Feuilleton du vol de 1804 : Nouvelles des arts, peinture, sculpture, architecture et gravure, 1803 [sic]

Outre le Journal officiel et les périodiques d’information générale, les revues d’art furent mises à contribution pour signaler le vol commis au Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale la nuit du 16 au 17 février 1804, comme par exemple les Nouvelles des arts, peinture, sculpture, architecture et gravure de Charles-Paul Landon (1760-1826)1.

Identique aux articles précédemment publiés dans ces autres journaux, nous prenons prétexte de la transcription de cet article des Nouvelles des arts, avec l’orthographe de l’époque, pour y ajouter la provenance et les reproductions des objets dérobés.


Nouvelles des arts, peinture, sculpture, architecture et gravure

Relatant un événement dévoilé par la presse à partir du 1er ventôse de l’an XII de la République, soit le 21 février 1804, cet article des Nouvelles des arts, peinture, sculpture, architecture et gravure ne peut dater de 1803. L’article a peut-être été publié dans un tome quatrième mais, hélas, la collection de la BnF ne permet pas d’y répondre car les différentes pages de couverture de chacun des fascicules du périodique n’ont pas été conservées2.

Transcription

Nouvelles des arts, peinture, sculpture, architecture et gravure, Paris, Landon, 1803, tome III, p. 164.

Dans la nuit du 26 au 27 pluviôse, des voleurs se sont introduits dans le Cabinet des antiques de la Bibliothèque nationale, situé à l’extrémité de cet édifice, au dessus de l’arcade Colbert, et en ont enlevé plusieurs objets d’un prix inestimable. Au dessous de l’arcade il y a un corps-de-garde de pompiers ; c’est à côté de la porte de ce corps-de-garde que les voleurs ont exécuté l’escalade ; ils ont barricadé cette porte avec des chaînes et des cadenas, afin de ne pas être surpris. Le matin, les pompiers voulurent sortir, et s’aperçurent qu’ils étaient enfermés ; ils appelèrent par la fenêtre pour qu’on les délivrât ; c’est alors qu’on s’aperçut du crime hardi qui venait d’être commis. Pour parvenir jusqu’à la hauteur à laquelle est situé le cabinet des antiques, les voleurs avaient dressé une perche qui excédait de trois pieds la hauteur des croisées du cabinet. Cette perche paraît être un jeune arbre droit, nouvellement coupé, ainsi que le fait présumer la mousse et les restes d’écorce qui sont encore sur le pied ; le reste, jusqu’à l’extrémité supérieure, était dépouillé de l’écorce et débarrassé de toutes ses aspérités. Une borne qui forme une saillie assez considérable à quelque distance du mur, a servi aux voleurs pour y appuyer perche, afin qu’elle ne pût glisser ; à l’extrémité supérieure de la perche, on a trouvé les restes d’une corde de peu d’épaisseur, mais d’une grande solidité ; probablement des moufles y étaient attachés, au moyen desquels le scélérat qui a commis le vol a pu se hisser ou se faire hisser par ses complices. A l’endroit où était placée la perche, une espèce de bossage formé par les pierres de taille qui font partie du mur, devait encore faciliter au voleur l’exécution de son crime.
Parvenu à la hauteur de la croisée, le voleur a brisé une vitre, et par cette ouverture il s’est introduit entre les deux vitrages. Il a enfoncé alors une vitre de la croisée intérieure, ce qui l’a mis à portée d’atteindre l’espagnolette. En la levant, il a ouvert les deux croisées , et il est entré dans le cabinet, en dérangeant le meuble placé dans l’intérieur devant cette croisée.
Une portion assez considérable de poix-résine, enveloppée dans les feuilles d’une pièce de théâtre que le voleur avait laissée dans l’intérieur du cabinet, fait voir que, pour ne pas se trahir en enfonçant les vitres, il doit certainement s’être servi d’une planchette enduite de poix-résine, qu’il aura appliquée sur les vitres, à laquelle les fragmens de verre ont adhéré. Il paraît que c’est encore par ce même moyen qu’il a enfoncé la vitre de la grande armoire, d’où il a enlevé les huit objets précieux dont on joint ici la note.
La police est à la poursuite des criminels ; elle y met toute l’activité possible, et on a lieu de croire qu’elle parviendra à retrouver les objets enlevés et à se saisir des voleurs.
Ce vol est d’ailleurs de nature à ne pas pouvoir être enseveli dans l’obscurité. II faut nécessairement que les objets enlevés soient un jour découverts. La grande sardonyx qui représente l’apothéose d’Auguste, ainsi que le beau vase orné de bas-reliefs, relatifs aux mystères de Bacchus et de Cérès, sont connus de tous les antiquaires, de tous les amateurs, dans toutes les parties de l’Europe, comme appartenant à la France depuis une longue suite de siècles. L’un et l’autre ont été gravés dans plusieurs ouvrages. Aucun établissement en Europe ne voudra se déshonorer au point de devenir complice des voleurs, en leur achetant les objets dont nous parlons. Aucun particulier ne voudra s’exposer à les acquérir ; car dès qu’on les découvrirait chez lui, on serait fondé à croire ou qu’il a provoqué le vol, en soudoyant les misérables qui lui auraient servi d’instrument, ou du moins qu’il en est devenu le recéleur.

Etat des objets enlevés au Cabinet des Antiques de la Bibliothèque nationale, le 27 pluviôse an 12.

I.° Grande sardonyx, connue sous le nom d’Agate de la Sainte-Chapelle, parce qu’elle a été tirée du trésor de cette église ; elle est composée de quatre conches [sic]. Les figures sont disposées sur trois rangées : dans la première, on voit Auguste apothéosé avec plusieurs personnages de sa famille ; dans la seconde, Tibère assis, à qui Germanicus rend compte de son expédition contre les Germains, avec plusieurs personnages ; dans la rangée inférieure, des captifs qui indiquent les nations vaincues par Tibère et Germanicus. Cette sardoine onyx a un pied moins quelques lignes de dimension dans son plus grand diamètre, dix pouces dans sa plus grande largeur ; elle est enchassée dans une espèce de table de vermeil formant reliquaire ; aux quatre coins sont les évangélistes et plusieurs saints peints en émail, avec leurs noms écrits en grec. Sur le champ et autour du reliquaire sont semés des perles, des turquoises et des verres colorés, taillés en pierres précieuses ; sur la plinthe qui lui sert de support, on lit en caractères gothiques : Ce camaieu bailla à la sainte chapelle du Palais, Charles le cinquième de ce nom, roi de France, qui fut fils du roi Jehan. L’an MCCCLXXIX.

2.° Un vase de sardoine onyx de près de six pouces de hauteur, pouvant contenir trois demi-septiers et demi, ancienne mesure de Paris, connu vulgairement sous le nom de Vase de Ptolémée ; il est couvert de bas-reliefs qui représentent un grand nombre d’objets relatifs du culte de Cérès et de Bacchus, des vases de différentes formes, des masques, des instrumens de musique, un homme qui porte des flambeaux, une panthère buvant du vin dans un vase renversé, des paniers, un hermès de Priape, la ciste mystique d’où sort un serpent ; ce vase est porté sur un pied de vermeil destiné à l’exhausser : ce pied est orné de pierres, de perles, de cristaux colorés ; on y lit cette inscription : Hoc vas Christe tibi dicavit, tertius in Francos regimine Karlus.

3.° Un calice de sardonix dans une monture de vermeil ; le pied est orné de médaillons en relief, offrant des figures de saints. Ce vase est connu sous le nom de calice de l’abbé Suger.

4.° Un vase de prase, fait en forme de cuve, entouré d’une bordure de filet d’or ou de vermeil, dans lesquels il y a des verres colorés en rouge, enchassés.

5.° Deux couvertures d’évangéliaires en vermeil, ornées de croix en émail, et de quelques camées, de perles et de cristaux colorés.

6.° Un dyptique ou grande plaque d’ivoire sculptée en relief.

7.° Un poignard monté en vermeil ; la poignée est garnie de deux plaques en coquilles où sont gravées en relief des arabesques. Le fourreau est également orné de camées sur coquilles.

8.° Une couronne d’or, ayant la forme d’un cercle avec des figures de saints, placées sous des arcades, le tout enfoncé dans la matière. Au bas est une inscription latine circulaire, dont toutes les lettres sont en relief et émaillées. Cette inscription latine indique que cette couronne est celle d’Agilufus, roi des Lombards, vers 600.

« [Dans la nuit du 26 au 27 pluviôse, des voleurs se sont introduits dans le Cabinet des antiques de la Bibliothèque nationale] », Nouvelles des arts, peinture, sculpture, architecture et gravure, Paris : Landon, 1803, tome III, p. 164-168. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63695129/f178>.

Liste des objets dérobés

Huit objets considérés alors comme invendables, en raison de leur notoriété, furent listés dans la presse, même si le nombre d’objets dérobés se révéla supérieur, notamment lors du procès des criminels en 1806. Parmi ceux-ci, des pièces provenant d’anciens trésors et regalia liturgiques comme par exemple du trésor de la basilique de Saint-Denis, de la Sainte-Chapelle ou du trésor de la basilique de Monza, en Italie, spolié en 1797 par Napoléon.

En 1895, Ernest Babelon estimait inutile d’étudier la provenance des ces derniers objets pillés :

Mais à quoi bon chercher, ici, à reconstituer l’histoire des conquêtes archéologiques que le droit de la guerre nous avait données, mais qu’il nous a si vite reprises ? elles furent restituées en 1814, avec les autres trophées artistiques et scientifiques dont Napoléon avait doté les musées français.

Babelon, Ernest (1854-1924) ; Blanchet, Jules-Adrien (1866-1957), Catalogue des bronzes antiques de la Bibliothèque nationale, Paris : E. Leroux, 1895, p. XXXVII. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k399070n/f39.item>.

A l’heure du développement de la recherche sur les provenances, particulièrement des objets d’art spoliés, il nous semble au contraire qu’il serait intéressant de « reconstituer l’histoire des conquêtes archéologiques » napoléoniennes, et notamment la présence à la Bibliothèque impériale du Trésor de Monza, d’autant qu’il ne put être restitué dans son intégralité suite à la disparition des objets volés en 1804.

Comme le rappelle Pierre-Yves Lacour, « À Monza, les commissaires français accompagnés d’officiers municipaux et de « dépositaires » de la Bibliothèque et du Trésor saisissent trois « objets inutiles au culte renfermés dans le trésor du chapitre » de la basilique de San Giovanni Battista – la couronne d’or du roi lombard Agilulf, celle de son épouse, la reine Théodelinde, et un vase de saphir – mais ils délaissent la couronne de fer, objet de dévotion publique3 »4.

Grande sardonyx, connue sous le nom d’Agate de la Sainte-Chapelle

La Grande sardonyx désigne le “Grand Camée de France” (Camée.264), restitué au cabinet des Médailles en février 1805, sans sa monture qui fut fondue. Une nouvelle monture en bronze doré fut exécutée par Pierre-Maximilien Delafontaine en 1807 mais retirée depuis. La monture actuelle fut commandée par Raoul-Rochette à Rondel en 1835.

Le guide du visiteur du Cabinet des médailles de 1924 apporte une précision quant au prix demandé par les voleurs :

Pendant la nuit du 26 au 28 pluviôse an XII (16 au 18 février 1804), il fut soustrait par des voleurs qui l’emportèrent jusqu’à Amsterdam. La célèbre gemme allait être vendue pour 300.000 francs à un orfèvre, lorsqu’elle fut reprise par les soins de Gohier, commissaire-général des relations commerciales dans cette ville. Mais les voleurs, hélas, l’avaient déjà dépouillée de sa riche monture, dont il ne parait malheureusement pas exister de dessin.

Le Cabinet des médailles et antiques de la Bibliothèque nationale. Notice historique et guide du visiteur. I. Les Antiques et les objets d’art, Paris : éditions Ernest Leroux, 1924, p. 112. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6307612c/f136>.

Vase des Ptolémées

La coupe des Ptolémées (camée.368) possédait une monture d’orfèvrerie ornée de pierres précieuses, rubis, saphirs, émeraudes et grenats, et de perles, mais qui fut fondue par les voleurs ayant perpétré le vol de 1804. La monture est connue par des gravures de Tristan de Saint-Amant (1644)5, de Félibien (1706)6 et de Montfaucon (1719)7.

Dans son guide du Cabinet des médailles, Ernest Babelon reproduit le camée avec sa monture :

Babelon, Ernest (1854-1924), Guide illustré au cabinet des médailles et antiques de la Bibliothèque nationale. Les antiques et les objets d’art, Paris : E. Leroux, 1900, p. 162. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5440972n/f182>.

Une nouvelle monture en bronze doré fut commandée à l’orfèvre Pierre-Maximilien Delafontaine (1774-1860), qui s’inspira de motifs de pierres gravées dont le taureau de Hyllos du Cabinet des Médailles8.

Anatole Chabouillet, qui décrit le vase dans son Catalogue général et raisonné des camées et pierres gravées de la Bibliothèque impériale, indique :

D’après une tradition rapportée par Marion du Mersan (Hist. du cab. des méd., p. 57), les reines de France buvaient le vin consacré dans cette coupe le jour de leur couronnement. D’après une autre tradition, le roi Henri III, dans un besoin d’argent, aurait emprunté ce vase aux religieux pour le mettre en page chez les juifs de Metz contre une somme de 1 million de livres tournois.

Chabouillet, Anatole (1814-1899) ; Lenormant, François (1837-1883), Catalogue général et raisonné des camées et pierres gravées de la Bibliothèque impériale, Paris : J. Claye, 1858, p. 54. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62085516/f126>.

Le guide du visiteur du Cabinet des médailles de 1924 apporte une précision quant à son parcours après le vol :

Le 16 février 1804, elle fut volée avec le grand Camée, dans les circonstances que nous rapportons plus haut. Mais, tandis que le grand Camée était retrouvé à Amsterdam, la coupe de Ptolémée avait suivi une autre direction: elle fut retrouvée, en brumaire an XIII, à Rozoz-sur-Serre [sic], entre Laon et Rocroi. La monture en avait malheureusement été fondue, et c’est dépouillé de tout ornement que le célèbre canthare a repris sa place dans notre vitrine d’honneur, jusqu’à ce que, sous Napoléon, on ait fait exécuter par Delafontaine le pied en bronze ciselé et doré sur lequel la précieuse coupe est montée.

Le Cabinet des médailles et antiques de la Bibliothèque nationale. Notice historique et guide du visiteur. I. Les Antiques et les objets d’art, Paris : éditions Ernest Leroux, 1924, p. 123. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6307612c/f147.item>.

En 1897, Ernest Babelon indiquait : « Sous le Premier Empire, on donna à la Coupe de Ptolémée, comme au Grand Camée, une monture nouvelle en bronze doré, exécutée par A. Delafontaine. Plus tard, vers 1832, on jugea que ce pied moderne, que le Cabinet des Médailles possède encore, n’était pas en harmonie avec le style de la coupe et il fut enlevé. C’est dépouillé de tout ornement que le célèbre carchesium ou canthare bachique figure aujourd’hui dans notre vitrine d’honneur. »9

Calice de l’abbé Suger

Le calice dit de l’abbé Suger fait partie des objets que ne réintégrèrent pas les collections de la Bibliothèque après que certains aient été retrouvés. Le calice est désormais conservé à la National Gallery of Art de Washington.

Daniel Rabel (1578?-1637), Calice de l’abbé Suger, 1633, aquarelle, Cabinet des Estampes, Bibliothèque nationale de France
Chalice of the Abbot Suger of Saint-Denis, 2nd/1st century B.C. (cup); 1137-1140 (mounting), 1942.9.277, National Gallery of Art   
Chalice of the Abbot Suger of Saint-Denis, 2nd/1st century B.C. (cup); 1137-1140 (mounting), 1942.9.277, National Gallery of Art   

Après le vol, le calice fut caché dans un buste en plâtre de Laocoon, pour être exporté en contrebande, probablement via la Hollande, vers l’Angleterre, alors en guerre avec la France. Il fut acquis par un collectionneur d’art ancien, Charles Townley ou Towneley (1737-1805). Cependant, au lieu d’entrer au British Museum avec la collection de marbres de Towneley, le calice resta dans sa famille jusque vers l’an 1880 voire 1920, quand Harry Harding, un marchand anglais, en fit l’acquisition au cours d’une vente aux enchères pour huit cents livres. Ce dernier le revendit peu après à la société de J. et S. Goldschmidt. Joseph Early Widener (1871-1943) l’acquit dans leur galerie du 673 Fifth Avenue, New York, le 20 mars 1922. Le calice fut ensuite donné dans la succession de Peter A.B. Widener en 1942 à la National Gallery of Art de Washington où il se trouve aujourd’hui10.

Vase de prase

Le vase dit de prase, en référence à sa matière qui varie selon les descriptions — de sardonix, de jade vert moucheté, lapis nephriticus —, correspond à la “Navette de Saint Eloi” (Camée.374) dont la monture d’orfèvrerie cloisonnée fut fondue par les voleurs. Il correspond au n° 74 de l’inventaire du trésor de Saint-Denis de 1634. Son état actuel est le suivant :

Navette au musée de la BnF en 2023 © O. Jacquot
Navette au musée de la BnF en 2023 © O. Jacquot

La monture d’orfèvrerie fondue lors du vol n’est connue que par la description de l’inventaire du trésor de Saint-Denis de 1634 qui décrit : « Un vase de prase fait en forme de cuve entouré d’une bordure de filet d’or ou de vermeil dans lesquels il y a des verres colorés en rouge, enchassés. »11.

La monture est également connue par la gravure publiée par Félibien en 1706 :

Félibien, Michel (1665-1719), Histoire de l'abbaye royale de Saint-Denys en France , contenant la vie des abbez qui l'ont gouvernée depuis onze cens ans, les hommes illustres qu'elle a donnez à l'Église & à l'État, les privilèges accordez par les souverains pontifes & par les évêques, les dons des rois, des princes & des autres bienfacteurs, avec la description de l'église & de tout ce qu'elle contient de remarquable. Le tout justifié par des titres authentiques & enrichi de plans, de figures & d'une carte topographique, A Paris : chez Frédéric Léonard, M. DCCVI, pl. IV.
Félibien, Michel (1665-1719), Histoire de l’abbaye royale de Saint-Denys en France , contenant la vie des abbez qui l’ont gouvernée depuis onze cens ans, les hommes illustres qu’elle a donnez à l’Église & à l’État, les privilèges accordez par les souverains pontifes & par les évêques, les dons des rois, des princes & des autres bienfacteurs, avec la description de l’église & de tout ce qu’elle contient de remarquable. Le tout justifié par des titres authentiques & enrichi de plans, de figures & d’une carte topographique, A Paris : chez Frédéric Léonard, M. DCCVI, pl. IV, extrait. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5324404j/f604>.

La description de Félibien, p. 543, indique : « Autre gondole faite d’une pierre de jade dont la garniture eſt d’or émaillé. Voyez cy-deſſus pag. 175. » À la dite page 175, Félibien, qui rapporte le récit de l’activité administrative de l’abbé Suger, issue de son De administratione sua12, indique que l’abbé : « donna tous les petits vases de cristal de ſa chapelle avec plusieurs joyaux qui ſe voyent encore aujourd’huy au trésor ; savoir une eſpece de gondole faite d’une pierre précieuse nommée jade dont il paya soixante marcs d’argent, pour la retirer des mains de ceux à qui le roy Louis VI. l’avoit engagée dix ans auparavant ». Ernest Babelon estime que « L’image du vase, avec sa monture quadrilobée, que donne dom Félibien dans son Histoire de l’abbaye de Saint-Denis (pl. IV, lettres CC), est malheureusement trop exiguë pour que nous puissions nous faire quelque idée du mérite artistique de cette monture qui était vraisemblablement de travail byzantin ou rhénan. »13

Blaise de Montesquiou-Fezensac et Danielle Gaborit-Chopin décrivent la pièce :

Elle avait la forme d’un quadrilobe aplati, et le passage des longs côtés rectilignes de la gemme à deux arcs de cercles était assuré par deux parties renflées, décorées d’écailles de primes d’émeraude. Un filet de verre bleu marquait le départ du bord proprement dit, commun aux quatre côtés du vase. Il était surmonté d’une « claire-voie », c’est-à-dire d’une galerie ajourée et de grenats et de verres bleus entremêlés ; ces deux éléments semblent correspondre aux arcs en plein cintre et aux cercle polylobés visibles sur la gravure. A l’extérieur, la bordure était identique ; des écailles de verroterie correspondaient à celles de primes d’émeraude décrites plus haut. Aux deux extrémités, deux rangs de perles indiquaient le départ du travail d’orfèvrerie.

Montesquiou-Fezensac, Blaise de ; Gaborit-Chopin, Danielle, Le Trésor de Saint-Denis. 3, Planches et notices, Paris : A. et J. Picard, 1977, p. 61.

Dans son Histoire du cabinet des médailles, antiques et pierres gravées, Théophile Marion Dumersan (1780-1849) le décrit ainsi :

Dumersan, Théophile Marion (1780-1849), Histoire du cabinet des médailles, antiques et pierres gravées : avec une notice sur la Bibliothèque royale, et une description des objets exposés dans cet établissement, Paris, 1838, p. 48
Dumersan, Théophile Marion (1780-1849), Histoire du cabinet des médailles, antiques et pierres gravées : avec une notice sur la Bibliothèque royale, et une description des objets exposés dans cet établissement, Paris, 1838, p. 48. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6472269d/f62>.

Le catalogue Médailles et antiques de la BnF indique que : « La panse était recouverte d’un réseau métallique de forme quadrilobée, à double paroi, où étaient sertis des pierres, émeraudes et grenats, et des verres bleus ou saphirs. La gravure montre sur la face intérieure une superposition d’écailles arrondies, un motif d’arcatures, une rangée de rosaces. La pierre, une aventurine d’un très beau vert, variété de quartz plus rare que la prase, est exceptionnelle par ses dimensions et sa qualité, que Suger admirait tout autant que le travail d’orfèvrerie ».

En 1897, quand Ernest Babelon décrit l’objet, il l’estime :

Cette coupe oblongue, qui n’est plus qu’une sorte de petite auge de jade, sans intérêt artistique et archéologique, était restée, jusqu’au commencement de ce siècle, entourée d’une monture d’orfèvrerie qui en faisait un inappréciable joyau. Dérobée en 1804, avec le grand Camée, la coupe de Ptolémée et la gondole de sardonyx n° 373, elle fut dépouillée de cette monture que les voleurs jetèrent au creuset, si bien qu’après l’arrestation des criminels à Amsterdam, la police ne put ressaisir que la gemme nue, telle que nous la voyons à présent […]. Cette mutilation est rendue plus regrettable encore par les souvenirs historiques qui se rattachent à ce monument. Avant la Révolution, il faisait, comme la gondole précédente, partie du Trésor de l’abbaye de Saint-Denis à laquelle il avait été donné en 1214, par l’abbé Suger.

Babelon, Ernest (1854-1924), Catalogue des camées antiques et modernes de la Bibliothèque nationale : ouvrage accompagné d’un album de 76 planches, Paris : E. Leroux, 1897, p. 211-212.

Deux couvertures d’évangéliaires

Le descriptif des pièces volées reste étrangement très allusif concernant ces couvertures. Rien n’est dit de la provenance initiale de l’évangéliaire. Même silence dans les listes des objets retrouvés et restitués à la Bibliothèque en 1806 : les couvertures ne sont pas mentionnées dans l’état des objets « rapportés de Hollande par M. Desmemouville, ambassadeur, dans le mois de ventose, an 13 ».

Ces couvertures étaient celles de l’évangéliaire de l’archevêque de Milan Aribert d’Intimiano (entre 970 et 980 – 16 janvier 1045). Elles faisaient partie du trésor de la cathédrale de Monza ramené d’Italie par Napoléon14.

Caricatures de George Cruikshank raillant les spoliations napoléoniennes
Caricatures de George Cruikshank raillant les spoliations napoléoniennes, Public domain, via Wikimedia Commons, https://commons.wikimedia.org/wiki/File:George_Cruikshank,_Seizing_the_Italian_Relics,_1815.jpg

L’entrée des collections issues du trésor de Monza est mentionnée dans les procès-verbaux du Conservatoire de la bibliothèque, lors de sa 61e séance du 19 Prairial an 5 (7 juin 1797) :

ADMINISTRATION. Procès-verbaux du Conservatoire (du Comité consultatif après 1858). Archives modernes 55-56
ADMINISTRATION. Procès-verbaux du Conservatoire (du Comité consultatif après 1858). Archives modernes 55-56, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53216270s/f67.item

Malheureusement, les couvertures disparurent lors du vol, fondues pour récupérer leur métal précieux. Les conservateurs successifs du Cabinet des médailles qui ont évoqué le vol restent muets quant à l’évangéliaire, comme honteux de cette perte.

Cet évangéliaire, donné en 1044 à Monza par l’archevêque de Milan, Aribert ou Eribert d’Antimiano, n’existe plus dans le trésor de la basilique. Il ne nous est connu que par les deux planches que lui a consacrées Frisi (t. III, pl. XV et XVI), et par les descriptions qu’il en a faites pages 61-65.

Barbier de Montault, Xavier (1830-1901), « L’évangéliaire d’Éribert », dans : Barbier de Montault, Xavier (1830-1901), Inventaires de la Basilique royale de Monza, Tours : Imprimerie Paul Bouserez, 1880, p. 122.

Ces couvertures d’évangéliaires sont documentées par des gravures illustrant les Mémoires de l’historien milanais Giorgio Giulini (1714-1780), les Memorie spettanti alla storia, al governo ed alla descrizione della città e della campagna di Milano ne’ secoli bassi parues en 176015.

Les gravures des deux couvertures figurent au tome III de l’édition de 176016 et au tome 2 de la réédition de 185417.

Étudié par Xavier Barbier de Montault (1830-1901)18, un inventaire du Trésor de Monza contemporain de la gravure de Giorgio Giulini fournit une description des matériaux des couvertures de l’évangéliaire (sous le n° 20) :

Un coperto di libro, detto Evangeliario, quale da una parte è tutto d’oro figurato con moite gemme e lapislazulo, rapresentante la deposizione di Nostro Signore dalla croce, dall’ altra tutto d’argento dorato con diverse figure a basso rilievo, donato da Eriberto Entimiano, arcivescovo di Milano, l’anno 104419.

Barbier de Montault, Xavier (1830-1901), « L’évangéliaire d’Éribert », dans : Barbier de Montault, Xavier (1830-1901), Inventaires de la Basilique royale de Monza, Tours : Imprimerie Paul Bouserez, 1880, p. 122.

Xavier Barbier de Montault reproduit les propos de Julien Durand au sujet de l’interprétation de la descente de croix de la couverture où il indique :

La couverture fut sans doute ce qui tenta les Français commandés par Bonaparte. Toujours est-il que le manuscrit fut apporté à Paris avec plusieurs autres, et placé dans la principale bibliothèque publique. Quelques années après, l’Évangéliaire disparaissait, au milieu d’un vol considérable, et on ne met pas en doute que la couverture n’ait été fondue et à jamais perdue. Il n’en reste de traces que les pauvres gravures publiées par Giulini, Memorie di Milano, 1771, t. III, p. 390 et Frisi, Memorie di Monza, t. III, p. 62.

Outre les gravures déjà citées de Giulini, les couvertures furent vues et reproduites par l’abbé Antonio Francesco Frisi (1734-1817), chanoine de la basilique Saint-Jean de 1763 à 1777, avant qu’elles ne soient emportées en France par les troupes françaises20

La chercheuse Chiara Maggioni, qui a étudié l’évangéliaire21, recense toutes les mentions et représentations qui en ont été faites avant sa disparition, par exemple et après Giulini et Frisi, par l’érudit florentin Angelo Maria Bandini (1778). La dernière reproduction du plat de l’évangéliaire fut l’œuvre d’Andrea Appiani (1754-1817)22, réalisée en 1792 dans un panneau de bronze représentant quelques reliques du trésor, dont l’évangéliaire, pour le maître-autel de la basilique San Giovanni Battista de Monza, consacré à Pâques 1798, l’année même du pillage du trésor par Napoléon.

Andrea Appiani, Détail du maître-autel de la basilique San Giovanni Battista de Monza
Andrea Appiani, Détail du maître-autel de la basilique San Giovanni Battista de Monza

Le spécialiste de l’Italie napoléonienne Alain Pillepich devait consacrer un chapitre au pillage du trésor de Monza dans un ouvrage indiqué à paraître sous la direction de Roberto Cassanelli en 2007 mais dont nous ignorons le titre final, si l’ouvrage est effectivement paru23.

Diptyque ou grande plaque d’ivoire sculptée

La liste des objets retrouvés après le vol mentionne le diptyque qui devrait donc se trouver dans les collections du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF. Ce dernier conserve bien plusieurs diptyques en ivoire24 mais aucune de leur notice ne mentionne leur vol en 1804 ou leur restitution ultérieure. De même, la liste des diptyques fournie par Théophile Marion Dumersan (1780-1849) dans son Histoire du cabinet des médailles, antiques et pierres gravées25 tait tout vol à leur endroit alors qu’il le décrit par ailleurs dans son texte. Aussi, nous ignorons lesquels furent volés ni leur provenance.

Les diptyques de la BnF au musée de la BnF, 2023 © O. Jacquot
Les diptyques de la BnF au musée de la BnF, 2023 © O. Jacquot

Pourrait-il s’agir de l’un des trois diptyques du trésor de la cathédrale de Monza qui aurait été restitué en 1815 ? Ces trois diptyques sont reproduits par l’abbé Antonio Francesco Frisi (1734-1817)26 :

Un procès verbal du 16 avril (27 germinal) 1793 indique qu’ « un bas-relief en ivoire » a été mis de côté pour la Commission des Arts27. Blaise de Montesquiou-Fezensac et Danielle Gaborit-Chopin, indiquent que ce « bas-relief en ivoire mis de côté pour la Commission des Arts en 1793 ne figure pas dans ce procès-verbal de 1796 [de pièces reçues au Cabinet des Médailles comme provenant du district de Franciade]. Peut-être faut-il cependant l’identifier avec un feuillet de diptyque, représentant des scènes de la vie du Christ et de la Vierge, aujourd’hui au Musée de Cluny28. »29.

Poignard monté en vermeil

Le poignard évoqué est parfois désigné sous le terme de poignard de François Ier. Les articles relatant le procès de l’affaire indiquent que seul le fourreau « orné de camées sur coquilles » fut retrouvé ainsi que les adresses des acheteurs des objets volés. Cependant, nous n’avons pas trouvé mention du fourreau dans les collections du département des Monnaies, médailles et antiques ni dans la liste des objets remis à la Bibliothèque en 1805. Le poignard reste encore à retrouver s’il est parvenu à traverser les âges.

Couronne d’Agilufus

Cette « couronne d’or » portant une inscription latine circulaire avec des lettres en relief et émaillées, est désignée comme étant celle du roi des Lombard Agilufus, Agelulphus ou Agelulphos30, selon les articles de presse relatant le vol ou le procès de ses instigateurs. Fondue par les voleurs, la Couronne d’Agilufus disparut.

Dans son étude des inventaires du trésor de Monza, Xavier Barbier de Montault (1830-1901) décrit la couronne et son vol31 :

La couronne d’Agilulf n’a pas disparu dans la tourmente révolutionnaire. Envoyée d’abord à Milan, avec d’autres pièces également précieuses, pour payer l’onéreuse contribution imposée par la République française, qui exigea, à la fin de 1796, les deux tiers de l’or possédé par la basilique, soit 264 onces, et la moitié de son argent, c’est-à-dire 3,847 onces, ce ne fut qu’en 1799 qu’elle prit le chemin de Paris. Une salutaire réflexion empêcha de consommer un acte de vandalisme qui aurait été à jamais irréparable.
Cette couronne avait un double prix, artistique et historique : l’art s’intéressait à ses reliefs, comme aussi l’historien voyait une date dans son inscription significative. A part l’évangéliaire de Théodelinde, il n’y avait pas dans tout le trésor un autre objet qui méritât mieux d’être conservé. La Bibliothèque nationale ne le garda pas longtemps, car il y fut bientôt volé en raison de sa matière, puis fondu32.

Barbier de Montault, Xavier, « Les inventaires de la Basilique royale de Monza », Bulletin monumental, 1880, vol. 46, p. 61-62. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k31062c/f63.item>.

La couronne d’Agilulf bénéficie d’une rare et unique représentation en couleur issue d’un manuscrit anonyme conservé à la Bibliothèque nationale d’Autriche33 :

Corona d'oro del Re' Agilulfo conservata dello chieso di Monza con l'altra de Teodelinda 1717
Corona d’oro del Re’ Agilulfo conservata dello chieso di Monza con l’altra de Teodelinda 1717.
Wien, Österreichische Nationalbibliothek (ÖNB), Cod. 6189, f. 387.
Wien, Österreichische Nationalbibliothek (ÖNB), Cod. 6189, f. 387.

La couronne désormais disparue34 fut reproduite dans les Memorie storiche di Monza e sua corte publiés en 1794 par l’abbé Antonio Francesco Frisi (1734-1817)35 :

Planche des Memorie storiche di Monza e sua corte raccolte ed esaminate dal canonico Anton-Francesco Frisi : « Corona d’oro del re Flavio Agilulfo III – Corona d’oro comunemente detta Ferrea I – Corona d’oro della regina Flavia Teodolinda II »
Détail de la planche des Memorie storiche di Monza e sua corte raccolte ed esaminate dal canonico Anton-Francesco Frisi donnant à voir la représentation de la couronne fondue36.

Napoléon Ier ceignit une autre couronne du trésor de Monza37, la Couronne de fer38, lors de la cérémonie de couronnement qu’il mit en scène à Milan le 26 mai 1805. Une gravure le représente portant la couronne :

Napoléon en costume de Roi d'Italie ceignant la Couronne de fer, Stampa del 1805
Napoléon en costume de Roi d’Italie ceignant la Couronne de fer, Stampa del 1805, Public domain, via Wikimedia Commons, https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Napoleone_re_d%27Italia.jpg

Pour célébrer l’événement, une médaille fut gravée par Jean-Bertrand Andrieu (1761-1822) et Louis Jaley (1765-1840), sous la direction de Dominique-Vivant Denon (1747-1825) : son revers représente la couronne d’Agilulf, pourtant déjà disparue lors de l’événement et non ceinte par lui lors du couronnement :

Le choix de la couronne d’Agilulf venait, pour Turricchia, de la volonté de Napoléon d’apparaître comme le successeur de Charlemagne39. Cette couronne du roi lombard avait été saisie en 1797 dans le trésor de Monza, ramenée en France, mais avait disparu peu de temps avant le couronnement.

Buclon, Romain, Napoléon et Milan : mise en scène, réception et délégation du pouvoir napoléonien (1796-1814), [Grenoble], 2014, p. 462. Thèse de doctorat : Histoire : Grenoble : 2014. Thèse de doctorat : Histoire : Università degli studi di Napoli Federico II : 2014. Disponible sur Internet, url : <https://theses.hal.science/tel-01237258/file/30652_BUCLON_2014_archivage.pdf>.

Le trésor de la basilique de Monza fut en effet réquisitionné et transféré à Paris au Cabinet des Médailles de la Bibliothèque nationale, à la suite des pillages napoléoniens. Ce qui restait du trésor fut restitué à l’Italie après le Congrès de Vienne de 1814-1815. Le Trésor conserve d’autres couronnes des Lombards, notamment la Couronne dite de fer et celle de l’épouse d’Agilulf, Théodelinde, reine des Lombards (590-627).

Couronne d'Agilulf
Couronne de fer, James Steakley, CC BY-SA 3.0 https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0, via Wikimedia Commons
Couronne de la reine Théodelinde des Lombards (Trésor de la cathédrale de Monza)
Couronne de la reine Théodelinde des Lombards (Trésor de la cathédrale de Monza)

Les différentes couronnes du trésor de Monza sont représentées dans le manuscrit de Vienne, ms. Cod. 6189, f. 379 (appendues à gauche) :

Wien, Österreichische Nationalbibliothek (ÖNB), Cod. 6189, , f. 379.
Wien, Österreichische Nationalbibliothek (ÖNB), Cod. 6189, f. 379. Disponible sur Internet, url : <https://digital.onb.ac.at/RepViewer/viewer.faces?doc=DTL_2998757&order=1&view=SINGLE>.

4 autres objets volés

Selon l’ « État des objets enlevés au Cabinet des Antiques de la Bibliothèque nationale, le 27 pluviôse an 12 » publié par Ernest Babelon dans son Catalogue des camées antiques et modernes de la Bibliothèque nationale, quatre autres objets dérobés doivent être ajoutés à la liste publiée par Charles-Paul Landon :

9. Un vase de sardoine, presque semblable à celui de prase.
10. Une coupe de jaspe fleuri, avec son pied et sa tige garnis d’or.
11. Une coupe pareille, en jaspe sanguin, la tige et le pied garnis en or, en partie émaillée.
12. Une croix en vermeil, enrichie d’agathes.

Babelon, Ernest (1854-1924), Catalogue des camées antiques et modernes de la Bibliothèque nationale : ouvrage accompagné d’un album de 76 planches, Paris : E. Leroux, 1897, p. CLXVII-CLXVIII. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k399064t/f171>.

Les archives de la Bibliothèque nationale de France conservent une pièce d’archive intitulée État des objets enlevés au Cabinet des antiques de la Bibliothèque nationale le 27 pluviôse an 12 [17/02/1804] listant effectivement des « Objets oubliés dans la déclaration »40 !

Vase de sardoine

Bien que la description soit sommaire pour bien identifier l’objet, nous supposons qu’il s’agit du « vase de sardoine en forme de gondole, monté en vermeil » figurant dans la listes des objets restitués. Ce serait celui qui a fait l’objet d’un procès-verbal daté du 21 brumaire an XIII (12 novembre 1804) et établi par Charles Daubanel, commissaire de police, lors de sa récupération. Pour sa restitution, le Président du Conservatoire de la Bibliothèque nationale, Pascal-François-Joseph Gossellin (1751-1830), établit un reçu daté du 5 frimaire an XIII (26 novembre 1804).

Coupe de jaspe fleuri

Cette coupe avait appartenu à Madame du Barry, comtesse du Barry (1743-1793) selon le Procès-verbal des objets envoyés par l’Administration de la Monnaie au Museum des Antiques de la Bibliothèque nationale du 1er Nivose an V de la République (21 décembre 1796)41.

Dans son Histoire de Madame Du Barry42, l’avocat Charles Vatel (1816-1885) reproduit une déclaration faite le 18 frimaire de l’an II (8 décembre 1793) par la comtesse, après qu’elle ait été arrêtée, où elle décrit ses biens dont « deux couppes de jaspe sanguin montées en or » qui semblent bien être celles qui furent volées en 1804 :

6° Dans une commode, dans la chambre à coucher, un pot à l’eau et la cuvette de cristal de roche garnie en or ; deux couppes de jaspe sanguin montées en or ; un bracelet antique monté en or, composé de différentes pierres ; un gobelet de cristal de roche et deux caraphes et le plateau : le tout monté en or ; vingt-une ou vingt-deux bagues de différentes pierres gravées, montées en or ; une boëte montée en cage d’or avec le portrait de l’épouse de Brissac ; un portrait de la fille de ce dernier monté en or; un portrait de son fils (Brissac), aussi monté en or, c’est-à-dire du fils de madame de Mortemart, fille de Brissac ; un portrait de la mère du même, un autre de son frère ; une boëte d’écaillé blonde montée en or, avec une pierre blanche gravée très belle où est le portrait de Brissac et de la déclarante ; une boëte de jatte sic (peut-être pour jade), montée en or, émaillée ; une autre boëte de nacre, montée en or ; un portrait en émaille (sic) d’une grand’mère de Brissac ; deux tasses d’or avec leurs manches de corail et quelques autres objets appartenant à Brissac.

Vatel, Charles (1816-1885), Histoire de Madame Du Barry d’après ses papiers personnels et les documents des archives publiques : précédée d’une introduction sur Madame de Pompadour, le Parc-aux-cerfs et Mademoiselle de Romans, Versailles : L. Bernard, 1883, tome 3, p. 284-285.

Il semble que M. de Brissac ait hérité des coupes puisque dans l’inventaire des collections et objets d’art lui appartenant, fait le 8 floréal an II (27 avril 1794), parmi les « Vases, coupes de matière précieuse » nous retrouvons une coupe de jaspe sanguin et une autre de jaspe jaune :

Vases, coupes de matière précieuse.

75. Un goblet [sic] de jaspe sanguin de 2 pouces 6 lignes de diamètre, sur 2 pouces 6 lignes de hauteur. (Denor.)
76. Une coupe de jade foncé vert ; hauteur 2 pouces 6 lignes, diamètre 4 pouces. (Denor.)
77. Une petite coupe forme de gondole, en jade claire, démontée en trois parties, de 2 pouces 10 lignes. (Denor.)
78. Deux cassolettes agathe orientale, montées en bronze doré au mat sur pieds à chaînes ; hauteur 8 pouces. (Denor.)
79. Une autre cassolette montée à quatre pieds ; hauteur 9 pouces. (Denor.)
80. Deux tasses sardoine élevées sur quatre enfants en bronze, couleur antique et socles de porphire, hauteur 5 pouces. (Denor.)
81. Une soucoupe de jaspe jaune, diamètre 5 pouces. (Denor.)
82. Une coupe forme de gondole à anses prises dans la masse de jaspe rouge ; longueur 6 pouces, largeur 3 pouces 6 lignes. (Denor.)
83. Un vase forme de goblet [sic] à pieds, avec secoupe [sic] en agathe sardoine ; hauteur totale 3 pouces 4 lignes, diamètre 3 pouces 2 lignes. (Denor.)
81. Une coupe d’agathe blonde calcédoine, de 2 pouces 6 lignes de hauteur, sur 4 pouces de diamètre. (Denor.)

Vatel, Charles (1816-1885), Histoire de Madame Du Barry d’après ses papiers personnels et les documents des archives publiques : précédée d’une introduction sur Madame de Pompadour, le Parc-aux-cerfs et Mademoiselle de Romans, Versailles : L. Bernard, 1883, tome 3, p. 391-392.

Charles Vatel nous indique que la mention Denor qui figure sur cet inventaire se rapporte à un Hollandais nommé Denoor :

Denoor était un Hollandais à qui le gouvernement de la République devait de l’argent pour des fournitures qu’il lui avait faites. Il se fit rembourser en nature en prenant des objets d’art dans les dépôts et magasins provisoires. C’est ordinairement sa femme, la citoyenne Denoor, qui allait faire les choix au dépôt de Nesle. Le marquis de Laborde en a parlé dans les Archives de la France pendant la Révolution. Edition in-12, p. 255 et 256.

Vatel, Charles (1816-1885), Histoire de Madame Du Barry d’après ses papiers personnels et les documents des archives publiques : précédée d’une introduction sur Madame de Pompadour, le Parc-aux-cerfs et Mademoiselle de Romans, Versailles : L. Bernard, 1883, tome 3, p. 38743.

En réalité il s’agissait de Suzanne Marguerite de Stallan De Noor (souvent orthographié Denoor), femme divorcée de l’explorateur et collectionneur François Levaillant (1753-1824)44

Née le 20 juillet 1751 à Lunéville de Pierre de Stallan De Noor, « conseiller au présidial de Metz » mais aussi, dans certains actes, « officier, capitaine au service de sa majesté impériale et catholique la reine de Hongrie et de Bohème » et d’Eléonore Le Gueleux d’Achy, elle épousa François Levaillant (1753-1824) le 18 septembre 1773. Ils divorcèrent le 21 août 179345. Elle se déclarait « naturaliste ».

Comme l’indique Charles Vatel, les objets saisis par la Commission des Arts auprès d’émigrés furent entreposés à l’Hôtel de Nesle où Mme De Noor vint en prélever46.

Certains objets lui furent remis pour le prix du cabinet d’histoire naturelle ayant appartenu à son ex-époux. Elle prit par exemple des bougeoirs de l’hôtel de Brissac, vendus en 200747.

Suzanne Marguerite De Noor semblait être une habituée du dépôt de Nesle. En 1797, quand le Muséum central des arts s’adresse à Jacques-André Naigeon (1735-1810), « conservateur du dépôt de Nesle » pour le questionner sur le devenir d’ivoires sculptés par Gérard van Opstal, Naigeon répond qu’ils ont été échangés à la « C[itoyen]ne De Noor Levaillant »48.

Les pièces numéro « 75. Un goblet [sic] de jaspe sanguin de 2 pouces 6 lignes de diamètre, sur 2 pouces 6 lignes de hauteur » et « 81. Une soucoupe de jaspe jaune, diamètre 5 pouces » acquises par Suzanne Marguerite De Noor ne correspondent sans doute pas aux pièces volées en 1804 et restituées au Cabinet sous les numéros « 10. Une coupe de jaspe fleuri, avec son pied et sa tige garnis d’or » et « 11. Une coupe pareille, en jaspe sanguin, la tige et le pied garnis en or, en partie émaillée ». Si l’on peut admettre que coupe et soucoupe puissent être équivalentes ou une coupe et un gobelet, il paraît étonnant que l’inventaire ne mentionnât pas la tige et le pied garnis d’or.

Suzanne Marguerite De Noor se défit d’une partie de ses collections au cours de plusieurs ventes aux enchères publiques : une vente des livres eut lieu en 1795 et des ventes d’objets d’art les 13 et 14 mars et du 5 au 7 avril 179749. Dans la vente du 14 mars 1797, une soucoupe en jaspe jaune est vendue pour la somme de 18 :

Jaſpe

142. Une ſoucoupe de caillou jaune, de 4 pouces de diamètre.

Lebrun, Jean-Baptiste-Pierre (1748-1813), Catalogue d’une collection de tableaux des trois écoles ; miniatures ; émaux ; figures, buſtes & bas-reliefs en marbre, bronze, argent & ivoire ; tabatières en cornaline, jaſpe & prime de grenat, à deſſus de moſaïque & à deſſins de Bouchardon, &c ; vaſes & coupes d’agathe orientale, sardoine, chalcédoine, jade, jaſpe ; cryſtal de roche garni en or : pierre de Florence ; vaſes et fûts de colonne de différens marbres ; morceaux d’ancien laque du Japon ; porcelaines anciennes du Japon, de la Chine & de France ; meubles ; Girandoles ; flambeaux dorés, & autres objets, A Paris : Lebrun : Lejeune, 1797, p. 14. Disponible sur Internet, url : <https://bibliotheque-numerique.inha.fr/idviewer/20140/13>.

Ce pourrait être la même coupe que la n° « 81. Une soucoupe de jaspe jaune, diamètre 5 pouces » de M. de Brissac, avec un pouce de différence dans la mesure. Cependant, il ne nous semble pas que les pièces volées en 1804 ayant appartenu à la comtesse du Barry soient celles acquises par Suzanne Marguerite De Noor d’autant plus que la liste des pièces remises au Museum des Antiques de la Bibliothèque nationale le 1er Nivose an V de la République (21 décembre 1796) les mentionne bien. Elles auraient donc transité par l’Hôtel de Nesle pour être ensuite confiées à la Bibliothèque nationale.

Coupe de jaspe sanguin

Selon le Procès-verbal des objets envoyés par l’Administration de la Monnaie au Museum des Antiques de la Bibliothèque nationale du 1er Nivose an V de la République (21 décembre 1796)50, cette coupe, comme la précédente, avait appartenu à Madame la comtesse du Barry.

Croix en vermeil

Cette croix provenait du Trésor de Monza, intégralement spolié en 1797 par Napoléon et transporté au Cabinet des Médailles. Par ailleurs, environ cent quinze manuscrits du monastère de Monza rejoignent le cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale51. Selon l’inventaire du trésor effectué par Baldassarre Cipolla en 1595-1596, pour le compte de Federico Borromeo (1564-1631), la basilique conservait plusieurs croix :

Crux aurea gemmis tota ornata, quae crux regni dicitur cum aureis laminis ad formam margaritarum rotundarum, quae pensiles catenis aureis a cruce sustentantur52 […] Crux parva aurea gemmis ornata53. Altera crux gemmis ornata cum aureis laminis ut supra, (quam) pensiles sustentantur ut supra54.

Delmoro, Roberta, « Per l’antico aspetto del Duomo di Monza: appunti dalle visite pastorali tra XVI e XVII secolo e alcune precisazioni sui polittici di Stefano de Fedeli », Acme : Annuali della Facoltà di filosofia e lettere dell’ Università Statale di Milano, 2014, vol. 67, n° 2, p. [41]-81. DOI: https://doi.org/10.13130/2282-0035/4571. Disponible sur Internet, url : <https://riviste.unimi.it/index.php/ACME/article/view/4571/4657>.

L’inventaire du trésor de Monza de 1275, « le plus détaillé de tous », selon Xavier Barbier de Montault, cite plusieurs croix :

N° 48. Une croix gemmée et perlée. La croix de Bérenger est dite crux regni. Faut-il traduire par croix du royaume ? Je ne le pense pas, car on devrait alors spécifier quel rapport existe entre l’Etat et cette croix, qui est, dans cette hypothèse, ou signe protecteur ou instrument nécessaire au rit[e] du couronnement. Il est bien plus simple d’y voir une croix pendante, c’est-à-dire suspendue au milieu d’une couronne, à la façon de celles si souvent mentionnées dans le Liber pontificalis, qui donne à la couronne le nom de regnum, parce qu’elle est faite pour constater la royauté. Cette explication a l’avantage d’être plus rationnelle et de se baser sur la conformité archéologique avec des monuments analogues.
La croix gemmée se plaçait, le vendredi saint, sur une grande patène dorée, au-dessus de l’arche : « Et accipiunt ibi archam coopertam quodam pallio, desuper testavangelio magno supraposito, cum patena magna deaurata, cruce gemmarum ornata superposita. » (Frisi, t. III, p. 194.) Cette croix servait à l’adoration de la croix : les chanoines venaient la baiser successivement. « Sacerdos ebdomadarius, vel archi-presbyter revestitus, cum diacono et subdiacono osculantur crucem…… Osculata cruce acanonicis. » (Ibid, p. 195.) A Saint-Pierre de Rome, on se sert également de la croix gemmée de l’empereur Justin pour cette cérémonie.
N° 57. Trois petites croix : une est en or gemmé et les autres en argent doré, également gemmé. Peut-être étaient-elles l’accompagnement obligé des couronnes pendantes, comme il est figuré à la façade aux quatre couronnes offertes par Théodelinde.

Barbier de Montault, Xavier, Inventaires de la Basilique royale de Monza, Tours : Imprimerie Paul Bouserez, 1880, p. 207-208. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/inventairesdelab00barb/page/206/mode/2up>.

Selon César Aguilhon sollicité par Xavier Barbier de Montault, « il y avait deux croix dites regni : l’une, mentionnée dans le Sacramentaire grégorien (Frisi, t. III, p. 72) et l’inventaire de 1275, qui contenait des reliques ; l’autre, qui n’aura reçu son nom qu’après la perte de la précédente et qui ne paraît pas arrangée de façon à recevoir des reliques. »55.

La prima di esse consiste in un Inventario a modo di consegna, fatta dallo stesso Berengario, dei preziosi arredi della di lui Reale Cappella ad Adelberto Suddiacono, probabilmente della Chiesa Monzese, e da esso Adelberto steso, e circostanziato cosi : Capitulatio ecclesiastice rei de capella serenissimi regis berengarii quando adelberto subdiacono commendauit. ego adelhertus omnia cum distinctione numeri expono. in primis capsa aurea I. cruces II. de cristallo auro insertas et alias cruces II. una ex illis ex auro. alla ex auro et gemmis. crux I. quam domnus rex solitus est super pectus suum portare. crux I. de auro. et sunt cristalli implicati. et VII. crux argentea et deaurata. cristallos III. circumamictos auro. et unus cristallus et una alteri petra in unum coniuncti et circumamicti. cum auro. et II. cristalli in unum coniuncti et de argento circumcincti. imago una leonis de cristallo cum aliis duobus cristallis qui in ipso filacterio positi sunt. buxa una eburnea cum reliquiis. et altera lignea cum reliquiis. et capsula I. lignea cum reliquiis. altaria II. de cristallo. calix I. aureus cum sua patena alter argenteus sine patena. coronas aurea II. liber sacramentorum I. ebure et argento circumdatus. tabulas eburneas II. in unum coniunctas. pallia tria de auro et margaritis ornata. et alii II. pallia nil parata. casucula I. dioc…. auro et margaritis ornata. et alias III. casaculas nihil paratas. manicas I. paratas. dalmatica I. diacono induere. altera subdiacono. stola I. mapulas II. infula I. cingulum I. alueola I. eburnea in qua thus continetur.
Fralle preziosità enunciate in questo breve inventario, o registro, sì offre in primo luogo la Croce, che il Re Berengario era solito di portare appesa al suo petto. Ella fu detta in appresso Crux Regni ; e corre opinione che fosse costume di appendersi al collo dei Rè d’Italia nel tempo, che celebravasi in Monza la loro Coronazione. Nel Tomo II. di quest’ Opera la vedemmo descritta in un Inventario del Tesoro di Monza, ove tuttora si custodisce, steso nel 1275. : Item Crux Regni cum gemmis & lapidibus pretiosis ; e nella Carta n° CLXXXIV. spettante al 1345. Crux gemata que habet de ligno sande Crucis &c. ; ma più minutamente viene descritta da Bonincontro Morigia : quaedam Crux aurea, in qua est de Ligno Crucis Domini & est saphiris, rubinis, smeraldis, margaritis, & aliis lapidibus pretiosis magni valoris mirabiliter ornata ; longitudineque est per medium cubitum in qualibet parte, & per quatuor digitos lata : Hœc Crux REGNI CRUX dicitur. Ella è infatti tutta d’ oro finissimo, di figura equilatera, alta per ogni lato once quattro e tre quarti, ed arricchita in fronte di 24. granate, 16. giacinti, 16. smeraldi, 70. perle, ed avente nel mezzo uno zaffiro di mirabile grossezza.

Frisi, Antonio Francesco (1734-1817), Memorie storiche di Monza e sua corte, raccolte ed esaminate dal canonico / Anton-Francesco Frisi,…, Milano : stamp. di G. Motta, 1794, vol. 3, p. 95-96 ; t. III, p. 72. Disponible sur Internet, url : <https://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=nyp.33433000259154&view=1up&seq=100&size=125>.

A. Frisi mentionne une autre croix, « un’ altra Croce d’oro coll’ aggiunta : et sunt cristalli implicati et VII. […] una Croce d’oro con sette cristalli ornati, o travagkiati artificiosamente, giusta quanto rirerisce il Du Cange alla voce implicatrix. » (Ibid., p. 73).

Les quatre croix les plus célèbres de la cathédrale56 sont en effet :

  • la Croix d’Agilulf (croce di Agilulfo) ;
  • la Croix de Théodelinde (croce di Teodolinda ou croce di Adaloaldo ou Croce di San Gregorio Magno) ;
  • la Croix du Règne (croce del Regno) dite encore la Croix de Bérenger (croce di Berengario) (850-924) ;
  • la Croix processionnelle “teodelindea”, dite encore la croix du Chapitre.

Les croix figurent dans un recueil de John Talman (1677-1726), conservé par le Victoria and Albert Museum, sous forme de dessins à l’encre sur un feuillet recto/verso, qui donne à voir la Croix de Théodelinde disparue :

Croce du Teodolinda, détail des croquis de pièces du Trésor de la cathédrale de Monza par John Talman (1677-1726) et d'autres artistes ©Victoria and Albert Museum, inv. 92 D 60b, E.288-1940.
Croce du Teodolinda, détail des croquis de pièces du Trésor de la cathédrale de Monza par John Talman (1677-1726) et d’autres artistes ©Victoria and Albert Museum, inv. 92 D 60b, E.288-1940.
Croix de Théodelinde avec légendes
Croix de Théodelinde avec légendes

La croix de Théodelinde accompagnait la couronne encore existante de la même reine. La croix comprend une ornementation similaire à la couronne, faite de disques plats de nacre et d’une grande pierre au centre décrite comme « bellissima di / color violetto pieno » (belle de / pleine couleur violette). Roberta Delmoro pense à une améthyste mais ce pourrait tout à fait être, comme nous le pensons, la même croix décrite comme « en vermeil, enrichie d’agathes » (au pluriel), volée à la Bibliothèque Nationale et fondue par les voleurs, plutôt que la Croix processionnelle également perdue, dite “Theodelindea” (car elle comportait des inscriptions votives mais sans pierres), et représentée en bas à gauche du feuillet de John Talman :

Croce doro dell Capitolo du Monza, détail des croquis de pièces du Trésor de la cathédrale de Monza par John Talman (1677-1726) et d'autres artistes ©Victoria and Albert Museum, inv. 92 D 60b, E.288-1940.
Croce doro dell Capitolo du Monza, détail des croquis de pièces du Trésor de la cathédrale de Monza par John Talman (1677-1726) et d’autres artistes ©Victoria and Albert Museum, inv. 92 D 60b, E.288-1940.

Les légendes du dessin indiquent que la croix processionnelle était en or et son manche en argent. Elle mesurait de plus de 200 cm de haut ; Frisi l’estime d’un poids de 200 onces. Cependant, aucune inclusion d’agate ou d’autre type de pierre n’est indiquée, ce qui confirme qu’il ne s’agit pas de celle de la Bibliothèque Nationale. La Croix du Chapitre est également reproduite par Augusto Merati57.

John Talman (1677-1726) était le fils du célèbre architecte William Talman. Employé par son père pour l’aider à rassembler du matériel pour sa vaste collection de dessins d’architecture, de gravures et de livres, John Talman se rendit aux Pays-Bas, en France, Allemagne et Italie, où il réalisé de nombreuses aquarelles dans les églises. De retour en Angleterre, il fut l’un des membres fondateurs de la Tavern Society de Londres, qui deviendra plus tard la Society of Antiquaries, dont il devint le premier directeur.

Conclusion

Les archives du département des Monnaies, médailles et antiques conservent une liste des objets retrouvés :

1805, Février.
Objets enlevés au Cabinet des Antiques de la bibliothèque impériale en pluviose an 12 et rapportés de Hollande par M. Desmemouville, ambassadeur, dans le mois de ventose, an 13 :
1) L’agathe de la Sainte-Chapelle.
2) Un diptyque d’ivoire.
3) Un vase de sardoine en forme de gondole, monté en vermeil.
4) Un autre vase de même forme en prase, sans monture
5) Un lingot d’or     }
6) Un lingot d’argent   } provenant des montures.
7) Deux cristaux de roche }

En guise de bilan, Ernest Babelon écrit que :

De tous ces précieux monuments, le grand Camée de la Sainte-Chapelle (n° 1), la coupe de Ptolémée (n° 2), le vase de jade ou de prase (n° 3), figurent dans notre Catalogue, mais sans leur monture métallique qui fut fondue par les voleurs. Le calice de Suger (n° 3) fut vendu par eux à l’Anglais Townley et passa ensuite au Musée britannique. Les autres objets furent détruits et leurs montures envoyées au creuset. On ne put recouvrer que des lingots d’or et d’argent qu’il fallut bien se résigner à envoyer à la Monnaie ; leur vente produisit la somme de 1,296 francs 63, que le Cabinet des Médailles toucha le 24 avril 1810.

Babelon, Ernest (1854-1924), Catalogue des camées antiques et modernes de la Bibliothèque nationale : ouvrage accompagné d’un album de 76 planches, Paris : E. Leroux, 1897, p. CLXVIII-CLXIX. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k399064t/f172>.
La Navette de Saint-Éloi et le vase des Ptolémées au musée de la BnF en 2023 © O. Jacquot
La Navette de Saint-Éloi et le vase des Ptolémées au musée de la BnF en 2023 © O. Jacquot

Pour aller plus loin

  • La Basilica di S. Giovanni Battista in Monza, ed il suo tesoro : memorie storiche illustrate, Como : A. Fustinoni Editore, 1887, 1 vol. ([26] f.). Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/labasilicadisgio00monz>.
  • Conti, Roberto (éd.), Il Duomo di Monza : la storia e l’arte, Milano : Electa, 1989, 1 vol. (271 p.) : ill. en coul. ; 29 cm
  • Conti, Roberto (éd.), Il Duomo di Monza : li tesori, Milano : Electa, 1989, 1 vol. (223 p.) : ill. en coul. ; 29 cm
  • Merati, Augusto, Il Tesoro del duomo di Monza, Monza : edito a cura del Comune di Monza, 1963, 1 vol. (XII-102 p.) : ill. ; 28 cm

Notes



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 17 janvier). Feuilleton du vol de 1804 : Nouvelles des arts, peinture, sculpture, architecture et gravure, 1803 [sic]. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3ue

  1. Voir : Savettieri, Chiara, « LANDON, Charles-Paul », Dictionnaire critique des historiens de l’art actifs en France de la Révolution à la Première Guerre mondiale, 8 septembre 2010. Disponible sur Internet, url : <https://www.inha.fr/fr/ressources/publications/publications-numeriques/dictionnaire-critique-des-historiens-de-l-art/landon-charles-paul.html>. []
  2. La page de couverture du fascicule conservée par la Bibliothèque nationale de France (BnF) porte un chiffre 1 rajouté à l’encre et la mention : « Tome second » barrée au profit de « Troisième ». La page de titre porte : « Tome troisième […] An XII – 1803 ». L’an XII du calendrier républicain, correspond aux années 1803 et 1804 du calendrier grégorien, du 24 septembre 1803 au 22 septembre 1804. Sur le marché de l’antiquariat, des exemples de « Tome premier » sont attestés et au moins un tome quatrième à la BnF. []
  3. Archives nationales, F/17/1275-A : « Procès-verbal relatif à la remise faite par les dépositaires de la Bibliothèque et du Trésor de Monza, des livres manuscrits et autres objets que la Commission des arts et des sciences a jugés dignes d’être transportés à Bibliothèque nationale de Paris ». Monza, le 23 nivôse an V. []
  4. Lacour, Pierre-Yves, « Les dévotions perdues. Les objets de dévotion catholiques sous le regard des savants parisiens, 1790-1801 », Mélanges de l’École française de Rome – Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 2014, 126-2. Disponible sur Internet, url : <http://journals.openedition.org/mefrim/2011>. []
  5. Voir : Tristan de Saint-Amant, Jean (1595-1656), Commentaires historiques, contenans l’histoire generale des empereurs, imperatrices, Caesars, et tyrans de l’Empire Romain. Illustree, enrichie, & et augmentee par les inscriptions, & enigmes de 13 a 1400 medailles tant Grecques que Latines, & autres … monuments de l’antiquite, expliquez…, Paris : Moreau, 1644, t. 2, p. 602. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k884453r/f599.item.zoom> et <http://digital.onb.ac.at/OnbViewer/viewer.faces?doc=ABO_%2BZ174553601>. []
  6. Félibien, Michel (1665-1719), Histoire de l’abbaye royale de Saint-Denys en France contenant la vie des abbez qui l’ont gouvernée depuis onze cens ans, les hommes illustres qu’elle a donnez à l’Église & à l’État, les privilèges accordez par les souverains pontifes & par les évêques, les dons des rois, des princes & des autres bienfacteurs, avec la description de l’église & de tout ce qu’elle contient de remarquable. Le tout justifié par des titres authentiques & enrichi de plans, de figures & d’une carte topographique, A Paris : chez Frédéric Léonard. M. DCCVI, pl. VI. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5324404j/f589.item>. []
  7. Montfaucon, Bernard de (1655-1741), L’Antiquité expliquée et représentée en figures, Paris : F. Delaulne, 1719, vol. 2, pl. 167. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1146160/f115.item> ou <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b2300685r/f175.item>. []
  8. Voir Intaille, “Taureau dionysiaque” (inv.58.1637), url : <http://medaillesetantiques.bnf.fr/ark:/12148/c33gb1f3vg>. []
  9. Babelon, Ernest (1854-1924), Catalogue des camées antiques et modernes de la Bibliothèque nationale : ouvrage accompagné d’un album de 76 planches, Paris : E. Leroux, 1897, p. 207. []
  10. <https://www.nga.gov/content/dam/ngaweb/research/publications/pdfs/western-decorative-arts-part-i.pdf>. []
  11. Montesquiou-Fezensac, Blaise de ; Gaborit-Chopin, Danielle, Le Trésor de Saint-Denis. 1, Inventaire de 1634, Paris : A. et J. Picard, 1973, p. 57-58. Les auteurs indiquent : « la gondole de prase, autrefois mise en gage par Louis VI et que Suger se louait tant d’avoir rachetée, n’est plus aujourd’hui qu’une petite « auge de jade », où il est difficile de reconnaître l’un des objets les plus prestigieux du trésor. » []
  12. Suger (1081?-1151) ; Gasparri, Françoise (éd.), Écrits sur la consécration de Saint-Denis ; L’oeuvre administrative de l’abbé Suger de Saint-Denis ; Histoire de Louis VII, Paris : les Belles Lettres, 1996, 1 vol. (LXXXII-261 p.-[17] p. de pl.). []
  13. Babelon, Ernest (1854-1924), Catalogue des camées antiques et modernes de la Bibliothèque nationale : ouvrage accompagné d’un album de 76 planches, Paris : E. Leroux, 1897, p. 212. []
  14. Cassanelli, Roberto, « Le trésor des rois lombards à la cathédrale de Monza. Architecture, objets liturgiques et idéologie du pouvoir, VIIe-XIVe siècles », Les Cahiers de Saint-Michel de Cuxa, 2010, n° 41, p. 143-152. []
  15. Giulini, Giorgio (1714-1780), Memorie spettanti alla storia, al governo ed alla descrizione della città e della campagna di Milano ne’ secoli bassi, Milano : G. B. Bianchi, 1760, 12 vol. []
  16. Giulini, Giorgio (1714-1780), Memorie spettanti alla storia, al governo ed alla descrizione della città e della campagna di Milano ne’ secoli bassi, Milano : G. B. Bianchi, 1760, t. III, p. 390, p. III. Disponible sur Internet, url : <https://play.google.com/books/reader?id=bImnyqtbjW4C&pg=GBS.PA390&hl=fr>. L’évangéliaire de Monza ne doit pas être confondu avec l’autre évangéliaire d’Aribert d’Intimiano, conservé au sein du trésor du Dôme de Milan. Les gravures de ce dernier sont disponibles sur le site Graficheincomune de la municipalité de Milan. Planche 23 : <https://graficheincomune.comune.milano.it/graficheincomune/immagine/Vol.+AA+46,+tav.+23> ; planche 24 a : <https://graficheincomune.comune.milano.it/graficheincomune/immagine/Vol.+AA+46,+tav.+24a>. Les deux évangéliaires sont décrits par : Maggioni, Chiara, « Le committenze orafe di Ariberto da Intimiano; Il Tesoro delle Sante Croci », dans : Cassanelli, Roberto (éd.) ; Piva, Paolo (éd.), Lombardia romanica: i grandi cantieri, Milano : Jaca Book, 2010, p. 65-68. Disponible sur Internet, url : <https://www.academia.edu/1088981/Le_committenze_orafe_di_Ariberto_da_Intimiano_Il_Tesoro_delle_Sante_Croci>. []
  17. Giulini, Giorgio (1714-1780), Memorie spettanti alla storia, al governo ed alla descrizione della città e campagna di Milano ne’ secoli bassi. Nuova edizione, con note ed aggiunte, Milano : F. Colombo, 1854-1857, 7 vol. in-8°. Les gravures sont reproduites entre les p. 290-291. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/memoriespettant03giulgoog/page/n324/mode/2up>. []
  18. Barbier de Montault, Xavier (1830-1901), « L’évangéliaire d’Éribert », dans : Barbier de Montault, Xavier (1830-1901), Inventaires de la Basilique royale de Monza, Tours : Imprimerie Paul Bouserez, 1880, p. 122-134. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/inventairesdelab00barb/page/122/mode/2up>. []
  19. Traduction : Couverture de livre, appelée Evangeliario, qui, d’un côté, est toute en or, décorée de pierres précieuses moites et de lapis-lazuli, représentant la déposition de Notre Seigneur de la croix, et de l’autre côté, toute en argent doré avec diverses figures en bas-relief, donnée par Eriberto Entimiano, archevêque de Milan, l’année 1044. []
  20. Frisi, Antonio Francesco (1734-1817), Memorie storiche di Monza e sua corte, raccolte ed esaminate dal canonico / Anton-Francesco Frisi,…, Milano : stamp. di G. Motta, 1794, vol. 1, p. 95-96 ; t. III, n° CXVI, pl. XV et XVI, p. 61-65. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/memoriestoriched03fris/page/62/mode/2up> ou <https://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=nyp.33433000259154>. []
  21. Maggioni, Chiara, « “Fulgeat Ecclesiae”. Le committenze orafe di Ariberto da Intimiano », dans : Bianchi, Ettore (éd.) ; Basile Weatherill, Martina (éd.) ; Tessera, Miriam Rita (éd.) ; Associazione Ariberto D’Intimiano (Capiago Intimiano, Italie) (éd.), Ariberto da Intimiano : fede, potere e cultura a Milano nel secolo XI, Cinisello di Balsamo (Milano) : Silvana, 2007, p. 269-287. Disponible sur Internet, url : <https://www.researchgate.net/profile/Chiara-Maggioni/publication/335753694_’Fulgeat_ecclesie’_le_committenze_orafe_di_Ariberto_da_Intimiano/links/5d79561a92851cacdb32274d/Fulgeat-ecclesie-le-committenze-orafe-di-Ariberto-da-Intimiano.pdf> ou <https://www.academia.edu/1067713/_Fulgeat_Ecclesiae_Le_committenze_orafe_di_Ariberto_da_Intimiano>. []
  22. Pescarmona, D., « Il rinnovamento settecentesco degli altari: l’altare maggiore dell’Appiani e il pulpito dell’Amati », dans : Il Duomo di Monza : la storia et l’arte, Milano : Electa, 1990, vol. II, p. 147-156. []
  23. Pillepich, Alain, « Il Tesoro nella tormenta », dans : Cassanelli, Roberto (éd.), Il Museo del Duomo di Monza : la nuova sede. []
  24. Voir : « Les diptyques consulaires [: dossier] », Gallica, [s. d.]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/html/und/histoire/les-diptyques-consulaires?mode=desktop>. []
  25. Dumersan, Théophile Marion (1780-1849), Histoire du cabinet des médailles, antiques et pierres gravées : avec une notice sur la Bibliothèque royale, et une description des objets exposés dans cet établissement, Paris, 1838, p. 16-25. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6472269d/f30>. []
  26. Frisi, Antonio Francesco (1734-1817), Memorie storiche di Monza e sua corte, raccolte ed esaminate dal canonico / Anton-Francesco Frisi,…, Milano : stamp. di G. Motta, 1794, tome III, pl. XI-XII-XIII. Disponible sur Internet, url : <https://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=nyp.33433000259154>. []
  27. Lacroix, Paul, p. 349 []
  28. Le feuillet de diptyque a été déposé en 1926 par le Cabinet des médailles au Musée de Cluny où se trouvait l’autre feuillet du diptyque acquis à la vente Gansberg en 1852 (cf. R. Koechlin, Les ivoires gothiques français, Paris, 1924, t. 2, n° 265, pl. LXIXI). Les catalogues du Cabinet des médailles ne donnent aucune indication sur l’origine de cet ivoire (Cf. Marion du Mersan, Histoire du Cabinet des médailles, Paris, 1838, p. 17 ; M. Chabouillet, Cat. général des camées et pierres gravées de la Bibliothèque impériale, Paris, 1858, n° 3270) et nous n’avons retrouvé aucune mention de provenance dans les archives du Cabinet des médailles. Mais R. Koechlin, qui ne semble pas avoir eu connaissance du procès-verbal de 1793, mentionne cependant dans sa notice que « la légende attribue comme provenance à cette pièce le trésor de Saint-Denis ». Le diptyque pourrait en ce cas provenir de deux reliures (nos 150 et 153 de l’inventaire de 1634) ornées l’une d’une « table d’ivoire à trois étages de plusieurs images » et l’autre d’une « table d’ivoire à trois étages taillées à plusieurs personnages ». Un seul de ces feuillets aurait été réservé pour la Commission des arts, l’autre morceau d’ivoire passant dans le commerce. []
  29. Montesquiou-Fezensac, Blaise de ; Gaborit-Chopin, Danielle, Le Trésor de Saint-Denis. 1, Inventaire de 1634, Paris : A. et J. Picard, 1973, p. 53-54. []
  30. Il s’agit du roi Agilulf ou Agilolf ou encore Ago (né après 555 – mort en 616). Il fut proclamé roi des Lombards d’Italie à Milan de 591 à 616. []
  31. Barbier de Montault, Xavier (1830-1901), « Inventaires de la Basilique royale de Monza », Bulletin monumental, 1880, vol. 46, p. 18-82, 313-341, 464-488, 615-707. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k31062c/f20.item> ; 1881, vol. 47, p. 145-187, 700-768. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k31063q/f151.item>. Les articles ont fait l’objet d’un tiré à part : Barbier de Montault, Xavier (1830-1901), Inventaires de la Basilique royale de Monza, Tours : Imprimerie Paul Bouserez, 1880, 1 vol. (323 p.). Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/inventairesdelab00barb>. []
  32. « Transportée à Paris en 1799, placée au cabinet des médailles, elle fut volée et fondue. » (Malte-Brun, Géographie universelle. – Italie.) — « Transportée à Paris en 1799, placée au cabinet des médailles de la grande bibliothèque, elle fut volée en 1804 et fondue par les voleurs. Étrange destinée de cette couronne des Lombards, qui devait tomber et finir entre les mains de quelques filou de Paris ! » (Valery, Voyages historiques et littéraires en Italie, t. 1, p. 197.) — « Le voleur se nommait Charlier. » (Guida du Monza, p. 22.) []
  33. Wien, Österreichische Nationalbibliothek (ÖNB), Cod. 6189 : le manuscrit reproduit la couronne de fer, f. 383-384 et la couronne d’Agilulf, f. 385-388. Disponible sur Internet, url : <https://digital.onb.ac.at/RepViewer/viewer.faces?doc=DTL_2998757>. []
  34. Delmoro, Roberta, « “Corona una auri in qua imagines apostolorum videntur sculptae”. Note sulla Corona di Agilulfo (e su altri pezzi perduti del Tesoro del Duomo monzese) », dans : Delmoro, Roberta (éd.), Monza Illustrata 2015 : Annuario di arti e culture a Monza e in Brianza, Roma : Aracne editrice, 2016, p. 13-51. Disponible sur Internet, url : <https://www.academia.edu/20426751/Corona_una_auri_in_qua_imagines_apostolorum_videntur_sculptae_Note_sulla_Corona_di_Agilulfo_e_su_altri_pezzi_perduti_del_Tesoro_del_Duomo_monzese>. []
  35. Frisi, Antonio Francesco (1734-1817), Memorie storiche di Monza e sua corte, raccolte ed esaminate dal canonico / Anton-Francesco Frisi,…, Milano : stamp. di G. Motta, 1794, vol. 1, p. 93, pl. VII : « Corona d’oro del re Flavio Agilulfo III – Corona d’oro comunemente detta Ferrea I – Corona d’oro della regina Flavia Teodolinda II ». Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/bub_gb_TSRWQwgsYgQC/page/n344/mode/1up> (mais avec la planche pliée). Dans l’étude citée plus haute, Xavier Barbier de Montault indique : « Frisi, qui vit cette couronne en 1794, eut soin de la faire graver, heureusement pour nous, car sa description est très-sommaire à cet endroit. Il se contente de donner l’indication du sujet et de reproduire l’inscription, laissant de côté une foule de détails que je vais essayer de fixer, quelque défectueuse que soit sa planche ». []
  36. La croix demeure au Museo e Tesoro del Duomo di Monza, url : <http://www.museoduomomonza.it/wp-content/uploads/2016/07/11-box-1-Croce-di-Agilulfo-foto-25-5-copia.jpg>. []
  37. Pillepich, Alain, « Napoléon Ier et la couronne de fer », dans : La corona ferrea nell’Europa degli imperi, Milano : G. Mondadori, 1995, t. I, p. 197-200. []
  38. Serbat, Louis, « La couronne de fer au trésor de Monza, par Mgr X. Barbier de Montault. Extrait de la Revue de l’Art Chrétien, tomes XI, 1900, 5e livraison, et XII, 1901, 1re livraison », Bulletin Monumental, 1901, tome 65, p. 412-414. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/bulmo_0007-473x_1901_num_65_1_11266_t1_0412_0000_2>. []
  39. Arnaldo Turricchia, Il ventennio napoleonico in Italia attraverso le Medaglie, Roma, Progettazione Grafica E Fotografie Ferdinando Bartoli, 2006, volume III, p. 42. []
  40. 2011/091/ACM1-14 Archives du cabinet des médailles (1664-1886) : 2011/091/ACM06A-16 : Archives du cabinet des médailles, série chronologique. Archives du cabinet des médailles (an VIII-1809). Archives relatives au vol de 1804-1806. Pièces relatives au vol de 1804. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10464196s>. []
  41. Publié par Babelon, Ernest (1854-1924), Catalogue des camées antiques et modernes de la Bibliothèque nationale : ouvrage accompagné d’un album de 76 planches, Paris : E. Leroux, 1897, p. CLIX, nos 51. []
  42. Vatel, Charles (1816-1885), Histoire de Madame Du Barry d’après ses papiers personnels et les documents des archives publiques : précédée d’une introduction sur Madame de Pompadour, le Parc-aux-cerfs et Mademoiselle de Romans, Versailles : L. Bernard, 1883,  3 vol. (LIV-505, VI-554, 488 p.). Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6487240r> ; <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6488637z> ; <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6489787h>. []
  43. Le texte fait référence à : Laborde, Léon de (1807-1869), Les archives de la France : leurs vicissitudes pendant la Révolution, leur régénération sous l’Empire, Paris : Vve Renouard, 1867, p. 255-256. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k39935w/f260.item>. []
  44. L’acte de naissance de Suzanne Marguerite de Stallan De Noor est disponible en ligne, Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Lunéville, registre des actes de naissance, 1746-1755, 5 Mi 328/R 13, 1751, p. 68 :

    LUNÉVILLE, registre acte naissance 1746-1755 5 Mi 328/R 13, 1751, p. 68.
    LUNÉVILLE, registre acte naissance 1746-1755 5 Mi 328/R 13, 1751, p. 68. []
  45. Après le divorce, Madame De Noor épousa en secondes noces un certain Chenié (souvent orthographié Chenier), collecteur d’impôts. Plus tard, elle joua un rôle dans un procès impliquant leur fils François et sa femme, accusée d’avoir tenté d’empoisonner sa belle-mère. Voir : Levaillant, François (1753-1824) ; Glenn, Ian (éd.) ; Farlam, Ina (éd.), Travels into the interior of Africa via the Cape of Good Hope, volume 1, Cape Town : Van Riebeeck Society for the Publication of South African Historical Documents, 2007, 1 vol. (LXV-194 p.). Disponible sur Internet, url : <http://www.rhinoresourcecenter.com/pdf_files/140/1402110527.pdf>. []
  46. Voir : « Dossier 36, Pièces 171-174, Remises d’objets à la citoyenne Denoor, femme divorcée de François Levaillant, pour prix du cabinet d’histoire naturelle ayant appartenu à ce dernier. Ans V-IX », dans : Marichal, P., Papiers des Comités d’Instruction publique de la Législative et de la Convention, archives de la Commission des Monuments et de la Commission temporaire des Arts, du Conseil de Conservation, des dépôts littéraires et d’objets d’art et de science, des musées et bibliothèques pendant la Révolution, de l’Institut d’Égypte, papiers intéressant l’Instruction publique pour la période révolutionnaire et le début du XIXe siècle (tome 2), Pierrefitte-sur-Seine : Archives nationales, 1926, p. 293. Disponible sur Internet, url : <https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/rechercheconsultation/consultation/ir/pdfIR.action?irId=FRAN_IR_000287>. []
  47. Voir le lot 369 de la vente 5489 de la maison Christies, « Paire de bougeoirs d’époque Louis XVI », url : <https://www.christies.com/en/lot/lot-5029132>. []
  48. Cité par : Malgouyres, Philippe, « La collection d’ivoires de Louis XVI : l’acquisition du fonds d’atelier de Gérard van Opstal, (vers 1604-1668) », La Revue du Louvre et des musées de France, 2007, vol. 57, n° 5, p. 46-54. Disponible sur Internet, url : <https://www.academia.edu/71975282/La_collection_divoires_de_Louis_XVI_lacquisition_du_fonds_datelier_de_G%C3%A9rard_van_Opstal_vers_1604_1668_>. []
  49. Lebrun, Jean-Baptiste-Pierre (1748-1813), Catalogue d’une collection de tableaux des trois écoles ; miniatures, gouaches, paſtels ; figures, buſtes & bas-reliefs en marbre, bronze, argent & ivoire, boîtes de lumaquel montées en or, d’autres à deſſus en émail, par Weiller ; platine & autres ; morceaux en laque ; vaſes, coupes, &c. de cryſtal de roche, de marbre ; fûts de colonne & socles de différens marbres ; porcelaines anciennes, du Japon, de la Chine & de France ; meubles, & autres objets curieux, A Paris : Lebrun : Lejeune, 1797, 1 vol. (20 p.) ; in-8°. Disponible sur Internet, url : <https://bibliotheque-numerique.inha.fr/idviewer/20145/1>. Le Getty Provenance Index mentionne une vente du 12 avril 1797 où le nom de Dennoor a été biffé (Sale Catalog F-A1153). Disponible sur Internet, url : <https://bibliotheque-numerique.inha.fr/idurl/1/20146>. []
  50. Publié par Babelon, Ernest (1854-1924), Catalogue des camées antiques et modernes de la Bibliothèque nationale : ouvrage accompagné d’un album de 76 planches, Paris : E. Leroux, 1897, p. CLIX, nos 52. []
  51. La bibliothèque du Trésor de Monza fut restituée le 8 pluviôse an V (5 octobre 1815). []
  52. Soit la Croix du Règne dite aussi la Croix d’Adaloald. []
  53. Sans doute la Croix de Théodelinde offerte à cette dernière par saint Grégoire. []
  54. Soit la Croix d’Agilulf []
  55. Barbier de Montault, Xavier, Inventaires de la Basilique royale de Monza, Tours : Imprimerie Paul Bouserez, 1880, p. 293. []
  56. Delmoro, Roberta, « Corona una auri in qua imagines apostolorum videntur sculptae. Note sulla Corona di Agilulfo (e su altri pezzi perduti del Tesoro del Duomo monzese) », dans : Delmoro, Roberta (éd.), Monza Illustrata 2015. Annuario di arti e culture a Monza e in Brianza, Roma : Aracne editrice, 2016, p. 13-51. DOI : 10.4399/97888548918692. Disponible sur Internet, url : <https://www.academia.edu/20426751/Corona_una_auri_in_qua_imagines_apostolorum_videntur_sculptae_Note_sulla_Corona_di_Agilulfo_e_su_altri_pezzi_perduti_del_Tesoro_del_Duomo_monzese>. []
  57. Merati, Augusto, Il Tesoro del duomo di Monza, Monza : edito a cura del Comune di Monza, 1963, 1 vol. (XII, 102 p.) : ill. ; 28 cm, p. 98-99. []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search