Feuilleton du vol de 1804 : Récit de Théophile Marion Dumersan, 1838

Conservateur au Cabinet des médailles et antiques de la Bibliothèque royale, Théophile Marion Dumersan (1780-1849) publia une Histoire du cabinet des médailles qui fit l’objet de plusieurs rééditions. Il ne pouvait omettre de citer le vol qu’avait subi la collection en 1804.

Histoire du cabinet des médailles, antiques et pierres gravées : avec une notice sur la Bibliothèque royale, et une description des objets exposés dans cet établissement

1804.

Un malheureux événement marqua cette année ; ce fut le vol de quelques-uns des plus beaux monuments du Cabinet, qui eut lieu dans la nuit du 16 au 17 février. Ce vol fut exécuté d’une manière très-hardie. Le principal personnage de l’association était un nommé Giraud, qui avait pour complice un cocher de fiacre dont la voiture, arrêtée au coin de la rue Colbert, avait amené une de ces longues perches de maçons qui servent aux échafaudages. La perche fut dressée dans l’angle du bâtiment, et le voleur se hissa, au moyen d’un mouffle, jusqu’à la hauteur de la croisée du Cabinet. Malheureusement, il n’y avait pas alors de corps-de-garde, et les croisées n’avaient point de volets. On a pris depuis les précautions convenables pour éviter de pareils accidents1. Le voleur brisa une vitre, s’introduisit dans le cabinet, et enleva les objets les plus précieux : l’agate de la Sainte-Chapelle, le vase des Ptolémées, la couronne d’Agilufus, le calice de l’abbé Suger, et plusieurs vases d’agate provenant du trésor de Saint-Denis, le poignard de François Ier, enrichi de camées sur coquilles ; deux couvertures d’évangéliaires en vermeil, un diptyque d’ivoire2. Sa cupidité même trahit ses espérances, car les monuments célèbres dont il s’était emparé furent reconnus en Hollande par la personne à qui il voulait les vendre. Les voleurs furent arrêtés, et subirent au bagne la peine de leur crime.

Giraud avait voulu tromper ses associés : il avait détourné la coupe des Ptolémées qu’il avait été cacher dans le jardin de sa mère, honnête paysanne du village d’Ornoy, près Laon, où ce monument fut retrouvé enterré sous une haie.

Ces objets furent restitués au Cabinet au mois d’avril de la même année, excepté la couronne d’Agilufus, qui avait été fondue, ainsi que les montures des vases et celle de l’agate de la Sainte-Chapelle ; le calice de l’abbé Suger, qui fut vendu à M. Townley (ci-dessus, p. 166), et le poignard de François Ier, dont on n’a jamais eu de traces non plus que du diptyque.

Au mois de mai, le Cabinet reçut cent quatre-vingt-deux pièces d’or de la première race des rois de France, qui avaient été trouvées dans les ruines de l’ancien Palais de justice de Bordeaux.

Dumersan, Théophile Marion (1780-1849), Histoire du cabinet des médailles, antiques et pierres gravées : avec une notice sur la Bibliothèque royale, et une description des objets exposés dans cet établissement, Paris, 1838, p. 177-178. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6472269d/f191>.

Notes



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 23 janvier). Feuilleton du vol de 1804 : Récit de Théophile Marion Dumersan, 1838. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3um

  1. On verra plus loin que ces précautions n’étaient pas encore suffisantes : on en a pris de plus efficaces. [L’auteur fait référence à un second vol perpétré en 1831 et au sujet duquel il écrit, p. 187 du même ouvrage : « Ce second vol fut conduit avec plus d’adresse que le premier. Le nommé Fossard, forçat échappé du bagne, s’était caché dans un recoin obscur de la galerie des livres imprimés, et s’introduisit dans le Cabinet des médailles, en faisant à la porte d’entrée donnant sur cette galerie, au moyen d’un vilebrequin et d’une scie à main, un trou suffisant pour laisser passer un homme. Une fois introduit, il fit une ouverture à la porte d’un autre cabinet qui renfermait les clés des médailliers, et en enleva la serrure. Alors, maître du local, et ayant une nuit entière pour consommer son vol, il alluma une lanterne, et tira à demi tous les tiroirs des huit médailliers pour s’assurer de ce qu’ils contenaient (on les a trouvés tous dans cet état le lendemain matin). Arrivé au médaillier qui contenait la suite impériale d’or, il le vida entièrement, et remplit des sacs de ces médailles et de toutes celles qu’il trouva dans les armoires qui renfermaient les riches suites des médailles modernes, dont la valeur intrinsèque était considérable. » []
  2. Les détails de ce vol sont consignés dans le Moniteur et dans le Journal de Paris du 22 février 1804 (2 ventôse au XII). []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search