bibliographie rétrospective3. Il expliquait par ailleurs tout l’intérêt de ces études, « précieuses et même indispensables parce qu’elles mettent en scène un homme, une famille, un milieu, une entreprise, qu’elles éclairent des réseaux, aident à comprendre la formation d’écuries d’auteurs, le passage de la maison d’édition à la grande entreprise éditoriale4. »

Parce que le monde de l’édition est fait d’individualités fortes, qui marquent leur domaine de leur empreinte, par leurs innovations et leurs ambitions, et dans la perspective globalisante d’une histoire du livre et de l’édition située au carrefour des histoires politique, économique, sociale et culturelle, l’approche biographique est une voie d’entrée privilégiée, voire essentielle à l’étude d’un secteur emblématique de la révolution économique du XIXe siècle autant que de l’entrée dans l’ère de la culture de masse. L’ensemble de ces travaux a donc permis de mieux comprendre ce monde de l’édition, qui est aussi celui des éditeurs, et, au-delà, des mécanismes à l’œuvre dans les révolutions économiques et culturelles dont ils sont autant les reflets que les acteurs.

Cependant, la récente publication de l’ouvrage de Pascal Fouché sur Flammarion5, ou de de la thèse d’habilitation à diriger des recherches de Patricia Sorel sur Plon6, témoignent de la nécessité de poursuivre ces enquêtes, afin d’approfondir notre connaissance des figures majeures du monde de l’édition. Au-delà de ces individualités de premier plan, la journée d’études de février 2017 sur les « Marges et périphéries du monde du livre7 » montre également les promesses de l’exploration de zones moins connues et moins faciles à appréhender du champ éditorial. diteurs marginaux, provinciaux, clandestins, éphémères, éditeurs au rayonnement limité, au capital faible, à la production réduite, constituent un front pionnier, si ce n’est une terra incognita de la recherche en histoire du livre. Le terrain a commencé déjà à être déblayé, comme en témoignent les pages que consacrent à ces secteurs l’Histoire de l’édition française et l’Histoire de la librairie française.

Le colloque « Être éditeur en France au XIXe siècle » s’inscrit dans la lignée de l’ensemble de ces travaux, tout en souhaitant mettre en évidence, dans la logique du projet DEF19, les figures individuelles, plus que les entreprises éditoriales et leurs productions. Il s’agira par conséquent de privilégier les approches biographiques et prosopographiques, et de ne mobiliser les questions de bibliométrie ou d’histoire des sociétés et des stratégies entrepreneuriales que dans la mesure où elles interfèrent avec les trajectoires individuelles et viennent les éclairer.

Les propositions de communication s’inscriront de manière privilégiée dans les axes d’étude suivants :

  • L’approche biographique sur des figures d’éditeurs peu connues, en particulier les éditeurs provinciaux, marginaux dans le type et l’ampleur quantitative de leur production, leur durée d’activité, leur rayonnement commercial, etc.
  • La question des femmes (de) libraires-éditeurs, le rôle des veuves dans la reprise des entreprises masculines, le rôle des femmes dans l’édition.
  • Les études collectives, sur les éditeurs relevant d’espaces régionaux ou urbains particuliers, ou bien de secteurs déterminés du champ éditorial.
  • Les formes de l’engagement politique des éditeurs, et la prise de risque que cela peut représenter pour leur activité et pour eux à une époque où domine longtemps une logique de contrôle de l’imprimé ; on pourra élargir le champ aux autres formes d’engagement, associatif, social, caritatif…
  • L’étude de institutions éditrices : activité d’édition de syndicats, d’entreprises, d’associations, rôle également de l’Imprimerie royale/impériale/nationale, des presses professionnelles ; on s’interrogera particulièrement sur les individus qui sont derrière leur activité, ces éditeurs qui n’ont pas laissé leur nom à une maison d’édition.
  • L’approche internationale du monde des éditeurs : les éditeurs spécialisés dans l’international (traduction, diffusion à l’étranger…) ; les éditeurs étrangers installés en France ; les éditeurs français installés à l’étranger ; l’étude également des liens et réseaux internationaux des éditeurs français.
  • L’étude des éditeurs des colonies et de l’outre-mer, dans les zones d’influence française ou non.

Soumission des propositions

Les propositions (3000 signes maximum) devront être envoyées pour le 4 juin 2018 à :
– Jean-Charles Geslot (jean-charles.geslot@uvsq.fr)
– Viera Rebolledo-Dhuin (viera.rebolledo-dhuin@uvsq.fr).

Elles seront accompagnées d’une courte présentation biobibliographique des auteurs. Elles seront examinées par le comité d’organisation pour une réponse à la rentrée 2018. Les communications à deux voix sont autorisées.

Les communications pourront être des présentations de recherches en cours.

Comité d’organisation

  • Marie-Claire Boscq (docteure en histoire, CHCSC)
  • Jean-Charles Geslot (MCF, UVSQ)
  • Jean-Dominique Mellot (BnF)
  • Jean-Yves Mollier (professeur émérite, UVSQ)
  • Viera Rebolledo-Dhuin (docteure en histoire, CHCSC)
  • Patricia Sorel (MCF HDR, Paris-Nanterre)

Organisation du colloque

Le colloque se déroulera les jeudi 4 et vendredi 5 avril 2019, aux Archives nationales (site de Pierrefitte-sur-Seine).

Télécharger l’appel à communications en format pdf : Etre éditeur au XIXe siècle – appel à communications

  1. Roger Chartier, Henri-Jean Martin (dir.), Histoire de l’édition française. T. III : Le temps des éditeurs : du romantisme à la Belle époque, Paris, Fayard/Cercle de la Librairie, rééd. 1990 (1985), 672 p. []
  2. Elisabeth Parinet, Une histoire de l’édition à l’époque contemporaine XIXe-XXe siècle, Paris, Seuil, « Points Histoire », 2004, p. 152-262. []
  3. Jean-Yves Mollier, « L’histoire de l’édition, du livre et de la lecture en France de la fin du XVIIIIe siècle au début du XXIe siècle : approche bibliographique », 2015, <halshs-01164765>, p. 49-54. []
  4. Ibid., p. 13-14. []
  5. Pascal Fouché, Flammarion (1875-2015). 140 ans d’édition et de librairie, Paris, Gallimard, 2015, 272 p. []
  6. Patricia Sorel, Plon. Le sens de l’histoire (1833-1962), Rennes, PUR, 2016, 326 p. []
  7. Journée d’études tenue à Saint-Quentin-en-Yvelines les 23 et 24 février 2017 – publication en cours. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.