Feuilleton du vol de 1804 : « Dans la nuit du 26 au 27 pluviôse », Gazette nationale, mardi, 1er ventôse an 12 de la République

Le mardi 1er ventôse de l’an 12 de la République, soit le 21 février 1804, le Journal officiel de l’époque, à savoir la Gazette nationale ou le Moniteur universel rendait compte d’un vol commis à la Bibliothèque nationale, dans la nuit du 16 au 17 février 1804, au sein du Cabinet des médailles.

C’est ce document que nous transcrivons ci-après avec son orthographe de l’époque. Les coquilles sont signalées d’un [sic], sauf pour les accents manquants qui ont été rétablis.

Gazette nationale ou le Moniteur universel, 21 février 1804, n° 151, p. [1].

INTERIEUR
Paris, le 30 pluviôse [20 février].

Dans la nuit du 26 au 27 pluviôse, des voleurs se sont introduits dans le cabinet des antiques de la Bibliothèque nationale, situé à l’extrémité de cet édifice, au-dessus de l’arcade Colbert et en ont enlevé plusieurs objets d’un prix inestimable.

Au-dessous de l’arcade il y a un corps-de-garde de pompiers ; c’est à côté de la porte de ce corps-de-garde que les voleurs ont exécuté l’escalade : ils ont barricadé cette porte avec des chaînes et des cadenats, afin de ne pas être surpris. Le main les pompiers voulurent sortir et s’apperçurent qu’ils étaient enfermés ; ils appellèrent par la fenêtre pour qu’on les délivrât ; c’est alors qu’on s’apperçut du crime hardi qui venait d’être commis. Pour parvenir jusqu’à la hauteur à laquelle est situé le cabinet des antiques, les voleurs avaient dressé une perche qui excédait de trois pieds la hauteur des croisées du cabinet. Cette perche paraît être un jeune arbre droit, nouvellement coupé, ainsi que le fait présumer la mousse et les restes d’écorce qui sont encore aur [sic] pied ; le reste, jusqu’à l’extrémité supérieur, était dépouillé de l’écorce et débarrassé de toutes ses aspérités. Une borne qui forme une saillie assez considérable à quelque distance du mur, a servi aux voleurs pour y appuyer la perche, afin qu’elle ne pût glisser ; à l’extrémité supérieure de la perche on a trouvé les restes d’une corde de peu d’épaisseur, mais d’une grande solidité ; probablement des mouffles y étaient attachés au moyen desquels le scélérat qui a commis le vol a pu se hisser ou se faire hisser pas ses complices. A l’endroit où était placée la perche une espèce de bossage formé par les pierres de taille qui font partie du mur, devait encore faciliter au voleur l’exécution de son crime.

Parvenu à la hauteur de la croisée, le voleur a brisé une vitre, et par cette ouverture il s’est introduit entre les deux vitrages. Il a enfoncé alors une vitre de la croisée intérieure, ce qui Ta [sic] mis à portée d’atteindre l’espagnolette. En la levant, il a ouvert les deux croisées, et il est entré dans le cabinet en dérangeant le meuble placé dans l’intérieur devant cette croisée.

Une portion assez considérable de poix-résine, enveloppée dans les feuilles d’une pièce de théâtre que le voleur avait laissée dans l’intérieur du cabinet, fait voir que, pour ne pas se trahir en enfonçant les vitres, il doit certainement s’être servi d’une planchette enduite de poix-résine qu’il aura appliquée sur les vitres, à laquelle les fragmens de verre ont adhéré. Li [sic] paraît que c’est encore par ce même moyen qu’il a enfoncé la vitre de la grande armoire, d’où il a enlevé les huit objets précieux dont on joint ici la note.

La police est à la poursuite des criminels ; elle y met toute l’activite possible, et on a lieu de croire qu’elle parviendra à retrouver les objets enlevés et à se saisir des voleurs.

Ce vol est d’ailleurs de nature à ne pas pouvoir être enséveli [sic] dans l’obscurité. Il faut nécessairement que les objets enlevés soient un jour découverts. La grande sardonyx qui représente l’apothéose d’Auguste, ainsi que le beau vase orné de bas-reliefs, relatifs aux mystères de Bacchus et de Cérès, sont connus de tous les antiquaires, de tons les amateurs, dans toutes les parties de l’Europe, comme appartenant à la France depuis une longue suite de siècles. L’une et l’autre ont été gravés dans plusieurs ouvrages.

Aucun établissement en Europe ne voudra se déshonorer au point de devenir complice des voleurs, en leur achetant les objets dont nous parlons. Aucun particulier ne voudra s’exposer à les acquérir ; ear [sic] dès qu’on les découvrirait chez lui on serait fondé à croire ou qu’il a provoqué le vol, en soudoyant les misérables qui lui auraient servi d’instrument, ou du moins qu’il en est devenu le recéleur.

Etat des objets enlevés au cabinet des Antiques de la Bibliothèque nationale, le 27 pluviôse an 12.

Grande Sardonyx, connue sous le nom d’Agathe de la Sainte-Chapelle, parce quelle a été tirée du trésor de cette église. Elle est composée de quatre couches. Les figures sont disposées sur trois rangées : dans la première on voit Auguste apothéosé avec plusieurs personnages de sa famille ; dans la seconde, Tibère assis, à qui Germanicus rend compte de son expédition contre les Germains, avec plusieurs personnages ; dans la rangée inférieure, des captifs qui indiquent les nations vaincues par Tibère et Germanicus. Cette sardoine onyx a un pied moins quelques lignes de dimension dans son plus grand diamètre ; dix pouces dans sa plus grande largeur ; elle est enchassée dans une espèce de table de vermeil formant reliquaire ; aux quatre coins sont les évangélistes et plusieurs saints peints en émail, avec leurs noms écrits en grec. Sur le champ et autour du reliquaire sont semées des perles, des turquoises, et des verres colorés taillés en pierres précieuses ; sur la plinthe qui lui sert de support, on lit en caractère gothiques : Ce camaieu bailla à la sainte chapelle du Palais, Charles le cinquième de ce nom, roi de Francs, qui fut fils du roi Jehan. L’an MICCCLXXIX.

2°. Un vase de sardoine onyx de près de six pouces de hauteur, pouvant contenir trois demi-septiers et demi ancienne mesure de Paris, connu vulgairement sous le nom de vase de Ptolémée ; il est couvert de bas-reliefs qui représentent un grand nombre d’objets relatifs au culte de Cérès et de Bacchus, des vases de différentes formes, des masques, des instrumens de musique, un homme qui porte des flambeaux, une panthère buvant du vin dans un vase renversé, des paniers, un hermès de Priape, la ciste mystique d’où sort un serpent ; ce vase est porté sur un pied de vermeil destiné à l’exhausser : ce pied est orné de pierres, de perles, de cristaux colorés ; on y lit cette inscription : Hoc vas Christe tibi decavit tertius in Frances regimine Karlus.

3°. Un calice de sardonyx dans une monture de vermeil ; le pied est orné de médaillons en relief, offrant des figures de saints. Ce vase est connu sous le nom de calice de l’abbé Suger.

4°. Un vase de prase fait en forme de cuve, entouré d’une bordure de filet d’or ou de vermeil, dans lesquels il y a des verres colorés en rouge, enchassés.

5°. Deux couvertures d’évangéliaires en vermeil, ornées de croix en émail, et de quelques camées, de perles et de cristaux colorés.

6°. Un dyptique ou grande plaque d’ivoire sculptée en relief.

7°. Un poignard monté en vermeil, la poignée est garnie de deux plaques en coquilles où sont gravées en relief des arabesques. Le fourreau est également orné de camées sur coquilles.

8°. Une couronne d’or, ayant la forme d’un cercle avec des figures de saints, placées sous des arcades, le tout enfoncé clans la matière. Au bas est une inscription latine circulaire, dont toutes les lettres sont en relief et émaillées. Cette inscription latine indique que cette couronne est celle d’Agilufus, roi des Lombards, vers 600.

Gazette nationale ou le Moniteur universel, 21 février 1804, n° 151, p. [1]. Disponible sur Internet, url : <https://www.retronews.fr/journal/gazette-nationale-ou-le-moniteur-universel/21-fevrier-1804/149/1263193/1>.

Cette information est ensuite reprise — à l’identique ou abrégée — dans les journaux d’information générale et politique, comme par exemple dans le Journal des débats et des décrets1



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 16 janvier). Feuilleton du vol de 1804 : « Dans la nuit du 26 au 27 pluviôse », Gazette nationale, mardi, 1er ventôse an 12 de la République. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3uc

  1. Journal des débats et des décrets, 22 février 1804, p. [1]-2. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k417187p/f1>. []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search