Jean Raphaël Labergerie (1895-1944)

Dans ses souvenirs intitulés Entre Aisne et Meuse… et au-delà, Suzanne Briet (1894-1989), conservatrice responsable de la Salle des catalogues, évoque la Libération à la Bibliothèque Nationale, à laquelle elle n’assista pourtant pas :

Je n’étais donc pas présente lorsque les F.F.I. se présentèrent à la B.N. On me raconta que seul, le futur Conservateur des Manuscrits1 s’était montré humain, lors de l’arrestation de l’Administrateur vichyssois, à qui on fit comprendre qu’on l’arrêtait pour le protéger des représailles. Le Secrétaire général fut laissé en liberté. Il devait être assassiné deux mois plus tard.

Briet, Suzanne, Entre Aisne et Meuse… et au-delà : souvenirs, Charleville-Mézières (23, îlot du Château d’Eau, 08000) : Éditions de la Société des écrivains ardennais, 1976, p. 62.

Le secrétaire général qu’elle évoque était l’éditeur d’avant-guerre Raphaël Labergerie, celui-là même qui édita L’Homme, mesure de l’histoire : la recherche du temps de « l’Administrateur vichyssois » Bernard Faÿ en 1939, ou le recueil de poèmes La Vie donnée de Raïssa Maritain en 1935. C’est son parcours que l’on se propose d’évoquer ici.

Sommaire


Début de vie girondin

Né le 19 octobre 1895 à Lanton (Gironde, France), dans le quartier de Taussat, Jean Raphaël Labergerie est le fils d’un marin, dont il porte le prénom, et d’une mère tailleuse, Marie Sourgens :

Archives départementales de la Gironde, Lanton (Gironde, France), Registre d'état civil, Baptême ou naissance, 1895, 4 E 17031, n° 13.
Archives départementales de la Gironde, Lanton (Gironde, France), Registre d’état civil, Baptême ou naissance, 1895, 4 E 17031, n° 13, https://archives.gironde.fr/ark:/25651/vta9dafab35516db073/daogrp/0/5

Son père, Jean Labergerie, est le pêcheur taussatois avec lequel Henri de Toulouse-Lautrec (1864-1904) allait pêcher sur le bassin d’Arcachon et qu’il dénommait Zacharie.

Lautrec faisait des croquis et des portraits qui, selon la légende, auraient fini en panneaux de cabanes. En réalité, il a donné plusieurs peintures à la famille Labergie [sic]. Mais la femme de Zacharie les trouvait trop laids et elle les a tous brûlés !

Marliave, Olivier de, Dictionnaire du bassin d’Arcachon : sites, nature, patrimoine, histoire, Bordeaux : Sud ouest, 2002, p. 317.

Au pays, Jean Labergerie, encore matelot, était dénommé Petit. Le 17 juin 1872, il sauva un homme, ce qui lui valut une médaille d’argent de 2e classe décernée par le vice-amiral ministre de la marine et des colonies Louis Pothuau (1815-1882)2.

Le destin de son fils Jean Raphaël Labergerie fit qu’il est quelque peu oublié de l’historiographie, notamment de la Bibliothèque nationale de France auquel il fut lié pendant l’Occupation, aux dépens de son Administrateur de l’époque, Bernard Fäy (1893-1978) ou de celui qui le précéda et succéda, Julien Cain (1887-1974). C’est pourquoi nous nous proposons, dans ces pages, d’évoquer ce personnage de l’histoire de la BnF pendant la Seconde Guerre mondiale.

Vie privée

En 1907, « Jean-Raphaël Labergerie, du canton d’Audenge », perçoit « un prix de douze francs qui, comme d’usage, sera placé en [son] nom à la Caisse nationale des retraites pour la vieillesse », en récompense de l’obtention de son certificat d’études primaires3.

D’après son registre matricule, Raphaël Labergerie avait les cheveux châtains, les yeux marron clair, le front moyen, le nez rectiligne et mesurait 1,72 mètres. Après avoir été commis des P.T.T., il y était devenu surnuméraire.

Si l’on en croit la presse, il fut un sportif pratiquant l’escrime, son choix se portant sur l’épée. Le dimanche 19 mai 1935, il prend part au championnat d’épée de la Fédération du Sud-Ouest (F.E.S.O.) qui se déroule salle Marili, 11 rue Thiac, à Bordeaux. Déjà champion d’épée de la F.E.S.O. en 1928, il fut classé premier avec 9 victoires (riposte)4.

Au cours de son existence, il multiplia les domiciles : en 1928 il réside au 2 bis avenue Victor Hugo à Meudon et, en 1929, au 11 rue Cujas, Paris 5e. En 1944, son domicile, qui sera le dernier, se situe au 1 rue Nungesser et Coli à Sèvres.

Raphaël Labergerie épousa Simone Marguerite Pranck à Bordeaux le 17 avril 19245. De parents tous deux instituteurs, Simone Marguerite Pranck est née à La Réole le 20 juin 1903 ; elle est décédée à Lanton le 17 juillet 1983.

Archives départementales de la Gironde, La Réole (Gironde, France), Registre d'état civil, Baptême ou naissance, 1903-1907, E DEPOT 10043, n° 34
Archives départementales de la Gironde, La Réole (Gironde, France), Registre d’état civil, Baptême ou naissance, 1903-1907, E DEPOT 10043, n° 34, https://archives.gironde.fr/ark:/25651/vtad68ced2410c38a32/daogrp/0/12
Archives départementales de la Gironde, La Réole (Gironde, France), Registre d'état civil, Baptême ou naissance, 1903-1912, 4 E 20008, n° 34
Archives départementales de la Gironde, La Réole (Gironde, France), Registre d’état civil, Baptême ou naissance, 1903-1912, 4 E 20008, n° 34, https://archives.gironde.fr/ark:/25651/vtafda8da1e9188f448/daogrp/0/11

Raphaël Labergerie et Simone Pranck eurent trois enfants :

  • un fils Michel Jean Pierre Marie, né le 19 juin 1926 (6 rue Giordano Bruno, 14e), marié à Neuilly-sur-Seine le 16 juin 1951 avec Jeanne Marie Victor Lomuller, décédé le 27 mai 2018 à La Teste-de-Buch (Gironde) ;

et également deux filles :

  • Geneviève Angèle Béatrice Marie, née le 15 mai 1927 (6 rue Giordano Bruno, 14e), mariée à Sèvres le 1er octobre 1946 avec Joseph Émile Bovard-Gillabert, divorcée à Grasse le 10 janvier 19736 ;
  • Marie-Madeleine Emilie Noëlle, née le 25 décembre 1928 (6 rue Giordano Bruno, 14e), mariée à Sèvres le 9 juillet 1951 avec Jean Claude Marie Lucien Bernard, décédée le 2 juin 2013 à Le Pradet (Var).

Lors de la naissance de ses enfants, Raphaël Labergerie est attaché au Service Télégraphique de la Présidence de la République et son épouse est sans profession.

Dans la France de Vichy qui promeut la famille, les filles de Raphaël Labergerie sont mises à contribution par leur père ; ainsi elle remirent des cadeaux à la fête de l’arbre de Noël de la BN, organisée le 20 décembre 19427.

Vie militaire

De la classe 1914, Raphaël Labergerie prit part au Premier conflit mondial comme en atteste son registre matricule :

Archives départementales de la Gironde, Registres matricules, Labergerie Jean Raphaël, 1 R 1537 1474, extrait
Archives départementales de la Gironde, Registres matricules, Labergerie Jean Raphaël, 1 R 1537 1474, extrait, https://archives.gironde.fr/ark:/25651/vtac265db0459f58794/daogrp/0/1

Incorporé le 16 décembre 1914, en tant que sapeur télégraphiste du 8e régiment du Génie, il embarque à Marseille en mai 1915 pour l’expédition des Dardanelles. Il débarque à Sedd-Ul-Bahr, le 24 mai 1915, là où venait de se dérouler une bataille du 25 avril 1915 au 4 mai 1915, pour la conquête de la péninsule de Gallipoli. Le 24 décembre 1915, il rembarque pour prendre part à l’expédition de Salonique. Le 1er avril 1916, il passe de la téléphonie à la radio. Le 30 mars 1919, il est rapatrié puis démobilisé en septembre 1919. Son service actif en Unité Combattante se déroula du 24 mai 1915 au 31 mars 1919.

Historique du 8e régiment du génie pendant la campagne 1914-1918, Angers : P. Demange, 1920
Historique du 8e régiment du génie pendant la campagne 1914-1918, Angers : P. Demange, 1920, ill. Fernand S. Billot, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6344556c/f1

Comme l’indique l’Historique du 8e régiment du génie pendant la campagne 1914-1918, auquel il appartint, ce régiment était composé de compagnies et de détachements télégraphiques.

Disséminé en petits détachements qui suivent dans leurs mouvements incessants leur Corps d’Armée, leur Division,
leur Groupe d’artillerie, leur escadrille d’aviation, formant aussi de puissantes compagnies télégraphiques d’Armée dont le travail durable s’étend sur de larges secteurs, le 8e Régiment du Génie est partout, sur tous les fronts, à toutes les époques de la campagne.

Historique du 8e régiment du génie pendant la campagne 1914-1918, Angers : P. Demange, 1920, p. 2.

S’agissant plus particulièrement de l’expédition des Dardanelles et de l’année 1915, l’Historique indique :

Pendant cette année 1915, les détachements télégraphiques de l’Armée d’Orient, aux Dardanelles, puis à Salonique et en Serbie, comme les compagnies télégraphiques et radio du Maroc, prouvent, par leur travail incessant au milieu des dangers et des difficultés de toute sorte, que le 8e Régiment du Génie se montre, sur tous les fronts, digne de la réputation d’abnégation complète que les anciens télégraphistes s’étaient acquise à Madagascar et partout où les hasards de la guerre coloniale les avaient appelés à servir.

Historique du 8e régiment du génie pendant la campagne 1914-1918, Angers : P. Demange, 1920, p. 4.

Pour l’Armée d’Orient, à laquelle Jean Labergerie prit part, la liste des Officiers ayant exercé les fonctions de Chef de service télégraphique d’armée est la suivante :

Historique du 8e régiment du génie pendant la campagne 1914-1918, Angers : P. Demange, 1920, p. 15.
Historique du 8e régiment du génie pendant la campagne 1914-1918, Angers : P. Demange, 1920, p. 15.

Des photographies des hommes du 8e Régiment du Génie, dont certaines concernant la Turquie, mais postérieures aux dates de présence de Jean Labergeire, sont consultables sur le site Chtimiste, dans la rubrique des « 34.000 photos de poilus » Le Génie militaire » RG BG » 8eRG »8. Elle permettent d’appréhender quelque peu l’environnement et quelques unes des tâches des télégraphistes militaires.

Vie professionnelle

Télégraphiste au service de l’État

En 1924, Raphaël Labergerie est « attaché télégraphiste du président de la République » Gaston Doumergue (1863-1937)9.

Éditeur catholique

Comme le montre son acte de décès, Michel, le fils de Raphaël Labergerie, tait les fonctions politiques de son père, préférant indiquer qu’il fut éditeur. De fait, il créa une maison d’édition dont la formation fut annoncée dans les annonces légales du journal Le Droit.

Créée avec le médecin de réserve Henry — ou Henri — Minot10, la Société se destinait à « l’édition et la vente de livres, revues, brochures et autres publications littéraires » :

Le Droit, 27 décembre 1930, n° 158, p. 2
Le Droit, 27 décembre 1930, n° 158, p. 2, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2975488r/f2

La maison d’édition était en outre gérée par Émilie Labergerie, « employée de librairie », l’une des filles de Raphaël Labergerie. Elle avait suivi les enseignements de l’École primaire supérieure de jeunes filles de Lyon (74 rue Mazenod) et avait reçu la première partie de son brevet en 193411.

La librairie dominicaine Raphaël Labergerie était installé au 11 rue Cujas, dans une librairie rachetée un an plus tôt à Henri Parriel, propriétaire de la Librairie H. Parriel (21, rue Cujas, Paris 5e)12.

Le fonds de commerce fut acquis au nom de l’épouse de Raphaël Labergerie, Simone Marguerite Pranck13 :

Le Droit, 25-26-27 mai 1929, n° 63, p. 190.
Le Droit, 25-26-27 mai 1929, n° 63, p. 190.

La maison d’édition se consacre à des publications catholiques, annoncées dans le journal La Croix, comme pour La vie montante du prêtre Alphonse Dommergues (1848-1928), aumônier de la prison Saint-Lazare de 1890 à 1921 :

La Croix, 23 juillet 1936, n° 16390, p. [3].
La Croix, 23 juillet 1936, n° 16390, p. [3].

En tant qu’éditeur et à l’enseigne de la librairie dominicaine R. Labergerie, Raphaël Labergerie publia, dans les années 1930, les ouvrages suivants :

  • Petitot, Louis-Hyacinthe (1870-1934), La Doctrine ascétique et mystique intégrale, Paris : éditions Labergerie, 1930, 2 vol.
  • Giraudeau, M., Elisabeth Keller, Mère Dominique de Jésus, Paris : Labergerie, 1931, 1 vol. (304 p.) : portraits ; in-8°
  • Hugueny, Étienne (O.P., Le P.), Psaumes et Cantiques du bréviaire romain. I. Office du dimanche. II. Lundi et Mardi. III. Mercredi et Jeudi. IV. Vendredi et Samedi, Paris : Labergerie, 1931, 4 vol. in-16
  • Spicq, Ceslas (1901-1992), La Révélation de l’espérance dans le Nouveau Testament…, Paris : Labergerie, 1931,
  • 1 vol. (XI-268 p.) : ill. ; in-8°
  • Ghéon, Henri (1875-1944), Le mystère de l’invention de la Croix, Paris : Labergerie ; Liège : La pensée catholique, 1932, 1 vol.14
  • Ordre des Prêcheurs, Complies, rit dominicain, texte, traduction, notes, Paris : Labergerie, 1933, 1 vol. (58-60 p.).
  • Fargues, Marie (1884-1973) ; Du Bois de La Villerabel, André (1864-1938), L’Éducation religieuse des petits enfants. Lettre de son Ex. Mgr Du Bois de La Villerabel. Bibliographie. Choix et conseils pratiques, Paris : Labergerie, 1933, 1 vol.
  • François de Sales (1567-1622 ; saint), Entretiens de saint François de Sales : d’après les anciens manuscrits publiés par la Visitation d’Annecy, Annecy : Monastère de la Visitation. Dépôts : Paris, Labergerie, 11, rue Cujas ; Lille, G. Stoffel, 84, rue Saint-André, 1933. (8 mai 1934.) In-16, LXIX-533 p., portrait
  • Fargues, Marie (1884-1973), Le Pain vivant, Paris : Labergerie, 1933, 1 vol. (II-23 ff.) : ill.
  • Hugueny, Étienne (O.P., Le P.), Le Psautier du bréviaire : texte latin-français pour aider à la bonne récitation liturgique, Paris : Labergerie, 1933, 1 vol.
  • Besson, Hyacinthe (1816-1861) ; Hugueny, Étienne (1868-1942), Le Livre d’heures du tertiaire de S. Dominique, Paris : Labergerie, 1934, 1 vol. (477 p.) ; 14 cm
  • Maritain, Jacques (1882-1973), Science et Sagesse : suivi d’éclaircissements sur la philosophie morale, Paris : Labergerie, 1935, 1 vol. (395 p.)
  • Maritain, Raïssa (1883-1960), La vie donnée, Paris : Labergerie, 1935, 1 vol. (69 p.) ; 27 cm
  • Okinczyc, Joseph (1879-1954), Humanisme et Médecine, Paris : Labergerie, 1936, 1 vol. (141 p.)
  • Druzbacka, Anna-Danuta (Dr), La Princesse Irène Puzyna ; [Lettre-préface de Mgr Teodorowicz], Paris : Labergerie, 1936, 1 vol. (93 p.)
  • Dommergues, Alphonse (1848-1928), La vie montante : directions spirituelles extraites de lettres du chanoine Alphonse Dommergues,…, Paris : Raphaël Labergerie, 1936, 1 vol. (XXIII-429 p.) : portrait hors texte ; in-16
  • Minot, Henri ; Maritain, Jacques (1882-1973), Un programme réconciliateur proposé par Jacques Maritain : mémoire pour prôner sa mise en pratique, par le Dr Henri Minot, Paris : Labergerie, 1937, 1 vol. (33 p.)
  • Vernet, Félix (1863-1942), Dom Gréa : 1828-1917, Paris : Labergerie, 1938,1 vol. (365 p.) : pl., portr., fac-similé ; 19 cm
  • Ordre des Prêcheurs, Missel-vespéral dominicain abrégé, Paris : libr. dominicaine R. Labergerie, 1938, 1 vol. (535 p.)
  • Faÿ, Bernard (1893-1978), L’Homme, mesure de l’histoire : la recherche du temps, Paris : Labergerie, 1939, 1 vol. (112 p.) (L’Ame de la Révolution, études sur la Révolution française ; 1).
  • Filleul, Paul ; Faÿ, Bernard, Le Duc de Montmorency Luxembourg, premier baron chrétien de France, fondateur du Grand Orient : sa vie et ses archives, Paris : Labergerie, 1939, 1 vol. (334 p.) (L’Ame de la Révolution, études sur la Révolution française ; 2).
  • Cazin, Paul (1881-1963) ; Le Campion, Valentin (1903-1952) ; Molkenboer, Antoon (18..-19.. ; peintre), L’Humaniste à la guerre : Hauts de Meuse 1915 / Paul Cazin ; avec 4 hors-texte d’Anton Molkenboer et 10 lettrines de Claude Rémusat, gravés sur bois par Valentin Le Campion, Paris : Labergerie, 1939, 1 vol. (299 p.) : ill. (Collection “Les Oeuvres de maîtrise” ; 2).
Et Fiet Unum Ovile, marque de la maison d'édition R. Labergerie.
Et Fiet Unum Ovile, marque de la maison d’édition R. Labergerie.

De 1931 à 1932, la maison d’édition publie, avec l’éditeur Les Beaux Livres, de Toulouse, la revue Questions actuelles, organe de la Société Saint-Thomas-d’Aquin et de Cercles d’études catholiques.

En 1939, pour l’anniversaire des 150 ans de la Révolution française, Raphaël Labergerie accueille au sein de sa maison d’édition le projet que Bernard Fäy lance « avec quelques amis politiques dont le cardinal Baudrillart, le futur grand maréchaliste de l’Académie française, et sous le titre de « l’âme de la Révolution », une collection d’ouvrages qui entendent faire une large place à la contre-Révolution. »15.

Seuls les deux premiers tomes paraissent, « une ambitieuse introduction philosophique et générale signée par Faÿ, L’Homme, mesure de l’histoire. La recherche du temps, […] et une monographie de Paul Filleul procurant des documents inédits sur le Le Duc de Montmorency Luxembourg, premier baron chrétien de France, fondateur du Grand Orient. Sa vie et ses archives » 16. Antoine Compagnon indique que « Fäy semble au seuil du grand projet d’une histoire révisionniste de la Révolution qui contredira la vulgate républicaine mise en scène pour le cent cinquantième anniversaire, s’attachera aux victimes de la Révolution, aux émigrés et aux martyrs. »17. Le troisième tome annoncé, sous la responsabilité de Denise Aimé-Azam (1902-1996)18 et non paru, devait s’intituler Le Comte de Vergennes et la monarchie républicaine.

L’Humaniste à la guerre de Paul Cazin19 constitue le dernier titre publié avant que l’activité éditoriale de la maison Labergerie ne soit mise en sommeil pendant l’Occupation et ne reprenne après-guerre, après le décès de Raphaël Labergerie. A partir de 1947, l’éditeur fait paraître des titres toujours dans la mouvance catholique, dont les Cahiers de l’Amitié Charles Péguy et son premier numéro consacré au Pascal de Charles Péguy20, d’autres de Jean Guitton (1901-1999) et de nombreuses éditions du Missel pour les fidèles.

En 1944, Raphaël Labergerie s’apprêtait à signer un contrat pour l’édition des cahiers de Gabrielle Bossis (1874-1950), disciple de Thérèse de Lisieux. « Dans un courrier du 16 décembre 1944, [il] qualifiait le manuscrit d’« émouvant » et d’un grand intérêt. Il devait respecter l’anonymat de l’auteur et soumettre un contrat à la signature. » Le décès de Raphaël Labergerie fit avorter le projet. Le Père de Parvillez « réussit à récupérer les cahiers et à les faire éditer plusieurs années plus tard par Gabriel Beauchesne. »21.

Syndicaliste

Raphaël Labergerie s’engagea au sein du Syndicat de la librairie religieuse en tant que délégué général. Le syndicat était présidé par Adolphe Le Goaziou (1887-1953), libraire à Quimper22, membre du Sillon de Marc Sangnier (1873-1950), tandis que la présidence d’honneur était assurée par un ancien bibliothécaire de la Bibliothèque Nationale devenu libraire à Lille, René Giard (1880-1940)23.

A l’occasion des Journées du Livre catholique, organisées à l’Institut catholique les 5 et 6 mai 1934, le journaliste catholique Gaëtan Bernoville (1889-1960) consacre un reportage au marasme de la librairie catholique dans le journal La Croix. Pour ce faire il interviewe les dirigeants du Syndicat de la librairie religieuse, « M. Le Goaziou, président, libraire à Quimper ; M. Giard, président d’honneur, libraire à Lille ; M. Labergerie, délégué général, libraire à Paris », qui, selon ses dires, « se sont promis de redresser la situation. » Après avoir donné la parole à René Giard, le journaliste recueille les propos de Raphaël Labergerie :

M. Labergerie, calme, lucide et tenace, intervient :
— Bientôt nous aurons sous la main un premier et précieux instrument d’information et de formation du libraire religieux. Nous avons fondé un Bulletin — mensuel pour débuter, — « Sources ». Les libraires qui le recevront seront tenus mois par mois au courant — et de la façon la plus complète — de toutes les nouveautés dans l’ordre du livre proprement catholique et, généralement, du livre littérairement beau et moralement sain. Et puis, vous le savez comme nous, nous pouvons compter dès maintenant sur l’activité de la Commission permanente, instituée par les journées du Livre catholique.

Bernoville, Gaetan (1889-1960), « Reportage à travers la Cité du Livre. Situation de la librairie catholique », La Croix, 23 mai 1934, n° 15722, p. ****. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k413986p/f4>.

Le bulletin évoqué, Sources : revue mensuelle de bibliographie, est paru de mai 1934 à 1937, avant de devenir en janvier 1938, La Revue des livres dont le dernier numéro, conservé par la Bibliothèque nationale de France, date de juin-juillet 193924.

Alphonse de Parvillez en fait la publicité dans la revue Études :

Parvillez, Alphonse de, « Les Lettres », Études, 20 décembre 1934, p. 792. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1137928/f797>.

Le bulletin ne manque pas d’inclure des publicités pour les éditions de ses éditeurs, dont Raphaël Labergerie, dès la quatrième page du premier bulletin.

Bulletin uniquement bibliographique, à partir de son numéro VII de décembre 1934, il publie « une série d’articles qui viendront compléter, au courant de l’actualité bibliographique, les renseignements donnés par la Revue. » Le premier de ces articles, dû à René Dumesnil (1879-1967), est consacré à J.-K. Huysmans (1848-1907). Le deuxième, dans le n° VIII de janvier-février 1935, est de Raphaël Labergerie, intitulé « Le bréviaire »25, se veut « une recension pratique d’ouvrages fondamentaux, les plus accessibles au grand public, et qui se trouvent en librairie. » Dans cette recension, l’éditeur ne manque pas de se citer :

Il convient de signaler en premier lieu, et à part, le Breviarum romanum (totum), quarta editio post typicam, édité par l’Imprimerie Vaticane à Rome et qui constitue le prototype du Bréviaire, celui dont le texte fait loi et auquel tous les autres doivent être conformes. On nommera ensuite les éditions Mame (France) Labergerie (France) Desclée (France et Belgique) Pustet (Allemagne) Marietti (Italie), etc.

Labergerie, Raphaël, « Le bréviaire », Sources : revue mensuelle de bibliographie, 1935, janvier-février, t. II, n° VIII, p. 154.

Raphaël Labergerie signe son article en précisant qu’il est « secrétaire général de la Commission permanente du Livre Catholique ». Le troisième et dernier article de cette année, de Louis Chaigne, paru dans le n° IX de mars 1935, est consacré à François Mauriac.

Le bulletin de Raphaël Labergerie publie ainsi des chroniques du milieu de la bibliothéconomie catholique, où l’on retrouve par exemple :

  • l’écrivain catholique Louis Chaigne (1899-1973) ;
  • le philosophe d’inspiration chrétienne Henri Gouhier (1898-1994) ;
  • le jésuite Alphonse de Parvillez, « le spécialiste de la question des bibliothèques dans le milieu catholique des années 1930 »26 qui lui soumit les cahiers de la mystique Gabrielle Bossis27 ;
  • le révérend père Louis Dumeste, O.P. (1892-1952), professeur d’exégèse à l’École Biblique de Jérusalem28.
  • et d’autres auteurs plus circonstanciels comme le musicologue René Dumesnil (1879-1967), X. Chanthann, Jean Soulairol (1892-1959), le Docteur Jean Lanos ou le révérend père Dutilleul, d’Enghien.
Marque des éditions Labergerie parue dans Sources, 1935, décembre, t. II, n° XVII, p. [18].
Marque des éditions Labergerie parue dans Sources, 1935, décembre, t. II, n° XVII, p. [18].

A partir de décembre 1936, le bulletin de Raphaël Labergerie publie une liste de « quelques bons livres nouveaux » du Bureau d’informations bibliographiques :

Le B. I. B. (Bureau d’informations bibliographiques, 52 avenue de Breteuil, Paris 7e, Tél. Ségur 08-84), créé par l’Action catholique au siège de la Société bibliographique, est un centre destiné à permettre aux œuvres, aux professionnels du livre, aux bibliothécaires, intellectuels, simples lecteurs et à tous ceux quels qu’ils soient qui voudraient user de ses services, d’y trouver des renseignements précis et sûrs au point de vue de la doctrine et de l’action, en ce qui concerne la production littéraire tant ancienne que d’actualité.

Sources, 1936, décembre, t. III, n° XXVIII, p. [33]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1424460k/f343>.
Sources, 1936, décembre, t. III, n° XXVIII, p. [3].

Du 10 au 13 juin 1937, la Commission permanente du Livre catholique, organise une semaine du livre catholique, sous les auspices de l’Action catholique française, avec au programme, des conférences publiques, une exposition du livre catholique qui se tint au Cercle de la Librairie et au Pavillon pontifical, à l’Exposition internationale des arts et techniques dans la vie moderne, celle-là même où « les bibliothèques étaient pour la première fois présentées lors d’une exposition internationale »29 au sein de la section des bibliothèques dite « Bibliothèques et manifestations littéraires », présidée par Julien Cain30, une soirée théâtrale, un concert spirituel et une cérémonie religieuse à la Basilique de Montmartre sous la présidence du cardinal Verdier31.

La manifestation ne manqua pas d’être annoncée dans la presse32 ou commentée après sa tenue33.

En octobre 1937, le mouvement de l’Action catholique française (ACF)34 organisa un congrès diocésain à Lille35.

A partir de janvier 1938, le bulletin de Raphaël Labergerie change de titre et devient La Revue des livres, fédérant plusieurs parties, dont les Sources préexistantes qui conservent leur titre courant dans la publication, mais aussi les sélections du Bureau d’informations bibliographiques, une Chronique bibliographique de la Ligue féminine d’action catholique française (LFACF), des Orientations bibliographiques et une Revue des lectures :

La Revue des livres, 1938, janvier-février, t. I, n° 1, p. [2]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1424459x/f6>.

En 1939, pour le cent-cinquantième anniversaire de la Révolution française, le bulletin n° 54 qui se veut un numéro spécial d’une sélection de livres sur la Révolution, publie peut-être la dernière chronique de l’académicien Georges Goyau (1869-1939)36, vantant les ouvrages de Bernard Fäy et Jacques Hérissay. Dans ce dernier numéro, sans doute interrompu par l’entrée en guerre, le bulletin s’achève par son tarif pour son abonnement, preuve qu’il entendait poursuivre sa publication, gérée par Raphaël Labergerie.

Il est singulier de noter que le titre du bulletin de Raphaël Labergerie, Sources, fut repris par ses soins et Bernard Faÿ quand ceux-ci — souhaitant réformer la Réunion des Bibliothèques nationales, soit la Bibliothèque Nationale, la Mazarine, la bibliothèque de l’Arsenal et celle de Sainte-Geneviève — publièrent, à partir de 1943 le périodique des bibliothèques nationales de France : Sources : études, recherches, informations, chronique des bibliothèques nationales de France.

Promoteur de la lecture publique

Collaborant avec le catholique social Adolphe Le Goaziou, membre du Sillon de Marc Sangnier (1873-1950), Raphaël Labergerie était sans aucun doute chrétien, mais aussi démocrate et républicain, comme semblent le démontrer ses fonctions aux PTT et au sein du cabinet de Gaston Doumergue, en tout cas au mi-temps des années 1930. Sa collaboration avec la Ligue féminine d’action catholique française (LFACF)37, née en 1933 de la fusion entre la Ligue patriotique des Françaises et la Ligue des femmes françaises, confirme qu’il était favorable aux actions de la ligue en faveur des « bibliothèques modernes pour tous » voire qu’il partageait son discours féministe.

Par les œuvres sociales, l’association espère gagner les femmes à l’Église et contribuer ainsi à fonder un ordre politique et social chrétien par l’influence des femmes. Le discours de défense des libertés religieuses s’accompagne d’une vision intégraliste du catholicisme qui doit embrasser toutes les activités humaines. Cette nouvelle organisation fonde son plaidoyer pour l’engagement féminin dans l’espace public – par la presse et le militantisme – sur la mission divine assignée aux femmes, à savoir la maternité.

Sudda, Magali Della, « La Ligue féminine d’action catholique et les ligues de droite radicale (1919-1939) », dans : À droite de la droite : Droites radicales en France et en Grande-Bretagne au XXe siècle, Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 2012, § 10. DOI : https://doi.org/10.4000/books.septentrion.16189. Disponible sur Internet, url : <https://books.openedition.org/septentrion/16189?lang=fr>.

La place laissée à sa fille dans la gestion de sa librairie ou dans l’acquisition du fonds de commerce au nom de son épouse peuvent également le confirmer.

Avant la création d’une école de bibliothécaires à l’Institut catholique, en novembre 1935, Raphaël Labergerie prend part aux cours donnés à l’Institut catholique par la LFACF : des « sessions de formation de deux jours sont organisées à Paris : Gabriel Henriot assure la partie technique des cours et des conférences plus spécifiques aux bibliothèques catholiques sont données par Alphonse de Parvillez, Gaëtan Bernoville, fondateur et secrétaire général des Semaines d’écrivains catholiques et Raphaël Labergerie, vice-président du Syndicat de la librairie religieuse »38.

Dans sa Revue des livres, avant les ouvrages recommandés de sa chronique bibliographique, la Ligue féminine d’action catholique française publie un article bibliothéconomique dont voici la liste :

Secrétaire général de la Bibliothèque Nationale

Emile Leroy quitta la Bibliothèque peu après qu’il eut reçu le titre de secrétaire général. Après lui vint Raphaël Labergerie, nommé pendant l’Occupation, et remplacé à la Libération par Jacques Renoult, qui fut chargé des fonctions durant quelques mois, du 24 août 1944 au 31 décembre de la même année. Marcel Rieunier, son successeur, demeura titulaire du poste pendant dix-huit ans, du début de 1945 au début de 1963.

Études sur la Bibliothèque nationale et témoignages : réunis en hommage à Thérèse Kleindienst, secrétaire général honoraire de la Bibliothèque nationale, Paris, 1985, p. 17. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9759830k/f45>.

Nommé secrétaire-trésorier de la Bibliothèque Nationale le 10 juillet 1941, Raphaël Labergerie remplace Émile Leroy (1882-1943) qui est muté au Commissariat général à l’Éducation générale et aux Sports. Ce dernier fut Secrétaire-trésorier de la BN de 1926 à 1941.

En 1940, lorsqu’il prit le pouvoir, le maréchal Pétain (sur qui nous ferons un jour des révélations quant à son rôle occulte dans la politique d’avant la guerre 1939-1945), licencia de la Bibliothèque nationale certains des conservateurs qui y étaient en place, et leur substitua des créatures à lui. Elles avaient noms Bernard Fay et Raphaël Labergerie, le premier écrivain spécialisé dans l’antimaçonnisme et l’antisémitisme, et le second catholique militant de mêmes orientations.

Ambelain, Robert, Drames et secrets de l’histoire, 1306-1643, Paris : R. Laffont, 1981, p. 12.
Journal officiel de la République française. Lois et décrets, 3 juillet 1941, n° 183, p. 2790.
Journal officiel de la République française. Lois et décrets, 3 juillet 1941, n° 183, p. 2790. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96271789/f10>.

Arrêtée à titre provisoire le 30 juin 1941, sa nomination devient définitive le 10 juillet 1941 :

Journal officiel de la République française, 3 juillet 1941, n° 183, p. 10,
Journal officiel de la République française, 12 juillet 1941, n° 192 , p. 2921
Journal officiel de la République française, 12 juillet 1941, n° 192 , p. 2921, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9628870q/f13

L’Administrateur général de la BN, Bernard Fäy, dans son rapport d’activité, le nomme « Secrétaire général & Trésorier »39. Auparavant désignée sous le terme de secrétaire-trésorier, la fonction de secrétaire général ne fut créée qu’avec la loi de finances de 1939. Au moment de la nomination de Raphaël Labergerie, l’ancienne dénomination persiste :

L'Information universitaire : journal hebdomadaire, 19 juillet 1941, n° 1032, p. 3.
L’Information universitaire : journal hebdomadaire, 19 juillet 1941, n° 1032, p. 3. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4585940c/f3>.

Dans sa biographie de Bernard Fäy, Antoine Compagnon indique que l’Administrateur nomma des proches « par leur engagement politique, mais dépourvus de qualification professionnelle, tel le secrétaire général, Raphaël Labergerie, libraire, chargé du service postal de Pétain à Vichy, par ailleurs éditeur de Fäy avant la guerre, ou manquant d’expérience administrative, tel le conservateur du nouveau département de la Musique, le jeune musicologue américain Guillaume de Van »40.

La collaboration entre Raphaël Labergerie et Gabriel Henriot se poursuit alors que le premier est secrétaire de la BN, notamment quand Bernard Fäy signe, le 25 août 1942, un contrat avec Gabriel Henriot pour la publication d’un Manuel du bibliothécaire français :

Le 25 août 1942 un contrat intervenait entre l’Administrateur général de la Bibliothèque Nationale & M. Gabriel HENRIOT. Celui-ci s’engageait pour une durée de quatre années comptées du Ier mai 1942, date effective du commencement des travaux, à élaborer, par lui-même ou en collaboration avec des personnes agréées par l’Administrateur général, un manuel du bibliothécaire français sous le titre : Livres & Bibliothèques : Manuel du Bibliothécaire & du Libraire. Le plan général en avait été soumis & accepté le Ier juin.

Fäy, Bernard, Le fonctionnement et la réorganisation de la réunion des bibliothèques nationales de Paris : 15 juin 1940 – 31 Déc. 1942, rapport présenté au Maréchal de France, chef de l’État, Paris : Bibliothèque Nationale, 1943, p. 331. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k12692120/f337>.

Comme le rappelle Hind Bouchareb :

Le contrat prévoit également le plan de l’ouvrage (en trois tomes) et les collaborateurs qu’Henriot est autorisé à s’adjoindre, à savoir Henri Lemaître (pour la partie sur le rôle du bibliothécaire et l’histoire des bibliothécaires), Violette Coeytaux (pour la bibliographie), Raphaël Labergerie, secrétaire général de la Bibliothèque nationale (pour le commerce du livre), et Suzanne Briet (pour la partie sur la documentation). L’ensemble ne fut jamais achevé mais il est probable que Des livres pour tous, paru en 1943, soit le fruit du travail réalisé par Henriot pour cette commande.

Bouchareb, Hind, Penser et mettre en œuvre la lecture publique : discours, débats et initiatives (1918-1945), Lyon : Université Lumière Lyon 2, 2016, p.
473, Thèse : Histoire : Université Lumière Lyon 2 : Lyon : 2016. Disponible sur Internet, url : <http://theses.univ-lyon2.fr/documents/lyon2/2016/bouchareb_h/pdfAmont/bouchareb_h_these_udl.pdf>.

En tant que secrétaire général, Raphaël Labergerie publie quelques ouvrages de bibliothéconomie. Il consacre un article à la Bibliothèque Nationale dans les Cahiers du livre41.

Il prépare également un historique des catalogues des imprimés de la Bibliothèque nationale qui ne vit pas le jour. Appelé à être préfacé par Bernard Fäy, on en conserve uniquement trois exemplaires de 388 pages d’épreuves imprimées par Firmin-Didot en 194342, au recto seulement, avec les même mise en pages et jeux de caractères typographiques choisis par Claude Rémusat (1896-1982) pour le rapport de Bernard Fäy, Le fonctionnement et la réorganisation de la réunion des bibliothèques nationales de Paris. Les épreuves ne comprennent pas la préface et les index annoncés à la table des matières. Ces épreuves comprennent diverses études de plusieurs auteurs différents :

  • le Catalogue des livres imprimés de la Bibliothèque du Roy, 1683 et 1739, extrait du Mémoire de l’abbé Jourdain
  • le Catalogue des imprimés, modifications à introduire dans l’organisation de la Bibliothèque impériale, 1858, extrait du rapport de Prosper Mérimée
  • Inventaire des livres imprimés de la Bibliothèque nationale et les moyens d’en effectuer l’impression, 1893, extrait du rapport de Georges Picot
  • le Catalogue général des livres imprimés de la Bibliothèque nationale, 1897, par Léopold Delisle
  • le Catalogue instrument de collection, de conservation, de communication, état de la question et programme de travail, 1943, extrait du rapport de Raphaël Labergerie
  • les Tâches nouvelles du catalogage, publications anonymes et publications officielles, 1943, par Jacques de Dampierre
  • règles pour la rédaction des catalogues d’imprimés, esquisse d’un code français de catalogage, 1943, extrait d’une étude de Suzanne Briet
  • Ouvrages anonymes ou collectifs, 1943, par Armand Rastoul
  • les Catalogues spéciaux, esquisses de méthodes pour leur élaboration et la description des pièces, 1943 : les Manuscrits, par Mgr. Robert Devresse
  • les Médailles et antiques, par Jean Babelon
  • Catalogues d’estampes, par Jean Vallery-Radot
  • Cartes et plans, par Myriam Foncin
  • les Oeuvres musicales, par Guillaume de Van
  • Tableau des catalogues en voie d’élaboration, état d’avancement, programme, 1943

Claude Rémusat, qui fut nommé directeur technique des travaux à la Bibliothèque nationale de 1940 à 1945, s’est donc chargé de la mise en page des ouvrages de Bernard Fäy édités par Raphaël Labergerie dont Le Duc de Montmorency Luxembourg. En mars-avril 1943, ses créations pour les reliures de la Réserve des livres rares ont fait l’objet d’une exposition à la Bibliothèque nationale.

L'Ame de la Révolution, n° 2, mis en pages par Claude Rémusat
L’Ame de la Révolution, n° 2, mis en pages par Claude Rémusat

Rendant des services à la Résistance de la région du Mont-Saint-Michel (il possède une maison à Saint-Jean-le-Thomas où il a beaucoup séjourné pendant l’Occupation) — en traçant des cartes et traduisant des documents —, il échappe à l’Épuration. Il semble avoir reçu la Médaille de la Résistance43.

Acteur de la Révolution Nationale

Avant de devenir secrétaire-trésorier de la BN en 1941, Raphaël Labergerie était le chef du service des communications et du chiffre44 du Maréchal Pétain, chef de l’État français. Louis-Marie Beauvois indique qu’ « il était chargé aussi du service postal de Pétain »45.

Ce qui a constitué une « divine surprise » pour la droite nationaliste et catholique l’a sans doute été pour Raphaël Labergerie46, avant même que l’Église catholique n’invite, en 1942, les fidèles à faire allégeance au Maréchal Pétain avec la diffusion de la brochure « Français ! Vos évêques vous parlent », publiée par le Bureau de documentation de Cholet47

Au-delà de leurs rôles spécifiques au sein de la Bibliothèque Nationale, Bernard Fäy et Raphaël Labergerie entendent jouer un rôle dans la politique de livre de l’État français. Ainsi, Bernard Fäy préside le Comité d’organisation des industries, arts et commerces du livre (COIACL) — aussi dénommé le Comité d’organisation du livre —, créé par un décret du 3 mai 194148 et dont le secrétariat général fut assuré à partir de 1942 par Marguerite Duras qui remplace Bernard Faÿ, souvent absent.

Dès les 15 octobre 1941, Raphaël Labergerie y « expose un vaste projet d’Institut du livre. Il s’agit de créer, au profit de la réorganisation corporative, une véritable filière d’enseignement destinée à tous les professionnels du livre, libraires, éditeurs ou bibliothécaires. Celle-ci comporterait un degré élémentaire pour les élèves de 14 à 18 ans, un degré secondaire pour les jeunes gens de 18 à 22 ans et un degré supérieur pour les étudiants de plus de 22 ans. Une chaire au Collège de France viendrait couronner l’édifice. Expérimenté à Paris, ce cursus pourrait ensuite être implanté dans les grandes villes universitaires de province. Les débouchés iraient au-delà du réseau commercial, les bibliothèques publiques ou associatives constituant un vaste gisement d’emploi. […] En définitive, il est décidé de relancer, en janvier 1942, les cours dispensés par le Cercle de la Librairie qui accueillaient avant-guerre cent à cent cinquante élèves par an, employés d’édition, de librairie ou étudiants libres. L’objectif de cette formation, créée en 1908, est de transmettre les notions de base sur la fabrication, la vente du livre et l’utilisation des outils bibliographiques à un public dont le niveau va du certificat d’études à la licence.

Cantier, Jacques, Lire sous l’Occupation : livres, lecteurs, lectures, 1939-1944, Paris : CNRS éditions, 2019, p. 108-109.

En 1943, le Comité d’organisation des industries, arts et commerces du livre édita plusieurs manuels pour ses cours devant se dérouler sur deux années49

Tout collaborateurs qu’ils soient avec les autorités allemandes, Raphaël Labergerie, tout comme Bernard Faÿ, étaient vilipendés par les ultras de la Collaboration, parce que maréchalistes, représentants du clan des « vichystes ». Cela transparaît par exemple dans un article paru dans le journal d’avant-guerre L’Œuvre, devenu la tribune du Rassemblement national populaire de Marcel Déat (1894-1955) :

Nardy, Auguste, « A la Nationale : M. Labergerie étrange « héraldiste » », L'Œuvre, 1er octobre 1943, n° 10072, p. [1].

A LA NATIONALE
M. Labergerie étrange “héraldiste”
Bien que le secrétaire administratif de la Bibliothèque nationale réponde au nom pastoral de Labergerie, nous n’en conclurons pas que la Cité des Livres n’est aujourd’hui, qu’un parc à moutons ou une antichambre monacale.
Mais M. Labergerie, venu à son poste après l’exode, fait, rue Richelieu, la pluie et le beau temps, au point que son troupeau s’en inquiète vivement.
N’est-ce pas lui qui imposa la Bibliothèque nationale ce devise :
TENEO MENSURAM
JE CONTIENS LA MESURE
Et le blason qu’il fit adopter à notre grand établissement public est une nef, enseigne d’une compagnie de libraires du six-septième siècle.
Au grand mât, les armes royales avec fleurs de lys, les noms du maréchal et de Mazarin.
A la proue, un aigle ; à la poupe, un coq, et au centre, une couleuvre : Colbert.
Quelle étrange ménagerie que celle découverte par ce bon berger qui ne paraît pas craindre le ridicule ! Prendrait-il la bibliothèque pour une foire aux livres ?
Singularité plus piquante encore.
M. Labergerie, quand il écrit à Mgr Dewress, provisoirement attaché à la Bibliothèque nationale pour l’amour du grec, n’hésite pas à terminer ses épîtres par cette formule touchante :
« Je vous envoie mes meilleurs sentiments en Notre Seigneur Jésus-Christ. »
Ce qui est évidemment peu administratif, et encore moins livresque.
Il est vrai que M. Labergerie couva à l’ombre de Saint-Sulpice, où il dirigea une maison d’éditions dont le blason avait

Teneo Mensuram

pour exergue : Ora pro domo ovili (!)… Quelle humilité dans cette bergerie ! Il faut prier pour elle, mes frères !
Parmi les ouvrages qu’il édita, on connaît celui de son saint patron, M. Bernard Fay.
Car M. Labergerie pense à tout. Ancien porte-fanion d’un général, il se tient pour autorisé à des actes à tendances intellectuelles, et à des opération artistiques.
Il procède, nous dit-on à des nominations arbitraires.
Il fait imprimer ailleurs qu’à l’Imprimerie nationale des ouvrages officiels, ce qui est pour le moins singulier.
M. Labergerie, qui joue les Eminences grises, serait-il le frère Joseph d’un sous-Richelieu, mais à quelques degrés inférieurs ? Le problème est posé.

Auguste Nardy.

Nardy, Auguste50, « A la Nationale : M. Labergerie étrange « héraldiste » », L’Œuvre, 1er octobre 1943, n° 10072, p. [1]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k46225694/f1.item>.

En pleine Occupation, outre sa fonction à la Bibliothèque Nationale sous les ordres de Bernard Fäy, Raphaël Labergerie reste proche des milieux vichystes. Ainsi, le mercredi 10 juin 1942, il est reçu par le Maréchal avec Pierre Loyer (1894-1983), du Service de l’artisanat du régime de Vichy, « actif au sein de la Ligue franc-catholique et de l’Union antimaçonnique de France »51

« Les réceptions du Maréchal », La Croix, 12 juin 1942, n° 18216, p. [1].
« Les réceptions du Maréchal », La Croix, 12 juin 1942, n° 18216, p. [1]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4445886/f1>.

Si Raphaël Labergerie devait son poste à la BN à son entregent vichyste — ce qui lui valut la francisque52 — et qu’il fréquentait de près le chef anti-maçonnique du Service des sociétés secrètes (SSS), son attitude envers la population juive ou vis-à-vis des origines juives de Raïssa Maritain (1883-1960) qu’il publia avant-guerre, peuvent se mesurer à l’aune de ses agissements à la Bibliothèque.

Exclusion des Juifs et répression du communisme

Avec son Administrateur Bernard Faÿ, le secrétaire général de la Bibliothèque Raphaël Labergerie met en œuvre la politique arbitraire discriminatoire et répressive du régime de Vichy, en procédant à l’exclusion à la fois des agents et lecteurs Juifs, des francs-maçons et des personnels suspectés de communisme.

« Comme toutes les administrations, la Bibliothèque nationale procède à l’aryanisation de son personnel »53. Un mois après l’Armistice du 22 juin 1940, Vichy entend évincer de la fonction publique tous ceux qui ne possèdent pas la nationalité française « à titre originaire, comme étant nés de père français » (loi du 17 juillet 1940). Pour ce faire, le 9 août 1940, l’administrateur diffuse aux conservateurs la circulaire du ministère de l’Éducation nationale visant à appliquer la loi du 30 juillet 1940 sur les fonctionnaires non français d’origine considérés comme démissionnaires. 3 étrangers sont recensés et signalés par Bernard Faÿ dans la liste qu’il transmet au ministère. Cependant, dans le rapport que Jean Laran rédige pour la Commission d’Épuration des bibliothèques et des archives, il reconnaît à la décharge de Bernard Faÿ « qu’il est loin d’avoir apporté la même ardeur dans les menées antijuives [qu’à l’encontre des francs-maçons]. […] il n’a appliqué les lois raciales qu’avec tiédeur, et c’est à peine si les témoignages qu’on a fournis en sa faveur exagèrent en ce sens. Notons seulement à sa charge qu’au moment où il sentait faiblir son crédit parmi les hommes de son bord, il a exigé fort brutalement l’expulsion de deux gardiens israélites, Attal et Levi, pourtant couverts par leur qualité de mutilés de guerre ».

Parmi ceux que Vichy considèrent relever de l’anti-France, à évincer, figurent aussi les francs-maçons. Le 13 août 1940, la dissolution des “Sociétés secrètes” est promulguée : elle oblige tous les fonctionnaires à déclarer sur l’honneur n’avoir jamais adhéré ou avoir rompu toute attache avec la franc-maçonnerie. Là encore une circulaire est diffusée à cet effet auprès de tous les agents de la bibliothèque.

Le 3 octobre 1940, la loi portant statut des Juifs est promulguée par le gouvernement français. Les personnels concernés doivent être recensés ce qui s’avère rapide : dès le 31 octobre 1940, les opérations de recensement dans le département de la Seine prennent fin. Elles donnent lieu à la création du fichier des Juifs de la préfecture de la Seine, dit fichier Tulard. 12 personnes sont exclues de la Bibliothèque parce que juives54.

Après que l’ordonnance du 29 mai 1942 impose à tous les Juifs âgés de plus de 6 ans habitant en zone occupée, le port de l’étoile jaune, « Raphaël Labergerie s’enquiert auprès du Commissariat aux questions juives de la position à adopter par rapport aux lecteurs juifs et soumet à l’appréciation du même organisme « le cas de chacun des Juifs actuellement employés qui n’aurait pas été tranché » »55. Avant l’exclusion des Juifs des services publics promulguée par l’ordonnance du 12 juillet 194256, des places réservées avaient été mises en place dans les salles de lecture.

Le 22 juillet 1942, le même Raphaël Labergerie rend compte au Docteur Hermann Fuchs, l’ancien directeur de la bibliothèque de Berlin devenu chef de l’unité de protection des bibliothèques — Referats Bibliotheksschutz — à l’état-major du commandant militaire allemand en France — Militärbefehlshabers in Frankreich —, de l’application de l’ordonnance du 12 juillet 1942 à la Bibliothèque.

Au-delà des Juifs, la principale cible de Raphaël Labergerie furent les présumés communistes de la Bibliothèque. « M. Labergerie venait à peine d’entrer en fonctions quand parvient à la Bibliothèque nationale la circulaire ministérielle du 16 juillet [1941] inspirée par Darlan et prescrivant une enquête sur les menées communistes. Il prend aussitôt l’affaire à cœur et demande aux conservateurs et à certains chefs de service des réponses écrites. Si toutefois cela peut aider aux confidences, on se contentera de délations orales. Il collectionne lui-même les réponses, en dresse le résumé, avec son interprétation inscrite de sa propre main. On verra que tout est de bonne prise : les communistes, ceux qui l’ont été, ceux qui pourraient le devenir, ceux qui parlent et ceux qui se taisent. De cette enquête sort finalement une liste de 12 « communistes » à mettre en observation »57. Des agents sont dénoncés, arrêtés et internés par la police qui mène l’enquête : « 20 employés, sont mis à pied le 19 septembre [1942], dont 8 gardiens, 5 chômeurs intellectuels, 5 ouvriers relieurs, 2 auxiliaires »58.

« L’administrateur et son secrétaire général Labergerie crient au complot, expliquant qu’une tentative d’explosion des locaux de la bibliothèque était en préparation : « Ces agents, titulaires ou auxiliaires, sont pour la plupart notoirement connus comme sympathisants communistes. Un certain nombre sont depuis longtemps l’objet de surveillance de la police. Des attitudes équivoques ou hostiles ont été remarquées fréquemment ces derniers temps […] La gravité des faits relatés dans ces documents, le danger qui subsiste ou menace mon établissement, ses fonctionnaires, ses lecteurs, et notamment les membres de l’armée d’occupation dont les plus hautes autorités sont ou les familiers ou les visiteurs, m’ont déterminé aux mesures immédiates dont j’ai l’honneur de rendre compte » » écrit Bernard Faÿ au ministre de l’Éducation nationale59. Mais le complot que Faÿ et Labergerie se persuadent d’avoir combattu « se retourne contre les zélateurs. Les charges qui pèsent sur les internés sont faibles, si ce n’est inconsistantes. Labergerie reste le plus longtemps arqué sur des positions maximalistes, mène l’enquête lui-même, pense mêler les Allemands à l’affaire. […] Peu à peu, l’administrateur et son secrétaire général doivent faire machine arrière, reçoivent les familles, envoient l’assistante sociale prendre des nouvelles de prisonniers, demandent leur élargissement, l’administrateur osant écrire le 6 novembre aux prisonniers n’avoir été prévenu « que tardivement » de leur internement. […] Le soi-disant complot se révèle vite pour ce qu’il est : une dénonciation calomnieuse, suivi de licenciements arbitraires, qui conduisent la police de Vichy elle-même à prendre très vite ses distances avec la direction de la Bibliothèque. Bernard Faÿ ne s’en remettra pas. La suspicion distillée, la répression violente et arbitraire, le mépris, l’arrogance, l’autoritarisme manifestés par l’administrateur et son âme damnée Labergerie leur aliènent définitivement les personnels. »60.

Jean Laran, dans son rapport pour la Commission d’Épuration, revient sur la surveillance des fonctionnaires mise en place par Faÿ et Labergerie, destinée à « livrer les suspects c’est-à-dire les gaullistes, aux prisons et aux camps de concentration. » Las, si l’affaire a tourné court pour ses thuriféraires, il n’en fut pas de même pour les victimes dont certaines ne revinrent pas des camps. Jean Laran mentionne « une étudiante condamnée à 8 mois de prison et persécutée pendant 4 ans […] 20 autres jeunes patriotes incarcérés, certains transférés ensuite dans des camps de concentration ; deux d’entre eux disparus, peut-être pour toujours ; un 3e fusillé parmi les otages de Chateaubriand. […] 4 femmes de ménage, dénoncées à la police. […] 22 membres du personnel, gardiens surtout, sont d’abord suspendus et consignés chez eux, puis, lorsqu’on le peut, arrêtés. Treize d’entre eux, en fin de compte, totalisent plus de 54 mois d’internement. »

Pour Jean Laran, même s’il a obéi aux instructions de Bernard Faÿ, c’est Raphaël Labergerie qui « a dépensé toute son imagination malfaisante à monter le prétendu complot ».

Parmi les victimes qui ont survécu figure Paul Tillard, homologué combattant des Forces françaises de l’intérieur (FFI), et Déporté interné résistant (DIR)61. Entré à la Bibliothèque d’histoire de la France contemporaine comme chômeur intellectuel, le 24 janvier 1942, il est arrêté le 27 août 1942 et licencié le 19 septembre 1942 :  

TILLARD Paul Henri
MATRICULE 25672 A MAUTHAUSEN
Fils d’Oscar Louis Tillard et de Marie Clémentine Tramier, Paul Henri Tillard est né le 30 septembre 1914 à Soyaux. Il est écrivain et journaliste lorsqu’il se marie. Il habite au 35 rue de Sommerard à Paris 5e. Sous le nom de « Toinon », il s’engage dans la Résistance le 1er mars 1942. Il est impliqué dans les offensives contre l’ennemi et il est responsable du matériel des Francs-tireurs et partisans. Le 27 août 1942, il est arrêté par la police française (brigade spéciale) au square Louvois à Paris. Il est dénoncé par un camarade arrêté avant lui. Max Lejeune, secrétaire d’État aux Forces Armées, témoigne de son attitude héroïque face aux interrogatoires : « Sous la torture, a gardé le silence, sauvant ses camarades ». Paul Tillard est incarcéré sans jugement à la prison de la Santé à partir du 6 septembre 1942. Il est transféré au camp de rassemblement de Compiègne-Royallieu le 21 octobre 1942 et est déporté le 6 novembre 1942 avec un statut de « NN » vers le camp de Mauthausen. Le 3 avril 1943, il est enregistré sous le matricule 25672. Il est ensuite transféré au kommando d’Ebensee le 9 mars 1943 et fait un séjour à l’infirmerie entre le 13 janvier et le 9 avril 1944. Il est libéré le 6 mai 1945 et rapatrié le 24 mai 1945 par le centre d’accueil de Sarreguemines en mauvais état de santé.

MICHAUD, Noam ; BOSTON-ABGRAL, Anton, Les déportés et fusillés de la Charente – 1942, p. 29. Disponible sur Internet, url : <https://fliphtml5.com/ouqm/nwer/Les_d%C3%A9port%C3%A9s_et_fusill%C3%A9s_de_la_Charente_-_1942/>.

Auteur

En 1943, Raphaël Labergerie contribue à l’Anthologie de la renaissance catholique publiée par Louis Chaigne aux éditions Alsatia :62 et présenté dans la presse comme un « livre de raison » :

Comœdia, 9 janvier 1943, n° 80, p. 2.
Comœdia, 9 janvier 1943, n° 80, p. 2.

L’ouvrage est vanté par le journaliste Gaëtan Sanvoisin (1894-1975) dans le Journal des débats politiques et littéraires63.

Vie intellectuelle

En 1927, Raphaël Labergerie succède au professeur de philosophie Albert Camilleri64 en tant que secrétaire de l’Association des groupes d’études thomistes65, enregistrée au Journal officiel du 19 juin 1925, après avoir été déclarée le 6 juin, et qui se donnait pour objectif : « de favoriser les études métaphysiques et de mettre à la disposition des étudiants les moyens de travail et de culture dont ils ont besoin. »

Journal officiel de la République française. Lois et décrets, 19 juin 1925, n° 142, p. 5684.
Journal officiel de la République française. Lois et décrets, 19 juin 1925, n° 142, p. 5684. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6492053d/f40.image>.

L’association permet de donner une assise juridique aux Cercles d’études thomistes créés par Jacques Maritain (1882- 1973). « Le cercle fondateur se réunit un dimanche par mois chez les Maritain »66.

Le siège de l’association est établi au 10 rue du Parc, à Meudon, soit au domicile de Jacques et Raïssa Maritain (1883-1960), dans une maison qu’ils avaient acquise en 192367.

Raphaël Labergerie fait donc partie du cercle qui gravite autour du couple Maritain68. Il resta fidèle au couple en publiant certains des ouvrages du philosophe et un recueil de poèmes de Raïssa Maritain.

Victime de l’Épuration sauvage

Le 20 août 1944, Raphaël Labergerie et son supérieur Bernard Faÿ sont suspendus de leurs fonctions.

Bulletin officiel du Ministère de l'éducation nationale, 19 octobre 1944, p. 173
Bulletin officiel du Ministère de l’éducation nationale, 19 octobre 1944, p. 173, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bd6t5632600b/f29.image

Bernard Faÿ est arrêté le 19 août 1944 dans son bureau de la Bibliothèque Nationale. Le sort de son secrétaire général fut plus funeste. A 49 ans, Jean Raphaël Labergerie décède le 21 décembre 1944 à Sèvres, selon la déclaration faite le lendemain par son fils Michel, alors âgé de 18 ans.

Archives départementales des Hauts-de-Seine, Actes d'état-civil, Sèvres, Décès, 1944, 1E_NUM_SEV_D1944, n° 202
Archives départementales des Hauts-de-Seine, Actes d’état-civil, Sèvres, Décès, 1944, 1E_NUM_SEV_D1944, n° 202, https://archives.hauts-de-seine.fr/ark:/74903/vta995bf67769cfdbbf/dao/0/64

Comme l’évoquait Suzanne Briet, Raphaël Labergerie fut assassiné, « abattu à coup de revolver à Sèvres, par deux inconnus qui ont pris la fuite », ce dont France-Soir, quotidien né en novembre 1944 — héritier du périodique clandestin Défense de la France —, rendit compte :

France-soir, 24-25 décembre 1944, n° 158, p. 2.
France-soir, 24-25 décembre 1944, n° 158, p. 2. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k47457758/f2>.

Le meurtre, perpétré devant son domicile, prend la forme des règlements de compte opérés après la Libération de Paris à l’encontre des Collaborateurs, pendant cette période que l’historiographie qualifie d’Épuration extra-judiciaire ou “sauvage”69. La crainte de Suzanne Briet, formulée lors de son retour du voyage des bibliothécaires français au congrès national allemand de la documentation à Salzbourg — « équivalent du congrès de Weimar des écrivains collaborateurs »70 —, quand elle prend la défense de son personnel et met en garde son administration71, s’est réalisée contre ceux qu’elle alertait : « si […] des fonctionnaires pouvaient tirer dans le dos de leurs collègues et cependant demeurer dans l’ombre, il n’y aurait plus aucune sécurité pour les personnes que vous employez. Alors de véritables attentats contre les personnes pourraient se perpétrer à la faveur des événements […] »72.

Abattu devant le pas de sa porte, selon le procédé adopté par les résistants, et décédé chez lui, Raphaël Labergerie ne fit pas partie des victimes du tribunal populaire mis en place par René Sentuc alias Capitaine Bernard à l’Institut dentaire George-Eastman73 et que l’on retrouvait dans la Seine74 mais fut victime d’un autre commando vengeur resté anonyme.

Notes



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 23 décembre). Jean Raphaël Labergerie (1895-1944). Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/veft

  1. Il s’agit de Jean Porcher. []
  2. Voir la liste de tous les médaillés dans La Petite Gironde, 9 juin 1873, n° 426, p. [3]. []
  3. Conseil général de la Gironde, Rapport du préfet et de la commission départementale : procès-verbaux des délibérations, Bordeaux, 1908, p. 119 : séance du mardi 17 décembre 1907. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5731762b/f390> []
  4. « Le championnat d’épée de la Fédération du Sud-Ouest », La Petite Gironde, 21 mai 1935, n° 22949, p. 2. []
  5. L’acte de mariage n’est pas accessible en ligne car contenant des données personnelles inférieures à 100 ans. []
  6. Son acte de naissance porte une mention d’inscription au répertoire civil 69/343 du 6 juin 1969. []
  7. Leblay-Kinoshita, Anne, « Noël à la Bibliothèque nationale pendant l’Occupation », La Bibliothèque nationale sous l’Occupation, 17 décembre 2020. Disponible sur Internet, url : <https://arcbn2gm.hypotheses.org/364>. []
  8. « 34.000 photos de poilus » Le Génie militaire » RG BG » 8eRG », Chtimiste. Disponible sur Internet, url : <http://www.chtimiste.com/album/Genie/RG%20BG/8eRG/index.html>. []
  9. Selon les actes de naissance de ses trois enfants et l’avis de mariage paru dans La France de Bordeaux et du Sud-Ouest, 30 mars 1924, p. [4]. Le journal annonce qu’il épouse : « Simone Franck [sic], sans profession, rue Camille Godard, 108. » []
  10. Sur ce dernier, voir : Legrand, Xavier, « [Compte rendu de :] Henri Minot, Un Programme réconciliateur proposé par Jacques Maritain. Mémoire pour prôner sa mise en pratique », Revue néo-scolastique de philosophie, 1938, 41ᵉ année, Deuxième série, n° 58, p. 326-327. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/phlou_0776-555x_1938_num_41_58_3900_t1_0326_0000_2>. Alexandre-Émile-Henry Minot fut l’auteur de La Vraie victoire, rétrospection d’un converti sur son journal de la Grande guerre, La Pierre-qui-Vire : Impr. les Presses monastiques, 1958-1965, 5 tomes. Voir aussi : Service historique de la Défense, Dossier individuel de personnel de MINOT Alexandre Emile Henry, GR 6 YE 56733, https://www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr/ark/509160. []
  11. Voir : Lyon républicain, 4 août 1934, n° 20456, p. 3. []
  12. Les Archives Nationales conservent son catalogue n° IV. Voir : Pascal David-Dormien, Catalogues imprimés de vente d’autographes, manuscrits et livres anciens des libraires et des salles de vente (1786-2021), Pierrefitte-sur-Seine : Archives nationales, 2003-2021, p. 65. Disponible sur Internet, url : <https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/IR/FRAN_IR_058262>. Était-il le même Henri Parriel que le Bibliothécaire municipal de Fontainebleau, Secrétaire de la Société Historique et Archéologique du Gâtinais, 9, rue de la Haute-Bercelle, à Fontainebleau en octobre 1940 ? Voir : « Société Historique et Archéologique du Gâtinais », L’Abeille de Fontainebleau, 25 octobre 1940, n° 34, p. [1]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4532608t/f1>. []
  13. Pour l’acquisition, Simone Pranck fut « assistée et autorisée » car ce n’est qu’avec la loi du 18 février 1938 que l’incapacité d’exercice de la femme mariée est abrogée. Pour la gestion de leurs biens, les femmes mariées devaient être autorisées, assistées ou représentées par leur mari. []
  14. Une 2e édition est parue en 1933. []
  15. Compagnon, Antoine, Le cas Bernard Faÿ : du Collège de France à l’indignité nationale, [Paris] : Gallimard, 2009, p. 98. []
  16. Compagnon, Antoine, Le cas Bernard Faÿ : du Collège de France à l’indignité nationale, [Paris] : Gallimard, 2009, p. 99. []
  17. Compagnon, Antoine, Le cas Bernard Faÿ : du Collège de France à l’indignité nationale, [Paris] : Gallimard, 2009, p. 99. []
  18. Elle avait fait paraître : Aimé-Azam, Denise, « Le Ministère des affaires étrangères et la presse à la fin de l’Ancien Régime », Cahiers de la presse, juillet 1938, p. 428-438. []
  19. Voir : « 1963 – Décès de Paul Cazin, le Bienheureux d’Autun et le grand ami de la Pologne », Académie des sciences, arts et belles lettres de Dijon, [s. d.]. Disponible sur Internet, url : <https://www.academie-sabl-dijon.org/celebration/deces-de-paul-cazin-le-bienheureux-dautun-et-le-grand-ami-de-la-pologne/>. []
  20. Péguy, Charles (1873-1914), Pascal / Avant-propos par Jules Riby… [Notes par André Rousseaux (1896-1973), F. Gillabert, Gabriel Marcel (1889-1973), Madeleine Ozeray (1908-1989), Auguste Martin et Jean-Pierre Dubois-Dumée (1918-2001)], Paris : Labergerie, 1947, 1 vol. (88 p.). []
  21. Beauvois , Louis-Marie, Gabrielle Bossis, [S. l.] : [s. n.], 2018, p. 43. Disponible sur Internet, url : <http://associationcirrus.org/ilfdoc/bossis3z.pdf>. []
  22. Voir : Bouju, Marie-Cécile, « LE GOAZIOU Adolphe, Yves », Le Maitron, 22 mai 2021. Disponible sur Internet, url : <https://maitron.fr/spip.php?article240555>. Sa librairie fut reprise par sa fille Yvonne Le Goaziou (1926-2018). Voir : Gouerou, Christian, « Yvonne Le Goaziou, ancienne libraire à Quimper », Ouest-France, 23 octobre 2018. Disponible sur Internet, url : <https://www.ouest-france.fr/bretagne/quimper-29000/yvonne-le-goaziou-ancienne-libraire-quimper-6035524>. []
  23. Voir : « GIARD, René », Annuaire prosopographique : la France savante, 29 décembre 2013. Disponible sur Internet, url : <https://cths.fr/an/savant.php?id=118314#> ; Lemaitre, Henri, « René Giard (1880-1940) », Bibliothèque de l’école des chartes, 1940, tome 101, p. 267-269. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1940_num_101_1_460387> ; Jacquot, Olivier, « René Giard (1880-1940), de la Bibliothèque nationale à la libraire catholique », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, ISSN 2493-4437, 28 décembre 2022. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/23091> []
  24. Voir : La Revue des livres, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32858609r/date>. []
  25. Labergerie, Raphaël, « Le bréviaire », Sources : revue mensuelle de bibliographie, 1935, janvier-février, t. II, n° VIII, p. 153-154. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1424715s/f157>. []
  26. Bouchareb, Hind, Penser et mettre en œuvre la lecture publique : discours, débats et initiatives (1918-1945), Lyon : Université Lumière Lyon 2, 2016, p. 127, Thèse : Histoire : Université Lumière Lyon 2 : Lyon : 2016. Disponible sur Internet, url : <http://theses.univ-lyon2.fr/documents/lyon2/2016/bouchareb_h/pdfAmont/bouchareb_h_these_udl.pdf>. []
  27. Voir plus loin. []
  28. « Dumeste Louis », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, 23 août 2014. Disponible sur Internet, url : <http://journals.openedition.org/dominicains/1227>. []
  29. Bouchareb, Hind, Penser et mettre en œuvre la lecture publique : discours, débats et initiatives (1918-1945), Lyon : Université Lumière Lyon 2, 2016, p. 371, Thèse : Histoire : Université Lumière Lyon 2 : Lyon : 2016. Disponible sur Internet, url : <http://theses.univ-lyon2.fr/documents/lyon2/2016/bouchareb_h/pdfAmont/bouchareb_h_these_udl.pdf>. []
  30. Sanvoisin, Gaëtan, « Ce que sera le groupe des bibliothèques à l’Exposition de 1937 : un entretien avec M. Jean Babelon », Journal des débats politiques et littéraires, 2 janvier 1937, n° 2, p. 3. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k508640f/f3>. []
  31. Voir « Extrait du programme de la semaine du livre catholique », Sources, 1937, mai, t. IV, n° XXXIII, p. 785-786. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1424460k/f545>. []
  32. « Une Semaine du Livre catholique », La Croix, 28 mai 1937, n° 16651, p. *****. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4430289/f5>. []
  33. « Les Lettres », Études : revue catholique d’intérêt général, 5 juillet 1937, p. 118-119. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1138060/f119> ; « La semaine du livre catholique », Sources, 1937, juillet, t. IV, n° XXXV, p. 849-850. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1424460k/f633>. []
  34. Wynands, Marie-Pierre, « (Re)christianiser les masses populaires. L’institution catholique saisie par l’enjeu de la formation (1921-1939) », Revue française de science politique, 2016, Vol. 66, n° 2, p. 251-270. DOI : 10.3917/rfsp.662.0251. Disponible sur Internet, url : <https://www.cairn.info/revue-francaise-de-science-politique-2016-2-page-251.htm>. []
  35. Il fit l’objet de comptes rendus : Congrès diocésain de Lille, « La Collaboration du laïcat », Nos Œuvres : bulletin des associations et des œuvres catholiques du diocèse de Lille, novembre 1932, 61 p. ; Congrès diocésain de Lille, « Les Adaptations nécessaires », Nos Œuvres : bulletin des associations et des œuvres catholiques du diocèse de Lille, novembre 1933, 61 p. ; Congrès diocésain de Lille, « L’Ame de l’Action catholique », Nos Œuvres : bulletin des associations et des œuvres catholiques du diocèse de Lille, novembre 1934, 68 p. ; Congrès diocésain de Lille, « L’Action catholique, fadeur d’unité », Nos Œuvres : bulletin des associations et des œuvres catholiques du diocèse de Lille, novembre 1935, 60 p. ; Congrès diocésain de Lille, « L’Action catholique dans la vie et l’organisation des loisirs », Nos Œuvres : bulletin des associations et des œuvres catholiques du diocèse de Lille, novembre 1937, 71 p. ; Congrès diocésain de Lille, « Vers une Action catholique familiale », Nos Œuvres : bulletin des associations et des œuvres catholiques du diocèse de Lille, novembre 1937, 71 p. []
  36. Goyau, Georges, « Notice préliminaire », Sources, 1939, juin-juillet, T. VI, n° LIV, p. 431-432. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1424459x/f255>. []
  37. Frossard, Marie, Ligue féminine d’action catholique française, ses origines, son histoire : rapport présenté par Mademoiselle Frossard,… au Congrès national de Lourdes, 25-27 mars 1941…, Lyon : Impr. commerciale du nouvelliste, [1941], 1 vol. (24 p.). []
  38. Bouchareb, Hind, Penser et mettre en œuvre la lecture publique : discours, débats et initiatives (1918-1945), Lyon : Université Lumière Lyon 2, 2016, p. 385-386, Thèse : Histoire : Université Lumière Lyon 2 : Lyon : 2016. Disponible sur Internet, url : <http://theses.univ-lyon2.fr/documents/lyon2/2016/bouchareb_h/pdfAmont/bouchareb_h_these_udl.pdf>. []
  39. Fäy, Bernard, Le fonctionnement et la réorganisation de la réunion des bibliothèques nationales de Paris : 15 juin 1940 – 31 Déc. 1942, rapport présenté au Maréchal de France, chef de l’État, Paris : Bibliothèque Nationale, 1943, p. 470. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k12692120/f476>. []
  40. Compagnon, Antoine, Le cas Bernard Faÿ : du Collège de France à l’indignité nationale, [Paris] : Gallimard, 2009, p. 94. []
  41. Labergerie, Raphaël, « La Bibliothèque Nationale », Cahiers du livre, 1942-1943, p. 19-22, 25-28, 25-31. []
  42. L’un aux Cartes et plans : GE FF-15762, l’autre à la Musique : VMB-410, le troisième à la Réserve des livres rares : RES M-Q-233. Une reproduction photocopiée de ce dernier exemplaire se trouve en libre-accès en salle X : 2017-290973. []
  43. Selon le Wikimanche, url : <https://www.wikimanche.fr/Claude_R%C3%A9musat>, mais il n’est pas recensé dans la Base des médaillés de la Résistance ni dans celle des Titres, homologations et services pour faits de résistance, url : <https://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/>. []
  44. Nous n’avons pas retrouvé un tel service dans l’organigramme vichyste. Ce libellé cumule le nom d’un service du Commissariat Général à l’Information (CGI, créé le 29 juillet 1939, supprimé en avril 1940 et dirigé par Jean Giraudoux) et celui d’une section relevant de l’État-Major des Armées. Ainsi un Service des « Communications à la presse » existait au sein Service Général d’Information du Commissariat Général à l’Information. Voir : Georgakakis, Didier, « Le Commissariat général à l’information et la drôle de guerre », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, 1996, tome 108, n° 1, p. 39-54. DOI : https://doi.org/10.3406/mefr.1996.4421. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/mefr_1123-9891_1996_num_108_1_4421>.
    Par ailleurs, une section du chiffre et de la correspondance télégraphique dépend de l’État-Major des Armées. La section du chiffre, en charge de la cryptographie, faisait partie du Grand Quartier Général (GQG) des forces terrestres installé à Montry, près de Meaux, à partir du 18 janvier 1940. Le GQG était dirigé par le général Doumenc. Voir : Arboit, Gérald, « L’émergence d’une cryptographie militaire en France », Centre français de recherche sur le renseignement, juillet 2008. Disponible sur Internet, url : <https://cf2r.org/historique/lemergence-dune-cryptographie-militaire-en-france/> ; Couderc, Agathe, « Renseignement technique et secret militaire : le Chiffre français pendant les premiers mois de la Grande Guerre », Stratégique, 2014, vol. 1, n° 105, p. 57-72. DOI : 10.3917/strat.105.0057. Disponible sur Internet, url : <https://www.cairn.info/revue-strategique-2014-1-page-57.htm>. En 1942, les 2e et 3e Bureaux se trouvent à Vichy, sous l’autorité du général Olleris, sous-chef d’État-Major de l’Armée et dirigé par le colonel Rea. La Section du chiffre est sous les ordres du commandant Proust.
    Le registre matricule de Raphaël Labergerie ne mentionnant plus aucune activité militaire après 1931, nous supposons qu’il relevait d’un service civil et non d’un service des Armées. []
  45. Beauvois , Louis-Marie, Gabrielle Bossis, [S. l.] : [s. n.], 2018, p. 43. Disponible sur Internet, url : <http://associationcirrus.org/ilfdoc/bossis3z.pdf>. []
  46. Qui fut chef de province du mouvement vichyste des Compagnons de France. Voir : Hervet, Robert, Les Compagnons de France, Paris : Éditions France-Empire, 1965, p. 44. []
  47. Français ! Vos évêques vous parlent, Cholet : Bureau de documentation, 1942, 1 vol. (12 p.). Disponible sur Internet, url : <https://messe.forumactif.org/t6770-francais-vos-eveques-vous-parlent-recueil-publie-en-1942#121899>. []
  48. Les comités d’organisation et l’économie dirigée du régime de Vichy : actes du colloque international, [Mémorial de] Caen, 3-4 avril 2004, Caen : Centre de recherche d’histoire quantitative, 2004, 1 vol. (320 p.). L’ouvrage n’aborde pas le Comité d’organisation des industries, arts et commerces du livre []
  49. Cours professionnels d’édition et de librairie : Première année :
    1er cours : Bargilliat, Alain, Cours technique d’édition et de librairie : 8 leçons, 8 fasc. ; 25 cm ;
    2e cours : Rodolphe-Rousseau, Jacques (1893-1973), Notions commerciales : 5 leçons, 5 fasc. ; 25 cm ;
    3e cours : Loiseau, Notions de comptabilité : 4 leçons, 4 fasc. ; 25 cm ;
    4e cours : Rodolphe-Rousseau, Jacques (1893-1973), Publicité : 2 leçons, 2 fasc. ; 25 cm ;
    5e cours : Rodolphe-Rousseau, Jacques (1893-1973), Législation du travail : 6 leçons, 6 fasc ; 25 cm ;
    7e cours : Normand, Histoire de la littérature : 22 leçons, 22 fasc. ; 25 cm ;
    8e cours : Blaizot, Georges (1901-1974), Histoire du livre : 10 leçons, 8 fasc. ; 25 cm ;
    Deuxième année :
    1er cours : Bargilliat, Alain, Cours technique d’édition et de librairie : 15 leçons, 15 fasc. ; 25 cm ;
    2e cours : Michaux, Jean-Albert, Travaux pratiques de librairie : 15 leçons, 15 fasc. ; 25 cm ;
    2e cours A : Noblecourt, G. ; Casalis ; Liotard ; Mainguet ; Monnet, Pierre, Édition : 11 leçons, 11 fasc. ; 25 cm ;
    2e cours B : Naert, Jean ; Lucius, Cours de librairie : 16 leçons, 16 fasc. ; 25 cm.
    Par ailleurs des conférences furent prononcées : Hervier, Simone, Conférences sur la psychologie de la vente, 3 p. ; 25 cm

    Cours professionnels d'édition et de librairie
    Cours professionnels d’édition et de librairie. []
  50. Ancien gérant du Canard enchaîné. Sur le parcours des journalistes du Canard, voir : « Dans la petite mare du Canard », L’Express, 20 novembre 2008. Disponible sur Internet, url : <https://www.lexpress.fr/informations/dans-la-petite-mare-du-canard_725624.html>. []
  51. Perrin, Cédric, « Pierre Loyer, itinéraire d’un technocrate réactionnaire de Vichy », Revue historique, 2017, vol. 1, n° 681, p. 73-92. DOI : 10.3917/rhis.171.0073. Disponible sur Internet, url : <https://www.cairn.info/revue-historique-2017-1-page-73.htm>. []
  52. L’Ordre de la Francisque et la révolution nationale, Paris ; [Coulommiers] : Éd. Déterna, cop. 2002, p. 93. []
  53. Cantier, Jacques, Lire sous l’Occupation : livres, lecteurs, lectures, 1939-1944, Paris : CNRS Éd., 2019, p. 121. []
  54. Chabrier, Madeleine, « La Bibliothèque nationale de 1940 à 1944 », Bulletin d’informations – Association des bibliothécaires français, 1990, n° 148, p. 14. Disponible sur Internet, url : <https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/index-des-revues?id_article=42102>. Traduction de : Chabrier, Madeleine, « La Bibliothèque nationale, 1940-4 », Journal of Documentation, 1945, vol. 1, n° 3, p. [136]-150. []
  55. Poulain, Martine, Livres pillés, lectures surveillées : les bibliothèques françaises sous l’Occupation, [Paris] : Gallimard, 2013, p. 258. []
  56. La 9e ordonnance allemande du 8 juillet 1942 avait déjà interdit aux Juifs de fréquenter les cafés, les restaurants, les établissements de spectacle, les piscines et les plages. Le 12 juillet 1942, Theodor Dannecker, chef du Service des Affaires Juives de la Gestapo en France, ordonnait d’arrêter tous les Juifs en zone occupée et le 16 juillet 1942 eut lieu l’arrestation massive en zone occupée de Juifs, qui furent internés au Vélodrome d’Hiver. []
  57. Rapport de la Commission d’enquête des bibliothèques et des archives. Réponses des responsables des départements et rapports de l’inspecteur Lecerf, AN Z 6 292. []
  58. Poulain, Martine, Livres pillés, lectures surveillées : les bibliothèques françaises sous l’Occupation, [Paris] : Gallimard, 2013, p. 266 []
  59. Poulain, Martine, Livres pillés, lectures surveillées : les bibliothèques françaises sous l’Occupation, [Paris] : Gallimard, 2013, p. 265-266. []
  60. Poulain, Martine, Livres pillés, lectures surveillées : les bibliothèques françaises sous l’Occupation, [Paris] : Gallimard, 2013, p. 267-268. []
  61. Voir : Grason, Daniel, « TILLARD Paul, Henri », Le Maitron, 17 octobre 2021. Disponible sur Internet, url : <https://maitron.fr/spip.php?article182908>. []
  62. Chaigne, Louis (1899-1973), Anthologie de la renaissance catholique. Tome II. Les prosateurs, Paris : Editions “Alsatia”, 1943. []
  63. Sanvoisin, Gaëtan (1894-1975), « Un intéressant essai de retour au livre de raison », Journal des débats politiques et littéraires, 8 avril 1943, n° 995, p. 3. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k510613k/f3>. Sur cet auteur, voir la conférence donnée par Arot, Dominique, « Gaëtan Sanvoisin (1894-1975), un journaliste moulinois à Paris », Médiathèque Samuel Paty (Moulins Communauté), 3 décembre 2017. Disponible sur Internet, url : <https://www.youtube.com/watch?v=Lk9_0GUMqTA>. []
  64. Selon le Journal de Raïssa, le 21 novembre 1924, Albert Camilleri prend part à la « Première Messe célébrée chez nous par le prince Ghika [Vladimir Ghika (1873-1954)] en vue de l’apostolat universel ». Maritain, Raïssa, Journal de Raïssa, Paris : Desclée De Brouwer, 1964, p. 171. []
  65. Fourcade, Michel, Feu la modernité ? : Maritain et les maritainismes. Vol. 3, Ceux qui voulaient sauver leur temps : 1933-1939, Nancy : Arbre bleu éditions, 2021, p. 204-205. Voir aussi : Maritain, Jacques ; Maritain, Raïssa, Œuvres complètes. volume XII, [1961-1967], Fribourg : Éd. universitaires ; Paris : Éd. Saint-Paul, 1992, p. 323-324. []
  66. Fouilloux, Étienne, « Chapitre II. De Saint-Maximin à Juvisy », Les Éditions dominicaines du Cerf : 1918-1965, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2018, 2. DOI : https://doi.org/10.4000/books.pur.167288. Disponible sur Internet, url : <https://books.openedition.org/pur/167288?lang=fr>. []
  67. Chenaux, Philippe, « Le milieu Maritain », Les Cahiers de l’Institut d’Histoire du Temps Présent, 1992, mars, n° 20, p. 160-171. DOI : https://doi.org/10.3406/ihtp.1992.2218. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/ihtp_0769-4504_1992_num_20_1_2218>. []
  68. Pour en savoir plus sur ce milieu, voir : Doering, Bernard, Jacques Maritain and the French catholic intellectuals, Notre Dame : University of Notre Dame Press, 1983, 1 vol. (X-268 p.) ; 24 cm []
  69. Bourdrel, Philippe, L’Épuration sauvage : 1944-1945, Paris : Perrin, 1988-1991, 2 vol. (439, 416 p.). []
  70. Cantier, Jacques, Lire sous l’Occupation : livres, lecteurs, lectures, 1939-1944, Paris : CNRS Éd., 2019, p. 122. []
  71. Poulain, Martine, « Connaissez-vous [vraiment] Suzanne Briet ? », Bulletin des bibliothèques de France, 2012, n° 3, p. 81-82. Disponible sur Internet, url : <https://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2012-03-0081-001>. []
  72. Poulain, Martine, Livres pillés, lectures surveillées : les bibliothèques françaises sous l’Occupation, [Paris] : Gallimard, 2013, p. 267. []
  73. Décrit par : Berlière, Jean-Marc ; Liaigre, Franck (1968-….), Ainsi finissent les salauds : séquestrations et exécutions clandestines dans Paris libéré, Paris : R. Laffont, 2012, 1 vol. (428 p.) : ill., couv. ill. ; 22 cm []
  74. Il n’est pas mentionné dans le dossier 19870802/1/1 à 34/1 Direction générale de la sûreté nationale. Fichier de la police judiciaire relatif à des meurtres et assassinats (série 15205) entre 1940 et 1950 des Archives nationales. []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search