René Giard (1880-1940), de la Bibliothèque nationale à la libraire catholique

Si la Bibliothèque nationale compte un nombre certain de libraires devenus bibliothécaires, il existe aussi des exemples d’agents ayant effectué le trajet inverse, comme ce fut le cas de René Giard qui y était en quelque sorte prédestiné pour être issu d’une famille de libraires de Valenciennes.

Sommaire


Un Valenciennois archiviste-paléographe

Né à Valenciennes le 25 janvier 1880, René Giard entra à la Bibliothèque Nationale après l’obtention de son diplôme de l’École des chartes en 1901, où il avait soutenu sa thèse le 28 janvier 1901 sur l’Histoire de l’abbaye de Sainte-Geneviève de Paris jusqu’à l’année 16191.

À la Nationale

A la Bibliothèque nationale, il œuvre sous les ordres de Gabriel Ledos (1864-1939), « pour la rédaction des fiches » , comme le rappelle Henri Lemaître (1881-1946)2 qui entra à la section de l’Histoire de France du département des Imprimés de la Bibliothèque en 19043 :

Passé ensuite à la Bibliothèque nationale, il se passionna, sous l’égide de M. Ledos, pour la rédaction des fiches comme il s’était passionné pour la critique des textes, et c’est pour me faire participer aux joies de la catalographie qu’il me fit entrer après lui au Département des imprimés. A la vérité, il y resta peu de temps, car il considérait comme son devoir de chrétien de se marier jeune et d’avoir une nombreuse famille ; or, les appointements que l’État alloue à ses bibliothécaires n’encouragent guère à assumer les charges d’une abondante progéniture ; seul le commerce pouvait lui assurer les ressources suffisantes. Il acheta une librairie religieuse à Lille ; quelques mois après, il épousait Mlle Rivière, la petite-fille de Henri Wallon, et réalisait ses rêves ; ils eurent dix-huit enfants. Libraire, sa compétence professionnelle s’imposa aussi bien à une clientèle toujours accrue qu’aux confrères qui le nommèrent successivement président du Syndicat de la librairie religieuse, président du Syndicat des libraires du Nord, président et président d’honneur de la Chambre syndicale des libraires de France.

Lemaitre, Henri, « René Giard (1880-1940) », Bibliothèque de l’école des chartes, 1940, tome 101, p. 267-269. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1940_num_101_1_460387>.

Sous les drapeaux

Appartenant la classe 1900, René Giard est appelé sous les drapeaux le 14 novembre 1901 au sein du 25e Bataillon de Chasseurs à Pied (B.C.P.) qui tint « successivement garnison à Lille, Embrun, Paris, Montmédy et enfin à Saint-Mihiel de 1887 à 1914. »4 mais et envoyé dans la disponibilité le 21 septembre 1902. En effet, au titre d’élève de l’École des chartes, il bénéficie de l’article 23 de la loi sur le recrutement militaire du 16 juillet 18895. René Giard accomplit une période d’exercices du 25 août au 21 septembre 1904 puis passe dans la Réserve de l’armée active le 1er novembre 1904. Il est dispensé de sa 2e période d’exercices au titre de l’article 48 de la loi sur le recrutement militaire6.

Lors de la Mobilisation générale du 1er août 1914, René Giard est rappelé à l’activité militaire. Sergent garde des voies de communication (GVC) à la gare de Saint-André (située sur le territoire de la commune de Saint-André-lez-Lille, Nord), il est licencié le 24 août à la gare de La Bassée. Il est ensuite réintégré garde des voies de communication à Béthune, licencié à Lille le 14 octobre 1914, réintégré à Boulogne-sur-Mer le 6 décembre 1914. Il est finalement renvoyé comme père de sept enfants le 17 mars 1915 et libéré du service militaire le 10 novembre 1929.

Archives départementales du Nord, Registres numérisés des matricules militaires (Valenciennes), 1900, 1R 2655, n° 663,
Archives départementales du Nord, Registres numérisés des matricules militaires (Valenciennes), 1900, 1R 2655, n° 663, https://archivesdepartementales.lenord.fr/ark:/33518/kxf3c092ntmp/14315e7c-9a6e-47c5-a972-24a7dcbd5913

Libraire catholique

Comme l’indique Henri Lemaître, René Giard quitte la Bibliothèque Nationale pour devenir éditeur-libraire à Lille où, après avoir repris à son compte la librairie de L. puis Bertrand Bergès7, il tient la librairie religieuse, « La croix sainte Catherine » sise 2 rue Royale :

Librairie René Giard, 2, Rue Royale - Lille. Carte postale de E. Cailleux, Lille
Librairie René Giard, 2, Rue Royale – Lille. Carte postale de E. Cailleux, Lille
Étiquette du libraire René Giard
Étiquette du libraire René Giard

Père de famille nombreuse

Selon Henri Lemaître, ce changement de carrière était motivé par le souhait de fonder une famille nombreuse avec la petite-fille du député Henri Wallon (1812-1904), Pauline Geneviève Marie Rivière (1886-05-13, Paris -1959-08-28, Lille), épousée le 5 novembre 1904 à la mairie du Panthéon et à l’église Saint-Jacques-du-Haut-Pas. Comme indiqué, ils eurent 18 enfants dont certains prirent sa relève quand le dernier devint conservateur à la Bibliothèque Nationale8.

En 1924, René Giard reçoit le prix Cognacq-Jay de l’Académie française, fondé par Ernest Cognacq et Marie-Louise Jaÿ en faveur des familles nombreuses.

Béghin, Paul, « L'Académie Française décerne à M. René Giard, libraire,
à Lille, un prix de vingt-cinq mille francs », Le Grand écho du Nord de la France, 4 décembre 1924, n° 339, p. [3].
Béghin, Paul, « L’Académie Française décerne à M. René Giard, libraire,
à Lille, un prix de vingt-cinq mille francs », Le Grand écho du Nord de la France, 4 décembre 1924, n° 339, p. [3]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4759808q/f3>.

Si l’on n’est pas étonné que ce soit le géniteur qui soit le récipiendaire du prix, il reste surprenant pour le lecteur d’aujourd’hui de lire qu’il est si peu fait mention de la mère et dans les termes choisis : « Mme Giard, aujourd’hui âgée de 38 ans, malgré ses nombreuses maternités, est une maman très jeune et au frais coloris. » Malgré ces 18 maternités, elle lui survécut de 13 ans.

Apostolat au service du livre catholique

Devenu libraire, René Giard s’investit au profit de sa corporation en devenant successivement président puis président d’honneur du Syndicat de la librairie religieuse, « le plus jeune des syndicats, fondé à la veille de la guerre »9, président du Syndicat des libraires du Nord, président et président d’honneur de la Chambre syndicale des libraires de France (née en 1892).

Il est également membre de la Commission historique du Nord (née le 14 novembre 1839)10, trésorier du Comité flamand de France (fondé en 1853)11, Bibliothécaire de la Société de géographie de Lille (née le 29 janvier 1882)12. La Bibliothèque la Société de géographie de Lille était ouverte tous les jours non fériés de 10 h. à 12 h. et de 15 h. à 17 h. 30. Au travers du Bulletin de la Société de géographie de Lille, la Société remercie régulièrement l’activité de René Giard au sein de la Bibliothèque, permettant son enrichissement et sa fréquentation. René Giard prenait part aux commissions des concours de géographie organisés par la Société, dont il donnait régulièrement lecture des résultats.

Annales du Comité flamand de France, 1934, tome XL
Annales du Comité flamand de France, 1934, tome XL, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb36142003q/date.

Tous les ans, le Syndicat de la librairie religieuse faisait part de son rapport d’activité au cours de l’Assemblée générale de la Chambre syndicale des libraires de France qui se tenait au Cercle de la librairie, à Paris. A partir de 1924, le Syndicat fit célébrer annuellement une messe en l’honneur des éditeurs et libraires décédés au cours des derniers douze mois13. La messe, qui était l’occasion de souligner le rôle des libraires catholiques dans la diffusion des « bons » livres, ceux qui dispensent « les instruments d’épanouissement moral et intellectuel », était annoncée dans divers périodiques catholiques, d’information générale ou professionnels, comme L’Action française, Les Nouvelles littéraires, artistiques et scientifiques, Journal des débats politiques et littéraires, L’Ordre, Comœdia, L’Express du Midi, L’Intransigeant, etc.

L’allocution prononcée au cours de la messe était publiée dans le Bulletin des libraires et même, parfois, reprise dans d’autres périodiques, comme la Revue des lectures14.

En tant que prédisent d’honneur du Syndicat de la librairie religieuse, René Giard collabore avec le président du syndicat Adolphe Le Goaziou (1887-1953), libraire à Quimper15 et Raphaël Labergerie (1895-1944), délégué général du Syndicat, libraire et éditeur à Paris qui devint secrétaire-trésorier de la Bibliothèque Nationale le 10 juillet 1941.

Lors des Journées du Livre catholique, organisées à l’Institut catholique les 5 et 6 mai 1934, les dirigeants du Syndicat de la librairie religieuse sont interviewés par le journaliste catholique Gaëtan Bernoville (1889-1960) qui effectue un reportage pour le journal La Croix, sur ce qu’il nomme le marasme de la librairie catholique. « M. Le Goaziou, président, libraire à Quimper ; M. Giard, président d’honneur, libraire à Lille ; M. Labergerie, délégué général, libraire à Paris », sont interrogés16.

Éditeur

Non seulement libraire catholique, René Giard fut éditeur. Certaines de ses éditions portent la mention : « René Giard, Éditeur Librairie de l’Université Catholique, Lille » :

René Giard, Éditeur
René Giard, Éditeur

En tant qu’éditeur, sa production recense les ouvrages suivants :

  • Giard, René ; Grimonprez, Léon, Histoire de Lambersart, Lille (2, rue Royale) : Librairie René Giard, 1911, 1 vol. (XI-289 p.) : plans ; in-8°. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1457101>.
  • Laurentie, François (1874-1915), Le cas de M. Aulard, Paris (10 rue de l’Odéon) : Librairie Victor Barbou ; Lille (2 rue Royale) : Librairie René Giard, 1914, 1 vol. (76 p.) ; in-16
  • Leman, Auguste (1879-1945), Urbain VIII et la rivalité de la France et de la Maison d’Autriche de 1631 à 1635, Lille (2, rue Royale) : René Giard ; Paris (5, quai Malaquais) : Éd. Champion, 1920, 1 vol. (XX-621 p.) ; in-8°. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k665439>.
  • Détrez, Lucien (1885-1956), L’agonie de Bailleul, Bailleul : Alexis Ficheroulle ; Lille : René Giard ; Paris : Paul Lefebvre, 1923, 1 vol. (X-121 p.) : ill., pl. ; in-8°
  • Delattre, Henri, Méditations sur le Pater, Lille (2, rue Royale) : René Giard, 1923, 1 vol. (95 p.) : portrait ; in-8°
  • Baron, Henri (1866-1953), Une âme d’apôtre : Henri Gand, lieutenant au 365me d’Infanterie, mort pour la France, le 6 avril 1915, Lille : René Giard, éditeur, 2, rue Royale, 1924, 1 vol. (112 p.) ; in-8°
  • Dehove, Henri (1871-19..), H. Dehove, docteur ès lettres, professeur aux facultés catholiques de Lille, chanoine honoraire de Cambrai et de Limoges. Le Droit des familles, vis-à-vis de l’État en matière d’enseignement et d’éducation, Lille : René Giard, éditeur, 2, rue Royale, 1927, 1 vol. (31 p.) ; in-16
  • Besson, Adrien (docteur), Technique des bandages de pratique courante, Lille : René Giard éditeur, 1928, 1 vol. (156 p.) : ill. ; 20 cm. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bd6t53329257>.
  • Détrez, Lucien (1885-1956), Lucien Détrez, directeur de la “Semaine religieuse”, aumônier de l’hôpital Saint-Sauveur à Lille. L’Agonie de Bailleul, Bailleul : Alexis Ficheroulle, éditeur (Grand Place) ; Lille : libr. René Giard (2, rue Royale) ; Paris (VIe) : libr. Paul Lefebvre (77, rue de Rennes), 1930, 1 vol. (X-128 p.) ; in-8°
  • Delassus, Agile (1859-1940), Esquisses poétiques, Lille : Librairie A. Douriez : Librairie René Giard, [1930], 1 vol. (155 p.) ; in-16
  • Mottez, Victor (1809-1897) ; Giard, René (1880-1940), Le peintre Victor Mottez d’après sa correspondance, 1809-1897, Lille : René Giard (S.I.L.I.C.)17, 1934, 1 vol. (243 p.-[32] f. de pl.) : couv. ill. ; 23 cm. – (Annales du Comité flamand de France ; XL). Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97543235/f19.item>.
Signature de R. Giard
Signature de R. Giard

Frappé au cœur

René Giard décède le 5 mars 1940, donc avant l’accession au pouvoir du maréchal Pétain le 11 juillet 1940, ce qu’il aurait peut-être considéré, à l’instar de Charles Maurras et de nombreux milieux catholiques, comme une « divine surprise ».

Le quotidien La Croix, qui ne consacre en Une qu’un bref encart aux combats militaires de ce que l’on désigne désormais de « drôle de guerre », publie une longue notice nécrologique d’André Mabille de Poncheville (1886-1969)18 :

René Giard, libraire français

Il existe encore, dans les forêts de la France septentrionale. à Mormal, Raismes ou Bonsecours, des chênes séculaires d’une rare beauté, arbres profondément enracinés qui étagent leurs ramures avec un paisible et puissant équilibre, géants d’un autre âge dont il faut plusieurs hommes d’aujourd’hui pour faire le tour. On les regarde avec admiration et amitié ces témoins du Créateur propagent autour de leur dôme de verdure une atmosphère de confiance et de sérénité.
Semblable à eux était René Giard, qui paraissait fait pour vivre cent ans, et qui, vient de s’abattre au milieu de la tempête qui souffle sur la chrétienté. Il est tombé d’un coup, ayant été frappé au cœur en septembre dernier par le départ aux armées de sept enfants, sur les dix-huit qu’il eut. Cet homme robuste était d’une extrême sensibilité, il ne vivait que pour sa famille. Le sacrifice consenti à la patrie l’avait sourdement miné, la cognée était à l’arbre. Le matin du 5 mars, alors qu’il sortait de sa maison de Lille pour se rendre à sa librairie, il s’affaissa dans la rue, terrassé. Il eut encore le temps et la présence d’esprit de remettre ses clés aux passants qui le relevèrent, pour qu’ils le fassent rentrer dans son habitation, puis il perdit définitivement connaissance. L’ange de la mort avait fondu sur lui d’un seul trait pour l’emporter. Mais n’était-il pas toujours prêt à paraître devant Dieu ?

L’existence de René Giard a été bien remplie. Issu d’une dynastie de bibliopoles, né à Valenciennes, le 25 juillet 1880, dans un vieux logis du XVIe siècle qui allait être restauré par son père sous l’enseigne du « Chasteau d’argent », il entra tout jeune à l’Ecole des Chartes d’où il sortit l’un des premiers avec le diplôme d’archiviste paléographe. Sa thèse, publiée en 1901, importe au plus haut point à la France, et particulièrement à Paris, puisqu’elle est l’Histoire de l’abbaye de Saints-Geneviève jusqu’en 1619. D’instinct, dès ses débuts, l’historien avait été à un lieu éminent de nos origines, à la source pure d’où tant de grâces découlent encore sur la montagne Sainte-Geneviève pour se répandre sur tout le sol national. Vers le même temps, il publiait dans la bibliothèque de école un Catalogue des actes des rois d’Aquitaine, Pépin Ier et Pépin II ; il s’intéressait également aux origines de l’imprimerie à Valenciennes, et collaborait avec M. Henri Lemaître pour tirer la figure de Jehan de Liège de la poussière des siècles.
En 1904, le jeune érudit épousait à Paris Mlle Pauline Rivière, petite-fille de Henri Wallon. Faut-il rappeler que celui-ci ne fut pas seulement « le père de la République » en 1875, mais l’auteur d’un grand livre sur Saint Louis et d’une Vie de Jésus qui répliquait au livre tendancieux de Renan ? René Giard entrait ainsi dans une famille qui était déjà sa famille spirituelle.
Peu ensuite, il regagnait le Nord et devenait le libraire de l’Université catholique de Lille. Appuyé sur une épouse vaillante, il allait avoir la joie de voir s’accroitre d’année en année le nombre de leurs enfants : il baptisait du nom de Geneviève sa première fille, aujourd’hui religieuse sous le nom de Mère Marie de Sainte-Genovefa ; il donnait son propre prénom à son aîné, et nommait Augustin son cadet, qui devait se vouer à l’Eglise. Dix-huit enfants, ce sont les ramures du chêne, progressivement étagées sous le ciel.

René Giard venait de publier une Histoire de Lambersart (en collaboration avec M. Léon Grimonprez) quand l’invasion recouvrit la Flandre. Mobilisé au début des hostilités, il fut libéré en avril 1915 comme chef de famille nombreuse. Professeur au collège universitaire de Pont-l’Evêque, il y fut bientôt promu au principalat. En Normandie, il retrouvait les origines lointaines des siens, et habitait la résidence familiale du Mesnil.

C’est ici le lieu de parler de cette dynastie de libraires à laquelle il appartient et qu’il a mise en lumière justement dans les Giard19, un livre hors commerce qui fut son chant du cygne.
Chaque province française a sa spécialité dans le pays de Coutances, en Normandie, se sont toujours recrutés et se recrutent encore de nombreux commis-libraires destinés à parvenir ensuite à la maîtrise de leur métier. Or, vers 1760, Jean Giard. laboureur au village de Servigny, s’étant remarié, son fils Antoine, qui ne pouvait s’entendre avec sa marâtre, alla rejoindre à Valenciennes un certain oncle Quesnel qui s’y était installé libraire sur la place d’Armes et qui lui céda bientôt son fonds. Telle est l’origine des Giard, gens appliqués depuis près de deux siècles à ce commerce des livres qui est par définition un commerce de l’esprit.

L’année même où mourut Louis XV, en 1774, Antoine Giard épousa Bernardine Boucher, issue d’une vieille famille de libraires-imprimeurs qui lui donna douze enfants. « Les Giard. écrivait leur historien, ont le goût des familles nombreuses. Les enfants sont accueillis avec joie, à telles enseignes que la descendance des époux Giard-Boucher ne comprend pas moins de 248 individus. » Et, pensant à l’avenir, il ajoute ceci qui peint à la fois le chef de famille et le chrétien : « Nous semblons assurés de bénéficier des prières de nombreux descendants. »

Devenu donc libraire à Lille, René Giard tenait une place de plus en plus importante dans sa corporation. Successivement président du Syndicat de la librairie religieuse, trésorier du Comité flamand de France, président du Syndicat des libraires du Nord, président et président d’honneur de la Chambre syndicale des libraires de France, il menait de front ses affaires et les publications savantes. Le peintre Victor Mottez, l’un des disciples d’Ingres, retenait son attention, et il en mettait la correspondance au jour. Il donnait enfin au public savant des Documents inédits sur l’Histoire de la Révolution à Cambrai qui contenaient, entre autres, de précieux renseignements sur les registres des prisons de La Force et des Anglaises avec la vie de Mme Leroy et des victimes maubeugeoises du tribunal révolutionnaire. Il éprouvait, comme Lenôtre, un vif plaisir intellectuel à sonder les archives du passé. Au témoignage de son fils aîné, « il les aimait parce que derrière le papier il voyait les hommes ».

Très pris par son métier, surtout par l’établissement des fiches d’un catalogue publié plusieurs fois par an, l’historien travaillait assidûment dans la librairie de Lille qu’il avait placée sous l’enseigne de la Croix Sainte-Catherine, mais il possédait un chalet à Wimereux, en Boulonnais, et s’y récréait (au sens claudélien du mot) en vacances et en fin de semaine. Cet homme de taille élevée, au beau regard bleu, grand promeneur, on le rencontrait parfois alors sur la plage ou dans la vallée du Denacre en compagnie des siens, et on le sentait pénétré du bonheur qui suit l’accomplissement quotidien du devoir d’état. C’était chose touchante que de l’entendre parler de sa famille et de sa profession.
« Si vous saviez, disait-il, quels beaux étalages font mes fils ! Comme ils savent mettre en valeur, à la devanture, les ouvrages qui le méritent !
Il y a quelque temps, j’ai acheté en bloc les livres dont était rempli, jusqu’au plafond, l’appartement d’un fervent bouquineur qui venait de mourir. Nous nous y sommes tous mis, mes filles avec les garçons. Nous avons pratiqué là dedans de véritables fouilles en faisant des tranchées. Et savez-vous quelle perle rare nous est presque aussitôt tombée sous la main ? Un exemplaire de Sagesse, édition originale Palmé. »
Et encore, avec un accent de profonde passion :
« J’aime de plus en plus mon métier. »
Ce métier, cependant, prenons-y garde, est lié plus qu’aucun autre aux destins de la civilisation chrétienne en France, et par là encore un René Giard est exemplaire autant que par sa qualité de chef de famille et d’historien. Georges Duhamel l’a justement fait remarquer, « notre système de culture est fondé sur l’imprimerie », les « recettes de vie » sont contenues dans les livres seuls, que l’on peut indéfiniment prendre et reprendre, mais non point dans les fugitives impressions de la radio ou du cinéma. L’avenir dépend donc, dans une large mesure, de la qualité des livres et des appréciateurs de cette qualité : les libraires dignes de ce nom. En se rangeant parmi eux, l’auteur de l’Histoire de Sainte-Geneviève n’a pas seulement repris la fonction héréditaire de sa famille, mais il a contribué à honorer leur profession ; et l’on peut assurer qu’il est digne de rester pour eux un modèle.

A. MABILLE DE PONCHEVILLE.

Mabille de Poncheville, André, « René Giard, libraire français », La Croix, 5 avril 1940, n° 17546, p. ***.
« René Giard, libraire français », La Croix, 5 avril 1940, n° 17546, p. ***. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k443929g/f3>.
Archives départementales du Nord, Registres numérisés des registres d'état civil du Nord (TGI Lille), Lille, décès, 1940-01-01 - 1940-05-20, 3 E 18350, f.109, n° 1034.
Archives départementales du Nord, Registres numérisés des registres d’état civil du Nord (TGI Lille), Lille, décès, 1940-01-01 – 1940-05-20, 3 E 18350, f.109, n° 1034, https://archivesdepartementales.lenord.fr/ark:/33518/t5qrm7x0gh46/7bef88f6-f32d-4d13-a06c-d84f8ca21658

La librairie resta dans la famille après le décès de René Giard. Elle reste maintenue par son petit-fils, François Giard20.

Site Internet de la librairie Giard, https://www.librairiegiard.com/

Notes

  1. Le 24 octobre 1934, il donna à la Bibliothèque de Sainte-Geneviève le manuscrit autographe de sa thèse (Ms. 3887-3889 ter), relié en 5 volumes, qui atteignait les 725 pages. Un certain nombre de pages furent découpées par l’auteur et publiées sous le titre : Giard, René, « Étude sur l’histoire de l’abbaye de Sainte-Geneviève de Paris jusqu’à la fin du XIIIe siècle », Mémoires de la Société de l’histoire de Paris, 1903, tome XXX, p. 41-126. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6283332t/f57.item>. []
  2. Magne, Nathalie ; Fayet-Scribe, Sylvie (dir.), Henri Lemaître 1881-1946 : de la lecture publique à la documentation : mémoire, [Paris], 1995, 1 vol. (123-XII p.). Maîtrise : Sciences de l’Information et de la Documentation : Université Panthéon Sorbonne Paris 1 : Paris : 1995. Disponible sur Internet, url : <https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/48763-henri-lemaitre-1881-1946-de-la-lecture-publique-a-la-documentation.pdf>. []
  3. Débutant en tant qu’attaché, ce dernier gravit les échelons en devenant stagiaire, puis sous-bibliothécaire et enfin bibliothécaire au
    département des Imprimés à la section de l’Histoire de France le 4 juillet 1910. []
  4. Voir : Historique du 25e bataillon de chasseurs à pied, Toulouse : Édouard Privat, 1919, 1 vol. (62 p.-[4] p. de pl.) ; In-16. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6357029z>. []
  5. Publiée au Journal officiel de la République française, 17 juillet 1889, n° 190, p. [3437]-3449. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6542414j/f1.item>.) qui stipule qu’ « en temps de paix, après un an de présence sous les drapeaux, sont envoyés en congé dans leurs foyers sur leur demande, jusqu’à la date de leur passage dans la réserve » ((Le 28 octobre 1903 il produit une copie du diplôme qui lui a été délivré le 4 février 1901 et établissant ses droits définitifs à la dispense. []
  6. « Les hommes envoyés dans la réserve de l’armée active, dans l’armée territoriale et dans la réserve de ladite armée sont affectés aux divers corps de troupes des services de l’armée active ou de l’armée territoriale. Ils sont tenus de rejoindre leur corps en cas de mobilisation, de rappel de leur classe ordonné par décret, et de convocation pour des manœuvres et exercices. » []
  7. Bertrand Bergès tenait déjà une librairie religieuse. Il fut l’un des membres fondateurs de la Société des Instituteurs catholiques du diocèse de Cambrai et souscrivait au Bulletin de la Ligue populaire pour le repos du dimanche en France. L’abonnement à la revue catholique À la voile se faisait chez lui ou à la librairie Dubourg de Douai. En proposant l’abonnement, René Giard ne faisait que perpétuer ce que faisait Bertrand Bergès, déjà dépositaire de la revue au tournant du siècle. De même, on pouvait s’y abonner à L’Éducation catholique : revue de l’enseignement primaire. []
  8. Geneviève (1905-10-07, Lille-….), religieuse auxiliatrice ; René Charles Yves Marie (1907-01-04, Lille-1940-05-22, Lambres-les-Aire), ingénieur du fond aux mines ; Augustin Marie Joseph Calixte (1908-07-24, Laambersart-1986-07-08, Lille), prêtre diocésain ; Clotilde Marie Juliette Henriette (1909-11-15, Lambersart-….), épouse le 1940-02-02 d’Henry Jules François Jullien (1906-04-11, Montpellier-1997-01-08, Paris) ; Antoine Jean Marie Joseph (1911-04-01, Saint-André-1998-03-24, Lille), libraire ; Thérèse Marie Charles Louise Camille (1912-08-24, Saint-André-1973-03-27, Lille), assistante sociale ; François André Marie Joseph (1914-03-01, Saint-André-1995-05-30, Lille), libraire ; Paul Jean Marie Clair (1916-02-13, Le-Mesnil-sur-Blangy-1993-03-16, Lille), médecin ; Étienne Jacques Marie (1917-07-21, Le-Mesnil-sur-Blangy-1940-05-23, Odomez), typographe ; Pascal Henri Louis Marie (1919-02-24, Le-Mesnil-sur-Blangy-2008) ; Marie-Joseph Jacqueline Eugénie (1920-12-28, Lille-….), épouse le 1942-04-15 de Yves Marie Jaspar (1918-02-15, Pont-l’Évêque-1991-06-28, Pont-l’Évêque) ; Marguerite-Marie Catherine Colette (1922-08-06, Lille-1927-06-09, Lille) ; Odile Caroline Clotilde (1924-03-10, Lille-….), épouse le 1944-09-26 de Paul Désiré Mottez (1919-12-08, Lille) ; Emmanuel Joseph Marie (1925-12-02, Lille-1985-06-04), photographe ; Colette Catherine Marie Marguerite (1928-04-06, Lille-….), médecin ; Marie-Paule Françoise Joseph (1930-03-06, Lille-….), épouse le 1955-07-23 d’Alex Joseph Guislain Berger (1929-03-18, Longwy-….) ; Xavier Paul Marie Joseph (1932-02-14, Lille-….), ingénieur dans la métallurgie ; et son jumeau Jean-Baptiste André Marie Joseph (1932-02-14, Lille-2018), archiviste-paléographe comme son père et conservateur au Cabinet des médailles de la Bibliothèque Nationale de 1961 à 1997. Voir : Jacquot, Olivier, « Décès de Jean-Baptiste Giard, conservateur honoraire à la Bibliothèque nationale de France », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, 1er juin 2018. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/3025>. []
  9. Selon M. Gérard, du Syndicat, dans : « Le 2e Congrès National de la Librairie Française tenu à Strasbourg le 9 Août », La Pensée française : organe d’expansion française et de propagation nationale, 10 août 1925, n° 103, p. 25. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6110652h/f41>. []
  10. Voir le carnet de recherche de la Commission historique du Nord, url : <https://chn.hypotheses.org/>. []
  11. René Giard en édite les Annales du Comité flamand de France dans lesquelles paraît son étude sur le peintre Victor Mottez (1809-1897) : Le peintre Victor Mottez d’après sa correspondance, 1809-1897. []
  12. Gamblin, André, « La Société de Géographie de Lille », Hommes et Terres du Nord, 1998, n° 2, p. 109-113. DOI : https://doi.org/10.3406/htn.1998.2624. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/htn_0018-439x_1998_num_2_1_2624>. D’autres membres de la famille étaient membres de la société : Pierre Giard, libraire, faisant fonctions de bibliothécaire-archiviste à Valenciennes, Georges Giard, libraire à Valenciennes ou encore Léon Giard, courtier de commerce à Valenciennes. []
  13. « L’Assemblée générale des Libraires », Comœdia, 28 avril 1929, n° 5410, p. 4. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7646866b/f4>. []
  14. Voir par exemple : « Les pouvoirs publics doivent empêcher la vente des poisons, de tous les poisons », Revue des lectures, 15 janvier 1927, n° 1, p. 327-328. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5741828x/f333>. []
  15. Voir : Bouju, Marie-Cécile, « LE GOAZIOU Adolphe, Yves », Le Maitron, 22 mai 2021. Disponible sur Internet, url : <https://maitron.fr/spip.php?article240555>. []
  16. Bernoville, Gaetan (1889-1960), « Reportage à travers la Cité du Livre. Situation de la librairie catholique », La Croix, 23 mai 1934, n° 15722, p. ****. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k413986p/f4>. []
  17. La S.I.L.I.C. était une imprimerie sise 41 rue de Metz à Lille puis à La Madeleine. Elle était l’imprimerie de l’Évêché et des Facultés Catholiques de Lille. []
  18. Voir : « André Mabille de Poncheville », Wikipédia, l’encyclopédie libre, 4 septembre 2022. Disponible sur Internet, url : <http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Andr%C3%A9_Mabille_de_Poncheville&oldid=196682968>. Dans la transcription, les notes sont de notre fait. []
  19. Giard, René, Les Giard : notes généalogiques et biographiques, Lille : René Giard, 1937. Nous n’avons pas retrouvé cette monographie dans les catalogues collectifs de bibliothèques ni à la BnF. Elle retrace la destinée des Giard depuis Antoine Giard en 1760. Cf. Saffroy, Gaston (1909-1985), Bibliographie généalogique, héraldique et nobiliaire de la France. 3, Recueils généalogiques généraux, monographies familiales et études particulières…, Paris : G. Saffroy, 1974, n° 42832. Une autre monographie est parue depuis : Giard, Pierre, Les Giard : notes biographiques et généalogiques sur les descendants des époux Antoine Giard-Quesnel : 1630-1976, Lille : René Giard, 1977, 1 vol. (188-[4] p.) : carte en coul., généalogie en coul. Également absente à la BnF…
    Michael Giard évoque la famille Giard-Quesnel dans son roman : Giard, Michel, Passeurs de mots, Clermont-Ferrand : Éditions De Borée, 2017, 1 vol. (331 p.) ; couv. ill. en coul. ; 24 cm. (Romans et récits du terroir). ISBN 978-2-8129-2170-4 (br.) et Giard, Michel, Passeurs de mots, Clermont-Ferrand : Éditions De Borée, 2021, 1 vol. (387 p.) : couv. ill. en coul. ; 18 cm. – (Terre de poche). ISBN 978-2-8129-2891-8 (br.). []
  20. « Lille: François Giard, la passion des livres en héritage », La Voix du Nord, 22 juillet 2013. Disponible sur Internet (payant), url : <https://www.lavoixdunord.fr/art/region/lille-francois-giard-la-passion-des-livres-en-heritage-ia19b0n1428127>. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Olivier Jacquot (28 décembre 2022). René Giard (1880-1940), de la Bibliothèque nationale à la libraire catholique. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3u0


Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Jullien dit :

    Mon arrière grand-père

  2. LESTRIEZ-GIARD dit :

    Un immense merci pour tout cet article relatant les “faits et gestes” de mon grand-père René . Son fils Antoine , mon père , a fait vivre cette librairie au 2 rue Royale à Lille durant une soixantaine d’années et j’ai bien connu nombre de grands personnages qui venaient pour y bavarder et …parfois acheter un livre !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search