Le don Paul Cosson (1849-1926) à la Bibliothèque nationale

En 1926, Roger Danloux-Dumesnils1, neveu de Paul Henri Charles Cosson (1849-10-07, Paris – 1926-02-19, Paris 8e), donna à la Bibliothèque nationale la collection d’estampes que son oncle avait constituée au cours de sa vie.

Avocat et collectionneur de dessins et d’objets d’art, Paul Cosson décida de léguer ses collections d’art au musée du Louvre2 et à d’autres musées français et sa collection d’estampes au département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale.

La Revue de l'art ancien et moderne, juin 1926, tome L, n° 277, p. 252.

Bibliothèque nationale. — Exécutant les dernières volontés de son oncle, l’excellent amateur Cosson, M. R. Danloux-Dumesnil [sic] vient de donner à la Bibliothèque nationale une magnifique collection de près de 500 gravures des XIXe et XXe siècles. Cette collection comprend entre autres, 37 estampes de Corot ; 12 de Carrière ; 85 de Fantin-Latour ; 67 de Forain3 ; 52 d’Henri Rivière ; 18 de Whistler, etc. ; ces gravures sont généralement dans des états très rares et admirablement conservées.
A ce bel ensemble d’estampes modernes, s’ajoutent près de 500 pièces des XVIIe et XVIIIe siècles, qui complètent heureusement diverses séries du Cabinet des estampes.
La donation Cosson est un des plus heureux enrichissements dont ait bénéficié la Bibliothèque nationale depuis la guerre.

La Revue de l’art ancien et moderne, juin 1926, tome L, n° 277, p. 252. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4325557/f421>.

La Revue de l’art ancien et moderne de juin 1926 faisait également part du legs de Paul Cosson de « plusieurs tableaux, dessins, aquarelles, objets d’art chinois et japonais »4, accepté par le Conseil des Musées nationaux.

Le mois suivant, sans doute copiée d’un communiqué de presse fourni par la Bibliothèque, la nouvelle du don à la BN est reprise à l’identique dans plusieurs journaux :

« Les collections de gravures de la Bibliothèque nationale s'enrichissent », Le Matin, 1er juillet 1926, n° 15443, p. 2.

Les collections de gravures de la Bibliothèque nationale s’enrichissent

Un don de M. Paul Cosson

Exécutant les dernières volonté du son oncle, le grand armateur Paul Cosson, M. R. Danloux-Dumesnils vient de donner à la Bibliothèque nationale une magnifique collection de près de 600 gravures des XIXe et XXe siècles. Cette collection comprend, entre autres, 37 estampes de Corot5, 12 de Carrière6, 85 de Fantin-Latour, 67 de Forain, 52 de Henri Rivière, 18 de Whistler, etc. Ces gravures sont généralement dans des états très rares et toutes admirablement conservées. A ce bel ensemble d’estampes modernes, s’ajoutent près de 500 pièces des XVIIe et XVIIIe siècles, qui complètent heureusement diverses séries du cabinet des estampes. La donation Cosson peut être considérée comme un des plus heureux enrichissements dont ait bénéficié la Bibliothèque nationale depuis la guerre.

« Les collections de gravures de la Bibliothèque nationale s’enrichissent », Le Matin, 1er juillet 1926, n° 15443, p. 2. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k575475m/f2>.
Excelsior, 2 juillet 1926, n° 5681, p. 2.

Exécutant les dernières volontés de son oncle, le grand amateur Paul Cosson, M. R. Danloux-Dumesnils vient de
donner à la Bibliothèque nationale une magnifique collection de près de 500 gravures des dix-neuxième et vingtième siècles. Cette collection comprend, entre autres, 37 estampes de Corot, 12 de Carrière, 85 de Fantin-Latour, 67 de Forain, 52 de Henri Rivière, 18 de Whistler, etc. Ces gravures sont généralement dans des états très rares et toutes admirablement conservées. A ce bel ensemble d’estampes modernes s’ajoutent près de 500 pièces des dix-septième et dix-huitième siècles, qui complètent heureusement diverses séries du Cabinet des Estampes. La donation Cosson peut être considérée comme un des plus heureux enrichissements dont ait bénéficié la Bibliothèque nationale depuis la guerre.

Excelsior, 2 juillet 1926, n° 5681, p. 2. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4602950v/f2>.
Le Gaulois, 2 juillet 1926, n° 17802, p. 3.

Un don de gravures à la Bibliothèque Nationale

Exécutant les dernières volontés de son oncle, le grand amateur Paul Cosson, M. R. Danloux-Dumesnils vient de donner à la Bibliothèque Nationale une magnifique collection de près de 500 gravures des dix-neuvième et vingtième siècles.
Cette collection comprend entre autres, 37 estampes de Corot, 12 de Carrière, 85 de
Fantin-Latour, G7 de Forain, 52 de Henri Rivière, 18 de Whistler, etc.
Ces gravures sont généralement dans
des états très rares et toutes admirablement conservées.
A ce bel ensemble d’estampes modernes
s’ajoutent près de 500 pièces des dix-septième et dix-huitième siècles, qui complètent heureusement diverses séries du cabinet des estampes.

Le Gaulois, 2 juillet 1926, n° 17802, p. 3. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k540568m/f3>.

Amateur d’estampes

Avec Siegfried Bing (1838-1905), Henri Vever (1854-1943), Jaques Doucet (1853-1929) et Charles Gillot (1853-1903), Paul Cosson fit partie des premiers collectionneurs français d’estampes japonaises Ukiyo-e7.

Sociabilité

Paul Cosson fut membre de plusieurs cercles sociaux et scientifiques de son temps. Il adhéra à la Société historique et archéologique du Gâtinais8, dont son père Ernest Saint-Charles Cosson (1819-1889), officier de la Légion d’honneur9, membre de l’Institut10, fut l’un des membres fondateur11.

En 1906 il est membre souscripteur de la Société des amis du Louvre12 et, en 1914, membre du Cercle de l’Union artistique13.

Jeunesse

Dans sa jeunesse, Paul Cosson fit son service militaire au sein du 5e régiment d’artillerie de l’Armée territoriale. Le 20 décembre 1875 il fut fait sous-lieutenant14.

Élève du peintre et graveur Edmond Yon (1841-1897), Paul Cosson15 semble s’être essayé à la peinture, participant au 114e Salon des artistes français de 1896 en présentant deux peintures : Le saule et Soleil du matin16. En 1885, il avait déjà présenté des paysages à Moulins17. En 1912, il est référencé parmi les « amateurs – collectionneurs » dans l’Annuaire de la curiosité et des beaux-arts18.

Propriétaire terrien

L’« annuaire du grand monde parisien et de la colonie étrangère », le Paris-mondain de 1908, nous apprend que Paul Cosson possédait le château de Thurelles19, hérité de son père.

Le Gâtinais - Dordrives - Le château de Thurelles. - Valoire
Le Gâtinais – Dordrives – Le château de Thurelles. – Valoire

Bibliophile

Après son décès, Roger Danloux-Dumesnils et son épouse donnèrent à l’Institut catholique de Paris, en juin 1926, un certain nombre d’ouvrages d’histoire de la bibliothèque de Paul Cosson, comme en atteste le Bulletin de l’Institut catholique de Paris20 :

« Dons à la bibliothèque », Bulletin de l'Institut catholique de Paris, 25 novembre 1926, n° 9, p. 295-296.

Sources

Archives de Paris, État-civil reconstitué, 1849, Naissances, V3E/N 552
Archives de Paris, État-civil reconstitué, 1849, Naissances, V3E/N 552.
Archives de Paris, Actes de l'état civil reconstitué, 1849, Naissance, 5Mi1 669
Archives de Paris, Actes de l’état civil reconstitué, 1849, Naissance, 5Mi1 669.
Archives de Paris, 1926, Décès, 08, 8D 192, n° 373.
Archives de Paris, 1926, Décès, 08, 8D 192, n° 373.
Archives de Paris, 1948, Décès, 17, 17D 283, n° 2228.
Archives de Paris, 1948, Décès, 17, 17D 283, n° 2228.

Notes

  1. Marie Paul Roger Danloux-Dumesnils (1873-04-22, Paris, 1er – 1948-11-13, Paris 17e), fait chevalier de la Légion d’honneur en 1920 et décoré de la Croix de guerre. Voir son dossier sur la base Léonore, url : <https://www.leonore.archives-nationales.culture.gouv.fr/ui/notice/99868>. Il était le fils de Raymond Danloux-Dumesnils, décédé au château de Romilly en 1909 et frère de Jules Danloux-Dumesnils. []
  2. Par exemple : Paysage aux moulins à vent d’après Jan I Brueghel, RF 2547, url : <https://collections.louvre.fr/en/ark:/53355/cl010059719> ; Étude de femme debout, de face de Pierre-Paul Prud’hon, RF 6874, url : <https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl020022065> ou le Portrait de jeune femme, RF 2514, url : <https://collections.louvre.fr/en/ark:/53355/cl010061237>. []
  3. Les Forain de P. Cosson — Le Reniement de Saint Pierre ; Le Christ et les disciples d’Emmaüs ; L’Extrême-onction, RF 6898 ; La Communion, RF 6899 — sont cités par : Fernandez, Hélène, « « Une descente dans la vérité » : contribution à l’étude de l’œuvre de Jean-Louis Forain à partir de la collection de dessins du musée d’Orsay (conservés au département des arts graphiques du musée du Louvre) », Les Cahiers de l’École du Louvre, 2021, n° 16. Disponible sur Internet, url : <https://journals.openedition.org/cel/15664>. []
  4. « Les derniers enrichissement des musées nationaux, La Revue de l’art ancien et moderne, juin 1926, tome L, n° 277, p. 185-186. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4325557/f355>. []
  5. Certaines de ses œuvres furent exposées à l’exposition Corot de la Bibliothèque nationale de 1931. Voir : Mornand, Pierre, « L’exposition Corot à la Bibliothèque nationale », Formes, 1931, janvier, XI, p. 7-8. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k61016173/f30> et Estampes et dessins de Corot : exposition organisée avec le concours du Musée du Louvre, [Paris, Bibliothèque nationale, 1931], Paris : Éd. des bibliothèques nationales de France, 1931. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6460993k>. Paul-André Lemoisne y écrit p. 9 : « En 1926, un autre ami du Cabinet des estampes, M. Paul Cosson, parmi tout un ensemble de très bonnes épreuves de maîtres du XIXe siècle, nous offrait trente-six Corot en bel état. Parmi eux nous citerons : l’eau-forte : l’Étang au batelier ; dans les lithographies : le premier état d’une famille à Terracine, le premier état d’un Déjeuner dans la clairière, Souvenir de Sologne, etc. » []
  6. Plusieurs des œuvres qu’il possédât sont signalées par Delteil, Loÿs (1869-1927), Le peintre graveur illustré (XIXe et XXe siècles). Tome 8, Pris : chez l’auteur, 1913. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9693619v>. []
  7. Voir : Collection Louis Godefroy. Estampes et Dessins. Catalogue, Le Vésinet : impr. Ch. Brande, 1924, p. 14. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6463418t/f24> ; Bulletin de la Société franco-japonaise de Paris, 1910, mars, n° XVIII, p. 29. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9680543z/f37> ; Gilormini, Dom, Ikari-e : Angry pictures, the Japanese Woodblock Print of the 18th and 19th centuries, [S. l.] : Dom Gilormini, 2012, p. 38. []
  8. Annales de la Société historique & archéologique du Gâtinais, Fontainebleau : Impr. E. Bourges, 1er mai 1891, p. 16. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5437284b/f16>. Sans doute en raison d’une coquille, l’adresse indique le n° 9 avenue de Friedland, à Paris, en lieu et place du n° 5. En 1883, il est adhérent de la société, résidant au 7 rue de la Boétie, à Paris. []
  9. Voir son dossier dans la base Léonore, url : <https://www.leonore.archives-nationales.culture.gouv.fr/ui/notice/91642>. []
  10. Voir : Bertrand, Joseph, « Notice sur la vie et les ouvrages de Ernest Cosson membre de l’Institut », lue le 29 décembre 1890, t. XLV, p. XCVIII-CIV. Disponible sur Internet, url : <https://www.academie-sciences.fr/pdf/eloges/cosson_vol3260.pdf> et publiée dans : Bertrand, Joseph, « Notice sur la vie et les ouvrages de Ernest Cosson membre de l’Institut », Revue générale des sciences pures et appliquées, 1890, p. 760-762. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k213928z/f762>. []
  11. Annales de la Société historique & archéologique du Gâtinais, Fontainebleau : Impr. E. Bourges, 1883, p. 15. Disponible sur Internet, url : <http://www.corpusetampois.com/che-19-annalesdugatinais01an1883.pdf>. []
  12. Annuaire de la Société des amis du Louvre…, Paris : Impr. générale Lahure, 1906, p. 22. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6106958m/f30>. L’adresse indiquée est celle du 5 avenue de Friedland. []
  13. Annuaire des grands cercles : Cercle de l’Union, Jockey-Club, Cercle agricole, Cercle de la rue Royale, Cercle des chemins de fer, Cercle de l’Union artistique, Sporting-Club, Paris, 1914, p. 135. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56633870/f159>. []
  14. Annuaire de l’Armée française pour 1882, Paris, Berger-Levrault & Cie, 1882, p. 1032. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k176399z/f1046>. []
  15. Il n’est pas lié au peintre et aquarelliste Jean Louis Marcel Cosson (1878-04-30, Bordeaux – 1956-04-30, Paris, 17e) ni au peintre Héliard dit Hélier Cosson (1897-1976). []
  16. Explication des ouvrages de peinture et dessins, sculpture, architecture et gravure des artistes vivans exposés au palais des Champs-Élysées le 1er mai 1896…, Paris : P. Dupont, 1896, p. 46. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1182697m/f316>. []
  17. Journal des artistes, 29 août 1885, n° 35, p. 3. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4576957p/f3>. []
  18. Annuaire de la curiosité et des beaux-arts, Paris, 1912, p. 342. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k432836v/f343>. []
  19. « Château de Thurelles », Ville de Dordives, 2015. Disponible sur Internet, url : <https://www.dordives.com/2015-01-26-08-42-35/histoire-et-patrimoine/le-chateau-de-thurelles>. []
  20. Voir : « Dons à la bibliothèque », Bulletin de l’Institut catholique de Paris, 25 novembre 1926, n° 9, p. 295-296. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6497427v/f41>. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Olivier Jacquot (22 décembre 2022). Le don Paul Cosson (1849-1926) à la Bibliothèque nationale. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3tv


Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search