Feuilleton du vol de 1804 : Récit d’Aubin-Louis Millin, 1819

En 1819, Alexandre-Jules-Antoine Fauris de Saint-Vincens (1750-1819) réunit dans une publication la Correspondance inédite de Peiresc1 publiée dans les Annales encyclopédiques de Millin2. L’édition comprend des « Observations de M. Millin sur le Camée dont il vient d’être question », c’est-à-dire l’agate de la Sainte-Chapelle qui a été volée en 1804 et retrouvée en 1806, mutilée de sa monture.

C’est ce témoignage du conservateur au Cabinet des Antiques de la Bibliothèque nationale, Aubin-Louis Millin (1759-1818), que nous transcrivons ci-après, en respectant l’orthographe de l’époque. Les notes de notre fait sont entre crochets carrés ([]) comme les coquilles signalées d’un [sic].

OBSERVATIONS de M. MILLIN sur le Camée dont il vient d’être question.

Après avoir publié les lettres intéressantes de Peiresc et d’Aléandre, sur l’agate de la Sainte-Chapelle, telles que mon savant confrère, M. le Président de St.-Vincens, me les a communiquées, j’ai exposé les différentes opinions auxquelles ce monument a donné lieu depuis l’explication qu’en a donnée le célèbre Peiresc jusqu’à l’époque de la révolution. Je vais terminer l’histoire de ce monument, qui est incontestablement le plus beau et le plus précieux de ce genre qui existe au monde.
Lorsque les maisons religieuses, les abbayes, les chapelles, qu’on jugea inutiles pour le culte, au commencement de la révolution, furent détruites, la Sainte-Chapelle royale du Palais de justice éprouva le même sort, et on plaça dans les divers dépôts de la Bibliothèque du Roi les monumens de l’art que cette chapelle renfermait. Le grand camée excita l’attention du public ; et l’admiration que causa ce monument éveilla aussi la cupidité. Quelques misérables formèrent le projet de s’en emparer et y réussirent. L’histoire de ce vol tient à celle du monument, et ces détails méritent d’être consignés ici.
Un voleur, nommé Charlier, avait conçu depuis long-temps le projet de faire un grand coup dans le Cabinet des médailles ; il vint pendant plusieurs mois visiter le Cabinet les jours où il est ouvert au public. Il voulut d’abord y faire une explosion avec un petit baril de poudre, et profiter du désordre qui en serait la suite, pour commettre son crime.
Mais prévoyant combien une pareille entreprise serait dangereuse pour lui-même, il résolut d’enlever par escalade les objets précieux dont il désirait s’emparer. Il vit bien qu’il ne suffirait pas lui seul pour consommer ce crime ; il s’engagea dans la garde de Paris pour trouver un complice, et il réussit ; il fit en outre entrer dans ce complot un cocher de place ; celui-ci attacha sous sa voiture une écoperche qu’il enleva furtivement de l’échafaud d’une maison qu’on bâtissait rue de Pologne, et la transporta ainsi à l’endroit où l’escalade devait avoir lieu ; un clou fut fixé à son extrémité ; on y attacha une corde à nœuds, et on la dressa contre le mur de l’arcade Colbert. Lorsque Charlier eut pris toutes les mesures nécessaires pour monter, une patrouille survint ; son compagnon lui fit signe, et tous deux se placèrent contre le mur comme pour satisfaire un besoin naturel. La patrouille passa sans rien soupçonner, et Charlier monta après avoir mis un cadenas à la porte du corps-de-garde des pompiers qui est sous l’arcade, afin d’avoir le temps de se sauver s’il prenait fantaisie à quelqu’un d’eux de sortir. Pendant que celui-ci enfonçait les vitres qu’il avait garnies de poix pour empêcher les morceaux de tomber, le fiacre fit quelques tours avec sa voiture, et détourna l’attention des voisins. Le vol fut consommé, et les voleurs se sauvèrent.
L’affaire de Georges [Cadoudal]3 absorbait alors toute l’attention de la police, et le crime de Charlier demeura long-temps inconnu. Celui[-]ci eut même la hardiesse de venir visiter le Cabinet pendant deux mois de suite, presque chaque jour, et de s’amuser aux dépens des Employés, des conjectures qu’ils formaient sur le véritable auteur du vol. Pendant ce temps, Charlier et son complice obtinrent leur congé de la garde de Paris, et alors ils partirent pour la Hollande. Pour déguiser les objets volés, les perles, les pierres précieuses furent déchaussées et les montures dorées furent fondues. Trois pièces d’un assez grand prix, mais de peu d’importance pour l’art, la coupe de l’abbé Suger, un vase de belle sardoine, en forme de nacelle, et long d’environ six pouces, furent vendus à un très-bas prix, à M. Townley4, en Angleterre, où on les avait fait passer dans un buste de plâtre du Laocoon. Charlier n’eut pas dans Amsterdam la même prudence qu’à Paris ; il y voulut vendre les objets qu’il avait volés, et il les fit voir comme de grandes curiosités. M. Gohier5, alors consul à Amsterdam, en eut avis ; il reconnut l’agate qu’il avait vue peu de temps avant la dissolution du Directoire, et il s’adressa à l’ambassadeur, M. de Sémonville6, qui fit arrêter les voleurs. Charlier avait volé ses confrères eux-mêmes, et il avait enlevé en secret le vase d’onyx connu sous le nom de coupe de Ptolémée ; il promit d’indiquer le lieu où il était, si on voulait lui promettre sa grâce et une récompense de vingt mille francs. Comme on ne voulut point lui accorder sa demande, il exigea huit mille francs et sa délivrance ; mais le gouvernement ne crut pas devoir entrer dans aucun accommodement avec lui. Pour savoir la vérité, on enferma avec Charlier un mouton, c’est-à-dire, un de ces espions, qui feignent de prendre intérêt au sort d’un camarade, et lui arrachent ainsi son secret. Ce moyen réussit, et Charlier avoua qu’il avait enterré la coupe dans le jardin de sa mère, situé aux environs de Rocroi, traça le plan du jardin, et désigna la place où l’on trouverait la coupe ; un agent de la police, accompagné de M. Mionnet7, premier Employé du Cabinet des antiques, s’y rendirent, et après avoir creusé pendant cinq quarts-d’heure, on découvrit plusieurs baguettes de bois, horizontalement posées, sous lesquelles était l’objet de ces recherches, c’est-à-dire, le vase dit de Ptolémée : ce vase est rentré au Cabinet ; le grand camée a été renvoyé à Paris et réintégré dans sa place ; le pied d’or du vase de Ptolémée, celui de la coupe de l’abbé Suger, et le cadre d’or du grand camée ont été fondus.
Lorsque ce précieux monument fut rendu, il avait donc été privé de sa monture dont j’ai donné déjà la description (p. 74 et 80), et mon collègue et moi résolûmes d’en faire faire une autre. Il aurait été bien d’imiter l’ancienne, mais on n’en conservait pas de dessins ; il fallut donc se borner à l’ajuster dans un cadre moderne dont les accessoires répondissent au sujet. M. Aug. Delafontaine8, jeune élève de M. David, qui s’était déjà distingué dans la peinture avant de prendre l’état de fondeur qu’exerçait dignement son père, a donné le dessin et fut chargé de l’exécution ; c’est plutôt pour représenter ce nouveau cadre, que la pierre qui était déjà figurée en grand dans tant d’ouvrages, que je fis faire la gravure ci-jointe.
L’encadrement qui porte le camée est accompagné de deux pilastres ornés de trophées qui sortent en arabesques de la tête de deux victoires, et qui sont composés d’armes de Daces, de Marcomans, de Parthes, comme il y en a sur la colonne Trajane. Ces pilastres supportent une frise décorée de cornes d’abondance, de couronnes et, au milieu, de l’aigle romaine, posée sur un foudre. Le fronton qui couronne le tout a, dans son tympan, le buste de Rome, dans un médaillon entouré d’une couronne, et porté par des victoires. La base sur laquelle pose le cadre a pour embellissement la louve allaitant les jumeaux, entre des timons, des proues et des rostres de navires. Le socle est composé de griffons qui sont dorés, ainsi que tous les ornemens qui se détachent sur la teinte verdâtre du bronze.
Dès que cette gravure fut faite, je l’adressai à mon ami, M. Boettiger9, à Dresde, qui en donna aussitôt une description dans le curieux journal intitulé : Londres et Paris10. Voici l’abrégé de son opinion :
Il désigne le sujet par ces seuls mots : La famille de Tibère ; il voit dans les figures assises sur un trône, au milieu du camée, l’empereur Tibère et sa mère Livie, et il y reconnaît l’entrée triomphale de Germanicus dans la famille impériale. L’homme en costume de guerrier est, selon ce savant archæologue, Germanicus revenant de l’Allemagne, et la femme qu’on voit à son côté est sa mère Antonia, prête à lui ôter le casque, témoignage d’intérêt qu’il refuse, parce qu’il reste encore beaucoup d’ennemis à combattre. La femme qui est derrière lui, appuyée sur un bouclier, doit être son épouse Agrippine, et l’enfant qui l’accompagne est Caligula son fils.
Dans les figures qui sont au côté opposé, derrière Livie, ce savant croit reconnaître Drusus, fils de Tibère, et Livie son épouse, sœur de Germanicus. Une petite figure assise au pied de Livie est l’Arménie, qui supplie qu’on vienne à son secours contre les dévastations des Parthes. Les figures que nous venons d’indiquer sont regardées par M. Boettiger comme formant une scène absolument séparée, ayant lieu dans le palais.
La scène sur la ligne supérieure lui paraît être l’Olympe, et la figure voilée qui en occupe le milieu est, selon lui, Quirinus ; opinion contraire à celle de beaucoup d’autres savans qui l’avaient prise pour Jupiter, ou Vénus Génitrix, tige de la famille Julia. Un homme monté sur Pégase est, dit-il, Auguste, à qui Enée présente un globe, symbole de la domination de la Terre. Vis-à-vis se trouve Jules-César, vêtu d’une cuirasse, prêt à accueillir son fils adoptif.
Le groupe qu’on voit sous le trône, au rang inférieur, n’est pas expliqué en détail. M. Boettiger y reconnaît des peuples subjugués qui se courbent servilement dans la poussière.

Millin, Aubin-Louis (1759-1818), « Observations de M. Millin sur le Camée dont il vient d’être question », dans : Peiresc, Nicolas-Claude Fabri (1580-1637 ; seigneur de) ; Fauris de Saint-Vincens, Alexandre-Jules-Antoine (1750-1819) (éd.), Correspondance inédite de Peiresc avec Jérôme Aléandre, etc., Paris : impr. Porthmann, 1819, p. 109-112. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97652754/f112.item>.

Notes



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 22 janvier). Feuilleton du vol de 1804 : Récit d’Aubin-Louis Millin, 1819. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3ul

  1. Peiresc, Nicolas-Claude Fabri (1580-1637 ; seigneur de) ; Fauris de Saint-Vincens, Alexandre-Jules-Antoine (1750-1819) (éd.), Correspondance inédite de Peiresc avec Jérôme Aléandre, etc., Paris : impr. Porthmann, 1819, 1 vol. (116 p.) : planche ; in-8°. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97652754>. Voir aussi : Adkins, G. Matthew, « The Renaissance of Peiresc: Aubin-Louis Millin and the Postrevolutionary Republic of Letters », Isis, 2008, vol. 99, n° 4, p. 675-700. []
  2. Millin, Aubin-Louis (1759-1818), « Correspondance de Peiresc avec quelques savans, sur le célèbre Camée connu sous le nom d’Agate de la Sainte-Chapelle », Annales encyclopédiques : bibliothèque illustrée des lettres, des arts et des sciences…, 1818, février, tome 1, p. [193]-233. []
  3. [Georges Cadoudal (1771-1804) ] fut guillotiné le 25 juin 1804 à Paris après avoir fomenté, avec le soutien des généraux Jean-Charles Pichegru et Jean Victor Marie Moreau, un ultime complot contre le Premier Consul.] []
  4. [Charles Townley ou Towneley (1737-1805).] []
  5. [Louis-Jérôme Gohier (1746-1830), consul de France à Amsterdam de 1799 à 1810.] []
  6. [Charles-Louis Huguet de Sémonville (1759-1839), ministre plénipotentiaire et ambassadeur extraordinaire à La Haye, de 1799 au 1er février 1805.] []
  7. [Théodore-Edme Mionnet (1770-1842), conservateur-adjoint du « cabinet des antiques de la bibliothèque du roi », fait chevalier de la Légion d’Honneur en 1814. Voir son dossier dans la base Léonore, url : <https://www.leonore.archives-nationales.culture.gouv.fr/ui/notice/265100>. Il est élu à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1830.] []
  8. [Auguste-Maximilien Delafontaine (1813-1892) qui dirigea avec Pierre-Maximilien Delafontaine (1774-1860), la maison Delafontaine, fondée au XVIIIe siècle par Jean-Baptsiste Delafontaine (1750-1820).] []
  9. [Karl August Böttiger (1760-1835) qui échangea une correspondance avec le Conservateur au département des médailles et des antiques à la Bibliothèque royale Raoul-Rochette (1790-1854) : Böttiger, Karl August (1760-1835), Briefwechsel mit Désiré Raoul-Rochette, Berlin : Akademie Verlag Berlin, 2018, 1 vol. (XIX-848 p.).] []
  10. London und Paris, 1807. Achtes Stück, pag. 297. [La référence exacte est : Böttiger, Karl August (1760-1835), « Die Familie des Tiberius auf einem Onyxcameo in der kaiserl[ishe]. Nationalbibliothek zu Paris. (Zur Erklärung des XVIII. Kupfertafel.) », London und Paris, 1807, 20. Band, Achtes Stück, p. [296]-319. Disponible sur Internet, url : <http://ds.ub.uni-bielefeld.de/viewer/fullscreen/2238505_020/312/>. L’étude fut republiée dans : Böttiger, Karl August (1760-1835), « XVII. Die Familie des Tiberius auf einem Onyxcameo zu Paris », dans : Böttiger, Karl August (1760-1835), C. A. Böttiger’s Kleine Schriften archäologischen und antiquarischen Inhalts, Dresden und Leipzig : Arnold, 1838, 2. Band, p. [292]-305. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/bub_gb_CPYPAAAAYAAJ/page/n303>.] []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search