Cycle autour de l’éducation populaire, à la BnF

Intitulé « Émanciper le peuple par le savoir ? (1860-1939). De l’histoire de l’éducation populaire à son actualité », ce cycle a démarré au début de l’année 2018 et se terminera à la fin de l’année 2019. Il associe pour ce faire le Pajep, l’Adajep et les Archives nationales.

6 ateliers-rencontres seront proposés pendant l’année 2018 à la Bibliothèque nationale de France (site François-Mitterrand) avant que d’autres ne soient organisés pendant l’année 2019 aux Archives nationales (à confirmer). Les trois premiers ateliers sont centrés sur les modes d’action et invitent les représentants des associations à exprimer leur ressenti sur le rôle, les outils et les évolutions de l’éducation populaire. Les trois suivants sont centrés sur les « matériaux historiques » et invitent des chercheurs spécialisés.

Tous ces ateliers sont proposés en entrée libre sans inscription. Deux colloques sont également à prévoir dont le premier aura lieu à la BnF le 13 novembre 2018. Les partenaires du Pôle de conservation des archives des associations de jeunesse et d’éducation populaire (Pajep) participeront à cette journée pour présenter, entre autres, le guide des sources des mouvements de jeunesse et d’éducation populaire, mis à jour récemment.

Programme

Du passé au présent de l’éducation populaire : 3 associations témoignent

La conscience de la puissance d’action du peuple doit beaucoup à l’éducation populaire. Imaginer de nouveaux modes d’accès à la connaissance, se (ré) approprier des savoirs confisqués… autant de rencontres possibles entre deux mondes dès le XIXe siècle et lors de moments forts comme le Front populaire. Aujourd’hui il convient de
raviver la mémoire de l’éducation populaire et des associations nées dans la période de bouillonnement politique et intellectuel de l’après-guerre. En effet, cette mémoire s’est peu diffusée hors du monde des militants de l’éducation populaire, alors que sont inventées des formes d’accès au savoir qui permettaient à ceux qui n’avaient pas bénéficié d’un mode savant d’accès à la culture de comprendre le monde et d’imaginer des modes de relations qui
interrogent de façon active la relation à la culture et au savoir.
Lors d’ateliers ouverts qui permettent un dialogue avec les participants, 3 associations d’éducation populaire témoignent de leurs modes d’action et présentent les outils, toujours d’actualité, qu’elles ont inventés.

Jeudi 11 janvier 2018 : Fédération des centres sociaux

Serge Gerbaud, grand témoin, militant de l’association « Mémoires vives » qui recueille la mémoire des militants et les archives des centres sociaux.
Dès la fin du XIXe siècle, les centres sociaux vont intervenir dans le temps de vie « hors travail » pour améliorer la condition ouvrière. Alors que la France de l’après-guerre, dans les années cinquante, se couvre de grands ensembles, à la périphérie des villes, dans des quartiers peu équipés en commerces et lieux de vie, les habitants apprennent à prendre la parole dans les centres sociaux pour faire émerger des modes d’organisation collectives qui améliorent leurs conditions de vie : ateliers de construction de meubles, laveries collectives, activités culturelles portées par les habitants. Ils s’inscrivent ainsi dans la tradition de l’éducation populaire et de l’émancipation culturelle. Aujourd’hui la précarité entraîne une difficulté à construire un imaginaire de transformation. Et si d’un monde en crise, émergeaient des pratiques qui remettent l’humain au centre ?
C’est de ces expériences qui se sont inventées hier et se poursuivent aujourd’hui dont témoignera Serge Gerbaud.

Jeudi 8 février 2018 : Peuple et Culture

Damien Lenouvel, militant et transmetteur des pratiques de co-éducation inventées par cette association.
Créé par des hommes et des femmes qui s’étaient investis dans les maquis du Vercors, Peuple et Culture fonde son projet d’éducation populaire sur cette conviction que la culture est une arme dans la lutte pour la transformation sociale. Cet atelier présentera les outils et les méthodes inventés par PEC dès sa création, de 1945 à nos jours. Il s’agit, à partir de situations complexes et insatisfaisantes que l’on veut dépasser, de construire collectivement des processus de co-éducation et d’auto-formation. Cette démarche investit des valeurs d’initiative et de solidarité, et invite à sortir du repli individualiste. Elle mobilise des connaissances, apprises à l’école ou pas, et valorise l’expérience, les compétences liées aux trajectoires de vie de chacun. Elle contribue à la mise en œuvre d’une intelligence collective, à l’invention d’autres possibles qui permette à chacun de créer sa place dans la société.

Jeudi 8 mars 2018 : Cemea

Christian Gautellier, directeur national en charge des publications des CEMEA, responsable du pôle « Media, éducation et citoyenneté ».
Les CEMEA (Centres d’entrainement aux méthodes d’éducation  active) sont nés en 1937, dans le bouillonnement culturel du Front populaire. Pour la première fois en France, le droit au temps libre n’est plus réservé aux classes aisées mais à tous. Très vite se pose la question de la formation des pédagogues, hors du temps scolaire afin de donner du sens au temps libéré. C’est à quoi s’attelleront les CEMEA, en s’inspirant des courants de l’Education Nouvelle et de l’éducation populaire. Des problématiques nouvelles sont apparues depuis une vingtaine d’années et exigent des réponses appropriées : le lien entre le temps scolaire et le hors temps scolaire, l’insertion sociale et professionnelle des jeunes l’éducation critique aux médias… Les CEMEA accompagnent formateurs et médiateurs, professionnels comme bénévoles, à monter des projets avec leurs publics en partant de situations vécues, en construisant des partenariats qui invitent les jeunes à prendre toute leur place de citoyens. Certains de ces projets seront présentés lors de cet atelier.
 Émanciper le peuple par le savoir ? de l’histoire de l’éducation populaire à son actualité
Lors d’ateliers ouverts qui permettront un dialogue avec les participants, les conférenciers présenteront et commenteront des documents témoignant des réflexions et démarches des acteurs de l’éducation populaire entre l850 et 1950.
Grâce à ces matériaux historiques, on tentera de répondre aux questions suivantes : quelles ont été les voies de l’émancipation du peuple par le savoir ? Les projets et les expériences menés peuvent-ils éclairer les réflexions actuelles ?

Jeudi 12 avril 2018 : « Une expérimentation d’éducation populaire au XIXe siècle : les cours du soir destinés aux adultes »

Carole Christen, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Lille.
À travers l’étude des discours des fondateurs et animateurs de cours d’adultes et des programmes, il s’agira d’expliciter les différents enjeux de ces cours, et de s’interroger sur les liens entre les finalités d’hier et celles d’aujourd’hui de l’éducation des adultes.

Jeudi 3 mai 2018 : « Le choix des ouvrages dans les premières bibliothèques populaires : instruction et/ou délassement ? (1861-1870) »

Agnès Sandras, conservatrice, département Philosophie, histoire, sciences de l’homme (BnF).
Les fondateurs des bibliothèques populaires veulent offrir à toutes et tous un choix le plus varié possible d’ouvrages, dans les limites imposées par le régime impérial. La question des finalités de ce choix (instruction et/ou délassement ?) se pose alors avec acuité, renvoyant à des interrogations contemporaines.

Jeudi 14 juin 2018 : « La pédagogie sans le scolaire ? Les revues d’éducation populaire laïque des années 1930-1950 »

Laurent Besse, maître de conférences en histoire contemporaine et Frédéric Chateigner, maître de conférences en science politique (IUT de Tours, Carrières sociales).

L’éducation populaire laïque s’est construite avec et par les institutrices et instituteurs, tout en cherchant à s’affirmer hors de l’école, ce qui ne va pas sans ambiguïté quand on aborde l’histoire de sa pédagogie et le type de culture qu’elle promeut. C’est aussi ce que nous essaierons de voir à travers les revues d’éducation populaire avant et après la Seconde Guerre mondiale.

Modalités pratiques

Du passé au présent de l’éducation populaire

Aquarium – Hall d’accueil
Quai François-Mauriac, Paris 13e
à partir du 11 janvier 2018
14h30 – 17h
Entrée libre

Ateliers ouverts : Émanciper le peuple par le savoir ?

Salle 70
Quai François-Mauriac, Paris 13e
à partir du 12 avril 2018
14h30 – 17h
Entrée libre
En partenariat avec

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.