Feuilleton du vol de 1804 : Récit d’Ernest Babelon, 1897

En 1897, quand Ernest Babelon publie son Catalogue des camées antiques et modernes de la Bibliothèque nationale1, il ne peut manquer de mentionner l’histoire des objets qu’il décrit et toutes les vicissitudes qu’ils ont subies.

Ernest Babelon (1854-1924), Album Mariani, Public domain, via Wikimedia Commons, https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Ernest_Babelon.jpg

Directeur adjoint du Cabinet des médailles en 1890, il en devint le directeur en 1892, pour le rester jusqu’à son décès en 1924. 

Sa description des objets volés reprend les commentaires de ses prédécesseurs, notamment ceux de Millin. Dans le chapitre consacré aux « Origines et formations de la collection » de sa longue introduction, Ernest Babelon aborde l’année 1804 en ces termes2 :

L’année 1804 fut assombrie, dans les fastes du Cabinet des Médailles, par le vol fameux dont nous avons retracé les principales péripéties à la suite de la description du Grand Camée (ci-après, pp. 133 et suiv.). Ce douloureux événement, qui eut lieu dans la nuit du 26 au 27 pluviôse an XII (16 au 17 février 1804), est raconté en détail dans les journaux du temps, soit à l’époque même du crime, soit au moment du procès des voleurs, en avril 18063.
Le signalement des objets volés fut donné au public de la façon suivante :

État des objets enlevés au Cabinet des Antiques de la Bibliothèque nationale, le 27 pluviôse an 12.

I. Grande sardonyx, connue sous le nom d’agathe de la Sainte-Chapelle parce qu’elle a été tirée du Trésor de cette église… (suit la description du sujet). Elle est enchâssée dans une espèce de table de vermeil formant reliquaire; aux quatre coins, sont les Évangélistes et plusieurs saints peints en émail, avec leurs noms écrits en grec. Sur le champ et autour du reliquaire sont semés des perles, des turquoises et des verres colorés taillés en pierres précieuses ; sur la plinthe qui lui sert de support, on lit en caractères gothiques : Ce camaieu bailla à la Sainte-Chapelle du Palais, Charles le cinquième de ce nom, roi de France, qui fut fils du roi Jehan, l’an MCCCLXXIX (Catalogue, n° 264).
2. Un vase de sardoine onyx, de près de six pouces de hauteur, pouvant contenir trois demi-septiers et demi, ancienne mesure de Paris, connu vulgairement sous le nom de vase de Ptolémée… (suit la description des figures). Ce vase est porté sur un pied de vermeil destiné à l’exhausser ; ce pied est orné de pierres, de perles, de cristaux colorés ; on y lit cette inscription : Hoc vos, Christe, tibi dicavit tertius in Francos regmine Karlus (Catalogue, n° 368).
3. Un calice de sardonyx dans une monture de vermeil ; le pied est orné de médaillons en relief, offrant des figures de saints. Ce vase est connu sous le nom de calice de l’abbé Suger.
4. Un vase de prase fait en forme de cuve, entouré d’une bordure de filet d’or ou de vermeil, dans lesquels il y a des verres colorés en rouge, enchâssés (Catalogue, n° 374).
5. Deux couvertures d’évangéliaires en vermeil, ornées de croix en émail, et de quelques camées de perles et de cristaux colorés.
6. Un diptyque ou grande plaque d’ivoire, sculptée en relief.
7. Un poignard monté en vermeil ; la poignée est garnie de deux plaques en coquilles où sont gravées en relief des arabesques. Le fourreau est également orné de camées sur coquilles. Cette arme est connue sous le nom de poignard de François Ier.
8. Une couronne d’or, ayant la forme d’un cercle, avec des figures de sujets placés sous des arcades, le tout enfoncé dans la matière. Au bas, est une inscription latine circulaire, dont toutes les lettres sont en relief et émaillées. Cette inscription latine indique que cette couronne est celle d’Agilulfus, roi des Lombards, mort en 6164.
9. Un vase de sardoine, presque semblable à celui de prase.
10. Une coupe de jaspe fleuri, avec son pied et sa tige garnis d’or.
11. Une coupe pareille, en jaspe sanguin, la tige et le pied garnis en or, en partie émaillée.
12. Une croix en vermeil, enrichie d’agathes.

De tous ces précieux monuments, le grand Camée de la Sainte-Chapelle (n° 1), la coupe de Ptolémée (n° 2), le vase de jade ou de prase (n° 3), figurent dans notre Catalogue, mais sans leur monture métallique qui fut fondue par les
voleurs. Le calice de Suger (n° 3) fut vendu par eux à l’Anglais Townley et passa ensuite au Musée britannique5. Les autres objets furent détruits et leurs montures envoyées au creuset6. On ne put recouvrer que des lingots d’or et d’argent

Poursuivant par le grand camée de la Sainte-Chapelle, E. Babelon narre que :

Monture du Grand Camée, exécutée par A. Delafontaine, vers 1806.

Pendant la nuit du 26 au 28 pluviôse an XII (16 au 17 février 1804), il fut soustrait par des voleurs qui l’emportèrent jusqu’à Amsterdam. La célèbre gemme allait être vendue pour 3oo,ooo francs à un orfèvre, lorsqu’elle fut reprise par les soins de Gohier, commissaire-général des relations commerciales dans cette ville. Mais les voleurs, hélas, l’avaient déjà dépouillée de sa riche monture dont il ne paraît malheureusement pas exister de dessin. Les circonstances de ce douloureux épisode sont racontées comme il suit par Millin, conservateur du Cabinet des Médailles à cette époque :
« L’admiration que causa ce monument, raconte Millin, éveilla aussi la cupidité. Quelques misérables formèrent le projet de s’en emparer et y réussirent… Un voleur, nommé Charlier, avait conçu depuis longtemps le projet de faire un grand coup dans le Cabinet des Médailles ; il vint pendant plusieurs mois visiter le Cabinet les jours où il est ouvert au public. Il voulut d’abord y faire une explosion avec un petit baril de poudre et profiter du désordre qui en serait la suite, pour commettre son crime. Mais prévoyant combien une pareille entreprise serait dangereuse pour lui-même, il résolut d’enlever par escalade les objets précieux dont il désirait s’emparer. Il vit bien qu’il ne suffirait pas lui seul pour consommer son crime ; il s’engagea dans la garde de Paris pour trouver un complice, et il réussit ; il fit en outre entrer dans ce complot un cocher de place ; celui-ci attacha sous sa voiture une écoperche qu’il enleva furtivement de l’échafaud d’une maison qu’on bâtissait rue de Pologne, et la transporta ainsi à l’endroit où l’escalade devait avoir lieu ; un clou fut fixé à son extrémité ; on y attacha une corde à nœuds, et on la dressa contre le mur de l’arcade Colbert Charlier monta, après avoir mis un cadenas à la porte du corps de garde des pompiers, qui est sous l’arcade, afin d’avoir le temps de se sauver, s’il prenait fantaisie à quelqu’un d’eux de sortir. Pendant que celui-ci enfonçait les vitres qu’il avait garnies de poix pour empêcher les morceaux de tomber, le fiacre fit quelques tours avec sa voiture et détourna l’attention des voisins. Le vol fut consommé et les voleurs se sauvèrent.
« L’affaire de Georges (Cadoudal) absorbait alors toute l’attention de la police, et le crime de Charlier demeura longtemps inconnu. Celui-ci eut même la hardiesse de venir visiter le Cabinet pendant deux mois de suite, presque chaque jour, et de s’amuser, aux dépens des employés, des conjectures qu’ils formaient sur le véritable auteur du vol. Pendant ce temps, Charlier et son complice obtinrent leur congé de la garde de Paris, et alors ils partirent pour la Hollande. Pour déguiser les objets volés, les perles, les pierres précieuses furent déchaussées et les montures dorées furent fondues. Trois pièces d’un assez grand prix, mais de peu d’importance pour l’art, la coupe de l’abbé Suger, un vase de belle sardoine, en forme de nacelle, et long d’environ six pouces, furent vendus à un très bas prix, à M. Townley, en Angleterre, où on les avait fait passer dans un buste de plâtre du Laocoon. Charlier n’eut pas dans Amsterdam la même prudence qu’à Paris ; il y voulut vendre les objets qu’il avait volés, et il les fit voir comme de grandes curiosités. M. Gohier, alors consul à Amsterdam, en eut avis ; il reconnut l’agate qu’il avait vue peu de temps avant la dissolution du Directoire, et il s’adressa à l’ambassadeur, M. de Sémonville, qui fit arrêter les voleurs. Charlier avait volé ses confrères eux-mêmes, et il avait enlevé en secret le vase d’onyx connu sous le nom de coupe de Ptolémée ; il promit d’indiquer le lieu où il était si on voulait lui promettre sa grâce et une récompense de 20,000 francs. Comme on ne voulut point lui accorder sa demande, il exigea 8,000 francs et sa délivrance ; mais le gouvernement ne crut pas devoir entrer dans aucun accommodement avec lui. Pour savoir la vérité, on enferma avec Charlier un mouton, c’est-à-dire un de ces espions qui feignent de prendre un intérêt au sort d’un camarade et lui arrachent ainsi son secret. Ce moyen réussit, et Charlier avoua qu’il avait enterré la coupe dans le jardin de sa mère, situé aux environs de Rocroi, traça le plan du jardin et désigna la place où l’on trouverait la coupe ; un agent de la police, accompagné de M. Mionnet, premier employé du Cabinet des Antiques, s’y rendirent, et après avoir creusé pendant cinq quarts d’heure, on découvrit plusieurs baguettes de bois, horizontalement posées, sous lesquelles était l’objet de ces recherches, c’est-à-dire le vase dit de Ptolémée : ce vase est rentré au Cabinet ; le Grand Camée a été renvoyé à Paris et réintégré dans sa place ; le pied d’or du vase de Ptolémée, celui de la coupe de l’abbé Suger et le cadre d’or du Grand Camée ont été fondus. »
En remplacement de la monture byzantine, Millin jugea utile d’en faire exécuter une nouvelle qu’on s’efforça, suivant le goût de l’époque, de mettre en harmonie avec le sujet même du camée. Un élève de David, Auguste Delafontaine, qui s’était distingué dans la peinture avant de créer la maison de fonderie parisienne qui porte encore
actuellement son nom, fut chargé de l’exécution de cette monture que Millin décrit complaisamment comme il suit : « L’encadrement qui porte le camée est accompagné de deux pilastres ornés de trophées qui sortent en arabesques de la tête de deux Victoires et qui sont composés d’armes de Daces, de Marcomans, de Parthes, comme il y en a sur la colonne Trajane. Ces pilastres supportent une frise décorée de cornes d’abondance, de couronnes, et, au milieu, de
l’aigle romaine posée sur un foudre. Le fronton qui couronne le tout a, dans son tympan, le buste de Rome, dans un médaillon entouré d’une couronne, et porté par des Victoires. La base sur laquelle pose le cadre a pour embellissement la Louve allaitant les Jumeaux, entre des timons, des proues et des rostres de navires. Le socle est composé de griffons qui sont dorés, ainsi que tous les ornements qui se détachent sur la teinte verdâtre du bronze7. »
Cette monture en bronze ciselé avec sujets dorés en relief a dû coûter un prix élevé. Elle est restée l’encadrement du Grand Camée jusque vers 1832, époque où l’on prit le parti de l’enlever : on jugea qu’elle nuisait à l’effet du monument lui-même, loin de le mettre en valeur ; nous devons convenir qu’il se suffit à lui-même. La monture de Delafontaine est encore conservée présentement dans le magasin du Cabinet des Médailles et nous en donnons à la page 135 [ci-jointe] un croquis très réduit.

Citer cet article : Olivier Jacquot, "Feuilleton du vol de 1804 : Récit d’Ernest Babelon, 1897". Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, ISSN 2493-4437, 24 janvier 2023. Disponible en ligne, url : <https://bnf.hypotheses.org/24729> (consulté le 4 février 2023).

Notes

  1. Babelon, Ernest (1854-1924), Catalogue des camées antiques et modernes de la Bibliothèque nationale : ouvrage accompagné d’un album de 76 planches, Paris : E. Leroux, 1897, p. CLVII-CLXIX, 133-135. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k399064t>. []
  2. Les notes sont d’E. Babelon. Les nôtres figurent entre crochets carrés “[]”. []
  3. Voyez notamment le Journal des Débats des mercredi 22 février 1804, et le Journal de l’Empire (Journal des Débats continué), des mercredi 23 avril 1806 et jours suivants. []
  4. Cette couronne faisait partie du Trésor de Monza apporté au Cabinet des Médailles en 1798. []
  5. Marion du Mersan, Hist. du Cabinet des Médailles, p. 166 ; voyez aussi ci-dessus, p. CXLIV. []
  6. Marion du Mersan, op. cit., p. 178. []
  7. Cette monture est reproduite dans Boettiger, London und Paris, 1807, VIIIe FASC., p. 297 [La référence exacte est : Böttiger, Karl August (1760-1835), « Die Familie des Tiberius auf einem Onyxcameo in der kaiserl[ishe]. Nationalbibliothek zu Paris. (Zur Erklärung des XVIII. Kupfertafel.) », London und Paris, 1807, 20. Band, Achtes Stück, p. [296]-319. Disponible sur Internet, url : <http://ds.ub.uni-bielefeld.de/viewer/fullscreen/2238505_020/312/>. L’étude fut republiée dans : Böttiger, Karl August (1760-1835), « XVII. Die Familie des Tiberius auf einem Onyxcameo zu Paris », dans : Böttiger, Karl August (1760-1835), C. A. Böttiger’s Kleine Schriften archäologischen und antiquarischen Inhalts, Dresden und Leipzig : Arnold, 1838, 2. Band, p. [292]-305. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/bub_gb_CPYPAAAAYAAJ/page/n303>.] ; dans les Annales encyclopédiques de Millin, année 1818, t. I, pl. à la p. 193 (cf. Fauris de Saint-Vincens, Correspondance inédite de Peiresc, Paris, 1819, planche à la p. 72-73). []

Olivier Jacquot

Responsable de la coordination de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts


Olivier Jacquot

Responsable de la coordination de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search