Identification et quantification des encollages utilisés dans les papiers de presse du XIXe siècle conservés à la BnF

Grâce au concours financier de la Fondation des sciences du patrimoine (LabEx Patrima),  la Bibliothèque nationale de France va pouvoir accueillir un masterant pour identifier et quantifier les encollages utilisés dans les papiers de presse du XIXe siècle conservés à la BnF.
Le projet est piloté par Stéphane Bouvet1 et Eleonora Pellizzi2 en collaboration avec Odile Fichet du laboratoire LPPI de l’Université de Cergy Pontoise et du CRCC.

Argument

La Bibliothèque nationale de France (BnF) réalise régulièrement des campagnes de désacidification de masse sur des documents constitués de papiers acides. Cette désacidification ralentit la dégradation du papier qui est autrement favorisée par l’hydrolyse acide de la cellulose. Toutefois ce traitement de conservation ne permet pas de renforcer le papier. Pour cette raison, la BnF est impliquée dans la recherche de nouvelles méthodes de désacidification et consolidation de documents cellulosiques en collaboration avec le CRC et le LPPI. Les résultats de ces recherches ont montré un intérêt avéré vis-à-vis de l’utilisation d’aminoalkylacoxysilanes (AAAS) pour la désacidification et le renforcement du papier. Les dernières études issues du projet de thèse CoMPresSil (financement Patrima 2012-2015) ont notamment mis en évidence l’influence de l’encollage utilisé dans la fabrication du papier sur l’efficacité du traitement à base d’AAAS. Pour vérifier l’applicabilité de la méthode développée au sein des collections de la BnF il s’avère donc fondamental de connaitre la nature et la quantité d’encollage présent dans les documents susceptibles de recevoir ce type de traitement.

Objectifs

Le stage programmé grâce au financement de la Fondation vient compléter les résultats du projet de thèse CoMPresSil. Il vise à développer une méthode analytique qui permettra d’identifier et de quantifier les différentes matières utilisées pour l’encollage des papiers de presse, comme la colophane, les dimères alkyl cétene (AKDs) ou les anhydrides alcényl succinique (ASAs). Les techniques analytiques utilisées pour l’étude seront la chromatographie en phase gazeuse couplée à la spectroscopie de masse (GC-MS) et la pyrolyse-GC/MS. Le protocole analytique sera mis au point sur des échantillons modèle et appliqué ensuite à des prélèvements de papiers de presse en provenance des collections de la BnF. Ces derniers ont été prélevés lors de la campagne d’échantillonnage réalisée dans le cadre du projet CoMPresSil. Ils ont déjà fait l’objet de plusieurs caractérisations : pH, pourcentage et nature chimique des charges minérales, composition des fibres et présence d’azurants optiques. Les résultats obtenus lors de ce stage permettront de compléter les informations sur la caractérisation des documents de presse qui sont susceptibles de nécessiter un traitement de désacidification et de renforcement et de mieux orienter les recherches en cours (thèse de Nathan Ferrandin-Schoffel « Renforcement et Désacidification d’Objets Patrimoniaux Cellulosiques par des Réseaux de Copolymères de Polyaminoalkylalcoxy Silanes. Application aux collections de Bibliothèques (CoSilBib) également financée par le labEx Patrima 2016-2019).

  1. Chargé d’études en physique-chimie au Service central du département de la Conservation, responsable du laboratoire sur le site de Bussy-Saint-Georges de  la BnF []
  2. Chargée d’études et de recherche en physique-chimie au laboratoire sur le site de Bussy-Saint-Georges de  la BnF []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *