À voix haute : lecture de manuscrits à la BnF

Des comédiens et comédiennes de la Comédie-Française donnent vie à des textes dont les manuscrits sont conservés à la BnF et exposés pour l’occasion. Cette année, Marcel Proust, Simone Weil, Annie Ernaux, Samuel Beckett et Colette sont à l’honneur.

Du 21 janvier au 15 mai, le cycle « À voix haute » a pour ambition de faire connaître les collections de manuscrits conservés à la BnF. Le département des Manuscrits conserve en effet la plus importante collection au monde de manuscrits médiévaux, modernes et contemporains, parmi lesquels le Papyrus Prisse, l’un des plus anciens livres connus (1900 av. J.-C.) et plus de 10 000 livres enluminés médiévaux, dont environ 1 500 manuscrits antérieurs à l’an 1000. Le fonds de littérature moderne et contemporaine rassemble des manuscrits autographes de Casanova, Hugo, Flaubert, Zola, Proust, Colette, Sartre, Nathalie Sarraute, jusqu’aux acquisitions ou dons récents, comme ceux des manuscrits d’Édouard Glissant ou de Pascal Quignard, ainsi que ceux d’auteurs contemporains de science-fiction et de littérature policière.

Les départements des Arts du spectacle, de la Musique, des Cartes et plans, des Estampes et de la photographie conservent également de nombreux textes manuscrits : correspondances, partitions, brouillons, carnets, scénarios, etc. Des manuscrits de Bach, Beethoven, Rameau, Mozart, Berlioz, des correspondances de Félix Nadar ou les récentes acquisitions d’un cahier de Jacques Brel préparatoire à Amsterdam et des planches scénaristiques du Déjeuner sur l’herbe et d’Une Partie de campagne de Prévert figurent parmi les pièces manuscrites de ces collections.

Programme

21 janvier : Lecture de Marcel Proust

Didier Sandre, comédien de la Comédie-Française, lit des extraits du Temps retrouvé et d’À la recherche du temps perdu de Marcel Proust.

De la scène initiale de Combray à la fin du Temps retrouvé en passant par la lecture de la plus longue phrase d’À la recherche du temps perdu, cette lecture de Proust pour la Nuit de la lecture 2023 s’éclaire d’un choix de lettres mettant en perspective « la fabrique de l’œuvre », selon le titre de l’exposition que la BnF consacre à l’écrivain jusqu’au 22 janvier.

Par Didier Sandre de la Comédie-Française

Épreuves d’À la recherche du temps perdu de Marcel Proust - BnF, département des Manuscrits
Épreuves d’À la recherche du temps perdu de Marcel Proust – BnF, département des Manuscrits

6 février : Lecture de Simone Weil

À l’occasion de l’anniversaire du décès de la philosophe Simone Weil (1909-1943), la BnF invite, Clotilde de Bayser, de la Comédie-Française, à lire des extraits du La Personne et le Sacré.

Rédigé quelques mois avant le décès de Simone Weil durant son exil à Londres, La Personne et le Sacré est un condensé des réflexions d’une vie, l’aboutissement d’une pensée extraordinairement lucide.

Par Clotilde de Bayser de la Comédie- Française

Simone Weil
Ancienne élève d’Alain (1868-1951), normalienne, elle est agrégée de philosophie en 1931. Soutenant les luttes ouvrières, elle entre à l’usine en 1934 à Boulogne-Billancourt durant un an. Cette expérience la conduit à une critique du travail aliéné et de la technique. En 1936 elle s’engage durant quelques mois dans la guerre d’Espagne aux côtés de combattants anarchistes. En 1942 elle rejoint la France libre à Londres, où elle occupe un poste de rédactrice au Commissariat national à l’intérieur (CNI). Atteinte de tuberculose et sous-alimentée, elle meurt au sanatorium d’Ashford à l’âge de 34 ans. 
Les œuvres de Simone Weil qui ont été publiées après sa mort ne sont pas encore tombées dans le domaine public.

Carte de lectrice de Simone Weil, agrégée de philosophie - 1939 - BnF, Archives administratives de la Bibliothèque
Carte de lectrice de Simone Weil, agrégée de philosophie – 1939 – BnF, Archives administratives de la Bibliothèque

6 mars : Lecture d’Annie Ernaux, prix Nobel de littérature

Françoise Gillard de la Comédie-Française, lit des extraits des Armoires vides d’Annie Ernaux en sa présence.

Cette lecture des Armoires vides d’Annie Ernaux est l’occasion de redécouvrir le premier livre de cette autrice majeure des lettres françaises. Roman de fiction publié en 1974, il évoque l’avortement qu’elle abordera de manière autobiographique dans L’Événement vingt-cinq ans plus tard.

Par Françoise Gillard de la Comédie- Française, en présence d’Annie Ernaux

Porte salle des manuscrits Richelieu - Emmanuel Nguyen Ngoc / BnF
Porte salle des manuscrits Richelieu – Emmanuel Nguyen Ngoc / BnF

Suite à venir avec des lectures de Samuel Beckett et Colette

Informations pratiques

En partenariat avec la Comédie-Française



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 3 janvier). À voix haute : lecture de manuscrits à la BnF. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3u2

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search