Premier congrès des bibliothécaires français en 1900

Avant même que ne se constitue une Association des bibliothécaires français1, officiellement en 19062, un premier congrès international permit de réunir les bibliothécaires français et étrangers à Paris, lors de la tenue du Congrès international des bibliothécaires, organisé du 20 au 23 août 1900 dans le cadre de l’Exposition universelle internationale de 1900.

Dès ce congrès, la Bibliothèque Nationale (BN) joua un rôle dans la structuration de la profession. D’une part, le comité d’organisation du congrès associa des membres de la BN et des visites de l’établissement furent organisées. Ainsi, la présidence du Congrès fut assurée par Léopold Delisle3, administrateur de la Bibliothèque Nationale.

Conservateur adjoint à la Bibliothèque de l’Arsenal, Henry Martin (1852-1927) assura le secrétariat général du congrès et dirigea la publication des actes du congrès4.

Le comité d’organisation comprenait deux vice-présidents :

  • Émile Picot (1844-1918), professeur à l’École des langues orientales vivantes ;
  • Joseph Deniker (1852-1918), bibliothécaire en chef au Muséum national d’Histoire Naturelle ;

et trois secrétaires :

  • Désiré Blanchet (1852-1901), conservateur adjoint au département des imprimés de la Bibliothèque Nationale ;
  • Paul Marais (1859-1920), conservateur adjoint à la Bibliothèque Mazarine5 ;
  • Charles Mortet (1852-1927), conservateur à la bibliothèque Sainte-Geneviève6.

La trésorerie du Congrès fut gérée par Joseph Couraye du Parc (1856-1902), bibliothécaire au département des imprimés de la Bibliothèque Nationale, chef du bureau du Catalogue7. Enfin, le comité d’organisation comprenait 29 autres membres dont une seule femme, Marie Pellechet, « bibliothécaire honoraire au Département des
imprimés de la Bibliothèque nationale. »8.

La liste des membres du Congrès, soit ceux qui ont répondu à l’appel et payé la cotisation de 10 francs, comprenait des bibliothécaires de plusieurs pays — surtout masculins, ce pourquoi nous indiquons le nombre de femmes entre parenthèses sur le nombre total des membres par pays — : Allemagne (0/13), Australie (0/4), Autriche (0/3), Belgique (0/11), Canada (0/2), Chili (0/1), Cuba (0/1), Danemark (0/3, États-Unis (4/23), France (3/1449)), Grande-Bretagne (1/9), Grèce (0/2), Hongrie (0/3), Irlande (0/1), Italie (0/4), Luxembourg (0/1), Mexique (0/2), Monaco (0/1), Pays-Bas (0/1), Portugal (0/1), Roumanie (0/2), Russie (0/4), Suède (0/3), Suisse (0/3). Les actes du Congrès fournissant leur sexe, leur nom et leur qualités, il est aisé de constater que le contingent des femmes bibliothécaires le plus fourni est celui des États-Unis qui comptent 4 femmes dont Mary Wright Plummer (1856-1916), occupant un poste de direction. Le contingent français de trois femmes ne compte en réalité aucune bibliothécaire officiellement en poste puisqu’elle comporte l’épouse d’un homme de lettres, l’avocate et historienne Madeleine Buvignier-Cloüet (décédée en 1908) et Marie Pellechet :

  • Mlle BUVIGNIER-CLOÜET (M.), membre de la Société d’histoire littéraire de la France, de la Société des études historiques, etc., rue Saint-Maur, 11, à Verdun, Meuse10.
  • Miss HANNAM (Agnes), F.R.S.L., secretary and librarian of the obstetrical Society of London, Hanover Square, 20, à Londres, W.11
  • Miss KANE (Florence)12, librarian of the Bryn Mawr College, à Bryn Mawr, Pensylvanie.
Florence Bayard Kane
Florence Bayard Kane, Pittsburgh Daily Post,
8 Dec 1911, p. 16. Public domain, via Wikimedia Commons
  • Miss LEIPZIGER (Pauline), librarian13, Aguilar Free Library, Déléguée officielle des États-Unis d’Amérique, 113 E 59th Street, à New-York.
  • Miss MOFFET (Jeannette TODD), Westlawn14, Watertown, New-York. New-York Public Library (The).
  • Miss PLUMMER (Mary Wright)15, director of Libraries, Pratt Institute, à Brooklyn, Déléguée officielle des États-Unis d’Amérique, Saint-James Street, 80, à Brooklyn, New-York.
Mary Wright Plummer , Pratt Institute Libraries, Archives PMW-02 (ar00476)
Mary Wright Plummer , Pratt Institute Libraries, Archives PMW-02 (ar00476), Public domain, via Wikimedia Commons
  • Mlle PELLECHET (Marie), bibliothécaire honoraire au département des imprimés de la Bibliothèque nationale, rue Blanche, 30, à Paris. [Décédée le 11 décembre 1900.]
Marie Pellechet
  • Mme TOURNEUX (Maurice)16

Sur la photographie des membres du congrès, prise dans la Cour d’honneur de la Bibliothèque nationale par un photographe professionnel, nous pouvons compter 8 femmes que l’on peut supposer être les congressistes.

Congressistes du premier congrès des bibliothécaires français en 1900, cour d'honneur de la Bibliothèque nationale.
Congressistes du premier congrès des bibliothécaires français en 1900, cour d’honneur de la Bibliothèque nationale.

Avant la tenue du Congrès, au mois d’avril et de mai 1900, son règlement et son programme furent distribués :

Le Comité chargé d’organiser le Congrès a pensé qu’il devait faire un appel non seulement aux bibliothécaires, mais encore à tous les hommes17 de bonne volonté dont le concours est nécessaire pour faire rendre aux bibliothèques les services qu’on est en droit de leur demander aussi bien pour faciliter les travaux scientifiques et littéraires de l’ordre le plus élevé, que pour aider au développement de l’instruction publique à tous les degrés et pour satisfaire la légitime curiosité des différentes classes de la société dans toutes les branches de l’activité humaine.

Martin, Henry, Congrès international des bibliothécaires tenu à Paris du 20 au 23 août 1900 : procès verbaux et mémoires, Paris : H. Welter, 1901, p. [1].

L’objectif que se fixait le Congrès était de régler sinon d’aborder « les questions que soulève le régime des bibliothèques » qualifiées de « nombreuses, si complexes et si embarrassantes ». Les participants de province voulant se rendre à Paris pour assister au Congrès bénéficiaient d’une réduction de 50% sur le prix des billets de train grâce à la générosité de la Direction des chemins de fer de l’État français et de la Compagnie du chemin de fer du Nord18.

Le Congrès s’ouvrait le lundi 20 août, à l’amphithéâtre Richelieu de la Sorbonne. Le discours d’ouverture du congrès, tenu par Léopold Delisle, mérite d’être relu tant il aborde des points qui peuvent paraître prémonitoires19.

Dans le compte rendu de ce premier congrès des bibliothécaires français que Mary Wright Plummer fit dans la revue du Pratt Institute20, elle nous apprend qu’elle ne prit pas part aux deux événements sociaux organisés par le congrès, dont l’un dans la résidence estivale du couple Delisle à Chantilly21, où d’autres photographies instantanées — qui restent à trouver — ont été prises lors de la visite de la maison de “Sylvie” aménagée par Théophile de Viau au sein du domaine du Château de Chantilly22. Elle indique également que de nombreux bibliothécaires avaient déjà quitté Paris avant le buffet organisé par L. Delisle puisque ce dernier eut lieu après la clôture du congrès.

Prix Marie Pellechet

Notons que le Congrès fut l’occasion de lancer un Concours pour l’étude des insectes ennemis des livres, dont deux institués par Marie Pellechet. « Trois prix avaient été proposés pour récompenser les meilleurs mémoires relatifs aux insectes qui s’attaquent aux livres »23 :

  • deux prix, l’un de 1000 francs, l’autre de 500 francs, offerts par Marie Pellechet et « décernés sous le nom de Prix Marie Pellechet » pour des mémoires étudiant « d’une façon scientifique les insectes ou vers qui s’attaquent aux livres ; en déterminer les genres et les espèces ; en décrire les modes de propagation, les mœurs, les ravages ; mentionner les parasites qui vivent à leurs dépens ; définir les matières dont ils se nourrissent, celles qui les attirent, celles qui les font fuir ou les font périr ; indiquer les meilleurs moyens à employer pour les détruire et les chasser quand ils ont envahi une bibliothèque, pour prévenir de leur invasion les bibliothèques encore indemnes »24 ;
  • un prix unique de 1000 francs doté par un généreux anonyme, décerné sous le nom de « Prix du Congrès des bibliothécaires » et destiné « à un autre mémoire sur le même sujet, mais avec cette différence, toutefois, que le mémoire qui pourra être récompensé par ce prix sera consacré à l’étude des insectes ou vers qui s’attaquent plus particulièrement à la reliure des livres. »

Naissance de la conservation-restauration à la BN

Avant ce concours mis en œuvre grâce à la pensée visionnaire de Marie Pellechet, la conservation-restauration dans les bibliothèques et à la Bibliothèque Nationale, relevait du pragmatisme et se limitait bien souvent à la reliure. Les ateliers de restauration de la Bibliothèque nationale « sont issus d’un atelier de reliure qui existait peut-être déjà sous l’Ancien Régime »25. « Aux travaux de reliure, on a ajouté des travaux de réparation, puis de restauration, pour finir par confier la majorité des travaux de reliure à des artisans extérieurs qui en assumaient déjà une partie [mais] cette restauration devait se limiter souvent à des réparations plutôt sommaires. »26

Comme l’écrivait Jean-Marie Arnoult, « les interventions les plus fréquentes concernent surtout les reliures : réfection de dos endommagés au niveau des mors, renforcement de coins, réparation d’ais, ré-enmargement de pages de titres et de feuillets. […] Au cours du XIXe siècle, on assiste à des programmes de réparation et de reliure sur les collections de la Bibliothèque nationale, qui permettent de voir quelles étaient les occupations de cet atelier. Parler de « restaurations » est abusif, et il ne faut pas se laisser aller à des assimilations erronées. Mais c’est véritablement le point de départ de la restauration dans l’acception qui aura cours pendant plus d’un siècle. Car il ressort des rapports d’activité des administrateurs successifs de la BN, que la reliure était l’une des principales activités de l’atelier27.

Thérèse Kleindienst, qui a tenté de retracé l’histoire de la conservation-restauration à la BN, en situe l’origine au département des Estampes :

Sans doute est-ce aux estampes que furent apportés les premiers traitements que l’on puisse qualifier de scientifiques, puisque Chaptal en fut l’initiateur28. Sa méthode, appliquée sans prudence, se révéla dangereuse, mais dès 1846 parut la première édition de l’Essai sur la restauration des anciennes estampes et des livres rares d’Alfred Bonnardot, que d’aucuns considèrent encore de nos jours comme fondamental29. D’autres pratiques furent malheureusement en usage pendant tout le XIXe siècle pour le détachage des livres, et un petit nombre de manuscrits et d’ouvrages de réserve portent la trace de réactifs employés pour raviver des encres effacées ou même pour supprimer des annotations, parfois contemporaines de l’impression et que par conséquent nous considérerions maintenant comme précieuses. Aujourd’hui encore, il n’est pas rare que le propriétaire d’une gravure ou d’un livre ancien consulte sur le moyen de le “blanchir”, sans toujours s’inquiéter ni des causes du jaunissement ni des conséquences à terme d’un traitement immédiatement efficace.
Dans la grande famille internationale des bibliothèques, le souci de recourir à des méthodes scientifiques ne naquit qu’avec ce siècle. C’est de 1898 à 1900 que se tinrent deux conférences professionnelles où les problèmes de restauration eurent leur place : la conférence internationale de Saint-Gall, sous la présidence du cardinal Ehrle, préfet de la Bibliothèque vaticane30, et le premier congrès internationale des bibliothécaires, à Paris, en 1900.

Kleindienst, Thérèse, « La Notion de conservation dans les bibliothèques nationales », dans : Humanisme actif, mélanges d’art et de littérature offerts à Julien Cain, Parus : Hermann, 1968, vol. II, p. 81-90, ici p. 83.

Plus loin, elle rappelle toutefois que :

La Bibliothèque nationale possédait, depuis le XVIIIe siècle sans doute, de petits ateliers de reliure et de montage d’estampes31, mais, si l’on en juge par les rapports annuels sur le fonctionnement de l’établissement, le problème qu’allait désormais poser la conservation des collections ne fut nettement perçu qu’en 1927.

Kleindienst, Thérèse, « La Notion de conservation dans les bibliothèques nationales », dans : Humanisme actif, mélanges d’art et de littérature offerts à Julien Cain, Parus : Hermann, 1968, vol. II, p. 87.

Selon Thérèse Kleindienst, vers 1839, « un véritable atelier existe [à la Bibliothèque], mais sa tâche principale n’est encore que le cartonnage des pièces détachées et des livres de peu de valeur »32.

La question de la reliure, faisant office de traitement de conservation à la Bibliothèque royale aux XVIIIe siècle, fut étudiée par Paul-Marie Bondois qui a retracé l’histoire de l’achat et l’importation de peaux d’Orient33 ainsi que la sous-traitance de la reliure auprès de professionnels extérieurs à la Bibliothèque.

Ces peaux étaient confiées à des relieurs travaillant à l’extérieur. Il fut bien question, en 1720, de créer un atelier de reliure à la bibliothèque ; mais les inconvénients de ce projet furent mis en évidence par Ladvenant, qui était chargé du détail des peaux. En 1727, un mémoire sur de nouvelles construction[s] à la bibliothèque du roi prévoit l’aménagement d’un local où l’on pourrait mettre des relieurs.

Vezin, Jean, « Les reliures de la bibliothèque du roi sous Louis XIV, Louis XV et Louis XVI », Revue française d’histoire du livre, 1982, vol. 37, n° 51, p. 599-603, citation p. 601.

L’abbé Bignon songeait en effet à loger à la Bibliothèque le relieur du roi :

Aussi Bignon demande-t-il à l’architecte Robert de Cotte, chargé des travaux de transformation du Palais Mazarin, de leur construire un petit bâtiment. Cette solution sera finalement abandonnée et on lit dans un État des personnes logeant à la Bibliothèque en 1740 : « un relieur sans appartements ».

Bléchet, Françoise, « Un siècle de reliure à la Bibliothèque du Roi (1670-1789) », Revue française d’histoire du livre, 1982, octobre, vol. 37, n° 51, p. 573-597, citation p. 584.

Mais Louis Ladvenant (?-1729), responsable de la reliure à la Bibliothèque royale de 1730 à 172934, dans ses Réflexions du Sr Ladvenant par rapport aux Relieurs pour la Bibliothèque du Roy35, argumenta contre le projet qui demeura sans suite.

La préoccupation relative aux attaques des insectes du congrès des bibliothécaires apparaît donc comme novatrice tout comme l’appel à des mémoires de nature scientifique puisque le programme du concours rejette expressément les « personnes qui enverraient simplement des formules et recettes ou qui signaleraient des moyens empiriques généraux pour détruire les insectes ou les éloigner des livres. » L’appel se voulait international puisque les candidats pouvaient rédiger leur mémoire en « français ou en latin, mais aussi en allemand, en anglais, en espagnol et en italien. »

Le jury du concours, chargé d’examiner les mémoires et de décerner les prix, était formé du bureau de la Commission du Congrès des bibliothécaires, auquel étaient adjoints des membres de la Commission et des zoologistes dont certains issus du Muséum d’histoire naturelle, comme Louis-Eugène Bouvier (1856-1944), professeur d’entomologie36, Jules Künckel d’Herculais (1843-1918), assistant au Muséum d’histoire naturelle (chaire d’entomologie) ainsi que Joseph Deniker (1852-1918), bibliothécaire du Muséum d’histoire naturelle.

Ce concours peut donc être considéré comme fondateur de ce qui ne se précipita que cinquante ans plus tard sous la forme du Centre de recherches sur la conservation des documents graphiques (CRCDG), créé en 1963 à l’initiative de Julien Cain, Administrateur de la Bibliothèque Nationale, et de Roger Heim, directeur du Muséum national d’histoire naturelle et auquel Thérèse Kleindienst apporta une contribution déterminante selon Maurice Caillet qui rappelle :

[qu’] une des premières réalisations auxquelles elle apporta une contribution déterminante fut la création d’une cellule de recherche technique sur les atteintes, externes d’abord, internes aussi par la suite, qui compromettent la résistance du papier, ainsi que la solidité du cuir des reliures. Cette cellule, développée, ouverte à d’autres problèmes de conservation, est aujourd’hui devenue ce Centre de recherche sur la conservation des documents graphiques, installé au Museum, auquel Mme Flieder, maître de recherche au C.N.R.S., qui le dirige, a donné l’extension et la renommée que l’on sait.

Caillet, Maurice, « Thérèse Kleindienst et la sauvegarde des documents », dans : Études sur la Bibliothèque nationale et témoignages : réunis en hommage à Thérèse Kleindienst, secrétaire général honoraire de la Bibliothèque nationale, Paris : Bibliothèque nationale, 1985, p. 23-28. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9759830k/f51.item>.
Françoise Flieder (1929-2017)
Françoise Flieder (1929-2017)

Sa première directrice, de 1963 à 1998, fut en effet Françoise Flieder (1929-2017) qui avait obtenu le poste de chercheur que Julien Cain avait réussi à faire créer, dès 1953, au CNRS, pour étudier les questions de préservation du patrimoine écrit37.

Cependant, Thérèse Kleindienst rappelle combien le rôle de la Bibliothèque nationale fut déterminant dans cette création.

C’est à M. Jean Laran, conservateur du cabinet des estampes, puis administrateur général par intérim, qu’il appartint, pour la protection même des collections évacuées dans les caves du château d’Ussé, puis pour la restauration des manuscrits arrachés à l’incendie de la bibliothèque municipales de Chartres, de renouer avec la Faculté des sciences, où Paul Lepesme avait publié en 1934 une étude sur la Protection des bibliothèques et des musées contre les insectes et les moisissures38.

Kleindienst, Thérèse, « La Notion de conservation dans les bibliothèques nationales », dans : Humanisme actif, mélanges d’art et de littérature offerts à Julien Cain, Parus : Hermann, 1968, vol. II, p. 88.

Au terme de ce billet qui évoque la place des femmes dans le premier congrès des bibliothécaires français en 1900, nous ne pouvons que constater, sans du tout verser dans un sexisme du « care du livre » qui en ferait un domaine majoritairement féminin, le rôle de Marie Pellechet, Thérèse Kleindienst et Françoise Flieder dans la réflexion relative à la conservation-restauration à la Bibliothèque nationale et dans la mise en place d’un centre de recherche sur la conservation des documents graphiques que cette dernière pouvait conserver.

Notes



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 24 mai). Premier congrès des bibliothécaires français en 1900. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3x2

  1. Voir : Jacquot, Olivier, « Avant-projet de statuts d’une association des Bibliothécaires français », 25 mars 2023. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/29166>. []
  2. Lambert, Monique, « Dimanche 22 avril 1906 : fondation de l’ABF. Ses premières années d’activité (1906-1914) », Bulletin d’informations de l’Association des Bibliothécaires Français, 2000, n° 189, p. 137-147. Disponible sur Internet, url : <https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/46941-dimanche-22-avril-1906-fondation-de-l-abf.pdf>. []
  3. Delisle, Léopold, « Discours d’ouverture du congrès des bibliothécaires réuni à Paris en août 1900 », Bibliothèque de l’École des chartes, 1901, tome 62, p. 74-83. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1901_num_62_1_448060>. []
  4. Martin, Henry, Congrès international des bibliothécaires tenu à Paris du 20 au 23 août 1900 : procès verbaux et mémoires, Paris : H. Welter, 1901, 1 vol. (267 p.). Disponible sur Internet, url : <https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/48824-congres-international-des-bibliothecaires-tenu-a-paris-du-20-au-23-aout-1900.pdf> ; Martin, Henry, Congrès international des bibliothécaires tenu à Paris du 20 au 23 août 1900 : procès verbaux sommaires, Paris : Imprimerie nationale, 1900, 1 vol. (21 p.). []
  5. Lefranc, Abel, « Paul Marais (1859-1920) », Bibliothèque de l’école des chartes, 1919, tome 80, p. 367-368. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1919_num_80_1_460751>. []
  6. Couderc, Camille, « Charles Mortet (1852-1927) », Bibliothèque de l’école des chartes, 1927, tome 88, p. 376-377. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1927_num_88_1_460519> []
  7. Guilhiermoz, « Joseph Couraye du Parc (1856-1902) », Bibliothèque de l’École des chartes, 1903, tome 64, p. 198-200. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1903_num_64_1_452347>. []
  8. Voir : Jacquot, Olivier, « La Conquête féministe de la Bibliothèque nationale, citadelle masculine », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, 19 décembre 2022. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/22038>. []
  9. Dont une collectivité avec un représentant des Archives du service des Études financières du Crédit Lyonnais non nommé. []
  10. Fille de Jean Nicolas-Amand Buvignier (1808-1880), qui présida deux fois la Société Philomathique de Verdun, ses oncles étaient le sénateur de la Meuse Jean Buvignier (1823-1902) et le député Isidore Buvignier (1812-1860). Elle fut la nièce de l’abbé Cloüet (1807-1871). Madeleine Buvignier-Cloüet hérita de la collection Buvignier-Cloüet formée par François Cloüet (1777-1856) et son fils l’abbé Cloüet (1807-1871), historien de Verdun, tous deux successivement bibliothécaires de cette ville. À la mort de Madeleine Buvignier-Cloüet, la collection de documents qu’elle avait hérité de son oncle fut enlevée à ses héritiers moyennant une indemnité et remise à plusieurs collections publiques : en décembre 1915, la Bibliothèque nationale en reçut une partie, à présent classée parmi les Nouvelles acquisitions françaises (n° 22596 à 22658) et inventoriée par Henri Omont dans le t. VII des Mettensia publiés par la Société nationale des antiquaires de France, sous le titre Collections Emmery et Cloüet-Buvignier sur l’histoire de Metz et de la Lorraine, Paris, 1919, 156 p. Les archives de la Meuse et celles de Meurthe-et-Moselle reçurent le reste. Cf. 2 J : Collection Buvignier-Cloüet (1114-1816), url : <https://archives.vosges.fr/Portals/8/xNews/uploads/2017/3/27/Fonds%20Buvignier-Clou%C3%ABt,%20archives%20religieuses%20(XIVe-XIXe%20s.).pdf>. Voir : « La succession de Mlle Buvignier-Cloüet », L’Est républicain, 14 mai 1914, n° 9713, p. [1]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7495454b/f1>. []
  11. Agnes Hannam, Fellow of the Royal Society of Literature, fut la secrétaire et bibliothécaire de l’Obstetrical Society of London. Elle fut élue à ce poste en 1894, après le décès de son prédécesseur, Wade Savage, décédé le 10 octobre 1894. Selon la Royal Society of Literature — que nous remercions ici pour ses informations —, Agnes Hannam fut élue membre de la société en 1899 et en a démissionné en 1906. Malheureusement, la société ne dispose pas d’informations sur les raisons de sa démission. L’Université de Cambridge détient des archives sur la RSL, Code: GBR/0012/MS RSL, url : <https://archivesearch.lib.cam.ac.uk/repositories/2/resources/13394>, notamment sur ses membres, Code: GBR/0012/MS RSL A, url : <https://archivesearch.lib.cam.ac.uk/repositories/2/archival_objects/804210>. L’archiviste Frank Bowles, que nous remercions ici, a fait des recherches dans le catalogue de la collection sans trouver de mention d’Agnes Hannam. Il a également consulté le registre des cotisants de la RSL pour les années 1899-1906, car il fournit parfois des informations sur les raisons pour lesquelles les membres ont démissionné, mais elle n’y figure pas non plus. La recherche devrait être poursuivie dans les procès-verbaux de divers comités de la société où elle pourrait être mentionnée. []
  12. Florence Bayard Kane (1868-1943). Voir les Florence Bayard Kane papers, url : <https://discover.hsp.org/Record/ead-2055/Description#tabnav>. []
  13. Pauline Leipziger (1858-1937) débuta sa carrière de bibliothécaire à la Aguilar Free Library Society en 1889. Elle devint bibliothécaire en chef de l’AFLS en 1892 et occupa ce poste jusqu’à ce que la New York Public Library (NYPL) absorbe l’AFLS en 1903. Voir : Sink, Bob, « PAULINE LEIPZIGER (1858-1937) », NYPL Librarians, 28 mai 2011. Disponible sur Internet, url : <http://nypl-librarians.blogspot.com/2011/05/pauline-leipziger-1858-1937.html>. []
  14. Jeannette Todd Moffett (1868/09/28-1946/01/12), née à Watertown aux États-Unis où elle fut une suffragette : elle tient un stand éducatif sur la promotion du suffrage à la Jefferson County Fair de 1912. Elle fait partie de la délégation du comté de Jefferson qui se rend à la convention de 1914 de la New York State Women’s Suffrage Association (NYSWSA), tenue à Rochester. Elle vécut à Paris en 1909 ; se rendit en Europe avec la Croix-Rouge en 1918. En 1935, elle est signalée dans un navire faisant le trajet Le Havre-New York. []
  15. Membre en 1887 de la classe de l’école de bibliothéconomie de Melvil Dewey, la School of Library Economy, au Columbia College, Mary Wright Plummer (1856-1916) travailla d’abord comme catalogueuse à la bibliothèque publique de Saint Louis avant de rejoindre le Pratt Institute en 1890 en tant que directrice adjointe de la bibliothèque où elle organiser un enseignement de bibliothéconomie. Directrice de la Pratt Institute Free Library de 1895 à 1904, elle en fait une bibliothèque de référence sur l’art et y concevant la première bibliothèque exclusivement réservé à des enfants, équipée d’un mobilier adapté. Elle fut présidente du New York Library Club de 1896 à 1897 et de 1913 à 1914, présidente de la New York State Library Association en 1906, présidente du Committee on Library Training de l’American Library Association (ALA) de 1903 à 1910 et présidente de l’ALA de 1915 à 1916. []
  16. Julie Henriette Vapereau (1855-19..), fille de Gustave Vapereau (1819-1906), l’auteur du Dictionnaire des contemporains, fut l’épouse, depuis le 4 décembre 1877, et collaboratrice de l’écrivain et historien d’art Maurice Tourneux (1849-1917). Sur ce dernier, voir : Manceau, Nathalie, « TOURNEUX, Maurice», Dictionnaire critique des historiens de l’art actifs en France de la Révolution à la Première Guerre mondiale, 19 octobre 2012. Disponible sur Internet, url : <https://www.inha.fr/fr/ressources/publications/publications-numeriques/dictionnaire-critique-des-historiens-de-l-art/tourneux-maurice.html>. En 1871, la maison de rosiéristes Henri et Giraud Pradel, père et fils, baptisa l’une de ses roses du nom d’Henriette Vapereau. []
  17. Mais pas encore les femmes bibliothécaires ! Sur l’emploi générique du terme « homme » pour désigner l’ensemble des êtres humains, nous renvoyons à : Le Blanc, Noé, « L’homme générique n’existe pas », Lmsi : les mots sont importants, 4 décembre 2020. Disponible sur Internet, url : <https://lmsi.net/L-Homme-generique-n-existe-pas>. []
  18. Protat, Pierre, « Les compagnies secondaires de chemins de fer en France de 1859 à 1883 », Revue d’histoire des chemins de fer, 2002, n° 24-25, p. 47-88. Disponible sur Internet, url : <http://journals.openedition.org/rhcf/2031>. []
  19. Delisle, Léopold, « Discours d’ouverture du congrès des bibliothécaires réuni à Paris en août 1900 », Bibliothèque de l’école des chartes, 1901, tome 62, p. 74-83. DOI : https://doi.org/10.3406/bec.1901.448060. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1901_num_62_1_448060>. []
  20. Wright Plummer, Mary, « Library interests at the Paris exhibition », Pratt Institute monthly, 1900, December, vol. IX, n° 2, p. 31. Disponible sur Internet, url : <https://hdl.handle.net/2027/mdp.39015033943591?urlappend=%3Bseq=47%3Bownerid=13510798883783236-47>. []
  21. La résidence principale de Léopold Delisle se situait au 21 rue de Lille, à Paris, 7e. Son épouse était la fille de l’orientaliste Eugène Burnouf (1801-1852), Louise Laure Burnouf, née le 28 décembre 1828 (et décédée le 11 mars 1905). []
  22. En 1905, Léopold Delisle devint l’administrateur du château de Chantilly, où il vient résider et trouve la mort le 23 juillet 1910. En 1905, il publie : Delisle, Léopold (1826-1910), Chantilly. Le Cabinet des livres. Imprimés antérieurs au milieu du XVIe siècle, Paris : Plon-Nourrit et Cie, 1905, 1 vol. (XCIV-496 p.) ; 29 cm. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6429376p>. []
  23. Martin, Henry, « Concours pour l’étude des insectes ennemis des livres, rapport général », Bibliothèque de l’école des chartes, 1902, tome 63, p. 687-695. DOI : https://doi.org/10.3406/bec.1902.448123. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1902_num_63_1_448123>. []
  24. « Programme d’un concours pour l’étude des insectes ennemis des livres », Bibliothèque de l’école des chartes, 1901, tome 62, p. 149-151. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1901_num_62_1_461146>. []
  25. Labarre, Albert, « Les ateliers de restauration de la Bibliothèque nationale », dans : Études sur la Bibliothèque nationale et témoignages : réunis en hommage à Thérèse Kleindienst, secrétaire général honoraire de la Bibliothèque nationale, Paris : Bibliothèque nationale, 1985, p. 159-168. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9759830k/f191.item>. []
  26. Idem, p 161. []
  27. Arnoult, Jean-Marie, « La restauration du patrimoine écrit et graphique en France : état des lieux », Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 2009, n° 1, p. 20-27. Disponible sur Internet, url : <https://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2009-01-0020-002>. []
  28. A. Gallo, Pathologia e terapia del libro, Rome, 1951, p. 83. []
  29. A. Gallo, op. cit., p. 98. []
  30. Revue des bibliothèques, 1898, pp. 349-352. []
  31. Th. Kleindienst, L’atelier de restauration et de reliure de la Bibliothèque nationale, dans Le bouquiniste français, 6 mars 1959, p. 9-11. []
  32. Thérèse Kleindienst, « L’atelier de restauration et de reliure de la Bibliothèque nationale », Le bouquiniste français, 1959, n° 6, p. 10. []
  33. Bondois, Paul-Marie, « Les “maroquins” du roi », Revue des bibliothèques, 1934, 43e-44e années, tome XL, p. [317]-323. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k424369s/f323.item>. []
  34. Louis Ladvenant fut commis à la garde des poinçons, matrices, caractères, papiers, maroquins au Cabinet des médailles de la Bibliothèque du roi (avant 1721), et chargé de la recette et dépense (soit trésorier de la Bibliothèque de 1720 à 1724) et garde du Cabinet des estampes et planches gravées (de décembre 1721 à sa mort en 1729). []
  35. Bibliothèque nationale de France, Archives Ancien Régime 110, f. 274r-275v. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10080279t/f273>. Édité par : Bondois, Paul-Marie, « Les “maroquins” du roi », Revue des bibliothèques, 1934, 43e-44e années, tome XL, p. [317]-319. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k424369s/f323.item>. []
  36. Casson, Loïc, « Louis-Eugène Bouvier (1856-1944), un amateur à la chaire d’entomologie ? », Muséum, objet d’Histoire, 4 septembre 2017. Disponible sur Internet, url : <https://objethistoire.hypotheses.org/953>. []
  37. Voir : Flieder, Françoise, « Le Centre de recherches sur la conservation des documents graphiques (CRCDG) », La revue pour l’histoire du CNRS, 2004, n° 11. DOI: https://doi.org/10.4000/histoire-cnrs.679. Disponible sur Internet, url : <http://journals.openedition.org/histoire-cnrs/679>. []
  38. J. Laran, Rapport sur le fonctionnement des divers services de la Bibliothèque nationale pendant les années 1935 à 1940, Paris, 1947, pp. 131-132. []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search