Feuilleton du vol de 1804 : Journal de l’Empire, 23-25 avril 1806

Deux années après le vol perpétré au Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale dans la nuit du 16 au 17 février 1804, l’affaire fait de nouveau parler d’elle dans la presse, à l’occasion de l’ouverture du procès, le 24 avril 1806. Ainsi, le Journal de l’Empire publie trois articles rendant compte du procès. Avant d’annoncer le début du procès, le premier article du 23 avril rappelle les faits et fournit la liste des objets dérobés, qui s’élèvent désormais à douze et non plus aux huit signalés dans la presse, juste après le vol.

Ce sont ces trois articles qui nous transcrivons ci-après en conservant l’orthographe de l’époque. Les notes sont de notre fait.

Rappel des faits, 23 avril 1806

Journal de l'Empire, 23 avril 1806, p. 4.

Pendant la nuit du 26 au 27 pluviose an 12, le cabinet des médailles de la Bibliothèque impériale fut volé. La police qui fixoit toute son attention et toutes ses recherches sur les auteurs de ce délit, autant pour les livrer à la justice, que pour recouvrer les objets précieux des arts et de l’antiquité enlevés au plus beau dépôt de l’univers, parvint heureusement à les arrêter et à saisir la plus précieuse partie de leur vol. Un nommé Charlier, décédé dans le cours de l’instruction, connoissoit seul la valeur des objets qu’il avoit longtemps projeté de voler, sans confident ni complices ; il avoit déposé à cet effet un petit baril de poudre, dans l’intention de le faire sauter dans une des salles de la Bibliothèque, et de profiter du trouble et du désordre pour accomplir son projet ; mais il n’osa pas faire usage de cet horrible moyen, par la crainte de faire périr beaucoup de monde ; et il prévint, par une lettre1, l’un des conservateurs du cabinet des antiques, qu’il avoit mis un baril de poudre sous la case renfermant l’apothéose d’Auguste.
Douze pièces furent volées.
1°. Une grande sardoine onix, connue sous le nom d’agathe de la Sainte-Chapelle, composée de quatre couches, représentant l’apothéose d’Auguste. Cette sardoine onix étoit enchâssée dans une espèce de table de vermeil, formant reliquaire, autour de laquelle étoient des perles, des turquoises et des verres colorés taillés en pierres précieuses. Ce camayeu fut tiré de la Sainte-Chapelle, à qui il avoit été donné par Charles V, roi de France l’an 1379. Cet objet a été repris en Hollande entre les mains des voleurs, au moment ou ils vouloient le vendre cent mille écus.
2°. Un vase de sardoine onix de dix-sept centimètres environ de hauteur, connu sous le nom de vase des Ptolomées, tiré de l’abbaye de Saint-Denis. Ce beau vase, couvert dans toutes ses parties d’un grand nombre de sujets en bas-reliefs représentant le culte de Cérès et de Bacchus, étoit porté sur un pied de vermeil orné de pierres précieuses et de perles. Retrouvé et éstimé quinze cent mille francs.
3°. Un calice de sardoine onix dans une monture de vermeil dont le pied étoit orné de médaillons en relief, représentant des figures de saints : ce vase étoit connu sous le nom de calice de l’abbé Suger.
4°. Un vase de prase en forme de cuve, entouré d’une bordure de filets d’or ou de vermeil, et de verres coloriés.
5°. Deux couvertures d’évangéliaires en vermeil, ornées de croix en émail, et de quelques camées, de perles et cristaux coloriés.
6°. Un dyptique en grande plaque d’ivoire, sculpté en relief.
7°. Un poignard monté en vermeil, la poignée garnie de deux plaques en coquilles, ou étoient gravées en relief des arabesques. Cette arme étoit connue sous le nom de poignard de François Ier.
8°. Une couronne d’or, ayant la forme d’un cercle avec des figures de saints : c’étoit la couronne d’Agésusphas, roi des Lombards, mort en 616.
9°. Un vase de sardoine presque semblable à celui de prase.
10°. Une coupe de jaspe fleuri, avec son pied et sa tige garnis d’or.
11°. Une coupe pareille en jaspe sanguin, la tige et le pied garnis en or, en partie émaillée.
12°. Une croix en vermeil, enrichie d’agathes.
L’instruction publique de ce procès commencera devant la Cour de justice criminelle.

Journal de l’Empire, 23 avril 1806, p. 4. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k417972x/f4>.

Suites du vol, 24 avril 1806

Le deuxième article donne le récit du vol et de ses suites.

COUR DE JUSTICE CRIMINELLE.
Les accusés du vol fait à la Bibliothèque impériale, sont au nombre de six : Giraud, Jacqueminet et sa femme, Godefroid et sa femme, et la veuve Prost. Le principal auteur, Charlier, est mort, comme on l’a dit, dans le cours de l’instruction. Il a déclaré, le 11 brumaire an 13, qu’étant venu à Paris, il s’étoit engagé dans la garde municipale à dessein de trouver un complice, pour qu’il l’aidât à effectuer le vol qu’il méditoit. Il le trouva dans le nommé Giraud, soldat du même régiment. Il résulte des déclarations et aveux de celui-ci, que Charlier, après l’avoir long-temps pressenti sur le vol de la Bibliothèque, l’ayant enfin déterminé à devenir son complice, il avoit fait part du complot à Jacqueminet et sa femme, ses parens. La veille de l’exécution, Giraud et Charlier se rendirent à la Bibliothèque, où ce dernier, qui avoit la précaution de cacher sa figure avec son mouchoir, fit voir à Giraud les cases qui renfermoient les objets précieux, et lui indiqua ceux dont il devoit se saisir, en lui recommandant de ne point s’attacher à des effets de valeur purement intrinsèque, parce qu’ils seroient trop embarrassans et d’un moindre produit que peux qu’il lui désignoit. Giraud hésitoit encore ; mais la femme Jacqueminet s’unit à Charlier pour le déterminer, et ils prirent jour.
Le 26 pluv., à 11 heures du soir, Charlier et Giraud sortirent accompagnés de Jacqueminet, cocher, qui les conduisit dans sa voiture vers la Nouvelle-France. Ils prirent dans un bâtiment, en construction, une longue perche que Charlier jugea propre à l’exécution du vol. Ils l’attachèrent sous la caisse de la voiture, et se dirigèrent vers la Bibliothèque, Jacqueminet conduisant seul et suivant une route tracée par Charlier, qui marchoit avec Giraud par un autre chemin.
Giraud et Charlier étant arrives près la Bibliothèque, le denier monta sur une borne attenante au corps-de-garde des pompiers, rue Colbert, s’assura s’ils dormoient, et en ayant eu la certitude, il barricada leur porte avec une chaine et un cadenas.
Jacqueminet arriva. Ils dressèrent aussitôt leur perche, à l’aide de laquelle Giraud monta à l’une des croisées du cabinet, pendant que Jacqueminet circuloit aux environs pour empêcher, par le bruit de sa voiture, qu’on n’entendit celui que devoit faire Giraud. Charlier tenoit le pied de la percher ; Giraud qui gravîssoit, arriva à la fenêtre, et déjà il étoit près de cinq heures du matin : il fut obligé de casser un carreau, après l’avoir voulu couper avec un diamant de vitrier, que la femme Jacqueminet avoit emprunté de Godefroid, qui habitoit dans sa maison ; il n’en put faire usage, non plus que de la cire molle que Charlier lui avoit donnée pour enlever sans bruit la portion du carreau coupée.
Giraud ayant pénétré de cette manière dans l’intérieur du cabinet des médailles, se dirigea, à l’aide du réverbère et de la lune qui l’éclairoient, vers les cases que Charlier lui avoit montrées la veille. Il brisa les verres de l’une d’elles, et y prit d’abord l’agathe connue sous le nom de la Sainte-Chapelle, et le poignard de François Ier. Ces deux objets furent remis sur-le-champ à Charlier, à l’aide d’une corde, et déposés dans la voiture de Jacqueminet, qui continua à circuler pour couvrir et favoriser la manœuvre.
Giraud retourna à la charge, et s’empara des dix autres pièces.
Charlier lui témoigna son mécontentement de ce qu’il n’avoit pas pris une plus grande quantité d’objets, et notamment la figure de Jupiter en pierre, et une perle représentant une figure humaine. De retour chez Jacqueminet, ils partagèrent avec lui. C’est aussi chez ce dernier que Charlier resta trois jours, occupé à fondre le pied de l’agathe de la Sainte-Chapelle ; il en fit des lingots dont le produit fut partagé entr’eux ; il fondit aussi la couronne d’Agelulphus ; et avec l’or qu’ils en retirèrent, Charlier et Giraud se procurèrent leurs congés.
Ils se déterminèrent à se rendre à l’étranger pour s’assurer leur vol. Avant leur départ, la femme Prost reçut d’eux une somme de 160 fr., et recéla deux des vases qui étoient échus en partage à Charlier. Godefroid reçut une somme de 200 fr. et promesse d’un tiers dans le bénéfice de la vente des objets volés, qui lui furent remis par les Jacqueminet, et avec lesquels il partit peu de temps après pour rejoindre à Liége [sic] la femme Jacqueminet et la sienne. Godefroid qui avoit déjà fait la contrebande dans ce pays, y étoit connu des bateliers, et avoit, par cette raison, paru très-utile à la femme Jacqueminet pour le transport du vol ; attendu sur-tout que Giraud venant d’être arrêté comme déserteur, et Jacqueminet ne voulant pas accompagner sa femme, elle s’étoit vue dans la nécessité de recourir à un tiers. Giraud remis en liberté, alla rejoindre les trois voyageurs à Liége [sic]. Ils firent beaucoup de dépense dans les deux auberges où ils logeoient, et y furent remarqués par la singularité de leur conduite, l’air de mystère et d’intelligence qu’ils avaient entr’eux, et le soin qu’ils prenoient d’empêcher qn’on ne pénétrât dans leurs chambres.
Charlier voyageoit aussi de son côté pour vendre les objets qui lui étoient échus en partage. Il vint à Amsterdam, où étoient ses complices. Les ayant rencontrés, il acheta de Giraud le calice de l’abbé Suger. A cette époque Giraud vendit à un juif deux vases, dont l’un étoit celui de prase qu’il avoit dégarni, et une plaque d’ivoire. Il dégarnit aussi le poignard et le fourreau à Charlier, qui s’embarqua pour l’Angleterre. Après avoir vendu deux vases d’agathe, il revint de Londres, probablement dans l’intention de se procurer la sardoine onix, dite vase de Ptolémée, qu’il avoit enfouie dans le jardin de sa mère ; mais il fut arrêté le 16 thermidor an 12, à Hellevoet-Sluys2, sur un navire prussien venant de Londres. On ne trouva sur lui que le fourreau du poignard et les adresses des acheteurs. Pendant ce temps Giraud, la femme Jacqueminet, et Godefroid et sa femme avoient fondu, dégarni, et dépensé ce qu’ils avoient retiré de l’or et des pierreries qui ornoient les objets volés. Ils résolurent de vendre l’agathe de la Sainte-Chapelle. Ils l’avoient enchassée dans un cadre de bois qu’ils avoient fait peindre par un vitrier.
Ce fut Giraud qui se chargea, après quelques difficultés, de la vente de ce précieux objet. Il s’adressa à l’orfèvre qui avoit précédemment acheté les pierreries du vase de prase. Il en demanda 300,000 fr., lui promettant le sou pour livre, s’il parvenoit à le lui faire vendre. Le lendemain, l’orfèvre le fit inviter à passer chez lui. Il y trouva trois particuliers qui se présentèrent à lui comme devant acheter l’agathe. Il fut convenu qu’ils se rendroient le soit à son auberge pour la voir. M. le commissaire-général des relations commerciales de France en Batavie, étoit au nombre des trois personnes. Au premier aspect, il reconnut l’agathe de la Sainte-Chapelle ; et prévenu depuis long-temps, par le ministère des relations extérieures et celui de l’intérieur, du vol fait à la Bibliothèque impériale, il fit arrêter Giraud et ses trois complices.
En résumant les moyens de défense des prévenus, on voit, par ceux de la femme Jacqueminet, qu’elle prétend n’avoir pas connu les véritables projets de Charlier et Giraud. Elle a dit qu’elle étoit dans la persuasion qu’il s’agissoit uniquement d’enlever un trésor caché par l’oncle de Charlier, et que son mari, qui avoit agi dans cette circonstance, étoit dans la même persuasion. La femme Prost, sœure de la femme Jacqueminet, et portière de la maison où elle demeuroit, a nié les faits articulés par Giraud, savoir : Que ce dernier lui eût remis une lettre pour Charlier ; qu’elle eût eu en sa possession deux des vases volés, à l’effet de les cacher ; enfin, elle a nié avoir eu aucune connoissance du vol, et a dit que la somme de 160 fr. qui lui fut remise, lui étoit due par sa sœur.
Après lecture de l’acte d’accusation, et les témoins ayant été entendus, la cour a suspendu la séance jusqu’à demain neuf heures du matin.

Journal de l’Empire, 24 avril 1806, p. 2-3. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4179739/f2>.
Journal de l'Empire, 24 avril 1806, p. 2-3.
Cliquer pour agrandir
Journal de l'Empire, 24 avril 1806, p. 2-3.
Cliquer pour agrandi

Comme nous l’apprenons, Louis-Jérôme Gohier (1746-1830), alors commissaire général des relations commerciales de l’Empire français en Batavie, prévenu par le ministère de l’Intérieur, tendit donc un piège aux voleurs en se faisant passer pour un prétendu acheteur intéressé.

Fin du procès : 25 avril 1806

La fin du procès des voleurs du Cabinet des médailles se tient le lendemain 25 avril 1806, à neuf heures du matin.

Journal de l'Empire, 25 avril 1806, p. [3].

A neuf heures du matin, la cour de justice criminelle a repris séance pour achever l’instruction du procès des voleurs de la Bibliothèque impériale. M. Courtin3, substitut du procureur-général, a, par son réquisitoire, établi avec méthode et clarté toutes les preuves de culpabilité à la charge de chacun des accusés.
Giraud a de nouveau pris la parole, non pour sa défense, mais toujours pour celle de ses co-accusés. Il a obligé M. le premier président à le rappeler à l’ordre, à cause de son bavardage et de son mauvais ton. Sa résignation n’a jamais paru venir des reproches de sa conscience, mais d’un caractère effronté et bravache.
M. le premier président a ensuite résumé les débats avec précision et clarté. Il a trouvé, dans la position et la conduite de la v[euv]e Prost, quelques considérations en sa faveur. Il a fini par soumettre à MM. les jurés 52 questions relatives au jugement de ce procès.
Giraud, Jacqueminet et Godefroid ont été condamnés à 14 années de fers4, la femme Jacqueminet et la femme Godefroid, à 14 années de détention.
La v[euv]e Prost a été acquittée.

Journal de l’Empire, 25 avril 1806, p. [3]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k417974p/f3>.
  1. Nous ignorons si elle fut conservée. []
  2. Le port de Hellevoetsluis, sur l’île de Voorne-Putten, en Hollande-Méridionale. []
  3. Auguste Courtin de Torsay (1799-02-20 – 1876-01-23), fut juge au tribunal de première instance de Nogent-le-Rotrou, puis président honoraire. []
  4. Selon son article 603, les fers étaient l’une des peines prévue par le Code des délits et des peines de 1795, remplacée par la « réclusion en maison de force » pour les femmes. Voir : Code des délits et des peines. Du 3 brumaire, Paris : Impr. de la République, 1795, p. 113. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56729589/f117>. Il sera remplacé par le Code pénal de 1810 qui prévoyait comme peines : la peine de mort, les travaux forcés à perpétuité, la déportation, les travaux forcés à temps. Disponible sur Internet, url : <http://ledroitcriminel.fr/la_legislation_criminelle/anciens_textes/code_penal_de_1810.htm>. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Olivier Jacquot (18 janvier 2023). Feuilleton du vol de 1804 : Journal de l’Empire, 23-25 avril 1806. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3ug


Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search