L’arcade Colbert de la Bibliothèque nationale

Sur le site historique de la Bibliothèque nationale de France de la rue de Richelieu, s’élève encore une portion de l’hôtel que fit aménager pour son usage la marquise de Lambert, Marie-Anne-Thérèse de Marguenat (1647-1733)1. Cet hôtel particulier, dit « de Nevers », enjambait l’actuelle rue Colbert pour se rattacher à la Bibliothèque du roi, au moyen d’une arche construite quand Philippe Mancini, duc de Nevers, neveu et héritier du cardinal Mazarin, fit réaliser le lotissement de la « rue Neuve Mazarine » en 1683. Cette rue, nommée en hommage au cardinal Mazarin — qui confia en 1646 à l’architecte Pierre Le Muet le soin d’y construire son palais —, s’achevait en impasse jusqu’à ce que Colbert obtienne du duc de Nevers le droit de percer son hôtel pour passer en-dessous. Une partie des écuries de Mazarin fut détruite pour construire l’arche permettant de relier l’hôtel Colbert à la rue de Richelieu. A partir de ce moment, la « rue Neuve Mazarin » devient la « rue de l’Arcade Colbert », en raison de l’arcade supportant la grande galerie de l’hôtel de Nevers.

L'arcade Colbert sur le plan de Paris, dessiné et gravé sous les ordres de Messire Michel Etienne Turgot
L’arcade Colbert sur le plan de Paris, dessiné et gravé sous les ordres de Messire Michel Etienne Turgot, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b531364413/f56

Rares sont les illustrations donnant à voir l’arcade dont il ne reste aujourd’hui qu’un vestige toujours attaché à ce qui subsiste de l’hôtel de Nevers.

Lors de la démolition de l’arcade, le journal L’Illustration consacra quelques lignes à l’histoire de l’arche, illustrées d’une gravure de Prévost. C’est ce document que nous retranscrivons ci-après. Les notes dont de notre fait.

Les démolitions à Paris : l'arcade Colbert, Prévost.
Les démolitions à Paris : l’arcade Colbert, Prévost.

L’ARCADE COLBERT

L’arcade Colbert disparaît sous la pioche des démolisseurs. L’Illustration lui doit un souvenir, un regret même ; c’est notre voisine, et de plus l’arche sur laquelle se prolongeait la Bibliothèque impériale, offre aussi son intérêt : elle a une note dans l’histoire de la cité parisienne. La rue Colbert se nommait autrefois la rue Mazarin. Lorsque la Bibliothèque du cardinal fut transportée au collège des Quatre-Nations, à laquelle avait été léguée la partie du palais Mazarin où elle se trouvait resta vide.

Le duc de Nevers, l’héritier du cardinal, n’en faisait pas usage ; il la céda à la fameuse marquise de Lambert. La marquise s’en accommoda, fit construire à sa guise un hôtel et des communs dans lesquels elle dépensa cent mille francs ; et elle jeta sur la rue Colbert une arcade, au-dessus de laquelle se développaient les appartements, qui réunissaient la société élégante du dix-septième siècle. C’était un salon important, une puissance que ce salon de la marquise, à ce point, qu’il fallait compter avec lui. Lorsque le roi voulut transporter de Versailles son cabinet des médailles à la Bibliothèque, on songea à prendre l’habitation de Mme de Lambert ; par respect pour son âge, pour son autorité même, on sursit à ce projet ; mais à la mort de la marquise, on reprit son hôtel, qu’on transforma en un riche cabinet, un des plus beaux salons du dix-huitième siècle, décoré de peintures de Boucher, de Vanloo et de Natoire2. En 1741, la collection des médailles du roi prenait place dans cette magnifique galerie. Dans la nuit du 16 au 17 février 1804, un cocher de fiacre s’arrêtait sous l’arcade. La voiture portait une de ces longues perches de maçon, servant aux échafaudages ; un homme se hissa dans le cintre de l’arche, de là dans le cabinet, et s’empara d’une partie de la collection.

L’arcade avait déjà son histoire dans le souvenir de ce vol. Seize ans après, le 13 févier 1820, son nom se rattachait à un crime : c’est là que fut arrêté Louvel, après avoir frappé le duc de Berry, auprès de la porte de l’Opéra ; un garçon limonadier saisit l’assassin sous l’arcade. Depuis ce temps, l’arcade ne fit plus parler d’elle. Nous l’avons vue étayée, comme si elle menaçait ruine, puis dégagée, au moment où elle inspirait sans doute plus de confiance aux architectes, et habitée enfin par un homme bien connu des bouquinistes, le père Lefèvre, qui appuyait sur un de ses murs son petit magasin de livres, auprès duquel ont stationné tant de chercheurs et de curieux. Dans quinze jours l’arcade, le père Lefèvre et les bouquins, tout aura disparu, et il ne restera plus de l’hôtel de Mme de Lambert que les communs, qu’ont habités successivement l’illustre abbé Barthélémy et les conservateurs des médailles qui ont succédé au célèbre numismatiste. Petite maison du dix-septième siècle, cachée derrière un mur élevé, dans lequel s’ouvre une porte cochère : sorte de presbytère de l’archéologie.

M. S.

M. S., « L’arcade Colbert », L’Illustration, journal universel, 25 juillet 1868, n° 1326, p. 56. Disponible sur Internet, url : <https://www.biusante.parisdescartes.fr/histoire/images/index.php?refphot=CISB0568>.
M. S., « L'arcade Colbert », L'Illustration, journal universel, 25 juillet 1868, n° 1326, p. 56.
M. S., « L’arcade Colbert », L’Illustration, journal universel, 25 juillet 1868, n° 1326, p. 56.
Plan de l'Hôtel de Nevers en 1717, avec les écuries, remises, cuisine et appartement de Mme de Lambert
Plan de l’Hôtel de Nevers en 1717, avec les écuries, remises, cuisine et appartement de Mme de Lambert, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6937098k/f2
Plan de l'Hôtel de Nevers, rue de Richelieu à Paris : [dessin], 1720, avec la rue Colbert et la partie qui survit de l'hôtel
Plan de l’Hôtel de Nevers, rue de Richelieu à Paris : [dessin], 1720, avec la rue Colbert et la partie qui survit de l’hôtel, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6937131r/f1

L’estampe de Martial

Avant la destruction de l’arche, le graveur Adolphe Martial Potémont, dit Martial (Paris, 10/02/1827-Paris, 14/10/1883) s’empressa d’en graver une dernière image en août 1868, dans son Panégyrique de l’architecture parisienne sous forme de lettre adressée à Mr Loyseau :

L'arcade Colbert, de la Rue Richelieu, aout, [18]68, CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet – Histoire de Paris
L’arcade Colbert, de la Rue Richelieu, aout, [18]68, CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet – Histoire de Paris, https://www.parismuseescollections.paris.fr/de/node/646448

Le vol des 16 et 17 février 1804

Les 16 et 17 février 1804, des voleurs, profitant du sommeil des pompiers de garde en faction sous le local du Cabinet des médailles de la bibliothèque, pénétrèrent par l’arcade Colbert, pour dérober des collections dont la liste fut publiée dans toute la France, reprise du Journal officiel de l’époque, à savoir la Gazette nationale ou le Moniteur universel3, par exemple dans le Journal des débats et des décrets4 ou les Nouvelles des arts, peinture, sculpture, architecture et gravure5 : huit objets furent recensés : la Grande sardonyx, connue sous le nom d’Agate de la Sainte-Chapelle6, le Vase des Ptolémées, le calice de l’abbé Suger, un vase de prase, deux couvertures d’évangéliaires en vermeil, un dyptique ou grande plaque d’ivoire sculptée, un poignard monté en vermeil, la couronne d’Agilufus, roi des Lombards soit en totalité huit objets considérés alors comme invendables. Si certains des objets furent retrouvés et purent réintégrer le Cabinet sans leurs montures en or fondues par les voleurs, ce ne fut pas le cas de la totalité des objets car certaines pièces disparurent à la suite du méfait.

13 février 1820, assassinat du duc de Berry

Sortant d’une représentation de l’Opéra de la rue de Richelieu à onze heures du soir, Charles Ferdinand d’Artois, duc de Berry, est poignardé par l’ouvrier sellier Louis Pierre Louvel (1783-1820), républicain qui voulait « détruire la souche des Bourbons » ((Aguglia, Fabien, « L’assassinat du duc de Berry », Le Blog Gallica, 13 février 2020. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/blog/13022020/lassassinat-du-duc-de-berry>.

Arrêté alors qu’il tentait de s’enfuir par la rue de l’Arcade-Colbert, l’assassin est guillotiné le 7 juin 1820, place de Grève à Paris7.

L’Opéra de la rue de Richelieu, ou salle Montansier, se situait à l’emplacement de l’actuel square Louvois8, juste en face de l’entrée principale de la Bibliothèque nationale de France. Après l’assassinat du duc de Berry, Louis XVIII ordonna sa fermeture puis sa destruction. A sa place, une chapelle expiatoire fut érigée de 1826 à 1829 puis finalement détruite en 1830.

[Monument expiatoire de la place Louvois, détruit après 1830] : [dessin] / ABS [monogr.]
[Monument expiatoire de la place Louvois, détruit après 1830] : [dessin] / ABS [monogr.], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10303460h/f1.item#

Le père Lefèvre

Quelques sources mentionnent le père Lefèvre qui « habitait » l’arcade, pour reprendre les propos de l’Illustration, qui indique par ailleurs que le bouquiniste « appuyait sur un de ses murs son petit magasin de livres ». Son étal était-il appuyé contre façade de la Bibliothèque royale ou contre celle de l’hôtel de Nevers, sur la rue de l’Arcade-Colbert ou sur la rue de Richelieu ?

Parmi ces sources, citons Pierre Larousse, qui dans son Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, mentionne le bouquiniste et situe ses débuts après la Révolution et liste ses concurrents, dans son long article consacré à l’autographe :

Larousse, Pierre (1817-1875), « Autographe », dans Larousse, Pierre (1817-1875), Grand dictionnaire universel du XIXe siècle : français, historique, géographique, mythologique, bibliographique.... T. 1 A, Paris : Administration du grand Dictionnaire universel, 1866, p. 962-995.

Après les orages de la Révolution, qui avait un peu jeté aux quatre vents les paperasses de l’ancien régime, on vit surgir une génération de fureteurs, qui se glissaient dès l’aube du jour dans les boutiques des épiciers, des chiffonniers et autres industriels, pour y trier des pièces parmi les monceaux de liasses mises au rebut par les administrations, échappées au pilon et au bûcher ou rejetées comme des épaves au milieu du naufrage des grandes maisons nobiliaires. Les plus ardents étaient Danquin, chef de bureau au ministère de l’intérieur ; Fontaine, qui fit plus tard un Manuel de l’amateur d’autographes ; Lucas de Montigny, fils adoptif de Mirabeau ; Lefebvre, le bouquiniste de l’arcade Colbert, que ses rivaux de chasse trouvaient si matinal ; Joseph Tastu, le célèbre imprimeur ; les littérateurs Villenave et Monmerqué ; le colonel Morin les auteurs dramatiques Alexandre Martin et Guilbert de Pixérécourt, etc. Ces amateurs d’élite mettaient à cette recherche l’ardeur fiévreuse d’un amant en bonne fortune, et quand, par aventure, ils se rencontraient dans la boutique de quelque chiffonnier, ils étaient dans la position de deux Othellos poursuivant la même beauté.

Larousse, Pierre (1817-1875), « Autographe », dans Larousse, Pierre (1817-1875), Grand dictionnaire universel du XIXe siècle : français, historique, géographique, mythologique, bibliographique…. T. 1 A, Paris : Administration du grand Dictionnaire universel, 1866, p. 962-995. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k205356p/f1062>. Lefèvre, orthographié Lefebvre, est cité p. 988.

La destruction de l’arcade

La destruction de l’arche résulte des travaux de modernisation de la Bibliothèque impériale par l’architecte Henri Labrouste. Féru de modernité, il n’attache pas grand intérêt aux bâtiments du XVIIIe siècle, contrairement à son successeur Jean-Louis Pascal. Ainsi, hormis la partie qui en subsiste au-delà de la rue Colbert, l’hôtel de Nevers compris dans le « quadrilatère Richelieu » est intégralement détruit en 1868. 

Notes



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2022, 31 décembre). L’arcade Colbert de la Bibliothèque nationale. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3u1

  1. Dauvergne, Robert, « La marquise de Lambert à l’hôtel de Nevers : 1698-1733 », Revue de synthèse, 1947, t. XXI, p. 209-246. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1016658/f67.item> ; Aguglia, Fabien, « Madame de Lambert : un salon dans la Bibliothèque du roi », Le Blog Gallica, 6 mai 2021. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/blog/06052021/madame-de-lambert-un-salon-dans-la-bibliotheque-du-roi>. []
  2. Sur le salon Louis XV et ses œuvres, voir : Jacquot, Olivier, « La Bibliothèque du roi vue en 1787 », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, 19 octobre 1922. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/18517>. []
  3. Gazette nationale ou le Moniteur universel, 21 février 1804, n° 151, p. [1]. Disponible sur Internet, url : <https://www.retronews.fr/journal/gazette-nationale-ou-le-moniteur-universel/21-fevrier-1804/149/1263193/1>. []
  4. Journal des débats et des décrets, 22 février 1804, p. [1]-2. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k417187p/f1>. []
  5. « [Dans la nuit du 26 au 27 pluviôse, des voleurs se sont introduits dans le Cabinet des antiques de la Bibliothèque nationale] », Nouvelles des arts, peinture, sculpture, architecture et gravure, Paris, Landon, 1803, IV, p. 164-168. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63695129/f178>. []
  6. Désigné le “Grand Camée de France”. []
  7. « 6 juin 1820 : condamnation à mort de Louvel, meurtrier du duc de Berry », La France pittoresque, 4 juin 2013. Disponible sur Internet, url : <https://www.france-pittoresque.com/spip.php?article7892>. []
  8. Aguglia, Fabien, « Le square Louvois », Le Blog Gallica, 26 décembre 2019. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/blog/26122019/le-square-louvois>. []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search