Cycle annuel de conférences « De la fouille à l’écriture de l’histoire »

En écho aux 20 ans de la loi du 17 janvier 20011 relative à l’archéologie préventive et aux 20 ans de la création de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), la BnF consacre son cycle annuel de conférences « De la fouille à l’écriture de l’histoire » à l’archéologie de la France.

Des sociétés savantes à vocation locale et nationale au début du XIXe siècle à la loi de 2001, l’archéologie de la France s’est professionnalisée et spécialisée. Tandis que pour la période la plus longue de notre histoire (le Paléolithique), l’archéologie est la seule source de connaissances, pour les autres périodes, elle vient compléter le dossier historique (écrits, archives, photographies, témoignages) plus ou moins fourni selon les époques. Depuis ces vingt dernières années, l’archéologie de la France s’est intensifiée, s’ouvrant à toutes les périodes et s’étendant aux territoires d’outre-mer français. Cette masse de données archéologiques permet désormais de renouveler profondément l’histoire de l’espace qu’est aujourd’hui la France (Hexagone et Outre-Mer) et son historiographie.

Au fil de sept conférences, de Néandertal aux vestiges matériels des Années folles, archéologues et historiens présenteront l’état actuel des connaissances sur une période ou sur une thématique à partir des travaux et découvertes archéologiques les plus récents et montreront comment l’archéologie se pratique en France.

Programme

11 janvier : 300 000 ans de Néandertal en France

L’homme de Néandertal a vécu près de 350 000 ans en Eurasie et a connu des variations climatiques intenses, du froid extrême à des températures parfois supérieures à celles actuellement connues en France. Comment s’est-il adapté à ces modifications climatiques et à leurs conséquences sur la flore, la faune et les paysages ? Quelles cultures a-t-il développé ? D’où venait-il ? Et comment expliquer une disparition assez rapide de ce lointain cousin ?

Par Pascal Depaepe, archéologue, directeur régional Hauts-de-France de l’Inrap

Reconstitution de la vie quotidienne d'un groupe néandertalien à partir des fouilles effectuées en 2000 dans l'abri moustérien de « La Folie » (Poitiers, Vienne, Nouvelle-Aquitaine) - © Pascale Galibert, Inrap
Reconstitution de la vie quotidienne d’un groupe néandertalien à partir des fouilles effectuées en 2000 dans l’abri moustérien de « La Folie » (Poitiers, Vienne, Nouvelle-Aquitaine) © Pascale Galibert, Inrap

Entrée gratuite – Réservation conseillée, url : <https://bnf.tickeasy.com/fr-FR/produit?Famille=2234654848040400549>.

Cet événement sera diffusé sur notre chaîne Youtube et sur cette page le 11 janvier à 18 h 30.

1er février : On ne naît pas Gaulois on le devient : les données de l’archéologie

Depuis quelques décennies, la recherche archéologique de terrain a permis de préciser sensiblement la nature des Gaulois dont la connaissance reposait surtout sur des bribes de textes anciens (dont la Guerre des Gaules de César), et l’image imposée et transmise par le « roman national ».

D’inédites « archives du sol » sont recueillies lors des nombreuses fouilles réalisées sur des sites patrimoniaux comme Alésia, Bibracte, Gergovie, Glanum, Lattes ou Vix mais aussi lors des très nombreuses opérations d’archéologie préventive réalisées sur des gisements menacés par l’aménagement du territoire. Ce sont là des centaines de sites explorés chaque année, autant de laboratoires de recherche à ciel ouvert et de « bibliothèques » inédites, qui nourrissent la recherche et permettent de mieux appréhender la civilisation celtique.

Cette conférence se propose de dresser un portrait actualisé des Gaulois au travers de la construction de leur territoire, l’affirmation de leur identité, la diversité de leurs cultures, leur organisation économique et sociale, la perception de leurs religions mais aussi de leurs rapports contrastés avec les sociétés méditerranéennes (Étrusques, Grecs et Romains).

Par Dominique Garcia, professeur des Universités, président de l’Inrap

Applique de l'anse du chaudron de Lavau - Ve s. av. J.-C. - © photo Denis Gliksman
Applique de l’anse du chaudron de Lavau – Ve s. av. J.-C. © photo Denis Gliksman

Entrée gratuite – Réservation conseillée, url : <https://bnf.tickeasy.com/fr-FR/produit?Famille=2235048729440400032>.

8 mars : Archéologie de la présence juive en France

Depuis le XIXe siècle, les archéologues exhument des traces matérielles de la présence juive en France (synagogues, bains rituels, rues, cimetières, graffitis, parchemins). Dans les années 1990, le développement de l’archéologie préventive a permis de mettre au jour un patrimoine nouveau éclairant cette présence juive de l’Antiquité à nos jours. Ces vestiges enrichissent la connaissance des innombrables juiveries que comptait le royaume avant les expulsions médiévales, illustrent la vie des communautés qui subsistent (Alsace, Avignon, Comtat Venaissin) ou se reconstituent au XVIe siècle (côte aquitaine, Lorraine), et apportent des données originales sur les juifs de France de l’Émancipation au XXe siècle, contribuant à donner une visibilité nouvelle à cette « tache aveugle » dans le récit national.

Par Paul Salmona, directeur du musée d’art et d’histoire du judaïsme (Paris), auteur d’Archéologie du judaïsme en France (La Découverte-Inrap, 2021)

Mise au jour à Arles en 2009 du sarcophage de Pompeia Iudea et Cossotius Eutycles - © Alain Genot, musée Arles antique
Mise au jour à Arles en 2009 du sarcophage de Pompeia Iudea et Cossotius Eutycles © Alain Genot, musée Arles antique

29 mars : Archéologie parisienne : 170 ans de découvertes

Théodore Vacquer a été le pionnier de l’archéologie parisienne grâce à une observation systématique des découvertes engendrées par les travaux haussmanniens. En 1897, quelques mois avant sa mort, et prenant ainsi symboliquement le relai d’une œuvre capitale, est instituée au sein de la Préfecture de la Seine la Commission du Vieux Paris qui assurera durant plus de 100 ans un suivi des chantiers archéologiques. À partir des années 1960, les grandes opérations en contexte urbain, les fouilles du Grand Louvre à Paris, ont profondément modifié la pratique de l’archéologie des villes. Depuis 2001, l’archéologie préventive, encadrée par le code du patrimoine, s’est largement professionnalisée.

Comment s’est constituée notre connaissance des origines de Paris ? En quoi consiste l’activité d’un service de collectivité ? Quels sont les grands enjeux de l’archéologie urbaine aujourd’hui ? Telles sont les questions qui seront posées au cours de cette séance.

Par Julien Avinain, chef du pôle Archéologie de la Ville de Paris

Extrait de la nouvelle carte archéologique de Paris mise en ligne en 2019 © DHAAP / Ville de Paris
Extrait de la nouvelle carte archéologique de Paris mise en ligne en 2019 © DHAAP / Ville de Paris

Carte archéologique de Paris, url : <https://fnp.huma-num.fr/adws/app/3298f631-53ea-11eb-91f3-dfc85aa511ba/>.

5 avril : Le premier Moyen Âge en France (Ve-XIe siècles) : nouvel éclairage au prisme de l’archéologie

Au plus près d’une documentation renouvelée par plusieurs décennies de recherches, l’archéologie bouleverse notre connaissance du Moyen Âge, ce long millénaire qui s’étend entre le Ve et le XVe siècle. Loin d’être une simple période de transition entre l’Antiquité et la Renaissance, le Moyen Âge se révèle désormais inventif et riche en diversité. C’est particulièrement le cas des cinq premiers siècles de la période. Des pans entiers jusque-là ignorés émergent des soi-disant « Âges sombres » : des espaces ruraux dynamiques, des nouveaux rites funéraires, une fusion d’héritages culturels et d’apports nouveaux, des paysages aménagés, et même des sociétés au cœur de changements environnementaux.

Par Isabelle Catteddu, archéologue altomédiéviste à l’Inrap, docteure de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Sépulture de la nécropole d'Evrecy (Calvados) datée des Ve, VIe siècles. Fouille A.Thomann, Inrap © Inrap
Sépulture de la nécropole d’Evrecy (Calvados) datée des Ve, VIe siècles. Fouille A.Thomann, Inrap © Inrap

10 mai : Archéologie de la France des Années folles : histoires de poubelles

À Vénissieux (Rhône), une fouille archéologique menée par une équipe de l’Inrap en 2015, a mis au jour un vaste dépotoir daté des années 1927-1930 comblant le fossé d’une fortification de la fin du XIXe siècle. Les rejets témoignent d’un tri sélectif des déchets, en lien avec les méthodes mises en œuvre à la fin du XIXe siècle à Lyon et préconisées par les hygiénistes. Les milliers objets exhumés dans le dépotoir sont l’illustration de la vie domestique (cuisine, alimentation, boisson, manières de table, jeu, hygiène, santé…), artistique (Art-Déco, Japonisme), spirituelle (piété et culte domestique), commerciale (brasseries lyonnaises, restaurants, pharmacies…) ou économique (commerce et industrie).

L’étude de cet ensemble singulier permet d’avoir une approche à la fois sociale, culturelle et économique d’une société de consommation en plein développement. Ils constituent de véritables morceaux choisis du quotidien en Lyonnais pendant, notamment, les Années folles.

Par Alban Horry, ingénieur chargé de recherches à l’Inrap, céramologue médiéviste et moderniste

Objets issus de la fouille d’un dépotoir (1927-1930) à Vénissieux en 2005 © INRAP
Objets issus de la fouille d’un dépotoir (1927-1930) à Vénissieux en 2005 © INRAP

14 juin : Archéologie de la France d’outre-mer : Îlet à Guillaume, un pénitencier agricole pour enfants à La Réunion

Le plateau d’Îlet à Guillaume abrite les vestiges d’une colonie pénitentiaire fondée en 1864 par la congrégation du Saint-Esprit et qui a fonctionné durant 15 ans. Ce plateau de 5 hectares est isolé de la ville de Saint-Denis et se situe à 700 m d’altitude dans le bras de la rivière de Saint-Denis.

À la demande du département de La Réunion, en 2020 et 2022, l’Inrap a été missionné pour une étude historique, archéologique et environnementale de ce site inscrit au titre des Monuments historiques depuis 2008. Cette conférence montrera comment l’archéologie permet de compléter le dossier historique (plans, photographies, archives) de ce site mémoriel et comment de façon plus générale elle peut contribuer à l’histoire des maisons de correction de la deuxième moitié du XIXe siècle en France.

Par Vincent Miaihle, archéologue topographe à l’Inrap, et Véronique Blanchard, historienne, spécialiste de la justice des adolescents des XIXe-XXe siècles, responsable du Centre d’exposition historique Enfants en justice de l’École nationale de protection judiciaire de la jeunesse

Vestiges du pénitencier d’Îlet à Guillaume (La Réunion) © INRAP
Vestiges du pénitencier d’Îlet à Guillaume (La Réunion) © INRAP

Informations pratiques



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 4 janvier). Cycle annuel de conférences « De la fouille à l’écriture de l’histoire ». Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3u3

  1. Loi du 17 janvier 2001, url : <https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000000221337>. []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search