Feuilleton du vol de 1804 : Récit de Joseph Guibert, 1910

Conservateur au Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale, Joseph Guibert (1869-1943) fit paraître en 1910 une étude des dessins du recueil dit Cabinet de Peiresc ((Voir : [Recueil. Cabinet de Peiresc]. Numérisation de RESERVE AA-54-FOL, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b525058020>.)). Jean Laran (1876-1948), entré au Cabinet des estampes en 1908 et qui en deviendra le directeur de 1940 à 1942, rendit compte de cette parution dans la Revue archéologique1 en indiquant que : « C’est un véritable service que M. Guibert nous rend en faisant connaître cette collection et en reconstituant, dans la mesure du possible, l’état civil des pièces conservées ou disparues. »

De fait, Joseph Guibert reproduit les récits du vol du 16 au 17 février 1804, tout en publiant une planche du Calice de Suger.

Le calice de l’abbé Suger

Le calice était à Paris, à la Bibliothèque, il y resta au moins quelques années. Il fut volé avec plusieurs autres objets dans la nuit du 16 au 17 février 1804 (81).
Nous avons deux récits quelque peu différents de cet événement, l’un de Marion du Mersan, l’autre de Millin.
« Un malheureux événement marqua cette année [1804] ; ce fut le vol de quelques-uns des plus beaux monuments du Cabinet qui eut lieu dans la nuit du 16 au 17 février. Ce vol fut exécuté d’une manière très hardie. Le principal personnage de l’association était un nommé Giraud, qui avait pour complice un cocher de fiacre dont la voiture arrêtée au coin de la rue Colbert avait amené une de ces longues perches de maçons qui servent aux échafaudages. La perche fut dressée dans l’angle du bâtiment, et le voleur se hissa au moyen d’un mouffle, jusqu’à la hauteur de la croisée du Cabinet. Malheureusement, il n’y avait pas alors de corps de garde, et les croisées n’avaient point de volets. On a pris depuis les précautions convenables pour éviter de pareils accidents. Le voleur brisa une vitre, s’introduisit dans le Cabinet et enleva les objets les plus précieux ; l’agate de la Sainte-Chapelle, le vase des Ptolémées, la couronne d’Agilufus, le calice de l’abbé Suger, et plusieurs vases d’agate provenant du trésor de Saint-Denis, le poignard de François Ier enrichi de camées sur coquilles; deux couvertures d’évangéliaires en vermeil, un diptyque d’ivoire. Sa cupidité même trahit ses espérances, car les monuments célèbres ce dont il s’était emparé furent reconnus en Hollande par la personne à qui il voulait les vendre. Les voleurs furent arrêtés et subirent, au bagne, la peine de leur crime. Giraud avait voulu tromper ses associés : il avait détourné la coupe des Ptolémées qu’il avait été cacher dans le jardin de sa mère, honnête paysanne du village d’Ormoy, près Laon, où ce monument fut retrouvé enterré sous une haie.
Ces objets furent restitués au Cabinet au mois d’avril de la même année, excepté la couronne d’Agilufus, qui avait été fondue, ainsi que les montures des vases et celle de l’agate de la Sainte-Chapelle ; le calice de l’abbé Suger qui fut vendu à M. Townley… et le poignard de François Ier, dont on n’a jamais eu de traces non plus que du diptyque » (82).
Dans un autre passage du même livre (83), Marion du Mersan affirme que le calice de l’abbé Suger fut « acheté des voleurs par M. Townley, riche anglais, amateur d’antiquités, qui, à sa mort, l’a légué au Musée Britannique où il est maintenant. » Or on ne connaît pas au British Muséum le calice de Suger. Si c’est une erreur de Marion du Mersan, elle n’est pas unique : dans le paragraphe même qui contient l’affirmation précitée, l’auteur dit que notre calice et autres objets furent apportés au Cabinet des Antiques vers le commencement de 1791, nous avons vu cependant que le transport eut lieu le 30 septembre, et que le procès-verbal en était conservé aux archives du Cabinet. De plus, c’est à Rozoy-sur-Serre et non à Ormoy, près Laon, comme le dit Marion du Mersan, que fut retrouvée la coupe des Ptolémées (84).
Voici, d’autre part, le récit de Millin, alors conservateur du Cabinet :
« Un voleur, nommé Charlier, avait conçu depuis longtemps le projet de faire un grand coup dans le Cabinet des médailles; il vint pendant plusieurs mois visiter le Cabinet les jours où il est ouvert au public. 11 voulut d’abord y faire une explosion avec un petit baril de poudre et profiter du désordre qui en serait la suite, pour commettre son crime. Mais prévoyant combien une pareille entreprise serait dangereuse pour lui-même, il résolut d’enlever par escalade les objets précieux dont il désirait s’emparer. Il vit bien qu’il ne suffirait pas lui seul pour commettre son crime ; il s’engagea dans la garde de Paris pour trouver un complice et il réussit ; il fît en outre entrer dans ce complot un cocher de place ; celui-ci attacha sous sa voiture une écoperche qu’il enleva furtivement de l’échafaud d’une maison qu’on bâtissait rue de Pologne, et la transporta ainsi à l’endroit où l’escalade devait avoir lieu ;… Charlier monta, après avoir mis un cadenas à la porte du corps de garde des pompiers, qui est sous l’arcade, afin d’avoir le temps de se sauver, s’il prenait fantaisie à quelqu’un d’eux de sortir. Pendant que celui-ci enfonçait les vitres qu’il avait garnies de poix pour empêcher les morceaux de tomber, le fiacre fît quelques tours avec sa voiture, et détourna l’attention des voisins. Le vol fut consommé et les voleurs se sauvèrent.
L’affaire de Georges (Cadoudal absorbait alors toute l’attention de la police, et le crime de Charlier demeura longtemps inconnu. Celui-ci eut même la hardiesse de venir visiter le Cabinet pendant deux mois de suite, presque chaque jour, et de s’amuser aux dépens des employés, des conjectures qu’ils formaient sur le véritable auteur du vol. Pendant ce temps, Charlier et son complice obtinrent leur congé de la garde de Paris et alors ils partirent pour la Hollande. Pour déguiser les objets volés, les perles, les pierres précieuses furent déchaussées et les montures dorées furent fondues. Trois pièces d’un assez grand prix mais de peu d’importance pour l’art, la coupe de l’abbé Suger, un vase de belle sardoine en forme de nacelle et long d’environ six pouces, furent vendues à un très bas prix à M. Townley en Angleterre, où on les avait fait passer dans un buste de plâtre du Laocoon. Charlier n’eut pas dans Amsterdam la même prudence ce qu’à Paris ; il y voulut vendre les objets qu’il avait volés et les fît voir comme de grandes curiosités. M. Gohier alors consul à Amsterdam en eut avis ; il reconnut l’agate qu’il avait vue peu de temps avant la dissolution du Directoire, et il s’adressa à l’ambassadeur, M. de Sémonville, qui fît arrêter les voleurs. »… Millin raconte ensuite comment le voleur avait voulu frustrer ses complices en cachant le vase des Ptolémées, comment ce vase fut retrouvé : « Ce vase est rentré au Cabinet ; le grand camée a été renvoyé à Paris et réintégré dans sa place, le pied d’or du vase de Ptolémée, celui de la coupe de l’abbé Suger et le cadre d’or du grand camée ont été fondus (85). »
Si, par la fonte du pied d’orfèvrerie, le calice de Suger était réduit à la coupe de sardonyx, peut-être a-t-il pu entrer au Bristish [sic] Muséum sans être reconnu ?

Guibert, Joseph (1869-1943), Les dessins du cabinet Peiresc au Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale : Antiquité, moyen-âge, Renaissance, Paris : H. Champion, 1910, p. 41-43. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4227490s/f59>.
Citer cet article : Olivier Jacquot, "Feuilleton du vol de 1804 : Récit de Joseph Guibert, 1910". Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, ISSN 2493-4437, 25 janvier 2023. Disponible en ligne, url : <https://bnf.hypotheses.org/24565> (consulté le 4 février 2023).

Notes

  1. Laran, Jean, « [Compte rendu :] Joseph Guibert. Les dessins du Cabinet Peiresc au Cabinet des Estampes de la Bibliothèque Nationale. Paris, Champion, 1910, in-fol, 102 p. et 25 pl. en phototypie », Revue archéologique, 1910, janvier-juin, 4ème série, tome XV, p. 319-322. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2036685/f322.item>. []

Olivier Jacquot

Responsable de la coordination de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts


Olivier Jacquot

Responsable de la coordination de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search