Le père Lefèvre, bouquiniste de la rue Colbert

En juin 1868, le Figaro publiait un article rendant hommage au père Lefèvre, bouquiniste installé sous l’arcade Colbert de la Bibliothèque impériale. C’est cet article que nous retranscrivons ci-après, avec sa coquille signalée d’un [sic] et des notes ajoutées de notre fait.

Sommaire


Le Père Lefèvre

Marcus, « Le Père Lefèvre », Le Figaro, 30 juin 1868, n° 182, p. 2.
Marcus, « Le Père Lefèvre », Le Figaro, 30 juin 1868, n° 182, p. 2.

LE PÈRE LEFEVRE

HISTOIRE DE QUELQUES DOCUMENTS HISTORIQUES
Tout le monde a remarqué, sous l’arcade Colbert, un vieux bouquiniste, salué de tous les gens du quartier, et qui, par tous les temps, en été comme en hiver, monte la faction devant son étalage de livres anciens de toutes les langues et d’autographes de tous les temps. C’est le père Lefèvre, bien connu des savants, des érudits et des hommes de lettres, auxquels il a rendu plus d’un service, sans pour cela s’enrichir, et ce qui est plus méritoire, sans s’en vanter jamais.
Il a aujourd’hui soixante-six ans, le bonhomme Lefèvre. Il a passé toute sa vie à fureter les magasins de vieux papiers, à collectionner des autographes rares ou curieux. Aussi il ne sait plus lui-même le nombre de pièces qu’il possède : il est la providence des auteurs, il leur fournit les renseignements inédits entassés dans son cabinet. Allez le voir, il vous offrira de vous montrer l’inventaire authentique et notarié du trousseau que Catherine de Médicis donna à son fils Charles IX, lorsqu’il se maria, ou bien le registre des dépenses de la maison royale de France, depuis Louis XIV jusqu’à Louis XVI, le devis détaillé des travaux de peinture exécutés par Philippe de Champagne pour le roi, le catalogue de la Bibliothèque de Louis XVIII, le bibliophile, écrit, de la propre main de Sa Majesté.
Bien des pièces curieuses, bien des papiers compromettants ont passé par les mains du père Lefèvre ; il n’a jamais usé de ces hasards, que pour faire rentrer dans les archives publiques les pièces qui en avaient été indûment distraites, ou pour restituer les pièces trop probantes aux personnages qu’elles concernaient. Cette manie qu’il a d’introduire le désintéressement dans le commerce des autographes, ne l’a pas enrichi, et pourtant, il se permet encore de faire par ci par-là des cadeaux : il a offert à S. M. Napoléon III un livre enrichi de notes marginales par la reine Hortense1.
Il y a deux mois, il faisait hommage à l’Académie des Beaux-Arts de lettres patentes de noblesse conférées par Louis XVIII au baron Gros2, et M. Beulé3 lui écrivait pour le remercier, au nom de l’Académie de cet envoi.
Il est chauvin et s’indigne fort contre un amateur de Colmar qui a vendu au roi de Prusse une très curieuse collection de documents sur l’Alsace. Il n’eut pas fait cela lui, le père Lefèvre, qui pendant quatre ans poursuivit un Anglais possesseur de tous les documents authentiques relatifs au séjour de Napoléon Ier à Sainte-Hélène. Il arriva au bout de quatre années de recherches à faire venir chez lui l’Anglais possesseur de ces papiers renfermés dans une énorme caisse. L’anglais voulait vendre ces papiers 3,500 fr. Le père Lefèvre n’avait pas le premier sou de cette grosse somme.
Il voulait cependant éviter à tout prix que ces documents ne retournassent en Angleterre. Il supplia tour à tour M. Letrosne, directeur des archives4, le ministre des affaires étrangères5, le roi Louis-Philippe de les acheter. Tout le monde trouvait ces pièces fort intéressantes, mais personne n’avait de fonds pour en faire l’acquisition. L’Anglais, lassé de ces inutiles efforts, voulut, au bout de huit jours, retourner à Londres. Dans son zèle patriotique, Lefèvre courut chez un de ses protecteurs, M. Delessert, alors préfet de police6, lui raconta l’affaire et le supplia d’empêcher l’Anglais, par quelque moyen de police, de retourner en Angleterre, avant trois jours.
— Donnez-moi encore trois jours, je trouverai un acquéreur, disait-il.
M. Delessert répondit en souriant que, quelque louable que fut l’intention, sa conscience lui interdisait l’emploi de sembables [sic] moyens.
— Eh bien ! monsieur le préfet, s’écria Lefèvre au désespoir, achetez en votre nom ces papiers, je vous rembourserai aussitôt que je le pourrai.
M. Delessert répondit encore que sa modeste fortune l’empêchait de faire cet achat.
Enfin M. Naudet qui dirigeait alors la Bibliothèque impériale7, consentit à donner les 3,500 fr. que demandait l’Anglais8 et enrichit ainsi notre collection nationale de papiers authentiques qui sont, en effet, paraît-il, fort curieux, et qui n’ont pas encore, à notre connaissance du moins, été publiés en entier. Quant à indemniser Lefèvre de ses voyages en Angleterre, de ses peines et du séjour que l’Anglais, avec sa caisse, avait fait chez lui, personne n’y songea. Et pourtant Lefèvre avait refusé 20,000 fr. que lui offrait le directeur du Siècle pour publier ces documents originaux : il craignait qu’on ne dirigeât cette publication dans un sens hostile à la gloire de son héros, Napoléon Ier.
Marcus.

Marcus, « Le Père Lefèvre », Le Figaro, 30 juin 1868, n° 182, p. 2. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2711660/f2>.

Célébrité du milieu des bibliophiles

Le Figaro décrit un père Lefèvre « bien connu des savants, des érudits et des hommes de lettres ». De fait, le bouquiniste ne manque pas d’être cité par les bibliophiles de son temps dont il alimente les bibliothèques ou leur donne des informations tirées de sa propre collection, puisqu’il est la « providence des auteurs, il leur fournit les renseignements inédits entassés dans son cabinet ».

Les années 1830

Le 4 juillet 1868, Lévy acquiert auprès du père Lefèvre un manuscrit allemand de 1572-1573, le Alchamigia : buchlein uuber edtliche hoche Tintura und Brocessen welche zum deill vorshuchdt und befunden worden sindt wie volgett de Hans Happe9, sur lequel il inscrit l’origine de son acquisition : « Acheté chez le Père Lefèvre, Bouquiniste, sous l’arcade Colbert depuis 30 ans à cette place. Paris, le 4. Jt 1868. Levy. »10. Cette inscription de l’un des derniers achats effectués auprès du père Lefèvre, avant que l’étal ne disparaisse avec la destruction de l’arcade Colbert, permet de postuler qu’il y était installé depuis à peu près 1838.

Lefèvre, receleur de Vidocq ?

Cette année 1838, le bouquiniste fait également parler de lui dans une affaire judiciaire où il est impliqué à son corps défendant et dont la presse rend compte : un vol d’autographes au ministère de la guerre.

Dans son édition du 9 mars 1838, le Journal des débats politiques et littéraires publiait les conclusions de l’affaire :

Journal des débats politiques et littéraires, 9 mars 1838, p. [2]

— Dans notre numéro du 30 novembre dernier, nous annoncions l’arrestation de quatre employés du ministère de la guerre, inculpés d’avoir détourné dans les bureaux différens autographes et pièces écrites de la main ou revêtues de la signature de tous les hommes célèbres du Consulat, de l’Empire et de la Restauration. Après une longue et minutieuse, la chambre du conseil vient de rendre une ordonnance qui, dans les termes les plus honorables, déclare qu’il n’y a lieu à suivre contre MM. Pelhaitre, Emile Marchand, Victor Goualle, Jean-Louis David, employés à la guerre, ni contre le sieur Lefebvre, bouquiniste, marchand d’autographes, sous l’arcade Colbert. L’ordonnance de la chambre du conseil ordonne en même temps la restitution des nombreuses et précieuses pièces saisies dans un supplément d’instruction chez MM. Compagnutcci [sic], attaché au Théâtre-Italien, D’Yenni, Mouteaux, François, et chez M. Blaisot, marchand de gravures, passage Vivienne.

Journal des débats politiques et littéraires, 9 mars 1838, p. [2]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k439785t/f2.item>.

Nous n’avons pas retrouvé une telle mention dans le n° du 30 novembre 1837 du Journal des débats politiques et littéraires, ce qui tend à montrer qu’il publiait une dépêche provenant d’un autre périodique. Cela se confirme par la publication identique de la même brève, dans Le Courrier français du 15 mars 183811, avec une référence tout aussi fausse. La Presse du 9 mars 1838 avait publié la même brève mais en indiquant — faussement — avoir annoncé l’affaire dans son « numéro du 29 novembre dernier »12… Le Messager des chambres reprenait l’information mais sans référence à un article préalable13. Seul le journal La Quotidienne source son information quand il publie la brève dans son numéro du 9 mars 183814 indiquant qu’il la tire de la Gazette des Tribunaux.

Le 10 mars 1838, Figaro reprend aussi l’information non sourcée mais sans référence à un article initial :

« Figaro », 10 mars 1838, n° 147, p. [3].

On avait arrêté quatre employés du ministère de la guerre, inculpés d’avoir détourné dans les bureaux différens autographes et pièces écrites de la main ou revêtues de la signature de tous les hommes célèbres du consulat, de l’empire et de la restauration. Après une longue et minutieuse instruction, la chambre du conseil vient de rendre une ordonnance qui, dans les termes les plus honorables, déclare qu’il n’y a lieu à suivre contre MM. Pelhaitre, Emile Marchand, Victor Guoalle, Jean-Louis David, employés à la guerre, ni contre le sieur Lefebvre, bouquiniste marchand d’autographes, sous l’arcade Colbert.
L’ordonnance de la chambre du conseil ordonne en pièces saisies dans un supplément d’instruction chez MM. Compagnucci, attaché au Théâtre-Italien ; d’Yenni, Mouteaux, François, et chez M. Blaisot, marchand de gravures, passage Vivienne.

« Figaro », 10 mars 1838, n° 147, p. [3]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k269004t/f3.item>.

L’affaire fut effectivement signalée dans la Gazette des tribunaux du mercredi 29 novembre 1837, sans citer aucun des inculpés mais en mentionnant l’ancien chef de la « sûreté » François Vidocq (1775-1857) qui venait de faire paraître sa physiologie des voleurs15 :

— Samedi dernier, en vertu d’un mandat décerné par M. le préfet de police, M. Colin, commissaire de police du quartier Montorgueil, assisté du chef du service de sûreté, de deux officiers de paix et de plusieurs agens [sic], a procédé à l’arrestation de quatre employés du ministère de la guerre, inculpés d’avoir détourné dans les bureaux différents pièces importantes.
Par suite de ces arrestations, M. Colin, a fait de minutieuses perquisitions aux domiciles des inculpés. Il a aussi passé la journée du lendemain à faire d’autres perquisitions chez des marchands et brocanteurs signalés comme ayant acheté des inculpés plusieurs liasses de papiers.
Toutes les pièces saisies ont été envoyées eu [sic] parquet de M. le procureur du Roi, et les quatre employés conduits au dépôts [sic] de la préfecture de police. L’un d’eux compte plus de vingt ans de service. Il paraît que ces détournemens [sic] datent de fort loin, et que ces abus pouvaient d’un moment à l’autre compromettre gravement les intérêts de l’Etat.
Il paraît aussi que le nom de Vidocq figure dans cette affaire : on dit à ce sujet que depuis qu’il a quitté la préfecture de police, il n’a jamais cessé d’entretenir des relations secrètes avec la plupart des employés de chaque ministère. Des perquisitions ont été ordonnées dans son domicile.

Gazette des tribunaux, mercredi 29 novembre 1837, n° 3813, p. 94. Disponible sur Internet, url : <http://data.decalog.net/enap1/Liens/Gazette/ENAP_GAZETTE_TRIBUNAUX_18371129.pdf>16.

Le lendemain, la Gazette des tribunaux, revenait sur les perquisitions menées chez François Vidocq :

— Par suite de l’arrestation des quatre employés du ministère de la guerre et des relations qui auraient existé entre eux et le sieur Vidocq, nous avions annoncé, dans la Gazette des Tribunaux d’hier, que des perquisitions avaient dû être faites chez ce dernier. En effet, cette nuit, cinq commissaires de police, au nombre desquels étaient MM. Vassal, Loyeux et Masson, ont procédé à de minutieuses recherches au domicile du sieur Vidocq. A trois heures du matin, les magistrats verbalisaient encore, et leurs investigations ont amené la découverte et la saisie de plus de trois mille cinq cents dossiers. Plus de la moitis sont relatifs aux affaires de la police de sûreté, dont le sieur Vidocq avait, il y a quelques années, la direction. Ces enquêtes préliminaires ont, dit-on, fait connaitre en outre que le sieur Vidocq entretenait des relations avec toutes les administrations publiques.

Gazette des tribunaux, jeudi 30 novembre 1837, n° 3814, p. 99. Disponible sur Internet, url : <http://data.decalog.net/enap1/Liens/Gazette/ENAP_GAZETTE_TRIBUNAUX_18371130.pdf>17.

L’implication de Lefèvre fut évoquée avec l’initiale de son nom, dans le n° du 1er décembre 1837 de la Gazette des tribunaux :

— Aujourd’hui le sieur L…, étalagiste, marchand de gravures, de cartes géographiques et de pièces et écritures autographes, a été arrêté en vertu d’un mandat. Cette arrestation se rattache à celle antérieur de quatre commis d’un ministère de la guerre, qui, sachant que de volumineuses liasses de papiers allaient être livrées à la vente, y avaient opéré un triage de toutes les pièces portant des annotations, des observations ou des signatures de personnages célèbres de la République, de l’Empire, de la Restauration et même de la dynastie actuelle.
Au reste, l’arrestation des quatre employés du ministère de la guerre, que l’on avait cru d’abord se rattacher à la saisie des papier de l’agence du sieur Vidocq, s’y trouve tout-à-fait étrangère, et sur le dépôt du cautionnement autorisé par la loi tous quatre ont été mis ce matin en liberté.

Gazette des tribunaux, vendredi 1er décembre 1837, n° 3815, p. 104. Disponible sur Internet, url : <http://data.decalog.net/enap1/Liens/Gazette/ENAP_GAZETTE_TRIBUNAUX_18371201.pdf>18.

Grâce à cet article, nous apprenons tout ce que le Père Lefèvre pouvait vendre en son étal : sans doute des ouvrages mais aussi des gravures, des cartes géographiques et des « pièces et écritures autographes ».

L’évocation de Vidocq semble avoir ajouté du sel à l’affaire. Le 2 décembre 1837, la Gazette des tribunaux revient sur son cas :

— C’est à tort que plusieurs journaux ont annoncé que le sieur Vidocq avait été arrêté : ce célèbre personnage se promenait fort librement aujourd’hui dans le Palais-de-Justice.

Gazette des tribunaux, 2 décembre 1837, n° 3816, p. 110. Disponible sur Internet, url : <http://data.decalog.net/enap1/Liens/Gazette/ENAP_GAZETTE_TRIBUNAUX_18371202.pdf>.

François Vidocq fut incarcéré à la prison de Sainte Pélagie le 19 décembre 1837 et relaxé le 3 mars 1838.

Les années 1840

L’historien de la littérature Louis Jean Nicolas Monmerqué (1780-1860) se fournit chez le père Lefèvre auprès duquel il acquit un manuscrit copiant 14 lettres de Madame de Sévigné, la Copie Amelot19. Les éditeurs de l’édition des lettres, préparée par Monmerqué mais qui parut après sa mort, indiquent du manuscrit, qu’ « Il a été trouvé et acheté en 1847 par M. Monmerqué chez le libraire étalagiste Lefèvre, sous l’arcade Colbert. »

Les années 1850

Le célèbre Bibliophile Jacob, soit le conservateur à la Bibliothèque de l’Arsenal (de 1855 à 1884), Paul Lacroix (1806-1884), n’a pas manqué de recourir aux services du père Lefèvre, qu’il décrit en ces termes :

M. Lefèvre, libraire, marchand d’autographes, qui a découvert et sauvé tant de papiers précieux pour l’histoire des arts […].

Lacroix, Paul (1806-1884), « Documents inédits sur les artistes français III. Devis des peintures de Philippe de Champagne, aux Carmélites de Paris », Revue universelle des arts, 1855, t. 1, p. [434]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5415555g/f445>.

Dans son Dictionnaire de pièces autographes volées aux bibliothèques publiques de la France, Ludovic Lalanne (1815-1898) cite le père Lefèvre pour indiquer qu’il semblait posséder un feuillet autographe d’un carnet de Léonard de Vinci, après qu’il ait été vendu aux enchères en 1847 :

Le seul autographe authentique de Léonard de VinciUn autre feuillet a figuré sur le catalogue de la vente de M. Garnier, juge à Melle, en 1847. Les amateurs avaient des doutes sur l’authenticité de cette pièce, car elle n’a été adjugée qu’au prix de 15 francs. Nous l’avons vue chez M. Lefèvre, libraire de l’arcade Colbert, et nous nous sommes assurés qu’elle ne provenait pas des manuscrits de Léonard de Vinci conservés à la bibliothèque de l’Institut. qui ait passé dans une vente publique à Paris a figuré sur le catalogue de la vente faite par M. Libri le 8 décembre 1845 (n° 295),

Lalanne, Ludovic (1815-1898) ; Bordier, Henri-Léonard (1817-1888), Dictionnaire de pièces autographes volées aux bibliothèques publiques de la France ; précédé d’observations sur le commerce des autographes, Paris : Panckoucke, 1851, p. 265. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k204173b/f264>.

Les années 1860

De 1859 à 1875, l’éditeur E. Dentu fait paraître 10 fascicules, rédigés par les frères Goncourt, tirés à 200 exemplaires, intitulés Le dix-huitième siècle puis L’Art du dix-huitième siècle. Ces fascicules forment l’édition originale d’articles initialement parus à partir de 1856 dans les revues L’Artiste et La Gazette des beaux-arts. Les frères Goncourt ambitionnaient de concevoir un livre de biographies sur l’art du XVIIIe siècle, faisant paraître chaque année une monographie sur un artiste ou une famille d’artiste de ce siècle tant chéri par les frères. La publication se voulait ambitieuse mais seulement 13 biographies furent publiées20.

En 1860 paraissait le volume consacré à Watteau21, dans lequel les frères Goncourt mentionnaient leur découverte d’un manuscrit relatant la vie d’Antoine Watteau, due au comte de Caylus, lue à l’Académie de peinture et de sculpture le 3 février 174822. Le manuscrit fut acquis auprès d’un libraire qu’ils ne nomment pas, mais qui se trouvait être le père Lefèvre :

L’autre jour, chez un libraire, le haſard nous a mis la main ſur un manuſcrit contenant cette infiniment précieuſe vie d’Antoine Watteau par M. de Caylus, certifiée par le ſecrétaire de l’Académie Lépicié. C’eſt cette vie que nous donnons ici textuellement & intégralement pour la première fois au public, proteſtant d’avance contre les ſévérités & les préjugés de l’ancien ami du peintre.

Goncourt, Edmond de (1822-1896) ; Goncourt, Jules de (1830-1870), Watteau : étude contenant quatre dessins gravés à l’eau-forte, Paris : E. Dentu, 1860, p. 6.

L’édition du texte du compte de Caylus formait l’essentiel de la biographie de l’artiste publiée par les frères Goncourt, enrichie d’une « Réponse faite à Monsieur le Comte de Caylus à l’occasion de cette vie de feu Watteau, par M. Coypel ». La vie de Watteau de Caylus parut pour la première fois en édition à part en 188723.

En 1861, dans la monumentale Correspondance de Napoléon Ier24 publiée par ordre de l’Empereur Napoléon III et dont le projet fut initié en 1854 par la création d’une commission chargée de recueillir, coordonner et publier cette correspondance, un libraire Lefèvre est mentionné comme étant celui qui a communiqué la lettre n° 580125. S’il est possible de le confondre avec le célèbre Jean-Jacques Lefèvre (1779-1858), éditeur-libraire de la « Collection des classiques français », nous pensons toutefois qu’il s’agit du bouquiniste réputé pour être amateur de pièces relatives à l’Empereur.

La même année, le romancier X.-B. Saintine (1798-1865) évoque notre bouquiniste dans ses Contes de toutes les couleurs, plus particulièrement dans le conte intitulé Léonard le cocher. La richesse de l’étal du père Lefèvre retarde le narrateur, pressé à un rendez-vous au Palais de justice :

Saintine, X.-B. (1798-1865), Contes de toutes les couleurs, Paris : L. Hachette, 1861, p. 69

Le hasard alors se mêlait beaucoup de mes affaires. Un tour de la roue municipale venait de me désigner
comme faisant partie du jury de la cour d’assises ; l’heure me pressait pour me rendre à mon poste, car je m’étais attardé devant l’étalage d’un bouquiniste de l’arcade Colbert ; un cabriolet de régie vint à passer de ce côté, à vide ; je fis un signe, il s’arrêta.

Saintine, X.-B. (1798-1865), Contes de toutes les couleurs, Paris : L. Hachette, 1861, p. 69. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5811404j/f74.item>.

En 1863, dans un article consacré à la collection des empreintes de sceaux des archives de l’Empire et son inventaire, publié dans la Revue universelle des arts de Paul Lacroix, Léon de Laborde évoque une liasse de papiers provenant du père Lefèvre — orthographié Le Fèvre — que l’acheteur, Emmanuel Miller (1812-1886)26, a communiquée à Léopold Delisle :

Elle [une note] se trouvait dans une liasse de papiers intitulée Originaux inconnus, achetée chez Le Fèvre, bouquiniste de l’arcade Colbert, par M. Miller, et qu’il a communiquée à notre savant confrère M. Léopold Delisle, si compétent en ces matières. Celui-ci a reconnu l’intérêt qu’elle offrait et l’a publiée dans la Bibliothèque de l’École des Chartes (t. I, p. 480 de la 5e série).

Laborde, Léon de (1807-1869), « La collection des empreintes de sceaux des archives de l’Empire et son inventaire », Revue universelle des arts, 1863, t. 17, p. [289]-311, citation p. 303. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54155668/f306>27.

La note fut effectivement publiée dans la Chronique de mai-juin 1860 de la Bibliothèque de l’École des Chartes ((« Chronique : mai-juin 1860 », Bibliothèque de l’École des chartes, 1860, tome 21, p. 479-480. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1860_num_21_1_445748>.))

En 1866, le père Lefèvre — ici orthographié Lefebvre — a les honneurs d’entrer dans le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle de Pierre Larousse, dans son article consacré à l’autographe28 :

Larousse, Pierre (1817-1875), « Autographe », dans Larousse, Pierre (1817-1875), Grand dictionnaire universel du XIXe siècle : français, historique, géographique, mythologique, bibliographique.... T. 1 A, Paris : Administration du grand Dictionnaire universel, 1866, p. 962-995

Après les orages de la Révolution, qui avait un peu jeté aux quatre vents les paperasses de l’ancien régime, on vit surgir une génération de fureteurs, qui se glissaient dès l’aube du jour dans les boutiques des épiciers, des chiffonniers et autres industriels, pour y trier des pièces parmi les monceaux de liasses mises au rebut par les administrations, échappées au pilon et au bûcher ou rejetées comme des épaves au milieu du naufrage des grandes maisons nobiliaires. Les plus ardents étaient Danquin, chef de bureau au ministère de l’intérieur ; Fontaine, qui fit plus tard un Manuel de l’amateur d’autographes ; Lucas de Montigny, fils adoptif de Mirabeau ; Lefebvre, le bouquiniste de l’arcade Colbert, que ses rivaux de chasse trouvaient si matinal ; Joseph Tastu, le célèbre imprimeur ; les littérateurs Villenave et Monmerqué ; le colonel Morin les auteurs dramatiques Alexandre Martin et Guilbert de Pixérécourt, etc. Ces amateurs d’élite mettaient à cette recherche l’ardeur fiévreuse d’un amant en bonne fortune, et quand, par aventure, ils se rencontraient dans la boutique de quelque chiffonnier, ils étaient dans la position de deux Othellos poursuivant la même beauté.

Larousse, Pierre (1817-1875), « Autographe », dans Larousse, Pierre (1817-1875), Grand dictionnaire universel du XIXe siècle : français, historique, géographique, mythologique, bibliographique…. T. 1 A, Paris : Administration du grand Dictionnaire universel, 1866, p. 962-995. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k205356p/f1062>. Lefèvre est cité p. 988.

Pierre Larousse compare le père Lefèvre à Charles Danquin (1781-1866), marchand d`autographes situé au n° 8 rue Saint-Sulpice, au libraire Pierre-Jules Fontaine (1801-1882), au collectionneur Jean-Marie-Nicolas Lucas de Montigny, dit Gabriel ou Coco (1782-1853), à l’imprimeur-libraire Joseph Tastu (1787-1849) puis attaché et conservateur à la bibliothèque Sainte-Geneviève (Paris). Il mentionne aussi le littérateur Louis Jean Nicolas Monmerqué (1780-1860), le bibliophile Mathieu-Guillaume-Thérèse Villenave (1762-1846), le colonel Morin29, Alexandre Martin (17..-18.. ; littérateur), René Charles Guilbert de Pixérécourt (1773-1844).

Quand le journaliste Félix-Sébastien Feuillet de Conches (1798-1887), publie le 30 avril 1867 dans le Bulletin du bibliophile et du bibliothécaire, la notice nécrologique du libraire Jacques Charavay (1809-1867), il ne manque pas de faire l’éloge des rares marchands d’autographes qui aidaient les amateurs dans leurs recherches :

Deux ou trois personnes seulement s’occupaient accessoirement d’aider les amateurs dans leurs recherches. C’était le libraire Techener, et surtout le relieur Charon, qui, avec Lefèvre, l’intelligent libraire de l’arcade Colbert, mettait la plus active sagacité à l’expansion du culte de l’autographe. Les pièces historiques n’avaient guère jusque-là figuré que comme accessoires à la fin de catalogues de bibliothèques ; elles commencèrent à être l’objet de catalogues séparés, généralement rédigés avec soin, et qui allèrent solliciter en France et à l’étranger les penchants curieux qui ne demandaient que les occasions de prendre leur essor.

Feuillet de Conches, Félix-Sébastien, « Nécrologie [de Jacques Charavay] », Bulletin du bibliophile et du bibliothécaire, 1867, p. 325. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55225070/f332>.

En 1868, dans son article relatant la destruction de l’arche, L’Illustration rappelle qu’elle fut « habitée enfin par un homme bien connu des bouquinistes, le père Lefèvre, qui appuyait sur un de ses murs son petit magasin de livres, auprès duquel ont stationné tant de chercheurs et de curieux. Dans quinze jours l’arcade, le père Lefèvre et les bouquins, tout aura disparu »30.

Les années 1870

Lors de la seconde édition de L’art du dix-huitième siècle des frères Goncourt, parue en 1874, paraissait un enrichissement par rapport à l’édition de 1860, sous la forme d’une description du manuscrit acquis auprès de Lefèvre, qui, cette fois, est nommé :

Un mot sur le manuscrit découvert, un jour faste, chez le bouquiniste de l’arcade Colbert, M. Lefèvre, le manuscrit donc nous avons extrait la vie de Watteau.
C’est un in-quarto, relié en veau, fleurdelisé sur le dos et les plats. Il porte pour titre : ᴄᴏɴғᴇʀᴇɴᴄᴇs ᴇᴛ ᴅᴇᴛᴀɪʟs ᴅ’ᴀᴅᴍɪɴɪsᴛʀᴀᴛɪᴏɴ ᴅᴇ ʟ’ᴀᴄᴀᴅᴇ́ᴍɪᴇ ʀᴏɪ̈ᴀʟᴇ ᴅᴇ ᴘᴇɪɴᴛᴜʀᴇ ᴇᴛ ᴅᴇ sᴄᴜʟᴘᴛᴜʀᴇ. Rédigé et mis en ordre par Hulst. ᴀɴɴᴇ́ᴇ ᴍᴅᴄᴄxʟᴠɪɪɪ.
Il ouvre par un journal des séances de l’Académie pendant ladite année, du plus grand intérêt pour la connaissance de l’histoire intime du vieux corps académique. Puis se succèdent pêle-même [sic] avec des biographies d’académiciens, des Observations sur les avantages des Conférences académiques par Desportes, des Dissertations sur la Poésie dans l’art de la Peinture par Watelet, des Discours de Coypel sur les devoirs d’un digne Premier Peintre du Roi, des Dissertations sur les devoirs de l’Amateur académique par le comte de Caylus ; biographies, observations, dissertations toutes certifiées à la fin par la signature de Lepicié. Les biographies d’académiciens contenues dans ce volume sont celles d’Eustache Lesueur, de Lemoyne, de Trémolières, de François Desportes, de Robert le Lorrain, de Watteau. La biographie de Watteau était la seule qui, manquant aux papiers de l’École des Beaux-Arts, n’avait pu être comprise par MM. Dussieux et Soulié dans leurs Mémoires inédits sur la vie et les ouvrages des membres de l’Académie royale de peinture et de sculpture.

Goncourt, Edmond de (1822-1896) ; Goncourt, Jules de (1830-1870), L’art du dix-huitième siècle, Paris : Rapilly, 1874, vol. 2, p. 490. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k117879n/f494>.

La parution de l’ouvrage fit l’objet d’un compte rendu publié dans le Moniteur universel :

Or, au moment même où ils écrivaient leur Etude, Edmond et Jules de Goncourt eurent la fortune de retrouver ce manuscrit égaré, chez un bouquiniste de l’Arcade Colbert. Il parut dans leur notice, pour la première fois.

Saint-Victor, Paul de (1825-1881), « Revue littéraire : L’Art du dix-huitième siècle Par Edmond et Jules de Goncourt », Moniteur universel, 1er juin 1874, n° 148, p. [723]-724, citation p. [723].

En 1875, Edmond de Goncourt faisait paraître le catalogue raisonné de l’œuvre d’Antoine Watteau31 qui reçut les honneurs d’un compte rendu du chroniqueur Émile Bergerat (1845-1923), publié jusque dans les pages du Journal officiel de la République française. Le critique ne manquait pas de revenir sur la découverte par Edmond de Goncourt, auprès du père Lefèvre, du manuscrit de l’éloge de l’artiste prononcé par le comte de Caylus, le 3 février 1798. Le hasard évoqué par X.-B. Saintine dans son conte, fut de nouveau de la partie :

La biographie même de l’artiste resterait un problème si le hasard n’y avait pourvu. Parmi les éloges des artistes membres de l’Académie qui sont conservés à l’Institut, celui de Watteau manquait et avec lui tout renseignement sur la vie du peintre. On se souvient encore du bruit que fit la découverte de ce manuscrit, retrouvé par MM. de Goncourt à l’étalage d’un bouquiniste de l’arcade Colbert. C’est par la publication de cet éloge prononcé parle comte de Caylus, le 3 février 1748, à l’Académie royale de peinture, que les auteurs avaient commencé cette série d’études réunie depuis sous le titre de l’Art au dix-huitième siècle.

Bergerat, Émile (1845-1923), « Revue artistique », Journal officiel de la République française, 6 avril 1875, n° 94, p. 2493-2495, p. 2494. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62100036/f13.item>.

En 1877, quand Maurice Tourneux réédite la Correspondance littéraire, philosophique et critique de l’abbé Raynal, il inclut un article sur la bibliothèque et les papiers de Friedrich Melchior Grimm (1723-1807) pendant et après la Révolution qui évoque un lot de papiers d’Antoine Louis Popon de Maucune (1772-1824) acquis par Grimm auprès de Lefèvre :

Barbier rassemblait les opuscules de Grimm et son ami Parison lui apportait trois mois de l’année 1775 et divers fragments. D’où Parison les tenait-il ? Le catalogue des autographes de son cabinet (Laverdet, 1856, n° 771) mentionne dans un lot de papiers de Popon de Maucune un Supplément à la Correspondance de Grimm formant environ 60 pages in-4°; le lot fut acheté par M. Lefèvre, le fameux bouquiniste de l’Arcade-Colbert, et il serait impossible aujourd’hui d’en retrouver la trace. La vente de la bibliothèque de Popon de Maucune a été faite en 1799 par Tilliard ; les papiers du défunt ne figurent pas au catalogue, précédé d’une notice anonyme qu’on peut, sans trop de présomption, attribuer à Parison lui-même […].

Tourneux, Maurice (1849-1917), « La bibliothèque et les papiers de Grimm pendant et après la Révolution », dans : Correspondance littéraire, philosophique et critique, Paris : Garnier frères, 1882, t. 16, p. [542]-562, citation p. 559-560. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5784425b/f571>.

Les années 1880

En 1880, dans sa biographie de Molière, Arsène Houssaye espérait retrouver auprès du père Lefèvre des documents relatifs à la fille de Molière :

[…] Le bouquiniste de l’arcade Colbert, qui était un curieux et qui m’a vendu de précieux documents sur les hommes du XVIIIe siècle, avait vu passer sous ses yeux des lettres de ce Madeleine-Esprit Poquelin de Molière»; il croyait les avoir toujours dans son capharnaüm, mais il ne les a pas retrouvées. Il semble que la fatalité se soit amusée à détruire tout ce qui était de Molière : Molière intime, Molière dans sa femme, Molière dans sa fille […]. 

Houssaye, Arsène (1814-1896), Molière, sa femme et sa fille, Paris : Dentu, 1880, 1 vol. (VIII-176 p.), p. VII. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56991996/f292>.

Pour la troisième réédition de l’ouvrage des frères Goncourt sur l’art du XVIIIe siècle32, l’origine du manuscrit relatif à Watteau suscitait l’intérêt des journalistes, comme en témoigne le compte rendu paru dans L’Estafette :

[…] Les frères Goncourt eux-mêmes ont découvert chez un bouquiniste de l’arcade Colbert, un manuscrit in-quarto, relié en veau, fleurdelisé sur le dos et les plats, qui ne contenait rien moins que la vie de Watteau par le compte de Caylus, biographie qu’on n’avait pu retrouver jusqu’ici dans les papiers de l’Ecole des Beaux-arts et qui, partant, n’avait pu être comprise par MM. Dussieux et Soulié, dans leurs mémoires inédits sur la vie et les ouvrages des membres de l’Académie royale de peinture et de sculpture […].

« Watteau Par les frères de Goncourt », L’Estafette, 25 février 1881, p. 2-3.

Le compte rendu, sans doute dû au chroniqueur Firmin Javel, paru pour l’occasion dans L’Evénement, cite également le père Lefèvre :

[…] On sait que MM. de Goncourt ont eu la bonne fortune de découvrir, à l’étalage d’un bouquiniste de l’arcade Colbert, le fameux manuscrit de la Vie d’Antonin Watteau, peintres de figures et de paysages, sujets galants et modernes par le compte de Caylus, amateur, étude lue à l’Académie royale de peinture et de sculpture, le 13 février 1748.
Autour de cette « primeur » de l’autre siècle, les frères Goncourt ont placé un grand nombre de notules intéressantes et enfin un catalogue de l’œuvre gravé du maître […].

Javel, Firmin (1842-1921), « Carnet bibliographique : L’art du XVIIIe siècle par Edmond et Jules de Goncourt », L’Evénement, 8 mars 1881, n° 3258, p. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2733634p/f3>.

Dans sa chronique du 18 septembre 1881, le Temps publiait aussi un compte rendu au sujet de la réédition de L’art du XVIIIe siècle des frères Goncourt33 qui mentionne les services rendus par le père Lefèvre aux frères Goncourt dans la découverte de l’éloge de Watteau prononcé par le comte de Caylus :

[…] Le début n’était pas encourageant, mais les deux frères allaient toujours et publiaient le Watteau avec la bonne fortune de pouvoir insérer la Vie perdue de Watteau par M. Caylus, retrouvée par eux chez le bouquiniste Lefèvre, le vieux père Lefèvre de l’Arcade Colbert, et qui avait disparu des registres de l’Académie des beaux-arts. Cette Vie de Watteau manquait à la biographie […].

« Chronique : le dix-huitième siècle à propos de la réédition d’un livre », Le Temps, 18 septembre 1881, n° 7452, p. [2].

L’article fut republié à l’identique dans la revue de presse du 11 novembre 1881 du Moniteur des arts34.

En 1882, le musicologue Albert de La Salle (1833-1886), critique musical du Monde illustré, racontait avoir acquis un exemplaire non coupé, dédicacé par son auteur à Berlioz, de l’Essai sur la facture instrumentale que le critique avait acquis auprès du père Lefèvre :

La Salle, Albert de (1833-1886), « Chronique musicale », Le Monde illustré, 4 mars 1882, n° 1301, p. 139-142.
La Salle, Albert de (1833-1886), « Chronique musicale », Le Monde illustré, 4 mars 1882, n° 1301, p. 139-142. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62211249/f14.item>.

La date de la dédicace à Berlioz — du 19 juillet 1857 — de l’auteur Adolphe de Pontécoulant, ne manque d’étonner puisque l’ouvrage est paru en réalité en 186735, et non sur le trottoir de la rue de Richelieu36. Si l’on en croit Firmin Maillard, qui indique avoir feuilleté des documents du père Lefèvre « le dos appuyé au mur de la Bibliothèque Impériale », il est tentant de penser que l’étalage était adossé à la façade de la Bibliothèque et non en face, contre l’Hôtel de Nevers.

Le Didot-Bottin de 1862 recense un libraire du nom de Lefebvre — et non Lefèvre — au 10 de la rue Colbert. S’agit-il du même qui aurait pu avoir un local ou son logement à cette adresse, en plus de son étal situé plus loin dans la rue ?

Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration, Paris : chez Firmin Didot, frères, fils et Cie, 1862, p. 363
Annuaire-almanach du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration, Paris : chez Firmin Didot, frères, fils et Cie, 1862, p. 363, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6333200c/f406

La superbe gravure de l’arche, réalisée en août 1868, juste avant sa destruction, par le graveur Adolphe Martial Potémont (1827-1883), ne permet pas de visualiser l’étal du père Lefèvre. L’a-t-il déménagé ou est-il caché plus loin dans le renfoncement de droite de l’arche ?

L'arcade Colbert, de la Rue Richelieu, aout, [18]68, CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet – Histoire de Paris
L’arcade Colbert, de la Rue Richelieu, aout, [18]68, CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet – Histoire de Paris, https://www.parismuseescollections.paris.fr/de/node/646448 et BnF, Estampes VA 237 (2)-FOL, https://images.bnf.fr/#/detail/945913/1

Le brave papa Lefèvre

Les références au « Père Lefèvre » emploient toujours ce terme de « Père » qui pourrait paraître familier mais était celui en usage pour qualifier les bouquinistes. Ainsi Octave Uzanne (1851-1931), dans sa physiologie des bouquinistes et bouquineurs37, évoque les « père Foy », « père Achaintre », « père Debas », « père Malorey », « père Isnard », « père Hazard », « père Rozez », « père Confait », « père Lécureux », « père Rosselin », ou encore le « père Rembrandt », ainsi désigné parce qu’il recherche des estampes. Le qualificatif « père Fontaine » est même octroyé à Maître Fontaine, commissaire-priseur (8 rue Cadet)38. A plusieurs reprises, Octave Uzanne emploie également le diminutif de « brave papa » : « papa Malorey », « le brave papa Debas », « le brave papa Rosselin », « le brave papa Claudin », sans que l’on sache si cela se rapporte à leur mise, leur qualités morales ou si cela se veut condescendant de la part de l’auteur.

Fournisseur de la BN

Non seulement Lefèvre était voisin de la Bibliothèque impériale mais encore il fournit des documents qui vinrent enrichir ses collections, comme c’est le cas des liasses concernant Napoléon Ier. La consultation des seuls registres d’acquisition de manuscrits, pour la période 1833-189339, révèle les achats suivants opérés auprès du Père Lefèvre. Proposait-il directement ces documents ou étaient-ils repérés par les agents de la Bibliothèque qui, en voisins, fréquentaient son étal ?

Registre C : Inventaire 2 : Inventaire - registre des entrées du département des Manuscrits : acquisitions : manuscrits et imprimés documentaires, 1848-1893, n° 4668 à 8877
1er mars 1867 : Lefèvre orthographié Lefebvre, mais avec l’adresse du 10 rue Colbert, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10463532p/f76.item

A l’été 1868, avec la destruction de l’arcade de la rue Colbert, l’étal du Père Lefèvre disparaît sans que l’on sache ce qu’il est lui-même devenu.

En 1881, les registres des entrées du département des manuscrits signalent un achat auprès du libraire-éditeur Charles Lefebvre, sis à Bordeaux, à deux pas de la Place de la Comédie :

Registre C : Inventaire 2 : Inventaire - registre des entrées du département des Manuscrits : acquisitions : manuscrits et imprimés documentaires, 1848-1893, n° 4668 à 8877
M. Lefebvre, libraire 6 allées de Tourny à Bordeaux, sans date mais entre le 19 juillet 1881 et le 5 août 1881, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10463532p/f155.item

Serait-ce notre Père Lefèvre qui aurait déménagé et approcherait les 80 ans ? La librairie de Charles Lefèbvre fut déclarée le 10 juin 1871 et fut active jusqu’au décès de Charles Ambroise Lefebvre en 1883, au 174 rue Judaïque40 :

L’Académie nationale des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux siégeait aussi au 6 allées de Tourny. Charles Lefebvre fit paraître des ouvrages avec la désignation de la Librairie de la Société des Archives historiques de la Gironde :

Étiquette de la Librairie de la Société des Archives historiques de la Gironde
Étiquette de la Librairie de la Société des Archives historiques de la Gironde, sur : Dupuy, Jérôme-Geraud et Piganeau, E., Chronique et coutumes de Bazas, Bordeaux, 1875. Disponible sur Internet, url : <http://www.babordnum.fr/items/show/22>.

L’acte de décès du libraire-éditeur confirme qu’il ne s’agit pas de notre Père Lefèvre de la rue Colbert puisque Charles Lefebvre décède à l’âge de 40 ans :

BORDEAUX 3 E 287 - Registre des actes de décès de Bordeaux, section 2, 1883 - 1883, n° 913, Lefebvre, Charles
BORDEAUX 3 E 287 – Registre des actes de décès de Bordeaux, section 2, 1883 – 1883, n° 913, Lefebvre, Charles, https://archives.bordeaux-metropole.fr/ark:/75241/vtaa711b2764e46669a/daoloc/0/118

Vis-à-vis de la rue des Saints-Pères

Le bibliophile Paul Lacroix (1806-1884), reproduit dans ses cent et une lettres bibliographiques à M. l’administrateur général de la Bibliothèque nationale, une lettre du 12 septembre 1849 accompagnant un ouvrage estampillé des cachets de la Bibliothèque impériale qu’il a trouvé chez le bouquiniste Lefèvre mais, à cette date, situé « vis-à-vis de la rue des Saints-Pères », c’est-à-dire sur les quais, entre le quai Voltaire et le quai Malaquais :

Lacroix, Paul (1806-1884), Les cent et une lettres bibliographiques à M. l'administrateur général de la Bibliothèque nationale, Paris : Paulin, 1849, p. 15-16, lettre n° VIII.
Lacroix, Paul (1806-1884), Les cent et une lettres bibliographiques à M. l’administrateur général de la Bibliothèque nationale, Paris : Paulin, 1849, p. 15-16, lettre n° VIII. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5497293z/f20.item>.

Paul Lacroix, dans ses Énigmes et découvertes bibliographiques publiées en 1866, dans un article au sujet de l’Essai Historique sur la vie de Marie-Antoinette, Reine de France et de Navarre41, évoque un bouquiniste du quai Malaquais qui aurait un rôle pendant la Révolution, ce qui évacue la possibilité qu’il s’agisse du Lefèvre de la rue de Colbert ayant 66 ans en 1868 :

Un vieux bouquiniste, fort bien instruit des particularités secrètes de la Révolution, dans laquelle il avait joué un assez triste rôle (je l’ai connu, en 1829, étalant ses livres sur le parapet du quai Malaquais, vis-à-vis de la rue des Saints-Pères)

Lacroix, Paul (1806-1884), Énigmes et découvertes bibliographiques, Paris : A. Lainé ; De Saint-Denis et Mallet, 1866, p. 365. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/nigmesetdcou00jaco/page/364/mode/2up>.
Lacroix, Paul (1806-1884), Énigmes et découvertes bibliographiques, Paris : A. Lainé ; De Saint-Denis et Mallet, 1866, p. 365

Ces mentions laissent supposer qu’il existait un père Lefèvre, bouquiniste situé sur la rive gauche en 1850, mais sans doute différent de celui de la rue Colbert puisque la mention du collectionneur Lévy situe le père Lefèvre rue Colbert depuis les années 1840… S’agissait-il d’une succursale, d’un familier se trouvant face à la rue des Saints-Pères, c’est-à-dire à l’endroit où le quai Voltaire et le quai Malaquais se rejoignent ?

L’Annuaire-almanach du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration ne semble pas recenser les bouquinistes ni les commerces situés sur les quais. L’édition de 1860 recense une certaine Mme Lefèbvre — et non Lefèvre — au 1 rue des Saints-Pères, vendeuse de curiosités :

Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration,  Paris : chez Firmin Didot, frères, fils et Cie, 1860, p. 342
Annuaire-almanach du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration, Paris : chez Firmin Didot, frères, fils et Cie, 1860, p. 342. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63243920>.
Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration : ou almanach des 500.000 adresses, 1860, p. 1239.
Annuaire-almanach du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration : ou almanach des 500.000 adresses, 1860, p. 1239. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63243920/f1228>.

Certains bouquinistes des quais peuvent être cités dans la presse, notamment dans les annonces de mariage qui fournissent leur adresse. Ainsi, en 1854, au 3 quai Malaquais se situait le bouquiniste M. Rosselin qui épousa Mademoiselle Lizieu :

Il faut sans doute comprendre que son étalage se situait en face de ce n°, sur le quai et non au numéro 3 proprement dit. D’ailleurs, dans le Didot-Bottin de 1854, au 3 quai Malaquais se situent : « Baudry (Vve), librairie européenne », « Fourmage, musique d’occasion », « Hourseau », mais aucun Rosselin. Un « Rosselin, éditeur de tous les portraits hommes et femmes des personnages célèbres depuis le règne de Charles VII ainsi que la collection des médecins et chirurgiens célèbres » ou « Rosselin, estampes » se situait au 23 quai Voltaire.

Libraire étalagiste… libraire… bouquiniste

Comme l’attestent les mentions citées ci-dessus, la profession du père Lefèvre prend diverses désignations selon les sources qui le citent : libraire, étalagiste, marchand d’autographes, bouquiniste… Les termes les plus fréquents sont bouquiniste et libraire. Sachant qu’entre 1810 et 1881, imprimeurs, libraires et lithographes ne peuvent exercer leur profession sans brevet, soit une autorisation du ministère de l’Intérieur, il est possible d’identifier tous les libraires brevetés portant le nom de Lefèvre. Or, dans l’inventaire des brevets des imprimeurs, libraires et lithographes de Paris et du département de la Seine de 1815 à 1870 des Archives nationales ((Cote F/18/1726-F/18/1837, url : <https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/IR/FRAN_IR_056952>.)) aucun Lefèvre n’est localisé quai Malaquais, quai Voltaire ou rue Colbert. Le seul libraire du nom de Lefèvre qui soit déclaré bouquiniste est Robert Mathurin Lefèvre dont le brevet n° 1815 du 6 novembre 1822 le mentionne comme libraire et celui du 10 novembre 1827 comme bouquiniste. Hélas, il n’est pas fait mention d’une date ni d’un lieu de naissance.

En 1859, la Ville de Paris règlemente la présence déjà ancienne des bouquinistes sur les quais de Seine, permettant aux marchands ambulants de se sédentariser sur des concessions ouvertes par la ville. Cependant, jusqu’en 1891, date à laquelle elles peuvent être fixées sur les parapets des quais, les « boîtes » des bouquinistes devaient être remisées chaque nuit !42. Après le Bulletin du bouquiniste publié par Auguste Aubry dans les années 1860, au XXe siècle les bouquinistes créèrent une Corporation des bouquinistes des quais de Paris qui édita un bulletin trimestriel d’informations intitulé D’un quai à l’autre puis Bulletin trimestriel d’informations – Corporation des bouquinistes des quais de Paris.

Né en 1802 ?

L’article du Figaro indique que le père Lefèvre a 66 ans, ce qui laisse à penser qu’il serait né en 1802, sans pour autant indiquer un lieu de naissance. Les recherches dans l’état-civil pour un nom si commun, dont l’orthographe peut varier selon les sources, relève de la gageure. Si l’on postule qu’il est né à Paris en 1802, nous devons faire face à l’absence de source puisque l’état-civil parisien fut détruit lors des incendies de la Commune en mai 1871. Dans la partie reconstituée de l’état civil parisien antérieur à 1860, onze Lefèvre sont nés à Paris en 1802. Félix-Sébastien Feuillet de Conches, dans son article cité plus haut du 30 avril 1867 publié dans le Bulletin du bibliophile et du bibliothécaire, cite Théotiste Lefèvre qui n’est pas notre bouquiniste mais Pierre Théotiste Lefèvre, né le 17 septembre 179843 dans le 6e arrondissement de l’époque et qui fut lié au monde du livre puisqu’il était ouvrier typographe44, cité dans le Bulletin par A. Firmin Didot :

Je m’abstiendrai de nommer ici tous ceux-qui nous ont secondés dans les diverses publications sorties de l’imprimerie paternelle, la liste serait trop considérable, et je craindrais d’en omettre un seul ; mais l’un d’entre eux, assis à votre bureau, qui a contribué à la formation de votre Société avec le même zèle qu’il apporte à la correction des ouvrages consacrés plus spécialement à la bibliographie, pourra vous entretenir ; du mérite de MM. Terzuolo, Théotiste Lefevre, Tassis, Boulmier, Beyerlé, Pantazidès et de tant d’autres.

Firmin Didot, Ambroise, « Discours prononcé à la première assemblée générale de la société des correcteurs, par M. Ambroise Firmin Didot, président honoraire », Bulletin du bibliophile et du bibliothécaire, 1867, p. 27. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55225070/f34.item>.

Si l’on en croit les échanges épistolaires entre Voltaire et le lieutenant général de police, publiés en 1867 par Louis Léouzon Le Duc (1815-1889), en 1748 il existait à Versailles un libraire étalagiste du nom de Lefèvre :

Voici, monsieur, une lettre ci-jointe qui m’arrive de Versailles, par laquelle on m’instruit que le nommé Lefèvre, libraire, étaleur à Versailles, vend le tome de la Henriade, qui sert de premier volume à l’édition en douze tomes, déférée à la justice du ministère.

Léouzon Le Duc, Louis (1815-1889), Voltaire et la police : dossier recueilli à Saint-Pétersbourg parmi les manuscrits français originaux enlevés à la Bastille en 1789, avec une introduction sur le nombre et l’importance desdits manuscrits et un essai sur la bibliothèque de Voltaire, Paris : A. Bray, 1867, p. 159-160. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9371062/f165>45.

Notre père Lefèvre était-il un héritier de ce libraire étaleur de Versailles comme pourrait le laisser accroire les lignées d’imprimeurs-libraires qui héritaient de la charge de leurs aïeux, pour autant qu’il en fut de même pour les étaleurs ?

Pour aller plus loin

Notes



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 27 janvier). Le père Lefèvre, bouquiniste de la rue Colbert. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3uu

  1. Nous ignorons de quel ouvrage il s’agit et s’il est conservé au sein de la bibliothèque du château de Fontainebleau. Le Catalogue Collectif des Bibliothèques des Musées Nationaux signale des ouvrages en lien avec la reine Hortense mais sans explicitement citer des notes manuscrites de sa part qui y seraient ajoutées. La bibliothèque du château de la Malmaison conserve par exemple : Fourmestreaux, Eugène (1814-1888), La Reine Hortense : histoire complète de la mère de S. M. Napoléon III, Paris : Lebigre-Duquesne, 1865. []
  2. Antoine Jean Gros (1771-1835) devint portraitiste du Roi à la Restauration et fut fait baron de l’Empire (à la suite de l’ordonnance du 27 novembre 1824). Voir : Archives nationales : Registres de transcription des lettres patentes de collation, de confirmation ou de transmission de titres et de noblesse, Titres et armoiries (1808-1961). Première partie (2/3), BB/29/976, page 211, Titre de baron, accordé à Antoine, Jean Gros, à la suite de l’ordonnance du 27 novembre 1824. Paris (22 janvier 1825). Disponible sur Internet, url : <https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/IR/FRAN_IR_057697>. []
  3. Charles-Ernest Beulé (1826-1874), membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, en 1860, puis secrétaire perpétuel de l’Académie des Beaux-Arts, à partir de 1862. []
  4. Sic pour Jean-Antoine Letronne (1787-1848), conservateur des Médailles puis président du conservatoire et directeur de la Bibliothèque du Roi de 1832 à 1840, administrateur au Collège de France et garde général des archives de 1840 à 1848. []
  5. A la date de publication de l’article, le ministre des affaires étrangères est Léonel de Moustier (1817-1869) qui le fut du 1er septembre 1866 au 17 décembre 1868. []
  6. Gabriel Delessert (1786-1858), préfet de police de 1836 à 1848. Voir : « Notice biographique Gabriel Delessert », SHFP, 10 avril 2019. Disponible sur Internet, url : <https://www.sfhp.fr/dotclear/index.php?trackback/482>. []
  7. Joseph Naudet (1786-1878), conservateur des Imprimés le 8 août 1840, fut ensuite administrateur général en 1847 à 1858, de la Bibliothèque d’abord Nationale puis Impériale. []
  8. Il doit s’agir Lowe Papers, soit les archives de Sir Hudson Lowe, acquises en 1846 et conservées au département des manuscrits de la BnF sous la cote : Anglais 3-24, comprenant vingt-deux volumes de lettres, rapports, mémoires, notes, etc., relatifs à la captivité de Napoléon Ier à Sainte-Hélène, anciennemment coté : « Supplément français, n° 3207 1-21 », Anciens catalogues de la Bibliothèque du Roi et de différentes collections qui sont venues l’accroître aux XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles. Catalogues des manuscrits de la Bibliothèque royale, in-4° : NAF 5509, Tome LXI. Suppl. fr., t. XVII. Nos 3101-3300. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b105296431/f219.item>. La British library en conserve aussi sous les cotes : Add MS 15729 (acquis en 1846), Add MS 20107-20240 (acquis en 1854), Add MS 49528, Add MS 56088-56091, Add MS 80775. Voir : L. J. Gorton, « The Papers of Sir Hudson Lowe », The British Museum Quarterly, 1961, vol. 23, n° 3, p. 63-64. DOI : https://doi.org/10.2307/4422671. []
  9. Il s’agit du Manuscrit M-42 de la Cornell University Library, url : <https://cornell-borrowdirect.reshare.indexdata.com/Record/a94f5027-a8dc-4748-b34e-f9201169f3a2> et <https://newcatalog.library.cornell.edu/catalog/4280504>. []
  10. Voir : Wilson, William Jerome, « Catalogue of Latin and Vernacular Alchemical Manuscripts in the United States and Canada », Osiris, 1939, vol. 6, p. 1-836, Ms. 9. Disponible sur Internet (payant), url : <https://www.jstor.org/stable/301597>. []
  11. Le Courrier français, 15 mars 1838, n° 74, p. [4]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4704871j/f4.item>. []
  12. La Presse, 9 mars 1838, n°, p. [2]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k427320t/f2>. []
  13. Messager des chambres, 9 mars 1838, n° 68, p. [2]-[3]. []
  14. « Chronique judiciaire », La Quotidienne, 9 mars 1838, n° 68, p. [4]. []
  15. Vidocq, François (1775-1857), Les voleurs : physiologie de leurs mœurs et de leur langage : ouvrage qui dévoile les ruses de tous les fripons et destiné à devenir le vade-mecum de tous les honnêtes gens, Paris (20 rue du Pont-Louis-Philippe) : chez l’auteur, 1837, 2 tomes en 1 vol. (LXVIII-299, 397 p.) : portrait par Devéria, lithographié ; In-8°. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k51001k>. []
  16. La nouvelle fut republiée dans le Journal des débats politiques et littéraires, 30 novembre 1837, n° 331, p. 2. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4396878/f3.item>. []
  17. L’article fut repris dans le Journal des débats politiques et littéraires, 1er décembre 1837, p. [2]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k439688n/f2.item> mais aussi dans le Journal des débats politiques et littéraires du 1er décembre 1937 : « Il y a cent ans », Journal des débats politiques et littéraires, 1er décembre 1937, n° 331, p. 2. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k508970d/f2.item>. []
  18. L’article fut repris dans le Journal des débats politiques et littéraires, 2 décembre 1837, p. [3]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4396891/f3.item>. []
  19. Sévigné, Marie de Rabutin-Chantal (1626-1696 ; marquise de), Lettres de Madame de Sévigné, de sa famille et de ses amis. Tome 11, Paris : L. Hachette, 162, p. 432, n° 3. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63341092/f520>. []
  20. Soit : Watteau, Chardin, Boucher, La Tour, Greuze, les Saint-Aubin, Gravelot, Cochin, Eisen, Moreau, Debucourt, Fragonard, Prudhon. L’ensemble est disponible en ligne, url : <http://ark.bnf.fr/ark:/12148/cb37240172n>. []
  21. Goncourt, Edmond de (1822-1896) ; Goncourt, Jules de (1830-1870), Watteau : étude contenant quatre dessins gravés à l’eau-forte / Edmond et Jules de Goncourt ; [eaux-fortes gravées par Jules de Goncourt]. Suivi d’une vie inédite de Watteau / par le comte de Caylus, Paris : E. Dentu, 1860, 1 vol. (27 p.-[4] f. de pl.) : ill. ; in-4° []
  22. La vie se trouve aux p. [7]-25? []
  23. Caylus, Anne Claude Philippe de (1692-1765), La vie de Antoine Watteau, Paris : E. Dentu, 1887, 1 vol. (59 p.) ; 17 cm []
  24. Napoléon Ier (1769-1821 ; empereur des Français), Correspondance de Napoléon Ier, Paris : Impr. impériale, 1858-1869, 32 vol. ; in-4°. Disponible sur Internet, url : <http://ark.bnf.fr/ark:/12148/cb310033769>. []
  25. Napoléon Ier (1769-1821 ; empereur des Français), Correspondance de Napoléon Ier, Paris : Impr. impériale, 1861, p. 365-366 : « Comm. par M. Lefèvre, libraire à Paris. » Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9633668p/f378>. []
  26. Archiviste-paléographe, Emmanuel Miller (1812-1886) fut employé au Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque royale dans la section des manuscrits grecs (1833-), puis bibliothécaire à la Chambre des Députés(1850-). De 1876 à 1886, il fut professeur de grec moderne à l’École des langues orientales vivantes. []
  27. Dans le compte rendu de l’ouvrage de Douët d’Arcq, Louis (1808-1883), Inventaire de la collection des sceaux des Archives de l’Empire, t. I, Paris : H. Plon, 1863, publié dans Le Cabinet historique, 1863, avril, p. 116-119, l’évocation de Lefèvre disparaît : « Cette note que nous allons à notre tour reproduire ici, dépourvue de date et de signature, dit M. de Laborde, doit émaner de la première moitié du XVIIe siècle ; elle se trouvoit dans une liasse de papiers achetée chez un bouquiniste et communiquée à M. Léop. Delisle, si compétent en ces matières et qui l’a publiée dans la Bibliothèque de l’Ecole des chartes. » Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56139260/f123>. []
  28. L’article fut réédité en feuilleton dans le journal La République française, 2 juillet 1875, n° 1326, p. [1]-[3] : « Revue des sciences historiques, CLXXV : Les Autographes ». []
  29. Selon les Causeries d’un curieux de Félix Feuillet de Conches, « le lieutenant-colonel du génie Morin avait, de son côté, consacré depuis 1820 les loisirs de sa retraite à accumuler pièce à pièce, sur des ais de bois vermoulu, sa collection ethnographique de la révolution. » (p. 201. « Le cabinet de M. Morin, dont les principaux autographes avaient passé de son vivant dans ma collection, a été décrit par M. Augustin Challamel, dans un livre devenu rare quand on en a donné une édition nouvelle. » (p. 202). L’ouvrage en question est : Challamel, Augustin (1819-1894), Histoire-musée de la République française, depuis l’Assemblée des Notables jusqu’à l’Empire, Paris, Challamel, éditeur : et Delloye, 1842, 2 vol. Dans cet ouvrage, il est question de « M. Maurin, lieutenant-colonel de génie en retraite ». Le compte-rendu de l’ouvrage, parue dans la France littéraire indique : « Parmi les collections les plus curieuses, relatives à la Révolution française, nous citerons le cabinet de M. Maurin, lieutenant-colonel de génie en retraite. C’est un vaste musée de l’époque. Il embrasse le règne de Louis XVI, la République, l’Empire, et une grande partie de la Restauration. Il semble, quand on le visite, que tous les hommes éminents d’alors revivent, que tous les monuments se relèvent, que tous les pamphlets recommencent à circuler. C’est une miniature de la grande orgie révolutionnaire. Le collectionneur a porté défi au temps. ». Voir « Histoire-musée de la République », La France littéraire, 1840, 19 avril, p. [261]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54596466/f290>. []
  30. M. S., « L’arcade Colbert », L’Illustration, journal universel, 25 juillet 1868, n° 1326, p. 56. Voir : Jacquot, Olivier, « L’arcade Colbert de la Bibliothèque nationale », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, 31 décembre 2022. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/23773>. []
  31. Goncourt, Edmond de (1822-1896), Catalogue raisonné de l’œuvre peint, dessiné et gravé d’Antoine Watteau, Paris : Rapilly, 1875, 1 vol. (388 p. – [1] f. de front.) : portrait ; 23 cm []
  32. Goncourt, Edmond de (1822-1896) ; Goncourt, Jules de (1830-1870), L’art du XVIIIe siècle, Paris : G. Charpentier, 1881, Série 1. L’évocation de Lefèvre figure p. [57]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96854932/f65.image>. []
  33. Goncourt, Edmond de (1822-1896) ; Goncourt, Jules de (1830-1870), L’art du XVIIIe siècle, Paris : G. Charpentier, 1881-1882, 3 vol. (413, 452, 455 p.) ; in-12. Disponibles sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96854932> ; <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6526225b> ; <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65261873>. []
  34. « Revue de la presse », Moniteur des arts, 11 novembre 1881, n° 1385, p. 184. []
  35. Pontécoulant, Adolphe de (1794-1882), Organographie, essai sur la facture instrumentale, art, industrie et commerce, Paris : Castel, 1861, 2 vol. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4223823h> (vol. 1) ; <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4223025k> (vol. 2). Faut-il en conclure qu’Albert de La Salle a commis une erreur de lecture de la dédicace ?

    Les années 1890

    Vingt-huit ans après que son étal ait disparu de l’arcade Colbert, le père Lefèvre reste dans la mémoire des bibliophiles. Ainsi, dans son ouvrage Les passionnés du livre, décrivant les « bibliomanes, bibliotaphes, tantôt bibliolathes, bibliopoles », Firmin Maillard, évoque le père Lefèvre :

    Le père Lefèvre, vieux bouquiniste qui se tenait sous l’arcade Colbert contre la Bibliothèque Impériale et que tous les bibliophiles ont bien connu, me dit un jour au sujet de renseignements que je cherchais :
    — J’ai chez moi tout un dossier là-dessus et des plus curieux.
    — Combien le vendez-vous ?
    — Oh ! je ne le vends pas, il fait partie de ma bibliothèque particulière… (le père Lefèvre était un bouquiniste original).
    — Et comme naturellement vous ne le prêtez pas, dis-je en souriant…
    — Pour cela, non ; mais je puis vous en donner communication ; venez chez moi un matin, vous pourrez le consulter tout à votre aise et prendre des notes…
    Je le remerciai en acceptant, et comme j’allais me retirer après avoir un peu bouquiné à travers son étalage, le père Lefèvre me dit : « Ne venez pas demain… ni plus tard ; non, j’ai réfléchi, cela ne se peut pas ; je ne veux point manquer à la parole que je me suis donnée… de ne plus rien communiquer à personne… après ce qui m’est arrivé — il n’y a pas longtemps. Ne m’en veuillez pas… » ; et il me raconta qu’un membre de l’Institut était allé chez lui prendre copie de certains documents, que lui, Lefèvre, l’avait laissé seul pendant quelque temps et que le membre de l’Institut en avait profité pour arracher des pages… et les mettre dans sa poche. Ce n’était pas un voleur, c’était bien pis ! c’était un particulier ami de ses aises et qui préférait copier tranquillement dans son cabinet les pièces dont il avait besoin, que d’aller deux ou trois jours de suite s’installer dans le galetas dudit Lefèvre. Le lendemain, pour se faire pardonner sa contre-invitation, le père Lefèvre m’apporta le dossier que je feuilletai sous l’arcade Colbert, le dos appuyé au mur de la Bibliothèque Impériale.

    Maillard, Firmin (1833-1901), Les passionnés du livre, Paris : E. Rondeau, 1896, p. 6-7. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k775114> et <https://archive.org/details/lespassionnsdu00mail>.

    Sous l’arcade Colbert

    Les quelques témoignages évoquant l’étal du bouquiniste, « sous l’arcade Colbert », tendent à prouver qu’elle se situait dans la rue Colbert, qui s’est aussi appelée rue de l’Arcade-Colbert ((Les écuries de l’Hôtel de Mazarin furent raccourcies par le percement d’une arcade en vertu d’une ordonnance du Bureau des Finances du 18 janvier 1683, transformant l’impasse préexistante en rue Neuve-Mazarin puis plus tard, rue de l’Arcade Colbert, et enfin rue Colbert. []

  36. Voir : Aguglia, Fabien « Les rues du quadrilatère », Le Blog Gallica, 23 juillet 2020. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/blog/23072020/les-rues-du-quadrilatere>. []
  37. Uzanne, Octave (1851-1931), Bouquinistes et bouquineurs : physiologie des quais de Paris du Pont Royal au Pont Sully, Paris : Quantin : May et Motteroz, 1893, 1 vol. (XV-319 p.). Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1233025>. []
  38. Rouge-Ducos, Isabelle ; Lozza, Brigitte, Le Répertoire des commissaires-priseurs de Paris et du département de la Seine (1801-1937), Pierrefitte-sur-Seine : Archives nationales, 2011, 1 vol. (120 p.). Disponible sur Internet, url : <https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/rechercheconsultation/consultation/ir/pdfIR.action?irId=FRAN_IR_054336> recensent : Ange Louis Émile Fontaine (né : 1825-07-13 ; nommé : 1862-09-22) ; Florent Joseph Fontaine (né : 1807-04-02 ; nommé : 1835-06-07) ; Marie Léon Fontaine (né : 1850-04-29 ; nommé : 1884-07-26). []
  39. Registre B : Inventaire 1 : Inventaire – registre des entrées du département des Manuscrits : acquisitions : manuscrits et imprimés documentaires, 1833-1848, n° 1 à 4667. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10088603h> et Registre C : Inventaire 2 : Inventaire – registre des entrées du département des Manuscrits : acquisitions : manuscrits et imprimés documentaires, 1848-1893, n° 4668 à 8877. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10463532p>. []
  40. Labadie, Ernest (1845-1917), Notices biographiques sur les imprimeurs et libraires bordelais des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, suivies de la liste des imprimeurs et libraires de Bordeaux et du département de la Gironde au XIXe siècle, documents pour servir à l’histoire de l’imprimerie et de la librairie, Bordeaux : M. Mounastre-Picamilh, 1900, p. 163, 176. Disponible sur Internet, url : <https://1886.u-bordeaux-montaigne.fr/files/original/361d615dd8af938198573a12a150955a4afe7a15.pdf>. []
  41. Essai Historique sur la vie de Marie-Antoinette, Reine de France et de Navarre, née archiduchesse d’Autriche le deux Novembre 1755 : orné de son portrait, et rédigé sur plusieurs Manuscrits de sa main ; Seconde Partie. De l’an de liberté Française 1789, A Versailles : Chez la Montensier, Hôtel des Courtisanes, [s. d.], In-8° []
  42. Il existe encore de nos jours un « Règlement des bouquinistes des quais de la Seine », Bulletin officiel de la ville de Paris, 8 octobre 2019, p. 3884-3885. Disponible sur Internet, url : <https://cdn.paris.fr/paris/2021/07/16/e00d11ceb9d2ce3a000037439627175e.pdf>. []
  43. Les recherches dans l’état-civil parisien de 1798 révèlent quinze Lefèvre nés cette année. []
  44. Fils d’ouvrier typographe, il devint compositeur de l’Imprimerie Didot, à Paris, puis directeur. Voir : Société fraternelle des protés des imprimeries typographiques de Paris, autorisée par décision de M. le Ministre de l’Intérieur en date du 17 Mai 1847 : tome premier, 1847-1860, Paris : imp. de Mallet-Bachelier, 1860, p. 409. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k991864b/f337> ; Lorenz, Otto (1831-1895), Catalogue général de la librairie française…. [1], [Tome I-XI]. 1866-1875, I-Z, Paris : O. Lorenz, 1867, p. 124. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k48728/f134> ; Duckett, William (1805-1873), Dictionnaire de la conversation et de la lecture… : supplément offrant le résumé des faits et des idées de notre temps. Tome 4, Paris : Firmin-Didot frères, 1876, p. 463. Disponible sue Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97701246/f477>. []
  45. Louis Léouzon Le Duc indique que le lieutenant général de police était René Hérault (1691-1740), mais le lieutenant général de police en 1748 était Nicolas René Berryer de Ravenoville (1703-1762), lieutenant général de police de 1747 à 1757. []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search