Le don d’Alfred Porcabeuf au Cabinet des estampes

Papier à en-tête A. Porcabeuf

Alfred Louis Porcabeuf (1867-1952)1, héritier de l’atelier d’imprimerie en taille-douce Salmon, fit des dons successifs à la Bibliothèque nationale entre 1898 et 1903. Le plus important de ses dons fut effectué en 1901, comme en rendit compte La Correspondance historique et archéologique :

Le Cabinet des estampes vient de recevoir de M. Porcabeuf un don de 1.080 pièces, parmi lesquelles il faut signaler une suite de 22 eaux-fortes par René-Paul Huet2, 23 planches originales d’Italie et de Souvenir d’un voyage à la Corniche par Mme la baronne Nathaniel de Rotschild, un album de 100 chefs-d’oeuvre sur japon, II eaux-fortes de Bracquemond, le recueil de 130 eaux-fortes des Évangiles sur hollande, la suite des premiers états et une autre suite sur parchemin du Quentin La Tour par Lalauze, en tout 137 planches ; les eaux-fortes originales de Ch. Platt, de Nicolle, etc.

La Correspondance historique et archéologique : organe d’informations mutuelles entre archéologues et historiens, 1901, p. 149. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57084380/f157>.
La Correspondance historique et archéologique : organe d'informations mutuelles entre archéologues et historiens, 1901, p. 149.

Ces 1080 estampes de près de 200 graveurs furent pour la plupart ventilées dans les œuvres d’artistes, mais certaines restèrent groupées dans deux recueils : l’un de 16 volumes, AD-183-FOL (http://ark.bnf.fr/ark:/12148/cb40340221b) et l’autre pour les estampes modernes de très grand format AD-183 (A)-FT 5 (http://ark.bnf.fr/ark:/12148/cb40340222p).

Dans une notice biographique consacrée à Adolphe Ardail, le directeur du Cabinet des Estampes de la Bibliothèque nationale, Henri Bouchot (1849-1906), ne manque pas de saluer les dons consentis par Alfred Porcabeuf :

Je manquerais à la justice si j’omettais ici le nom d’Alfred Porcabeuf, qui a devancé Ardail, et qui, depuis plusieurs années enrichit périodiquement notre dépôt national des épreuves les plus rares. Alfred Porcabeuf est le petit-fils de Salmon ; il est aujourd’hui le chef de la maison, plus que centenaire, fondée par Rémond en 1793. Justement frappé de ce fait que le dépôt légal, – tel qu’il fonctionne aujourd’hui sans nulle sanction, sans moyen d’atteindre ni de contraindre le déposant, manque le plus souvent le but proposé qui est l’enrichissement de nos collections, Alfred Porcabeuf, sans manquer aux obligations de cette formalité, en s’astreignant au contraire à la remplir avec une ponctualité rare, enchérit encore par un don volontaire d’états de planches, de tirages soignés, de morceaux exceptionnels ; ils seront plus tard ce que sont aujourd’hui les épreuves avant lettre déposées par les héritiers de Moreau le jeune, ou l’incomparable œuvre de Saint-Aubin, venu de son atelier. Ce que la collection d’Ardail ne nous a point fourni, Porcabeuf y supplée gracieusement avec une générosité et une persistance qu’il convient de louer ici. Le catalogue de ces deux collections réunies, que rédige en ce moment M. Georges Riat3, du Département des Estampes constituera pour les futurs historiens de la gravure au XIXe siècle une des sources les plus précieuses, sinon la plus complète. Car, chez l’un et chez l’autre, chez Ardail comme chez Porcabeuf, tout n’a point été admis également, une distinction a été faite ; ce qu’on rencontre dans les deux œuvres, c’est une sélection ̃ attentive, avertie, comme un choix en vue du Cabinet des Estampes. Ardail eût, dès le principe, réservé son petit trésor pour l’État, qu’il ne l’eût point voulu autre ; quant à Porcabeuf, opérant au jour le jour, c’est avec une profonde connaissance de nos désirs et de nos besoins qu’il le dirige. Depuis l’illustre abbé de Marolles, au XVIIe siècle, depuis le généreux Michel Hennin au XIXe siècle, le Cabinet de Paris n’avait, point connu d’enrichissement aussi utile, disons mieux, aussi indispensable. Alors que les musées étrangers amassent avec passion l’œuvre de nos maîtres, et guettent la pièce rare, nous en étions réduits aux ordinaires médiocrités du dépôt légal sans beaucoup d’espoir de jamais pouvoir faire mieux.

Bouchot, Henri, « Adolphe Ardail », La Revue de l’art ancien et moderne, 10 juillet 1903, t. XIV, n° 76, p. 287. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k432519c/f300>.

Dans sa préface au catalogue publié par Georges Riat, Henri Bouchot annonce :

Le Catalogue de la collection Porcabeuf paraîtra prochainement en un fascicule séparé.

Bouchot, Henri, « Adolphe Ardail », dans : Riat, Georges, Catalogue des gravures contemporaines formant la collection Ardail, Paris : G. Rapilly, 1904, p. 7.

Las, ce ne fut hélas pas le cas mais peut-être peut-on espérer que le manuscrit soit conservé quelque part.

Sis comme il se doit rue Saint-Jacques4, Alfred Porcabeuf fut récompensé d’une médaille d’or lors de l’Exposition universelle de 19005 : le jury lui confie l’impression de 115 000 exemplaires du diplôme des récompenses de l’Exposition. Comme son père Auguste Porcabeuf (1835-1895), qui avait succédé en tant qu’imprimeur en taille-douce à son beau-père Alfred Salmon en 1894, Alfred Porcabeuf fut membre de la Société des aquafortistes français6.

Alfred Louis Porcabeuf, parrainé par le peintre-graveur Félix Bracquemond (1833-1914), fut décoré de l’ordre de la Légion d’honneur le 20 mai 19037 à l’occasion de l’Exposition de Hanoï, organisée par le Ministère des Colonies du 3 novembre 1902 au 31 janvier 1903, et où il obtint une médaille d’or8. Entre 1881 et 1883, il fut élève de la maison d’éducation fondée par Jean-Jacques Keller (1809-1889)9

Notes

  1. Voir « Porcabeuf, Alfred Louis », dans : Frits Lugt, Les Marques de Collections de Dessins & d’Estampes. Disponible sur Internet, url : <http://www.marquesdecollections.fr/detail.cfm/marque/12772>. Le 19 mai 1910, il fut nommé chef de l’imprimerie des estampes à la Chalcographie du Louvre. []
  2. René-Paul Huet (1844-1928). []
  3. Georges Riat (1869-1905), Catalogue des gravures contemporaines formant la collection Ardail, Paris : G. Rapilly, 1904, 1 vol. (98 p.) : portrait ; in-8°. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4227571s>. []
  4. Au 187, rue Saint-Jacques, Paris. []
  5. Journal officiel de la République française. Lois et décrets, 19 août 1900, n° 223, p. 40. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62495484/f56>. Plusieurs des collaborateurs de l’atelier reçurent également des médailles. []
  6. Annuaire / Société des aquafortistes français, Paris, 1902, p. 40. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k933760m/f42>. []
  7. Voir son dossier dans la base Léonore, url : <https://www.leonore.archives-nationales.culture.gouv.fr/ui/notice/304322>. []
  8. Le décret en date du 20 mai 1903 publié dans le Journal officiel de la République française, 21 mai 1903, n° 138, p. 3269. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6265549v/f5.item> et le Bulletin officiel de l’Indo-Chine française, juin 1903, n° 6, p. 585. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6470780j/f71.item>, indique : « Porcabœuf [sic] (Alfred-Louis), imprimeur d’art en taille douce ; 3 ans de service militaire ; 12 ans de pratique industrielle. Exposant classe 3. Médaille d’or : Services exceptionnels rendus à l’occasion de l’exposition de Hanoï. » []
  9. Keller, Jean Jacques, Souvenir de la fête offerte à M. J.-J. Keller par ses anciens élèves, le 26 mai 1884, à l’occasion du cinquantième anniversaire de la fondation de l’institution Keller, Paris : Impr. de C. Unsinger, 1884, p. 71. Goulet, Alain, « Le “Réveil” de 1830, Jean-Jacques Keller et André Gide », Bulletin des amis d’André Gide, 2009, vol. 37, n° 164, p. 541-556. Disponible sur Internet (payant), url : <https://www.jstor.org/stable/26525187>. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Olivier Jacquot (25 décembre 2022). Le don d’Alfred Porcabeuf au Cabinet des estampes. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3ty


Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search