Journée d’étude « Pierre Dubreuil, Regards Croisés » (10/02)

Le Palais des Beaux-Arts de Lille et l’Institut pour la photographie s’associent pour la journée d’étude « Pierre Dubreuil, Regards Croisés » qui aura lieu le 10 février 2023 au Palais des Beaux-Arts de Lille.

Cette journée réunira six spécialistes français, belges et suisses de la photographie de la fin du XIXe et de la première partie du XXe siècle. Elle sera l’occasion d’enrichir la connaissance de l’œuvre de cet artiste lillois qui a joui d’une reconnaissance internationale de son vivant mais dont le travail reste aujourd’hui très méconnu. Ces différentes interventions permettront d’examiner la place singulière de Dubreuil parmi les photographes pictorialistes et au sein des sociétés photographiques du Nord de la France, ses liens avec la Photo-Sécession américaine, l’influence de l’art belge sur sa production ou encore le rôle et la symbolique des objets dans ses photographies.

Photographie : Pierre Dubreuil, The First Round, ca. 1932 — Tirage moderne au palladium, Don Tom Jacobson, Palais des Beaux-Arts de Lille © PBALille / Photo J.-M. Dautel
Photographie : Pierre Dubreuil, The First Round, ca. 1932 — Tirage moderne au palladium, Don Tom Jacobson, Palais des Beaux-Arts de Lille © PBALille / Photo J.-M. Dautel

Programme

  • 10h – 10h15 : Mot d’accueil
    Anne Lacoste, directrice de l’Institut pour la photographie des Hauts-de-France ; Bruno Girveau, directeur du Palais des beaux-arts de Lille.
    Introduction des commissaires : Alice Fleury et Camille Belvèze, conservatrices du patrimoine.
  • 10h15 – 11h
    Michel Poivert, Professeur d’histoire de l’art, Université Paris I Panthéon-Sorbonne
    « Pierre Dubreuil : un pictorialiste français atypique ? »
    Cette intervention se propose de resituer Pierre Dubreuil dans la communauté des photographes pictorialistes afin de dégager les traits de sa singularité.
    Quelle a été sa réception critique lors des salons de photographie, quelles ont été ses prises de positions ? A-t-il été considéré comme un photographe pictorialiste singulier ? La question de sa « modernité » dans le contexte d’un art photographique « antimoderne » est posée.
  • 11h -11h45
    Sylvie Astier, Docteure en histoire de l’art contemporain, IRHiS ULille
    « Pierre Dubreuil : son implication au sein des associations photographiques d’amateurs de Lille et de Belgique »
    Pierre Dubreuil rejoint le groupe d’amateurs de la jeune Société photographique de Lille, fondée en 1890. Dans les premiers temps, il s’investit discrètement dans l’organisation, élu dans les commissions, puis peu à peu, après ses premiers succès aux expositions internationales, il prend part plus activement et partage sa pensée artistique dans quelques écrits publiés dans le bulletin de la Société.
    Après la Première Guerre mondiale, il reprend une activité de sociétaire au sein de l’Association Belge de Photographie à la section de Bruxelles, ville où il réside depuis 1924. En quelques années, fort de ses participations aux Salons de renom, son talent apprécié, il devient un des membres les plus influents ; nommé président en 1930, Pierre Dubreuil aspire à vouloir développer le groupement belge.
  • 11h45 – 12h30
    Camille Mona Paysant, Docteure en histoire de l’art, actuellement en post-doctorat avec la Terra Foundation for American Art et l’INHA
    « Pierre Dubreuil et Alfred Stieglitz, une discussion par l’image »
    Cette intervention se propose d’explorer la nature des liens entre Pierre Dubreuil, Alfred Stieglitz et sa Photo-Sécession, référence incontournable de la scène artistique, et plus particulièrement photographique, au tournant du XIXème et du XXème siècle. Évoluant en Europe au sein des mêmes cercles prestigieux (Photo-club de Paris, Brotherhood of the Linked Ring), ils développent des affinités artistiques indéniables sans pour autant se croiser. Le nom de Dubreuil est peu mentionné dans les écrits du groupe, mais Stieglitz décide, à la grande surprise de l’artiste lillois, d’exposer son travail lors de l’Exposition Internationale de Photographie Pictorialiste à l’Albright Art Gallery de Buffalo en 1910. Ultime projet de la Photo-Sécession en tant qu’organisation internationale, cet événement fait date dans l’histoire de la photographie en tant que première exposition consacrée au médium dans un musée d’art américain. Le geste de Stieglitz n’est pas anodin et soulève la question : pourquoi leur relation ne s’est-elle pas développée au-delà du cadre de l’image ?
  • 12h30 – 14h45 : déjeuner libre
  • 14h45 – 15h30
    Xavier Canonne, Directeur du Musée de la Photographie à Charleroi
    « L’influence de l’art en Belgique dans l’œuvre de Pierre Dubreuil »
    Quelles furent les éventuelles sources d’influence de l’art en Belgique sur l’oeuvre de Dubreuil au moment de son installation dans ce pays ?
    Proviennent-elles essentiellement des arts plastiques ou peut-on explorer d’autres pistes ? Il serait opportun, en se hasardant aux hypothèses, d’examiner la situation des avant-gardes en Belgique et de rechercher d’autres influences potentielles, notamment dans le cinéma d’avant-garde.
  • 15h30 – 16h15
    Pauline Martin, Conservatrice, Responsable du service exposition à Photo Elysée, Lausanne
    « Pierre Dubreuil face aux défis du flou »
    Durant la période pictorialiste, les débats sur la meilleure façon de produire le flou le plus subtil sont nombreux et virulents. Pierre Dubreuil y participe notamment par un article intitulé « De l’enveloppement » paru dans Photo-Gazette en 1903. A l’appui de ce texte et en le réinscrivant dans son contexte historique, on dressera un aperçu des enjeux posés par le flou à cette époque et les réponses parfois paradoxales qui y ont été données.
  • 16h15 – 17h
    Sylvie Aubenas, Directrice du département des estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France
    « Les choses vues par Pierre Dubreuil »
    Dans l’œuvre singulière et toujours mal connue de Pierre Dubreuil, les natures mortes occupent une place très importante ce qui est déjà en soi remarquable. Même si de Kertesz à Man Ray nombreux sont les photographes à avoir renouvelé le genre dans l’entre-deux-guerres, Pierre Dubreuil l’aborde de manière encore différente. Sa modernité n’est pas celle des autres. Le choix et l’agencement des choses photographiées seront ici étudiés et replacés dans un contexte plus large.

Informations pratiques



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 23 janvier). Journée d’étude « Pierre Dubreuil, Regards Croisés » (10/02). Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3uo

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search