Feuilleton du vol de 1804 : pièces d’archives

En complément des articles de journaux relatifs au vol de 1804 du Cabinet des médailles et du procès des voleurs en 18061, les archives du cabinet des médailles conservent d’intéressantes pièces relatives au vol, couvrant la période du 22 février 1804 au 7 avril 18062, que nous nous proposons de transcrire ci-après.

Le dossier en question comprend les pièces suivantes :

  1. “État des objets enlevés au Cabinet des antiques de la Bibliothèque nationale le 27 pluviôse an 12”.
  2. Procès-verbal établi par Charles Daubanel, commissaire de police, de la récupération du vase de Sardoine (Paris, 21 brumaire an XIII).
  3. Reçu de Gosselin pour la restitution du vase de sardoine volé (Paris, 5 frimaire an XIII). Copie.
  4. “Objets d’antiquités enlevés du Cabinet des antiques de la Bibliothèque impériale en pluviôse an 12, et rapportés de Hollande par Mr. de Sémonville, ambassadeur, dans le mois de ventôse an 13”.
  5. Citation à comparaître délivrée à Gosselin pour le procès de Charlier le 23 avril 1806 (Paris, 17 avril 1806).
  6. Extrait d’une note recopiée au sujet d’objets volés (Dumersan 1833).

Dans les transcriptions, les mentions entre crochets carrés sont des rajouts de notre fait [], les mentions entre chevrons sont des ajouts interlinéaires ou en marge <> ; les erreurs sont signalées d’un [sic].


État des objets enlevés au Cabinet des antiques de la Bibliothèque nationale le 27 pluviôse an 12 [17/02/1804]

État des objets enlevés au Cabinet des antiques de la Bibliothèque nationale le 27 pluviôse an 12 [17/02/1804]

Etat des objets enlevés au Cabinet des Antiques de la Bibliothèque nationale : le 27. Pluviose an 12.

[Estampille de la Bibliothèque nationale :] <Bibliothèque Nationale / Méd[ailles] et Ant[iques]. / R[épublique].F[rançaise].>

  1. L’Apothéose d’Auguste dite l’Agathe de la Ste Chapelle.
  2. Le vase des Ptolémées.
  3. Le calice de l’abbé Suger.
  4. Un vase de prase en forme de cuve.
  5. Deux couvertures d’Evangelistaires [sic], en vermeil, ornées de camées
  6. Un dyptique [sic] en ivoire sculpté en relief.
  7. Un poignard, orné de camées sur coquilles, ainsi que le fourreau.
  8. La couronne d’or d’Agilifus.

Objets oubliés dans la déclaration.

histoire de l’abbaye Royale de St Denis par felibien3.
  1. Un vase de Sardonix, semblable a celui de prase.
  2. Une croix en vermeil enrichie d’agathes.
appartenant aux domaines, provenant du garde meuble envoyé de la monnaie4.
  1. Une coupe de jaspe fleuri avec son pied et sa tyge [sic] garnie en or.
  2. Une autre coupe pareille forme en jaspe sanguin la tige et le pied garnis en or emaillé en partie
dun [sic] envoi d’Italie5
  1. Une croix en vermeil enrichie d’agathe.

Procès-verbal établi par Charles Daubanel, commissaire de police, de la récupération du vase de Sardoine (Paris, 21 brumaire an XIII [12/11/1804])

<Vase de Ptolémées retrouvé, 12.9e.1804.>6

Division du Luxembourg.
Bureau de Police.

Liberté. Égalité.

Liberté. Égalité.

Paris, le Vingt un Brumaire an Treize [12 novembre 1804] de la République Française une et indivisible. Neuf heures du matin[.]

Nous Charles Daubanel, Commissaire de Police de la Ville de Paris Division du Luxembourg7 en conséquence du mandat en date du 15 du présent, souvent transporté en la Commune de Rosoy [sic] sur Serre Dép[artemen]t de l’Aisne, où étant, accompagné de Mr Charles Legros, Maire de ladite Commune8 et de Mr Theodore Edme Mionnet premier employé du Cabinet des antiques de la Bibliothèque Impériale, souvent entrés dans un jardin situé en ladite Commune de Rosoy [sic] appartenant à la d[am]e Marie Catherine Robinet V[euv]e de Claude Charlier où l’ayant trouvé lui ayant donné connaissance de l’objet de notre transport et notifié le mandat ci dessus daté et énoncé perquisition et fouille a été faite en sa présence dans ledit jardin par levenement [sic] de laquelle fouille nous avons trouvé enfoui a deux pieds et demi [76,2 cm] en terre sous la haye [sic] de séparation située au fond dudit jardin, vis a vis la porte d’entrée un vase de sardoine onix [sic] de [verso] cinq pouces [12,7 cm] de diamètre avec bas[-]reliefs représentant des sujets bachiques, les deux ances [sic] terminées par des têtes de pavots et ornées de pierre.
Duquel vase nous nous sommes charge pour en faire le dépôt à la Préfecture de police ledit vase ayant été reconnu par ledit Sr Mionnet pour être celui qui fait partie du vol fait à la Bibliothèque Impériale la nuit du 26 au 27 Pluviôse d[erni]er [15-16 février 1805]9
Et de ce que depuis avons fait et dresse le présent proces verbal dont lecture a été faire et que le Sr Mionnet a signé avec nous ainsi que Mr le maire à l’égard de ladite V[euv]e Charlier elle a déclaré ne savoir signer de ce interpellée suivant la Loy.

Pour expédition conforme le Commissaire de police

Daubanel

Comm[issai]re / de / police /  Division du / Luxembourg / [Illisible]
Comm[issai]re / de / police / Division du / Luxembourg / [Illisible]

Reçu de Gosselin pour la restitution du vase de sardoine volé (Paris, 5 frimaire an XIII [26 novembre 1804]). Copie.

[Recto : ]

B[ibliothèque].N[ationale].

Je soussigné administrateur de la Bibliothèque impériale reconnais que Monsieur Armand, caissier de la Préfecture de police m’a présentement remis, en vertu de l’ordonnance de M. le conseilleur d’Etat Préfet de police en date du 3 de ce mois, le vase de sardoine [dit vase des Ptolémées] onyx détaillé <décrit> en l’énoncé ci[-]contre (n° 2) <Arch. Préfecture de Police — Dépôts registre 2 – fol. 55 – n° 2> et provenant du vol fait au Cabinet des médailles de la dite Bibliothèque en pluviose an 12, laquelle remise m’a été fait sous la condition, a laquelle je me soumets, de représenter le dit vase si j’en suis requis, à la Cour de justice criminelle, comme pièce à conviction contre les auteurs du dit vol qui sont arrêtés.

Dont décharge à Paris le 5 frimaire an treize [26 novembre 1804] approuvé — Gosselin10

[Verso : ]

Gosselin

Objets d’antiquités enlevés du Cabinet des antiques de la Bibliothèque impériale en pluviôse an 12, et rapportés de Hollande par Mr. de Sémonville, ambassadeur, dans le mois de ventôse an 13

Objets d'antiquités enlevés du Cabinet des antiques de la Bibliothèque impériale en pluviôse an 12, et rapportés de Hollande par Mr. de Sémonville, ambassadeur, dans le mois de ventôse an 13

Objets d’antiquités enlevés du Cabinet des antiques de la Bibliothèque impériale en Pluviôse an 12, et rapportés de Hollande par Mr. De Semonville11 Ambassadeur, dans le mois de Ventôse an 13.

[Estampille de la Bibliothèque nationale :] <Bibliothèque Nationale / Méd[ailles] et Ant[iques]. / R[épublique].F[rançaise].>


  1. L’Agathe de la Sainte Chapelle
  2. La diptique d’ivoire
  3. Un vase de sardoine en forme de gondole monté en vermeil. (Trésor de St Denis)
  4. Un autre vase de même forme en Prase sans monture12.
  5. Un lingot d’or } Provenant des montures.
  6. Un lingot d’argent }
  7. Deux cristaux de roche.

Citation à comparaître délivrée à Gosselin pour le procès de Charlier le 23 avril 1806 (Paris, 17 avril 1806)

Nos. 18 et 33.
Signification et cédule pour appeler les Témoins aux débats.

Cour de justice criminelle séante à Paris.

Cour de justice criminelle séante à Paris.
Cour de justice criminelle séante à Paris.

[Estampille de la Bibliothèque nationale :] <Bibliothèque Nationale / Méd[ailles] et Ant[iques]. / R[épublique].F[rançaise].>

Nous, premier Président de la Cour de Justice Criminelle séante à Paris, mandons et ordonnons à nos Huissiers-Audienciers, et à tous Huissiers et Gendarmes sur ce requis, d’assigner les Témoins qui leur seront indiqués par le PROCUREUR-GÉNÉRAL IMPÉRIAL de ladite Cour de Justice Criminelle, à comparaître en personne, le vingt trois avril courant.
HUIT HEURES DU MATIN, en l’Auditoire de ladite Cour, pour y faire leurs dépositions dans les formes prescrites par la Loi, sur les faits et circonstances contenus en l’acte d’accusation dressé par le Substitut du Procureur-Général Impérial près la Cour de Justice Criminelle, exerçant près le Tribunal de première instance du département de la Seine, contre le dénommé en icelui, avec déclaration que, faute de comparaître, il sera contre lui prononcé les peines portées par la loi. — Fait et donné à ladite Cour, le 16 avril an 1806.

Signé Hémart.

<Taxé au Témoin, sur sa réquisition la somme de
Fait à Paris, le an de la République française
.>

Articles 418, 420 et 421 du Code des délits et des peines.
« Les témoins qui ne comparaissent point sur l’assignation donnée, seront condamnés à payer tous les frais de citations, actes, voyages de témoins et autres ; ils peuvent être amenés par la force publique, et condamnés à une amende de triple de leur contribution personnelle. »
Ils ne peuvent sortir de leur chambre que pour déposer.
L’an mil huit cent six, le dix sept avril à la requête de Monsieur le PROCUREUR-GÉNÉRAL IMPÉRIAL de la Cour de Justice Criminelle séante à Paris, lequel fait élection de domicile en son Parquet ; et en vertu de la cédule ci-dessus, nous, Huissier-Audiencier de ladite Cour, soussigné, avons donné assignation à Mr Pascal Gosselin13 conservateur de la Bibliotheque imperiale demeurant à Paris, rue de l’arcade Colbert en son domicile, parlant au nommé en l’original,
A comparaître le vingt trois du présent mois, HUIT HEURES DU MATIN, à l’audience de la Cour de Justice Criminelle, SÉANTE AU PALAIS DE JUSTICE, A PARIE, pour faire la promesse de dore et déposer vérité sur les faits mentionnés en l’ordonnance ci-dessus ; lui déclarant que, faute par lui de s’y trouver, il y sera contraint PAR LES VOIES INDIQUÉES PAR LA LOI ; et pour qu’il n’en ignore, je lui ai, en parlant comme dessus, laissé cette copier.

<Meurtin>

[Verso :]
<avant onze heures>14

Mr Pascal f[ranç]ois Joseph Gosselin Conservateur de la Bibliothèque imperiale, agé de
Rue de larcade [sic] Colbert15.
N°. 1 AFFAIRE
Giraud16 les [?] autres
Débat le 23. —
ɴᴏᴛᴀ. Le Témoin est prié de se rendre au BUREAU DES HUISSIERS, qui est sous le Vestibule en face du Greffe, à HUIT HEURES, au plus tard.
Il est prévenu qu’il ne peut sortit de sa Salle que pour déposer.
Il est également prévenu que le titre de MONSIEUR ne peut être donné à l’Accusé.


Le payement des Témoins se fait au Palais, grand’Salle des Libraires, chez le Receveur du droit d’Enregistrement.

Extrait d’une note recopiée au sujet d’objets volés (Dumersan 1833)

La note serait de Théophile Marion Dumersan (1780-1849), conservateur au Cabinet des médailles et antiques de la Bibliothèque, auteur d’une Histoire du cabinet des médailles, antiques et pierres gravées17.

Extrait d'une note recopiée au sujet d'objets volés (Dumersan 1833)

[Estampille de la Bibliothèque nationale :] <Bibliothèque Nationale / Méd[ailles] et Ant[iques]. / R[épublique].F[rançaise].>

n° 1 L’Agathe.
Le Poignard.
Le vase de sardoine de Ptolémée.
Le vase de Prase.
Le calice de l’abbé Suger
Les deux couvertures d’Évangéliaires.
la plaque d’ivoire
la couronne d’or
12 pièces volées dont 5 vases et la croix d’or.

<vase planche IV p. 54218
vase article 51
vase article 5219
Croix d’or20>21

Lot de Charles 7 [?]

Le vase de Ptolémée
Un autre vase monté sur pied d’or les deux anses en or ornées de deux saphirs et deux diamens [sic]22

Lot de Girod23 et Jacques Menit24.

Le haut d’un calice représentant d’un côté une tête de Livie, de l’autre une figure humaine25.
Une cuve de prase26.


D’autres pièces d’archives relatives aux objets dérobés et documentant leur provenances, par exemple ceux de Madame du Barry, se trouvent aux Archives nationales, mais ce billet se limite aux ressources conservées à la Bibliothèque nationale de France.

Notes



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 26 janvier). Feuilleton du vol de 1804 : pièces d’archives. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3us

  1. En plus des articles de presse publiés dans ces pages à partir de la numérisation des périodiques, les archives du cabinet des médailles conservent un dossier spécifique qui a fait l’objet d’une numérisation : 2011/091/ACM1-14 Archives du cabinet des médailles (1664-1886) : 2011/091/ACM06A-16 : Archives du cabinet des médailles, série chronologique. Archives du cabinet des médailles (an VIII-1809). Archives relatives au vol de 1804-1806. Journaux relatifs au vol du Cabinet des médailles et à ses suites. Disponible sur Internet, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b104641977>. []
  2. 2011/091/ACM1-14 Archives du cabinet des médailles (1664-1886) : 2011/091/ACM06A-16 : Archives du cabinet des médailles, série chronologique. Archives du cabinet des médailles (an VIII-1809). Archives relatives au vol de 1804-1806. Pièces relatives au vol de 1804. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10464196s>. []
  3. Référence à : Félibien, Michel (1665-1719), Histoire de l’abbaye royale de Saint-Denys en France, contenant la vie des abbez qui l’ont gouvernée depuis onze cens ans, les hommes illustres qu’elle a donnez à l’Église & à l’État, les privilèges accordez par les souverains pontifes & par les évêques, les dons des rois, des princes & des autres bienfacteurs, avec la description de l’église & de tout ce qu’elle contient de remarquable. Le tout justifié par des titres authentiques & enrichi de plans, de figures & d’une carte topographique, A Paris, chez Frédéric Léonard. M. DCCVI, 1 vol. ([32]-592-CCXXIII-[23] p.) : pl. et plans ; in-fol. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k15130225>. []
  4. Provenant donc des objets saisis par la Commission des Arts auprès d’émigrés — en l’espèce de Madame du Barry — et stockés au Dépôt de Nesle, dans l’ancien hôtel de Mailly-Nesle, 24 rue de Beaune — dont le conservateur est Jacques-André Naigeon (1738-1810) —, avant d’être envoyés à l’Hôtel des Monnaies où nombre d’objets étaient envoyés pour y être fondus et convertis en lingots. On comprend que les objets, après avoir failli être fondus, sont allés au Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale. Voir par exemple : 2011/091/ACM05-42 (2) : Acquisitions provenant du dépôt de la maison de Nesle : “Catalogue des objets chinois provenant du cabinet du citoyen Bertin, enlevé à la maison de Nêle le dix-sept fructidor an cinq de la République, pour le Muséum des antiques de la Bibliothèque nationale”. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b104658831> et “État des objets provenant du dépôt Nesle, et désignés pour être transférés au Muséum des antiques de la Bibliothèque nationale, ce cinq thermidor, an cinquième”. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10465882k>. []
  5. Provenant du trésor de la basilique de Monza, spolié par Napoléon en 1797. []
  6. Rajout marginal au crayon à papier en tête du document. []
  7. Charles Daubanel est commissaire de Police au sein de la Division du Luxembourg du 11e arrondissement. Selon la Gazette nationale, ou le moniteur universel, 18 mars 1800, p. 711. Disponible sur Internet, url : <https://www.retronews.fr/journal/gazette-nationale-ou-le-moniteur-universel/18-mars-1800/149/1286869/3>, il est nommé par le préfet le 25 ventôse an 8 (16 mars 1800). Le 11e arrondissement comptait aussi les divisions des Thermes, du Théâtre-Français, et du Pont-Neuf. Entré en fonctions le 25 ventôse an 8, Charles Daubanel, connu pour être le commissaire ayant rédigé le procès-verbal de Philibert Aspairt, décédé dans les carrières souterraines de Paris le 3 novembre 1793, fit partie des Commissaires de police pétitionnaires destitués entre 1814 et 1816. Ses fonctions prirent fin le 30 novembre 1814. Il pétitionna en septembre 1830 et offrit ses services à François  Guizot (1787-1874), nouveau ministre de l’Intérieur après la Révolution de 1830. Voir : Denis, Vincent, « L’épuration de la police parisienne et les « origines tragiques » du dossier individuel sous la Restauration », Revue d’histoire moderne & contemporaine, 2012, vol. 1, n° 59, p. 9-33. Disponible sur Internet, url : <https://www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2012-1-page-9.htm>. En 1792, il était secrétaire-greffier de la section du Luxembourg. A ce titre il détint les objets des victimes du massacre du 2 septembre 1792 aux Carmes. En 1804 son nom apparaît dans l’affaire de Georges Cadoudal, notamment lors de l’arrestation du domestique de dernier, Louis Picot. Voir : « Procès-verbal d’arrestation de Louis Picot », dans : Procès instruit par la Cour de justice criminelle et spéciale du département de la Seine, séante à Paris, contre Georges, Pichegru et autres,… T. 2, Paris : C. F. Patris, imprimeur de la cour de justice criminelle, M. DCCC. IV, p. 381-382. Disponible sur Internet, url : <https://play.google.com/books/reader?id=iBGREHXweSkC&pg=GBS.PA380&hl=fr>. []
  8. Charles Legros, procureur de la commune en 1790, fut maire de Rozoy-sur-Serre de 1800 à 1805. []
  9. En fait du 16-17 février 1804. []
  10. Pascal-François-Joseph Gosselin (1751-1830), président du Conservatoire à la Bibliothèque nationale (1803-1806). []
  11. Charles-Louis Huguet de Sémonville (1759-1839), ministre plénipotentiaire et ambassadeur extraordinaire à La Haye, de 1799 au 1er février 1805. []
  12. Il s’agit de la navette dite de St Éloi. []
  13. Pascal-François-Joseph Gosselin (1751-1830). Président du Conservatoire à la Bibliothèque nationale entre 1803 et 1806, il est fait chevalier de la Légion d’honneur par Napoléon, puis officier par Louis XVIII. Il compose sous l’Empire et pendant la Restauration de nombreux mémoires à la publication desquels il prend le plus grand soin, poursuivant ses travaux jusqu’à sa mort à l’âge de 78 ans. []
  14. Mention au crayon à papier. []
  15. Soit l’actuelle rue Colbert qui prit le nom de rue de l’Arcade Colbert quand une arche permettant de relier l’hôtel Colbert à la rue de Richelieu fut construite. Voir Jacquot, Olivier, « L’arcade Colbert de la Bibliothèque nationale », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, 31 décembre 2022. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/23773>. Les personnels de la Bibliothèque y logeaient. A ce sujet, voir les plans des logements fournis par : Foucaud, Jean-François, La Bibliothèque royale sous la Monarchie de Juillet : 1830-1848, Paris : Bibliothèque nationale, 1978, 1 vol. (211 p.) : ill. ; 24 cm []
  16. L’un des complices du vol, l’instigateur Charlier étant décédé au cours de l’instruction. []
  17. Dumersan, Théophile Marion (1780-1849), Histoire du cabinet des médailles, antiques et pierres gravées : avec une notice sur la Bibliothèque royale, et une description des objets exposés dans cet établissement, Paris, 1838, p. 177-178. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6472269d/f191>. []
  18. Ce renvoi fait référence à la « Pl. IV, Pag. 542 » de : Félibien, Michel (1665-1719), Histoire de l’abbaye royale de Saint-Denys en France, contenant la vie des abbez qui l’ont gouvernée depuis onze cens ans, les hommes illustres qu’elle a donnez à l’Église & à l’État, les privilèges accordez par les souverains pontifes & par les évêques, les dons des rois, des princes & des autres bienfacteurs, avec la description de l’église & de tout ce qu’elle contient de remarquable. Le tout justifié par des titres authentiques & enrichi de plans, de figures & d’une carte topographique, A Paris, chez Frédéric Léonard. M. DCCVI, t. 1, p. 542. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k15130225/f595.item>. []
  19. Nous ignorons à quel document renvoient ces numéros. il ne s’agit pas de l’Histoire de Saint-Denis de Félibien ni des catalogues du Cabinet des médailles produits par Dumersan. []
  20. La mention de cette croix parmi les objets du trésor de Saint-Denis peut laisser accroire qu’il s’agit de la croix d’or numérotée B de la planche gravée, décrite en ces termes : « Croix d’or toute couverte de perles Orientales, de ſaphirs & d’émeraudes. Au milieu eſt une amethyſte d’Orient tres-précieuſe. L’on conſerve cette croix comme un préſent de l’empereur Charles le Chauve. » []
  21. Ajouts au crayon à papier. []
  22. Il doit s’agir du Calice de l’abbé Suger qu’étrangement Théophile Marion Dumersan ne nomme pas de son nom d’usage. []
  23. Faut-il comprendre que Théophile Marion Dumersan fait référence à Giraud, l’un des voleurs, en se trompant sur l’orthographe de son nom ? []
  24. Nous ignorons à qui fait référence ce nom qui n’est pas cité dans l’ensemble des document relatifs au vol. Les Archives nationales conservent dans le fonds des Demandes et dossiers de recours en grâce des condamnés des commissions mixtes de 1852, un dossier (BB/22/176) une demande de recours en grâce d’un Jacques Mény ou Ménil, tailleur de pierres à Andiran, interné à Saint-Médard-de-Guizières (Gironde), et gracié le 12 août 1854, mais il est né 9 décembre 1818… Les archives départementales de Seine-et-Marne mentionnent un « Jacques Ménil, bourgeois de Fontainebleau », dans les censives (E 315), Pouilly-le-Fort, 1721-1787 []
  25. Cette description est inédite parmi l’ensemble des listes des objets dérobés au cours du vol de 1804 puisqu’après le vol, le seul calice décrit dans la presse était celui dit de l’abbé Suger : « Un calice de sardoine onix dans une monture de vermeil, dont le pied étoit orné de médaillons en relief, représentant des figures de saints : ce vase étoit connu sous le nom de calice de l’abbé Suger. » ou « Un calice de sardonyx dans une monture de vermeil ; le pied est orné de médaillons en relief, offrant des figures de saints. Ce vase est connu sous le nom de calice de l’abbé Suger. ». Or, le calice de l’abbé Suger fait partie des objets qui ne furent pas restitués car vendu — entier de son orfèvrerie qui ne fut pas fondue — au collectionneur d’art ancien, Charles Townley ou Towneley (1737-1805). Aussi, nous ignorons de quel calice il s’agit. []
  26. Soit la “Navette de Saint Eloi” (cote : Camée.374). []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search