Géolocalisation et spatialisation de documents patrimoniaux : trois heures de partage autour de la cartographie numérique

Dans le cadre du projet CORPUS, inscrit au plan quadriennal de la recherche 2016-2019 de la Bibliothèque nationale de France, et suite à l’atelier « Décrire, transcrire et diffuser un corpus documentaire hétérogène : méthodes, formats, outils », un deuxième atelier a eu lieu le 30 novembre après-midi sur le site Richelieu. Conçu dans une même logique de partage d’expertise, de dialogue entre les institutions patrimoniales et le monde de la recherche, il avait pour objectif de conduire une réflexion autour de la géolocalisation et de la spatialisation de documents patrimoniaux.

L’après-midi s’est articulé autour de huit présentations de projets pour lesquels les enjeux de la cartographie numérique sont plus au moins centraux.

Gallicarte, géolocalisation des données de Gallica.

Présentation par Matthieu Gioux, chef de produit Gallica, BnF.

Gallicarte

Lauréat du premier Hackathon BnF (2016), ensuite intégré dans Gallica Studio, Gallicarte est un projet qui vise à géolocaliser et à afficher sur un fond de carte les résultats d’une recherche effectuée dans Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF.

Pour faire du projet issu du Hackathon un outil fiable pour les utilisateurs de Gallica, les équipes de la BnF se sont confrontées à une grande diversité de données en termes de provenance (elles sont issues de plusieurs institutions), en termes de type de collection (des manuscrits jusqu’aux jeux vidéo), en termes de normes de catalogage (elles diffèrent en fonction du type de document) et en termes de métadonnées.

La première phase de concrétisation de l’outil a donc consisté à identifier les collections plus simples à géolocaliser (un seul point par document) : le corpus des cartes et celui d’1,2 millions d’images présentes dans Gallica.

Pour ce qui concerne les cartes, la deuxième phase a consisté à positionner sur un fond de carte la géolocalisation préalablement existante ou bien, le cas échéant, à utiliser data.bnf.fr pour alimenter la base de Gallicarte. Pour ce qui concerne les images, la deuxième phase a vu Exalead – moteur de recherche de Gallica – détecter les occurrences de lieux dans les notices et dans les légendes des images. La troisième phase, portant sur le géocodage des données, a consisté à envoyer les entités détectées par Exalead au moteur Nominatim d’Openstreetmap capable d’attribuer des coordonnées géographiques.

En raison d’un taux d’erreur trop élevé, dû paradoxalement à l’excès de richesse des données décrites par les bibliothécaires, une deuxième approche consistera à refaire les mêmes opérations mais en s’appuyant cette-fois-ci sur les données du catalogue de la BnF.

À terme, la perspective de la Bibliothèque est de rendre disponible un lien SRU contenant un flux de données issues d’une recherche dans Gallica et le convertir dans le format GeoJSON, nécessaire pour la visualisation des résultats de la recherche sur une carte et compatible avec quasiment tous les outils de cartographie.

Des questions comme par exemple la dimension historique et évolutive des lieux ou la possibilité de réinjecter ce travail de géolocalisation dans le catalogue de la Bibliothèque restent ouvertes pour un horizon plus lointain. L’avancement du projet est documenté au fur et à mesure dans Gallica Studio.

Venice Time Machine

Présentation par Isabella di Leonardo, collaboratrice scientifique, Laboratoire d’humanités digitales, EPFL.

Text recognition in ancient hand-written documents
© DHLAB / EPFL

Venice Time Machine est un projet qui vise à numériser 80 km d’archives administratives de la ville de Venise couvrant une période de 1000 ans ainsi que plusieurs corpus de documents iconographiques liés à la ville de Venise et des millions de pages de sources secondaires, correspondant à la bibliographie qui a été produite au fil du temps sur la ville de Venise.

Un des enjeux du projet est de constituer une cartographie du passé en alignant les cartes historiques sur les cartes de la ville actuelle. À cet effet, il a été fait le choix de s’appuyer sur des logiciels de gestion d’information géographique open source tels que QJIS pour développer un logiciel ad hoc capable de répondre aux besoins de la cartographie historique : interprétation, précision, fiabilité et traçabilité de la donnée. L’interface développée permet de gérer les trois dimensions fondamentales de la description géographique – le point, la ligne et la surface – auxquelles s’ajoutent les dimensions du temps et du débat grâce au développement d’une plateforme en ligne.

Un autre enjeu du projet est de construire un modèle 3D de la ville de Venise. Des relevés photogrammétriques, croisés avec d’autres sources, ont permis de créer un modèle 3D en nuage de points où à chaque point sont accrochées des informations historiques. Cela permet de reconstruire une vision 3D de la ville de Venise et de ses transformations au cours des siècles sans négliger l’importance de la légitimité de la production des données.

Le code des outils développés, celui de l’Atlas en l’occurrence, est disponible sur Github.

ImaGÉO, archiver le patrimoine scientifique des géographes, vers de nouveaux objets de la recherche.

Présentation par Xavier Amelot, géographe, UMR 5319 Passages, Université Bordeaux-Montaigne.

Géolocalisation des cartes intégrées dans GéoLyon

ImaGEO est un consortium labellisé par la TGIR1 Huma-Num du CNRS qui rassemble les UMR2 Passages, Prodig, Migrinter. Il s’intéresse à l’archivage du patrimoine scientifique des géographes. Les équipes de recherche qui font partie de ce consortium disposent de fonds patrimoniaux importants en matière cartographique et photographique. L’idée qui sous-tend ce consortium est donc de s’appuyer sur les travaux de recherche d’historiens de la géographie et de numériser ces contenus patrimoniaux avec l’objectif à la fois de les conserver, de les archiver et de les valoriser en tant qu’objet de recherche. Le projet du consortium implique de géolocaliser les données, de les géoréférencer mais aussi d’avoir une approche réflexive sur ces fonds, sur la façon dont ils ont été constitués. Les données du projet ont vocation à être les plus ouvertes possibles. Les photographies sont actuellement disponibles sur la plateforme MediHal, qui permet de mettre en regard des corpus anciens avec des corpus plus récents et d’autres sources documentaires.

Data.bnf.fr 2018, cap sur les données géographiques.

Présentation par Raphaelle Lapôtre, cheffe de produit data.bnf.fr, BnF.

Dans data.bnf.fr la Bibliothèque nationale de France expose des données géographiques sous la forme de plusieurs syntaxes de RDF, le modèle descriptif du web sémantique.

La particularité des données géographiques présentes dans le catalogue de la Bibliothèque réside dans l’existence de deux types d’entité « lieu » : les données géographiques des cartes et plans (géolocalisées et issues du catalogage) et les données géographiques décrivant des lieux dans Rameau (non géolocalisées). Il s’agit donc de deux approches différentes pour traiter un lieu, au sein de la même institution, qui correspondent à deux objectifs différents : indexation d’un objet d’un côté, mention d’un lieu lié à un objet de l’autre.

Dans data.bnf.fr il a été fait le choix de réconcilier les deux approches en alignant, en déclarant des équivalences entre les lieux décrits dans les collections des cartes et plans et les mêmes lieux dans le thésaurus Rameau, afin de récupérer les coordonnées géographiques.

Si à l’heure actuelle existent deux pages d’entité « lieu » dans data.bnf.fr, à terme l’objectif est de fusionner ces deux pages en une seule qui contiendrait les informations issues du catalogage des cartes et plans ainsi que les informations issues de Rameau pour en faciliter la réutilisation.

Villa de Diomède, Pompéi : du corpus d’archives aux restitutions 3D

Présentation par Hélène Dessales, maître de conférence en archéologie, AOROC-UMR 8546, ENS-PSL.

Pompéi, Villa de Diomède. Exemple de modélisation 3D.
À gauche, modèle photogrammétrique ; au centre, modèle sans plaquage des photographies sur la géométrie reconstruite ; à droite, projection d’un plan aquarellé des années 1810 (F. Mazois, BNF, GD-12 (E)-FT 4).
Yves Ubelmann (Iconem).

Le projet Villa de Diomède porte sur un seul monument : la Villa à Pompéi appelée communément « villa de Diomède ».

Grand monument de 3 800 m2, très célèbre et représenté au fil des années, il fait l’objet de plusieurs documents et corpus d’archives conservées notamment à l’Archivio di Stato et à l’Archivio storico du musée archéologique de Naples. Le projet porté par l’UMR 8546 a donc consisté d’abord à rassembler les documents dispersés dans plusieurs collections principalement européennes. 120 documents graphiques et photographiques ont été réunis dans une base de données hébergée par Huma-Num pour les superposer à des plans existants du bâtiment. La photogrammétrie a été adoptée pour construire à partir de 25 000 photographies et grâce à un logiciel spécifiquement développé un modèle 3D géoréférencé du bâtiment avec une précision de 4/5 cm.

Les documents graphiques et photographiques récoltés dans la base de données ainsi que les documents d’archives ont été alors injectés manuellement dans le modèle 3D.

Outre la restitution des décors du monument au moment de l’éruption du Vésuve en 79, le fait de superposer les documents offre la possibilité de faire une archéologie du relevé, une archéologie du geste et d’identifier les points de vue des différents dessinateurs. Une quatrième dimension est également prise en compte dans le projet : celle du temps, qui retrace l’évolution du bâtiment de l’époque romaine jusqu’à nos jours.

Digital research support at Ghent University

Présentation par Hans Blomme, chargé d’études spécialisé en cartographie historique et traitement de données historiques, Centre pour les humanités numériques, Université de Gand.

Avec une forte expertise en matière de géolocalisation, le Centre pour les humanités numériques de l’Université de Gand a pour objectif de mener ses propres recherches dans le champ des humanités numériques, mais plus encore d’apporter un support technique et méthodologique aux projets menés par d’autres équipes de recherche dans différentes disciplines au sein de l’Université de Gand.

Un des axes de recherche et d’activités du centre est la cartographie numérique.

Dans ce domaine, le centre a développé deux plateformes pour que les utilisateurs puissent traiter, gérer, visualiser et explorer des données géographiques : Nodegoat, qui repose sur une base de données relationnelle, et Arches, qui s’appuie pour sa part sur une base de données de type graphe.

C’est en raison de ces compétences dans le domaine de la cartographie numérique que certains membres du centre coordonnent le groupe de travail « GeoHumanities » de DARIAH-EU dont l’un des objectifs principaux est de fournir à terme un référentiel géographique exprimé en linked open data.

CartoMundi, valorisation en ligne du patrimoine cartographique

Présentation par Olivier Loiseaux, chef de service acquisitions et collections géographiques, BnF.

Cartomundi n’est plus un projet mais un outil disponible en ligne.

Depuis une dizaine d’années, cette initiative est née à l’Université de Provence (aujourd’hui Aix-Marseille Université) et plus particulièrement à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH). Il s’agit d’un site internet conçu pour valoriser le patrimoine cartographique en ligne et plus spécifiquement la cartographie organisée en séries, c’est-à-dire les cartes découpées en feuilles.

Avant la numérisation, des tableaux d’assemblage montraient le découpage des séries mais ces tableaux ont été perdus lors la numérisation. Cartomundi permet de reconstituer virtuellement ces anciens tableaux d’assemblage, de positionner les feuilles sur une interface cartographique interrogeable et de constituer un catalogue collectif à partir des métadonnées qui décrivent les documents dans toute institution qui souhaite valoriser son patrimoine cartographique.

Le site internet a été mis en ligne en 2011 à l’occasion de la Conférence Internationale de Cartographie à Paris, il est en production depuis 2013 et il épaule les catalogues des institutions en montrant les références bibliographiques et l’image, si disponible et libre de droits. Les notices du catalogue général de la BnF décrivant des cartes en série proposent ainsi un lien vers Cartomundi.

Girardin numérisé, ou la naissance des industries médiatiques

Présentation par Adeline Wrona et Pierre-Carl Langlais, professeure des universités et post-doctorant, GRIPIC, CELSA Paris-Sorbonne.

GIRANIUM est un projet de recherche d’un an qui vise à mieux comprendre l’apparition des premières industries culturelles et médiatiques en France à travers le prisme d’une personnalité emblématique du journalisme français du XIXème siècle : Émile de Girardin.

Le projet accorde une place importante à la ville de Paris, capitale médiatique et culturelle de l’époque.

Un des enjeux du projet consiste à visualiser comment les centres de gravité de lieux de production médiatique se déplacent dans la géographie parisienne au cours de la vie de Girardin. A cet effet, les titres de presse gérés par Girardin ont été géolocalisés dans le temps selon une approche spatiotemporelle.

Un colloque intitulé « Paris capital(e) médiatique, XIXème – XXIème siècle » est prévu pour le 28 et le 29 juin 2018 à la Sorbonne.

Conclusion

En conclusion, l’atelier « Géolocalisation et spatialisation de documents patrimoniaux » a mis en avant les enjeux de la cartographie, dans sa dimension historique tout particulièrement.

La cartographie numérique permet de représenter non seulement l’espace mais également d’autres dimensions : la dimension du temps, de l’histoire, de l’interprétation.

Concernant la toponymie ancienne, la Bibliothèque s’efforce de fournir plusieurs formes de nom pour un même lieu dans data.bnf.fr ; elle renseigne dans les notices d’autorités géographiques les formes anciennes des noms de lieu ainsi que la notion de forme officielle, celle d’exonyme français ou étranger, et les équivalences en différentes langues et alphabets. Les entités historiques se réfèrent à des autorités différentes mais elles sont reliées par des systèmes de « voir avant – voir après ».

La définition des périmètres, des frontières, d’un espace qui n’est jamais figé mais reste constamment dépendant du temps, demeure problématique : c’est vers une cartographie géotemporalisée que la recherche s’efforce de tendre.

À l’interprétation historique s’ajoutent les enjeux liées à l’interprétation littéraire, à travers une périphrase indiquant un lieu dans un corpus par exemple, et à la géographie imaginaire ; ce sont deux aspects qui semblent demander encore l’expertise de l’œil humain et nécessitent des protocoles de description partagés.

L’établissement de normes semble aussi de plus en plus urgent pour l’archivage de modèles 3D, destinés à se généraliser dans la perspective de cette approche spatiotemporelle.

Une dernière dimension, la dimension visuelle et sensorielle, joue en effet un rôle essentiel dans ce panorama. Mise en avant par Hans Blomme, la notion de deep mapping, pour ses éléments constitutifs – visualisation, narration, stratification, dynamisme, émotion, sens – ouvre des perspectives aussi bien pour la recherche que pour le monde des bibliothèques.

Citer cet article : Eleonora Moiraghi, "Géolocalisation et spatialisation de documents patrimoniaux : trois heures de partage autour de la cartographie numérique". Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, ISSN 2493-4437, 20 décembre 2017. Disponible en ligne, url : <https://bnf.hypotheses.org/2299> (consulté le 19 décembre 2018).
  1. Très Grande Infrastructure de Recherche []
  2. Unité Mixte de Recherche []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.