L’entrée provisoire de la Bibliothèque nationale

Tout au long des divers chantiers qu’a connu la Bibliothèque nationale, le public et la presse n’eurent de cesse de s’impatienter : sur la durée d’établissement du catalogue général auteurs, sur l’absence d’éclairage électrique1, sur la durée des travaux d’Henri Labrouste ou plus récents, sur le chantier de construction de la Très Grande Bibliothèque2.

En 1863, Adolphe Joanne (1813-1881) mentionne l’entrée de la Bibliothèque dans son Guide parisien3 :

ᴅᴇ́ᴘᴀʀᴛᴇᴍᴇɴᴛ ᴅᴇs ᴍᴇ́ᴅᴀɪʟʟᴇs ᴇᴛ ᴀɴᴛɪǫᴜᴇs. — Entrée provisoire par la grande porte de la rue Colbert.

Joanne, Adolphe (1813-1881), Le Guide parisien : contenant tous les renseignements nécessaires à l’étranger pour s’installer et vivre à Paris… suivi de la liste alphabétique de toutes les rues et places de Paris, Paris : L. Hachette, 1863, p. 334. Disponible sur Internet, url : <https://play.google.com/books/reader?id=H-g1iUQAEpwC&pg=GBS.PA334&hl=fr>.

En 1867, la Gazette des architectes et du bâtiment rendait encore compte de cette entrée provisoire4 :

ʙɪʙʟɪᴏᴛʜᴇ̀ǫᴜᴇ ɪᴍᴘᴇ́ʀɪᴀʟᴇ . — La grande salle de lecture ainsi que les galeries qui l’entourent pourront être mises en service dans le courant de l’année 1867. Les travaux sur la rue de Richelieu ont été conduits de manière à permettre de pratiquer une entrée provisoire pendant le temps nécessaire à la reconstruction des anciens bâtiments qui restent encore debout jusqu’à la rue de l’Arcade-Colbert.

« Exposé de la situation de l’Empire présenté au Sénat et au Cors législatif », Gazette des architectes et du bâtiment, 1867, n° 3, p. 44.

L’entrée provisoire du 3 rue Colbert fut maintenue notamment pour accéder à la salle publique de lecture de la Bibliothèque nationale, comme en rend compte la presse après l’annonce parue en une du Moniteur universel du 16 mai 18685. Le Petit journal du même jour reprenait ainsi l’information6 :

Le Petit journal, 16 mai 1868, n° 4964, p. 2.
Le Petit journal, 16 mai 1868, n° 4964, p. 27.

Le Journal des débats politiques et littéraires du même jour reproduisait la note du Moniteur du 18 mai 1868 :

— On lit dans le Moniteur :
« Le public ne verra pas sans intérêt quelques détails sur les grands travaux d’architecture et d’aménagement qui se poursuivent en ce moment à la Bibliothèque impériale. Il se préoccupe naturellement de savoir à quelle époque les riches collections de cet établissement pourront être reclassées et communiquées. Assurément il serait difficile de garantir formellement le jour exact de la réouverture, en présence des difficultés matérielles d’installation. Cependant, si l’on doit compter sur les promesses du bureau des travaux d’architecture, on peut dès à présent prévoir l’ouverture de la salle publique de lecture ordonnée par l’article 6 du décret du 14 juillet 1868 : elle semble devoir être fixée au 2 juin prochain.
» A ce propos même, il nous est permis de faire connaître une amélioration qui n’était pas prescrite par le décret d’organisation. En vertu du nouveau règlement arrêté le 5 mai par S. Exc. le ministre de l’instruction publique, cette salle restera désormais ouverte tous les jours, même le dimanche, de dix heures à quatre heures, pour toute personne âgée de seize ans accomplis. L’entrée provisoire, comme le local qui va être d’abord affecté à cette salle, sera rue Colbert, 3.
» Quant aux salles de travail des divers départemens, elles seront toutes soumises à la loi qui a régi de tout temps le département des médailles et celui des estampes. L’article 75 du nouveau règlement est conçu :

« Les personnes qui désirent fréquenter une des salles de travail doivent demander une carte d’admission par lettre signée, adressée à l’administrateur général, en indiquant la nature de leurs travaux et en justifiant d’une manière authentique de leurs noms, profession et domicile. Les étrangers sont invités à joindre à cette demande une recommandation de leur ambassadeur ou celle d’une personne honorablement connue de l’administration. »

» L’ouverture des salles de travail des manuscrits, des estampes et de la section de géographie coïncidera, tout le fait espérer, avec celle de la salle de lecture publique.
» En effet, les travaux ne sont pas bornés au seul département des imprimés, à l’immense déménagement à opérer dans les nouveaux bâtimens et à la constitution simultanée de ses deux salles.
» Des travaux analogues, nécessités en grande partie par les dispositions architecturales, sont en même temps effectués dans les autres parties de la Bibliothèque. Ainsi, la continuation de la façade intérieure sur la cour et la prolongation du nouveau vestibule entraînaient le déplacement de la porte d’entrée du département des estampes, département auquel il faut ouvrir un nouvel accès.
» Au département des manuscrits, la grande galerie Mazarine, que le public a à suivre dans toute sa longueur, a dû être évacuée et livrée aux ouvriers, pour la restauration complète qui en a été entreprise. Déjà les manuscrits qui garnissaient cette immense galerie ont été transportés dans des combles nouveaux ; les corps de bibliothèques, les boiseries ainsi que les parquets ont été enlevés, et l’on va établir, pour permettre l’accès du département des manuscrits et de la section des cartes géographiques, un couloir en planches longeant toute la galerie, autour et au-dessus duquel les travaux pourront s’exécuter. Les artistes vont se mettre à l’œuvre pour réparer les belles fresques de Romanelli, absolument comme on a réparé au Louvre la galerie d’Apollon.
» Le seul département des médailles pourra être et sera ouvert dès le lundi 18 de ce mois. Jusque-là ses hommes de service coopéreront, avec ceux des autres départemens, au déménagement des imprimés, et ses fonctionnaires ont profité du délai de la fermeture pour remettre en ordre certaines collections, et pour en classer d’autres, entrées récemment à la Bibliothèque.
» Ce temps d’arrêt, cette fermeture momentanée à laquelle il a fallu se résoudre devant ces indispensables nécessités, loin de préjudicier aux intérêts du public, tourneront au contraire à son avantage. Dans peu de temps il sera à même d’apprécier les améliorations nouvelles qui auront été introduites dans les différens services, par exemple, l’extension donnée à la communication des livres dans les deux salles du département des impaimés [sic]. Aux termes du nouveau règlement, on y communiquera les dernières livraisons des ouvrages périodiques d’un intérêt scientifique en langues française et étrangères ; la liste en sera affichée à l’intérieur. »

Journal des débats politiques et littéraires, 18 mai 1868 p. [2].

En 1876, toute provisoire qu’elle devait être, l’entrée persiste encore à être désignée comme temporaire :

Tout le monde peut entrer librement dans la salle de lecture (entrée provisoire, rue Colbert, n° 3). Elle est ouverte tous les jours, même le dimanche, aux heures ordinaires.

Joanne, Adolphe (1813-1881), Paris illustré en 1870 et 1876 : guide de l’étranger et du Parisien, Paris, Hachette, 1876, p. [1]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63947766/f101>.

L’architecte Jean-Louis Pascal (1837-1920) livra un dessin en 1877 figurant l’entrée provisoire du n° 3 de la rue Colbert:

Détail de « Plans du quart nord-ouest du Quadrilatère Richelieu (1850-1940). Aile Robert de Cotte. Plan d'ensemble. 1875-1898 : aménagement d'une entrée provisoire pour la salle de lecture publique. Escalier », 1877
Détail de « Plans du quart nord-ouest du Quadrilatère Richelieu (1850-1940). Aile Robert de Cotte. Plan d’ensemble. 1875-1898 : aménagement d’une entrée provisoire pour la salle de lecture publique. Escalier », 1877, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53031390b/f1.item

En 1886, Le Gaulois publiait une courte récrimination à l’encontre de l’entrée provisoire de la Bibliothèque nationale :

« Bibliothèque nationale », Le Gaulois : littéraire et politique, 27 décembre 1886, n° 1586, p. 3.

Bibliothèque nationale

Quand donc le public pourra-t-il entrer à la Bibliothèque nationale par la grand’-porte et la cour d’honneur, et quand donc supprimera-t-on cette abominable entrée provisoire qui sert déjà depuis de si longues années ! Il serait temps d’en finir. Autrefois, la cour n’était pas pavée, et le corps de bâtiment principal n’était pas
aménagé ; tout cela est fait, maintenant. Il serait bon de presser les derniers travaux à faire, pour que les lecteurs pussent enfin pénétrer dans les différentes
salles de lecture par la seule entrée convenable, je veux dire la grande porte située en face du square Louvois.

« Bibliothèque nationale », Le Gaulois : littéraire et politique, 27 décembre 1886, n° 1586, p. 3. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k525980d/f3.item>.

En 1891, Léopold Delisle lui-même, administrateur général de la Bibliothèque nationale depuis 1874, s’impatientait « sur la
nécessité, de plus en plus urgente, de terminer les constructions
et d’utiliser les terrains achetés à grands frais en 1880 à l’angle
des rues Colbert et Vivienne. » dans des Notes sur le département des imprimés de la Bibliothèque nationale publiées dans son organe habituel de diffusion, soit la Bibliothèque de l’école des chartes,8. Arguant que « la question de l’agrandissement de la Bibliothèque nationale est vidée depuis longtemps », au moins depuis 1879 selon lui, il regrettait que « la seconde partie du programme [soit] restée en souffrance » puisque cela conduisait à « augmenter de jour en jour les inconvénients qui résultent de l’insuffisance des locaux affectés aux collections de la Bibliothèque nationale. » Après être revenu sur ces préjudices, il listait les avantages multiples que la Bibliothèque tirerait de l’engagement des travaux, plaidant pour « y commencer des constructions définitives » et listant la destination qu’il projetait à leur emplacement. Cependant, à 65 ans, dont 39 à la Bibliothèque, le briscard des relations avec ses ministres avait l’expérience du temps long des opérations immobilières qu’il avait connu. Aussi s’enhardissait-il à aiguillonner sa hiérarchie dans une note finale : « Si la fin du siècle n’en devait pas voir l’achèvement, la Bibliothèque nationale aurait cessé de tenir le rang qu’elle occupe depuis longtemps parmi les institutions savantes de l’Europe. »

Une pique à l’encontre de l’« éternellement provisoire » mentionné par la presse était encore lancée le 3 mai 1898 par Le Petit journal dans son article rendant compte de la réouverture de la salle publique de lecture9.

En 1900, il est question d’une entrée provisoire au 60 de la rue de Richelieu, dans le guide Paris exposition 190010.

Onze ans plus tard, ce provisoire dure encore :

L'entrée provisoire mentionnée dans l'Agenda-Buvard du Bon Marché, 1911, p. 85.
L’entrée provisoire mentionnée dans l’Agenda-Buvard du Bon Marché, 1911, p. 85. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/agendabuvarddubo00aubo/page/84/mode/2up>.

Cette entrée provisoire rappelle celle qui fut proposée aux usagers de la Bibliothèque nationale de France, par le jardin Vivienne, pendant la première phase des travaux de rénovation du quadrilatère Richelieu, fermée à partir du 1er octobre 2016 pour engager la seconde phase des travaux en 2017 et qui durèrent jusqu’à l’inauguration du site.

Aquarelle du jardin Vivienne, Charles Wallon (1875-1958), juillet 1902.
Aquarelle du jardin Vivienne, Charles Wallon (1875-1958), juillet 1902.

La complexité de l’empilement des strates historiques des bâtiments du Quadrilatère Richelieu ainsi que les questions budgétaires expliquent pour partie ces lenteurs pour ce qui devait sans doute rester « provisoire » moins longtemps dans l’esprit des administrateurs de la bibliothèque. Institution pluri-séculaire habituée au temps long, il n’est pas impossible non plus que ceux-ci, acteurs de travaux bibliographiques de longue haleine, aient fait preuve d’un certain stoïcisme face aux chantiers architecturaux sans fin de l’ère Louis Visconti (1791-1853) – Henri Labrouste (1801-1875) – Jean-Louis Pascal (1837-1920) qui s’ajoutaient à tous les chantiers catalographiques à mener en même temps. Les mandats des trois architectes, s’étalant de 1828 à 1912 — de 1828 à 1853 pour le premier, de 1854 à 1875 pour le deuxième et de 1875-1912 pour le dernier —, il n’est pas impossible que certains agents de la Bibliothèque aient vécu les chantiers sinon des trois architectes au moins de deux d’entre eux. Que l’on songe à Théodore Mortreuil (1850-1937), entré à la Bibliothèque en 1870 et qui occupa le poste de secrétaire-trésorier de 1885 à 1925, connaissant par là à la fois Labrouste, Pascal et son successeur Alfred Recoura (1864-1940), architecte de la BN de 1912 à 1932. Si l’entrée de sa salle publique de lecture fut longtemps « provisoire », ce fut surtout parce que la Bibliothèque nationale est chantier perpétuel.

Notes



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 15 août). L’entrée provisoire de la Bibliothèque nationale. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3yo

  1. Voir : Jacquot, Olivier, « La Bibliothèque nationale, Élysée des reclus, reste à l’ombre », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, 16 décembre 2022. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/21741>. []
  2. Voir l’abondante production recensée dans la Bibliographie historique de la Bibliothèque nationale de France, dans les rubriques dédiées au « projet de Bibliothèque de France et l’EPBF [pour la tranche 1988-1994 uniquement] », url : <http://bibliographie-historique.bnf.fr/Annexe/cadre-de-classement-de-la-bibliographie-historique-de-la-bn-bnf>. []
  3. Joanne, Adolphe (1813-1881), Le Guide parisien : contenant tous les renseignements nécessaires à l’étranger pour s’installer et vivre à Paris… suivi de la liste alphabétique de toutes les rues et places de Paris, Paris : L. Hachette, 1863, 1 vol. (IV-437 p.) : 46 tableaux, fig. et plan ; in-16, p. 334. []
  4. L’annonce fut aussi publiée à l’identique dans « Nouvelles et variétés », Bulletin du bibliophile, 1867, p. 141. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55225070/f148.item>, reprise de l’Exposé de la situation de l’empire, présenté au Sénat et au corps législatif : février 1867, Paris : Impr. de Dupont, 1867, 1 vol. (325 p.) ; in-4°, p. 173. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5812247x/f185>. []
  5. Le Moniteur universel, 16 mai 1868, n° 137. Disponible sur Internet, url : <https://www.retronews.fr/journal/gazette-nationale-ou-le-moniteur-universel/16-mai-1868/149/1308003/1>. []
  6. Anne Richard-Bazire date par erreur l’information de 1878, note 40 : Anne Richard-Bazire, « Les restaurations de Pascal à la Bibliothèque nationale : les ailes nord et est de la cour d’honneur », Livraisons de l’histoire de l’architecture, 2014, 28, p. 99-128. Disponible sur Internet, url : <https://journals.openedition.org/lha/394#ftn40>. []
  7. Le même billet est publié dans La Patrie, 17 mai 1868, p. [2] et L’Univers, 20 mai 1868, n° 394, p. [4]. []
  8. Delisle, Léopold, « Notes sur le département des imprimés de la Bibliothèque nationale », Bibliothèque de l’école des chartes, 1891, tome 52, p. 357-417. DOI : https://doi.org/10.3406/bec.1891.447657. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1891_num_52_1_447657>. []
  9. Voir : Jacquot, Olivier, « A la Bibliothèque Nationale en 1898 », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, 7 août 2023. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/33161>. []
  10. Voir : Jacquot, Olivier, « La Bibliothèque Nationale en 1900 », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, 13 février 2023. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/27976>. []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search